Navigazione – Mappa del sito
Le Fascisme évidemment...

Garibaldiens de l’Argonne , soldats du souvenir et messagers de l’Italie Nouvelle

Nicolas Violle
p. 181-195

Abstract

Con gli anni Trenta l’Italia fascista avvia una politica di amicizia con la Francia. In un contesto in cui è sempre presente il ricordo della Grande Guerra, i Garibaldini dell’Argonne consentono al regime di promuovere il ricordo di fratellanza e di propiziare la prospettiva di un’alleanza latina. Nel 1934 e nel 1935 la stampa francese concede molto spazio alla presenza dei Garibaldini. Meno preoccupanti delle camicie nere, il fascismo si serve di loro per sedurre l’opinione francese. Alla vigilia della guerra coloniale d’Abissinia i soldati garibaldini diventano così gli agenti più rassicuranti dell’Italia nuova in Francia.

Torna su

Testo integrale

  • 1   Nous proposons ci-après une brève chronologie afin que le lecteur ait les éléments permettant de (...)
  • 2   Des quotidiens comme L’Écho de Paris, L’intransigeant, L’Action Française, Le Figaro sont idéolo (...)
  • 3   À cette époque cette presse est dominée par les « cinq grands » : Le Petit Parisien, Le Journal, (...)

1Après 1929 et le succès du pacte du Latran, le fascisme impose en France une perception positive de l’Italie mussolinienne 1. Pour influencer l’opinion hexagonale, il trouve des relais efficaces dans la presse d’opinion qui lui est favorable 2 et dans la grande presse populaire parisienne 3 qui lui est largement acquise. Il parvient, loin de toute réalité, à ancrer dans les esprits français l’image d’une «  Italie Nouvelle  ». Le milieu des années 1934-1935 correspond à l’Union des gauches finissant. Plusieurs ministères se succèdent, certains n’ayant parfois qu’une très brève durée de vie. La France est en proie à la montée d’un antiparlementarisme radical qui se nourrit de scandales (Hanau, Stavisky) et qui débouche vers l’antisémitisme et l’anti-maçonnisme. Les ligues affichent leur force et multiplient les troubles à l’ordre public. Cette France en crise fait face à des mutations considérables à l’échelle continentale auxquelles sa diplomatie tente de trouver des réponses – Cf. infra note 5.

  • 4   Cf. Jacques Le Goff, Histoire et mémoire, Paris, Gallimard, 1988, p. 47.

2Dès 1932, l’opinion publique pressent que les deux pays ne tarderont pas à manifester officiellement leur rapprochement. La droite autoritaire revenue au pouvoir au début des années Trente y est favorable et encourage ce feu médiatique. Les grands quotidiens français – parisiens pour l’essentiel –, se réjouissent devant la perspective d’une alliance franco-italienne refondée. Le motif-force du retour au passé, par le rappel de la fraternité d’armes dans les combats, réflexe classique 4, est d’autant plus opérant que, dans la France des années 1930, le traumatisme de la Grande Guerre est toujours vivace. À la même époque, l’Italie fasciste développe d’ailleurs une imagerie mémorielle comparable qui parvient en France grâce à la participation d’anciens combattants italiens aux manifestations du souvenir. Et, lorsque, devant la menace de l’Anschluss, le fascisme mobilise deux divisions entières et les masse sur le Brenner (25 juillet 1934), l’armée italienne et plus largement tous les soldats italiens s’en trouvent crédibilisés.

  • 5   Cf. Hubert Heyriès, Les Garibaldiens de 14, Nice, Serre éditeur, 2005, p. 356. Du point de vue d (...)
  • 6   En concentrant son effort sur les anciens combattants, le fascisme reproduit sur la société fran (...)
  • 7   Cette histoire est aujourd’hui connue, cf. Pierre Milza, « La Légion des volontaires italiens da (...)

3En 1934, – vingtième anniversaire du début de la Grande Guerre – et 1935 – commémoration de l’entrée en guerre de l’Italie et vingtième anniversaire des combats de l’Argonne qui marquent un moment exceptionnel d’entente entre l’Italie et la France –, alors que les accords de Rome et la conférence de Stresa sont le prélude d’une «  vaste politique de rapprochement franco-italien face au péril allemand 5  », la presse française s’entiche des Garibaldiens de l’Argonne. De la «  Une  » aux pages intérieures, leur présence est régulière. Ces soldats donnent une image plus rassurante de l’Italie mussolinienne que les chemises noires. Miroirs d’une amitié italo-française avérée et indéfectible, ils vont être, consciemment ou non, les agents de l’Italie nouvelle en France. Ces Garibaldiens sont un relais efficace parce qu’ils concentrent en eux certains traits acceptés en France comme en Italie : ce sont des anciens combattants, ils ont participé aux combats en France et en Italie, les valeurs d’amitié qu’ils portent et leur âge les rendent sympathiques aux yeux des Français, leur uniforme, leurs revues, leurs saluts donnent de l’Italie de Mussolini une image conforme à ce que souhaite le Duce : celle d’un pays nouveau où règnent l’ordre et la discipline 6. La représentation des soldats garibaldiens dans la France des années 1930 se construit dans l’addition d’une double évocation sémantique et iconographique que nous nous proposons de suivre. Il ne s’agit pas ici de restituer l’histoire des Garibaldiens 7, mais d’analyser la façon dont ceux-ci sont présentés dans la presse afin de comprendre quel rôle ils ont joué dans la construction de l’imaginaire que la propagande fasciste voulait imposer en France.

  • 8   H. Heyriès parle même de « matraquage médiatique » et relève par exemple que Le Petit Parisien l (...)
  • 9   Elle retrace la formation du 4e régiment de marche de la Légion étrangère dit des Garibaldiens, (...)

