Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Silvio Perrella, Le parole a piedi

e-book, site Succedeoggi www.succedeoggi.it
Daniela Vitagliano
p. 918-921
Référence(s) :

Silvio Perrella, Le parole a piedi, e-book, site Succedeoggi www.succedeoggi.it

Texte intégral

1Le parole a piedi de Silvio Perrella est un des quatre livres qui ont inauguré la nouvelle initiative du site Succedeoggi, un webzine gratuit ayant été créé il y a environ un an par un groupe d’intellectuels, journalistes, chercheurs dans le but de promouvoir la liberté d’opinion et d’information. La nouvelle proposition consiste dans la publication de livres sous forme d’ebooks, à acheter à des prix modérés, en privilégiant trois champs d’études : les “classiques revisités”, à savoir les piliers de la littérature italienne commentés par les plus grands critiques contemporains, les “matériaux critiques” et les “reportages et enquêtes”. Le parole a piedi s’insère dans ce dernier domaine : il s’agit en effet de récits de voyage de Silvio Perrella, accompagnés des photos, le plus souvent en noir et blanc, de Roberto Cavallini. D’ailleurs on comprend tout de suite qu’il est bien différent d’un simple livre de reportages : la forte empreinte subjective donnée au texte, la narration à la première personne et le langage oral et fluide permettent de le rapprocher plutôt du carnet de voyage, et même, parfois, du journal intime, comme suggère aussi la présence récurrente d’exclamations et de questions aussi bien implicites qu’explicites.

2Comme un moderne Monsieur Palomar, dont le nom s’inspirait d’un observatoire américain, pour la capacité du personnage de “se faire œil”, de regarder le monde comme si on le regardait à travers un télescope, Perrella devient lecteur du monde. D’ailleurs, la structure narrative par épisodes légitime le rapprochement avec le livre d’Italo Calvino (auquel Perrella a aussi consacré une monographie en 2001, avec beaucoup de références à son rapport avec l’espace qui l’entoure), dont le premier épisode Lettura di unonda est aussi mentionné explicitement dans la deuxième partie du livre, Napoli a Bahia (San Paolo).

3Dans chaque épisode le narrateur raconte ses rencontres avec les italianistes qui vivent dans les endroits qu’il visite et qui lui expliquent les traditions et les coutumes des peuples qui les habitent et leur vision de ce monde. La ville est choisie comme l’espace privilégié, probablement parce qu’elle est, grâce à la richesse et à la stratification de ses symboles, le lieu le plus adapté au repérage de signes importants pour l’auteur. En outre elle montre parfaitement le temps qui s’écoule, la perception que les personnes ont du passé, du présent et du futur, qui implique non seulement une façon de vivre dans la ville mais aussi une façon de se poser face aux problèmes de la vie quotidienne. Ce qui donne l’occasion au narrateur de réfléchir sur l’actualité, sur ce qui a changé par rapport au passé. Ainsi, la seule façon envisageable de connaître une ville est de marcher à pieds, car on ne connaît vraiment que « lorsque notre peau touche la peau de la ville » (Introduction). D’où le titre du livre, Le parole a piedi.

