Navigazione – Mappa del sito
Le Fascisme évidemment...

Soldat et propagande fasciste dans la bande dessinée des années trente

Virginia Lobrano
p. 217-227

Abstract

L’articolo intende mettere in luce il binomio nazione/lingua in particolare il connubio lingua e immagine in un fumetto che si impegna ad esprimere le istanze del periodo fascista. La pecurialità della lingua, simbolo della propaganda fascista, è evidente nell’immagine dei personaggi di Cino e Franco nella storia dei Ragazzi di Portoria. Analizzando le loro avventure, ci soffermiamo sulla creazione dell’immagine del Balilla, il soldato espressione della propaganda fascista negli anni ’30.

Torna su

Testo integrale

1L’article part du constat que la politique linguistique pendant le fascisme vise à promouvoir un binôme indissociable nation/langue. Dans cette perspective, le langage est emblématique d’une continuité avec la période du Risorgimento, vu que ce thème était cher à l’idéologie du pouvoir de Mussolini. Cependant, nous nous limitons à une approche synchronique des années Trente car une lecture diachronique plus étendue de la langue des bandes dessinées nécessiterait plus d’espace pour une analyse ponctuelle et systématique.

2Depuis les années trente la littérature pour les jeunes, a fortiori la bande dessinée, était plutôt encline à fournir un matériel éducatif afin d’alphabétiser les masses au “credo” du Fascisme (Finocchio & Marchetti, 2004 : 11-23). Nous analyserons la transformation de cette branche littéraire réalisée par Giuseppe Nerbini, éditeur florentin qui, lors de son rapprochement avec l’État fasciste, a proposé de manière intuitive des innovations linguistiques. L’emploi de bulles en complément des didascalies donne de l’épaisseur à la parole en imbriquant harmonieusement son et image, le premier (discours, onomatopées et bruits) figurant à l’intérieur de la seconde. Les personnages Cino et Franco dans l’histoire «  I Ragazzi di Portoria  » incarnent cette transformation. En tenant compte du binôme écrit/oral, nous montrerons comment la propagande fasciste utilise l’image du soldat dans la bande dessinée des années Trente en s’appuyant sur un lexique dont le sémantisme est toujours lié directement ou indirectement aux principes du Régime Fasciste.

La langue de la bande dessinée

3Dans cet article nous relevons les expressions linguistiques choisies pour encourager chez les jeunes le développement de l’orgueil patriotique grâce à l’attention particulière accordé aux qualités avant tout militaires du peuple italien. Le binôme langue/image célèbre les traits distinctifs de l’identité fasciste en la resituant dans les événements du Risorgimento, comme l’a souligné Claudio Pavone :

Se la retorica della romanità gli fece preferire il gran volo di collegamento con il lontano Impero, tuttavia il fatto stesso di considerarsi il provvidenziale termine ad quem dell’intera storia d’Italia, rese necessario al fascismo atteggiarsi, in qualche modo, anche a continuatore e sistematore del Risorgimento. (Bollati, 1995 : p. 5)

