Navigation – Plan du site
Fictions du voyage

Le mythe de « l’Estero »
dans Menzogna e sortilegio d’Elsa Morante

Ilaria Splendorini
p. 667-681

Résumés

Cloîtrée dans sa chambre depuis trois lustres et en proie à des rêveries incessantes ayant pour protagonistes ses parents et ses ascendants anoblis par son imagination, la narratrice de Menzogna e sortilegio estime que le seul moyen de guérir de son repliement autiste en démythifiant ses origines est de retracer par écrit, grâce à la dictée de ses défunts, leur véritable histoire : la chronique véridique d’une pauvre famille bourgeoise. Le mythe de “l’Estero”, récurrent dans les récits, dans les projets de voyage imaginaires et dans la correspondance fictive de ses familiari, devient alors un des instruments de cette reductio ad minus à laquelle se livre Elisa, mais aussi, en dernière instance, un moyen pour la narratrice de voyager par procuration, sans avoir à quitter sa chambre, tout en continuant à donner libre cours, sous une autre forme, à ses légendes familiales.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Carlo Sgorlon, Invito alla lettura di Elsa Morante, Milano, Mursia, 1974, p. 113. Et il ajoute : (...)
  • 2 Nos références renverront à l’édition suivante : Menzogna e sortilegio, in Opere, Milano, Mondado (...)
  • 3 Il s’agit des chapitres III de la Première partie et IV de la Deuxième partie (ibidem, p. 69 et p (...)

1Dans l’univers narratif d’Elsa Morante, écrit Carlo Sgorlon, « “Estero” è sempre parola scritta con l’iniziale maiuscola perché appartenente al lessico magico e privilegiato, perché una di quelle che hanno maggior potere nel mettere in moto la fantasia »1. Les propos du critique semblent parfaitement illustrés par deux chapitres de Menzogna e sortilegio2 ayant respectivement pour titre « Progetti per l’Estero » et « Si riparla dell’Estero con l’intervento di Manuelito il Matador, dello Zarevic, ecc. »3, dans lesquels la narratrice Elisa relate les récits de voyage réels ou imaginaires de son grand-père Teodoro et de son cousin Edoardo.

2Recueillie après la mort de ses parents par l’ancienne maîtresse de son père, une prostituée du nom de Rosaria, Elisa vit depuis quinze ans cloîtrée dans sa chambre, victime d’une perte progressive de ses repères temporels et du contact avec la réalité. En proie à des rêveries incessantes ayant pour protagonistes ses parents et ses ascendants, anoblis par son imagination et transformés en des personnages d’un rang très élevé – des rois, des grands-ducs, des saintes, des prophètes qui accomplissent toutes sortes d’exploits –, la jeune femme s’est longtemps livrée à une véritable mise en scène imaginaire de ses origines :

  • 4 E. Morante, Menzogna e sortilegio, cit., pp. 25-26.

Richiusi i miei libri, io mi compiacevo di architettare, nella fantasia, vicende e storie di mia propria fattura, modellate, s’intende, sulle mie favole predilette. Or sebbene le trame da me immaginate variassero secondo i miei umori quotidiani, i protagonisti di esse, invece, eran sempre simili l’uno all’altro (se non proprio uguali), e quasi congiunti da una stretta parentela. Naturalmente, si trattava sempre di re, condottieri, profeti, e gente, insomma, d’altissimo rango. Quando non vestivano un’armatura o un saio, i miei personaggi indossavano costumi d’insuperabile fasto, e quando non eran cinti d’aureola, per lo più eran teste coronate. Ma sotto qualsiasi armatura, o divisa, o gala, si potevan riconoscere in loro sempre le medesime fattezze ; che erano, precisamente, le fattezze a me familiari dei miei propri parenti, vivi o morti […] O impareggiabile prosapia ! Mia madre fu una santa, mio padre un granduca in incognito, mio cugino Edoardo un ras dei deserti d’oltretomba, e mia zia Concetta una profetessa regina.4

3Mais, depuis la récente disparition de Rosaria, les illustres fantômes qui peuplaient les visions d’Elisa se sont évanouis et l’insomnie s’est emparée d’elle : ses fantasmagories ont laissé la place à des “souvenirs” d’une qualité très particulière, puisqu’ils s’étendent au passé de sa famille défunte, et renvoient à des événements ou à des circonstances qui se sont produits avant même sa naissance, auxquels Elisa n’a pu par conséquent assister et qu’elle découvre uniquement grâce au chuchotement de sa “mémoire”. Mais ce chuchotement est en réalité celui de ses morts, qui dictent à leur descendante les pages de leurs chroniques familiales, peut-être dans le but de l’aider à guérir et à se débarrasser de ses légendes familiales, c’est-à-dire de son mal di menzogna.