4Le rappel des combats communs crée, dans le contexte particulier de l’entre-deux-guerres, un terrain favorable à l’exaltation de la fraternité d’armes franco-italienne. La presse française a, quoique de façon non systématique, entretenu le souvenir des Garibaldiens. C’est elle la première qui crée les conditions de leur héroïsation et, partant, d’une mythification dont le fascisme comprend vite l’intérêt. Les combats de décembre 1914 et janvier 1915 en Argonne ont fait l’objet de nombreux récits 8, la présence des Garibaldiens aux manifestations interventionnistes de mai 1915 en Italie a été abondamment relevée, tout comme la présence italienne sur le front de Champagne au printemps 1918. Plus tard, la presse continue d’entretenir le souvenir de la collaboration passée malgré les échos très négatifs suscités au début du mois de novembre 1926 par l’implication de Ricciotti Garibaldi dans une conjuration «  italo-catalane  ». La présence réitérée des Garibaldiens aux cérémonies anniversaires de commémoration de la victoire est une occasion, pour la presse, de rappeler leur implication dans les combats. Il faut cependant attendre les célébrations du dixième anniversaire de la victoire en 1928 pour remarquer un fort contingent d’anciens soldats italiens dans le défilé du 11 novembre. Ces occasions permettent de rappeler l’histoire des Garibaldiens, pour moitié issus des rangs de l’immigration, engagés volontaires dans les armées françaises bien avant l’entrée de l’Italie dans la guerre 9.

  • 10   Cela était possible grâce à leur héroïsation, perceptible dès 1914-1915 et vivace en France et e (...)
  • 11   Cf. Nicolas Violle, L’image de l’Italie et des Italiens dans la presse populaire parisienne, 192 (...)

5À partir de 1932, les Garibaldiens de l’Argonne deviennent pour la presse française un thème à part entière des récits de commémorations. Les journaux s’intéressent aussi aux réunions spécifiques des Garibaldiens. Paradoxalement, quoique l’événement soit passé inaperçu dans la presse, c’est l’inauguration d’un monument à la mémoire des Garibaldiens, à La Chalade le 21 avril 1932, qui marque le début de cette période de célébration et de visibilité renouvelée des Garibaldiens dans l’espace médiatique français. La curiosité soudaine des journaux pour les Garibaldiens en dit long sur l’intérêt qu’on a, des deux côtés des Alpes, dans cette première moitié des années 1930, à faire des Garibaldiens les ambassadeurs de l’amitié italo-française 10. À partir des années 1934-1935 grâce aux reportages et aux photographies, l’opinion publique française peut avoir une image plus concrète des Garibaldiens qui, présentés souvent à côté d’articles consacrés à des manifestations ou des cérémonies fascistes, alimentent ainsi le mythe d’une «  Italie Nouvelle 11  ».

  • 12   Cf. Paris-Soir, 5/2/1934, p. 3.
  • 13   Cf. Le Petit Parisien, 26/5/1934, p. 1. On notera le terme de « colonie », à la limite de l’ita (...)
  • 14   Paris, Payot, 1917. Marabini figure en bonne place in S. D. Delessalle, « Index détaillé du mond (...)
  • 15Ibidem.
  • 16   Cf. Le Petit Parisien, 2/4/1931, p. 1, à l’occasion de la publication de son livre Le problème F (...)
  • 17   Cf. p. ex. Le Matin, 7/1/1935, p. 2.
  • 18   Cf. Le Journal, 7/1/1935, p. 1-3.
  • 19   La symbolique de ces événements rituels est de la plus grande importance sociale, car ils engage (...)
  • 20   On comprend mieux le trouble suscité par l’affaire Ricciotti Garibaldi dans l’opinion française (...)

6Dès 1934, donc, le nombre et le volume des articles concernant les Garibaldiens est plus important. Entre l’annonce de l’érection d’un monument «  à la mémoire des Volontaires italiens dans l’armée française et des Garibaldiens de l’Argonne, morts pour la France 12  », en février 1934, et la commémoration des batailles de Champagne au cimetière italien de Bligny, en septembre 1935, il n’est quasiment pas de trimestre sans articles sur ces soldats italiens engagés au service de la France. Cette thématique récurrente est indéniablement favorisée par l’amitié latine sanctionnée par les accords de Rome de janvier 1935. L’intérêt diminue ensuite et, après 1938, la presse ne parle presque plus des volontaires garibaldiens sauf dans un entrefilet au mois de janvier occasionné par les cérémonies commémoratives des batailles de l’Argonne ou en mai et en septembre par celles de Champagne. Au milieu des années Trente, en revanche, les nombreuses réunions amicales ou officielles auxquelles participent les Garibaldiens sont largement relatées et tous les articles rappellent la fraternité des armes qui fonde l’amitié entre les deux nations. Les Garibaldiens sont alors un des visages de la «  colonie italienne en France 13  » qui, elle-même, n’a jamais paru aussi fréquentable. Ses représentants sont reconnus, en tout premier lieu Camillo Marabini qui prend la tête, en 1934, de l’Union des Garibaldiens de l’Argonne et des Volontaires Italiens dans l’Armée Française, augmentant sa visibilité et la faisant entrer dans l’orbite du fascio. La presse hexagonale participe à cette audacieuse entreprise de propagande. La Grande Guerre et les batailles livrées dans la boue de la forêt d’Argonne et des terres de Champagne permettent a posteriori une reformulation annonciatrice du futur état d’esprit de «  l’Italie nouvelle  » que prétend incarner l’Italie fasciste. En France, Marabini est connu depuis la publication de son livre Les Garibaldiens de l’Argonne 14. Les photos le montrent systématiquement dans son uniforme de capitaine du 4e Étranger orné de quelques médailles. Ayant été journaliste, Marabini maîtrise l’arme de la propagande écrite. La presse s’inspire de ses discours qui glorifient les Garibaldiens de 1914 et exaltent la farouche nécessité d’une entente franco-italienne. Il permet au fascisme de s’appuyer sur des figures d’Italiens en France qui jouissent d’une indéniable respectabilité, tant du point de vue italien que du point de vue français. Le fascisme avait considéré Marabini comme étant suffisamment proche pour lui confier dans le courant des années 1930 la direction de la Dante-Alighieri 15. Pour la presse il est le représentant des Garibaldiens et leur incarnation. Son ralliement au fascisme ne fait pas de doute, même s’il n’est jamais mentionné dans les portraits que la presse donne de lui, où il apparaît «  italien par ses origines et ses traditions, mais français par ses alliances et ses sympathies 16  ». Cela en fait l’héritier modèle du garibaldisme et le consacre comme le défenseur de cet idéal d’amitié franco-italienne, sans qu’il soit fait cependant mystère des relations qu’il entretint avec Mussolini avant la marche sur Rome. Dès 1931, dans tous les journaux favorables à l’Italie de Mussolini le consensus autour de ce personnage est général. Grâce à sa représentativité les cérémonies garibaldiennes deviennent un moment actif de la diffusion des idées fascistes en France, donnent une preuve par l’exemple de l’intérêt d’une bonne entente entre les deux peuples et de rappeler l’importance de tels liens. Ce qui est rendu possible par le fait que Marabini donne une image très rassurante de l’amitié franco-italienne 17. Ainsi, toutes les manifestations réunissant des anciens combattants italiens et français communiant dans le même «  culte du souvenir 18  » se veulent-elles l’expression de la nécessaire entente franco-italienne. La propagande fasciste se sert de ces cérémonies 19 pour valoriser l’image de l’ «  Italie Nouvelle  » et fournit aux partisans de l’amitié entre Français et Italiens des arguments utiles à l’affirmation d’une communauté de valeurs partagées 20.