4Les personnages Cino et Franco dans les pages du Giornale di Cino e Franco qui, dès janvier 1939, s’intitule Giungla, reproduisent les figures de Tim et Spud, dont les aventures ont été publiées par la maison d’édition Nerbini. Les bandes dessinées transposent et rajeunissent les exploits héroïques, les prouesses et les prodiges des plus anciennes littératures orales (récits homériques, légendes, chansons de geste, contes de fées). Il ne faut donc pas s’étonner qu’elles célèbrent le culte du héros fasciste. La création d’un archétype ou d’un symbole n’est pas le fait d’une décision consciente mais d’une élaboration collective, le terme d’une évolution, le produit d’un système politique, la réponse à l’attente des masses (Losa Stefano, 2011). Impossible de comprendre ce processus créateur en se limitant à son résultat, c’est-à-dire à une exploration de caractères ou à un rapprochement de thèmes. Il est nécessaire de considérer tout ce qui concourt à la création de la bande dessinée, feuilleton en images assorties de textes exprimés par des dialogues et contenus dans bulles ; images alignées en rangées horizontales, reliées par enchaînement logique, obéissant à une syntaxe traduite par un montage et des variations de cadrages, et dont l’ensemble exprime une action dramatique. L’étude de ce type de structure suppose d’opérer un rapprochement avec des situations institutionnelles de contact linguistique en faisant appel à l’origine culturelle. En conséquence, l’individu et son comportement. Sa manière de parler, de communiquer et d’utiliser le répertoire linguistique étant guidée, voire déterminée, par son appartenance au groupe, appartenance elle-même marquée par la dimension de tension entre le soldat et le peuple. En ce sens, la dimension linguistique doit être analysée en prenant en considération le contexte dans lequel une telle mise en scène devient saillante. Ceci conduit à positionner le regard au niveau des interactions linguistiques et sociales entre les acteurs, donc à examiner les bulles. Il nous faut nous interroger sur la manière dont les individus en interaction font usage de toutes les langues et de toutes les variétés linguistiques qui n’ont pas la même légitimité sociale, puisque les mots employés dans le discours du soldat sont tributaires du rapport de force entre des groupes linguistiques différents : celui du soldat et celui du peuple (Bourdieu 1982, 1984).

I ragazzi di Portoria (1938-1939)

5Dès son arrivée au pouvoir, le régime fasciste met en place une surveillance de l’information par le biais d’un bureau de la presse. Benito Mussolini envisage ainsi la liberté de la presse et déclare dans un discours en 1928 : «  Le journalisme italien est libre parce qu’il sert une seule cause, le Régime  » (Ottaviani, 2008 : p. 7). Le roman historique I Ragazzi di Portoria s’inspire de l’insurrection génoise de 1746 contre l’armée occupante autrichienne, dont l’acte déclencheur est le jet de pierre du jeune Giovan Battista Perasso qui devint une célébrité avec le surnom de Balilla. En 1937, l’hebdomadaire Il Balilla, un fascicule à l’intérieur du périodique officiel Opera Nazionale Balilla, rappelait à ses lecteurs sous quels auspices avait été placée l’organisation fasciste, son nom étant celui d’un jeune héros qui risqua sa vie pour libérer sa patrie :

  • 1   L’Opera Balilla, creuset politique des nouvelles générations, fut créée en hommage au jeune-homm (...)

[...] Nel nome del giovinetto che dal ciclo leggendario della riscossa nazionale sorge come uno squillo eroico e suscita negli animi con ardore incommensurabile la fiamma della sovraumana abnegazione e del sublime sacrificio, fu creata l’opera Ballila, la fucina delle nuove generazioni 1. (Il Balilla, n° 16, anno XV, 16 aprile 1937)

6L’insurrection populaire devient, dans les pages dessinées par Ferdinando Vichi, le moyen pour instruire les jeunes au fascisme. Ce message récurrent va de pair avec la forme particulière de l’organisation de la narration.

Fig. 1 : « Il messaggero di Vittorio Amedeo II » in Il giornale di Cino e Franco, n° 101, luglio 1937.

7L’organisation typographique est une mise en relief : chaque épisode de «  I Ragazzi di Portoria  » occupe, tel un point final à la lecture de la revue, la dernière page de la couverture du Giornale delle grandi avventure pour rappeler et fortifier l’idéologie fasciste. Les scènes sont présentées selon différents points de vue (celui des soldats, celui du peuple) comme pour montrer que tout ce qui touche à l’existence humaine, donc à l’Histoire, n’est jamais univoque mais au contraire ambivalent. Dans les histoires que l’auteur raconte, il n’y a pas de «  bons  » ou de «  méchants  », il n’y a pas de héros, pas de gloire, pas de buts à atteindre, pas de logique ; il n’y a qu’une tâche à accomplir : la propagande. Les adversaires, mais aussi les compagnons, sont présentés comme des marionnettes exécutant des ordres qu’ils ne comprennent pas, qui leur semblent dénués de toute humanité, de toute logique, dictés par la puissance du pouvoir. Des êtres humains confrontés à la même dure et triste réalité. L’auteur n’en a pas pour autant éliminé une forte dénonciation des injustices sociales : s’il n’a pas de messages à délivrer, il a pour autant des cris à lancer, ces images sont là pour le prouver. Dans ces bandes dessinées, l’intelligence du héros, et plus encore celle de l’homme fasciste, est rarement mise en avant, peut-être parce qu’elle pourrait déboucher sur la possibilité de relier une décision individuelle à l’image de l’homme fasciste, or ce dernier doit obéir et avoir peu d’initiatives puisque tout procède du Duce.

