Skip to navigation – Site map
Autour de l'incontournable Grande Guerre

Mussolini et « coloro che ci sono stati »

Stéphanie Lanfranchi and Élise Varcin
p. 117-131

Abstracts

Cette contribution retrace l’évolution significative du discours de Mussolini sur les soldats à partir de textes de différentes natures – journal, lettres et articles – écrits par Mussolini sur une durée limitée : d’octobre 1914, au moment où il s’engage en faveur de l’intervention de l’Italie dans la guerre et jusqu’à la fin de celle-ci. Le changement qu’opère Mussolini aussi bien dans la manière d’écrire que dans la finalité qu’il donne à ses écrits reflète, d’une part, les bouleversement dus à sa propre expérience du front et, d’autre part, le renversement de ses positions politiques, encore proches du socialisme au début du conflit, puis s’en écartant toujours plus radicalement pour donner naissance, à la fin de la guerre, à un fascisme basé sur le concept de « trincerocrazia ».

Top of page

Full text

  • 1   Renzo De Felice, Mussolini il rivoluzionario, Turin, Einaudi, 1965, p. 258.

1Le 18 octobre 1914, Mussolini signe dans l’Avanti ! un article – un des plus « habiles » qu’il n’ait jamais écrit, d’après son biographe Renzo De Felice 1 – intitulé « Dalla neutralità assoluta alla neutralità attiva e operante », qui marque la fin de son adhésion à la ligne officielle du parti socialiste et le début de son engagement en faveur de l’intervention italienne dans la guerre. Ce revirement, de la neutralité à l’interventionnisme, ne constitue pas seulement un tournant majeur dans la carrière politique de Mussolini, il est aussi le point de départ d’un discours sur le soldat qui se développe tout au long du conflit et dont nous voudrions ici détailler l’évolution.

2La représentation que Mussolini donne du soldat est une construction de journaliste, d’intellectuel et de politicien dont les motivations profondes, les destinataires et les sources d’inspiration varient au fil des années de guerre. Elle puise en partie à l’héritage socialiste, mais celui-ci s’estompe progressivement au profit de l’héritage patriotique et risorgimentale. Nous distinguerons trois phases dans le propos de Mussolini sur le soldat – avant, pendant et après l’expérience directe du front et de la tranchée – qui équivalent à autant d’équilibres différents entre ces deux héritages.

Le peuple-soldat

3La double matrice – socialiste et patriotique – du discours de Mussolini sur le soldat se perçoit d’abord dans les textes qu’il écrit avant l’entrée en guerre de l’Italie et avant d’être lui-même appelé sur le front, à la fin de l’été 1915. Il s’en dégage l’image d’un soldat qui renvoie à deux conceptions du peuple : le peuple-soldat dans son acception socialiste, comme classe prolétaire avant tout, et le peuple-soldat dans son acception nationale, comme peuple italien avant tout.

  • 2   Mussolini écrit : « Conviene che mi ritiri sotto la tenda come un soldato stanco o deluso, o non (...)
  • 3   Voir l’article « Espulso ! » de L’Avanti, n. 326, daté du 25 novembre 1914.
  • 4   Benito Mussolini, « I termini del problema », Il Popolo d’Italia, n. 1, 15 novembre 1914, in Ope (...)
  • 5   « È la guerra dei braccianti » écrit Mussolini dans Il mio diario di guerra (1915-1917), à la pa (...)
  • 6   Benito Mussolini, « Vittoria ! », Il Popolo d’Italia, n. 135, 17 mai 1915, in Opera omnia, op.ci (...)
  • 7   Benito Mussolini, « L’adunata », Il Popolo d’Italia, n. 24, 24 janvier 1915, in Opera omnia, op. (...)

4Mussolini n’abandonne pas l’argumentaire socialiste lorsqu’il commence à militer pour l’intervention de son pays dans le conflit. Dans le premier numéro du journal qu’il fonde, Il Popolo d’Italia, le 15 novembre 1914, il se présente lui-même comme le « soldat » de la cause interventionniste, luttant contre le « dogme stupide de la neutralité absolue », prôné par les socialistes italiens 2. Mussolini est persuadé que ces derniers, qui l’excluent de leurs rangs quelques jours plus tard 3, sont victimes de la propagande pacifiste du parti socialiste allemand. Or, pour lui, celle-ci ne fait que répondre, sous couvert d’internationalisme, à un intérêt nationaliste, son seul objectif étant de démobiliser les adversaires de l’Allemagne. Mussolini considère que « tant que dure la guerre entre les nations, la lutte des classes est suspendue », et il encourage donc les prolétaires italiens à prendre les armes pour lutter contre le « militarisme prussien », véritable ennemi du prolétaire 4. La victoire des Empires Centraux signerait, à ses yeux, la mort de tout espoir de progrès social. C’est pourquoi, pour conserver la possibilité de faire un jour prochain la révolution, le peuple-soldat doit d’abord faire la guerre contre l’Allemagne. Si pour les socialistes italiens, cette guerre ne concerne pas le prolétariat en ce qu’elle oppose entre elles les bourgeoisies des pays capitalistes, pour Mussolini, au contraire, elle doit être la guerre des « braccianti 5 », la guerre des ouvriers agricoles : « il popolo vuole vincere questa « “sua” guerra 6 », déclare-t-il en 1915, car il sait que « Oggi è la guerra, sarà la rivoluzione domani 7 ».

  • 8   « Chi ci attende... », Il Popolo d’Italia, 19 mai 1915, in Opera omnia, op. cit., vol. 7, p. 398 (...)

5Pour Mussolini l’intervention n’est pas seulement le prélude à la révolution prolétaire. Le soldat italien doit faire la guerre à l’Allemagne en tant qu’il est peuple – prolétaire – mais aussi en tant qu’il est italien. Il doit la faire au nom de l’« italianité », pour exister, voire pour naître en peuple italien, contre un empire prussien oppresseur des nationalités. Mussolini présente la participation à la guerre aux côtés de l’Entente comme un devoir moral de l’Italie envers les nations européennes dont les territoires sont menacés et envahis – la France et la Belgique – et envers les « terres irrédentes » qui ont su maintenir vivante la « flamme de l’italianité 8 ». Mais plus qu’un devoir moral, la guerre est également une chance pour les Italiens de se « faire » enfin Italiens, en devenant soldats. Mussolini exploite ici un argumentaire patriotique hérité du siècle précédent, célébrant le caractère national de la guerre, qui doit rendre effective l’unité italienne et parachever le Risorgimento :

  • 9   Benito Mussolini, « La prima guerra d’Italia », Il Popolo d’Italia, 14 février 1915, in Opera om (...)