4Elisa est en effet persuadée que le repliement autiste dans lequel elle a vécu pendant trois lustres et ses rêveries secrètes sont une conséquence de ce qu’elle appelle la menzogna, que ses ascendants lui ont transmise comme une maladie. Il s’agit d’une sorte de mythomanie qui, dans des formes plus ou moins graves, affecte depuis des générations les membres de sa famille : le malade finit par croire à ses propres mensonges, il veut vivre les scénarios qu’il a d’abord imaginés et adorer des idoles qu’il a lui-même créées, bref il nie le principe de réalité pour se réfugier dans l’irréel. L’écriture des chroniques familiales est alors perçue comme thérapeutique car elle devrait permettre à Elisa de rechercher dans la maladie de ses ascendants les racines de sa propre maladie pour tenter de les extirper et de démythifier ses origines en retraçant par écrit, grâce à la dictée de ses défunts, leur véritable histoire : la chronique véridique d’une pauvre famille bourgeoise.

Les voyages imaginaires du Cousin

5Une des premières victimes de cette reductio ad minus de ses origines à laquelle Elisa se livre dans les chroniques est le cousin Edoardo : le « ras des déserts d’outre-tombe » qui hantait jadis les rêveries diurnes de la narratrice n’est autre que le rejeton de fin de race d’une famille aristocratique, un giovin signore oisif et vaniteux, s’habillant à la dernière mode et faisant venir ses costumes de Paris. Ses récits de voyage – plus exactement, les récits relatifs à ses futurs voyages – sont d’une vanité et d’une mégalomanie presque comiques : Edoardo raconte à sa cousine Anna (la mère de la narratrice) qu’il traversera le désert comme les anciens Rois mages, suivi d’une foule innombrable de serviteurs et d’épouses, et que les sultans et les vizirs viendront à sa rencontre, honorés de pouvoir lui rendre visite ; ensuite, quittant le désert pour les steppes enneigées de la Russie, le Cousin s’imagine déjà en train de chasser en compagnie du Tsarévitch et de la Tsarevna. Car les Cerentano, à ce qu’il prétend, jouissent de l’amitié de toutes les cours d’Europe, et sont toujours accueillis en hôtes de marque et en amis par les rois et les empereurs. Élevé par sa mère comme le monarque absolu de la maison, Edoardo se figure pouvoir entretenir un jour des relations privilégiées avec les puissants de ce monde :

  • 5 Ibidem, pp. 223 à 227.

Il cugino parlava come se tutte le città della terra dovessero commuoversi al suo arrivo, né più né meno che all’arrivo d’un sovrano, e Anna non dubitava che così fosse. Inoltre, egli non pareva interessarsi affatto alle costumanze, alle esperienze, ai panorami varî e nuovi che lo aspettavano : la sola cosa che vagheggiava e pregustava eran gli onori che lui stesso raccoglierebbe nelle contrade straniere, e i bellissimi effetti che farebbe la sua persona in cornici tanto diverse. Qua egli si raffigura issato sul dorso d’un dromedario […] con un turbante in testa, una gran cintura tempestata di gemme, e babbucce di vel-luto ai piedi. […] In Ispagna, invece, egli si vestirà da torero […]. Ma adesso lasciata l’ardente Spagna per le gelide steppe e i campi della Russia nevosa, Edoardo s’accinge a calzare stivaloni di cuoio […] sfoggerà quando una pelliccia di volpi nero-argento, e quando una di martora dorata, completata da un colbacco nero. In tale abito, viaggerà su una slitta trainata da cani magnifici […]. Nel descrivere ad Anna gli strabilianti costumi che si ripro-metteva d’indossare, le domandava ogni momento : – Non ti pare che starò bene vestito così e così ?5

