Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Giovanna Zaganelli, Letteratura in copertina
Collane di narrativa in biblioteca tra il 1950 e il 1980

Bologna, Fausto Lupelli editore, 2013
Ottavio Sellitti
p. 922-925
Référence(s) :

Giovanna Zaganelli (a cura di), Letteratura in copertina. Collane di narrativa in biblioteca tra il 1950 e il 1980, Bologna, Fausto Lupelli editore, 2013, 176 pages.

Texte intégral

1La Bibliothèque de l’Université pour Étrangers de Pérouse recueille environ 84.200 volumes entre livres et revues, provenant du monde entier et de presque tous les temps, les plus anciens remontant à la naissance de l’imprimerie. Certains ont été choisis pour l’exposition, qui a eu lieu du 26 octobre 2010 au 5 novembre 2010 au sein de l’Université même, Trenta anni di copertine alla Stranieri. Collane di narrativa in Biblioteca tra il 1950 e il 1980, axée sur l’élément de visibilité des livres, la couverture. Cette exposition a été le point de départ d’une analyse de l’objet « couverture », en se basant sur une période précise, les trente années entre 1950 et 1980, qu’on considère comme l’âge d’or de l’activité éditoriale italienne.

2Les résultats de cette recherche, menée au sein du Dottorato Internazionale di Ricerca in Scienza del Libro e della Scrittura, ont été publiés dans le volume Letteratura in copertina. Collane di narrativa in biblioteca tra il 1950 e il 1980 sous la direction de Giovanna Zaganelli. L’ouvrage est constitué de vingt-six contributions, dument illustrées par les couvertures examinées, et il est divisé en deux parties, la première consacrée à l’analyse des différentes fonctions des couvertures elles-mêmes, réalisées selon plusieurs points de vue, des plus classiques de la critique littéraire jusqu’à une approche strictement sémiotique. Quant à la deuxième partie, elle est consacrée à l’étude de l’approche graphique de différentes maisons d’édition italiennes, et de son évolution tout au long de la période prise en examen.

3En guise d’introduction on trouve un riche écrit de Giovanna Zaganelli qui pose, et examine en profondeur, plusieurs thématiques qui seront ensuite traitées dans les autres essais du volume. En effet il y a une résonance permanente entre les différentes contributions autour de quelques thèmes récurrents, véritables nœuds d’analyse.

4Une des premières problématiques souvent abordée est le rapport entre la couverture d’un livre particulier et celles de la collection de la maison d’édition où il est inclus, rapport qui s’exprime substantiellement de deux façons : la première, définie « modèle fort », s’exprime comme recherche de cohérence entre les différents livres de la même collection, ou de la maison d’édition elle-même, dans le but de le rendre reconnaissable parmi différentes propositions éditoriales. Le choix de cette ligne graphique accompagne souvent une politique éditoriale bien définie, comme chez Adelphi, où, comme expliquent Anna Pelliccia et Andrea Tafini, la volonté des fondateurs (Vittorio Foa et Roberto Olivetti) et des collaborateurs de haut niveau intellectuel (Roberto Balzen, Giorgio Colli, Sergio Solmi et Roberto Calasso) est de canoniser les auteurs se trouvant en marge du débat culturel, de créer une collection de classiques, d’où le choix d’un graphisme essentiel aux couleurs pastel qui donne un caractère classique à l’image du livre, l’expression du rapport entre couverture et classiques ayant par ailleurs été bien approfondie dans la contribution de Toni Marino.

5Le second type de ligne graphique, défini comme « modèle faible », préfère, même au risque de perdre en unité d’image éditoriale, une plus grande caractérisation du livre particulier et une plus grande liberté conséquente du graphiste qui doit créer la couverture. Dans ce cas, exemplaire est le travail mené par John Alcorn au sein de la maison d’édition Rizzoli, où, comme explique Chiara Gaiardoni, il créait ex novo une illustration pour chaque livre, utilisant non seulement la première de couverture mais souvent aussi la quatrième de couverture.

