Navigation – Plan du site
... et la Seconde Guerre mondiale

L’image du soldat dans le roman
d’Italo Calvino Le Sentier des nids d’araignée

Maria Pia Mischitelli
p. 283-295

Résumés

Pour comprendre la poétique calvinienne dans le contexte qui nous intéresse, il nous a semblé intéressant de partir d’une première réflexion, celle de Paul Braffort qui considère comme récurrent chez Calvino le prisme : forêt - racines - labyrinthes. Éléments faisant également référence à une géopoésie de ce roman-paysage que nous nous proposons de creuser. Ce récit initiatique, qui voit le jeune Pino, enfant-soldat, nous rappelle la sortie de l’Humanité de l’état de Nature (la Chute après la Grâce, le renvoi du Jardin d’Éden) et l’entrée dans l’Histoire : la grande Histoire avec ses guerres fratricides qui l’éloignent de cette Nature rêvée, idéalisée. La Nature est une des protagonistes du récit ; en l’espèce la Riviera di Ponente. Il s’agit d’une Nature idyllique, comme celle des contes, encore capable de magie. Un Paradis perdu. Cependant, c'est bien une poésie du lieu ou géopoésie païenne, presque animiste que décrit notre auteur. La dimension géopoétique confère au récit cette poésie où le merveilleux fait corps avec le lieu « sacré » et « consacré », en l’occurrence la Ligurie de Calvino, qui a toujours eu pour l’auteur une valeur heuristique de theatrum mundi. La géographie de la forêt devient alors géo-graphie ; le temps et l’espace pensés, pensants. Les corps sont eux-mêmes des mondes, des territoires en transformation à cause de la guerre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1   Italo Calvino, Il sentiero dei nidi di ragno, Collana I Coralli n° 11, Torino, Einaudi, 1947, p. (...)
  • 2   Kenneth White « La géopoétique est une théorie-pratique transdisciplinaire applicable à tous les (...)

1Le Sentier des nids d’araignée (en italien Il sentiero dei nidi di ragno 1) est un roman d’Italo Calvino datant de 1947, écrit au lendemain donc de la Seconde Guerre mondiale et qui se déroule principalement au sein de la Résistance italienne antifasciste. On a souvent qualifié cette œuvre comme appartenant au courant néo-réaliste. Cependant, la critique a désormais dépassé cette tendance. Et il est intéressant à ce titre de voir comment la géopoétique telle qu’elle est définie entre autres par Kenneth White 2 est une clé de lecture particulièrement efficace concernant la compréhension de la poétique de ce roman de Calvino. L’auteur part d’un lieu géographique, la Ligurie et transmue ce lieu concret en une nouvelle cartographie mentale, les chants, les bruits, le dialecte et tout ce qui relève de l’écoute rentrant aussi dans cette dimension de « paysage » au sens large.

  • 3   Paul Braffort, Italo Calvino sur les sentiers du labyrinthe, in Magazine littéraire n° 398, mai (...)

2Pour analyser l’image du soldat dans Le Sentier des nids d’araignée, il nous a semblé intéressant de partir d’une première réflexion, celle de Paul Braffort 3 qui considère comme récurrent, et donc symbolique de cette unité, le prisme : «  forêt-racines-labyrinthes  ». Éléments faisant évidemment référence à cette géopoésie que nous nous proposons de creuser dans ce roman-paysage afin de mieux comprendre qui sont ces soldats. Ainsi, notre intention est-elle de montrer comment, à travers le biotope «  forêt  », se développe l’enchevêtrement Nature/Soldat/Histoire ; Nature et Histoire en interaction avec l’humain étant également l’un des trinômes fondamentaux sur lequel porte la réflexion de notre auteur tout au long de son parcours d’écrivain-théoricien.

  • 4   Algirdas Julien Greimas, De l’Imperfection, Fanlac, Périgueux, 1987, p. 99, Chapitre « Le Guizzo (...)

