Navigation – Plan du site
Fictions du voyage

Le voyage formatif et cognitif de Casaubon
dans Le Pendule de Foucault d’Umberto Eco

Giuseppe Lovito
p. 749-767

Résumés

Dans Le Pendule de Foucault, le narrateur, Casaubon, reconstruit sur la base de ses souvenirs certains événements afin de mieux les comprendre. Son récit rétrospectif se configure alors comme un voyage cognitif à travers la mémoire, parce qu’il revit mentalement ces épisodes qu’il essaie d’élucider de manière critique. À travers le temps, parce qu’il évoque des faits qui se sont produits pendant une période allant de 1968 jusqu’à 1984, mais qui remonte jusqu’aux Templiers. À travers l’espace, parce que l’action romanesque se déroule dans plusieurs nations, villes et lieux qui, chacun à sa façon, remplissent un rôle important dans le voyage de formation du héros. Il s’agit donc de montrer que tout le récit du narrateur n’est en vérité qu’un long et problématique voyage de son savoir qui, en relisant l’histoire de la pensée occidentale, lui permet d’achever son parcours formatif, son Bildungsroman.

Haut de page

Texte intégral

La connaissance est la seule morale du roman
Milan Kundera, L’Art du roman

  • 1 Le Pendule de Foucault est paru en Italie en 1988. La première version française date de 1990 et (...)

1Dans Le Pendule de Foucault1 (1988) d’Umberto Eco, Casaubon, Belbo et Diotallevi, rédacteurs d’une maison d’édition appelée Garamond, inventent un Plan pour la domination du monde sur la base d’un prétendu document des Templiers que ces derniers auraient rédigé avant la suppression de leur ordre.

2Né par jeu, grâce à la permutation fortuite de textes ésotériques insérés dans un ordinateur, ce Plan séduit progressivement, de façon de plus en plus obsessionnelle, les protagonistes. Ces derniers, une fois découvertes d’extraordinaires analogies dans les livres qu’ils consultent tour à tour en les falsifiant, relisent l’Histoire occidentale comme la réalisation d’un complot occultiste et hermétique, destiné à la révélation du secret des Templiers et à la conquête finale du pouvoir.

3Toutefois, les trois amis finissent par croire à leur invention et par être victimes non seulement de leurs délirantes fantaisies livresques mais, de surcroît, des folies d’une secte initiatique qui les considère comme véridiques. La loge du Tres, en effet, intéressée par ces révélations et poussée par le désir de domination du monde, enlève et tue Belbo, en le pendant au pendule de Foucault, puisqu’il ne veut pas dévoiler le secret tant convoité. Un sort identique échoit à Diotallevi, qui meurt de cancer dans un lit d’hôpital, et probablement à Casaubon qui, après avoir assisté à l’exécution capitale de son camarade, se réfugie dans la maison de campagne de ce dernier, convaincu que les diaboliques le rejoindront pour lui extorquer, au prix de sa propre vie, ce secret qui, en réalité, n’existe pas.

4De toute évidence, la quête d’une vérité fuyante et ultime constitue le noyau dramatique de l’histoire. Celle-ci, conçue par l’imagination ludique et débordante de ces trois cerveaux curieux et aventureux, couvre un espace de temps qui s’étend, de façon rocambolesque, entre les mystères des Templiers et les manifestes rose-croix, les complots judéo-maçonniques et les délires de toute-puissance hitlériens, jusqu’aux luttes pour la Résistance, au printemps 1968 et aux Années de plomb. En outre, elle inclut plusieurs villes et pays, du Milan des manifestations politiques post-soixante-huitardes au Paris du Conservatoire des Arts et Métiers et de la Tour Eiffel, du Brésil des rituels afro-brésiliens aux Langhe des souvenirs de jeunesse de Belbo, en passant par Londres, magique et occulte, et par Prague, ésotérique et kabbalistique.

5Ce n’est donc qu’à la fin de ces aventures que Casaubon reconstruit, en les racontant à l’aide de sa mémoire, les événements-clés qui l’ont amené, avec ses compagnons de voyage, à ourdir ce gigantesque complot.

6C’est dans ce contexte que s’insère la thèse que nous essaierons d’illustrer dans cet article : selon nous, dans Le Pendule de Foucault, la narration rétrospective du narrateur représente un long voyage à travers la mémoire, parce que le protagoniste revit mentalement tous ces épisodes qu’il cherche à élucider de manière critique. À travers le temps, parce qu’il évoque des faits qui se sont produits dans une période allant de 1968 à 1984, mais qui remonte jusqu’aux Templiers. À travers l’espace, parce que l’action romanesque se déroule dans plusieurs nations, villes et lieux qui, chacun à sa façon, remplissent un rôle important dans le voyage de formation du héros. À cet égard, nous verrons que le choix de ces endroits se révèle capital, car c’est précisément en y voyageant qu’il fait des expériences qui marquent profondément son parcours intellectuel.

7En particulier, nous analyserons l’importance prédominante de l’un d’entre eux, celui où Casaubon se retire et d’où il commence à raconter à rebours son histoire. Nous constaterons ainsi que ce refuge d’isolement et de tranquillité revêt deux fonctions principales : l’une narrative, liée au déroulement de la trame ; l’autre formatrice, en mesure de favoriser le recueillement spirituel et la réalisation d’une condition existentielle et intellectuelle caractérisée par l’ataraxie stoïque et épicurienne. Au terme de notre étude, enfin, nous montrerons que le récit du narrateur, au fil de ses souvenirs, pourra être lu comme un voyage cognitif qui prend la forme d’un Bildungsroman, ou roman de formation, “postmoderne”.

