Navigation – Plan du site
Fictions du voyage

Utopies vénitiennes
À propos de La Republica di Lesbo de Vincenzo Sgualdi

Jean-François Lattarico
p. 551-572

Résumés

Au XVIIe siècle, le mythe politique de Venise, pourtant déclinant, s’incarne encore dans de nombreux textes de fiction, des épopées ou des traités utopiques qui réactualisent notamment le mythe de l’Atlantide. L’abbé Vincenzo Sgualdi, académicien Incognito, publie plusieurs textes politiques dans lesquels il défend l’idéal aristocratique, hérité entre autres du modèle platonicien. L’étude se concentre sur la Republica di Lesbo, voyage utopique vers cette île grecque réinventée, régie par un gouvernement parfait derrière lequel se cache, en toute transparence, le modèle de la Sérénissime. Il s’agit en outre de montrer les liens que ce texte important mais peu étudié – un des nombreux avatars de la Città felice – entretient avec la tradition utopique initiée à la Renaissance.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 V. Sgualdi, Della Republica di Lesbo overo della Ragione di stato in un dominio aristocratico, Bo (...)
  • 2 Id., L’Aristocrazia conservata overo del Decemvirato di Lesbo, Venezia, Sarzina, 1634.
  • 3 Id., L’Uticense aristocratico overo Il Catone, Bologna, Heredi del Benacci, 1645.
  • 4 Sur le récit utopique en Italie, cf. A.-C. Fiorato, La cité heureuse. L’utopie italienne de la Re (...)
  • 5 Traduit par Ortensio Landi, La republica nuovamente ritrovata del governo dell’isola d’Eutopia, V (...)
  • 6 Cf. Les Utopies à la Renaissance, Bruxelles, Presses Universitaires de Bruxelles, Paris, Presses (...)
  • 7 Comme en témoignent, par exemple, Gli indomabili (1922) de F. T. Marinetti, La città giardino (19 (...)
  • 8 « Après les suggestions utopiques marginales de Francesco Sansovino, Jérôme Cardan, Ortensio Land (...)
  • 9 Né à Pesaro en 1608, il y effectua des études de philosophie avant d’aller à Rome suivre un ensei (...)
  • 10   Tomaso Tomasi, Il Giardino d’Atlante, Venezia, Bertani, 1641.
  • 11   Id., La Spinalba. Antica storia del nuovo mondo, Venezia, Valvasense, 1647 ; l’ouvrage parut une (...)
  • 12  Sur cette question essentielle, cf. l’ouvrage collectif Instabilità e metamorfosi dei generi nella (...)
  • 13   Dans les années séparant l’ouvrage de Giovanni Botero (1589) et celui de Scipione Chiaramonti (1 (...)

1C’est en 1640 que paraît à Bologne l’ouvrage de Vincenzo Sgualdi, Della Republica di Lesbo1, second volet d’une trilogie politique initiée avec L’Aristocrazia conservata2 (Venise, 1634) et achevée avec L’Uticense aristocratico3 (Modène, 1647). Si les trois textes s’inscrivent dans une égale défense et illustration d’un régime fondé sur la précellence de l’élitisme aristocratique – l’adjectif est explicitement présent dans le titre ou le sous-titre des trois traités –, le premier s’attache plus spécifiquement à la défense d’un modèle de pensée à la fois politique et moral, le second en décrit l’incarnation étatique et le troisième l’illustration à travers l’exemplarité d’un homme, Caton d’Utique. La Republica di Lesbo se présente donc formellement comme un texte utopique, dont il reprend en grande partie les caractéristiques formulées par l’ouvrage fondateur de More, puis réactualisées en Italie par Anton Francesco Doni, Francesco Patrizi, Tommaso Campanella ou encore Ludovico Zuccolo4. C’est d’ailleurs à Venise qu’est édité en 1548, par les soins de Doni, l’Utopia de More5, ouvrant ainsi la saison de l’utopie italienne, particulièrement féconde à la Renaissance6 et à l’âge baroque, mais qui allait se poursuivre jusqu’à l’époque contemporaine7. De ce point de vue, même si les textes utopiques sont plus espacés dans le temps après le XVIIe siècle, nous ne pensons pas, comme cela a pu être écrit8, qu’il faille considérer qu’après 1625, la saison proprement italienne de l’utopie soit achevée. L’ouvrage de Vincenzo Sgualdi en est un témoignage éloquent, qui est loin d’être isolé ; en effet, dans le cercle des académiciens Incogniti, même si la dimension politique de l’écriture n’est pas la plus représentée dans cette institution essentiellement littéraire, d’autres auteurs se sont essayés au genre utopique, parmi lesquels le plus important est sans conteste Tomaso Tomasi9, censeur de l’académie et auteur de plusieurs textes inspirés du mythe platonicien de l’Atlantide, Il giardino d’Atlante10 et sa transposition romanesque, La Spinalba. Antica storia del nuovo mondo11, qui reflète à sa manière l’instabilité des formes littéraires propre à l’époque baroque12. Au-delà de l’aspect purement utopique, La Republica di Lesbo témoigne également de l’actualité et de la persistance de la réflexion politique sur le thème ô combien italien de la raison d’État, qui là encore semble dépasser le cadre historique habituellement circonscrit entre 1589, année de publication du texte fondateur de Giovanni Botero, et 1635, date où paraît celui de Scipione Chiaramonti13 ; le sous-titre de l’ouvrage de Sgualdi – « Overo della Ragione di Stato in un dominio aristocratico » – explicite cette persistance du discours théorique en la matière, ce qui rapproche le texte de ceux d’un Francesco Patrizi ou d’un Ludovico Zuccolo.

  • 14   Fondée en 1630 par Giovan Francesco Loredano, elle fut l’une des plus importantes institutions l (...)
  • 15   Le Glorie degli Incogniti, cit., pp. 428-432.
  • 16   « Lo Sgualdi […] potè poi anch’egli con grido di seconda fama erger cattedra di Filosofia nel Co (...)
  • 17   L’Aristocrazia conservata, « Al Serenissimo e eccellentissimo Senato di Vinetia », cit., s.p.
  • 18   Sur ce thème, cf. Le Gouvernement mixte. De l’idéal politique au monstre constitutionnel en Euro (...)
  • 19   Cf. R. Descendre, Sur l’effacement du modèle de la constitution mixte dans les discours italiens (...)
  • 20   Della Republica di Lesbo, « Al Serenissimo e eccellentissimo Senato di Venezia », cit., s.p.
  • 21   Sur le mythe de Venise, considérée comme l’incarnation d’une nouvelle Atlantide, cf. N. Salomon, (...)
  • 22   « e aperta la strada Tomaso Moro, non so, se più celebre per la santità della vita, o pel sodo d (...)
  • 23   Ibidem, p. 15.
  • 24   Ibidem, p. 28.

