Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Philippe Audegean, Leopardi. Les Petites Œuvres morales

Paris, PUF, 2012
Melinda Palombi
p. 895-897
Référence(s) :

Philippe Audegean, Leopardi. Les Petites Œuvres morales, Paris, PUF, 2012, 172 pages.

Texte intégral

1Peut-on encore aujourd’hui écrire un livre utile sur les Petites Œuvres morales de Leopardi, auteur italien le plus étudié après Dante ? La réponse est : oui. Le secret de cette utilité, c’est précisément la simplicité d’exposition que choisit Philippe Audegean, simplicité tout autre qu’aisée à mettre en place lorsque l’on explique les textes léopardiens. L’auteur a donc la modestie de nous présenter un ouvrage qui pourrait parfaitement convenir à la divulgation de l’un des ouvrages fondamentaux de la littérature italienne – projet non dénué d’importance vis à vis du public français –, mais il réussit, dans le même temps, à créer un instrument critique qui sera également profitable aux spécialistes léopardiens.

2Le point de vue et la terminologie qu’Audegean nous propose sont ceux du philosophe et c’est en cela que son apport est particulièrement appréciable : la précision notionnelle de ses analyses nous aide à mieux comprendre ce qu’il appelle lui-même des « poèmes philosophiques en prose », ainsi que leurs développements théoriques, au sein desquels le lecteur peu averti risque parfois de s’égarer. En somme, il a le mérite, particulièrement remarquable, de rendre plus clair ce que la critique littéraire peut avoir tendance à complexifier.

3Comment s’y prend-il ? Cette clarté d’exposition n’appartient pas seulement au style, mais également à la structure de l’ouvrage qui, après l’introduction, reproduit l’organisation du volume des Petites Œuvres morales dans son édition définitive. La structuration du discours d’Audegean est d’ailleurs très marquée dès l’introduction qui constitue le premier tiers du livre et s’articule en quatre sous parties : Système et fragment, Théorie du malheur, Théorie du plaisir et Le spleen de Recanati. Essentielle à la mise en perspective des analyses détaillées qui vont suivre, cette partie introductive fait ainsi le point sur certains aspects essentiels de la pensée léopardienne.

4Audegean, on l’a dit, choisit d’analyser successivement toutes les operette en suivant leur ordre d’apparition dans le volume léopardien. Selon lui, les textes des operette suivent ainsi une évolution logique que l’on peut définir en deux moments essentiels : le constat du malheur et l’épreuve du malheur. Il interprète donc l’agencement léopardien en proposant des regroupements logico-thématiques des textes, pour ensuite articuler ces regroupements en deux temps forts, qui vont constituer les deux parties du corps de cet ouvrage. Le mimétisme structurel sera appliqué jusqu’au bout, puisqu’en guise de conclusion, Audegean nous propose l’analyse des cinq textes épilogues, comme il les nomme, des Petites œuvres morales, en suggérant toutefois une cyclicité interne au recueil par un clin d’œil, final, au texte d’ouverture qu’est l’Histoire du genre humain.

5Audegean analyse successivement chacune des operette avec concision, dans une synthèse qui tient parfois du pur résumé, pour tendre en d’autres moments vers un éclairage enrichissant. Il est important de souligner qu’il s’agit d’analyses souvent lumineuses, tant par la justesse des formules que par l’à propos des corrélations proposées entre les textes léopardiens et ceux des philosophes qui ont pu l’inspirer.

6Si ce texte innove, c’est exactement à travers la justesse dense et souvent heureuse de certaines formules qui seront à retenir. Quant aux mises en relation, certes connues pour la plupart, elles sont exposées ici avec clarté et mesure, car si Audegean fait constamment dialoguer les idées des Petites œuvres morales et leurs sources philosophiques, ces références ne submergent jamais le discours principal. Il en résulte une mise en relief des mécanismes logiques de la pensée léopardienne particulièrement frappante pour sa force explicative. En somme, il s’agit là d’une économie d’exposition révélatrice de sens, qui, de ce fait, peut catalyser de nouvelles réflexions et rendre, par sa fraîcheur, plus fertile le terrain des études léopardiennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Melinda Palombi, « Philippe Audegean, Leopardi. Les Petites Œuvres morales », Italies, 17/18 | 2014, 895-897.

Référence électronique

Melinda Palombi, « Philippe Audegean, Leopardi. Les Petites Œuvres morales », Italies [En ligne], 17/18 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://italies.revues.org/5007 ; DOI : 10.4000/italies.5007

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org