Le voyage à travers la mémoire

8Parmi les trois principaux protagonistes du roman, Casaubon est certainement celui qui s’associe, avec le plus d’enthousiasme, au jeu hermétique. Il en est l’inventeur le plus appliqué et, en même temps, le seul qui s’en libère complètement, alors qu’il s’aperçoit que tout le monde commence à le prendre trop au sérieux. Cette libération, ou catharsis, est la condition fondamentale qui fait de lui un narrateur désenchanté des faits qu’il se raconte à lui-même.

9L’histoire se configure en effet comme un long récit de la mémoire que Casaubon se fait à lui-même, dans la nuit du 25 au 26 juin 1984, plongé dans le calme et le silence de la maison de campagne de Belbo, et dans cette sérénité de l’esprit, typique de celui qui a finalement compris la vérité qu’il cherchait depuis longtemps. Dans ce refuge intime, Casaubon accomplit un vagabondage de la mémoire, lequel, visant à reconstruire, à rebours et mentalement, l’histoire entière, suit un parcours zigzaguant, entrecoupé de fréquentes anticipations du futur et rappels au présent.

  • 2 Umberto Eco, Le Pendule de Foucault, Paris, Grasset, 1990, p. 50.

Et ma mémoire tentait tour à tour le désenchantement, la pitié et le soupçon, en recomposant la mosaïque ; et ce climat mental, cette même oscillation entre illusion fabulatoire et pressentiment d’un piège, je voudrais les conserver à présent, alors qu’avec l’esprit bien plus lucide je suis en train de réfléchir sur ce que je pensais alors, recomposant les documents lus avec frénésie la veille, et le matin même à l’aéroport et pendant le voyage vers Paris.
Je cherchais à y voir plus clair dans la façon irresponsable dont Belbo, Diotallevi et moi étions arrivés à réécrire le monde […].2

  • 3 À ce propos, Franco Forchetti a avancé l’hypothèse que la kaléidoscopique structure spatio-tempor (...)

10La voix du narrateur, interrompant parfois le train des souvenirs, intervient, ici et là, pour éclaircir l’évolution confuse et agitée de certains faits, disséminer des traces et donner des avertissements au lecteur, afin qu’il ne se laisse pas ensorceler par les délires paranoïaques et hallucinés des protagonistes. Tout cela rend extrêmement dense et embrouillé l’enchevêtrement d’évocations, de réflexions et d’actions, déterminant un chevauchement de structures temporelles qui, en s’entrecoupant et en se superposant, produisent un sentiment apparent d’égarement et de confusion3.

Le voyage à travers le temps

  • 4 Umberto Eco, Le Pendule de Foucault, cit., p. 11.
  • 5 Cf. Umberto Eco, De la littérature, Paris, Grasset, 2003, p. 410. Dans ce passage Eco écrit : « A (...)

11La narration, qui est donc conduite au fil des souvenirs, déferle dans les premières pages in medias res : le héros se revoit à Paris, au Conservatoire des Arts et Métiers, deux jours avant, le soir du 23 juin. Ici, dans un premier temps, il reste comme foudroyé et fasciné par la vue du pendule de Foucault, dont « l’expérience du Numineux » lui fait éprouver une émotion ambiguë de « révérence et peur »4. Ensuite, il se cache dans la guérite du périscope5 et, en attendant l’événement nocturne, il repense à tout ce qui s’est passé jusqu’à ce jour-là, impressionné et incertain sur la possibilité d’y croire ou non. C’est à ce moment et en ce lieu précis qu’il commence à renouer les fils des souvenirs qui reviennent, peu à peu, à son esprit.

  • 6 Ibidem, pp. 23-24.

Revenir aux faits, les énumérer, en déterminer les causes, les effets. J’en suis arrivé là pour ça, et pour cet autre motif…
Surgirent les souvenirs, clairs, précis, ordonnés. Les souvenirs des trois derniers jours frénétiques, puis des deux dernières années, entremêlés avec les souvenirs de quarante ans en arrière, comme je les avais retrouvés en violant le cerveau électronique de Jacopo Belbo.
Je me souviens (et je me souvenais), pour donner un sens au désordre de notre création ratée. À présent, comme l’autre soir dans le périscope, je me contracte en un point lointain de mon esprit pour qu’en émane une histoire. Comme le Pendule. Diotallevi me l’avait dit, la première sefira est Kétér, la Couronne, l’origine, le vide primordial. Il créa d’abord un point, qui devint la Pensée, où il dessina toutes les figures... […]. Mais peut-être dans ce tsimtsum, dans cette retraite, dans cette solitude, disait Diotallevi, y avait-il déjà la promesse du retour.6

  • 7 Afin de mieux illustrer cette structure narrative si compliquée, c’est-à-dire faite de récits enc (...)

12À ce point, une autre digression s’amorce. Celle-ci, la plus longue et la plus importante, au fur et à mesure que l’histoire avance, encadre et développe beaucoup d’autres rétrospections, en se concluant à la fin du roman au moment même où la narration principale revient au point de départ, lorsque Casaubon sort de son refuge pour assister au dénouement tragique7.

  • 8 Umberto Eco, Le Pendule de Foucault, cit., p. 582.