2Nous n’avons, hélas, que peu d’éléments biographiques sur l’auteur qui nous occupe, Vincenzo Sgualdi, abbé de son état. L’on sait qu’il fut un membre éminent de l’académie vénitienne des Incogniti14, et c’est dans la notice biographique qui figure dans le volume collectif Le Glorie degli Incogniti15 que l’on trouvera le plus d’informations. On y apprend en effet qu’il était originaire de Plaisance, où il entra dans l’ordre des Bénédictins, qu’il suivit ensuite à Padoue, comme beaucoup d’autres académiciens Incogniti, l’enseignement philosophique hétérodoxe de Cesare Cremonini, figure tutélaire de l’institution, avant d’enseigner cette matière à Milan16. C’est grâce à la publication de son premier ouvrage, L’Aristocrazia conservata, dédiée à la République Sérénissime, qu’il obtint la citoyenneté vénitienne et devint également conseiller de cette ville. La dédicace au Sénat mettait clairement l’accent sur la spécificité du régime politique et sur l’intérêt que l’on portait au gouvernement de la République : « molti da lontanissimi paesi vengono a Vinetia, non per veder Vinetia, ma per ammirar il governo di Vinetia »17. Le discours est ici purement politique et aborde, comme on l’a dit, une nouvelle fois la question de la raison d’État inscrite dans le cadre singulier du gouvernement mixte18, dont la République vénitienne était, en Europe, le symbole le plus éclatant et avant que Sgualdi en conteste en réalité la légitimité au profit d’un pur régime aristocratique, alimenta les traités de Agostini et de Zuccolo, eux-mêmes favorables à une relégation à un plan secondaire de cette forme de gouvernement19. La remarque encomiastique de l’Aristocrazia revient d’ailleurs dans la dédicace du second ouvrage, également adressée au Sénat de la République : « fin da quel mondo, che non conosciamo, accorrono peregrini i popoli, e gli ossequi, non per goder, od inchinar Venetia, la bella, la ricca, la potente, ma per goder il governo politico di quella Patria, della quale ambiscono d’esser cittadini i medesimi Coronati »20. Dans la trilogie politique de Sgualdi, qui s’inscrit très clairement dans la série des traités, discours, poèmes, exaltant le mythe de la cité lagunaire21, le second volet se démarque par une claire référence à la tradition du récit utopique22, et peut, de ce fait, être appréhendé dans une relative autonomie de genre. Par ailleurs, la référence au décemvirat de Lesbos était déjà au centre du traité précédent ; le sous-titre explicite – « overo del Decemvirato di Lesbo » – anticipe l’éloge du régime lesbien dès l’ouverture du premier livre : « Niuna delle Republiche antiche creò mai per alcun tempo in qualsivoglia occasione Magistrato ordinario, che havasse maggior, o ugual autorità a quella, che ha il Decemvirato di Lesbo, Dominio, che trà gl’altri d’Aristocrazia forse al tempo d’hoggi e il più Augusto, e il più degno »23. La comparaison avec la magistrature romaine tourne en défaveur de celle-ci, qui n’a pas su éviter le mélange délétère des différents régimes : « Hora in questa Republica di Lesbo, il governo non è misto, ma è tutto di semplice Aristocrazia, dove solo gli Ottimati hanno il governo nelle mani »24.

  • 25   C. G. Dubois, Problèmes de l’utopie, cit., p. 9.
  • 26   Voir sur ce sujet l’ouvrage le plus complet – une étude des textes littéraires sur l’utopie – de (...)
  • 27   Sur la question du mythe de Venise, cf. G. Benzoni, Venezia tra mito e realtà, in Il mito di Ven (...)
  • 28   Au sens où l’entend Jean-François Pradeau à propos de l’Atlantide platonicienne ; cf. J.-F. Prad (...)

3Mais la forme utopique que prend le récit de Sgualdi s’écarte malgré tout des caractéristiques qui ressortent du modèle fondateur de More, qui considère l’utopie comme un essai de politique-fonction, comme l’illustration d’une « forme de “voyance” politique, de messianisme »25, en bref, le lieu du non-lieu, le Pays de Nulle Part26. La référence explicite au modèle vénitien, incarnation d’un mythe27 florissant, derrière lequel se cache la république lesbienne, suffit à invalider cette caractéristique essentielle. Plus généralement on constate que si de nombreux textes prennent le relais du genre créé par More, peu utilisent le mot « utopie » pour le désigner. Les textes oscillent ainsi entre le « voyage imaginaire », la « république imaginaire » et le traité politique. On peut d’ailleurs se demander si l’ouvrage de Sgualdi, comme beaucoup de textes utopiques du XVIIe siècle, n’est pas plutôt le témoignage d’une « utopie vraie »28. Si l’Amaraute de More ressemble par bien des aspects à Londres, si la Cité du Soleil fait penser à Stilo, ces références restaient implicites, ce qui n’est pas le cas de la République de Sgualdi, qui évoque à maintes reprises, tel un reflet spéculaire, le modèle politique vénitien.

  • 29   « Signori, fui mosso già, quando sul più verde de gli anni, a cagione di studio, mi tratteneva i (...)
  • 30   Bologna, Heredi del Benacci, 1645, Modena, Soliani, 1647, Venezia, Baba, 1648 et Modena, Soliani (...)
  • 31   Bologna, per Nicolò Tebaldi, 1640 ; Bologna, G.B. Ferroni, 1642 ; Respublica Lesbia sive De iure (...)
  • 32   « Vivi potentissima Republica, figliuola di Giove, madre d’Heroi, regina del mare, sale della te (...)

4La Republica di Lesbo fut écrite bien des années auparavant à Padoue29 et, comme d’ailleurs l’Uticense aristocratico30, connut rien moins que quatre éditions en l’espace de six ans, ce qui n’est point négligeable pour un texte qui s’inscrit dans une période de relatif déclin de la tradition utopique italienne. Après la princeps bolonaise de 1640, une seconde édition parut toujours à Bologne en 1642, suivie d’une version latine en 1643 et enfin d’une ultime édition en 1646, toutes publiées à Bologne31. Contrairement à la plupart des utopies de la Renaissance – à l’exception de la Città felice de Francesco Patrizi –, le traité de Sgualdi abandonne la structure dialogique et le ton de la conversation si caractéristique des cours policées du XVIe siècle. L’ouvrage est divisé en dix livres, précédés d’une dédicace, en grande partie reprise de celle de l’Aristocrazia conservata, dans laquelle l’auteur souligne la finalité du traité, l’éloge du régime aristocratique vénitien32, antinomique des « insidie della Tirannia », à travers le prisme de la République exemplaire de Lesbos. Dans l’adresse au lecteur, Sgualdi délivre la matière et l’argument de son traité, et souligne en même temps la dimension fortement discursive, donc rhétorique du texte ; le discours utopique obéit ici aux mêmes préceptes que n’importe quel discours classique soumis aux exigences d’une parole avant tout persuasive :

  • 33   Ibidem, « Lettore », s. p.

Havrai osservato ne gl’insegnamenti di Polibio, piegar di natura in Oligarchia (dominio infelice di pochi) l’Aristocratia, ch’è governo nobile di molti. Dell’una, e dell’altra di queste maniere di dominare, ho tolto io a discorrere, ma di quella, a sicurezza di questa, come a salute dell’huomo, tratta il medico accurato la natura medesima de’ veleni. E perché l’armeria de gl’ingegni Oligarchici trahe le migliori sue munitioni dalla lunghezza de gl’impieghi, e dalla continuatione de’ soggetti ne’ magistrati, contra di questa affileremo il discorso, sicuri, che la caduta di cotal machina, lascierà in salvo le patrie libere, donando lo stabilimento preteso all’eternità delle Aristocratie.
Questa (Gentilissimo) è la materia del libro.33

  • 34   « E molti si sono immaginati republiche e principati che non si sono mai visti né conosciuti in (...)
  • 35   Si l’on excepte La città felice de Francesco Patrizi qui est une claire représentation de la Rép (...)
  • 36   Cf. V. Fortunati, Scrittura di viaggio e scrittura utopica, in Viaggi in Utopia, a cura di R. Ba (...)