3Une Histoire ‒ liée à une topographie de départ ‒ qui n’est que parcellaire au début et qui tendra à devenir globalisante au fil du récit pour le soldat-Résistant et le soldat-enfant. Nous verrons comment ici l’écriture du fragment, guizzo  4 ou interstice est une des caractéristiques majeures de l’écriture de Calvino, entrant également dans cette dimension géopoétique. Se dessine alors la figure du ou plutôt des labyrinthes qu’empruntent nos personnages pris dans les méandres de la guerre : labyrinthes de chemins, de destins et d’imaginaires dans une géométrie combinatoire du monde propre à cette écriture, cette géographie calvinienne qui reste à explorer. Les personnages de soldats qui nous intéresseront sont représentés par la figure collective des Résistants et par la figure individuelle de l’enfant-soldat Pin. Cette dernière est d’ailleurs métaphore du soldat car au lieu d’être un individu adulte et résolu, le soldat pour Calvino est un enfant empêtré dans le lien diachronique Histoire/Nature.

Le mythe de l’enfance transcendé en mythe de l’Humanité

L’image d’anti-héros

  • 5   I. Calvino, ibidem, p. 100, contre des « hommes colorés, étincelants, barbus, armé jusqu’aux den (...)
  • 6   I. Calvino, ibidem, p. 13 et 14.
  • 7   I. Calvino, ibidem, p. 101.
  • 8   I. Calvino, ibidem, p. 21.

4Nous pouvons parler de « roman de la perte » à propos du Sentier et le sentiment qui accompagne cette perte de façon dialectiquement opposée est l’exclusion de ces soldats, Résistants décrits par Calvino, sortes d’anti-héros (ils servent surtout d’arrière-garde aux autres partisans 5) dans une période littéraire où la mode était à l’éloge des faits d’armes de Résistants héroïques. Il est intéressant justement de constater l’option éthico-littéraire diamétralement opposée d’Italo Calvino, lui-même, rappelons-le, jeune partisan ayant pris le maquis contre les fascistes. Cette image d’anti-héros équivaut une nouvelle fois à des protagonistes de la grande Histoire écrasés par celle-ci, et non la dominant : «  E io vi scrivo una storia dove nessuno è eroe […] Non rappresenterò i migliori partigiani, ma i peggiori possibili, metterò al centro del mio romanzo un reparto tutto composto di tipi un po’ storti 6  ». On retrouve cette même image d’anti-héros dans la description peu flatteuse des résistants dont fait partie Pin : « Nel distaccamento del Dritto ci mandano le carogne, i più scalcinati della brigata » 7. Et l’auteur, dans sa préface au roman, invoque des exclus et des laissés-pour-compte : «  Se un valore oggi riconosco a questo libro è lì : l’immagine d’una forza vitale ancora oscura in cui si saldano l’indigenza del « troppo giovane » e l’indigenza degli esclusi e dei reietti 8  ».

Paradis perdu : la sortie de la Nature

  • 9   Italo Calvino, Ultimo viene il corvo, Torino, Einaudi, 1949; I giovani del Po, Torino, Einaudi, (...)
  • 10   La Riviera di Ponente est une portion de la Ligurie qui s’étend de Vintimille à Sestri Levante ( (...)