6En proie à un enthousiasme grandissant, Edoardo se transporte en imagination dans les pays lointains et exotiques qu’il évoque. L’illusion devient de plus en plus réelle, comme en témoignent les brusques changements de temps : on passe du futur dans le passé au futur, puis au présent. Toutefois, dans ses récits, le jeune homme ne semble pas s’intéresser le moins du monde aux différents pays dans lesquels il envisage de se rendre, et qui sont regroupés sous l’appellation générique de « contrées étrangères », ou désignés à l’aide de formules aussi banales et insipides que « l’ardente Espagne » ou la « Russie neigeuse » : l’absence de descriptions géographiques ou de notations relatives au paysages, aux habitants ou aux coutumes locales s’explique par le fait que les yeux d’Edoardo sont constamment rivés sur lui-même et aveugles à tout ce qui l’entoure. L’étendue illimitée du désert, les steppes enneigées de la Russie, les arènes espagnoles ne sont qu’un décor ou une toile de fond sur laquelle se détache l’élégante silhouette du Cousin : il s’agit de paysages de carton-pâte dont la seule fonction est de mettre davantage en relief les tenues raffinées du jeune homme qui, telle une gravure de mode ou un jeune premier vaniteux et adulé par le public, se plaît à changer souvent de costume, se parant en imagination de vêtements plus somptueux les uns que les autres.

7De fait, l’imaginaire d’Edoardo est rempli d’images stéréotypées et de clichés photographiques, comme le souligne avec force le style de chroniqueur mondain adopté par Elisa : un chroniqueur qui suivrait les déplacements d’un personnage aristocratique ou célèbre. Toutefois, si la narratrice insiste tant sur la description de ces vêtements luxueux et de ces parures, ce n’est pas uniquement dans le but de fustiger l’insupportable fatuité du noble rejeton des Cerentano, de se moquer de son défilé de mode imaginaire et de ses poses : ce qu’Elisa veut montrer avant toute chose, c’est que son épopée familiale s’inscrit dans le droit fil des représentations chimériques du Cousin. Les costumes de scène qu’Edoardo revêt tour à tour, au gré de sa fantaisie, dans ses voyages imaginaires et dans cette mise en scène féérique de soi, sont les ancêtres des « costumi d’insuperabile fasto » dont Elisa, telle une costumière, revêtira plus tard ses parentieroi.

La géographie imaginaire de la Cousine

8Parvenues à un certain endroit du récit de leurs chroniques familiales, les voix des ascendants défunts se taisent brusquement et Elisa se voit désormais contrainte de raconter uniquement des événements auxquels elle a assisté ou qu’elle a personnellement vécus. Les deux dernières parties de Menzogna e sortilegio sont consacrées au récit autobiographique de l’enfance de la narratrice, notamment de la dernière année qui a précédé la mort de ses parents. Une période marquée par des épisodes troublants et des circonstances dramatiques, où la jeune Elisa a été témoin, entre autres, du basculement de sa mère Anna dans l’irréel et la folie après la mort d’Edoardo, le grand amour de sa vie. En apprenant que ce dernier est décédé, la jeune femme réagit aussitôt en refusant de se résigner à l’évidence de cette mort et en rédigeant la fausse correspondance du Cousin : des lettres qu’elle s’adresse à elle-même tout en finissant par se persuader que le véritable auteur en est Edoardo – un Edoardo toujours vivant qui entreprendrait d’écrire à sa cousine bien aimée lors de ses fréquents voyages aux quatre coins de la planète. La physionomie des villes citées dans cette pseudo-correspondance est, la plupart du temps, méconnaissable et ne correspond à celle d’aucune ville existante ; plus exactement, il s’agit toujours d’un mélange indéfinissable de différentes métropoles, situées souvent sous des latitudes opposées. On s’aperçoit alors que la géographie de la correspondance fictive est, dans une large mesure, influencée par les récits de voyage imaginaires qu’Edoardo avait fait de son vivant à Anna, comme l’attestent également le style emphatique, le lexique et les tournures plates et convenues, les images et les comparaisons éculées et insipides de ces lettres :

  • 6 Ibidem, pp. 791-792.

Una lettera per esempio incomincia : Cara Cugina, ti scrivo da Parigi, la « Ville Lumière » dei folli carnevali, la Babilonia d’Occidente, sentina di tutti i vizi e vertice di tutti i trionfi mondani…, e un’altra : Anna ! eccomi a Costantinopoli, regno delle Mille e una notte, nido opulento di favorite e di vizir…, e una terza : Oh, mia sposa, come descriverti questa metropoli indiana, tenebroso connubio di fasto e di degradazione…, e via di seguito. Da detti esordi, avrete potuto già farvi un’idea dello stile di questo carteggio.
[…] pur serbando i soliti nomi presi in prestito dall’Atlante, in realtà, [le singole città] così come ce le mostra il viaggiatore, non somigliano per nulla, non dico alle loro omonime, ma a nessuna città ritrovabile sulla sfera terrestre ; e il finto viaggiatore svela, nel descriverle, una selvaggia ignoranza della storia e della geo-grafia. Pur figurando, come s’è visto, su diverse, e magari opposte, latitudini, le sue città si rassomigliano tutte : sì da apparir quasi, infine, un’unica metropoli stesa per tutto il globo, voglio dire per quella parte del globo cui si dà il nome di Estero. È inutile soffermarsi sugli inverosimili particolari di questa oscura Babilonia. Basti dire che in essa il teatro, i fuochi e la gioielleria d’Oriente s’incontrano col macchinoso tumulto occidentale ; a un aureo brulichio di terrazze merlate, di pinnacoli e di guglie s’alternano panorami di cemento e d’acciaio. E il medioevo germanico leva le sue tetre, mistiche architetture fra le grandi sabbie e i mari africani.
[…] Vengon citati senza risparmio […] imperatori, sultani, re e regine coi quali, a ciò che sembra, il viaggiatore è in grande con-fidenza, anzi familiarità.6