Quella che noi vogliamo, quella che noi faremo […] è un guerra nazionale perché – per la prima volta dopo tanti secoli di servaggio – sarà fatta dalla nazione. È la prima guerra dell’Italia. Dell’Italia nazione, dell’Italia popolo, unito ormai in salda compagine dalle Alpi alla Sicilia 9.

  • 10   Benito Mussolini, « La prima guerra d’Italia », art. op. cit., p. 197.
  • 11   Benito Mussolini, « Necessità morale », Il Popolo d’Italia, 6 mars 1916, in Opera omnia, op. cit (...)
  • 12   À propos du mythe de la guerre comme palingénésie nationale voir notamment Emilio Gentile, La Gr (...)

6Pour Mussolini, la guerre est véritablement « l’esame dei popoli 10 », une « fucina ardente 11 » de laquelle naîtra, à travers la figure du soldat, le véritable Italien 12.

  • 13   Benito Mussolini, « Il dovere dell’Italia », conférence prononcée à Gênes le 28 décembre 1914, i (...)

7Limportance accordée à l«italianité» ne constitue pas une rupture par rapport à ses positions socialistes et internationalistes. En réalité, cette référence à la nation italienne comme «storia di sentimenti, di tradizioni, di lingua, di cultura, di stirpi13» est présente dès les premiers écrits de Mussolini, mais elle se déploie dans le champ de la littérature et de la culture avant de se déployer, au moment du premier conflit mondial, dans le champ politique. Comme l’explique Emilio Gentile :

Mussolini socialista fu contro la patria borghese, derise il nazionalismo, ma la sua mentalità era condizionata da un italianismo di tipo romantico-carducciano, rinnovato dall’incontro con il gruppo della La Voce e da una ancor vaga ma sentita credenza in una missione dell’Italia nel mondo contemporaneo, che gli era derivata principlamente da Oriani.

  • 14   Emilio Gentile, Le origini dell’ideologia fascista, Bologne, Il Mulino, 1996, p. 95.

8Ainsi, jusqu’à la Première Guerre mondiale, le « nationalisme » de Mussolini est, pour l’historien, un « nazionalismo vociano, più culturale che politico, più problematico che dogmatico, più spirituale che territoriale 14 ».

  • 15   Pendant l’année scolaire 1898-1899, sous le conseil de son professeur d’italien, Mussolini comme (...)
  • 16   Mussolini avait l’intention d’écrire un recueil de nouvelles dans le style d’Edgar Allan Poe int (...)
  • 17   Ce texte faisait partie d’un projet de Studi di letteratura tedesca que Mussolini avait conçu à (...)
  • 18   Benito Mussolini, « Lettera ad un gruppo di volontari del 68° fanteria », écrite le 2 juillet 19 (...)

9La matrice culturelle de ce nationalisme particulier est visible dès les tout premiers écrits d’un Mussolini encore adolescent 15. Puis lorsque, jeune homme, il se rend à Trente en 1909, la question de l’italianité prend pour lui une dimension plus immédiate, et sa réponse est alors littéraire. Littéraire, au sens où telle est clairement l’ambition des textes qu’il compose : Mussolini se lance dans l’écriture d’un recueil de nouvelles, d’un roman et d’autres proses 16. Et littéraire au sens où la définition de l’italianité qu’il propose est encore fortement empreinte de littérature, se référant au « père » Dante et au « prophète » Carducci. Dans ses écrits d’avant-guerre, Mussolini s’intéresse moins au soldat comme homme qui combat, qu’à l’idéal – socialiste ou patriotique – qui l’anime. Et la littérature lui fournit bien souvent le ton et les mots pour en parler. Dans un texte de critique littéraire sur Schiller, écrit à Trente en 1909, Mussolini célèbre, par exemple, les qualités guerrières et viriles des personnages, même féminins, qui priment sur leurs sentiments amoureux 17. C’est donc en termes de fiction et à travers des personnages aussi héroïques qu’imaginaires, que Mussolini pense à la guerre. Cela se ressent encore lorsque, à l’été 1915, il envoie ses premières lettres aux volontaires italiens, qui sont mobilisés avant lui : il cite alors de longs vers de Laurent de Médicis en hommage à la jeunesse des soldats et à la mission qu’ils s’apprêtent à accomplir 18.

Mussolini soldat parmi les soldats

  • 19   Dès l’entrée en guerre de l’Italie, Mussolini tente en vain d’être enrôlé immédiatement comme vo (...)
  • 20   Appelé aux armes, Mussolini intègre le 11e régiment bersaglieri. En novembre 1915, il demande so (...)

10Mais à la fin de l’été 1915, Mussolini est appelé au front 19. L’expérience directe de la guerre et la connaissance personnelle, prolongée et rapprochée des hommes qui la font, transforment la manière dont Mussolini parle des soldats. Dans les textes que nous étudierons à présent, écrits dans les tranchées ou pendant les brèves périodes de permission octroyées au soldat 20 Mussolini, la référence n’est plus, désormais, à une littérature classique ou à un « italianismo romantico-carducciano ». Mussolini se rapporte plutôt à une autre tradition littéraire, populaire, incarnée par le modèle de De Amicis et qui, dans une certaine mesure, synthétise les deux héritages que nous évoquions précédemment, c’est-à-dire le patriotisme risorgimentale et le socialisme. Quelques années plus tôt, au moment de sa mort, Mussolini avait rendu hommage, dans les colonnes de La Lima, à l’écrivain socialiste et à son idéal de l’art, issu du peuple et pour le peuple :

  • 21   Benito Mussolini, « Edmondo De Amicis », La Lima, 14 mars 1908, in Opera omnia, op. cit., vol. 1 (...)

[De Amicis] ci aveva compreso nelle nostre virtù, nelle nostre debolezze, nelle nostre piccole e grandi passioni, [...] ci aveva sorretto nelle alterne vicende della vita e ne aveva tratto i motivi di un’arte sincera e profondamente umana […] un’arte sorta dal popolo e fatta per il popolo, un arte traversata e materiata da un vasto soffio di umanità 21.

