Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Ruggieri Apugliese, Rime, a cura di Francesca Sanguineti

Roma, Salerno Editrice, 2013
Sylvain Trousselard
p. 888-891
Référence(s) :

Ruggieri Apugliese, Rime, a cura di Francesca Sanguineti, Roma, Salerno Editrice, 2013, LI-117 pages.

Texte intégral

1L’ouvrage de Francesca Sanguineti est une édition critique des œuvres poétiques de Ruggeri Apugliese, auteur siennois issu de la tradition des troubadours occitans et de celle de l’école sicilienne. Poète actif vers la moitié du xiiie siècle, nous conservons de lui cinq compositions assez longues. L’édition est riche et soignée, elle propose de manière claire et approfondie les caractéristiques majeures du poète, tant sur un plan littéraire que dans un cadre plus large de l’histoire de la littérature et de la tradition manuscrite qui a transmis les poèmes de l’auteur. À cela s’ajoute, de la part de la curatrice, un travail minutieux de relecture des manuscrits qui, bien qu’étant particulièrement précis et méticuleux, ne sombre à aucun moment dans un discours philologique jargonnant. Il en résulte une édition critique d’un très bon niveau scientifique et particulièrement agréable à lire.

2L’édition se compose d’une longue introduction, d’une bibliographie, de l’édition des poèmes, des notes aux textes et d’un index. La longue introduction (51 pages) est divisée en quatre parties distinctes qui s’attachent aux aspects essentiels du poète et de sa production. La première partie (p. xi-xix) s’articule autour de la question de Ruggeri Apugliese comme poète-jongleur où il s’agit de faire le point, non seulement sur les poèmes au sein de la production littéraire de l’époque, mais également sur le jugement péjoratif adopté par la critique, la tradition romantique en particulier, mais également de Benedetto Croce (p. xii-xiii) qui commence à altérer cette vision “classique” de poésie à la fois mineure et d’un intérêt plus que secondaire. C’est à partir d’Antonino Pagliaro que la vision commencera à évoluer plus significativement, prolongée par Contini, jusqu’à Picone. Tout en retraçant l’histoire de la critique, Francesca Sanguineti s’emploie à développer un propos pertinent en précisant bien des aspects de la tradition littéraire et du poète, justifiant son discours par des exemples précis et parfaitement clairs.

3La seconde partie (p. xix-xxiii), consacrée aux aspects biographiques, constitue une mise en perspective des textes à travers les indices chronologiques laissés par le poète. Cela permet à la curatrice de situer dans le temps Ruggeri Apugliese de manière plus précise. Elle en profite d’ailleurs pour reprendre les différentes tentatives des critiques antérieurs pour positionner le poète dans un cadre littéraire et historique.

4Le volet le plus important de l’introduction est consacré, dans la troisième partie (p. xxiii-xxxix), aux caractéristiques de la production poétique de Ruggeri Apugliese. Ainsi, est mise en avant la spécificité des cinq longues compositions pour s’attarder ensuite sur chaque poème et en proposer une analyse spécifique et précise. La production de Ruggeri Apugliese apparaît ainsi comme le résultat d’un ensemble de thématiques fort disparates, allant de l’amour, à la position du jongleur au sein de la société, et de la réflexion politique à la déception face à la vie et au monde (p. xxiii). Les compositions s’insèrent également dans une tradition solide et particulièrement bien ancrée dans une production médiévale où les modèles et les pratiques apparaissent de manière évidente grâce aux analyses proposées. La parodie, variation de la deformitas courante à l’époque, voire le travestimento, laissent apparaître la place de l’intertextualité dans l’œuvre de Ruggieri Apugliese et sa connaissance particulièrement précise des thématiques et des ressorts de l’ensemble de la production occitane. Il ne s’agit pas ici de reprendre l’ensemble des analyses proposées par Francesca Sanguineti pour chaque composition, car son dessein est clair et l’objectif recherché est atteint. L’introduction suffit pour comprendre précisément toutes les caractéristiques de la production littéraire du poète et, chose plus délicate, pousser le lecteur à s’y précipiter pour les découvrir.

5Le dernier chapitre de l’introduction, consacré à la transmission manuscrite, est bien plus technique et n’intéressera évidemment que les seuls philologues ou certains médiévistes plus aguerris à l’étude de l’établissement des textes. C’est ainsi que la curatrice révèle une facette très importante de son travail sur les textes, en faisant le point sur tous les témoins manuscrits et précisant la nature des critères qui ont guidé et dominé ses choix en tant que philologue. Pour résumer, il sera bien plus simple de souligner son souci du lecteur et de sa lecture du texte. En effet, la philologue, au-delà des aspects strictement techniques, a su analyser les témoins manuscrits pour en tirer les éléments utiles et indispensables à une édition lisible pour un public contemporain. Débarrassés des scories archaïsantes que certains philologues maintiennent parfois artificiellement pour laisser une patine propre aux manuscrits sur lesquels ils se sont penchés, Mme Francesca Sanguineti a su, par égard pour son lectorat, aller au-delà de cette étape, ô combien indispensable, et produire un texte épuré, correct et clair où elle ne manque pas, sa formation de philologue en témoigne, d’enrichir les compositions de notes permettant aux lecteurs de contenter leur curiosité. Ainsi, des notes concernant les manuscrits et le sens à donner aux vers se succèdent, séparément, dans l’unique but de donner une vision complète de chaque composition et de livrer plusieurs niveaux de lecture clairement définis et démarqués les uns des autres. Le volume se clôt par des notes aux textes où apparaît une description précise de chaque manuscrit, des éditions précédentes et des critères choisis pour la présente édition. Ce dernier point, essentiel pour l’établissement du texte, livre de manière fort explicite les critères adoptés et montre combien sa méthode est opérationnelle. Nous découvrons également toute la modestie avec laquelle elle soumet son travail à la critique, laissant paraître l’honnêteté intellectuelle qui a dominé tout au long de ce travail. L’édition se termine sur un index nominum fort utile.

6Nous ne pouvons que saluer une telle entreprise sur un auteur mineur, souvent oublié par la critique, pour ne pas dire négligé et relégué à un niveau de création “inférieur”. Francesca Sanguineti a su, par sa minutie et la clarté de son propos, livrer les éléments essentiels pour la publication d’une édition de grande qualité qui, à n’en pas douter, sera désormais l’ouvrage de référence sur ce poète.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Trousselard, « Ruggieri Apugliese, Rime, a cura di Francesca Sanguineti », Italies, 17/18 | 2014, 888-891.

Référence électronique

Sylvain Trousselard, « Ruggieri Apugliese, Rime, a cura di Francesca Sanguineti », Italies [En ligne], 17/18 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://italies.revues.org/5004

Haut de page

Auteur

Sylvain Trousselard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org