  • 7 Ibidem, pp. 222-223.

9Autrefois exclue des projets de voyage grandioses esquissés par Edoardo lors de leurs rencontres amoureuses, Anna peut maintenant prendre sa revanche en orchestrant elle-même, à travers sa régie épistolaire, les voyages imaginaires du Cousin. En fin de compte, en faisant voyager l’expéditeur fictif de ses lettres, Anna voyage elle aussi par procuration, accomplissant ainsi en imagination la promesse que lui avait faite jadis son père Teodoro et qu’il n’avait pu tenir : « egli nominava alla cugina le città che intendeva visitare, e ch’eran poi le stesse di cui, da bambina, ella aveva udito parlare da suo padre. Senonché, mentre Teodoro le prometteva di condurla con sé nei viaggi, il cugino pareva compiacersi, invece, della fatale assenza di lei dai propri magnifici disegni »7. Durant son enfance, Anna avait souvent projeté de partir à l’étranger avec son père, et les descriptions des pays et des régions autrefois visités par Teodoro, l’évocation des fabuleux itinéraires qu’ils allaient refaire ensemble avaient ébloui la fillette. Pour mieux frapper son imagination, dans ses récits Teodoro ne s’en tenait que partiellement à la science géographique et à son expérience véridique :

  • 8 Ibidem, p. 77.

Per non confondere con nomi astrusi la mente infantile dell’ascoltatrice, egli soleva raccogliere, nei suoi racconti, tutti quei paesi remoti e stranieri sotto l’unico nome di : Estero. E le descriveva […] le città dell’Estero, che si chiamavano Parigi, Venezia, Pechino, Calcutta, Nuova York, Pietroburgo. [...] Le città da lui descritte erano strane contaminazioni d’opposte metropoli, nelle cui piazze imperiali la Leggenda e l’Utopia sede-vano in mezzo a uno sciame di scherzose favole paterne. Ma Anna ascoltava simili descrizioni e progetti con una fiducia religiosa, non dubitando ch’egli manterrebbe, prima o poi, le sue promesse, e la condurrebbe seco all’Estero […] ella andava costruendo tuttavia, su quei racconti paterni, una sua geografia strabiliante.8

10La correspondance fictive du Cousin est donc le fruit d’une contamination ou, plus précisément, d’un télescopage : celui des récits de voyage réels ou imaginaires de Teodoro et d’Edoardo avec leur cortège d’images, de souvenirs et de légendes.

  • 9 « Non troppo diversamente dalla puerile Elisa, uno che si dilettasse di studi occulti o di magίa (...)
  • 10   « Altra risposta non rimane fuor di quella che darebbe un onesto scienziato, un medico, o sempli (...)
  • 11   Comme si cette inattention n’était pas déjà suffisamment lourde de conséquences, Elisa commet un (...)