J’étais sorti du périscope après un long, impitoyable examen de conscience ; au cours de tant d’heures, j’avais revu notre erreur des dernières années et cherché à me rendre compte pourquoi, sans aucune raison raisonnable, j’étais là maintenant à la recherche de Belbo, tombé dans ce lieu pour des raisons encore moins raisonnables. Mais à peine avais-je mis le pied dehors, tout fut changé. Tandis que j’avançais, je pensais avec la tête d’un autre. J’étais devenu Belbo. Et tel Belbo, désormais au terme de ce long voyage vers l’illumination, je savais que tout sujet terrestre, fût-ce le plus sordide, doit être lu comme le hiéroglyphe de quelque chose d’autre, et il n’est d’Autre aussi réel que le Plan. Oh, j’étais malin, il me suffisait d’un éclair, d’un regard dans une échappée de lumière, pour comprendre. Je ne me laissais pas avoir.8

13Au terme de ce « long, impitoyable examen de conscience », le voyage de la mémoire du je narrateur entre dans la dernière ligne droite et nous ramène à l’événement conclusif. Le sabbat nocturne, auquel participent les différents membres de la loge du Tres, comiquement habillés et présentés, est décrit comme une farce tragi-comique par Casaubon. Le héros, influencé par les écrits de Belbo, les fichiers que ce dernier confie à son ordinateur et que son jeune ami lit avant de le rejoindre à Paris, et ensorcelé par la réalité se matérialisant devant lui, finit par se convaincre que « il n’est d’Autre aussi réel que le Plan ».

14Après avoir assisté au sacrifice de Belbo, il réussit à échapper aux initiés de cette secte, se réfugie dans la maison de campagne de son ami et, après y avoir retrouvé et lu ses confessions de jeunesse, parvient finalement à la compréhension de la vérité.

15Ce n’est qu’à ce moment précis que le cercle du récit-souvenir se boucle, la fabula coïncidant avec l’intrigue, ce qui détermine la fin de la narration analeptique. L’épilogue nous montre un Casaubon revenu à la raison, rendu imperturbable et sage par l’expérience contemplative et cognitive racontée, qui attend l’arrivée des diaboliques, se délectant du spectacle grandiose de la nature.

  • 9 Ibidem, pp. 645-648.

Je devrais être en paix. J’ai compris. Certains d’entre eux ne disaient-ils pas que le salut vient quand s’est réalisée la plénitude de la connaissance ?
[…] Qui disait que la paix naît de la contemplation de l’ordre, de l’ordre compris, savouré, réalisé sans résidus, joie, triomphe, cessation de l’effort ? Tout est clair, limpide, et l’œil se pose sur le tout et sur les parties, et il voit comment les parties concouraient au tout, il saisit le centre d’où coule la sève, le souffle, la racine des pourquoi…
[…] J’ai compris. La certitude qu’il n’y avait rien à comprendre, voilà qui devrait être ma paix et mon triomphe. Mais moi je suis ici, qui ai tout compris, et Eux me cherchent, pensant que je possède la révélation que sordidement ils désirent. Il ne suffit pas d’avoir compris, si les autres s’y refusent et continuent à interroger. […]. Je voudrais avoir écrit tout ce que j’ai pensé depuis cet après-midi jusqu’à présent. Mais si Eux le lisaient, Ils en tireraient une autre sombre théorie et passeraient l’éternité à chercher à déchiffrer le message secret qui se cache derrière mon histoire. […]
Que j’aie écrit ou non, ça ne fait pas de différence. Ils chercheraient toujours un autre sens, même dans mon silence. Ils sont faits comme ça. Ils sont aveugles à la révélation. Malkut est Malkut et c’est tout.
Mais allez le leur dire. Ils n’ont pas de foi. Et alors autant vaut rester ici, attendre, et regarder la colline. Elle est si belle.9

16À vrai dire, il nous semble que le voyage de Casaubon à travers le temps décrit un difficile et profond processus cognitif qui, après avoir expérimenté la chute dans les mystifications de la raison “abstraite”, s’élève à la compréhension de la vérité de la raison “concrète”, assainie par le contact et la réconciliation avec le monde physique. C’est ainsi que se termine l’aventure humaine et intellectuelle – dont nous parlerons plus largement par la suite – de Casaubon, dont le nom rappelle justement celui du philologue homonyme de la Renaissance, Isaac Casaubon, connu pour avoir démontré que le Corpus Hermeticum date de la fin de la période hellénistique.

Le voyage à travers l’espace

  • 10 Selon Forchetti, « Casaubon è una sorta di Sam Spade della cultura, eclettico e intelligentissimo : (...)
  • 11 Dans un passage crucial le narrateur admet que, petit à petit, le jeu lui a échappé des mains : « J (...)
  • 12 Son séjour brésilien dure un peu moins de dix ans, étant donné qu’il quitte Milan au début des anné (...)

17Le jeune protagoniste joue, en effet, le rôle de l’intellectuel curieux, brillant et cultivé10 qui finit quand même par croire à ce qu’il lit et apprend11. Une fois obtenu le diplôme de Master, avec un mémoire centré sur l’histoire des Templiers, il connaît Amparo, une belle brésilienne marxiste, avec laquelle il va vivre au Brésil12.

  • 13 Ibidem, p. 189.
  • 14 Ibidem.

18Cette expérience s’avère fondamentale pour lui du fait que là-bas son esprit rationnel et incrédule commence à vaciller, car celui-ci est soumis à la dure épreuve du syncrétisme religieux des rites du candomblé et de l’umbanda, des cultes mystériques et totémiques par lesquels il est fasciné. Dans le pays sud-américain, en outre, il rencontre et fréquente le marquis Agliè, un érudit, spécialiste de matières ésotériques et occultistes, qui se fait passer pour le comte de Saint-Germain. Cet homme, aux manières esthétisantes et aux discours décadents, arrive à subjuguer l’âme influençable du jeune héros, qui lentement se laisse convaincre que le monde est « plein de merveilleuses correspondances, de ressemblances subtiles »13 et qu’il faut « les pénétrer, s’en laisser pénétrer, à travers le rêve, l’oracle, la magie, qui permet d’agir sur la nature et sur les forces faisant mouvoir le semblable avec le semblable »14.