5Un peu plus loin, une remarque particulièrement significative précise l’intention de l’auteur qui avoue sa prise de distance dans l’évocation de cette république, eu égard à une certaine réalité topographique, en même temps qu’elle résonne comme une réponse implicite à la célèbre admonestation de Machiavel dans le chapitre XV du Prince contre les républiques imaginaires34 : « Mi sono fabbricato una Republica ideale, per non haver da favellare d’alcuna delle reali ». Bien que le mot d’utopie n’apparaisse jamais dans le traité, malgré la référence à More, cette profession de foi programmatique suffit à accréditer la dimension utopique du récit puisque, parmi les critères d’évaluation du genre, sont respectés la dimension insulaire (Lesbos est une île), l’éloignement dans l’espace et/ou dans le temps (c’est le cas du décemvirat de Lesbos qui renvoie à la fois aux confins du monde méditerranéen et à une période ancienne de l’Histoire), et enfin une idéalisation de la Cité (Sgualdi qualifie sa République de « fantastica »), entendue comme le creuset du meilleur gouvernement possible. Mais, contrairement à la plupart des utopies de la Renaissance35, la cité idéale n’est pas ici le fruit d’une création ex-nihilo : l’éloignement dans l’espace et dans le temps n’exclut pas une relative identification du régime décrit par Sgualdi, d’autant plus aisée qu’il sert précisément de modèle, selon l’auteur, au gouvernement de la République vénitienne. L’ouvrage répond également à un autre critère, souvent associé au récit utopique, qui conjugue deux mouvements contradictoires : le voyage36 et la stase, le mouvement de l’éloignement, symbole de la difficile accessibilité de la cité, et l’immobilisme d’une structure politique que justifie sa perfection. L’insularité de Lesbos est bien entendu le reflet spéculaire de celle de Venise. Elle témoigne à la fois d’une césure nette avec le monde environnant et d’une protection contre les états voisins : l’utopie est avant tout caractérisée par son isolement. Elle est aussi profondément urbaine, c’est ce qui la distingue d’un autre lieu idéalisé : l’Arcadie, qui évolue plutôt dans un cadre pastoral, donc campagnard.

  • 37   C’est le cas bien sûr du texte de More, de La nouvelle Atlantide de Bacon ou de la plupart des u (...)

6L’ouvrage débute, comme il est de tradition désormais dans le récit utopique37, par une description idyllique de l’île, reflet d’une cosmogonie nouvelle, à l’écart des contingences décevantes du réel, même si le récit s’inscrit dans une topographie « effective » et non fantasmée, la précision de la description permettant précisément d’inscrire le lieu utopique dans une réalité géographique parfaitement référentielle :

  • 38   Della Republica di Lesbo, cit., I, pp. 1-2.

È così ricco, e abondante d’isole il mare Egeo, da’ moderni Arcipelago nominato, che tra gli antichi trovossi scrittore d’accreditata penna, che non istimò tratto d’arditezza, il paragonarlo all’ottava sfera ; come, che ’l numero d’esse di parità col numero delle stelle di quella gran machina del cielo gareggiar potesse. […]
Tra le maggiori, che pomposa rendano e riguardevole questa ondeggiante sfera, non vi è, chi a quella di Lesbo il principato nieghi. Cospirano in questo uno tutti gli scrittori, che ella dell’altre sia la più bella, la più culta, e la meno alpestre, e disastrosa.38

7Mais aussitôt le temps mythique, utopique, celui d’une impossibilité ontologique de remonter aux origines de la cité, reprend le dessus ; le procédé, assez classique dans la littérature utopique, permet de concilier deux niveaux temporels en apparence contradictoires : celui d’un passé historique – l’Antiquité –, et celui d’un temps cosmique, symbole de la perfection de la cité, non soumise aux contingences par essence dégradantes du temps historique :

  • 39   Ibidem, pp. 2-3.

Non si ha certezza di chi prima vi dirizzasse fabbrica ; & io di buona voglia per non intrecciar favole in cosa, che tanto ha del serio, dallo scriverne m’astengo, caminando assai con divario di sentimento di coloro, che ’l principio dell’edificazione, da Mileto figliuolo di Febo riconobbero, e da lui poscia il nome dedussero di Mitilene, ch’è il capo, e la città reale dell’imperio. I regni, e gli stati d’antichissima ricordanza sono della natura del Nilo, di cui quanto è più noto il corso, tanto meno evidente è l’origine.39

  • 40   Catherine Pitiot, Mondes sages, mondes fous, cit., p. 167.
  • 41   « Fu la terra di Lesbo ferace d’huomini illustri, e féconda di pellegrini ingegni ; e fra molti (...)
  • 42   Cette idée transparaît explicitement dès la dédicace à Laurent le Magnifique qui ouvre le traité (...)

8On remarquera le clin d’œil à l’académie des Incogniti à travers la référence au Nil, qui illustre par le biais de la paronomase l’emblème de l’institution, « ex ignoto notus », puisque au XVIIe siècle la source du fleuve était encore inconnue. Plus globalement, cette indétermination temporelle est un autre élément caractéristique du récit utopique qui, à l’exception de la Città del Sole de Campanella, exclut l’idée de création d’origine judéo-chrétienne induisant l’existence d’une société ab eterno ; comme le souligne Catherine Pitiot à propos des utopies de la Renaissance, « tout y est déjà créé et le témoin se trouve comme devant la scène d’un théâtre où le rideau se lève alors que les personnages et le décor sont déjà en place »40. Sgualdi poursuit son récit par un rappel des gloires de l’île, écrivains, poètes, historiens41, avant d’aborder l’histoire de ses régimes politiques : de monarchie qu’elle était à l’origine, l’île de Lesbos devint ainsi une république aristocratique si solide dans ses institutions qu’elle passa sans dommage au travers des conflits. L’évocation de l’Histoire, qui ne contredit qu’en apparence le temps cosmique propre au récit utopique, est en réalité une autre manière d’appréhender le Temps utopique : en inscrivant le régime aristocratique dans une temporalité historique, Sgualdi, réactivant la leçon machiavélienne42, souligne la dimension artificielle de la communauté politique dont il fait l’éloge, fruit de la raison humaine et non de la volonté divine, et en légitime in fine sa fondation.

  • 43   G. Botero, Relatione della Republica Venetiana, con un discorso intorno allo Stato della Chiesa, (...)
  • 44   B. Bonifacio, Dell’Aristocrazia, Venezia, 1620; sur ce traité, cf. S. Secchi Olivieri, Governo a (...)
  • 45   Voir sa notice biographique dans les Glorie degli Incogniti, cit., pp. 74-79 ; sur Bonifacio on (...)
  • 46   « Ladri, che in più maniere s’appropriano le fatiche de gli studi altrui », « Che si dee non tor (...)
  • 47   Ibidem, p. 58.
  • 48   V. Sgualdi, La Republica di Lesbo, cit., « Al lettore », s. p. On trouve d’autres exemples de ce (...)
  • 49   « E qual legge, qual dogma interdisse giammai a’ filosofi, l’ingresso nelle corti ? V’entrino pu (...)
  • 50   Cf. Romain Descendre, L’État du monde. Giovanni Botero entre raison d’État et géopolitique, Genè (...)
  • 51   V. Sgualdi, La Republica di Lesbo, cit., p. 11. Une idée reprise quelques lignes plus loin : « C (...)