11C’est du moins ce que l’on serait tenté de croire si, en commentant la pseudo-correspondance de sa mère, Elisa ne commettait en quelque sorte un faux pas, une “distraction” compromettante qui met sérieusement à mal l’authenticité des chroniques familiales dictées par ses ascendants défunts et, par là même, l’existence des récits de voyage de son grand-père Teodoro et de son cousin Edoardo. La narratrice se souvient que, lorsqu’elle était enfant, la question de savoir si le Cousin était l’inspirateur ou le véritable auteur des lettres écrites par sa mère n’avait aucun sens pour elle et ne l’effleurait même pas ; dans la mesure où Anna affirmait que ces lettres étaient l’œuvre d’Edoardo, la petite Elisa n’avait pas lieu de douter de la sincérité de ses propos. Avec le recul, la narratrice adulte qualifie de puérile sa croyance de jadis, et de « vapeurs troubles » l’hypothèse que pourrait émettre un adepte des sciences occultes ou du spiritisme : à savoir que la “correspondance” d’Anna aurait été directement inspirée par le Cousin défunt, et que l’“esprit” d’Edoardo aurait suggéré, voire “dicté” à sa cousine en transe le contenu des lettres9. Se rangeant du côté de l’homme de sciences et du médecin avisé, et choisissant le camp du jugement éclairé, voire du simple bon sens, contre celui de l’obscurantisme et de l’occultisme, la narratrice convient sans trop de difficultés non seulement que la “correspondance” maternelle est indéniablement fictive, mais surtout qu’elle est le fruit d’un esprit morbide, la conséquence de la maladie d’Anna10. Mais, ce faisant, Elisa ne semble pas se douter un seul instant qu’elle vient de commettre une grave erreur : en qualifiant de « fumi » et de « torbidi vapori » l’hypothèse selon laquelle le Cousin aurait suggéré à Anna le contenu des lettres, la fidèle secrétaire de ses morts ne semble pas se rendre compte qu’elle jette également le discrédit sur sa propre écriture médiumnique. Elle se contredit sans le savoir et récuse implicitement la véracité des chroniques familiales dictées par ses ascendants défunts : tout comme la croyance en une intervention suprasensible d’Edoardo, ces dernières ne sont alors que fumées et vapeurs troubles. L’entreprise d’écriture médiumnique et thérapeutique de la narratrice n’est, en fin de compte, qu’un autre visage de sa maladie, et le prolongement, sous une autre forme, de cette fuite hors de la réalité que la jeune femme avait déjà mise en pratique à travers son théâtre mental et ses épopées imaginaires11.

Les voyages par procuration d’Elisa

12Les chroniques familiales sont alors, de toute évidence, une supercherie à laquelle Elisa recourt délibérément afin de pouvoir continuer à donner libre cours, sous une autre forme, à son mal di menzogna et à ses légendes familiales. À travers la rédaction de ces fausses chroniques, qui sont en grande partie une transposition de ses lectures, de ses souvenirs et de son vécu, la jeune femme projette sur ses ascendants son délire fabulateur : à l’instar d’autres personnages, Edoardo-voyageur imaginaire est lui aussi un double d’Elisa. En décrivant les voyages grandioses projetés par ce dernier, la narratrice a essayé de faire croire à ses lecteurs que son délire fabulateur s’inscrivait dans la continuité de son hérédité familiale et était le fruit d’antécédents pathologiques, en l’occurrence des mises en scène imaginaires du Cousin : à travers son épopée fantasque, la jeune femme aurait alors continué à mettre en scène ses ascendants, à les exalter et à les célébrer comme ils l’avaient fait eux-mêmes. Nous savons maintenant ce qu’il en est et qu’il convient d’inverser le rapport de cause à effet : ce ne sont pas les représentations imaginaires d’Elisa qui découlent de celles d’Edoardo, mais le contraire.

13Tout comme sa mère Anna, à travers la rédaction de sa pseudo-correspondance, la narratrice peut elle aussi voyager par procuration, sans avoir à quitter sa chambre, grâce aux voyages imaginaires du Cousin relatés dans les pseudo-chroniques :

  • 12   Ibidem, p. 223.

[…] e viaggerà così, al pari degli antichi re Magi, con un turbante in testa, una gran cintura tempestata di gemme, e babbucce di velluto ai piedi. Al suo seguito, una gran fila di cammelli e dromedari […] molto riccamente bardati, e cavalcati da ragazzi e fanciulle in gran numero, suoi servi i primi, e sue mogli le seconde […]. Non appena egli darà ordine di fermare, pronta-mente essi balzeranno dalle loro cavalcature, e rizzeranno nel deserto delle candide tende, più sontuose delle più sontuose magioni, e ornate in cima di stendardi sventolanti, rossi, aran-cioni, turchini e ori. Da lontano lontano i sultani, i vizir ecc. scorgeranno quelle tende e si comunicheranno l’un l’altro ch’è arrivato Edoardo […].12

  • 13   « Dapprima (ero appena una ragazzetta ancora), il mio non parve che un gioco, o un dilettoso ese (...)
  • 14   « Richiusi i miei libri, io mi compiacevo di architettare, nella fantasia, vicende e storie di m (...)