5Pour répondre à un défi lancé par les grands, Pin vole son revolver à un soldat allemand, un client de sa sœur Nera (la Noire), prostituée notoire d’un quartier malfamé. Ce vol va le conduire à cacher l’arme dans la forêt «  des araignées  » où il fera une rencontre décisive, celle de Cugino, Résistant à l’aspect bourru et qui deviendra finalement l’ami, le guide tant cherché par le jeune orphelin. Ce sont donc ce vol et cette rencontre qui vont métamorphoser l’enfant en soldat. La perte du Paradis, que nous évoquons ici, renvoie à l’image de ces «  perdants  », celle de ces soldats de l’ombre qui ont tout perdu justement dans la guerre ; perte également de cette innocence liée à la première image d’une Nature virginale et pure, sans violence ni mort. Une Nature-mère que Pin l’orphelin, lui, n’a pas encore tout à fait oubliée. Un idéal, un rêve, une utopie qu’il va tenter de retrouver avec l’aide justement de Cugino, chemin faisant le long des sentiers de nids d’araignée. Il faut souligner que la Nature dans les récits dits «  réalistes 9  » de Calvino comme Le Sentier est une des protagonistes du récit. Le paysage est celui de la Riviera di Ponente 10. Il s’agit d’une Nature idyllique, comme celle des contes ; une Nature encore capable de magie.

  • 11   Italo Calvino, Il sentiero dei nidi di ragno, Collana I Coralli n° 11, Torino, Einaudi, 1947, p (...)

6Ainsi, il y a – au cœur de la campagne ligure ‒ la recherche du locus amoenus, Jardin de l’Éden perdu. Il est présent ici de manière transfigurée à travers la problématique de «  la perte  » personnelle et loin de toute connotation religieuse. Ce lieu idéal est symbolisé par ce sentier connu par Pin seul : «  [...] un posto c’è dove fanno il nido i ragni, e solo Pin lo sa ...11  ». Un endroit secret, donc d’isolement, de recueillement dont la topographie devient la carte d’un imaginaire fabuleux qui fascine l’enfant, cet être «  élu  » au sein de la forêt, alors qu’il est rejeté parmi les hommes, tout en bas, dans la ville, symbole du chaos. Un autre monde fait de tavernes crasseuses, de clients saouls, de prostituées comme La Nera qui représentent l’incarnation même de la déchéance au sens d’hommes «  déchus  », chassés du Paradis universel :

  • 12 Ibidem, p. 106.

E’ una voglia remota in lui come la voglia di amore, un sapore sgradevole e eccitante come il fumo e il vino, una voglia che non si capisce bene perché tutti gli uomini l’abbiano, e che deve racchiudere, a soddisfarla, piaceri segreti e misteriosi 12.

  • 13   Italo Calvino, Il sentiero dei nidi di ragno, Collana I Coralli n° 11, Torino, Einaudi, 1947, p (...)

7Cette Nature, au contraire, offre si seulement on pouvait (on voulait ?) à nouveau la voir avec des yeux d’enfant, une possibilité de rachat, un retour en grâce d’avant la Chute. Cependant, il s’agit bien d’une poésie du lieu ou géopoésie païenne, voire animiste, décrite par notre auteur, comme nous le montrerons. Et on devine en ces lieux uniques, préservés, une possibilité de bonheur futur pour Pin si seulement il avait un ami avec qui partager ce merveilleux secret. Plus de solitude, plus d’enfer sur Terre pour cet être en mal d’amour : «  Forse un giorno Pin troverà un amico, un vero amico, che capisca e che si possa capire... 13  ». Il y a d’ailleurs dans toute cette «  poésie de la terre  » une certaine fraîcheur propre à de «  chiare fresche et dolci acque  » de pétrarquienne ascendance :

  • 14 Ibidem, p. 125.

«  Pin canta e guarda il cielo e il mondo puliti del mattino e farfalle montanare dai colori sconosciuti che si librano sui prati  » «  i rododendri/fontana/ con la bocca piena di sugo di fragole e gli occhi pieni di svolazzi di farfalle 14  ».

8L’enfant-soldat est ici loin de l’Histoire et de ses tensions : il retourne à la fable ou au mythe.

L’entrée dans l’Histoire

9Pour illustrer le lien tripartite Nature-Histoire-Soldat évoqué dans notre introduction, nous citerons ici le romancier lui-même :

  • 15   Italo Calvino, Natura e storia nel romanzo, Saggi, I, p. 30.

