Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Paolo Maccari, Il poeta sotto esame
con due importanti inediti di Dino Campana

Firenze, Passigli editori, 2012
Yannick Gouchan
p. 910-912
Référence(s) :

Paolo Maccari, Il poeta sotto esame (con due importanti inediti di Dino Campana), Firenze, Passigli editori, 2012. 106 pages.

Texte intégral

1Le poète et critique toscan Paolo Maccari propose dans son ouvrage de combler une lacune dans la biographie complexe de Dino Campana. En avril 1911 le poète de Marradi tente sa chance dans l’éducation nationale italienne en se présentant au concours de recrutement des professeurs de langues étrangères. Paolo Maccari explique que cette candidature correspond à une tentative pour trouver une certaine stabilité dans la société, de la part d’un individu de vingt-six ans qui semble condamné à d’incessants voyages et déplacements. Le fait de songer à une carrière pédagogique serait en effet une forme de réponse à l’errance. Après l’échec au concours de recrutement des enseignants, le poète se présentera à un concours pour intégrer la police, en novembre de la même année. Là aussi il échouera.

2Campana affirmait connaître au moins cinq langues, mais c’est pour obtenir une certification dans l’enseignement du français qu’il concourt précisément en 1911. L’ouvrage de Maccari apporte une contribution biographique et critique relativement importante car il montre d’une part quelles étaient les intentions du poète pour “se fixer” socialement à Florence, d’autre part – grâce à l’étude d’une composition pour l’épreuve écrite du concours – l’état des connaissances de Campana sur la poésie lyrique française du xixe siècle.

3Les deux textes inédits que l’ouvrage commente et retranscrit constituent deux des épreuves que Campana a présentées pour l’obtention de la certification en français. Exhumés presque par miracle des archives de la bibliothèque de la faculté des lettres à Florence (dans le fonds constitué par l’ancien Istituto di studi superiori, devenu Université en 1924), ces deux textes font partie d’un groupe de quatre épreuves écrites que chaque candidat devait réussir : une composition en italien, une composition en français, une dictée en langue étrangère et une traduction (de la langue étrangère vers l’italien). Campana se présente avec dix autres candidats pour l’enseignement de l’anglais, du français et de l’allemand. Le jury du concours était présidé par le célèbre Pio Rajna. Maccari nous explique, à la lumière des archives du concours, que le jury évaluait surtout les compétences en langue étrangère, avant les connaissances de type universitaire. Campana maîtrisait mal la grammaire et l’orthographe en français – du moins à l’écrit – et les notes qu’il obtint l’empêchèrent de franchir le seuil de l’admissibilité (avec un total de 99 sur 200, alors que le seuil était fixé à 143).

4L’analyse de la composition en italien, dont le sujet était « A zonzo per Firenze », nous révèle déjà des images et une syntaxe qui seront reprises et développées dans certains poèmes des Canti orfici quelques années plus tard. Quant à la composition en français (sobrement intitulée « Le repentir »), elle ne fait que confirmer – malheureusement – la mauvaise qualité du français de Campana, mais ce qui intéresse surtout le chercheur réside dans les allusions et les citations que fait le poète. Le début de la composition est de nature autobiographique, on y retrouve l’idée du voyage, l’obsession du départ, l’expérience du séjour en Amérique, le besoin d’un ailleurs. Puis Campana prend en examen plusieurs poètes français du siècle précédent qu’il a lus attentivement. Il cite, dans un ordre déchronologique, Baudelaire, Verlaine, Hugo, Vigny et Musset, mais pas Rimbaud, car Maccari présume que Campana ne le connaissait pas encore, puisque le premier essai italien important sur Rimbaud – par Soffici – ne paraît qu’en novembre de la même année (1911).

5Après l’échec aux deux concours de la fonction publique, Campana ira à Bologne étudier la chimie et la pharmacie, puis le reste de l’histoire de la gestation, de la perte et de la réécriture du manuscrit des Canti orfici est désormais entré dans la légende des belles lettres italiennes. Suivront les années d’internement à Castel Pulci.

6Paolo Maccari a pris soin d’assortir son analyse et ses transcriptions d’un appareil de notes précises et bien documentées, notamment sur l’histoire du recrutement des enseignants de langue en Italie dans les années 1900-1910. Il a également traduit en italien le texte de la composition française. Nous connaissons mieux désormais, après la lecture de cet ouvrage, la culture lyrique française de Campana, aspirant professeur avant de devenir un des plus grands poètes de la modernité italienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Gouchan, « Paolo Maccari, Il poeta sotto esame
con due importanti inediti di Dino Campana
 », Italies, 17/18 | 2014, 910-912.

Référence électronique

Yannick Gouchan, « Paolo Maccari, Il poeta sotto esame
con due importanti inediti di Dino Campana
 », Italies [En ligne], 17/18 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://italies.revues.org/5024

Haut de page

Auteur

Yannick Gouchan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org