  • 21   Cf. C. Wiegant-Sakoun, op. cit.
  • 22   Cf. n.5.
  • 23   Cf. Le Matin, le 25/9/1933, p. 3, le 11/6/1934, p. 1, le 4/3/1935, p. 1-2, le 11/1/1937, p. 3 ; (...)
  • 24   Cf. Le Journal, le 7/1/1935, p. 1-3, et le 6/1/ 1926, p. 3 ; Le Matin, 7/1/1935, p. 2 ; Le Petit (...)
  • 25   Cf Le Matin, 6/1/1936, p. 1.
  • 26   Cf. Le Petit Journal, 27/5/1935, p. 7.
  • 27   Cf. Paris-Soir, 5/2/1934, p. 3 ; Le Petit Parisien et Le Petit Journal, 27/5/1934, p. 1-2 ; Le M (...)
  • 28   Cf. Le Petit Parisien, 27/5/1934, p. 1-2 ; Le Matin, 27/5/1934, p. 1-6 ; Paris-Soir, 27/5/1934, (...)
  • 29   Cf. p. ex. Le Petit Journal, 4 mars 1935, p. 4. Ce banquet est décrit comme une « fête de famill (...)
  • 30   Cf. Le Petit Journal, 4/3/1935, p. 4.
  • 31   Le 19 avril tous les quotidiens rendent compte en Une du défilé des anciens combattants français (...)
  • 32   Cf. Le Petit Journal, 3/11/1935, p. 2.
  • 33   Il suffit de se souvenir des notes de police rédigées pendant la formation des régiments d’Itali (...)
  • 34   Paris, 1939. Nous ne sous-estimons pas non plus la nécessité, sentant la guerre approcher, de so (...)
  • 35   L’expression est récurrente, cf. p. ex. Le Matin, 26/5/34, p. 1 ; Le Figaro, 27/5/1934, p. 1 ; L (...)
  • 36   Cf. Le Figaro, 27/5/1934, p. 1.
  • 37   Cf. Le Matin, 27/5/34, p. 3.
  • 38   Cf. L’Echo de Paris, 2/3/1935, p. 5.
  • 39   Cf. L’Echo de Paris, 27/5/1935, p. 1.
  • 40   Cf. Le Figaro, 27/5/1934, p. 1.
  • 41   Cf. Le Petit journal, 27/5/1934, p. 5.
  • 42   Cf. Le Figaro, 27/5/1934, p. 1.
  • 43   Cf. L’Echo de Paris, 27/5/1935, p. 1.
  • 44   Cf. Le Petit Parisien, 6/1/1936, p. 8.
  • 45   Nous ne présentons que quelques-uns des clichés publiés dans la presse. Dans le cadre d’une rhét (...)
  • 46   Philippe Pétain est ministre de la guerre du Gouvernement « d’Union nationale », d’inspiration r (...)

