Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Laura Fournier Finocchiaro
Giuseppe Mazzini. Un intellettuale europeo

Napoli, Liguori, 2013
Yannick Gouchan
p. 899-902
Référence(s) :

Laura Fournier Finocchiaro, Giuseppe Mazzini. Un intellettuale europeo, Napoli, Liguori, 2013, 244 pages.

Texte intégral

1Au long des sept chapitres qui composent cet essai, l’auteure a pour ambition de redonner une place plus large à l’un des « pères » de la patrie italienne, en dressant le portrait intellectuel de Giuseppe Mazzini à partir de l’évolution de son parcours en Italie, en France, en Suisse et en Angleterre. La pensée et l’action de Mazzini sont mises en rapport avec ses séjours en Europe et sont analysées au fil des multiples écrits en plusieurs langues. L’enjeu de ce livre sera donc de « trouver une certaine cohérence dans les réflexions du patriote » (p. 6).

2Le premier chapitre se consacre à la littérature et à la nation. Laura Fournier Finocchiaro se penche sur la période de jeunesse de Mazzini, la naissance de sa passion pour les Lettres, la fréquentation des cercles liés à la Carboneria, l’influence qu’exerça sur lui la lecture des Ultime lettere de Foscolo, les germes d’une aspiration à la lutte pour libérer la patrie. Dès son premier essai important, Dell’amor patrio di Dante (1826) Mazzini établit un lien étroit entre littérature, patriotisme et société. C’est durant cette époque qu’il crée le périodique « L’Indicatore genovese » (puis « L’Indicatore livornese », plus tard) et qu’il se distingue par ses travaux de critique littéraire : Mazzini est un des premiers à faire fusionner le Romantisme avec le patriotisme dans une dimension internationale, pour un « engagement éthique et civil » de la littérature (p. 16). Son essai D’una letteratura europea (1829) contribuera d’ailleurs à fixer l’image d’un Mazzini européiste et ouverts aux autres littératures dans sa quête d’une démocratie européenne. Ces réflexions le poussent en 1829-1830 à intégrer la Carboneria à Livourne.

3Le deuxième chapitre du livre est consacré à Mazzini face aux intellectuels européens de son temps. L’auteure analyse notamment la période d’exil du patriote en France puis en Suisse et en Angleterre. La culture française compte beaucoup dans la formation de Mazzini, et surtout les réflexions sur l’Histoire (par la lecture de Guizot et Cousin). Mais après 1830 la monarchie constitutionnelle de Louis-Philippe déçoit Mazzini ; il se rend à Marseille qui sera le point de départ pour une forme d’activisme au sein des patriotes italiens exilés. C’est à Marseille qu’il fonde la Giovine Italia et qu’il envoie sa lettre au roi Charles-Albert de Piémont. L’auteure nous dit : « Mazzini fu chiaramente l’inventore dell’ “oggetto Italia” nei termini politici e culturali moderni : una, libera, indipendente, repubblicana » (p. 47). Nous lisons avec intérêt l’analyse de la pensée mazzinienne qui différencie « alliance européenne » et « cosmopolitisme », dans une prise en compte générale du concept de nation. Mais Mazzini reste peu écouté de ses collègues italiens, et en tant qu’ennemi de l’empire d’Autriche et du royaume de Piémont il parcourt l’Europe en exil (il est expulsé de France en 1832). Il contribue à la création d’une Giovine Europa (1832) avec son appel Ai poeti del secolo xix.

4Le troisième chapitre traite du rapport de Mazzini avec les héros de la nation, notamment Dante et Foscolo. En Suisse puis à Londres, recherché par plusieurs polices d’Europe, il connaît une période de doute et trouvera chez les Anglais une terre d’élection pour développer sa doctrine de « socialisme humanitaire », tout en poursuivant ses travaux de nature littéraire (Italian Literature – 1837 – et The present state of French Literature – 1839, où il fait l’éloge de George Sand, avec qui il entretiendra une longue correspondance). Dante et Foscolo sont deux exilés sur lesquels Mazzini entame des travaux de recherche : une étude des articles politiques inédits de Foscolo écrits en Angleterre et des conférences sur Dante pour les exilés italiens. C’est aussi le moment de la rencontre avec le philosophe Thomas Carlyle. Mazzini étudie aussi l’œuvre d’autres grands hommes à cette époque, comme en témoigne son Byron e Goethe (1840).