  • 15 Par l’expression « gli anni del riflusso » on entend généralement, en Italie, un climat politique, (...)

19Ce sont, ensuite, la perte de valeurs traditionnelles et la confusion idéologique caractérisant gli anni del riflusso15 qui contribuent à aggraver cette condition de soumission aux puissances irrationnelles. Revenu à Milan entre la fin des années 1970 et le début des années 1980, Casaubon se retrouve face à un monde qui a radicalement changé et qu’il n’arrive plus à interpréter selon les catégories sociales, politiques et culturelles précédentes. Ce qui produit en lui un sentiment d’égarement moral et idéal qui le fait basculer davantage vers le côté irrationnel.

20Casaubon subit un autre coup dur infligé à son esprit cartésien quand, sur invitation d’Agliè, venu s’installer à Milan, et en sa compagnie, outre celle de Belbo et de Diotallevi, il se rend dans le Piémont pour assister à un rite alchimique. Dans un cadre architectural baroque, Agliè conduit ses invités par les jardins de la villa avant de rejoindre la salle où se déroulera la cérémonie. Cet itinéraire se configure comme un voyage initiatique à leur insu et contre leur gré : au fur et à mesure que les hommes traversent ces jardins alchimiques, où chaque objet présent entretiendrait un rapport de correspondances magiques avec le monde, ils sont initiés, petit à petit et sans qu’ils s’en aperçoivent, aux mystères hermétiques de la nature de l’homme et de la terre. Enfin, ils atteignent la salle où ils participent à un spectacle hallucinant et surnaturel qui fait perdre la lumière de la raison à Casaubon, toujours plus incapable de distinguer, parmi tout ce qui lui arrive, ce qui est réel de ce qui est imaginaire.

  • 16 Ibidem, p. 343.

Je ne sais pas si tout ce dont je me souviens, avec une confuse lucidité, est ce qui s’est passé ou ce que je désirai qu’il se passât, mais ce fut certainement ce soir-là que le Plan prit forme dans notre esprit, comme volonté de donner une forme quelconque à cette expérience informe, transformant en réalité imaginée cette imagination que quelqu’un avait voulue réelle.16

  • 17 Ibidem, p. 168.
  • 18 Ibidem, p. 368.

21Comme bombardé par ces forces obscures, Casaubon se rend compte qu’il est en train de succomber au « pouvoir de l’inconnu »17, ne pouvant plus se soustraire « au démon de la ressemblance »18.

  • 19 Ibidem.

Je m’étais fait un devoir scientifique de l’incrédulité, mais à présent il fallait que je me méfie même des maîtres qui m’avaient appris à devenir incrédule.
Je me dis : je suis comme Amparo, on ne m’y prend pas mais je me laisse prendre.19

22De plus en plus séduit par le savoir ésotérique et magique, il est sauvé, dans un premier temps, par sa nouvelle compagne, Lia, qui, personnification de la sagesse et du bon sens populaire, le met en garde, en lui expliquant que les ressemblances mystérieuses qu’il voit partout et les symboles archétypiques de l’homme sont liés, en vérité, à sa dimension matérielle et corporelle.

  • 20 Ibidem, pp. 369 et 373.

C’est Lia [reconnaît Casaubon] qui me sauva, momentanément du moins. […] « Poum, m’avait-elle dit, je n’aime pas la manière dont tu vis l’histoire des éditions Manuzio. Avant, tu recueillais des faits comme on recueille des coquillages. Maintenant, on dirait que tu coches des numéros sur les fiches du loto. […] Quoi que découvrent tes diaboliques, c’est déjà ici, regarde bien », et elle se tapait le ventre, les flancs, les cuisses et le front. Assise comme ça, les jambes écartées qui tendaient sa jupe, de face, elle donnait l’impression d’une nourrice solide et florissante – elle si fine et flexueuse – parce qu’une sagesse paisible l’illuminait d’autorité matriarcale.
« Poum, […], en somme nous sommes faits comme ça, avec ce corps, tous, et c’est pour ça que nous élaborons les mêmes symboles à des millions de kilomètres de distance et forcément tout se ressemble ; et alors tu vois que les personnes douées d’un brin de jugeote, et si elles regardent le fourneau de l’alchimiste, tout fermé et chaud dedans, pensent au ventre de la mère qui fait son enfant : et seules tes diaboliques, voyant la Vierge sur le point d’accoucher, pensent que c’est une allusion au fourneau de l’alchimiste. C’est ainsi qu’ils ont passé des milliers d’années à chercher un message, quand tout était déjà ici, il suffisait qu’ils se regardent dans leur miroir.20

  • 21 Dans sa recension du roman, Alberto Asor Rosa met en évidence la descendance probable de ce personn (...)
  • 22 Pour la spécialiste Antonella D’Aquino, « la saggezza che traspare dal discorso di Lia, […], è un p (...)

23Sourd désormais même aux conseils de sa bien-aimée, Casaubon franchit le pas successif, celui qui lui a été fatal : à savoir la construction du Plan, des conséquences néfastes duquel il est, encore une fois, protégé par Lia21, qui lui démontre irréfutablement que le prétendu message secret des Templiers n’est rien d’autre qu’une liste des commissions22.