7Le thème d’une entente franco-italienne fondée sur la fraternité née sur les champs de bataille séduit la presse française. En le relayant la presse répand dans l’opinion un des axes privilégiés de la propagande fasciste en France 21. Il y a donc une récupération par les autorités italiennes des manifestations organisées par les associations de Garibaldiens et des comptes rendus dont elles font l’objet dans la presse française sensible au climat nouveau créé par la nouvelle orientation de la politique étrangère de la France 22. Cela nous permet de mesurer à quel point la presse française subit la double influence d’un moment politique favorable et d’une habile manipulation. Le vocabulaire utilisé par les journaux varie peu : on parle de fraternité, d’amitié, de culte du souvenir, les célébrations communes sont «  grandes, belles, chaleureuses 23  », «  émouvantes 24  ». La presse insiste aussi sur l’origine latine commune «  indissoluble 25  » des deux nations «  sœurs 26  ». La «  fraternité 27  » et «  l’amitié 28  » sont martelées. Pierre Laval, Ministre des Affaires Étrangères, venu en personne participer au banquet des Garibaldiens pour fêter les Accords de Rome 29 souligne le sens universel de la latinité 30. Cette présence est à relever dans le contexte particulier de la très vive cordialité franco-italienne qui se poursuivra jusqu’à la Conférence de Stresa et encore quelques mois après l’agression italienne en Éthiopie 31. On comprend toute l’importance que le garant de la diplomatie française trouve à participer à une telle cérémonie. Les Garibaldiens de l’Argonne deviennent l’incarnation de la Roma communis mater 32. Cependant il faut souligner que cette rhétorique vise à masquer l’inquiétude que l’arrivée au pouvoir d’Hitler fait peser sur la paix en Europe. C’est une image positive des Italiens qui ressort des manifestations organisées par les Garibaldiens. Jamais ceux-ci n’ont paru aussi proches des Français ni aussi éloignés de l’archétype indiscipliné et brouillon qu’avaient pu renvoyer jusque-là leurs réunions 33. Les journalistes français donnent de la sorte une perception nouvelle des Italiens en France en accord avec celle d’un pays «  nouveau  » qui filtre depuis l’Italie. La transformation des esprits et des comportements que le fascisme paraît avoir entraînée trouve dans le comportement des Garibaldiens une manifestation éclatante. La publication, en 1939, du livre de H. Hardouin, L’épopée Garibaldi. 10 e division française. Argonne 1914-1915  34, témoigne de l’impact créé par les manifestations commémoratives dans l’opinion française, et, par voie de conséquence, dans toutes les représentations archétypales de l’Italien. La figuration des volontaires garibaldiens se traduit sémantiquement par l’éclat de leur uniforme et de leur chemise rouge «  légendaires 35  » bien identifiables au milieu «  de leurs drapeaux, fanions et emblèmes 36  », «  de leurs étendards 37  », des «  plumets les plus éclatants, [d]es rouges, [d]es bleus, [d]es verts et [d]es reflets d’argent des aiguillettes et des épaulettes [qui] se mêl[ent] aux couleurs des drapeaux, des étendards et des bannières des associations d’anciens combattants italiens résidant en France 38  ». Cependant, les journalistes, qui décrivent parfois précisément cet uniforme («  chemise rouge ceinturée de bleu 39  », «  pantalon gris, chemise rouge, képi rouge et vert 40  », soldats «  coiffés du légendaire képi à longue visière 41  »), sont surtout sensibles à l’apparat et aux symboles. Cet uniforme leur apparaît surtout «  bien fait pour l’iconographie 42  ». Ils remarquent en outre, que, mise à part la chemise rouge, l’uniforme est celui d’un régiment français (le 4e régiment étranger) ou encore que les «  innombrables décorations 43  » qui en constellent l’écarlate sont autant de «  décorations françaises 44  ». On le voit, les journalistes cherchent à mettre en valeur le caractère fraternel de ces soldats, présentés comme des légendes vivantes dont les Français n’auraient rien à craindre. L’insistance mise sur les effets français de ces uniformes est caractéristique. Tous ces militaires sont décrits comme des témoins emblématiques, comme les détenteurs et les représentants d’un garibaldisme vivant, comme les messagers et les garants des valeurs latines communes. L’iconographie qui accompagne les reportages illustre par l’image le fond des articles, c’est-à-dire qu’elle célèbre l’amitié franco-italienne retrouvée 45. On remarque que seule la photographie est utilisée. Nous ne trouvons ni dessin humoristique, satirique ou caricatural, parce que la presse est encore très respectueuse de tout ce qui touche au souvenir des combattants de la Grande Guerre et qu’elle ne rejette pas vraiment les choix faits par la propagande fasciste, pour se donner une image présentable. Les photos sont généralement en première page, en noir et blanc, si on excepte la Une de l’Illustré du Petit Journal où l’on voit le Maréchal Pétain, pour quelques mois encore ministre de la guerre 46 et toujours considéré à cette époque comme le héros de Verdun, accompagné du général Ezio Garibaldi, passer en revue un régiment de chemises rouges. Cette couverture, consacrée aux Garibaldiens à l’occasion de la première grande manifestation de juin 1934 – une des rares accordée à l’Italie et aux Italiens dans l’entre-deux-guerres – met en valeur le rouge des chemises. Elle offre un point tangible pour mesurer l’impact des manifestations garibaldiennes en France à la charnière des années Trente. On remarque d’ailleurs que l’augmentation du nombre d’articles et d’illustrations les accompagnants est antérieur à la prise de fonction de Pierre Laval au ministère des Affaires étrangères. Cela suggère qu’une campagne de presse en faveur du rapprochement franco-italien avait débuté avant même l’assassinat du chancelier Dollfuss, alors que Louis Barthou est en fonction. Il est frappant de constater que le nombre d’articles, qui s’accompagne d’une augmentation notable du nombre de photographies, consacrées à ces manifestations garibaldiennes connaît un très net accroissement entre octobre 1934 et décembre 1935, c’est-à-dire au moment même du tournant de la politique française vis-à-vis de l’Italie (cf. supra note 5).

  • 47   On ne compte guère de saluts fascistes de la part des Garibaldiens. Ils sont le fait des représe (...)

8Les illustrations sont assez simples et s’organisent autour de quelques éléments : les défilés, le moment où les troupes sont passées en revue, le salut militaire des garibaldiens 47, le discours devant le monument aux morts du cimetière du Père Lachaise, celui où le chef de la délégation garibaldienne ranime la flamme du soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe, enfin quelques clichés montrent des officiers garibaldiens, (souvent le général Ezio Garibaldi ou le capitaine Marabini), en pleine discussion ou prenant la pause.

9Ainsi voit-on se développer une iconographie qui montre des militaires en tenue d’apparat couverts de décorations, âgés, débonnaires, bienveillants. Cette iconographie fait ressurgir le souvenir d’une gloire passée et enracine l’image de soldats de commémorations à l’occasion de cérémonies variées : devant des monuments aux morts, dans des cimetières militaires, à l’occasion de banquets, de remises de décorations, de discours, de poignées de mains, de parades le long de larges avenues. À leurs côtés on voit quelques officiels de la représentation diplomatique italienne à Paris en habits de cérémonie et haut de forme et de prestigieux généraux français bien connus des lecteurs (Pétain, Gouraud). Dans l’ensemble ces images sont statiques. Une des rares qui déroge à cette règle est publiée le 10 janvier 1935 par tous les journaux ou presque. Elle montre la délégation garibaldienne se rendant Gare de Lyon pour y faire une haie d’honneur à Pierre Laval à son retour de Rome. Sur cette photo, l’allure volontaire des Garibaldiens renvoie à l’imagerie fasciste.

  • 48   Cf. p. ex. L’Écho de Paris, 7/1/1935, p. 1, Camillo Marabini lors de la cérémonie au cimetière d (...)
  • 49   Cf. Julien Sapori, Les troupes italiennes en France pendant la Première Guerre mondiale, Parçay- (...)
  • 50   En 1924 Ezio Garibaldi est nommé général de la milice fasciste. Il fonde la Fédération Nationale (...)
  • 51   Le terme latinité sur lequel la presse insiste reprend le concept souvent utilisé par Mussolini (...)
  • 52   Comme l’illustre, par exemple, le discours de Camillo Marabini à la réception de Pierre Laval sa (...)
  • 53   H. Heyriès relève que « officiellement l’association présidée par Marabini affiche un apolitisme (...)
  • 54   Cf. le 26/5/1934, p. 3.
  • 55   Cf. Le Figaro, 27/5/1934, p. 1.
  • 56   Cf. Le Petit journal, 27/5/1934, p. 5.
  • 57   Julien Sapori remarque que d’un point de vue strictement militaire leur impact fut « négligeable (...)