5Le quatrième chapitre déplace l’objet de l’étude vers la pensée mazzinienne sur l’éducation et la démocratie. Une évocation bien documentée du mazzinisme londonien nous montre comment Lamennais a influencé le patriote italien pour la définition d’une religiosité humanitaire. En effet Mazzini réside, dans les années 1840, dans la métropole par excellence de l’industrialisation et du prolétariat moderne. Il refonde une Giovine Italia et crée le périodique « L’Apostolato popolare » pour diffuser ses idées, notamment sur l’instruction et l’émancipation des femmes (c’est la période où il rencontre Margaret Fuller). La notoriété de Mazzini en Angleterre est à son apogée, et il entend se servir de cette notoriété pour faire avancer la cause italienne (voir sa lettre A Pio IX, 1847). Cependant ses idées restent assez peu écoutées en Italie, malgré la publication de son ouvrage fondamental Thoughts upon democracy in Europe (1846-1847, traduit en italien en 1853). À la veille de 1848 Mazzini est avec Marx un des principaux penseurs politiques en Europe.

6Le cinquième chapitre propose de comprendre le rôle de Rome dans la pensée de Mazzini. L’expérience de la république romaine (1848-1849) et de son échec permet à Mazzini de consolider sa volonté de refonder une « Troisième Rome » qui correspondrait à la renaissance de la nation italienne libre et unifiée. La Rome de Mazzini signifie également, et surtout, la mise en place d’une république démocratique, point de départ pour la fondation d’une république italienne. L’intervention française en 1849 finit de consumer la rupture entre Mazzini et la France de Napoléon III. Commence alors la décennie piémontaise dominée par Cavour dont Mazzini reste un farouche adversaire. Le patriote choisit de retourner en Angleterre. Laura Fournier Finocchiaro parvient à nous expliquer comment la Rome de Mazzini (tremplin pour la construction d’une démocratie italienne puis européenne) a été mythifiée et figée après sa mort dans les vers de Carducci qui voit seulement en Mazzini le prophète d’une Troisième Italie.

7Le sixième et avant-dernier chapitre porte sur la construction européenne. Après 1849 et l’échec républicain, Mazzini connaît vingt-trois ans d’exil et fixe les orientations de sa réflexion sur l’Europe démocratique. Au fur et à mesure que grandit sa « gallophobie » (divergences avec Sand, avec Hugo – qui avait écrit à sa demande À l’Italie, en 1856 –, rupture avec les socialistes français) Mazzini s’oppose au marxisme sur les questions socio-économiques et politiques. La doctrine mazzinienne repose en effet sur des idées qui peuvent sembler dépassées dans la seconde moitié du siècle, car il préconise un polycentrisme des démocraties-sœurs en Europe par la conciliation entre l’union des nations et le respect des particularités de chaque peuple. C’est un Mazzini idéologue que l’auteure nous invite à découvrir.

8Le dernier chapitre de l’ouvrage traite de l’Unité italienne. Mazzini fonde un Comité National Italien (puis Partito d’Azione) dans lequel le peuple est considéré comme moteur de l’indépendance de la patrie (c’est la période de l’insurrection de Milan, en février 1853). Le mazzinisme mythifié et vulgarisé devient une forme d’utopie irresponsable, voire contre-productive pour la cause italienne, face aux solutions de Cavour, Gioberti ou D’Azeglio qui le jugent sévèrement. Mazzini reste isolé au moment de la deuxième guerre d’indépendance, il n’est plus qu’un « père de la patrie » tout à la fois respecté mais aussi proscrit car ennemi de la monarchie. Après l’unification il se consacre à son ouvrage capital Doveri dell’uomo (vendu à un million d’exemplaires à l’époque, et considéré comme un « catéchisme populaire », p. 206) dans lequel il considère le peuple comme un acteur de la construction de la patrie, puis il crée le périodique « Popolo d’Italia » (1866). Entre invectives contre la “piémontisation” de l’Italie et préoccupations sociales, les dernières années de Mazzini montrent l’élaboration d’une « religion politique » (p. 216) par une « approche politique et religieuse plus qu’idéologique » de la nation (Ibidem). La vision unitaire de Mazzini sur la politique, la société et la littérature met en évidence, dans l’ouvrage de Laura Fournier Finocchiaro, une pensée originale et un « pouvoir spirituel » considérable (p. 228) qui seront tour à tour récupérés, rejetés ou bien célébrés après la mort du patriote et jusqu’à nos jours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Gouchan, « Laura Fournier Finocchiaro
Giuseppe Mazzini. Un intellettuale europeo
 », Italies, 17/18 | 2014, 899-902.

Référence électronique

Yannick Gouchan, « Laura Fournier Finocchiaro
Giuseppe Mazzini. Un intellettuale europeo
 », Italies [En ligne], 17/18 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://italies.revues.org/5011

Haut de page

Auteur

Yannick Gouchan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org