  • 23 Umberto Eco, Le Pendule de Foucault, cit., pp. 539-540.

On peut être des paranos [c’est Casaubon qui parle], mais tu dois me concéder au moins ça : nous sommes parti du texte d’Ingolf. Excuse, mais tu te trouves devant un message des Templiers, il te vient l’envie de le déchiffrer de fond en comble. Même si tu forces un peu, pour te moquer des déchiffreurs de messages, le message n’en existait pas moins bel et bien. […]
– Écoute-moi bien, Poum, parce que je vais te démontrer que les explications les plus simples sont toujours les plus vraies. […] ce message est une liste des commissions.23

24Mais tout cela ne suffit pas. Pour tenter de sauver Belbo, pris au piège par les diaboliques qui veulent s’emparer à travers lui de la révélation templière, il sait bien que la farce du complot doit se poursuivre. Impliqué irrémédiablement dans le Plan, Casaubon décide alors de se rendre à Paris au Conservatoire des Arts et Métiers où, dans la nuit du 23 au 24 juin, aura lieu le rendez-vous décisif entre Belbo et ses ravisseurs.

25Resté le seul, d’après eux, en possession de la vérité, Diotallevi étant mort entre-temps, et conscient d’être recherché par cette horde de fous paranoïaques, il quitte la capitale française dans un état de choc et de confusion profonde. Durant son voyage de retour à Milan, en avion, il commence à réaliser sciemment ce qu’il lui est advenu depuis la conception du Plan jusqu’à ses conséquences ultimes.

26Même si Casaubon sait bien qu’il est voué fatalement à l’échec, il se retire pour méditer dans la maison de campagne de Belbo, dans les Langhe, dernière étape de son voyage. Ici, plongé dans l’évocation solitaire et critique des événements, il arrive à comprendre le seul “secret” qui, d’après lui, soit vraiment accessible à l’homme : la vérité de notre « mère la terre », de la nature bénéfique et vivifiante.

  • 24 Ibidem, pp. 645-646.

Je devrais être exténué par la paix. Par la fenêtre du bureau de l’oncle Carlo, je regarde la colline, et ce peu de lune qui se lève. L’ample bosse du Bricco, la dorsale plus modulée des collines sur le fond, racontent l’histoire de lents et sommeilleux bouleversements de notre mère la terre […]. La terre se clivait dans son demi-sommeil et échangeait une surface avec une autre. Là où d’abord paissaient les ammonites, des diamants. Là où d’abord germaient les diamants, les vignes. […]. Surfaces de surfaces sur des surfaces. La sagesse de la Terre. Et de Lia.24

  • 25 « Mais au-delà de cette structure cyclique [dans le roman de formation classique] se dessine égalem (...)

27Ces réflexions concluent le récit du narrateur qui prend la forme de ce qu’on pourrait qualifier de Bildungsroman “postmoderne” : son long voyage formatif et cognitif à travers la narration s’achève par une issue ambivalente, aussi positive que négative, alors que dans le roman de formation classique le héros, après de nombreuses péripéties, parvient toujours à saisir une morale solide aux certitudes inébranlables25. Casaubon, en revanche, a obtenu, certes, une « sagesse suprême », mais celle-ci, finalement, se révèle peu consolatrice, parce que tardive. Voici son commentaire :

  • 26 Umberto Eco, Le Pendule de Foucault, cit., p. 646.

Où ai-je lu qu’au moment final, quand la vie, surface sur surface, s’est incrustée d’expérience, tu sais tout, le secret, le pouvoir et la gloire, pourquoi tu es né, pourquoi tu es en train de mourir, et comment tout aurait pu se passer différemment ? Tu es sage. Mais la sagesse suprême, à ce moment-là, c’est de savoir que tu l’as su trop tard. On comprend tout quand il n’y a plus rien à comprendre.26

  • 27 « L’ataraxie des Stoïciens est donc une sérénité intellectuelle », Jean Brun, Le Stoïcisme, Paris (...)

28La sagesse de Casaubon est donc une sagesse “empirique” et limitée, qui ne permet d’atteindre aucune certitude supérieure ni, encore moins, aucune connaissance métaphysique. Cependant, une fois acquise la conscience de la réalité physique et naturelle aussi bien du monde que de l’homme, le voyage du protagoniste semble le conduire enfin vers cette condition existentielle et intellectuelle, typique de celui qui est totalement libéré par les passions et les inquiétudes, car il est fort de l’acceptation volontaire de son destin ou « Amor Fati » : l’ataraxie stoïque et épicurienne27.

  • 28 Umberto Eco, Le Pendule de Foucault, cit., p. 50.

Je suis ici, à présent, après avoir atteint – j’espère – la sérénité et l’Amor Fati, pour reproduire l’histoire que je reconstituais, plein d’inquiétude – et d’espoir qu’elle fût fausse – dans le périscope, il y a deux soirs, l’ayant lue deux jours avant dans l’appartement de Belbo et l’ayant vécue, en partie sans en prendre conscience, au cours des dix dernières années, entre le whisky de Pilade et la poussière des éditions Garamond.28

29Nous avons l’impression que l’aventure humaine et cognitive de Casaubon prévoit une fin qui, à certains égards, se présente comme similaire à celle du premier roman d’Eco, Le Nom de la rose. En effet, comme le protagoniste du Pendule, Adso de Melk raconte des faits dont il a été le témoin oculaire. Toutefois, contrairement à celui de Casaubon, le voyage mémoriel du frère bénédictin est une évocation confiée à un manuscrit, rédigé à l’âge adulte, qui relate fidèlement les événements extraordinaires auxquels il a assisté durant sa jeunesse. Mises à part les différences thématiques et formelles entre ces deux livres, ce qu’il est important de souligner ici est que, à l’issue de leur voyage difficile et critique de la mémoire, l’un et l’autre se retrouvent face à une vérité peu rassurante, parce qu’elle ne brille que dans la fugacité fulgurante du moment où elle se manifeste.