10Sur d’autres clichés encore la ressemblance avec la gestuelle fasciste est évidente : ici, le buste est droit et la tête haute, là, les mains sont posées sur les hanches et le geste du bras est net 48. Cela confirme qu’au milieu des années Trente, il y a une sorte de porosité entre les Garibaldiens et les fascistes. Si l’engagement des chemises rouges en 1914 est motivée par les idéaux de la gauche démocratique 49, quelques années plus tard l’orientation politique des leaders du mouvement garibaldien a bien changé 50, même si l’apolitisme continue à être proclamé et si le concept de latinité fait fonction de paravent idéal 51. On peut toutefois déceler à travers ces articles un philo-fascisme sous-jacent, actif, mais jamais mis en exergue 52. D’ailleurs les journalistes qui, dans les colonnes de leurs journaux, donnent tout à coup autant de place aux chemises rouges, ne semblent pas être dupes : ils voient en eux les messagers de l’Italie, les chantres du rapprochement franco-italien et de la défense de la latinité 53. Seule la presse clairement antifasciste est lucide, à l’instar de l’Humanité, qui présente les compagnons de Marabini somme des «  fascistes-garibaldiens venus en France pour une série de manifestations chauvines  » et dénonce «  ces démonstrations patrioticofascistes [sic] 54  ». D’ailleurs, presque à son insu, la presse révèle à l’occasion la proximité entre les Garibaldiens et le fascisme, lorsque, par exemple, elle mentionne une «  barbe à la Balbo  », un «  ancien combattant de Fiume  », un ancien « participant à la marche sur Rome 55  », qu’elle évoque les «  Eia ! Eia ! Viva la Francia !  » poussés par «  la glorieuse phalange transalpine 56  », ou enfin lorsqu’elle remarque que les manifestations garibaldiennes sont systématiquement accompagnées des représentants de l’Italie en France. Quoiqu’il en soit, ces descriptions participent à la création d’un imaginaire dynamique. Les combats des garibaldiens ne sont qu’exceptionnellement décrits et toujours partiellement, et jamais ils ne sont ramenés à leur juste proportion dans l’histoire de la Grande Guerre 57. Le parti pris de la majorité de la presse, en France comme en Italie, a d’autant plus de répercussions sur les opinions publiques des deux pays que ses interventions sont fort bien orchestrées.

  • 58   Cf. J. Sapori, ibidem, p. 126-127.
  • 59   On se rend compte du poids de « la diplomatie des morts » qui a pour toile de fond, dans l’entre (...)
  • 60   Il étend son jugement aux Italiens d’Algérie mais reste sur ses positions pour ceux de Tunisie, (...)
  • 61   Cf. respectivement L’Écho de Paris, 29/7/1935, p. 1 et L’Écho de Paris, 6/3/1935, p. 1-5
  • 62   Ce n’est pas un hasard si à partir de 1936 les relations entre Marabini, résolument philo-frança (...)
  • 63   H. Heyriès, Les Garibaldiens de 14, op. cit., p. 197.

11En conclusion, on peut dire que le regard porté par les médias sur ces soldats garibaldiens est révélateur de l’importance prise en 1934-1935 par les relations franco-italiennes marquées par une volonté de rapprochement entre les deux pays, volonté affirmée à l’occasion des rencontres de Rome et de Stresa ou encore à l’occasion de l’exposition d’art italien à Paris au printemps 1935. La presse présente avant tout les Garibaldiens comme les soldats de l’amitié. Leur présence permet aux journaux de rappeler la signification de l’engagement militaire italien en France en 1914, un engagement placé d’emblée sous le signe de la solidarité latine 58. Les Garibaldiens de l’Argonne s’imposent en 1934-1935 comme les soldats du souvenir et de la paix, des soldats diplomates au service de l’entente franco-italienne et d’une latinité refondée. Soldats de «  la diplomatie des morts  » méditant sur les lieux de leurs batailles, ils inspirent la reconnaissance, et non la crainte car leur présence invite au reccueillement 59. Leur âge, la légende qui les entoure et leurs parades rassurent. Ils forment une armée d’apparat, presque d’opérette, ce dont s’accommode fort bien l’opinion française. L’imagerie et la force des symboles imposés par ces soldats dans une France où le traumatisme de la Grande Guerre est toujours présent permet d’imposer leur force et de leur donner un caractère sérieux, quel qu’en soit leur contenu. Cette représentation positive incite même certains observateurs attentifs de l’Italie et des Italiens à reconsidérer leur point de vue. Parmi ceux-ci on citera les noms des très conservateurs et très souverainistes Louis Bertrand, Louis Madellin et Henri de Kérillis. Sensible à «  l’amitié spontanée des deux pays  », Louis Bertrand renonce au mot «  d’invasion  » quand il parle de la présence des Italiens immigrés en France en qui, soudainement, il ne voit plus une menace mais une chance pour la France 60. De Kerillis corrige l’analyse qu’il a faite de l’âme italienne et lui donne une explication plus profonde et plus juste. Quant à Madellin, il fait de la nouvelle amitié franco-italienne une condition favorable au maintien d’une civilisation avancée et féconde, héritée de l’Antiquité 61. On mesure ainsi la réussite de la campagne de communication qui a été faite autour du mouvement garibaldien en 1934-1935, dont la finalité était de construire une image idéalisée de l’Italie à partir du concept de latinité. Qu’ils en aient été conscients ou non, les Garibaldiens sont devenus les meilleurs représentants, en France, de l’Italie Nouvelle. Mais ce processus superficiel de rapprochement entre «  les deux sœurs latines  » engendrera de l’incompréhension quand, peu après le début de la guerre d’Abyssinie, l’Italie se rangera du côté de l’Allemagne nazie et que les images des vrais soldats du fascisme en Abyssinie et en Espagne remplaceront celle des soldats de parade. On comprendra, en France, que les Garibaldiens, plus rassurants que les chemises noires, avaient permis au fascisme de masquer la guerre en préparation et l’on se demandera alors si l’amitié latine proclamée n’était pas qu’une duperie dont le cynisme avait abusé la crédulité française 62. Dans les quotidiens français les images des soldats de l’impérialisme fasciste succèderont à celles du biennio garibaldien. Quant aux Garibaldiens, ils apparaîtront alors comme déconnectés de leur temps et de leur pays, et ne représenteront plus pour la postérité qu’une «  transfiguration héroïque collective 63  » de l’amitié entre les deux nations.