11Tout se passe comme si, confronté à la violence et à la misère des tranchées, Mussolini avait ressenti l’inadéquation des autres modèles littéraires, de leur ton sublime ne reflétant pas la condition des soldats. Il adopte alors une écriture différente, qui se veut plus proche de la réalité du peuple en guerre, de sa langue et de son « âme » et qui s’exprime pleinement dans son Diario di guerra, écrit sur le front de septembre 1915 à mars 1917.

  • 22   Nicolas Mariot, Tous unis dans la tranchée ? 1914-1918, les intellectuels rencontrent le peuple, (...)
  • 23   C’est, par exemple, le cas d’Henri Barbusse, dont les lettres personnelles, étudiées par Mariot, (...)
  • 24   Benito Mussolini, Il mio diario di guerra, in Opera Omnia, op. cit., vol. 34, p. 74.

12Nous voudrions proposer un rapprochement entre l’écriture quotidienne et quasi documentaire de ce journal et le corpus de textes récemment étudiés par Nicolas Mariot dans son étude sur les intellectuels français et leur « rencontre » du peuple dans les tranchées, entre 1914 et 1918 22. Cette comparaison permet, entre autres choses, de comprendre le statut particulier du Diario di guerra qui fut écrit pour être publié au fur et à mesure dans Il Popolo d’Italia. Les journaux et les lettres analysées par le sociologue français, en revanche, n’avaient pas vocation à être lus en dehors d’un cercle familial très restreint. Cet aspect nous semble fondamental pour juger de la sincérité du discours positif que tient Mussolini sur les « autres » soldats : il arrive, en effet, à certains écrivains français de tenir un discours similaire dans leurs textes destinés à la publication, alors que Mariot nous montre qu’en privé leur propos est fort différent et beaucoup plus sévère 23. Ces intellectuels avaient, comme Mussolini, fait le choix de vivre avec les soldats dans les tranchées et de combattre en première ligne, alors qu’ils auraient pu, grâce à leurs compétences, être placés dans un service administratif, certainement plus confortable. La promiscuité contrainte avec les autres soldats est néanmoins une expérience difficile, qui révèle souvent des différences sociales ineffaçables, une infériorité physique et une souffrance morale de ne pouvoir lire, écrire, se laver, accomplir tous ces gestes que l’intellectuel ressent comme distinctifs de son individualité et de son rang social. Or, Mussolini ne fait pas état – dans son œuvre qui n’est pas un journal intime mais public – de cette condition qu’il partage pourtant : « Quando si è costretti a vivere in molti – affirme-t-il au détour d’un paragraphe – bisogna abbrutirsi quel tanto che basti, per sopportare gli inevitabili inconvenienti, d’ordine materiale, ma soprattutto spirituale, della promiscuità 24 ».

  • 25   Lors des premières semaines dans les tranchées, le colonel de son régiment propose à Mussolini d (...)

13Cette allusion aux inconvénients de la promiscuité dans la tranchée est tout à fait exceptionnelle dans le Diario di guerra. Mussolini tient, partout ailleurs, à montrer qu’il est parfaitement à sa place parmi les autres soldats. Là où les intellectuels français admettent ne pas avoir la force, l’endurance et – pour reprendre l’heureuse formule de Mariot – « le physique de l’emploi », Mussolini décrit sans cesse les lourdes tâches qu’il accomplit aussi bien, voire mieux que les autres. Là où ils se lamentent de l’absence de silence et d’isolement, qui ne leur permet jamais de se retirer pour lire et écrire, Mussolini déclare fièrement qu’« il est venu à la guerre pour combattre, pas pour écrire 25 ! ».

  • 26   « Qui – explique Mussolini – nessuno dice : torno al mio paese ! Si dice tornare in Italia. L’It (...)
  • 27   Benito Mussolini, Il mio diario di guerra, op. cit., p. 24.
  • 28   Lettre à De Falco du 2 septembre 1916, in Opera omnia, op. cit., vol. 38, p. 93-95.

14Et pourtant, le Diario di guerra est bien un produit de l’écriture, mais d’une écriture dont il importe d’identifier le but. Mussolini écrit pour son journal (Il Popolo d’Italia) bien plus qu’il n’écrit un journal, poursuivant ainsi l’œuvre de mobilisation entreprise sur ses colonnes avant de partir au front. Mussolini ne se pose donc pas en écrivain-soldat, mais plutôt en journaliste et surtout en homme politique. Son Diario n’est pas tant un témoignage direct et sincère, qu’un récit à visée idéologique immédiate. Nous pourrions même qualifier son discours sur le soldat de performatif, au sens où Mussolini semble en donner une représentation idéale, qui encourage le « moral » des troupes et de tous les Italiens qui lisent son journal. Performatif, lorsqu’il loue les qualités de ces soldats qui ont le sens du devoir et prennent conscience de leur appartenance à une même nation 26. Performatif, lorsqu’il décrit leur abnégation, leur résistance face aux souffrances. Performatif, lorsqu’il déclare que « il silenzio superbo di questi umili figli d’Italia dinanzi al dolore della carne straziata dall’acciaio rovente, è una prova della magnifica solidità della nostra stirpe 27 ». C’est pourtant une tout autre image du soldat qui affleure dans certains écrits privés de Mussolini, comme dans une lettre adressée à De Falco, le rédacteur en chef du Popolo d’Italia, au début du mois de septembre 1916. Mussolini qui, selon ses propres dires, « non è l’ultimo venuto nel campo dell’intelligenza umana » se plaint de devoir supporter « la diuturna e notturna convivenza forzata con individui di un livello intellettuale basso e fra i quali non mancano le canaglie che – indisturbate – perpetrano il più pernicioso sabotaggio [sic] della guerra 28 ». L’imagerie déployée dans le Diario, faite de camaraderie, d’estime réciproque et d’égalité entre les soldats, laisse la place ici à un véritable mépris de la part de Mussolini à l’égard des soldats qu’il décrit comme vils et ignorants et avec lesquels il affirme n’avoir rien en commun.