  • 29 Ibidem, p. 646.

À présent, je sais quelle est la Loi du Royaume, du pauvre, désespéré, loqueteux Malkut où s’est exilée la Sagesse, allant à tâtons pour retrouver sa propre lucidité perdue. La vérité de Malkut, l’unique vérité qui brille dans la nuit des sefirot, c’est que la Sagesse se découvre nue en Malkut, et découvre que son propre mystère gît dans le non-être, rien qu’un moment, qui est le dernier. Après recommencent les Autres.
Et avec les autres, les diaboliques, à chercher des abîmes où se cacherait le secret qu’est leur folie.29

  • 30 Nous trouvons significatif, à ce sujet, le célèbre vers latin que Eco emploie, dans Le Nom de la ro (...)

30Bien qu’elle se révèle négative et « nue »30, la Sagesse à laquelle parvient enfin Casaubon – c’est-à-dire la conscience qu’il n’y a aucun secret, aucun Plan, aucun sens suprême à atteindre – permet de considérer la vie dans sa manifestation et perpétuation naturelles, bien représentée, à la fin du roman, par la naissance de son fils, Giulio, et par les pêches qui poussent là où, dans les millénaires passés, paissaient les dinosaures.

  • 31 Id., Le Pendule de Foucault, cit., pp. 646-647. À propos de ce passage, l’interprétation de Marco T (...)

Au milieu des rangées, mais il faut y marcher à pieds nus, le talon un peu calleux, dès l’enfance, il y a des pêchers. Ce sont des pêches jaunes qui ne poussent qu’entre les vignes, elles se fendent sous la pression du pouce, et le noyau en sort presque tout seul, propre comme après un traitement chimique, sauf quelques vermisseaux à la chair grasse et blanche, qui y restent attachés par un atome. On peut les manger sans quasiment sentir les velours de la peau, qui vous fait courir des frissons depuis la langue jusqu’à l’aine. Jadis paissaient là des dinosaures. Puis une autre surface a couvert la leur. Et pourtant, comme Belbo au moment où il jouait de la trompette, quand je mordais dans les pêches je comprenais le Royaume et je ne faisais qu’un avec lui. Après, tout n’est qu’un artifice. Invente, invente le Plan, Casaubon. C’est ce qu’ils ont tous fait, pour expliquer les dinosaures et les pêches.31

31Comme nous avons pu le constater, le récit de Casaubon reconstruit, sur la base de ses souvenirs et de ses réflexions, les événements fondamentaux des dix dernières années de sa vie, afin de les revisiter, de façon lucide et critique, après les avoir vécues intensément, en se laissant emporter. Son évocation retrace en effet les étapes de son voyage, dont il considère les moments (les années après 1968, les années passées au Brésil, gli anni del riflusso) et les lieux (Milan, le Brésil, la villa piémontaise, Paris) qui jouent un rôle crucial déterminant pour la suite de son parcours formatif et cognitif.

32En outre, au cours de son voyage, certains lieux marquent profondément son esprit, qui, au fur et à mesure, se laisse prendre au jeu hermétique : de rempart de rationalité et d’incrédulité il devient, ensuite, repaire de la pensée ésotérique et magique. En particulier, l’un d’entre eux s’avère incontournable du fait qu’il contribue, de manière décisive, à faire revenir Casaubon à la raison : la maison de campagne de Belbo. Cet endroit, plongé dans un cadre isolé et idyllique, revêt en effet une importance double. Narrative tout d’abord, car c’est ici – point d’arrivée de l’histoire mais, en même temps, point de départ de la narration – que le protagoniste principal fait accomplir à sa mémoire ce long voyage rétrospectif.

33Ensuite, il revêt aussi une importance formatrice, puisqu’il représente, d’un point de vue symbolique, l’aboutissement de son voyage expérientiel et cognitif : le rapprochement avec la nature et avec la vie. En ce sens, son parcours-voyage illustrerait donc l’idée d’un savoir qui, après s’être égaré dans les déformations de la pensée “abstraite” et irrationnelle, arrive finalement à embrasser une pensée “concrète” et empirique.

  • 32 Dans le roman, le protagoniste parle de « thérapie de la parole » (ibidem, pp. 621-622).

34Dans cette perspective, la narration, que le héros se fait à lui-même, n’est alors rien d’autre qu’une sorte de “thérapie de fabulation”32 qui se fonde sur le fait même de raconter, par laquelle Casaubon attribue à son expérience vécue un sens nouveau pour mieux comprendre ses erreurs et ses acquis.

35En dernière analyse, le récit de Casaubon à travers la mémoire, le temps et l’espace pourrait être lu comme un voyage formatif et cognitif conduisant, d’une part, à l’acceptation de l’ataraxie stoïco-épicurienne comme condition existentielle finale du héros et, d’autre part, à l’affirmation d’un savoir critique et rationnel qui reconnaît et accepte la réalité telle qu’elle est.

Haut de page

Notes

1 Le Pendule de Foucault est paru en Italie en 1988. La première version française date de 1990 et a été traduite par Jean-Noël Schifano pour les éditions Grasset : c’est à cette édition que nous nous référerons tout au long de notre article.

