Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Michelangelo Zaccarello
Alcune questioni di metodo nella critica dei testi volgari

Verona, Fiorini, 2012
Sylvain Trousselard
p. 891-895
Référence(s) :

Michelangelo Zaccarello, Alcune questioni di metodo nella critica dei testi volgari, Verona, Fiorini, 2012, 192 pages.

Texte intégral

1L’ouvrage publié par Michelangelo Zaccarello de l’Université de Vérone, se propose comme un manuel destiné à un public spécifique, celui des philologues. La difficulté qui se pose comme justification à la rédaction du manuel est celle liée à la théorie spécifique à chaque exercice d’ecdotique accompagnant la variété infinie des profils manuscrits et des implications linguistiques qui y sont étroitement liées. Il en découle donc une diversité d’approches dans les manuels et les expériences de travail analysées.

2L’entreprise de l’auteur est donc de faire le point sur toute cette production consacrée à la philologie et à l’établissement des textes. Il nous semble également opportun de souligner que l’approche de l’auteur, même si elle fait grand cas de l’ensemble de la tradition, est essentiellement articulée, dans son approche, sur la tradition anglo-saxonne. Cela étant, les travaux de Michelangelo Zaccarello liés à la philologie ne sont en rien enfermés dans cette perspective, il ne devient ainsi à aucun moment doctrinal dans son travail et dans la lecture qu’il propose des manuscrits par ailleurs.

3L’ouvrage se compose de six chapitres et d’un ensemble de références bibliographiques indispensables pour tout chercheur. Il se conclut par un index des noms afin d’orienter le lecteur différemment à travers le volume. Le premier chapitre, consacré à la méthode stemmatique et ecdotique, est l’occasion de reprendre l’ensemble de la tradition dans le domaine pour en livrer les éléments essentiels et en proposer un historique à la fois synthétique et parfaitement clair pour le lecteur. Le second chapitre, quant à lui, expose les différents phénomènes que le philologue rencontre dans les copies qu’il doit étudier pour l’établissement du texte en insistant sur l’activité du copiste. La position de ce dernier dans l’élaboration du manuscrit apparaît donc comme essentielle dans le traitement donné et dans les caractéristiques que le texte a pu acquérir au moment de la copie. Michelangelo Zaccarello illustre son propos d’exemples précis afin de proposer des explications claires et explicites, ce qui rend son travail très didactique. Le troisième chapitre se propose de livrer une définition opérative du concept de vulgate dans la praxis ecdotique. Cet aspect devient davantage pratique pour le lecteur car l’auteur fournit des exemples comme le Novellino de Masuccio Salernitano où la tradition, non manuscrite mais imprimée offre des variantes utiles à la reconstruction du texte en révélant les traitements opérés à l’époque, dans les versions successives, sur un texte dont on connaît les caractéristiques précises. La notion de Vulgate est ici largement développée et donne lieu à la transmission de l’ensemble des éléments utiles à son établissement. L’auteur n’hésite d’ailleurs pas à reprendre l’expérience d’autres philologues, antérieurs, pour souligner l’importance des moyens utilisés pour le rétablissement du texte, comme Balduino pour l’établissement, en 1970, de son édition des Cantari del Trecento, ou encore sa propre expérience dans l’élaboration du corpus des Sonetti de Burchiello qui, malheureusement, est désormais épuisé. Le quatrième chapitre est davantage technique dans sa construction, mais il met le doigt sur un aspect essentiel des manuscrits, celui des omissions de la part des copistes, dû à un saut opéré par l’œil et que l’on nomme communément « saut du même au même ». Cet aspect se révèle être de loin le plus complexe, car il est lié à l’attention du copiste au moment même où il s’adonne à sa tâche. Michelangelo Zaccarello entreprend donc une véritable reconstruction de ces phénomènes d’erreurs polygénétiques à travers la lecture des manuscrits et en livre les caractéristiques par des exemples précis afin de rendre son propos vivant et explicite, citant à la fois la position des philologues sur ce type de phénomènes et illustrant son propos avec les Saturnales de Macrobe, l’Enfer dantesque (IV, 134-144) ou le De natura deorum de Cicéron.