  • 29   Voir Il mio diario di guerra, op. cit., p. 20, 28-30, p. 45, p. 48, p. 62, p. 65-66, p. 87, p. 9 (...)
  • 30 Il mio diario di guerra, op. cit., p. 57.
  • 31Ibidem, p. 65-66.

15Si le but clairement politique du Diario nous invite à en considérer prudemment la valeur documentaire, il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’une construction littéraire établie à partir d’une exigence de réalisme qui contraste avec les codes de la tradition risorgimentale. Le soldat n’est plus un personnage idéal et fictif, mais un corps souvent meurtri par le froid, la boue, les poux et les blessures, doté d’un nom, d’une origine géographique, parlant et chantant une langue simple et dialectale. Mussolini transcrit les chants qu’entonnent les soldats 29, reproduit le parler régional des uns et des autres, ainsi que le jargon de la guerre qu’inventent les combattants 30. En citant abondamment et précisément les vers chantés par les soldats plutôt que les vers de Laurent de Médicis ou de Carducci, Mussolini entend se rapprocher, comme le faisait De Amicis, d’une culture populaire, qu’il considère comme l’expression pure d’une « âme primitive » italienne. Commentant une chanson intitulée Lamento del soldato per la morte della fidanzata, il écrit : « i versi sono rozzi, ma c’è in essi una fresca vena di sentimento […] Sono le canzoni sgorgate dall’anima primitiva del popolo 31 ».

Du simple soldat au soldat héros

16Le Diario di guerra est l’expression d’une nouvelle forme de discours sur le soldat, soucieuse de réalisme et de proximité, directement issue de l’expérience du front. À partir de l’année 1917, deux événements vont néanmoins mettre un terme à ce langage et inciter Mussolini à revenir vers des solutions plus proches de la tradition rhétorique antérieure.

17Le premier événement est d’ordre personnel. Le 27 février 1917, Mussolini est grièvement blessé. Après une longue hospitalisation, il reprend son activité de journaliste, et ne retourne jamais au front. Cet éloignement de la tranchée et du quotidien des soldats n’est sans doute pas étranger au changement de ton que Mussolini opère lorsqu’il décrit la guerre et ceux qui la font. Mussolini a gardé, de 1914 à 1918, la même agressivité du combattant, utilisant toujours les mots et, pendant un certain temps, les armes aussi, pour lutter contre les Allemands. Or, on constate que lorsqu’il n’utilise que les mots – et pas les armes – ceux-là sont différents. Le réalisme des descriptions s’estompe au profit d’une représentation plus idéale du soldat et du conflit. Cette tendance s’accentue avec le second événement qui bouleverse Mussolini et son écriture de la guerre : la défaite de Caporetto en octobre 1917.

  • 32   Dans la biographie qu’il lui consacre en 1923, Antonio Beltramelli décrit en ces termes la réact (...)

18Ce fut un choc énorme pour Mussolini, et pour toute une génération d’Italiens 32. Dès la semaine suivante et ensuite sans relâche jusqu’à la victoire, il entreprend, dans les colonnes de Il Popolo d’Italia, de disséquer les raisons profondes de cette défaite et d’en dénoncer les réels coupables. Mussolini refuse en effet d’en attribuer la responsabilité à ces mêmes soldats dont il célébrait quelques jours avant la bravoure innée, le patriotisme simple et authentique. Caporetto met à nu, entre autres choses, l’absence de vérité ou de clairvoyance de la part de Mussolini lorsqu’il dressait le portrait, dans son Diario di guerra, du soldat italien, confiant dans sa force physique et mentale et dans la sacralité de sa mission. Caporetto révèle subitement et cruellement la fracture entre cette représentation – qui se donnait comme témoignage direct, mais relevait finalement aussi d’une construction littéraire et idéologique – et la réalité d’une déroute généralisée, autant militaire que morale.

  • 33   À propos des civils italiens appelés à constituer une « autre armée », voir l’article « L’altro (...)

19À cette fracture, Mussolini répond avec véhémence, en dressant une liste complète de tous ceux qui, en démoralisant et en démobilisant les soldats italiens, se sont rendus, pour lui, coupables de leur défaite. En particulier, il accuse le pacifisme des socialistes d’une part, et du Vatican d’autre part, d’avoir largement contribué à saper le moral des troupes italiennes en qualifiant leur sacrifice d’insensé. Mussolini condamne également l’attitude des Italiens qui, loin du front, ne participent aucunement à l’effort de guerre et mènent une vie frivole et indifférente : pour lui, après Caporetto, l’Italie toute entière doit se sentir en guerre, tout Italien doit se sentir soldat 33. Mussolini lui-même est, en tant que journaliste, plus que jamais engagé dans cette lutte : sa plume doit désormais servir avant tout à maintenir le moral des soldats italiens au plus haut. Il se dit convaincu que ce n’est qu’ainsi, grâce à la supériorité de sa force morale, que le soldat italien, inférieur du point de vue matériel et technique, vaincra le soldat prussien.

20Mussolini met alors en place, à partir de l’automne 1917, une nouvelle stratégie rhétorique, consistant à proposer, en des termes empruntés à la fois au registre religieux et au registre épique, une autre image du soldat italien. Celui-ci est d’abord un martyr, se relevant, à travers l’expérience de la douleur et de la « passion », de la défaite de Caporetto ; et il est aussi un héros moderne, défiant le feu des armes et défiant les cieux dans son avion, marchant d’un pas assuré vers la victoire. Sous une autre forme que dans le Diario di guerra, le langage se fait encore plus résolument performatif. Ce n’est pas parce qu’il croit vraiment que les soldats italiens sont des martyrs et des héros que Mussolini les décrit comme tels, mais parce qu’il voudrait qu’ils le fussent et même qui l’eussent été, en dépit de l’évidence des faits. Dans un discours prononcé à Rome en février 1918, intitulé L’Italia è immortale, Mussolini revient sur la défaite de Caporetto :

  • 34   Benito Mussolini, « L’Italia è immortale », in Opera Omnia, op. cit., vol. 10, p. 345.