9La Republica di Lesbo, comme les deux autres discours politiques de Sgualdi, se présente donc comme une défense sans concession du régime aristocratique. Si l’élitisme des « ottimati » est au cœur de la pensée politique des académiciens Incogniti, cet éloge de l’aristocratie vénitienne était déjà au cœur du bref traité de Giovanni Botero, Relatione della Republica Venetiana, publié à Venise en 160543. Quelques années plus tard, en 1620, Baldassare Bonifacio publia, toujours à Venise, son traité Dell’Aristocrazia44 dans lequel on peut voir l’un des hypotextes emblématiques des trois traités politiques de Sgualdi, un rapprochement notamment légitimé par la future appartenance de Bonifacio à l’académie des Incogniti45. Les arguments avancés par Sgualdi dans la Republica di Lesbo sont en grande partie repris du précédent discours, avec parfois une tendance à l’auto-plagiat, pratique courante au XVIIe siècle, une variante de ce que Daniello Bartoli appelle le « ladroneccio »46 et « l’antica arte del rubare »47, appliqué ici au même auteur. En revanche, les nombreuses citations de philosophes, poètes, ou historiens, sont principalement exploitées comme arguments d’autorité, au service d’une thèse que Sgualdi défend tout au long de son discours, et non comme une appropriation personnelle, ce que résume bien la formule reposant sur un « bisticcio linguistico », lui aussi très en vogue au Seicento : « Spalleggio le mie massime con numerosa falange di autorità de’ più accreditati scrittori, non per far furto, ma per far frutto »48. On y trouve la question de l’expérience, essentielle au gouvernement des États et à l’administration des Républiques, écho de Machiavel qu’il dénigre par ailleurs49 (comme l’avait fait Botero en son temps50), constituant une sorte de socle commun aux différents régimes. Retenant la leçon de l’auteur des Discours sur la première décade de Tite-Live, Sgualdi reprend l’idée du profit que l’on peut en tirer pour la bonne gouvernance : « Ordina questa le cose pressenti, prevede le futuri, e le passate rammenta. È un non sapere, (o politico) il tuo sapere, se questa manchi »51.

  • 52   Ibidem, p. 147.
  • 53   Ibidem, p. 128.
  • 54   Ibidem.
  • 55   Ibidem, p. 146.
  • 56   Ibidem, p. 122.
  • 57   « Se parlo di cosa, che non è, chi dira, ch’io aduli, se lodo ; che malvoglia, se biasimo. Ne’ s (...)
  • 58   « E per parlare più da vicino, videro pur’ anche gli avoli nostri, poco men, che caduta nell’ine (...)
  • 59   « Disordine, che difficilmente può succedere in quella di Venetia (dove non so, se Italia pianga (...)
  • 60   Ibidem, p. 94.
  • 61   F. Sansovino, Venetia, Città nobilissima e singolare, Venezia, Appresso Iacomo Sansovino, 1581. (...)

10Une bonne partie des premiers livres du traité est consacrée à la défense de la liberté, corollaire du régime aristocratique de Lesbos, et parallèlement de la République vénitienne, dont l’écho parcourt tout le discours. Sgualdi – et nous reviendrons sur ce processus stylistique – emploie une expression métaphorique quand il en fait l’éloge pour l’opposer à la fois à l’ambition, ce « libidinoso ed occulto interesse di dominare »52, qui mène inéluctablement à la tyrannie, et à la perpétuité des charges qui aboutit au même résultat. Ainsi il écrit au début du quatrième livre : « Perpetuità, e libertà sono due cose, che non convengono in alcuna cosa, e chi pur volesse accozzarle insieme, havrebbe di mestieri formarne una medaglia, di cui l’una pe ’l rovescio, l’altra pe ’l diritto valerebbe »53, et aussitôt après, c’est la métaphore géométrique qui sert à souligner le fondement politique de la liberté, au cœur même de l’État : « È la perpetuità de’ magistrati una circonferenza politica, donde tutti gl’inconvenienti, che si tirano, sono come tante linee, che ugualmente vanno ad investir il centro d’uno stato, ch’è la libertà »54. Quelques pages plus loin, dans le même livre, Sgualdi use, toujours au sein d’un discours analogique, du procédé de l’anaphore pour préciser la définition qu’il donne de la liberté : » La libertà non è un punto indivisibile » ; « La libertà è una di quelle piazze, che non si pigliano per assalto, ma per assedio »55. Au sein d’un gouvernement aristocratique absolu, l’idée maîtresse que défend Sgualdi et qui détermine tout le reste de l’argumentaire est le renouvellement régulier des charges de l’État, condition essentielle pour permettre aux magistrats qui les exercent de subordonner l’intérêt privé à celui de la République. Si la description de cette république « fantastique » de Lesbos s’apparente à une idéalisation assumée du meilleur des régimes, comme il l’a explicitement annoncé dans l’adresse au lecteur, les rappels historiques sont néanmoins légion, qui renforcent la légitimité d’une comparaison implicite avec le régime aristocratique vénitien. On a vu que ces renvois permanents entre l’idéal républicain et la réalité historique étaient précisément une des caractéristiques du discours utopique de Sgualdi. En effet, on remarque, au cours de la démonstration, un dénigrement des temps présents, topos de l’utopie politique depuis More, lorsque Sgualdi projette implicitement sur la période qui a suivi la glorieuse épopée républicaine de Lesbos, les déconvenues des républiques modernes de la péninsule : « Non così furono poscia i tempi, che seguirono, ne’ quali la natura produsse huomini, che fecer’ogni sforzo per salir a’ gradi di sovranità, ed ogni indegna sconciatura per mantenersi »56. S’ensuit une critique acerbe contre les ambitions personnelles de Caius Marius – « l’ardente brama » des « glorie del Campidoglio » –, de Pompée et de son « insano amore di grandezza », de son « intensa cupidigia di crescere », de César et de son ambition d’être supérieur à tous les autres. La référence à la situation contemporaine, déjà évoquée dans l’adresse au lecteur57, s’en trouve explicitée par l’évocation de la République de Gênes58, prélude à un rappel de la situation au contraire positive de Venise59, déjà explicitement glorifiée au début de ce même troisième livre : « Gloriosa republica di Venetia, degna non pur di lode, ma di maraviglia, che con l’occhio prevedendo d’una prudenza inarrivabile ciò, che ’n simil’ affare ugualmente alla tua libertà, ed ai tuoi cittadini nuocer poteva, col forte braccio della legge, fuor d’ogni lubrico incidente »60, une cité devenue « principessa delle franche città, metropoli del viver libero, reggia delle leggi d’ogni buon governo ». Si ce discours sacrifie au topos de l’éloge encomiastique de Venise, en vogue depuis le célèbre ouvrage de Sansovino61, il sert surtout de point d’orgue à l’éloge du régime aristocratique, objet principal du traité.