14Par le truchement de son personnage, Elisa peut ainsi continuer à donner libre cours à ses rêveries et aux spectacles fantasmagoriques de son imagination ; elle peut momentanément renouer la trame de sa saga familiale en y ajoutant un énième épisode, une nouvelle aventure : après avoir été « ras des déserts d’outre-tombe », voici qu’Edoardo se transforme maintenant en une sorte de prince légendaire du désert. Elisa se laisse entraîner par le plaisir de réinventer des décors pour ses fole et de somptueux costumes pour ses parentieroi, succombant de nouveau à la tentation de se livrer à son « gioco »13. Or, c’est justement le plaisir qu’elle prend à s’attarder sur les moindres détails, et à décrire minutieusement les décors et les costumes des personnages, qui la trahit et laisse transparaître son goût très prononcé pour les fables et les contes orientaux14.

  • 15   Ibidem, p. 26.
  • 16   Comme le précise Pier Vincenzo Mengaldo, « quando in un racconto di Edoardo troviamo magioni, po (...)

15Certes, il s’agit une fois de plus d’un Orient de pacotille, qui regorge d’images conventionnelles (la caravane de chameaux, les nombreuses épouses d’Edoardo, la présence de sultans et de vizirs…) contaminées, de surcroît, par des références bibliques (« al pari degli antichi re Magi ») ; cependant Elisa a été la première à reconnaître que l’absence d’originalité était une des principales caractéristiques de ses scénarios imaginaires : « Quanto alle gesta da me architettate, esse eran le meno originali, e le più assurde e barbare che possan darsi nel loro genere »15. L’influence de ses lectures de fables et des contes des Mille et une nuits imprègne l’atmosphère et le style de ce récit ; elle se fait sentir à travers l’invraisemblance de la situation décrite (les sultans et les vizirs qui accourent tous de très loin pour célébrer dignement la venue d’Edoardo, comme les rois mages avaient célébré celle du Messie), la débauche de luxe et de richesse, la magnificence des tissus et le raffinement des couleurs des étendards… Certaines réduplications (« [d]a lontano lontano ») sont typiques du registre fiabesco, ainsi que la profusion de détails, le recours aux tournures hyperboliques (« molto riccamente bardati », « più sontuose delle più sontuose magioni ») et à un lexique littéraire ou précieux (par exemple, le mot « magioni »16). Elisa a beau afficher une certaine désinvolture (« i sultani, i vizir ecc. ») pour signifier qu’elle épargne à ses lecteurs la liste interminable de hauts personnages dressée par le Cousin et s’efforce d’abréger son récit intarissable, elle ne parvient pas vraiment à donner le change : Edoardo-voyageur imaginaire n’est autre qu’un double fantastique d’elle-même. Et il redevient, à l’instar des anciens parentieroi, le protagoniste du théâtre imaginaire de sa descendante : un théâtre qui est, cette fois-ci, visionnaire et narratif à la fois.

*

  • 17   Il s’agit d’un des titoletti de l’« Introduzione alla Storia della mia fami-glia » placée en ouv (...)

16Au final, Elisa recourt à l’écriture uniquement dans le but de pouvoir continuer à vivre en dehors de la réalité : après l’évanouissement des illustres fantômes qui peuplaient ses légendes familiales, la rédaction des fausses chroniques familiales devient un substitut de son épopée mentale. Si les histoires des ascendants d’Elisa sont aussi fictives dans ces pseudo-chroniques que dans sa saga visionnaire de jadis, elles sont cependant beaucoup plus prosaïques et petites-bourgeoises : il n’est plus question désormais de rois, de grands-ducs et de saintes mais de nobliaux déchus, de boutiquiers, d’institutrices et de paysannes. Quelques faibles lueurs des fastes légendaires d’antan éclairent encore cependant, mais sous un jour ironique, les extraordinaires récits de voyage du Cousin : des récits imaginés à partir des lectures de contes, de légendes et de romans d’aventure auxquelles Elisa s’est livrée par le passé, mais aussi à l’aide de passages transposés et déformés de la correspondance fictive d’Anna, que la narratrice a eue sous les yeux. En réinventant le passé d’Edoardo et en lui attribuant de rocambolesques et fabuleux projets de voyage, Elisa ne voyage pas seulement par procuration : elle s’amuse également à donner libre cours à sa veine de conteuse et à son penchant pour l’écriture. Et si les saints, les sultans et les grands capitaines qui hantaient autrefois ses rêveries diurnes ont définitivement déserté sa chambre17, c’est pour laisser la place aux vizirs, aux empereurs et aux tzars qui peuplent les récits de voyage du Cousin, et parmi lesquels Elisa est à nouveau en bonne compagnie.