Individuo, natura e storia : nel rapporto tra questi elementi consiste quella che possiamo chiamare l’epica moderna. Il grande romanzo dell’Ottocento comincia questo discorso e la narrativa del Novecento, nelle sue forme più convulse e spigolose, lo continua. Varia il modo di considerare la coscienza individuale, la natura, la storia, variano i rapporti tra i tre termini [...] 15.

10Ce récit initiatique dont le jeune Pin est le protagoniste, nous rappelle la sortie de l’Humanité de l’état de Nature (la Chute après la grâce, le renvoi du Jardin d’Éden) et l’entrée dans l’Histoire : la grande Histoire avec ses guerres fratricides qui l’éloignent justement de cette Nature rêvée, idéalisée. Avec le refus progressif de la datation chez Calvino, la dynamique s’inversera au fil des œuvres à venir en une sortie de l’Histoire, un abandon d’une temporalité « extérieure », historique donc pour un temps en dehors de l’idée de progrès. Ce qui pourrait sembler, à première vue, contradictoire avec le titre de notre paragraphe. Cependant, Il Sentiero est déjà un parcours, un iter dans cette sortie de l’Histoire annoncée qu’il contient in nuce dans un rapport au temps qui relève davantage de celui de la fable que de l’historicité proprement dite. C’est d’ailleurs cette dimension, qu’incarnent ces Résistants, qu’il nous semble intéressant d’explorer dans le cadre du temps et de l’espace, à l’aune d’une écriture géopoétique forte liée à un territoire très particulier : la Ligurie.

Entre rêve et réalité

  • 16   Mot du dialecte ligure désignant une ruelle des vieilles villes de Ligurie.
  • 17   Gilbert Bosetti, Calvino 1945-1957 in Aurore Frasson-Marin, Italo Calvino imaginaire et rational (...)

11Réalité et imaginaire vont donc se côtoyer en permanence dans ce roman-fable à travers le regard de cet enfant perdu qui recherche un paradis tout aussi perdu pour lui et pour l’humanité lancée dans une guerre fratricide, en particulier dans l’Italie divisée entre le camp des fascistes et celui des antifascistes, une «  guerre civile  » comme elle a été définie par Claudio Pavone. Une «  famille  » divisée à l’image de celle de Pin, garçon des rues qui traîne dans les tavernes et dont la sœur se prostitue au fond d’un «  caruggio  » 16 de la vieille ville (probablement le quartier de la Pigna de Sanremo). Un regard d’enfant qui cherche à comprendre cette réalité d’adultes qui l’entoure et qu’il ne saisit pas toujours. Certains vocables : le revolver de marque Sten ou de calibre P.38, le Comité qu’il croit être une seule personne ou certains comportements : les relations entre hommes et femmes. Le sentier lui-même existe-t-il ou bien est-il juste le fruit de l’imagination du jeune Pin ? Si les adultes ne le voient pas, ne le connaissent pas, cela dérive-t-il de leur incapacité à voir encore le merveilleux de l’enfance ou bien est-ce seulement une réalité projetée par le garçon, comme un refuge, un lieu inviolable comme un temple destiné à se protéger des grands ? On retrouve bien là la dimension géopoétique qui confère au récit justement cette poésie où le merveilleux fait corps avec le lieu «  sacré  » et «  consacré  », en l’occurrence la Ligurie de Calvino qui a toujours eu pour l’auteur une valeur heuristique de theatrum mundi 17. On peut partir de cette déclaration pour aller plus loin en terme de géopoétique car c’est le lieu du mythe de l’enfance pour l’auteur ; mythe que l’on retrouve chez d’autres écrivains qui portent en eux leur lieu tout au long de leur vie et de leurs œuvres : Paris pour Proust, Buenos Aires pour Borges.