Torna su

Note

1   Nous proposons ci-après une brève chronologie afin que le lecteur ait les éléments permettant de saisir le cadre dans lequel se développe et oscille l’image des Garibaldiens dans la presse française au cours de la période essentielle 1933-1935 : 30/1/1933, Hitler est nommé Chancelier ; 16/2/1933, signature du pacte de la Petite-Entente ; 14/7/1933, signature du Pacte à Quatre à Rome ; 24/10/1933, chute du gouvernement Daladier ; 26/1/1934, signature du Pacte germano-polonais ; 27/1/1934, démission du ministère Chautemps englué dans le scandale Stavisky ; 6/2/1934, émeute antiparlementaire à Paris à l’instigation des Ligues ; 7/2/1934, démission du ministère Daladier puis formation du ministère Doumergue ; 30/6/1934, nuit des longs couteaux en Allemagne ; 25/7/1934, assassinat du chancelier autrichien Dollfuss ; 9/10/1934, assassinat à Marseille du ministre des Affaires étrangères Louis Barthou et du roi Alexandre de Yougoslavie par des activistes croates soupçonnés d’être à la solde de Mussolini. P. Laval lui succède, il restera ministre des Affaires étrangères jusqu’à la chute de son gouvernement le 22/1/1936 ; 9/1/1935, accords franco-italiens de Rome ; 13/1/1935, la Sarre vote son rattachement à l’Allemagne ; 7/6/1935, gouvernement P. Laval ; 4/7/1935 l’Italie commence sa guerre d’Abyssinie ; 6/12/1935, dissolution des organisations paramilitaires ; 22/6/1936, chute du gouvernement P. Laval.

2   Des quotidiens comme L’Écho de Paris, L’intransigeant, L’Action Française, Le Figaro sont idéologiquement acquis à l’Italie de Mussolini.

3   À cette époque cette presse est dominée par les « cinq grands » : Le Petit Parisien, Le Journal, Le Matin, Le Petit Journal et Paris-Soir. Seul ce dernier est critique envers le fascisme.

4   Cf. Jacques Le Goff, Histoire et mémoire, Paris, Gallimard, 1988, p. 47.

5   Cf. Hubert Heyriès, Les Garibaldiens de 14, Nice, Serre éditeur, 2005, p. 356. Du point de vue de la politique étrangère française, dirigée successivement par Louis Barthou et Pierre Laval, cette période est capitale. Louis Barthou (du 9/2 au 9/10 1934) et Pierre Laval (du 13/10/1934 au 24/1/1936) illustrent successivement deux politiques étrangères différentes. Barthou, ministre du gouvernement d’union nationale de G. Doumergue, se méfie de l’Allemagne et tente d’assurer la sécurité collective par une « grande » et de « petites » alliances. Il cherche à conclure un accord avec l’Union Soviétique et resserre les liens de la France avec les petites puissances d’Europe centrale. Il envisage également un rapprochement avec l’Italie de Mussolini alors que celui-ci a massé plusieurs de ses divisions sur le Brenner après la tentative d’Anschluss et l’assassinat du chancelier Dollfuss. P. Laval accélère le rapprochement avec l’Italie et poursuit la politique des petits pas avec tous les partenaires européens de la France. Encore farouchement attaché à une conception briandiste de la diplomatie, il ne peut envisager une nouvelle guerre. Il vide de sa substance l’accord avec l’URSS et se trouve fort embarrassé par la guerre italo-abyssine alors qu’il ne souhaite ni renoncer à une alliance avec l’Italie, ni rompre avec le Royaume-Uni, fer de lance de la politique des sanctions contre l’Italie. Sa « complaisance pour l’agression fasciste » est violemment dénoncée par Léon Blum à la Chambre le 28/12/1935, ce qui accélère l’adhésion des radicaux au rassemblement populaire et provoque la chute du gouvernement Laval le 22/1/1936. Cf. Dominique Borne, Henri Dubief, La crise des années 30, 1929-1938, Paris, Seuil, coll. Points histoire, p. 50-56 ; René Rémond, Notre siècle, Paris, Fayard, 1991, p. 171-186.

6   En concentrant son effort sur les anciens combattants, le fascisme reproduit sur la société française une partie de la séduction qu’il avait mise en place en Italie après le conflit et qui avait amené à lui nombre d’anciens soldats. On verra aussi Caroline Wiegant-Sakoun, « Le fascisme italien en France », in Les Italiens en France de 1914 à 1940, (dir. P. Milza), Rome, École Française de Rome, 1986, p. 458.

7   Cette histoire est aujourd’hui connue, cf. Pierre Milza, « La Légion des volontaires italiens dans l’armée française : une antichambre du fascisme ? », in Les Italiens en France de 1914 à 1940, op. cit., p. 143-154 ; H. Heyriès, Les Garibaldiens de 14, op. cit.

8   H. Heyriès parle même de « matraquage médiatique » et relève par exemple que Le Petit Parisien leur a consacré dix-sept articles dont six Unes entre le 3 et le 27/1/1915, cf. Les Garibaldiens de 14, op. cit., p. 189-192.

9   Elle retrace la formation du 4e régiment de marche de la Légion étrangère dit des Garibaldiens, leur engagement entre le 26/12/1914 et le 9/1/1915, dans la rigueur de l’hiver ardennais, où en quelques jours le quart des combattants fut mis hors de combat – dont deux petits-fils de Garibaldi. Cf. H. Heyriès, Les Garibaldiens de 14, op. cit., et P. Milza, « La Légion des volontaires italiens dans l’armée française : une antichambre du fascisme ? », op. cit., p. 147-148.