  • 62   C’est le cas en particulier du Principe studioso, publié en 1643 et donc quasi contemporain du t (...)
  • 63   Cf. Le Prince, III, 26-28 et XIII, 23-24, à travers la métaphore du prince-médecin, dont l’origi (...)
  • 64   Ibidem, II, p. 51.
  • 65   Ibidem, IV, p. 160.

11Dans une période, le Seicento, caractérisée par une instabilité des formes littéraires, l’ouvrage de Sgualdi occupe une place tout à fait significative : la dimension discursive, et partant rhétorique, revendiquée par l’auteur lui-même, fait le lien entre la dimension proprement utopique qui, on l’a dit, se déploie principalement à travers le paradigme dialogique, et la dimension politique que révèle sans équivoque le sous-titre (« overo della ragione di stato in un dominio aristocratico »). Mais une dimension supplémentaire doit, nous semble-t-il, être soulignée, d’ailleurs commune à d’autres ouvrages politiques des Incogniti, en particulier aux traités sur l’éducation du prince d’un autre académicien ecclésiastique, Tomaso Tomasi62, la dimension proprement littéraire qui culmine, à la fin du discours, par un éloge appuyé du livre. Un procédé intermédiaire, entre le discours politique pur et une écriture littéraire qui procéderait par analogies, est précisément l’usage de la métaphore politique du corps, déjà présente chez Machiavel63. Elle apparaît dès le second livre, et le glissement de son sens propre vers le sens figuré se fait très rapidement : « Non così è del vitio, che per ogni parte del corpo entra nell’huomo : per una sola vi penetra la virtù. […] In alto trono risiede la virtù, in basso luogo ha la sua sede il vitio »64. Elle revient un peu plus loin dans le traité, à la fin du quatrième livre, à propos de la servitù, comparée à une « febbre maligna, dalla quale quando un corpo d’imperio vien oppresso, si può dire che la di lui cura sia più tosto opera di fortuna, che d’ingegno »65. L’expression « corpo della republica » est utilisée à maintes reprises dans une sorte d’anthropomorphisation de la chose publique (« faire injure au corps de la république ») qui anticipe un parallélisme explicitement établi au début du huitième livre pour souligner l’importance essentielle du lien unissant les citoyens d’une république avec le régime qui en exerce la gouvernance, montrant ainsi, à rebours de ce qui s’est passé notamment dans la plupart des républiques italiennes – en particulier Florence – la nécessité de distinguer l’institution républicaine des intérêts des familles qui exerçaient les différentes magistratures, y compris la magistrature suprême : l’État n’appartient pas à une famille et chaque individu, par les fonctions qu’il pouvait exercer, était soumis à la République et devait la servir dans l’intérêt collectif et le souci pointilleux de la cohésion sociale. Ici la métaphore du corps politique joue pleinement sa fonction rhétorique d’illustration, par l’image, d’une réalité rationnelle au cœur même de la conception foncièrement républicaine du modèle politique vénitien :

  • 66   Ibidem, VIII, p. 289.

E che sì come nel corpo humano, convengono insieme tutti membri, ne alcun vive, che participante, e participato non sia da tutto il corpo ; così le parti della republica, che sono i cittadini, e la republica medesima, ch’è il tutto, vicendevolmente tra loro, non facciano comuni i propri accidenti, le proprie passioni, e le proprie sostanze ; in maniera tale, ch’altro non sia la republica, che’ cittadini, né altro i cittadini, che la republica.66

  • 67   Ibidem, VI, p. 232. Rappelons que dans l’adresse au lecteur, Sgualdi avait déjà employé cette mé (...)
  • 68   Ibidem, VII, p. 252.
  • 69   Ibidem, VIII, p. 287.

12Le discours analogique se déploie dès lors de manière fractale, en s’appropriant d’autres thématiques connexes – la métaphore météorologique notamment – qui rappellent plus explicitement l’un des traits distinctifs du récit utopique, celui du voyage et de ses péripéties. On en a un exemple particulièrement significatif à la fin du sixième livre, lorsque Sgualdi évoque pour la énième fois, à travers l’exemple des Anciens, la nécessité de privilégier l’intérêt public aux intérêts privés : « Chi nella navigazione del procelloso mare del mondo, tien più cura delle proprie merci, e del proprio interesse, che della nave della republica, rimane prima dall’onde dell’avaritia, e dell’ambitione ingoiato, che ’l legno dalle voragini della tempesta absorto »67. Dans le livre suivant, c’est au tour de l’ambition d’être comparée à un « turbine impetuoso, che schianta le più annose selve dell’amicizia » ; elle est également qualifiée de « terremoto, che scuote da’ fondamenti i più sovrani edifici delle confidenze », de « tempesta di mare horrida, e spaventevole, che dentro le voragini dell’onde ogni ben alto naviglio sepelisce di gran beneficio »68, tandis que, dans un registre parallèle mythologico-littéraire, l’intérêt constitue aux yeux de Sgualdi le « vero Lethe nelle republiche »69, qui fait perdre au citoyen qui en est atteint, la mémoire des profits, de l’amour, de la haine et des offenses.

  • 70   Ibidem, « Al lettore », s. p.
  • 71   Ibidem, VII, p. 262.
  • 72   Ibidem, I, p. 32.

13Cette dernière métaphore est l’un des indices signifiants de la dimension littéraire du discours de Sgualdi qui, comme les premiers compositeurs d’opéra voulant échapper au tedio d’un recitar cantando continu, cherche à son tour à fuir l’austérité d’un discours politique trop sérieux. S’il prône la défense de la vérité et l’usage d’une écriture d’une grande clarté pour mieux asseoir son argumentaire tout au long du traité, il n’en défend pas moins le recours aux exemples littéraires prestigieux – outre les grands poètes de l’Antiquité, comme Ovide ou Homère, il convoque les modernes tels que le Tasse ou Maffeo Barberini – et plus globalement l’usage d’un discours analogique pour mieux servir le précepte horacien de « l’utile dulci miscere » : « Ma chi me ne stimerà reo, se dirò d’haver ciò fatto a cagione di levarti di quella noia, che ti havrebbe potuto recar una continuata lettura di cose serie ? »70 Cette profession de foi programmatique trouve un écho explicite au milieu du septième livre, lorsque Sgualdi fait un éloge appuyé de la fable poétique – repris là encore du précédent traité – en montrant les différents niveaux de lecture qu’autorise précisément l’écriture métaphorique – dont l’allégorie constitue une des nombreuses modalités, autorisant ainsi un processus directement affilié au paradigme rhétorique, l’explication d’une idée par l’image, par le discours pathétique de l’analogie : « Non sono favole presso gl’huomini saputi, le favole de’ poeti ; sono pensieri d’esquisitezza, e di fiorita dottrina ; ma fa egli di mestiere, che bene s’apprendano. Il senso loro allegorico è altretanto vero, quanto falso, ed incredibile il letterale »71. Ce processus analogique est à l’œuvre dès le début de l’ouvrage, lorsque Sgualdi compare l’acteur politique à un acteur de théâtre : « Ché la grandezza della fortuna d’un huomo è una scena, la quale alla mutatione d’ogn’atto della favola di sua vita, si varia, e si cambia »72. Deux pages plus loin, la reprise de la métaphore théâtrale renforce le lien que l’auteur établit entre le littéraire et le politique :

  • 73   Ibidem, I, pp. 34-35.