12Derrière la perception d’objets concrets tels que la forêt, ses arbres, sa végétation, chez Calvino il y a un parcours en forme d’énigme traversé par l’Histoire et sa mémoire qui transforment en mythes le temps et l’espace. Un temps et un espace pensés et pensants. La forêt, en devenant lieu de fable, tout comme le temps de cette même fable, échappe à notre contrôle, à notre Histoire et à ses déviances. Elle devient intériorité pensée mais aussi pensante, autonome : de sa physionomie indépendante de forêts découlent toutes les autres forêts. La forêt, espace réel de l’enfance, une fois intériorisée, « mentalisée » devient moteur de création, de la Création. Car cet espace intime est un lieu créé, recréé par l’imaginaire du narrateur mais il est aussi lieu créateur.

  • 18   Italo Calvino, Il sentiero dei nidi di ragno, Torino, Einaudi, Collana I Coralli n° 11, 1947, p. (...)

13L’écrivain devient auteur de son propre espace intérieur, comme un lieu-temps projeté sur la page qui construit un espace mental grâce aux souvenirs de l’enfance. Il est ici un inventeur de mythes modernes dans le sens où ces derniers s’inscrivent dans un temps et un lieu autonomes, libres des contingences matérielles et littéraires liées au temps et à l’espace historiques. On assiste ici à une réécriture atemporelle du mythe sans cesse renouvelé. Et c’est bien ce qui fait que l’œuvre de Calvino ne s’inscrit réellement que dans un temps littéraire, et non humain, celui de la fable ou du mythe qui ne connaissent justement pas le temps humain, historique mais une sorte d’éternité, en dehors donc de tout courant littéraire. C’est ce qui le rapproche d’un auteur comme Pavese qui le comprit le premier18. Par le moyen littéraire du mythe individuel, il touche à l’essence même de la condition humaine.

14Même pris dans l’Histoire et ses tourments, l’individu reste seul face à son propre mythe, sa propre histoire et son destin. L’Histoire entraîne donc les hommes, les prenant dans les mailles de ses filets, comme des insectes insignifiants pris dans les fils de ses toiles et qui se débattent maladroitement pour tenter d’y échapper, s’engluant parfois davantage dans le vischio historique. Cependant, pour Calvino, l’individu a toujours son rôle à jouer dans l’Histoire. En se confrontant directement, et malgré lui à la grande Histoire, Pin va devoir affronter son propre «  récit  » et y connaître un tournant décisif qui le conduira à une fin où il ne sera plus seul.

Mémoire et nostalgie

15Le Paradis perdu ou jardin de l’Éden deviennent chez Calvino plutôt un «  Éden de l’enfance  », qui se manifeste sous la forme d’une nostalgie persistante. Pin, l’orphelin, parle de ce paradis comme d’une chaleur perdue :

  • 19Ibidem, p. 42.

Allora le ombre nel ripostiglio si trasformano in sogni strani, di corpi che s’inseguono, si picchiano e s’abbracciano nudi, finché viene un qualcosa di grande e caldo e sconosciuto, che sovrasta su di lui, Pin, e lo accarezza e lo tiene nel caldo di sé, e questo è la spiegazione di tutto, un richiamo lontanissimo di felicità dimenticata 19.

16Des souvenirs tendres qu’il retrouve dans cette forêt où la magie des contes de l’enfance font que les araignées ne tissent pas des toiles ‒ comme dans la réalité ‒ mais font des nids, des cocons douillets pour accueillir et protéger leur progéniture. C’est d’ailleurs pourquoi Pin ne révèle ses secrets qu’à ses semblables : l’araignée-orphelin Pin confie à sa nouvelle famille son secret le plus important : le revolver P38, objet de trahison (envers sa sœur), de possibles représailles judiciaires et aussi objet de mort. C’est ici que sont les racines de cette Nature qui pousse vers la vie envers et contre tout, surtout contre la destruction que sèment les hommes et leurs armes. D’après notre citation ci-dessus, il y a une poétique des corps tout à fait saisissante. Ces corps nus, qui sont des réminiscences de la tendre enfance donc à la fois vrais et imaginés, imaginaires, présentent un caractère à la fois érotique et sacré.