  • 1 Jacopo Passavanti, Le miroir de la vraie pénitence, édition de Denise Alexandre, Paris, Classique (...)

4Le cinquième chapitre entreprend l’analyse d’un cas précis qui est celui des problèmes de méthode liés à l’édition de textes d’éducation et de préceptes en s’appuyant sur un cas exemplaire qui est l’Epistola a Raimondo du pseudo-saint Bernard. Le choix opéré par l’auteur n’est ici pas anodin car il renvoie à une tradition qui peut nous sembler à la fois éloignée temporellement, mais également dans l’intérêt que nous lui portons de nos jours. Le cas de l’ensemble de la production morale et didactique a été, au Moyen Âge, d’une importance considérable, et nous rencontrons des difficultés très grandes pour rendre compte de cet impact dans le panorama littéraire et social de l’époque prise en considération. Il en découle une approche semée d’embûches pour qui entreprend un tel travail. Des textes comme Le miroir de la vraie pénitence de Jacopo Passavanti1 en est un exemple significatif puisqu’il a servi de base à l’enseignement de plusieurs générations de clercs. Ce type de textes correspond à une entreprise spécifique de la part du copiste qui, selon les circonstances qui prévalaient pour la transmission du document, opérait un certain nombre de modifications significatives sur l’œuvre. Ces interventions directes et volontaires, comme l’explique fort bien Michelangelo Zaccarello, tendent à rendre le travail de rétablissement du texte originel particulièrement délicat puisque c’est la nature même du texte qui explique ces manipulations par le copiste dont l’objectif est de proposer un texte “exploitable” directement pour les fidèles. Nous entrons ainsi dans un autre espace qui n’est plus celui de la transmission écrite d’un texte, mais celui de la constitution d’un “manuel” pour une transmission orale et l’éducation spirituelle des fidèles au cours des offices religieux. Les objectifs sont donc fondamentalement différents et nous laissent entrevoir les exigences de la part des commanditaires auprès du copiste qui se doit, dès lors, de servir un objectif spécifique qui dépasse largement le texte. Le dernier chapitre est consacré aux critères linguistiques dans la détermination du texte qui servira de base pour laquelle Michelangelo Zaccarello propose une méthode. Ce chapitre se positionne ainsi à la fin du manuel et donne des pistes pratiques pour l’établissement d’un texte. À l’aune des traditions successives, l’auteur opère un rappel des différentes écoles pour en livrer les caractéristiques essentielles et les limites afin de mettre en avant un discours qui s’oppose à toute visée dogmatique. L’objectif est donc atteint et laisse au lecteur la latitude nécessaire pour un travail intelligent sur le texte.

5Michelangelo Zaccarello, par ce manuel où il ne livre que les éléments essentiels à la compréhension de la méthode ecdotique, insiste sur les difficultés rencontrées pour l’établissement des textes. Il met en avant les méthodes qui ont prédominé et qui restent importantes, mais pousse également son lecteur à entrer dans l’espace du texte manuscrit pour montrer toute la place de la méthode empirique –résultat d’un constat, celui de la multiplicité des témoins et de l’adaptation permanente du philologue face à son texte.

Haut de page

Notes

1 Jacopo Passavanti, Le miroir de la vraie pénitence, édition de Denise Alexandre, Paris, Classiques Garnier, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Trousselard, « Michelangelo Zaccarello
Alcune questioni di metodo nella critica dei testi volgari
 », Italies, 17/18 | 2014, 891-895.

Référence électronique

Sylvain Trousselard, « Michelangelo Zaccarello
Alcune questioni di metodo nella critica dei testi volgari
 », Italies [En ligne], 17/18 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://italies.revues.org/5006

Haut de page

Auteur

Sylvain Trousselard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org