8Dans ce contexte, la bande dessinée d’inspiration américaine qui parvient en Europe dans les années Trente représente la nouveauté. Ces nouveaux illustrés transforment l’édition de presse pour la jeunesse. Parallèlement à l’importation de comics des États-Unis, une production spécifique se développe dans chaque pays. Le fumetto naît donc en 1932 avec le titre Jumbo de l’éditeur Lotario Vecchi. D’autres titres suivent comme Topolino publié par Arnoldo Mondadori ou L’Avventuroso chez Nerbini. Le fumetto connaît un grand succès auprès des jeunes lecteurs mais il est rapidement soumis à la pression de la censure fasciste. Le contenu des bandes dessinées se heurte à une conception éducative et politique que doivent assumer tous les médias en Italie. L’État leur assigne une mission d’endoctrinement. Ces magazines suivent sans trop sourciller les codes fascistes et les comics américains sont largement remaniés. Les éditeurs peuvent ainsi conserver une relative liberté de publication jusqu’à la fin des années Trente. Ainsi, le fumetto italo-américain est quasiment ignoré par la censure. Par ailleurs, ses initiateurs sont assez proches du régime. Ainsi, Mario Nerbini est considéré comme un profasciste rallié de la première heure. Le régime lui consent donc quelques faveurs comme celle de ne pas trop s’intéresser à L’Avventuroso. Les autres publications bénéficient indirectement de cette influence. Par ailleurs, le régime fasciste demeure plutôt clément vis-à-vis des États-Unis, certainement parce qu’y vivent de nombreux émigrés et que ce pays ne figure pas parmi les ennemis. Le programme du New deal avec son encadrement du capitalisme est vu comme présentant des points communs avec la politique économique fasciste.

Les personnages de Cino et Franco

9En ce qui concerne la naissance en Italie des personnages Cino et Franco, nous avons souligné le lien existant avec les personnages Tim Tyler et son ami Spud que Lyman Young crée en 1932. Tim Tyler est le héros d’une série de comics d’aventure sous le titre original de Tim Tyler’s Luck. Sa rencontre avec un autre garçon de son âge Spud, l’entraîne dans de nombreuses aventures. Ses aventures sont diffusées dans le Journal de Mickey en 1934, dans Jumbo en 1935, dans Aventures en 1936 (sous le nouveau titre de «  Raoul et Gaston  ») et reparaissent aux lendemains de la libération dans le magazine Paris Jeunes. Le dessinateur Alex Raymond participe à la réédition des aventures de Cino et Franco dans les premières aventures africaines de Raoul et Gaston où les deux jeunes gens ont déjà lié un pacte d’amitié avec Fang, la panthère noire. À partir de 1934, les scénaristes vont exploiter pleinement le filon du grand continent encore mystérieux. Nos deux amis commencent par se colleter à une armée de soldats noirs menant de sanglantes razzias commandée par un empereur blanc, Karlos, auparavant conte de Bogardie, un minuscule royaume d’Europe centrale. C’est par ces illustrés, dont il faisait alors une grande consommation que le jeune public a connu cet adolescent qui n’avait pas froid aux yeux.

10Un exemple d’une production d’Alex Raymond dans le Journal de Mickey de 1937 :

Fig. 2 : « Jim la jungle » in Journal de Mickey, 27 juin 1937, p. 2.