  • 20   Renouement.
  • 21   Jorge Luis Borges, L’Aleph : « L’Aleph est le lieu où se trouvent, sans se confondre, tous les l (...)
  • 22   Voir aussi Le Château des destins croisés, trad. de I. Calvino et Jean Thibaudeau, Paris, 1976.
  • 23   Voir l’autobiographie de Album Calvino, a cura di Luca Baranelli e di Ernesto Ferrero, Milano, M (...)

17S’agissant donc de géo-graphie et de géopoétique, telles qu’elles sont définies selon le concept de White, Le Sentier est avant tout un roman sur la perte et la possible reconquête d’un lien avec la Nature des Origines, à l’écart d’une Histoire écrasante représentée par les soldats dans une sorte de riallacciamento  20 par la terre à l’histoire personnelle de chaque être mais aussi de l’humanité entière. À travers le mythe de l’enfance incarné par Pin, l’enfant-soldat retrouve dans cette Nature sublimée une harmonie perdue, un équilibre rompu par les choix arbitraires des adultes, offrant un nouvel espace de rédemption dans un lieu et un temps suspendus, comme sur le fil des toiles que les arachnides tissent depuis des millénaires, nonobstant le bruit et la fureur des hommes. C’est un espace interstitiel, d’abord géographique puis mental, où tout commence et où tout se subsume, se résout, comme dans l’Aleph 21 du monde, le carré magique des fables22. Calvino réussit à y recréer, à travers son écriture comme à l’orée des mots, un paysage mental «  en soi  ». Un univers dans l’Univers. On peut parler à ce titre d’une cartographie de l’imaginaire, celui d’un enfant, Pin, et de l’enfant que fut Calvino lui-même au milieu de ses collines de Ligurie23, où se dessinent les lignes profondes de ce texte.

18Comme conséquence logique de cette « expulsion » de l’Histoire, le rapport à la Nature s’en trouve bouleversé. C’est comme si défait de la lourdeur du temps historique qui l’oblige à suivre son évolution et donc à s’éloigner de la Nature, ici Pin renouait avec elle, la Nature, secrète, riche de vie à travers ses sentiers où les araignées vont faire leurs nids et perpétuer la vie, envers et contre tout, et notamment les hommes qui ont oublié d’où ils venaient, quelles étaient justement leurs racines, la Nature, la vie, ici symbolisée par la forêt et qui s’adonnent à leurs jeux de grands, jeux de mort dans le labyrinthe de leurs passions guerrières. S’opposent donc l’humain-soldat, Pin, et les hommes-soldats (les adultes) dont l’enfant (devenu Résistant par un concours de circonstances) devient représentatif de tout soldat anti-héroïque et emblème de tout homme-soldat perdu dans le labyrinthe de l’Histoire.

L’Aleph calvinien ou les labyrinthes de la connaissance

19Il y a dans notre œuvre une ré-élaboration des archétypes narratifs (en l’occurrence celui de la forêt et du paysage comme carte du monde) que Calvino développera à travers l’écriture combinatoire. Se dessine en creux du texte une figure de réseau, «  un’immagine reticolare  » que trace l’encre des mots et qui tente de reproduire l’ordre des « combinaisons » possibles du monde. La forêt, avec cette végétation dense, est comme une forêt de phrases et de récits qui serait la transposition même de l’écriture calvinienne. Une relation entre espace, territoires mentaux et écriture. Il nous vient à l’esprit la fin du Baron perché à propos de la forêt d’Ombreuse :

  • 24   I. Calvino, Le baron perché, Paris, Éditions du Seuil, 1959, traduction française de Juliette Be (...)