Haut de page

Notes

1 Carlo Sgorlon, Invito alla lettura di Elsa Morante, Milano, Mursia, 1974, p. 113. Et il ajoute : « ciò che è lontano, per il fatto stesso di non essere vissuto e veduto, ma sognato e immaginato, assume un fascino arcano. Non importa il dove, importa l’altrove. L’esotismo assume mille volti, ma tutti si equivalgono perché uguagliati dal comune denominatore del desiderio di evasione », ibidem, p. 113.

2 Nos références renverront à l’édition suivante : Menzogna e sortilegio, in Opere, Milano, Mondadori, « I Meridiani », vol. I, 1994.

3 Il s’agit des chapitres III de la Première partie et IV de la Deuxième partie (ibidem, p. 69 et p. 215). Il est intéressant de noter, au passage, que Menzogna e sortilegio est en bonne compagnie car un des titoletti du chapitre IV de L’isola di Arturo est justement « L’Estero » : penché sur un gros atlas géographique, le narrateur passe ses soirées à étudier de près les cartes des continents et prépare les itinéraires de ses futurs voyages en traçant des lignes à travers les terres et les océans, « simile a un conquistatore nella sua tenda campale » (Elsa Morante, L’isola di Arturo, in Opere, cit., p. 1154). Cet Estero qu’Arturo envisage d’explorer en conquérant et qui alimente ses rêves de gloire (« nel nominare, però, i luoghi della terra più desiderati e affascinanti, continenti, città, montagne, mari, il mio accento echeggiava di tracotanza e di trionfo, come fossero tutti miei feudi ! Talvolta, per un istinto di affermazione irresistibile, davo pure notizia di certe intraprese che dovevano immortalare, a ogni tappa, il passaggio di Arturo Gerace », ibidem, p. 1153) est en revanche imaginé par Nunziata comme une interminable étendue de terres hostiles et effrayantes : « Già in altre occasioni m’ero accorto ch’essa nutriva diffidenza e antipatia per l’Estero ; ma nel presente caso, quei suoi antichi sentimenti sembravano essersi sviluppati fino a un’avversione paurosa, la quale, con l’arricchirsi delle sue cognizioni geografiche, si faceva più grave, invece di diminuire. Tutti i paesi che non fossero Napoli e dintorni per lei restavano irreali e disumani, come lune […] come un seguito di pampe, di steppe e di foreste tenebrose, corso da belve, da pellirosse e da cannibali », ibidem, pp. 1153-1154.

4 E. Morante, Menzogna e sortilegio, cit., pp. 25-26.

5 Ibidem, pp. 223 à 227.

6 Ibidem, pp. 791-792.

7 Ibidem, pp. 222-223.

8 Ibidem, p. 77.

9 « Non troppo diversamente dalla puerile Elisa, uno che si dilettasse di studi occulti o di magίa risponderebbe alla medesima sopracitata domanda con la supposizione che l’ispiratore, e quindi il vero autore delle lettere, fosse precisamente lo stesso Edoardo, o meglio quella seconda forma di lui che la morte aveva sottratto ai comuni occhi corporei. Senon-ché, pur se il giudizio illuminato non rifuggisse da simili, torbidi vapori, vi sarebbe sempre la grave obiezione che nell’epistolario, come vedremo, troppo scarsi indizi lasciano intravvedere la presenza del nostro caro Edoardo […] E allora io non vorrei che qualcuno s’inducesse perciò à supporre un qualche intervento ultraterreno o invisibile. Dio vi guardi da simili fumi ! », ibidem, pp. 786-788.

10   « Altra risposta non rimane fuor di quella che darebbe un onesto scienziato, un medico, o semplicemente un uomo di senno : vale a dire, che questo carteggio, scritto per mano di Anna, è in tutto e per tutto opera di Anna stessa : ibrido frutto d’una povera mente morbosa, sfogo roman-tico d’una passione insoddisfatta », ibidem, p. 787.