« Una lingua a Tinte Forti »

11Dans ces bandes dessinées, la langue est utilisée comme outil idéologique de la propagande fasciste. Les personnages mobilisent des ressources langagières pour endosser un rôle qu’ils sont appelés à jouer, ou une position sociale, voire hiérarchique. La langue a pour fonction de séduire, de nuancer une position hiérarchique ou d’amplifier une forme de pouvoir réel au-delà du statut institutionnel. De manière générale, nous constatons que les pratiques langagières sont utilisées pour maintenir, renforcer ou contrecarrer les rapports de force entre les personnages :

Fig. 3 : « I ragazzi di Portoria » in Il giornale di Cino e Franco, n° 179, 8 gennaio 1939, p. 8.

12Autres exemples :

Non si presta l’aiuto all’invasore (op. cit., n° 183, 29 gennaio 1939)
Genovesi siate generosi.
Lasciatelo alla sua vergogna (op. cit., n° 182,
22 gennaio 1939)

13La plupart des phrases citées suivent la logique des prophéties du Fascisme, en ce sens les bulles acquièrent le statut de prédictions. Les dialogues des personnages sont autant de slogans de la propagande fasciste mais ils ne se revendiquent pas comme tels et, sous couvert d’une histoire d’aventures et d’action, le message est accepté par le lecteur sans analyse critique.

14Néanmoins, dans d’autres bulles qui affichent leur fonction éducative et propagandiste, certaines parties de discours sont grasseyées, ce procédé est particulièrement employé pour le personnage de Cino quand il parle du destin de l’Italie :

Fig. 4 : « Il messaggero di Vittorio Amedeo II » in Il giornale di Cino e Franco, n° 101, luglio 1937.

Fig. 5 : « I ragazzi di Portoria » in Giungla !, n° 193 e 194, 22 e 27 aprile 1939.

15Cet affichage partiel de l’utilisation de la bande dessinée pour la mise en relief de slogans du credo fasciste, dissimule d’autant mieux les emplois non revendiqués.

16On peut remarquer que les personnages se font l’écho d’un pédagogisme idéologique du fascisme en utilisant des mots qui marquent une volonté de puissance (ex : governatore, valore italiano, una e grande, impero, etc.). L’idée sous-jacente est d’assurer et de renforcer la position économique, politique, idéologique et stratégique du fascisme. Au niveau linguistique, la construction syntaxique, simple et souvent rythmée par des micro-pauses, vise à souligner la position hiérarchique de Mussolini en lui assignant une importance pragmatique, surtout en termes d’image de soi, que Nerbini produit à travers des personnages réduits à des symboles du fascisme.

17La didascalie et le cadre iconographique d’un épisode de «  I ragazzi di Portoria  » reprend un événement historique, celui de la révolution française : le but est de lier le personnage historique de Napoléon Bonaparte à Mussolini, afin de mettre en relief le rôle de Sauveur de la Patrie de Mussolini.

Fig. 6: « I ragazzi di Portoria » in Giungla!, n° 193, 22 aprile 1939.

18Ainsi, les héros d’un passé parfois lointain, parfois très récent, deviennent des modèles à vénérer et auxquels s’identifier.

19Se montrer à la hauteur de la tâche et véhiculer une image de soi cohérente avec la position occupée, représente donc une obligation à associer à son rôle de chef et de meneur (Capo, Duce). A cet égard, l’usage du lexique est important pour la gestion de son image comme véritable icône nationale d’un régime totalitaire, mais également le port de l’uniforme militaire. La tenue du Duce et l’uniforme des Balilla assignent à chacun sa place. L’image du soldat est mise au service du maintien de la hiérarchie sociale de l’état fasciste.

Fig. 7 : « I ragazzi di Portoria » in Giungla !, n° 194, 27 aprile 1939.