10   Cela était possible grâce à leur héroïsation, perceptible dès 1914-1915 et vivace en France et en Italie. H. Heyriès note qu’elle repose sur « trois éléments aux effets interactifs : la médiatisation, la transfiguration, et le Triomphe de la mort », cf. Les Garibaldiens de 14, op. cit., p. 187.

11   Cf. Nicolas Violle, L’image de l’Italie et des Italiens dans la presse populaire parisienne, 1926-1935, thèse de doctorat sous la direction de J.-C. Vegliante, Paris III, 1997, III chp. 1, p. 340 sqq.

12   Cf. Paris-Soir, 5/2/1934, p. 3.

13   Cf. Le Petit Parisien, 26/5/1934, p. 1. On notera le terme de « colonie », à la limite de l’italianisme dans cette acception.

14   Paris, Payot, 1917. Marabini figure en bonne place in S. D. Delessalle, « Index détaillé du monde de “Don Quichotte” : la vie socio-culturelle de la communauté italienne en région parisienne au début des années 1920, d’après le quotidien de Luigi Campolonghi », Université de Paris III-CIRCE, 1991.

15Ibidem.

16   Cf. Le Petit Parisien, 2/4/1931, p. 1, à l’occasion de la publication de son livre Le problème France-Italie, Paris, Ed. Européennes, 1931.

17   Cf. p. ex. Le Matin, 7/1/1935, p. 2.

18   Cf. Le Journal, 7/1/1935, p. 1-3.

19   La symbolique de ces événements rituels est de la plus grande importance sociale, car ils engagent l’ensemble de la société. Cf. John Campbell, Puissance du mythe, Paris, Edition J’ai Lu, 1991, p. 23.

20   On comprend mieux le trouble suscité par l’affaire Ricciotti Garibaldi dans l’opinion française dont on remarque que les effets s’estompent vite à travers la presse qui ne conservera que la mémoire d’un égarement du petit-fils du héros des deux mondes.

21   Cf. C. Wiegant-Sakoun, op. cit.

22   Cf. n.5.

23   Cf. Le Matin, le 25/9/1933, p. 3, le 11/6/1934, p. 1, le 4/3/1935, p. 1-2, le 11/1/1937, p. 3 ; Le Petit Journal et Le Petit Parisien, 28/5/1934, p. 1-2.

24   Cf. Le Journal, le 7/1/1935, p. 1-3, et le 6/1/ 1926, p. 3 ; Le Matin, 7/1/1935, p. 2 ; Le Petit Parisien, 6/9/1935, p. 1-5.

25   Cf Le Matin, 6/1/1936, p. 1.

26   Cf. Le Petit Journal, 27/5/1935, p. 7.

27   Cf. Paris-Soir, 5/2/1934, p. 3 ; Le Petit Parisien et Le Petit Journal, 27/5/1934, p. 1-2 ; Le Matin, le 7/1/1935, p. 2, et le 11/1/1937, p. 2 ; et Le Journal, 29/5/1938, p. 3.

28   Cf. Le Petit Parisien, 27/5/1934, p. 1-2 ; Le Matin, 27/5/1934, p. 1-6 ; Paris-Soir, 27/5/1934, p. 1-7 ; Le Petit Parisien, 28/5/1934, p. 1-2, Le Matin, 10/11/1934, p. 8 ; Le Matin, le 4/3/1935, p. 1-2, et le 11/1/1937, p. 2.

29   Cf. p. ex. Le Petit Journal, 4 mars 1935, p. 4. Ce banquet est décrit comme une « fête de famille » par Le Matin, cf. 4/3/1935, p. 1.

30   Cf. Le Petit Journal, 4/3/1935, p. 4.

31   Le 19 avril tous les quotidiens rendent compte en Une du défilé des anciens combattants français à Rome ; le 2 juillet ils évoquent la « fraternisation » entre soldats français et italiens à l’occasion de la remise d’une urne de terre du musée de Bligny à Vintimille ; pendant l’été se poursuivront des rencontres entre les généraux Gamelin et Badoglio pour approfondir le rapprochement franco-italien, tandis qu’une escadre française fera escale à Naples.

32   Cf. Le Petit Journal, 3/11/1935, p. 2.

33   Il suffit de se souvenir des notes de police rédigées pendant la formation des régiments d’Italiens en Avignon en 1914, cf. P. Milza, « La légion des Volontaires italiens dans l’armée française : une antichambre du fascisme ? », op. cit., p. 146-147.

34   Paris, 1939. Nous ne sous-estimons pas non plus la nécessité, sentant la guerre approcher, de souder les Italiens de France aux Français. L’exemple des Garibaldiens plaide en ce sens. Voir aussi le véritable guide touristique de Tosti : I soldati italiani in Francia sui campi di battaglia, Milano, Consociazione Turistica Italiana, 1940, 4e édition.

35   L’expression est récurrente, cf. p. ex. Le Matin, 26/5/34, p. 1 ; Le Figaro, 27/5/1934, p. 1 ; Le Petit journal, 27/5/1934, p. 5 ; L’Echo de Paris, 27/5/1935, p. 1, L’Illustré du Petit Journal, 6/6/1934, p. 2.

36   Cf. Le Figaro, 27/5/1934, p. 1.

37   Cf. Le Matin, 27/5/34, p. 3.

38   Cf. L’Echo de Paris, 2/3/1935, p. 5.

39   Cf. L’Echo de Paris, 27/5/1935, p. 1.

40   Cf. Le Figaro, 27/5/1934, p. 1.

41   Cf. Le Petit journal, 27/5/1934, p. 5.

42   Cf. Le Figaro, 27/5/1934, p. 1.

43   Cf. L’Echo de Paris, 27/5/1935, p. 1.

44   Cf. Le Petit Parisien, 6/1/1936, p. 8.

45   Nous ne présentons que quelques-uns des clichés publiés dans la presse. Dans le cadre d’une rhétorique de l’image assez répétitive, nous avons retenus ceux qui nous semblaient les plus significatifs.

