Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Antonio Saccone, Ungaretti

Roma, Salerno Editrice, 2012, 297 pages.
Laure Guglielmi
p. 904-907
Référence(s) :

Antonio Saccone, Ungaretti, Roma, Salerno Editrice, 2012, 297 pages.

Texte intégral

1Avec cet ouvrage, Antonio Saccone, professeur à l’Université Federico II de Naples, réalise ce qu’il appelle lui-même « un’indagine » (p. 7) sur ce monstre sacré de la poésie italienne qu’est Giuseppe Ungaretti. Pour mener à bien son enquête, Antonio Saccone choisit de se pencher sur la vie et l’œuvre du poète, suivant une étude à la fois chronologique et thématique. C’est sur ce pari réussi que repose l’intérêt de cet ouvrage puisque rares sont les monographies ayant osé aborder l’auteur de façon si complète. Cette double approche est menée de main de maître et l’ouvrage est ainsi divisé en neuf chapitres formant quatre grandes parties : une première retraçant la biographie du poète, une seconde mettant en lumière les recueils Allegria et Sentimento del tempo, une troisième se concentrant sur les activités de journaliste, professeur et traducteur, et une quatrième consacrée aux dernières productions poétiques.

2Si, dans la première partie, l’écriture d’Antonio Saccone, proche de celle du roman, rend la lecture fluide et très accessible, les suivantes offrent un matériau critique dense, répertoriant les inspirations littéraires d’Ungaretti, du pétrarquisme aux avant-gardes, et sont illustrées à travers un choix mesuré de citations in extenso des compositions du poète. Par ailleurs, les différents chapitres, s’ils peuvent être lus séparément du fait de leur unité thématique intrinsèque, s’insèrent néanmoins dans une économie de l’ouvrage qu’il convient de parcourir selon l’ordre proposé par Antonio Saccone, car ils renferment souvent des idées-clés qui seront développées au cours des chapitres suivants.

3En cela, la première partie est déterminante, puisqu’elle renferme les germes d’inspiration du poète, en particulier la problématique inhérente à sa poétique : celle du nomadisme. Antonio Saccone souligne alors que, né à Alexandrie de parents italiens, Ungaretti cultive toute sa vie durant un sentiment d’étrangeté et peine à s’identifier à une patrie. Son voyage en France et son retour en Italie représentent une expérience culturelle constituante pour le poète : ce n’est pas sans raison que ses premières compositions sont des odes à l’Égypte perdue. Antonio Saccone insiste sur cette ville métaphorique que représente l’Alexandrie natale, et sur l’importance du désert et de la mer, récurrents dans toute la production du poète, qui sont deux lieux d’errance, deux topoi du parcours vers la terre promise. La guerre offre cependant au poète une opportunité de consécration patriotique, un moyen de faire tabula rasa de ce nomadisme angoissant, et de construire son mythe autour d’une mission à la fois martiale et orphique.

4La guerre conduit à la deuxième partie de l’ouvrage, qui se penche sur l’élaboration du recueil Allegria (1931), marqué par l’expérience du conflit qu’Antonio Saccone identifie comme étant à l’origine de la syntaxe lapidaire et télégraphique du poète, procédé mimétique à mi-chemin entre le tragique de la réalité belliqueuse et la recherche d’une poésie de l’instant. Antonio Saccone – auteur de plusieurs ouvrages sur le futurisme, dont Marinetti e il futurismo (1984) et Futurismo e modernità (2000) – insiste ainsi sur la contradiction de fond qui distingue Ungaretti de ses contemporains futuristes, puisque le temps poétique de ses compositions est celui de l’intériorité, un présent déterminé par le passé, et non « un eterno presente » (p. 82) qui en aurait balayé toutes les traces. Cette sensibilité classique, mue par la nécessité propre au poète de se construire sur des origines, s’intensifie au contact des théories bergsoniennes. Ungaretti scelle l’importance d’une tradition littéraire dans son manifeste de 1919 Verso un’arte nuova classica et l’illustre à travers Sentimento del tempo (1933). A. Saccone insiste alors sur l’influence du Baroque dans ce recueil (découvert lors du séjour du poète à Rome et de ses études sur Góngora), influence qui se manifeste par l’exaltation de dichotomies, en particulier celles qui lient eros et thanatos, construction et destruction, ou encore éternel et éphémère. Cet intérêt pour le Baroque rejoint le sentiment d’errance désertique propre à Ungaretti à travers des choix stylistiques producteurs d’illusions et de vertiges, qui subliment l’angoisse de l’horror vacui.