11   Comme si cette inattention n’était pas déjà suffisamment lourde de conséquences, Elisa commet une autre “maladresse” qui dénonce une fois pour toutes l’inauthenticité de la dictée matinale des défunts. Dans le premier chapitre de la quatrième partie, voilà ce qu’elle écrit à propos de sa grand-mère Alessandra : « Alessandra, questa mia nonna ch’io non ho mai veduto, che spesso ho trascurato e dimenticato, è la sola ancor oggi vivente di tutta la mia famiglia. Ma, benché viva, ella si fa oggi sottile e onnipotente come un’ombra, valica, pari ad un’ombra, la distanza dal suo villaggio nativo fino alla mia camera, e siede accanto a me, nel discorde concerto dei morti […] e il suo doppio, quest’ombra loquace, non si stanca di celebrare la sua gioia », ibidem, p. 443. Alessandra, « bien que vivante », est mise sur le même plan que les familiari morts et est remplacée par un double désincarné d’elle-même : défiant les lois les plus élémentaires de la physique et de la matière, elle se dématérialise pour ne plus être qu’une ombre et se joindre ainsi au concert des ascendants défunts. Ce qui veut dire non seulement que le chœur des morts est une affabulation, mais que la narratrice est à nouveau victime – tout comme dans son épopée mentale d’avant l’écriture – d’une perte de contact avec la réalité.

12   Ibidem, p. 223.

13   « Dapprima (ero appena una ragazzetta ancora), il mio non parve che un gioco, o un dilettoso esercizio », ibidem, p. 25.

14   « Richiusi i miei libri, io mi compiacevo di architettare, nella fantasia, vicende e storie di mia propria fattura, modellate, s’intende, sulle mie favole predilette », ibidem, p. 25.

15   Ibidem, p. 26.

16   Comme le précise Pier Vincenzo Mengaldo, « quando in un racconto di Edoardo troviamo magioni, possiamo ritenere che questo sinonimo di patina letteraria stia lì anzitutto perché s’accorda alla tinta favolosa dell’intero contesto », in Spunti per un’analisi linguistica dei romanzi di Elsa Morante, in « Studi novecenteschi », Pisa, Giardini, anno XXI, no 47-48, giugno-dicembre 1994, p. 20. Le registre fiabesco alterne d’ailleurs avec celui du roman d’aventures dans la description des futurs exploits d’Edoardo en terre d’Espagne, lorsqu’il se lancera dans l’arène pour sauver son ami, le toréro Manuel, d’une mort certaine : « Ma una voce grida : – No, tu non perirai, Manuelito ! – È la voce del nostro Edoardo ; e, svelatosi fuor dal mantello rosso nel suo costume di broccato color d’oro, le braccia alzate, e il grande mantello spiegato e sventolante fra le due mani, Edoardo con un ampio leggero salto si lancia dalla gradinata nell’arena. E mentre già il petto di Manuelito è sfiorato dalle corna del mostro, questi, richiamato dal baleno scarlatto del mantello d’Edoardo, volge ad esso i tardi occhi e la fronte nera. […] Edoardo ! tu ! – esclama con un sorriso estatico il gentile Manuelito. Edoardo lo abbrac-cia ; e così abbracciati, ritti presso la carcassa del toro cinta di nastri neri, i due prodi sventolano i loro cappelli alla platea giubilante, il cui tumul-tuoso grido d’amore riecheggia senza fine per l’arena : Manuelito ! Edoardo! Le fanciulle ridono e piangono, mordendo i loro fazzoletti di trina. E le appassionate signore sivigliane gettano nel campo insanguinato le loro mantiglie, i trapunti zendadi, e i mazzetti di fiori delle loro cinture, un po’ vizzi dal sole e dai loro languidi corpi », Elsa Morante, Menzogna e sortilegio, cit., pp. 224-225. L’exploit du Cousin est décrit dans un tout autre registre que le voyage qui précède : l’univers du conte a cédé la place à celui du récit d’aventures, voire à un épisode d’un feuilleton à rebondissements destiné à un jeune public (« È la voce del nostro Edoardo »). Une fois de plus, le style est exagérément emphatique, la description est truffée d’images conventionnelles (les jeunes filles qui mordent leurs mouchoirs en dentelle, les mantilles jetées dans l’arène ensanglantée…) et d’expressions stéréotypées (« platea giubilante », « tumultuoso grido d’amore », « appassionate signore sivigliane », « languidi corpi »).

17   Il s’agit d’un des titoletti de l’« Introduzione alla Storia della mia fami-glia » placée en ouverture du roman : « Santi, Sultani e Gran Capitani in camera mia », ibidem, p. 16.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ilaria Splendorini, « Le mythe de « l’Estero »
dans Menzogna e sortilegio d’Elsa Morante
 », Italies, 17/18 | 2014, 667-681.

Référence électronique

Ilaria Splendorini, « Le mythe de « l’Estero »
dans Menzogna e sortilegio d’Elsa Morante
 », Italies [En ligne], 17/18 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 23 avril 2017. URL : http://italies.revues.org/4930 ; DOI : 10.4000/italies.4930

Haut de page

Auteur

Ilaria Splendorini

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org