Io li ho visti, questi soldati, perché ho vissuto tra loro, soldati semplici, la vita del soldato semplice. Li ho visti in tutte le più diverse contingenze della vita militare. Li ho visti nelle caserme, nelle tradotte mentre si andava al fronte, nelle trincee, nelle caverne sotto il bombardamento, quando tutti si chiedono se il rimbombo finirà una buona volta, quando le granate piovono, piovono a morte. Li ho visti quando tutti i cuori sono sospesi, perché si attende che l’ufficiale dica « Fuori dalla trincea ! ». Io li ho visti questi figli d’Italia, e vi dico che non sono stati dei soldati, ma dei santi e dei martiri 34 !

21Après Caporetto, Mussolini semble réinventer son récit de la guerre à l’aune de cette intention de sacralisation et d’héroïsation du soldat. C’est aussi pourquoi il renoue alors avec la rhétorique patriotique du Risorgimento, qu’il avait mise de côté dans son écriture du Diario di guerra. À l’automne 1917, il recommence à citer Carducci, qui ne figurait plus dans ses écrits depuis l’été 1915, et se désintéresse désormais de l’âme populaire et primitive des soldats, qu’il avait tenté de dépeindre sur le modèle de De Amicis.

  • 35   Voir, par exemple, les textes consacrés à la mort de Nazario Sauro, « In memoria dell’eroe dell’ (...)
  • 36   Mussolini, Il mio diario di guerra, op. cit., p. 41.
  • 37   Benito Mussolini, « Privilegio di gloria », Il Popolo d’Italia, 9 novembre 1915, in Opera omnia, (...)
  • 38   Benito Mussolini, « Intermezzo », Il Popolo d’Italia, 24 octobre 1917, in Opera omnia, op. cit., (...)
  • 39   Benito Mussolini, « Roberto Sarfatti », 7 février 1918, in Opera omnia, vol. 10, p. 305-306. Dan (...)

22Au demeurant, ce changement du discours sur le soldat témoigne d’une évolution nette de son positionnement et de ses références non seulement en matière culturelle, mais aussi et surtout en matière politique. Plus la guerre avance, moins Mussolini semble s’intéresser à la masse (populaire) des soldats, au profit du héros qui s’en démarque, loué pour sa bravoure exceptionnelle 35. Ce processus est très visible quand il rend hommage aux soldats tombés sur le front. Dans le Diario di guerra, Mussolini les signale encore sobrement, en mentionnant brièvement le nom et le lieu d’origine des combattants morts autour de lui. Probablement au nom d’un principe d’égalité, Mussolini traite de la même manière tous les morts, qu’il s’agisse d’inconnus ou d’amis proches, dont il apprend le décès. Le 2 novembre 1915, il note laconiquement dans son journal la « tristissima notizia » : « Corridoni è morto sul campo di battaglia. Onore, onore a lui ! 36 ». Il envoie également un article au Popolo d’Italia publié quelques jours plus tard dans lequel il rend certes hommage à Corridoni mais en replaçant immédiatement son sacrifice dans l’effort collectif de guerre : « come dubitare della vittoria, quando per la vittoria combattono e cadono giovani come Filippo Corridoni e mille e mille altri ? 37 ». En revanche, à l’occasion du deuxième anniversaire de la mort de Corridoni qui tombe au moment même de Caporetto, Mussolini publie un nouvel article au ton très différent. Il use désormais d’images christiques pour exalter le sacrifice de Corridoni, qui est présenté comme « un pellegrino che portava nella sua bisaccia poco pane e moltissimi sogni, e camminava così, nella sua tempestosa giovinezza, combattendo e prodigandosi, senza chiedere nulla » et « chiuse nel sangue la sua vita di passione 38 ». Après Caporetto, le vrai soldat est le héros et le martyr, celui qui vit la guerre comme un sacerdoce, comme une « offrande à la patrie 39 ».

23Une nouvelle conception aristocratique de la guerre se dessine déjà. Les soldats, ceux qui ont fait la guerre, constituent pour Mussolini l’aristocratie de demain et réaliseront la « synthèse entre classe et nation », rendant ainsi caduc le socialisme :

  • 40   Benito Mussolini, « Trincerocrazia », Il Popolo d’Italia, 15 décembre 1917, in Opera omnia, op. (...)

La trincerocrazia è l’aristocrazia della trincea. È l’aristocrazia di domani. È l’aristocrazia in funzione. Viene dal profondo. I suoi « quarti di nobiltà » hanno un bel colore di sangue. […] Questa enorme massa – cosciente di ciò che ha fatto – produrrà inevitabilmente degli spostamenti di equilibrio. Il rude e sanguinoso tirocinio delle trincee significherà qualche cosa. I partiti vecchi […] saranno travolti. […] Le parole repubblica, democrazia, radicalismo, liberalismo, la stessa parola « socialismo » non hanno più senso 40.

  • 41   Dans une lettre du 26 mai 1918 adressée au capitaine Marpicati, Mussolini explique qu’il souhait (...)
  • 42   Discours prononcé à Trieste le 21 décembre 1918, in Opera omnia, op. cit., vol. 12, p. 80-81.
  • 43   Voir « Il Rolando dei cieli. Guynemer », Il Popolo d’Italia, 21 juin 1918, in Opera omnia, op. c (...)

24Au sein même de cette aristocratie constituée par « coloro che ci sono stati 41 » et opposée aux « embusqués », Mussolini propose une hiérarchie. Pour lui, deux groupes en particulier se détachent de la masse des soldats : les « Arditi », ces troupes d’élite constituées pendant l’année 1917, qu’il définit comme « la più bella e la più ardita aristocrazia delle trincee 42 » et les aviateurs. Mussolini glorifie non seulement les pilotes de guerre italiens, comme D’Annunzio, mais aussi étrangers comme le français Guynemer, mort en vol en septembre 1917 43. Mussolini s’éloigne ainsi résolument de l’égalitarisme d’un Diario di guerra au profit d’un discours qui établit une hiérarchie entre les soldats, en même temps qu’il érige la violence de la guerre en valeur nécessaire et positive.

  • 44   Voir « Divagazione », Il Popolo d’Italia, 11 août 1918, in Opera omnia, op. cit., vol. 11, p. 27 (...)
  • 45   Il s’agit d’une leçon tenue par Emilio Gentile en 2006, publiée dans Mussolini e il fascismo, Ba (...)