20La psychologie du personnage se révèle dans ces bandes dessinées par son attitude, par son vêtement comme par ses propos. La construction syntaxique est également mise au service du brassage des voix (le peuple et le conteur) et d’un type de discours acclamatif, répétitif, qui scande certains tels les rythmes d’une fanfare militaire. Une forte élimination des mots-outils (prépositions, conjonctions, articles etc.) au profit de mots pleins (verbes, noms et adjectifs) permet d’obtenir une concision des propos qui en deviennent d’autant plus percutants, tels des slogans. Cette réduction du discours (réduction de la taille des bulles et simplification du contenu) laisse le champ libre à l’image dont l’impact cognitif prépare l’acceptation par le lecteur de bandes dessinées des notions scandées dans les bulles : la posture du Duce et son salut triomphal renforcent visuellement l’affirmation « il fascismo trionfa », ou encore, le défilé militaire des jeunes Balilla conforte visuellement l’association «  giovinezza = primavera = bellezza  ». Les mots d’ordre sont utilisés comme des clichés : ils figent la pensée.

21Le fascisme italien se met en scène dans la vie quotidienne des Italiens, y compris dans les lectures populaires, les bandes dessinées n’échappent pas aux cet emboîtements d’enjeux linguistique de la rhétorique du fascisme.

Conclusion

22Le système de pensée fasciste s’organise positivement autour de l’affirmation de certains thèmes dont les bandes dessinées que nous avons étudiées font la promotion à travers l’utilisation de l’image du soldat et d’un lexique guerrier :

23- l’exaltation, et souvent la sacralisation de la valeur nationale considérée comme la valeur suprême dans l’ordre politique : il s’agit à la fois de renforcer à l’intérieur l’unité et la cohésion de la nation et de développer à l’extérieur sa grandeur et sa puissance ;
- la volonté d’instaurer un État fort, faisant prévaloir son autorité sur les droits et sur les libertés des personnes ;
- l’affirmation de la nécessité d’un nouvel ordre social intégrant plus étroitement l’individu à la collectivité et mettant notamment fin aux «  aliénations  » de la condition prolétarienne : c’est dans ce sens que les divers mouvements fascistes se prétendent socialistes et proclament leur volonté d’associer l’affirmation de ce socialisme à celle de leur nationalisme ;
- le culte du chef, de l’homme providentiel, du sauveur, incarnation de la collectivité tout entière et ayant pour mission de guider son destin.

24Le récit «  I Ragazzi di Portoria  » offre des illustrations historiques précises et un programme éditorial fondé sur l’italianité, la victoire et l’héroïsme. Les dialogues des personnages servent la propagande fasciste et les dessins utilisent l’image du soldat pour véhiculer l’obéissance militaire à la hiérarchie comme modèle sociétal.

Torna su

Bibliografia

ATTAL, F. « Culture italienne, culture de masse, culture civique » in Vingtième siècle, 2008, n° 100, vol. 4. Aspects de la culture italienne sous le fascisme, Actes du colloque du même nom organisé par l’université de Florence et l’Institut Français de Florence, Grenoble, Publications de l’université des Langues et Lettres de Grenoble, 1982.

BECCIU, L. Il Fumetto in Italia, Firenze, Sansoni, 1971.

BONSAVER, G. Censorship and literature in fascist Italy, Toronto, University of Toronto Press, 2007.

BOURDIEU, P. Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982

BOURDIEU, P. Questions de sociologie, Paris, Les Edition de Minuit, 1984.

CANALI, M. Le spie del regime, Bologna, Il Mulino, 2004.

CANNISTRARO, P. La fabbrica del consenso : fascismo e mass media, Rome-Bari, Laterza, 1975.

CASTRONOVO, V. La stampa italiana dall’ unità al fascismo, Bari-Rome, Laterza, 1973.

CARABBA, C. Il Fascismo a fumetti, Firenze, Guaraldi, 1973.

CREPIN, T. « Haro sur le gangster ! » La moralisation de la presse enfantine 1934-1954, Paris, CNRS éditions, 2001.

DECLEVA, E. Arnoldo Mondadori, Milano, Oscar Mondadori, 2007.