Sia pure una scena a maraviglia, di statue, di pitture, e di mille altre vaghezze abbigliata, & adorna : sien pure di sceltezza, e nell’arte maestri gli attori, che ad ogni modo gradita giammai non sarà quella favola, che colle stesse apparenze, co’ gli stessi habiti, e dalle stesse persone venga rappresentata.
Così, e non altramente dobbiamo dir noi, che sul palco della republica, non mai sarà di gusto il veder l’istesso modo di governo, e sempre gli stessi huomini collo scettro in mano, e colla toga in dosso della publica autorità, quando fossero ben soggetti, nati al commando, degni d’imperio, e non men saggi, ne men prudenti de’ Soloni, de’ Licurghi, e de’ Romuli.73

  • 74   Ibidem, X, p. 371.

14La métaphore théâtrale, qui reprend un topos de l’analyse politique, fait écho tout à la fois à la précellence de l’écrit, évoquée dans l’adresse au lecteur, et au triomphe du livre à la fin du traité : « I libri sono all’huomo consiglieri di verità »74. Elle légitime les nombreuses références littéraires qui parcourent le discours politique, achevant de faire du récit utopique du Seicento un autre texte hybride – à l’instar du roman ou du théâtre musical – propre à l’esthétique baroque des contrastes et des registres mêlés.

Haut de page

Notes

1 V. Sgualdi, Della Republica di Lesbo overo della Ragione di stato in un dominio aristocratico, Bologna, Tebaldini, 1640.

2 Id., L’Aristocrazia conservata overo del Decemvirato di Lesbo, Venezia, Sarzina, 1634.

3 Id., L’Uticense aristocratico overo Il Catone, Bologna, Heredi del Benacci, 1645.

4 Sur le récit utopique en Italie, cf. A.-C. Fiorato, La cité heureuse. L’utopie italienne de la Renaissance à l’âge baroque, Paris, L’Harmattan, 2001. Voir aussi, chez le même éditeur, C. Pitiot, Mondes sages, mondes fous dans l’Italie de la Renaissance et de l’âge baroque, Paris, L’Harmattan, 2001. Plus généralement sur le genre utopique, cf. J. Servier, Histoire de l’Utopie, Paris, Folio Essais, 1991, et la belle synthèse de C. G. Dubois, Problèmes de l’utopie, Paris, Minard, « Archives des lettres modernes », 1968.

5 Traduit par Ortensio Landi, La republica nuovamente ritrovata del governo dell’isola d’Eutopia, Venezia, A. F. Doni, 1548.

6 Cf. Les Utopies à la Renaissance, Bruxelles, Presses Universitaires de Bruxelles, Paris, Presses Universitaires de France, 1963.

7 Comme en témoignent, par exemple, Gli indomabili (1922) de F. T. Marinetti, La città giardino (1953) de Carlo Doglio, Il Paradiso delle Uri (1966) d’Andrea D’Anna, ou bien sûr Le città invisibili (1972) de Calvino, mais les exemples sont très nombreux. Pour une liste (presque) exhaustive du récit utopique, cf. L. Tower Sargent et R. Schaer (éds), Utopie. La quête de la société idéale en Occident, Paris, Bibliothèque Nationale de France – Fayard, 2000.

8 « Après les suggestions utopiques marginales de Francesco Sansovino, Jérôme Cardan, Ortensio Landi, Francesco Pucci, un nouveau projet organique de société s’apparentant à l’utopie apparaît dans les années 1580 : la république imaginaire de Lodovico Agostino, d’empreinte nettement contre-réformiste. Puis c’est la Cité du Soleil (1602) du philosophe calabrais Thomas Campanella, qui domine de sa haute stature toute cette production. Enfin, trois “discours” utopiques de Ludovico Zuccolo semblent clore en 1625 cette période assez longue mais nettement circonscrite : celle où l’on voit se mettre en place le programme de restauration de la Contre-Réforme et se développer la réalité et la théorisation de l’État absolu », A.-C. Fiorato, La Cité heureuse, cit., « Introduction », pp. 9-10. C’est également la position de Catherine Pitiot lorsqu’elle écrit de Zuccolo qu’il est « l’auteur des dernières utopies italiennes du XVIIe siècle », C. Pitiot, Mondes sages, mondes fous, cit., 2001, pp. 135-136.

9 Né à Pesaro en 1608, il y effectua des études de philosophie avant d’aller à Rome suivre un enseignement de théologie, puis à Venise où il fut accueilli par l’académie des Incogniti ; ses positions favorables à la curie romaine le firent progressivement s’éloigner du milieu libertin de la Sérénissime. Il consacra ses derniers opuscules à la glorification de la monarchie papale, avant de publier son ouvrage le plus célèbre et le plus diffusé, La vita del duca di Valentino, Monte Chiaro [Parigi], 1655. Sur Tomasi, cf. G. Arbizzoni, La verità e il disinganno : editi ed inediti di Tomaso Tomasi, in « Studi per Eliana Cardona » a cura di G. Arbizzoni e M. Bruscia, Urbino, Università degli studi, 1989, pp. 43-75, ainsi que l’ample introduction de M. Gabucci à sa récente édition de Gli ultimi tratti d’una penna che muore, Firenze, Le Cariti Editore, 2011, pp. 9-80, sorte de testament littéraire et biographie intellectuelle de l’écrivain ; comme pour Sgualdi, une notice bio-bibliographique figure également dans Le Glorie degli Incogniti, Venezia, Francesco Valvasense, 1647, pp. 416-419.

10   Tomaso Tomasi, Il Giardino d’Atlante, Venezia, Bertani, 1641.

11   Id., La Spinalba. Antica storia del nuovo mondo, Venezia, Valvasense, 1647 ; l’ouvrage parut une première fois, comme paraphrase des deux dialogues platoniciens sur l’Atlantide, sous le titre Le antiche istorie del nuovo mondo, Roma, Tani, 1643.

12  Sur cette question essentielle, cf. l’ouvrage collectif Instabilità e metamorfosi dei generi nella letteratura barocca, a cura di S. Morando, Venezia, Marsilio, 2007.

13   Dans les années séparant l’ouvrage de Giovanni Botero (1589) et celui de Scipione Chiaramonti (1635), l’Italie voit sortir des presses un vaste ensemble de traités consacrés à la « raison d’État », G. Borelli, Aristotélisme politique et raison d’État en Italie, in Y.-C. Zarka (éd.), Raison et déraison d’État. Théoriciens et théories de la raison d’État aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, PUF, « Fondements de la politique », 1994, p. 173.

14   Fondée en 1630 par Giovan Francesco Loredano, elle fut l’une des plus importantes institutions littéraires de la Péninsule du Seicento ; sur cette académie, nous nous permettons de renvoyer à notre étude : J.-F. Lattarico, Venise incognita. Essai sur l’académie libertine au XVIIe siècle, Paris, Honoré Champion, coll. « Libre pensée et littérature clandestine » n° 49, 2012.

15   Le Glorie degli Incogniti, cit., pp. 428-432.

16   « Lo Sgualdi […] potè poi anch’egli con grido di seconda fama erger cattedra di Filosofia nel Convento di S. Simpliciano di Milano », ibidem, p. 430.