4Ce contact rappelle le contact visuel qu’on établit avec les choses lorsqu’on les regarde. Et le regard précisément, transfiguré par le souvenir et par la littérature, est le vrai protagoniste du livre, fil conducteur qu’on retrouve du début à la fin, constamment présent au niveau lexical le champ sémantique se référant à l’action de regarder (occhi, sguardo, vista, guardare, vedere, punto di riferimento visivo). Les yeux deviennent ainsi véhicule de subjectivité, une façon propre à l’auteur de voir les mondes visités, caractérisée par deux aspects : les souvenirs de son enfance, comme le pont qu’il a traversé la première fois qu’il est sorti de sa maison, et la littérature, ou mieux ce que sont devenus pour lui les auteurs qu’il a étudiés et qui lui sont chers (Calvino, Parise, La Capria, Benjamin). Vie et littérature, littérature et voyage, ces sont les noyaux vivifiant ce texte. Et on retrouve ce concept déjà dans l’introduction visant à montrer les paramètres de la composition de ces “reportages”. Si la première phrase est un indice de l’empreinte donnée au texte, la volonté de raconter les rapports entre voyage et écriture (« I rapporti tra il viaggio e la scrittura ? È un tema ampio […] Conviene dunque partire da se stessi, dalle proprie esperienze »), Perrella remarque immédiatement qu’il y a aussi une liaison très stricte entre vie et littérature (« È chiaro che il territorio della letteratura non è (e non va) separato da quello dell’esistenza »). Le dernier “chapitre”, la présentation de l’auteur, accompagnée d’une photographie comme toutes les autres descriptions, non seulement objective sa figure, à travers des données purement biographiques, mais confirme aussi le trait fortement subjectif donné au texte, en identifiant explicitement auteur et narrateur.

5En effet, cette « petite collection de voyages » (sous-titre du livre), plutôt qu’un recueil de reportages, semble être le résultat d’une sélection précise de la part de l’auteur des lieux représentatifs dans lesquels il a pu repérer les signes symbolisant son existence, sa sensibilité : Naples (1. Napoli senza mare) ; Rio, Bahia, Minas Gerais, San Paolo (2. Napoli a Bahia) ; Berlin (3. Si può fare il flâneur a Berlino) ; Varsovie, Cracovie (4. Varsavia e Cracovia : la Storia in bilico) ; Zagreb, Ljubljana (5. La frontiera costante (tra Croazia e Slovenia)). Après avoir lu tout le texte on se rend compte que Naples est le centre vers lequel convergent toutes les autres villes, on pourrait dire que dans ce livre toutes les routes mènent à Naples, vu que dans chaque description il y a au moins un élément qui y reconduit. Sauf dans le cas de Berlin, où ressortent les figures de Benjamin et Néfertiti, quoiqu’il y ait une allusion au match de football Naples-Chelsea, que Perrella suit même en vacances, à des kilomètres de distance. Cela pourrait apparaître un élément sans importance, au contraire c’est le signe de l’attachement profond à ses racines ; en effet, pour les Napolitains en particulier soutenir l’équipe de football ne signifie pas seulement s’acharner sur un jeu sportif, mais aussi et surtout maintenir un contact très strict avec leurs origines, il symbolise l’attachement viscéral à la ville de Naples. Paradigme absolu de la ville, patrie “acquise” par l’écrivain (né à Palerme), elle est, lit-on dans l’introduction, « palimpseste, constellation non conclue de textes et ancrage du regard », au croisement « du monde écrit et du monde non écrit » (autre référence à Calvino) ; avec New York, elle est la seule ville qu’on peut définir comme “un cosmos urbain”, un système auto-régénérant où nature et artifice s’interpénètrent tellement qu’ils inversent leurs rôles. Et on peut toucher et reconnaître, les pieds bien plantés par terre, l’antécédent naturel de la ville, ce qui la rend unique dans son genre.

6Le parole a piedi de Silvio Perrella invitent donc le lecteur à fouiller dans ses carnets (de voyage) et l’amènent à faire un voyage derrière ses yeux, les yeux d’un amoureux de la ville et de la littérature caractérisé par la curiosité intellectuelle et l’esprit de sociabilité ; le lecteur est ainsi conduit à la découverte des “villes de Perrella” entre réflexion sur l’actualité et étonnement face à la beauté du monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniela Vitagliano, « Silvio Perrella, Le parole a piedi », Italies, 17/18 | 2014, 918-921.

Référence électronique

Daniela Vitagliano, « Silvio Perrella, Le parole a piedi », Italies [En ligne], 17/18 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://italies.revues.org/5028

Haut de page

Auteur

Daniela Vitagliano

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org