DE DONATO, G. I bestsellers del ventennio, Roma, Editori Riuniti, 1991.

DE FELICE, R. Brève histoire du fascisme, Paris, Seuil, 2002.

DE GRAZIA,V. Consenso e cultura di massa nell’Italia fascista. L’organizzazione del dopolavoro, Rome-Bari, Laterza, 1981.

DE GRAZIA, V, LUZZATTO, S. Dizionario del fascismo, Torino, Einaudi, 2002.

FAVARI, P. Le Nuvole parlanti, un secolo di fumetti, Bari, Dedalo, 1987.

FERRARO, E. « Storia del giornalinismo » in Sgt Kirk, juin 1969, n° 12.

FERRARO, E. « Lotario Vecchi editore » in Comics, 1974, n° 14.

FINOCCHI, L. MARCHETTI, A, Editoti e piccolo lettori tra otto e novecento. Milano, Franco Angeli, 2004.

FORGACS, D L’industrializzazione della cultura italiana, 1880-1990, Bologna, Il Mulino, 1994.

FORO, P. L’Italie fasciste, Paris, Armand Colin, 2006.

FOSSATI, F. Fumetto, Milano, Mondadori, 1992.

FOSSATI, F. I grandi eroi del fumetto, Roma, Gremese, 1990.

GABILLIET, J-P. Des comics et des hommes, histoire culturelle des comics books aux Etats-Unis, Paris, Édition du Temps, 2005.

GENOVESI, G. La Stampa periodica per ragazzi, Parma, Guanda, 1972.

GIORDANA, M. Une histoire italienne, documentaire audiovisuel disponible sur support DVD, Ocean Film, 2008.

GORI, L. LAMA, Sergio. G, Fabio. Eccetto Topolino : Lo scontro culturale tra Fascismo e Fumetti. Roma : Nicola Pesce, 2011.

IACCIO, P. « Una casa editrice popolare dall’eta giolittiana al fascismo La Nerbini ». Dans Prospettive settanta, 1983, n° 2, p. 444-452.

LAVEZZOLO, A. « Offenstadt, Parigi, Picco & Toselli, Torino ». Dans Sgt Kirk, n° 14 1968, p. 102-107. Libri, Giornali e riviste a Milano : Storia delle innovaziodall’ottocento ad oggi. Milano : Abitare Segesta cataloghi, 1998.

LIFFRAN, F. Margherita Sarfatti : L’égérie du Duce. Paris : Le Seuil, 2009.

LOSA, S. « L’agir plurilingue en contexte institutionnel : le cas de l’instruction militaire. Nous et les autres : stéréotypes en Suisse/Wir und die Anderen : Stereotypen in der Schweiz, 27e colloque (2011) de l’Académie des sciences humaines et sociales, Fribourg : Academic Press Fribourg, 2012.

MARCHETTI, AG. « L’industria grafica e l’editoria nella Lombardie degli anni trenta ». Dans Storia in Lombardia, 1986, p. 105-125.

MATARD-BONUCCI, M-A. MILZA, Pierre. L’Homme nouveau dans l’Europe fasciste (1922-1945) entre dictature et totalitarisme. Paris : Fayard, 2004.

MILZA, P. BERSTEIN, S. Le Fascisme italien, 1919-1945. Paris : Seuil, collection « Points Histoire », 1997.

MOLLIER, J-Y. La lecture et ses publics à l’époque contemporaine : essais d’histoire culturelle. Paris : PUF, 2001.

MOLLIER, J-Y. Édition, presse et pouvoir en France au XXe siècle. Paris : Fayard, 2008.

NENCIONI, G.1983. Di scritto e di parlato. Discorsi linguistici. Zanichelli, Bologna.

OTTAVIANI, G. Le veline di Mussolini. Viterbo : Nuovi Equilibri, 2008.