17   L’Aristocrazia conservata, « Al Serenissimo e eccellentissimo Senato di Vinetia », cit., s.p.

18   Sur ce thème, cf. Le Gouvernement mixte. De l’idéal politique au monstre constitutionnel en Europe (XIIIe - XVIIe siècle), études réunies et introduction par M. Gaille-Nikodimov, « Institut Claude Longeon », Saint-Étienne, PUSE, 2005.

19   Cf. R. Descendre, Sur l’effacement du modèle de la constitution mixte dans les discours italiens de la raison d’état : Botero, Boccalini, Zuccolo, ibidem, pp. 71-94.

20   Della Republica di Lesbo, « Al Serenissimo e eccellentissimo Senato di Venezia », cit., s.p.

21   Sur le mythe de Venise, considérée comme l’incarnation d’une nouvelle Atlantide, cf. N. Salomon, Venezia inabissata, Milano, Mimesis, 2004 [trad. fr., Venise engloutie, Paris, Mille et Une Nuits, 2008]. Par d’autres aspects, c’est au modèle aristotélicien d’un État à l’extension mesurée que se réfère l’histoire politique de la Sérénissime.

22   « e aperta la strada Tomaso Moro, non so, se più celebre per la santità della vita, o pel sodo della Dottrina, inventò una Republica a cui diè titolo d’Utopia, piena di buone massime, né ad altro fine, che per poter insegnar senza invidia, e senza pericolo d’odio, o di pena, a correttione del corrotto ne’ suoi tempi », V. Sgualdi, Republica di Lesbo, cit., « Al lettore », s.p. Une référence en partie reprise de l’Aristocrazia conservata : « Tomaso Moro, Gran Cancelliere d’Inghilterra, altrettanto celebre per la Santità della vita, quanto illustre per la Dottrina, inventò una Republica sotto titolo d’Utopia copiosa di salutevoli Precetti, & assai più praticabile di quella di Platone, e non per altro, se non per poter con libertà correggere i corrotti costumi, e degli huomini del suo tempo senza pericolo d’odio », L’Aristocrazia conservata, cit., p. 15.

23   Ibidem, p. 15.

24   Ibidem, p. 28.

25   C. G. Dubois, Problèmes de l’utopie, cit., p. 9.

26   Voir sur ce sujet l’ouvrage le plus complet – une étude des textes littéraires sur l’utopie – de R. Trousson, Voyages au pays de nulle part, histoire littéraire de la pensée utopique, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1979.

27   Sur la question du mythe de Venise, cf. G. Benzoni, Venezia tra mito e realtà, in Il mito di Venezia : una città tra realtà e rappresentazione a cura di Peter Schreier, Roma, Edizioni di Storia e Letteratura, 2006, pp. 1-24.

28   Au sens où l’entend Jean-François Pradeau à propos de l’Atlantide platonicienne ; cf. J.-F. Pradeau, La communauté des affections. Études sur la pensée éthique et politique de Platon, Paris, Vrin, 2008, « Chapitre X. L’Atlantide de Platon, l’utopie vraie », pp. 189-208. La filiation avec le modèle républicain de Platon a d’ailleurs été revendiquée par certains vénitiens, comme Trébizonde dans son commentaire aux Lois du philosophe grec ; cf. T. Berns, « Construire un idéal de constitution mixte à la Renaissance. L’enseignement de Platon par Trébizonde », in Le gouvernement mixte, cit., pp. 25-38.

29   « Signori, fui mosso già, quando sul più verde de gli anni, a cagione di studio, mi tratteneva in Padova, a scrivere della ragione di stato in un dominio Aristocratico », Della republica di Lesbo, cit., s. p.

30   Bologna, Heredi del Benacci, 1645, Modena, Soliani, 1647, Venezia, Baba, 1648 et Modena, Soliani, 1649, contre une seule édition de l’Aristocrazia conservata (Venezia, Sarzina, 1634).

31   Bologna, per Nicolò Tebaldi, 1640 ; Bologna, G.B. Ferroni, 1642 ; Respublica Lesbia sive De iure aristocratici domini, Bologna, Tebaldi, 1646.

32   « Vivi potentissima Republica, figliuola di Giove, madre d’Heroi, regina del mare, sale della terra, sole del ciel politico. Vivi famosa Aristocratia, augusta adunanza di tanti principi, nobilissima corona di tante corone », Della republica di Lesbo, cit., s. p.

33   Ibidem, « Lettore », s. p.

34   « E molti si sono immaginati republiche e principati che non si sono mai visti né conosciuti in vero essere […]. Lasciando adunque adrieto le cose circa uno principe immaginate, e discorrendo quelle che sono vere… », N. Machiavel, Le Prince / De Principatibus, trad., comm. et introd.. J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, Paris, PUF, 2000, p. 136.

35   Si l’on excepte La città felice de Francesco Patrizi qui est une claire représentation de la République de Saint-Marin.

36   Cf. V. Fortunati, Scrittura di viaggio e scrittura utopica, in Viaggi in Utopia, a cura di R. Baccolini, V. Fortunati, N. Minerva, Ravenna, Longo, 1996, pp. 13-19.

37   C’est le cas bien sûr du texte de More, de La nouvelle Atlantide de Bacon ou de la plupart des utopies italiennes, comme par exemple celle de Campanella, La città del Sole (Francfort, 1623) : « Sorge nell’ampia campagna un colle, sopra il quale era la maggior parte della Città », ou encore celle de Zuccolo, La Republica d’Evandria (Venise, 1625) : « Tu dei sapere, figliuol mio, che là negli ultimi termini dell’Asia, proprio in quella parte la quale risguarda l’isola di Utopia, è posta la bella e fertile provincia dell’Evandria ».

38   Della Republica di Lesbo, cit., I, pp. 1-2.

39   Ibidem, pp. 2-3.

40   Catherine Pitiot, Mondes sages, mondes fous, cit., p. 167.

41   « Fu la terra di Lesbo ferace d’huomini illustri, e féconda di pellegrini ingegni ; e fra molti alla posterità tramandano le storie un Pittaco, gloria, e corona del collegio de’ sette savi della Grecia, un Alceo poeta, da Quintiliano al grande Homero adeguato, Saffo poetessa, che ’l nome, e l’origine diè al verso Saffico ; Teofrasto, e Fannia uditori d’Aristotele, Arione, e Terprando musici di nominata… », La Republica di Lesbo, cit., I, p. 3.

42   Cette idée transparaît explicitement dès la dédicace à Laurent le Magnifique qui ouvre le traité du Prince : « Né voglio sia imputata prosumptione se uno uomo di basso et infinito stato, ardisce discorrere e regolare e governi de’ principi ; perché, così come coloro che disegnano e paesi si pongono bassi nel piano a considerare la natura de’ monti e de’ luoghi alti e, per considerare quella de’ luoghi bassi, si pongono alto sopra e’ monti, similmente, a conoscere bene la natura de’ populi, bisogna essere principe et, a conoscere bene quella de’ principi, conviene essere populare », N. Machiavel, Le Prince / De Principatibus, cit., p. 42.

43   G. Botero, Relatione della Republica Venetiana, con un discorso intorno allo Stato della Chiesa, Venezia, Giorgio Varisco, 1605.