46   Philippe Pétain est ministre de la guerre du Gouvernement « d’Union nationale », d’inspiration radical socialiste, né de la crise du 6/2/1934 et dirigé par Gaston Doumergue – lui-même ancien président de la république de 1924 à 1931. Dans une France en proie à la pression des Ligues, P. Pétain qui est encore très populaire parmi tous les anciens combattants est véritablement un ferment d’Union nationale. On pourra voir sur ce sujet Antoine Prost, Les anciens combattants et la société française (1914-1940), Paris, Presses de la FNSP, 1977 ; notamment le vol. 3, « Mentalités et idéologies ».

47   On ne compte guère de saluts fascistes de la part des Garibaldiens. Ils sont le fait des représentants officiels du fascisme à Paris, comme par exemple le comte di Custozza [sic], ambassadeur d’Italie à Paris, dans Le Petit Journal, le 26/5/1934, p. 1, ou le prince Ruffo, président des anciens combattants italiens dans un cliché du 14 avril 1935 en première page de l’Écho de Paris.

48   Cf. p. ex. L’Écho de Paris, 7/1/1935, p. 1, Camillo Marabini lors de la cérémonie au cimetière du Père Lachaise.

49   Cf. Julien Sapori, Les troupes italiennes en France pendant la Première Guerre mondiale, Parçay-sur-Vienne, Editions Anovi, 2008, p. 38.

50   En 1924 Ezio Garibaldi est nommé général de la milice fasciste. Il fonde la Fédération Nationale des Volontaires Garibaldiens (dont Mussolini est le président honoraire). Marabini, fasciste notoire, chantre officiel de la mémoire garibaldienne prit la tête d’une fédération garibaldienne de France, filiale de l’association d’Ezio. Cf. H. Heyriès, Les Garibaldiens de 14, op. cit., p. 347.

51   Le terme latinité sur lequel la presse insiste reprend le concept souvent utilisé par Mussolini après la tentative de coup d’état contre le chancelier autrichien Dollfuss en juillet 1934 (et dont l’origine pourrait remonter aux interventions enflammées de Gabriele D’Annunzio en avril et mai 1915, en pleine bataille pour l’intervention). Il renvoie à une conception de la culture allemande, nazie particulièrement, comme barbare et non européenne contrairement à celle émanant des pays issus de l’aire latine, raffinée et riche d’une longue tradition culturelle.

52   Comme l’illustre, par exemple, le discours de Camillo Marabini à la réception de Pierre Laval salle Wagram : « […] Nos deux peuples espèrent que cette amitié entre la France et l’Italie deviendra de plus en plus une réalité vivante, intense, agissante ; nos deux peuples ont confiance en vous monsieur Laval, et en Benito Mussolini pour que l’œuvre qui a été si bien commencée soit parachevée et perfectionnée. Le monde aussi a besoin de confiance et il ne la trouve pas dans les appels intéressés de ceux qui voudraient nous imposer une suprématie basée sur une prétendue supériorité raciale ni dans les exhortations de ceux qui voudraient nous asservir sous le signe de l’utopie. C’est donc dans la générosité, dans la mesure, dans la flamme animatrice que le monde retrouvera uniquement un réconfort et un guide et tout cela en un mot s’appelle : idéal latin. […] À travers les siècles, les latins ont toujours apporté aux hommes par la pensée et par l’action, par la beauté et par la foi, la parole universelle. Messieurs la latinité continue. C’est sur la France et l’Italie unies que comptent ceux qui voudraient voir régner sur terre le culte des forces morales et le respect de tout ce qui est grand, noble et juste […] », cf. Le Figaro, 4/6/1935, p. 1-4.

53   H. Heyriès relève que « officiellement l’association présidée par Marabini affiche un apolitisme sans faille, se donnant pour but d’œuvrer au rapprochement franco-italien », cf. Les Garibaldiens de 14, op. cit., p. 348.

54   Cf. le 26/5/1934, p. 3.

55   Cf. Le Figaro, 27/5/1934, p. 1.

56   Cf. Le Petit journal, 27/5/1934, p. 5.

57   Julien Sapori remarque que d’un point de vue strictement militaire leur impact fut « négligeable », et que quoique militairement limitée leur présence sur le front français avait été d’une grande portée symbolique au point où Mussolini lui-même avait reconnu leur rôle capital dans la campagne pour l’intervention. Cf. Les troupes italiennes en France pendant la Première Guerre mondiale, op. cit., 2008, p. 12.

58   Cf. J. Sapori, ibidem, p. 126-127.

59   On se rend compte du poids de « la diplomatie des morts » qui a pour toile de fond, dans l’entre-deux-guerres, les cimetières militaires italiens en France. Cf. J. Sapori, ibidem, p. 9.

60   Il étend son jugement aux Italiens d’Algérie mais reste sur ses positions pour ceux de Tunisie, sans doute parce que le protectorat tunisien est réclamé par l’Italie. Cf. La presse, 7/1/35, p. 1.

61   Cf. respectivement L’Écho de Paris, 29/7/1935, p. 1 et L’Écho de Paris, 6/3/1935, p. 1-5

62   Ce n’est pas un hasard si à partir de 1936 les relations entre Marabini, résolument philo-français, et Rome se tendirent ; cf. Jérôme Grévy, Hubert Heyriès, Carmela Maltone, Garibaldi et Garibaldiens en France et en Espagne, Bordeaux, PUB, 2011, p. 101.

63   H. Heyriès, Les Garibaldiens de 14, op. cit., p. 197.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliogafica

Nicolas Violle, « Garibaldiens de l’Argonne , soldats du souvenir et messagers de l’Italie Nouvelle », Italies, 19 | 2015, 181-195.

Notizia bibliogafica digitale

Nicolas Violle, « Garibaldiens de l’Argonne , soldats du souvenir et messagers de l’Italie Nouvelle », Italies [Online], 19 | 2015, online dal 30 marzo 2016, consultato il 26 aprile 2017. URL : http://italies.revues.org/5217 ; DOI : 10.4000/italies.5217

Torna su

Diritti d'autore

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Torna su
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org