25Au même moment, il donne un nouveau sous-titre à son journal : de « quotidien socialiste », le Popolo d’Italia devient le « journal des combattants et des producteurs ». Il déclare officiellement son abandon du socialisme, qui est pour lui, désormais, un mot « vide de sens 44 ». La transformation du discours sur les soldats correspond donc à l’évolution plus générale de la pensée politique de Mussolini, passant – selon les termes d’Emilio Gentile – d’une position « vaguement socialiste » au début, à une position « résolument antisocialiste à la fin de l’expérience de la Grande Guerre 45 ».

Conclusion : Mussolini, ancien combattant

  • 46 Il mio diario di guerra, op. cit., p. 6.
  • 47   Pierre Milza, Mussolini, Paris, Fayard, 1999, p. 207.

26L’évolution du discours – du soldat anonyme et prolétaire au soldat héros et martyr – est perceptible également en ce qui concerne le soldat Mussolini. À peine mobilisé, en septembre 1915, Mussolini semble fier de se présenter comme un « simple soldat 46 », et son Diario n’est pas celui d’un héros. Dans sa biographie, Pierre Milza remarque qu’« à la différence de beaucoup de futurs dirigeants fascistes, Mussolini n’avait pas fait une guerre héroïque. Son unité n’avait pas été engagée dans les combats les plus meurtriers et il n’avait accompli aucune de ces actions d’éclat qui valent à leurs auteurs décorations et citations prestigieuses 47 ». En revanche, ses graves blessures de guerre lui confèrent aussitôt une auréole de prestige dont il sait se valoir, politiquement, pour gagner durablement la confiance et les suffrages des anciens combattants. Dès 1917, les journaux interventionnistes exploitent l’épisode pour présenter Mussolini comme un « grand blessé » de guerre, à défaut de pouvoir le présenter comme un héros.

  • 48 Il mio diario di guerra, op. cit., p. 11.
  • 49   Margherita Sarfatti, Mussolini. L’homme et le chef, Paris, Albin Michel, 1927, trad. Maria Croci (...)

27Mais une dizaine d’années plus tard, lorsque les biographes de Mussolini, sous le régime fasciste, reviennent sur ses années passées au front, le discours a déjà changé. À partir dune annotation de Mussolini dans son Diario di guerra, rapportant les paroles d’un « bersagliere mantovano » qui lui aurait dit : « Signor Mussolini, giacché abbiamo visto che lei ha molto « spirito » (coraggio) e ci ha guidati nella marcia sotto le granate, noi desideriamo di esser comandati da lei 48», la biographe et maîtresse de Mussolini, Margherita Sarfatti écrit en 1926 : « les soldats sont comme les écoliers : ils perçoivent la réalité. Ni les grimaces ni le grade officiel ne les trompent. Le vrai chef leur est mystérieusement révélé 49 ». Mais c’est surtout la blessure et l’hospitalisation de Mussolini qui fournissent aux biographes matière à une réécriture du soldat Mussolini, devenu martyr et héros de guerre. Son corps supplicié évoquant celui du Christ est décrit par Margherita Sarfatti :

  • 50Ibidem, p. 214.

42 blessures répandues sur tout le corps, d’une superficie totale de quatre-vingts centimètres carrés ; [la] foule d’éclats plantés dans la chair, comme les flèches de saint Sébastien ; [les] deux heures de pansement par jour ; [les] déchirures larges comme le poing ; et [les] complications infectieuses […] la fièvre, le délire, un phlegmon 50.

  • 51   Récemment, l’historien Sergio Luzzato est revenu sur l’usage du corps de Mussolini dans la const (...)

28L’épisode tend à devenir, a posteriori, un événement fondateur du culte du Duce. Le fait que Mussolini ait été si grièvement blessé mais qu’il ait pu se relever de ses blessures est perçu comme le signe annonciateur d’un destin hors-norme 51.

  • 52   Benito Mussolini, La mia vita dal 29 luglio 1883 al 27 novembre 1911, in Opera Omnia, vol. 33, p (...)
  • 53 Il mio diario di guerra, op. cit., p. 113.

29Mais cette évolution est déjà en germe dans les textes que nous avons étudiés. Depuis longtemps, Mussolini lui-même est persuadé qu’il n’est pas un homme comme les autres : en 1911, il avait écrit une autobiographie qui exprime cette intime conviction 52 ; et dans le Diario aussi, malgré la patine d’égalitarisme qu’il a voulu donner à l’ouvrage, on voit poindre régulièrement l’idée qu’il n’est pas un soldat comme les autres. L’épisode de sa blessure ne fait que le conforter dans cette opinion. Quelques jours après son admission à l’hôpital de Ronchi, l’établissement est la cible des bombardements autrichiens. Tous les blessés sont évacués, sauf Mussolini qui, jugé intransportable, reste seul avec les médecins et les infirmières : « tutti i miei compagni di dolore sono partiti. Nell’Ospedale sono rimasti i medici, il cappellano, gli infermieri. Di ferito, soltanto io. Silenzio grande nel crepuscolo... 53 ». Et c’est précisément sur ces mots, annonçant la solitude du héros que Mussolini veut devenir aux yeux des Italiens, que se conclut le Diario.

Top of page

Notes

1   Renzo De Felice, Mussolini il rivoluzionario, Turin, Einaudi, 1965, p. 258.

2   Mussolini écrit : « Conviene che mi ritiri sotto la tenda come un soldato stanco o deluso, o non è invece necessario che io riprenda – con un’altra arma – il mio combattimento? (…) Sicuro come sono che il tempo mi darà ragione e frantumerà il dogma stolto della neutralità assoluta (...) », dans « Audacia ! », Il Popolo d’Italia, n. 1, 15 novembre 1914, in Opera omnia, Edoardo et Duilio Susmel (dir.), Florence, La Fenice, 1951-1961, vol 7, p. 5-7.

3   Voir l’article « Espulso ! » de L’Avanti, n. 326, daté du 25 novembre 1914.

4   Benito Mussolini, « I termini del problema », Il Popolo d’Italia, n. 1, 15 novembre 1914, in Opera omnia, op. cit., vol. 7, p. 13-15.

5   « È la guerra dei braccianti » écrit Mussolini dans Il mio diario di guerra (1915-1917), à la page du vendredi 25 février 1916, in Opera omnia, op. cit., vol. 34, p. 57.