44   B. Bonifacio, Dell’Aristocrazia, Venezia, 1620; sur ce traité, cf. S. Secchi Olivieri, Governo aristocratico e patrizi nell’opera di Baldassare Bonifacio, in Eresie, magia, società nel Polesine tra ’500 e ’600, a cura di A. Olivieri, Rovigo, 1989, pp. 211-233.

45   Voir sa notice biographique dans les Glorie degli Incogniti, cit., pp. 74-79 ; sur Bonifacio on consultera l’article très documenté de E. Zerbinati, Autobiografia, storia e letteratura nella Peregrinazione di Baldassare Bonifacio, in « Acta Concordium », n° 15, Supplemento a « Concordi » n. 2, aprile 2010, pp. 1-65.

46   « Ladri, che in più maniere s’appropriano le fatiche de gli studi altrui », « Che si dee non torre l’altrui, ma trovar cose nuove del suo », « Come possa rubarsi da gli scritti altrui con buona coscienza, e con lode », D. Bartoli, Dell’Huomo di Lettere difeso et emendato. Parti due, In Firenze, Nella Stamperia di S. A. S. alla Condotta, 1645, pp. 58-77

47   Ibidem, p. 58.

48   V. Sgualdi, La Republica di Lesbo, cit., « Al lettore », s. p. On trouve d’autres exemples de ce genre tout au long du traité : « Ardono alla face d’amore le città, s’inceneriscono i regni, non che s’inteneriscono i cuori de gli huomini », ibidem, p. 247, ou encore : « Così l’anima dell’ambitioso soggiorna più lungamente nel trono, dove ella aspira, che nel corpo, dove ella sospira », ibidem, p. 335.

49   « E qual legge, qual dogma interdisse giammai a’ filosofi, l’ingresso nelle corti ? V’entrino pure, e di là n’eschino i gnatoni, gli adulatori, i Bodini, e gli empi Macchiavelli », ibidem, p. 344.

50   Cf. Romain Descendre, L’État du monde. Giovanni Botero entre raison d’État et géopolitique, Genève, Droz, p. 89-93.

51   V. Sgualdi, La Republica di Lesbo, cit., p. 11. Une idée reprise quelques lignes plus loin : « Chiaro lume nell’oscuro dell’ambiguità, che cadono nell’appartenenze di stato, è il governarsi a casi seguiti. Sicuro indirizzo alle cose future è la considerazione delle passate », ibidem, p. 12. Dans le second livre, c’est un autre précepte machiavélien qui est repris par Sgualdi, la nécessité de la peine, dont la crainte qu’elle suscite auprès des citoyens permet d’assurer la stabilité de l’État : « Non può senza il timor della pena governarsi uno stato, ne frenarsi bastevolmente un’esercito », ibidem, p. 48.

52   Ibidem, p. 147.

53   Ibidem, p. 128.

54   Ibidem.

55   Ibidem, p. 146.

56   Ibidem, p. 122.

57   « Se parlo di cosa, che non è, chi dira, ch’io aduli, se lodo ; che malvoglia, se biasimo. Ne’ secoli corrotti, non può portarsi, che corretta la verità », ibidem, s. p.

58   « E per parlare più da vicino, videro pur’ anche gli avoli nostri, poco men, che caduta nell’inestricabil fosso della servitù la republica di Genova, per la prodigiosa grandezza di due suoi cittadini… », ibidem, p. 123. La référence à la situation génoise est déjà présente chez Machiavel (Prince, III, 34).

59   « Disordine, che difficilmente può succedere in quella di Venetia (dove non so, se Italia pianga, o pur se goda, in veder picciol sì, ma però Augusto, e florido vestigio dell’antica sua libertà) poiché non così tosto vede inalzarsi alcuno de’ suoi cittadini, al volo della superiorità, che subito gli sterpi i vanni, e cader lo fa allo stato dell’ordinaria civile fortuna », ibidem, p. 124.

60   Ibidem, p. 94.

61   F. Sansovino, Venetia, Città nobilissima e singolare, Venezia, Appresso Iacomo Sansovino, 1581. L’œuvre connaîtra de nombreuses rééditions, notamment au XVIIe siècle, en particulier en 1663 avec les ajouts et commentaires de Giustiniano Martignoni.

62   C’est le cas en particulier du Principe studioso, publié en 1643 et donc quasi contemporain du traité de Sgualdi, dans lequel l’auteur souligne l’importance de l’éducation rhétorique et livresque du futur souverain, au sein d’une querelle topique sur la primauté des armes ou des lettres, corollaire du rapport entre vie active et vie contemplative, à propos desquels Tomasi ne choisit pas : « Non bisogna pregiudicare a se stesso con violentare a se stesso : purché si camini alla virtù, a gli onori, alle glorie poco [c]onta per qual strada si vada. Nobilissima è quella dell’armi, intorno a cui altro non m’occorre che dire ; degnissima è quella delle lettere in proposito del cui studio deggio proseguire al mio intento ne’ succedenti capitoli », T. Tomasi, Il principe studioso, a cura di M. B. Pagliara, Lecce, Pensa Multimedia, 2002, p. 136. Dans la dédicace au Sénat de Venise de son discours, Sgualdi reprend très exactement la même idée : « E mentre sto sospeso, se cedino in Venetia l’armi alla toga, la laurea alla lingua, o pure, se ad amendue signoreggi la spada ; ecco, che mi si fà incontro la maestà della republica, non men di lettere guernita nell’armi, che d’armi corredata nelle lettere », V. Sgualdi, La Republica di Lesbo, « Al Serenissimo Principe et eccellentissimo Senato di Venezia », cit., s. p.

63   Cf. Le Prince, III, 26-28 et XIII, 23-24, à travers la métaphore du prince-médecin, dont l’origine remonte à Polybe et à Platon (La Politique). Sgualdi lui-même rappelle explicitement cette filiation : « così le republiche, le quali sono da Polibio paragonate a’ corpi de’ viventi, non ricevono in tutti i loro periodi il nutrimento dal cibo de gli stessi ordini ; ne col rimedio delle stesse leggi proveggono al bisogno delle loro infermità », La Republica di Lesbo, cit., X, p. 365.

64   Ibidem, II, p. 51.

65   Ibidem, IV, p. 160.

66   Ibidem, VIII, p. 289.

67   Ibidem, VI, p. 232. Rappelons que dans l’adresse au lecteur, Sgualdi avait déjà employé cette métaphore du voyage constellé de péripéties, lorsqu’il écrivait que « Naviga il mar Egeo, chi scrive di politica », ibidem, « Al lettore », s. p.

68   Ibidem, VII, p. 252.

69   Ibidem, VIII, p. 287.

70   Ibidem, « Al lettore », s. p.

71   Ibidem, VII, p. 262.

72   Ibidem, I, p. 32.

73   Ibidem, I, pp. 34-35.

74   Ibidem, X, p. 371.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Lattarico, « Utopies vénitiennes
À propos de La Republica di Lesbo de Vincenzo Sgualdi
 », Italies, 17/18 | 2014, 551-572.

Référence électronique

Jean-François Lattarico, « Utopies vénitiennes
À propos de La Republica di Lesbo de Vincenzo Sgualdi
 », Italies [En ligne], 17/18 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 18 septembre 2017. URL : http://italies.revues.org/4892 ; DOI : 10.4000/italies.4892

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org