Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Libro dei sette savi di Roma, a cura di Andrea Giannetti

Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2012
Sylvain Trousselard
p. 885-888
Référence(s) :

Libro dei sette savi di Roma, a cura di Andrea Giannetti, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2012, 182 pages.

Texte intégral

1L’édition critique de notre collègue de Roma Tre, Andrea Giannetti, nous donne à découvrir un texte très important à plus d’un titre. Il s’agit de la première édition critique du Libro dei sette savi di Roma, présent uniquement dans deux manuscrits florentins et dont les dernières éditions, semi-diplomatiques, d’Alessandro D’Ancona remontent au xixe siècle. Andrea Giannetti vient donc combler une lacune importante par son travail dont la qualité est incontestable.

2L’ouvrage se compose de neuf parties distinctes et clairement séparées offrant la possibilité de suivre le travail paléographique et philologique de l’auteur pour l’établissement du texte. La bibliographie, richement renseignée, débute l’ouvrage afin de livrer le cadre dans lequel le travail va s’inscrire. L’introduction vient ensuite éclairer très nettement la méthodologie mise en place pour cette entreprise ardue. Les chapitres suivants, consacrés aux observations sur la langue et aux critères éditoriaux, largement développés, livrent de manière exhaustive les caractéristiques des manuscrits pris en considération et analysés pour la circonstance. L’auteur examine ainsi tous les phénomènes relevés de manière méticuleuse et systématique en les insérant dans un classement rigoureux et méthodique. Les critères éditoriaux sont, quant à eux, destinés à exposer la problématique de la retranscription du texte et laisse à voir le souci de l’auteur pour son lecteur.

3Outre le texte d’un intérêt évident que nous ne pouvons que conseiller au public, nous pourrions déplorer la présence des notes à la suite du texte et non en bas de page. Ce choix, même s’il n’est pas obligatoirement le fait de l’auteur de l’édition, reste susceptible de perturber le lecteur dans sa progression. Le glossaire est largement développé et son établissement donne un éclairage essentiel au texte même si, parallèlement, l’auteur prévient le public en précisant qu’il a opéré un certain nombre de filtrages dans le choix des mots. Signalons enfin la présence essentielle d’un index des nouvelles et des noms.

4Le cycle narratif des sept sages, très populaire au cours des siècles, voit sa diffusion se développer à partir des premières croisades, comme le rappelle l’auteur en préambule. Cette tradition s’inscrit dans une perspective de remaniements, de traductions et de réponses variées se faisant l’écho d’une matière à la fois riche et adaptable à des lieux et des époques diverses. A ce titre, nous pouvons souligner l’importance de l’ancrage des récits dans une histoire cadre dont la trace la plus évidente se retrouve dans le Décaméron de Boccace. Cet aspect rejoint pleinement le cas de notre texte, traduction en prose du français, adapté au monde mercantile florentin de la moitié du xve siècle.