6   Benito Mussolini, « Vittoria ! », Il Popolo d’Italia, n. 135, 17 mai 1915, in Opera omnia, op.cit., vol. 7, p. 397.

7   Benito Mussolini, « L’adunata », Il Popolo d’Italia, n. 24, 24 janvier 1915, in Opera omnia, op. cit., vol. 7, p. 141.

8   « Chi ci attende... », Il Popolo d’Italia, 19 mai 1915, in Opera omnia, op. cit., vol. 7, p. 398-400.

9   Benito Mussolini, « La prima guerra d’Italia », Il Popolo d’Italia, 14 février 1915, in Opera omnia, op. cit., vol. 7, p. 195-198.

10   Benito Mussolini, « La prima guerra d’Italia », art. op. cit., p. 197.

11   Benito Mussolini, « Necessità morale », Il Popolo d’Italia, 6 mars 1916, in Opera omnia, op. cit., vol. 7, p. 235-237.

12   À propos du mythe de la guerre comme palingénésie nationale voir notamment Emilio Gentile, La Grande Italia. Il mito della nazione nel XX secolo, Bari, Laterza, 2006.

13   Benito Mussolini, « Il dovere dell’Italia », conférence prononcée à Gênes le 28 décembre 1914, in Opera omnia, op. cit., vol. 7, p. 97-110.

14   Emilio Gentile, Le origini dell’ideologia fascista, Bologne, Il Mulino, 1996, p. 95.

15   Pendant l’année scolaire 1898-1899, sous le conseil de son professeur d’italien, Mussolini commence la rédaction d’une histoire de la littérature italienne. Il y donne une interprétation patriotique et risorgimentale de la littérature, très conforme à ce qu’était à l’époque l’enseignement dans les écoles, visant à « faire les Italiens ». Voir « Appunti per una storia della letteratura », in Opera omnia, op. cit., vol. 1, p. 227-229.

16   Mussolini avait l’intention d’écrire un recueil de nouvelles dans le style d’Edgar Allan Poe intitulé Novellette perverse. Le projet n’a pas abouti mais Mussolini a publié quatre nouvelles d’inspiration fantastique (voir Opera omnia, op. cit., vol. 2, p. 15-19, 86-99, 110-114 et 218-220). Il publie également une série de « medaglioni borghesi » qui dressent un portrait sarcastique de la bourgeoisie de Trente (voir Opera omnia, op. cit., vol. 2, p. 102, 116, 125, 176, 212 et 236) ainsi qu’un roman feuilleton anticlérical intitulé Claudia Particella, amante del cardinale (voir Opera omnia, op. cit., vol. 33, p. 41-150).

17   Ce texte faisait partie d’un projet de Studi di letteratura tedesca que Mussolini avait conçu à Trente comme un volume rassemblant plusieurs travaux. Mussolini écrit trois textes sur la littérature allemande, mais le recueil ne sera pas publié. Benito Mussolini, « Figure di donne nel Wilhelm Tell di Schiller », Vita Trentina, 11 et 13 mars 1909, in Opera omnia, op. cit., vol. 2, p. 32-35.

18   Benito Mussolini, « Lettera ad un gruppo di volontari del 68° fanteria », écrite le 2 juillet 1915, et publiée une première fois dans Il popolo d’Italia, n. 184, 5 juillet 1915, in Opera omnia, op. cit., vol. 8, p. 291-292.

19   Dès l’entrée en guerre de l’Italie, Mussolini tente en vain d’être enrôlé immédiatement comme volontaire, son absence du front étant vivement critiquée par les socialistes, notamment dans les pages de l’Avanti ! Soucieux de ne pas ternir son image, le 26 juillet 1915, Mussolini écrit au ministre Barzilai – fervent interventionniste comme lui – pour être admis dans les rangs de l’armée : « tutti guardano a Mussolini e l’assenza di Mussolini dal fronte danneggia la reputazione morale degli interventisti […] In fondo io chiedo di andare a combattere per l’Italia, da umile soldato o graduato, poco importa ». Dans cette même lettre, il envisage de déserter et de s’enrôler en France. Voir Renzo De Felice, Mussolini il rivoluzionario, op. cit., p. 321-322.

20   Appelé aux armes, Mussolini intègre le 11e régiment bersaglieri. En novembre 1915, il demande son admission au cours des élèves officiers mais l’État-major, très méfiant à l’égard des socialistes interventionnistes et en particulier de leur chef de file Mussolini, refuse. Mussolini reste donc simple soldat jusqu’à sa promotion au rang de caporal-chef le 31 août 1916.

21   Benito Mussolini, « Edmondo De Amicis », La Lima, 14 mars 1908, in Opera omnia, op. cit., vol. 1, p. 105-106.

22   Nicolas Mariot, Tous unis dans la tranchée ? 1914-1918, les intellectuels rencontrent le peuple, Paris, Éditions du Seuil, 2013.

23   C’est, par exemple, le cas d’Henri Barbusse, dont les lettres personnelles, étudiées par Mariot, donnent une image différente du soldat, par rapport à celle qu’il exprime, au même moment, dans son célèbre roman, Le feu. La très forte empathie qui se dégage dans le second est généralement absente dans les premières, révélant un sentiment profond de différence chez cet intellectuel contraint de vivre dans une proximité trop grande avec des hommes qu’il perçoit comme très différents de lui et qui, par ailleurs, lui font ressentir cette différence, notamment sa faiblesse physique ou sa maladresse technique : en aucun cas l’égalité « forcée » de la guerre ne parvient à gommer la différence sociale qui lui pré-existait, au-delà de l’illusoire unité de la tranchée que le livre de Mariot met véritablement en discussion.

24   Benito Mussolini, Il mio diario di guerra, in Opera Omnia, op. cit., vol. 34, p. 74.

25   Lors des premières semaines dans les tranchées, le colonel de son régiment propose à Mussolini de rester au siège du commandement pour participer aux tâches administratives et écrire, pendant les heures de pause, l’histoire du régiment. Mais Mussolini refuse préférant « rimanere coi [suoi] compagni in trincea » et à ceux qui s’étonnent de son choix, il affirme « sono alla guerra per combattere, non per scrivere ! », ibidem, p. 16.