PAVONE, C. Alle origini della Repubblica. Scritti su fascismo, antifascismo e continuità dello Stato, Collana « Temi », 1995, p. 5

PAZIENTI, G. TRAINI, R. I Comics italiani d’avventura durante il fascismo. Roma : Comic Art, 1986.

PECOUT, G. La naissance de l’Italie contemporaine. Paris : Nathan, 1997.

RAFFAELLI, A. 2008. La deonomastica francese negli elenchi della Commissione per l’italianità della lingua, in Lessicografia e onomastica. Atti del Convegno internazionale . Società Editrice Romana, pp 337-348.

SAINT-MARTIN, F. Les pulps : l’âge d’or de la littérature populaire américaine. Amiens : Encrage, 2000.

SERRA, M. Malaparte, vies et légendes. Paris : Grasset, 2011.

STONE, M. The patron state : culture and politics in fascist. Princeton : Princeton University Press, 1998

VECCHIO, G. L’Italia del Vittorioso. Rome : AVE, 2011.

VIDELIER, P. « New York, cité des bulles ». Dans Manière de voir, n° 111, 1er juin 2010, p. 46.

TURI, G. Lo Stato educatore, Politica e intellettuali nell’Italia fascista. Rome-Bari : Laterza, 2002.

ZAVATTINI, C. Io un’autobiografia. Turin : Einaudi, 2002.

Torna su

Note

1   L’Opera Balilla, creuset politique des nouvelles générations, fut créée en hommage au jeune-homme qui se distingua dans le cycle légendaire de la reconquête nationale tel un signal héroïque et suscita dans les esprits avec une ardeur incommensurable la flamme de la surhumaine abnégation et du sublime sacrifice.

Torna su

Indice delle illustrazioni

Legenda Fig. 1 : « Il messaggero di Vittorio Amedeo II » in Il giornale di Cino e Franco, n° 101, luglio 1937.
URL http://italies.revues.org/docannexe/image/5239/img-1.png
File image/png, 306k
Legenda Fig. 2 : « Jim la jungle » in Journal de Mickey, 27 juin 1937, p. 2.
URL http://italies.revues.org/docannexe/image/5239/img-2.png
File image/png, 272k
Legenda Fig. 3 : « I ragazzi di Portoria » in Il giornale di Cino e Franco, n° 179, 8 gennaio 1939, p. 8.
URL http://italies.revues.org/docannexe/image/5239/img-3.png
File image/png, 140k
Legenda Fig. 4 : « Il messaggero di Vittorio Amedeo II » in Il giornale di Cino e Franco, n° 101, luglio 1937.
URL http://italies.revues.org/docannexe/image/5239/img-4.png
File image/png, 308k
URL http://italies.revues.org/docannexe/image/5239/img-5.png
File image/png, 210k
Legenda Fig. 5 : « I ragazzi di Portoria » in Giungla !, n° 193 e 194, 22 e 27 aprile 1939.
URL http://italies.revues.org/docannexe/image/5239/img-6.png
File image/png, 166k
Legenda Fig. 6: « I ragazzi di Portoria » in Giungla!, n° 193, 22 aprile 1939.
URL http://italies.revues.org/docannexe/image/5239/img-7.png
File image/png, 144k
URL http://italies.revues.org/docannexe/image/5239/img-8.png
File image/png, 248k
Legenda Fig. 7 : « I ragazzi di Portoria » in Giungla !, n° 194, 27 aprile 1939.
URL http://italies.revues.org/docannexe/image/5239/img-9.png
File image/png, 408k
Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliogafica

Virginia Lobrano, « Soldat et propagande fasciste dans la bande dessinée des années trente », Italies, 19 | 2015, 217-227.

Notizia bibliogafica digitale

Virginia Lobrano, « Soldat et propagande fasciste dans la bande dessinée des années trente », Italies [Online], 19 | 2015, online dal 30 marzo 2016, consultato il 22 novembre 2017. URL : http://italies.revues.org/5239 ; DOI : 10.4000/italies.5239

Torna su

Autore

Virginia Lobrano

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Torna su

Diritti d'autore

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Torna su
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org