5L’histoire cadre du Libro dei sette savi di Roma est celle d’un empereur confiant son unique fils aux sept sages qui lui proposent d’assurer son éducation. C’est au cours de l’absence de l’héritier que l’empereur trouvera une seconde épouse, bien plus jeune que lui. Cet élément, somme toute assez courant concernant un souverain veuf qui ne dispose que d’un héritier, pourrait se révéler secondaire si l’empereur n’avait pas demandé le retour de son fils à l’issue de sa formation. C’est la prudence des sept sages à laquelle s’associe brillamment le jeune prince, qui annoncera le risque que représente ce retour. La stratégie adoptée sera dès lors la clef de leur succès. La rencontre entre l’empereur et son fils, resté muet, suscitera la perplexité du père et c’est à cette occasion que l’impératrice tentera de le séduire avant de feindre une tentative de viol face au mutisme interprété comme un refus de la part du fils. Suite à cet événement majeur, véritable élément déclencheur, vont débuter les récits. Il s’agira donc de “retarder” l’exécution de la sentence que l’empereur prononce contre son fils. Les récits qui vont se succéder alterneront entre ceux, publics, des sages et ceux, privés, de l’impératrice. La dimension allégorique tendra au fil des pages à se réduire, surtout dans les récits de l’impératrice, où l’affect prendra le pli sur la démonstration proprement dite. L’issue sera évidemment favorable et l’ordre rétabli. La stratégie adoptée par les sages l’annonce très rapidement dans le texte. C’est leur statut qui les prédispose à cette domination sur les choses terrestres, ce sont des sages. Le texte s’organise donc sous la forme d’une attente qui se superpose à la stratégie puisque les sages se présentent séparément devant l’empereur. Quant au fils, enfermé dans un mutisme total, il a pour fonction de provoquer la perplexité du père qui ne comprend pas ce qui se trame, en cela la position de l’impératrice pourrait sembler plus favorable, sinon dominante. La conclusion du récit, positive, comporte plusieurs aspects qu’il est essentiel de souligner. Il s’agit de montrer que le fils n’est pas muet, bien au contraire et, surtout, que l’enseignement des sages s’est révélé positif et constructif pour le fils de l’empereur, héritier de la couronne. L’imposture de l’impératrice démasquée, l’ordre est rétabli et l’empereur prend conscience de la nature de son épouse. Ce récit enchâssé fait évidemment penser aux contes des Mille et une nuits où Shéhérazade propose un ensemble de récits à son époux pour échapper à une mort programmée dont elle connaît la nature et qu’elle décide d’affronter. C’est alors sa détermination et l’organisation même du récit dans le récit qui accordera le temps nécessaire à la protagoniste pour proposer une histoire face à laquelle l’époux deviendra progressivement patient, attendant la suite et l’exorde. L’issue de ces nuits consacrées aux récits « en privé » se concrétisera par la levée de la sentence de mort instituée par l’époux pour ses nouvelles épouses. Comme pour Shéhérazade, les nouvelles acquièrent une fonction spécifique : elles retardent une sentence et se chargent d’une dimension didactique dont l’objectif est de rétablir un ordre conforme aux attentes naturelles du public. L’injustice étant, dans les deux cas, le moteur de l’action.

6Pour en venir aux critères proprement dits de l’édition, Andrea Giannetti analyse les manuscrits pris en considération pour mettre en avant les points de convergences et les divergences. Son analyse s’appuie sur un examen des erreurs communes, des répétitions et des erreurs spécifiques à chaque manuscrit pour parvenir à l’établissement de son texte. Son analyse donne à voir les effets de contamination les plus évidents et les spécificités générales des témoins. En ce qui concerne les observations sur la langue, l’auteur organise son analyse en séparant graphie, phonétique (nous y distinguons le vocalisme et le consonantisme) et la morphologie (noms, articles, pronoms, adjectifs, adverbes, verbes et temps) et enfin la syntaxe. Il s’agit donc d’une analyse concise et systématique qui nous est proposée, révélant un réel travail sur les témoins afin de proposer une édition critique de très bonne facture. Pour en venir enfin aux critères éditoriaux adoptés par Andrea Giannetti, il est toujours possible de discuter certains choix qui, à mon sens, sont susceptibles de rendre le texte plus difficile d’accès pour un public moins aguerri. L’édition du Libro dei sette savi di Roma n’en reste pas moins un témoignage essentiel dont la qualité ne peut être mise en cause. Les critères précis distinguent de manière évidente les différents phénomènes afin de lever toute ambiguïté dans la stratégie adoptée. Nous ne pouvons que saluer le travail d’Andrea Giannetti qui arrive à point nommé pour combler une lacune dans les travaux philologiques de la grande tradition italienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Trousselard, « Libro dei sette savi di Roma, a cura di Andrea Giannetti », Italies, 17/18 | 2014, 885-888.

Référence électronique

Sylvain Trousselard, « Libro dei sette savi di Roma, a cura di Andrea Giannetti », Italies [En ligne], 17/18 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://italies.revues.org/5002

Haut de page

Auteur

Sylvain Trousselard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org