Navigation – Plan du site
Comptes rendus

L’Unité italienne racontée, textes réunis
par Laura Fournier-Finocchiaro et Jean-Yves Frétigné

« Transalpina », n° 15 et 16, Presses universitaires de Caen, 2 vol. , 2012-2013
Yannick Gouchan
p. 897-899
Référence(s) :

L’Unité italienne racontée, textes réunis par Laura Fournier-Finocchiaro et Jean-Yves Frétigné, « Transalpina », n° 15/16, Presses universitaires de Caen, 2 vol., 2012-2013.

Texte intégral

1L’équipe de recherche ERLIS à l’Université de Caen-Basse Normandie propose un double numéro de la revue « Transalpina » consacré au Risorgimento et à l’Unité de la Péninsule, dans le cadre des manifestations de la célébration des 150 ans de l’unification italienne. Les deux volumes collectifs rassemblent plus d’une vingtaine d’articles d’historiens et de critiques, français et italiens, qui tentent à la fois de porter un regard rétrospectif sur les personnages et les événements et de sonder, avec les instruments de notre époque, le grand récit de l’Unité. Un récit national dont l’historiographie, la littérature et les arts conservent les indispensables témoignages.

2Les deux auteurs de l’introduction, Laura Fournier-Finocchiaro et Jean-Yves Frétigné, soulignent d’emblée les enjeux d’une réflexion sur les modalités et les effets de l’Unité italienne célébrée après un siècle et demi de recul, souvent rhétorique mais parfois, et même de plus en plus, critique. Il ne s’agit point de renouer avec un « Risorgimento œcuménique » (p. 12) mais bien de faire œuvre de réflexion sur la mémoire des mouvements politiques et culturels qui ont conduit à l’unification.

3Le sous-titre du premier volume de la revue permet tout d’abord de situer cette réflexion dans le domaine des interprétations et des commémorations de l’Unité. Douze articles offrent au lecteur différents aspects de l’historiographie risorgimentale, grâce à des contributions d’historiens venus de part et d’autre des Alpes. Andrea Campani et Xavier Tabet s’interrogent sur le lien entre l’historiographie et le débat public d’hier et d’aujourd’hui. Jean-Yves Frétigné, Dino Mengozzi et Fulvio Conti étudient respectivement l’évolution de la pensée mazzinienne, la construction du mythe Garibaldi et le lien entre le Risorgimento et la Franc-maçonnerie. La question de la place de l’Église à un moment crucial de l’histoire de la Péninsule est abordée par François Jankowiak. Au xxe siècle, la problématique délicate de l’expérience risorgimentale filtrée par l’idéologie fasciste et par l’anti-fascisme fait l’objet de trois contributions par Eva Cecchinato, Frédéric Attal et Francesca Rigoni. Pour terminer, trois articles s’intéressent aux lieux de la mémoire de l’Unité (Maurizio Ridolfi) et à la manière dont l’Italie et la France ont célébré cette Unité depuis le cinquantenaire de 1911 et le centenaire de 1961 (Laura Fournier-Finocchiaro et Massimo Baioni).

4Le second volume de « Transalpina » déplace l’axe critique vers la littérature et les arts, c'est-à-dire les « voix et images du Risorgimento ». Plusieurs protagonistes et écrivains importants du Risorgimento sont traités par Laura Guidobaldi (avec un essai sur Massimo D’Azeglio), Matilde Dillon Wanke (sur les mémorialistes), Luca Bani (sur la poésie patriotique au féminin) et Aurélie Gendrat-Claudel (sur le roman Cento anni de Giuseppe Rovani). Aucune prise en compte de la dynamique culturelle qui a mené à l’Unité ne pourrait faire abstraction de deux autres formes artistiques fondamentales telles que la peinture (Francesco Hayez est traité par Elsa Chaarani-Lesourd ; l’art pictural patriotique est analysé par Jacqueline Spaccini), et la musique (Verdi est présenté par Pierre Milza, et la musique risorgimentale étudiée par Didier Francfort). Les conséquences de l’Unité sur la littérature et les arts post-risorgimentaux font l’objet d’une contribution sur De Amicis, acteur et spectateur de l’histoire (par Mariella Colin), et sur Verga (par Claire Chassagne). Enfin, au XXIe siècle, et précisément en 2011, la mémoire du Risorgimento revit au cinéma grâce au film de Mario Martone (Noi credevamo) analysé par Laurent Scotto-D’Ardino.

5La diversité et la qualité des contributions critiques qu’offrent ces deux volumes de « Transalpina » confirment le fait que la célébration de l’Unité italienne entraîne des interrogations multiples et sans cesse reformulées sur la mémoire historique et ses expressions artistiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Gouchan, « L’Unité italienne racontée, textes réunis
par Laura Fournier-Finocchiaro et Jean-Yves Frétigné
 », Italies, 17/18 | 2014, 897-899.

Référence électronique

Yannick Gouchan, « L’Unité italienne racontée, textes réunis
par Laura Fournier-Finocchiaro et Jean-Yves Frétigné
 », Italies [En ligne], 17/18 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://italies.revues.org/5009 ; DOI : 10.4000/italies.5009

Haut de page

Auteur

Yannick Gouchan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org