26   « Qui – explique Mussolini – nessuno dice : torno al mio paese ! Si dice tornare in Italia. L’Italia appare così, forse per la prima volta, nella coscienza di tanti suoi figli, come una realtà una e vivente, come la patria comune insomma » Il mio diario di guerra, in Opera omnia, op. cit., vol. 34, p. 73.

27   Benito Mussolini, Il mio diario di guerra, op. cit., p. 24.

28   Lettre à De Falco du 2 septembre 1916, in Opera omnia, op. cit., vol. 38, p. 93-95.

29   Voir Il mio diario di guerra, op. cit., p. 20, 28-30, p. 45, p. 48, p. 62, p. 65-66, p. 87, p. 93-94, p. 109-110.

30 Il mio diario di guerra, op. cit., p. 57.

31Ibidem, p. 65-66.

32   Dans la biographie qu’il lui consacre en 1923, Antonio Beltramelli décrit en ces termes la réaction de Mussolini à la défaite de Caporetto : « la tragica rotta colse in pieno Benito Mussolini. A testimonianza de’ suoi famigliari, senza forse, è stata questa la crisi più grande della vita sua. Ruppe in singhiozzi ; per un attimo la sua volontà granitica si abbattè e il lottatore strenuo potè pensare perduta l’ultima speranza. Per sette giorni consecutivi non trovò tregua o riposo. A ridargli un po’ di calma dovettero ricorrere a punture di morfina. La fibra saldissima pareva scossa a morte » (Antonio Beltramelli, L’uomo nuovo, Milan, Mondadori, 1923, p. 299).

33   À propos des civils italiens appelés à constituer une « autre armée », voir l’article « L’altro esercito », publié le 13 mars 1918 dans Il Popolo d’Italia, in Opera omnia, op. cit., vol. 10, p. 381-383.

34   Benito Mussolini, « L’Italia è immortale », in Opera Omnia, op. cit., vol. 10, p. 345.

35   Voir, par exemple, les textes consacrés à la mort de Nazario Sauro, « In memoria dell’eroe dell’Adriatico », « Il pronto gesto di solidarietà per la madre di Sauro » et « La venerazione per Nazario Sauro ci riporta all’Adriatico nostro », publiés respectivement les 10, 12 et 14 décembre 1918, in Opera omnia, vol. 12, p. 61, p. 67 et p. 68. Dans le deuxième de ces textes, Sauro est défini comme le « grandissimo Martire rivendicatore e consacratore eterno dell’italianità dell’Adriatico ».

36   Mussolini, Il mio diario di guerra, op. cit., p. 41.

37   Benito Mussolini, « Privilegio di gloria », Il Popolo d’Italia, 9 novembre 1915, in Opera omnia, op. cit., vol. 8, p. 204-205.

38   Benito Mussolini, « Intermezzo », Il Popolo d’Italia, 24 octobre 1917, in Opera omnia, op. cit., vol 9, p. 293-295.

39   Benito Mussolini, « Roberto Sarfatti », 7 février 1918, in Opera omnia, vol. 10, p. 305-306. Dans cet article, Mussolini rend hommage à Roberto Sarfatti, enrôlé comme volontaire au début de la guerre et mort sur le front à l’âge de 17 ans.

40   Benito Mussolini, « Trincerocrazia », Il Popolo d’Italia, 15 décembre 1917, in Opera omnia, op. cit., vol. 10, p. 140-141.

41   Dans une lettre du 26 mai 1918 adressée au capitaine Marpicati, Mussolini explique qu’il souhaiterait donner naissance à un journal auquel ne participeraient que « coloro che ci sono stati », voir Opera omnia, op. cit., vol. 11, p. 485.

42   Discours prononcé à Trieste le 21 décembre 1918, in Opera omnia, op. cit., vol. 12, p. 80-81.

43   Voir « Il Rolando dei cieli. Guynemer », Il Popolo d’Italia, 21 juin 1918, in Opera omnia, op. cit., vol. 11, p. 139-142.

44   Voir « Divagazione », Il Popolo d’Italia, 11 août 1918, in Opera omnia, op. cit., vol. 11, p. 270-272.

45   Il s’agit d’une leçon tenue par Emilio Gentile en 2006, publiée dans Mussolini e il fascismo, Bari, Laterza, 2009.

46 Il mio diario di guerra, op. cit., p. 6.

47   Pierre Milza, Mussolini, Paris, Fayard, 1999, p. 207.

48 Il mio diario di guerra, op. cit., p. 11.

49   Margherita Sarfatti, Mussolini. L’homme et le chef, Paris, Albin Michel, 1927, trad. Maria Croci et Eugène Marsan, p. 201.

50Ibidem, p. 214.

51   Récemment, l’historien Sergio Luzzato est revenu sur l’usage du corps de Mussolini dans la construction et déconstruction de son mythe. Au sujet de sa blessure de guerre, il écrit : « grièvement blessé, Mussolini transforma sa convalescence en occasion de propagande par une descente dans le royaume des morts : il voulut soigner ses plaies en un geste de piété envers ceux qui étaient tombés, jusqu’à mériter – expliquèrent les hagiographes – la reconnaissance extérieure des mères et des veuves de guerre. Mussolini sut donc sortir de l’enfer de la région du Karst en ayant surmonté l’épreuve suprême du sang offert. Dans son effort pour garantir aux Italiens un avenir meilleur, le Duce avait risqué de mourir avant même d’exister », Sergio Luzzato, Le corps du Duce, essai sur la sortie du fascisme, Paris, Gallimard, 2014, trad. Pierre-Emmanuel Dauzat, p. 27.

52   Benito Mussolini, La mia vita dal 29 luglio 1883 al 27 novembre 1911, in Opera Omnia, vol. 33, p. 217-270.

53 Il mio diario di guerra, op. cit., p. 113.

Top of page

References

Bibliographical reference

Stéphanie Lanfranchi and Élise Varcin, « Mussolini et « coloro che ci sono stati » », Italies, 19 | 2015, 117-131.

Electronic reference

Stéphanie Lanfranchi and Élise Varcin, « Mussolini et « coloro che ci sono stati » », Italies [Online], 19 | 2015, Online since 30 March 2016, connection on 24 March 2017. URL : http://italies.revues.org/5196 ; DOI : 10.4000/italies.5196

Top of page

About the authors

Stéphanie Lanfranchi

ENS - Lyon

Élise Varcin

ENS - Lyon

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org