6Un autre nœud souvent abordé dans l’ouvrage est celui du rapport entre les couvertures et les arts, au premier rang le Futurisme, qui a influencé l’imaginaire visuel du graphisme des années 20 xxe siècle, et dont sont directement inspirées les couvertures de la revue espagnole « Ultra », comme explique Mercedes López Suárez, et, selon Sarah Bonciarelli, les couvertures de la littérature middlebrow italienne. Mais l’art ne se limite pas à inspirer le graphisme des couvertures, au contraire on analyse aussi le processus à l’origine du choix d’associer image et texte, c’est-à-dire le rapport entre la partie superficielle et l’intérieur de l’objet-livre, et comment les deux dialoguent. Zaganelli démontre comment l’image de couverture peut servir à faire entrer le lecteur dans le livre avant même de commencer la lecture, et parfois la diriger avec des éléments extérieurs au texte. Cet aspect est mis en lumière aussi par la contribution déjà citée de Marino, qui explique en plus comment le choix des images peut être fonctionnel à la création du canon littéraire. Le débat est enrichi par Paolo Brandi, qui focalise son attention sur les réseaux de résonances intertextuelles que les couvertures permettent au texte littéraire d’instaurer avec d’autres formes d’art : la peinture bien sûr, mais aussi la photographie et le cinéma.

7L’intérêt de cet ouvrage réside aussi dans la façon dont il nous donne un aperçu des grands changements qui ont intéressé le monde éditorial italien depuis le deuxième après-guerre jusqu’aux années quatre-vingts. Les aperçus des histoires des maisons d’édition constituant la seconde partie du volume, ainsi que les interviews de deux graphistes, Paolo Guidotti et Mario Dagrada, qui ont travaillé respectivement pour Mondadori et pour Rizzoli, montrent comment la figure et le travail du graphiste ont changé. Partant d’un statut quasiment artisanal presque exclusivement technique, jusqu’à gagner une place de plus en plus importante au sein des maisons d’édition, le graphiste en vient à être considéré enfin comme un véritable artiste, qui recouvre, dans le processus de la création d’un livre, une place presque aussi importante que celle de l’auteur.

8L’autre grand changement qui s’est produit pendant ces années au sein du monde éditorial italien, mais on pourrait élargir le champ au monde culturel tout court et aussi au-delà des frontières de l’Italie, et dont on trouve un témoignage dans l’ouvrage, est le changement de l’idée même du livre. Au départ il est considéré comme un élément presque purement culturel, que les maisons d’édition réalisent, avec l’apport direct des grands intellectuels, dans le but de favoriser l’instruction ou de permettre la diffusion d’une idée ou d’une autre. Mais avec le temps, suite aux enjeux de plus en plus pressants de l’économie de marché, le livre est désormais devenu un produit de consommation et les maisons d’édition sont gérées par des managers. Les couvertures sont des témoins privilégiés de ce changement, dans la mesure où elles ont changé de rôle : si auparavant c’étaient des pages qui donnaient des informations relatives au texte et à l’éditeur, elles sont maintenant devenues un élément qui sert à distinguer le livre sur les étagères des librairies, acquérant une valeur purement publicitaire.

9L’ouvrage souligne ainsi avec efficacité à quel point la couverture est un objet qui, s’il est bien interrogé, peut être le point de départ d’une série de réflexions qui dépassent l’étude stricte du livre et qui atteignent d’autres domaines, de plus en plus élargis, de la culture. Pour ceux qui voudraient explorer ce domaine on signale enfin que l’équipe du Dottorato Internazionale di Ricerca in Scienza del Libro e della Scrittura a numérisé et indexé, de façon très efficace, une base de données d’environ mille deux cents couvertures de livres, qui a été mise ensuite à la libre disposition des chercheurs sur internet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ottavio Sellitti, « Giovanna Zaganelli, Letteratura in copertina
Collane di narrativa in biblioteca tra il 1950 e il 1980
 », Italies, 17/18 | 2014, 922-925.

Référence électronique

Ottavio Sellitti, « Giovanna Zaganelli, Letteratura in copertina
Collane di narrativa in biblioteca tra il 1950 e il 1980
 », Italies [En ligne], 17/18 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://italies.revues.org/5031

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org