2 Umberto Eco, Le Pendule de Foucault, Paris, Grasset, 1990, p. 50.

3 À ce propos, Franco Forchetti a avancé l’hypothèse que la kaléidoscopique structure spatio-temporelle du Pendule vise à imiter celle du Finnegans Wake (La veillée des Finnegan) de Joyce. En effet, dans un passage de son livre il écrit : « Come se Eco, attraverso la moltiplicazione antiaristotelica dei luoghi dell’azione e l’annullamento dell’unità temporale, volesse imitare la struttura policentrica e multitemporale del Finnegans Wake di Joyce », F. Forchetti, Il segno e la rosa : i segreti della narrativa di Umberto Eco, Roma, Castelvecchi, 2005, p. 101.

4 Umberto Eco, Le Pendule de Foucault, cit., p. 11.

5 Cf. Umberto Eco, De la littérature, Paris, Grasset, 2003, p. 410. Dans ce passage Eco écrit : « Avec le Pendule, le mouvement oscillatoire de l'artifice éponyme m’obligeait à une autre structure temporelle. Casaubon arrive au Conservatoire un certain soir, il s'y cache et évoque des événements passés, puis l'histoire revient au point de départ, etc. Si, pour Le Nom de la rose, je m’étais construit peu à peu une sorte d’horaire ou de calendrier séquentiel, […], pour le Pendule j’ai construit une sorte de structure en lacets qui enregistrait les retours au passé et les anticipations du futur ». Cette structure temporelle « en lacets » – comme l’a noté Maria Corti – a des implications au niveau stylistique et linguistique, en raison desquelles la narration est parcourue par de fréquents « sauts de registres » reproduisant la pluralité de langages et l’hétérogénéité du monde culturel du Pendule, M. Corti, I giochi del Piano, dans « L’indice dei libri del mese », n° 10, 1988, pp. 14-15. Les mots entre guillemets sont des citations tirées de l’article de Maria Corti et traduites par nos soins.

6 Ibidem, pp. 23-24.

7 Afin de mieux illustrer cette structure narrative si compliquée, c’est-à-dire faite de récits enchâssés les uns dans les autres, en guise de boîtes chinoises, il est possible de se référer à la définition di Guido Guglielmi – que je cite entièrement en italien – du roman du XXe siècle comme « romanzo a cornice, il romanzo che si articola in episodi, ciascuno dei quali è connesso con l’altro e, insieme, può essere considerato per sé stante. Di questo tipo è l’Ulisse di Joyce [a cui Eco si è ispirato a livello di struttura romanzesca], in cui una data – il 16 giugno 1904 – e un luogo – Dublino – fungono da cornice. Nel romanzo a cornice ogni episodio è una totalità parziale, e quindi, in qualche modo, un racconto. Il fatto è che la crisi delle macrostrutture del romanzo naturalistico ha portato nel Novecento alla costruzione di strutture narrative che non sono più orientate verso l’unità e la coerenza del racconto. Nel nuovo modello narrativo il personaggio sta senza dubbio nella totalità del mondo, ma questa totalità non viene a dichiararsi se non per frammenti, grovigli, illuminazioni » (G. Guglielmi, La prosa italiana del Novecento. Tra ro-manzo e racconto, Torino, Einaudi, 1998, p. 3).

8 Umberto Eco, Le Pendule de Foucault, cit., p. 582.

9 Ibidem, pp. 645-648.

10 Selon Forchetti, « Casaubon è una sorta di Sam Spade della cultura, eclettico e intelligentissimo : […], Casaubon è come Parsifal, un eroe della conoscenza, sulle tracce di un Graal che sarà alla fine un mistero vuoto, un non-segreto », Franco Forchetti, op. cit., p. 303.

11 Dans un passage crucial le narrateur admet que, petit à petit, le jeu lui a échappé des mains : « Je crois qu’il n’y plus de différence, à un moment donné, entre s’habituer à faire semblant de croire et s’habituer à croire », Umberto Eco, Le Pendule de Foucault, cit., p. 474.

12 Son séjour brésilien dure un peu moins de dix ans, étant donné qu’il quitte Milan au début des années 1970 et y revient – on ne le sait pas avec exactitude, car le texte ne donne pas de dates précises à ce sujet – entre la fin de cette décennie et le début de la suivante.

13 Ibidem, p. 189.

14 Ibidem.

15 Par l’expression « gli anni del riflusso » on entend généralement, en Italie, un climat politique, social et culturel qui, instauré dans les années 1980, était marqué par un “reflux” des idéaux révolutionnaires soixante-huitards de changement démocratique du monde vers des prises de positions caractérisées par la fin des idéologies “fortes”, le désengagement politique et social et la prédominance des intérêts personnels. À ce sujet, les réflexions du narrateur Casaubon nous semblent emblématiques : « J’étais revenu du Brésil sans plus savoir qui j’étais. […]. Quand j’étais parti, je savais reconnaître l’idéologie de quelqu’un au ton de sa voix, à la tournure de ses phrases, à ses citations canoniques. Je revenais, et je ne comprenais plus qui était avec qui », Ibidem, p. 223.

16 Ibidem, p. 343.

17 Ibidem, p. 168.

18 Ibidem, p. 368.

19 Ibidem.

20 Ibidem, pp. 369 et 373.

21 Dans sa recension du roman, Alberto Asor Rosa met en évidence la descendance probable de ce personnage de la Lia dantesque. En effet, il écrit que « Lia, l’ultima compagna di Casaubon (Lia è, in Dante e in altri, il simbolo della vita attiva, contrapposta alla vita contemplativa : cfr. Purgatorio, XXVII, 101), è in grado d’indicare una soluzione alternativa, che ha alla sua base un ragionevole equilibrio tra senso e ragione, tra immaginazione e realtà, tra corporeità e pensiero », Alberto Asor Rosa, Il trattato dellimpostura, in « la Repubblica », 4 octobre 1988, p. 32.