5C’est d’ailleurs le retour d’Ungaretti vers son désert natal qui ouvre la troisième partie de l’ouvrage. Ses proses de voyages, rédigées entre 1931 et 1935 pour la Gazzetta del popolo, sont pétries de sa sensibilité de poète et le Baroque est omniprésent : dans chacune des descriptions des lieux de son périple, de l’Égypte aux Pays-Bas et aux Flandres – où les paysages observés à travers le prisme des peintres flamands donnent lieu à de profondes réflexions sur la lumière –, mais également dans la minutieuse attention portée aux pierres, symboles immuables du temps qui passe. Le nomadisme du poète demeure opératoire dans son activité de professeur, puisque, entre 1937 et 1942, Ungaretti se rend au Brésil où il dispense des cours en tant que professeur de littérature italienne, puisant alors dans ses inspirations poétiques, à travers l’étude de Jacopone da Todi, Pétrarque et Leopardi. Ce travail de « memoria letteraria » (p. 193) se retrouve également dans ses traductions, et A. Saccone souligne l’importance pour Ungaretti de se réapproprier un texte pour le traduire, de procéder en tant que poète. A. Saccone revient ainsi sur les traductions poétiques (la première paraît en 1936) de Saint John Perse, Blake, Góngora, Mallarmé, Shakespeare et Racine, poètes dont les obsessions aux accents baroques rejoignent les angoisses d’Ungaretti.

6Ces angoisses perdurent et s’intensifient dans ce qu’Antonio Saccone a nommé le « Terzo tempo » (p. 212), celui des recueils Il Dolore (1937) et La Terra Promessa (1950). Le premier a pour grand thème la mort, inspiré des années qu’Ungaretti lui-même a appelées « gli anni orribili » (p. 214) de la guerre et des deuils, en particulier celui de son fils Antonietto, qui donnent lieu à une poésie pudique et exacerbée à la fois, tragique et baroque. Le second, médité durant vingt ans, renoue avec l’importance de la mémoire littéraire et le tourment de l’errance, et ce cheminement poétique d’Ungaretti aboutit à la conclusion que la terre promise est destinée à rester un objet de désir, une terre de nature biblique pour laquelle ne compte en réalité que le voyage qui y mène, un voyage interminable, un naufrage qui conduit à la mort du voyageur et à celle du lieu tant désiré. La mémoire prend alors pour le poète une dimension nouvelle, devient « putrida disgregazione » (p. 237), et l’univers poétique d’Ungaretti se fait, dans sa dernière saison, de plus en plus apocalyptique. Les vers d’Apocalissi (1961) en témoignent ainsi que le choix d’une poésie fragmentaire, d’inspiration léopardienne, énonciatrice de vérité, seul instrument de langage possible après la rupture entre passé et présent, consommée par la guerre. Ce constat poétique amène Ungaretti à la prise de conscience de l’impossibilité d’échapper au vide mais ses dernières rencontres sentimentales lui offrent un élan vital : les obsessions de vieillesse sont alors atténuées par un mirage de salut, oasis libératrice dans le désert d’errance qu’il s’était construit.

7Antonio Saccone conclut son ouvrage dans le plus grand respect du poète, en laissant le lecteur en proie à « l’inesaurabile segreto » (p. 272) si cher à Ungaretti. Son ouvrage atteste ainsi non seulement d’une grande maîtrise de la matière mais également d’une affection manifeste pour le poète, dont les lecteurs se réjouiront.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laure Guglielmi, « Antonio Saccone, Ungaretti », Italies, 17/18 | 2014, 904-907.

Référence électronique

Laure Guglielmi, « Antonio Saccone, Ungaretti », Italies [En ligne], 17/18 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://italies.revues.org/5019

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org