22 Pour la spécialiste Antonella D’Aquino, « la saggezza che traspare dal discorso di Lia, […], è un prezioso strumento per la semplificazione di quelle che sono appunto le sovrastrutture culturali. […] La spiegazione dell’importanza di simboli archetipici come la caverna, l’anfratto e il cunicolo, che non sono altro se non l’esemplificazione naturale dell’utero materno da dove nasce la vita dell’uomo, mette in evidenza l’importanza del buon senso popolare, le cui radici tengono l’uomo ben saldo alla terra. Il mistero della creazione scimmiottato nei riti esoterici […] viene ridicolizzato da Lia, la cui gravidanza è di per sé la rivelazione dell’enigma. […] Le osservazioni di Lia sono preziose proprio perché mostrano il rischio rappresentato appunto dalla possibile mistificazione che l’apparato culturale pone sul creato, mettendo così in evidenza i rischi della cosiddetta dicotomia natura-cultura. La cultura, invece di chiarire i fenomeni naturali, rischia quindi di diventare uno specchio mendace che li occulta », A. D’Aquino, La realtà, i libri, il metodo epistemologico, l’intelletto ed Umberto Eco, « Rivista di studi italiani », n° 1, 2003, p. 187.

23 Umberto Eco, Le Pendule de Foucault, cit., pp. 539-540.

24 Ibidem, pp. 645-646.

25 « Mais au-delà de cette structure cyclique [dans le roman de formation classique] se dessine également une structure téléologique : chaque phase de développement est en effet plus instructive que la précédente, permettant ainsi au héros d’agrandir le cercle de ses potentialités » (Florence Bancaud-Maënen, Le roman de formation au XVIIIe siècle en Europe, Paris, Nathan, 1998, p. 38). À cet égard, une différence fondamentale entre le roman de formation classique et celui que nous avons appelé Bildungsroman “post-moderne”, à propos du voyage formatif de Casaubon, consisterait en l’absence, en ce dernier, d’une vision téléologique qui déterminerait le parcours du héros. Si dans les romans d’apprentissage des XVIIIe et XIXe siècles les événements racontés sont déterminés par un but précis, à savoir l’achèvement de l’évolution spirituelle et éducative du protagoniste, dans le roman d’Eco les faits marquant le voyage formatif de Casaubon semblent s’enchaîner plutôt à la faveur du hasard, du jeu et du pari.

26 Umberto Eco, Le Pendule de Foucault, cit., p. 646.

27 « L’ataraxie des Stoïciens est donc une sérénité intellectuelle », Jean Brun, Le Stoïcisme, Paris, PUF, 2002, p. 101. « Purgé des désirs vains, délivrés des craintes superstitieuses, le sage goûte l’ἀταραξία, l’absence de trouble et la fortune n’ont pas de prise sur lui car il vit selon la conduite de la raison en accord avec la Nature qui l’entoure », Jean Brun, L’Épicurisme, Paris, PUF, 2002, p. 109. La locution latine Amor Fati est généralement attribuée à l’empereur romain Marc Aurèle, mais elle a été employée aussi par Nietzsche. Dans son œuvre, l’Amor Fati, selon l’interprétation de Marcello Veneziani, « non è rinuncia alla libertà e remissione a priori al destino, ma è coincidenza d’essere e volere » (M. Veneziani, Amor Fati. La vita tra caso e destino, Milano, Mondadori, 2010, p. 84), ce qui semble être précisément le sens que Casaubon donne à cette expression.

28 Umberto Eco, Le Pendule de Foucault, cit., p. 50.

29 Ibidem, p. 646.

30 Nous trouvons significatif, à ce sujet, le célèbre vers latin que Eco emploie, dans Le Nom de la rose, en guise de conclusion : « Stat rosa pristina nomine, nomina nuda tenemus », Umberto Eco, Le Nom de la rose, Paris, Grasset, 2010 [1982], p. 353.

31 Id., Le Pendule de Foucault, cit., pp. 646-647. À propos de ce passage, l’interprétation de Marco Trainito, que nous citons en italien, nous semble pertinente : « E si tratta di una sapienza minimalista, di buon senso, che Eco non smetterà mai di raccomandare, soprattutto se ci si imbarca in un viaggio odissiaco intorno alle follie culturali dell’uomo, una creatura venuta su come macchinetta per secernere illusioni metafisiche di megalomania autoconsolatoria per sfuggire all’angoscia della morte » (M. Trainito, Umberto Eco : Odissea nella biblioteca di Babele, Saonara (Pd), Il prato, 2011, p. 141.

32 Dans le roman, le protagoniste parle de « thérapie de la parole » (ibidem, pp. 621-622).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giuseppe Lovito, « Le voyage formatif et cognitif de Casaubon
dans Le Pendule de Foucault d’Umberto Eco
 », Italies, 17/18 | 2014, 749-767.

Référence électronique

Giuseppe Lovito, « Le voyage formatif et cognitif de Casaubon
dans Le Pendule de Foucault d’Umberto Eco
 », Italies [En ligne], 17/18 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://italies.revues.org/4983 ; DOI : 10.4000/italies.4983

Haut de page

Auteur

Giuseppe Lovito

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org