C’était une broderie faite sur du néant, comme ce filet d’encre que je viens de laisser couler, page après page, bourré de ratures, de renvois, de pâtés nerveux, de taches, de lacunes, ce filet qui parfois égrène de gros pépins clairs, parfois se resserre en signes minuscules, en semis fins comme des points, tantôt revient sur lui-même, tantôt bifurque, tantôt assemble des grumeaux de phrases sur lit de feuilles ou de nuages, qui achoppe, qui recommence aussitôt à s’entortiller et court, court, se déroule, pour envelopper une dernière grappe insensée de mots, d’idées, de rêves – et c’est fini 24.

  • 25   Bertoni Roberto, Int’abrigu int’ubagu, Discorso su alcuni aspetti dell’opera di Italo Calvino, T (...)
  • 26   L’œuvre littéraire est un aleph selon Borges : « le lieu où se trouvent, sans se mélanger, tous (...)
  • 27   Italo Calvino, Il sentiero dei nidi di ragno, Collana I Coralli n° 11, Torino, Einaudi, 1947, p. (...)

20On peut parler d’une «  fantasia figurale  », fantaisie figurale ou figurative, fantaisie de la forme de cet ou ces «  ailleurs  ». Le monde non-écrit est un labyrinthe et l’écriture tente d’en indiquer quelques issues qui immanquablement déboucheront sur d’autres labyrinthes : les sentiers où errent ces soldats un peu comme des fantômes de la forêt. Un choix esthétique qui se fonde sur l’exploration de la réalité par son revers. Dans «  les replis  » de la réalité 25, «  les versants obscurs  » il y a le seul rapport au monde possible. Plus que le labyrinthe, c’est la figure du réseau, de l’entrelacs qui dominera chez Calvino. Le réseau des sentiers l’anticipe sans doute. Ce premier roman semble être en fait l’aleph 26 calvinien de tous les livres écrits ou à écrire 27.

21Dans le sentier de Calvino, c’est pour retrouver ce lieu de vie et d’imaginaire, d’imaginaire de vie que Pin mène son combat intérieur, qui est l’exacte symétrie de la guerre de partisans dans la réalité des hommes. Le logos faisant revivre en lui le lieu d’où il vient et qu’il a perdu (spéculairement à l’image archétypale de l’humanité tout entière). La forêt, ses racines deviennent créatrices de rêves mais aussi de savoir, de connaissance de la vie et des hommes.

De la géographie à la géo-graphie

Géopoétique des confins ou des opposés

  • 28   I. Calvino, La strada di San Giovanni, Milano, Garzanti,1990.
  • 29 Album Calvino, a cura di Luca Baranelli e di Ernesto Ferrero, Milano, Mondadori, 1995.
  • 30   Bertoni Roberto, Int’abrigu int’ubagu, op. cit.

22La Ligurie de l’enfance de Calvino a cette particularité que tout s’y situe à la limite ou lisière d’autre chose. Un biotope comme la forêt ou la colline y est contigu à celui de la mer par exemple, ou encore la nature dans La Strada di San Giovanni  28 jouxte la ville alors cosmopolite de Sanremo. Comme il l’écrit lui-même dans Album Calvino  29 : «  Il golfo del mare e la folta montagna [...] guscio rassicurante e protettivo, separato dall’Italia dal sottile nastro d’una strada litoranea, dal mondo da una vicina frontiera  » (avec la France). C’est cette configuration géographique très caractéristique que l’on retrouve dans l’écriture calvinienne. Une écriture elle aussi aux confins, dans une sorte d’entre-deux qui fonde un système binaire des opposés 30 : ville/campagne, mer/colline, soldat/nature. C’est cette géopoétique qui redonne du sens au rapport perdu homme (soldat)/nature. En redevenant lieu des Origines, la forêt ‒ et ses sous-éléments ‒ redevient le lieu de tous les possibles, et non plus de la fatalité de la déchéance humaine, dans toutes ses acceptions.

23On est ici au cœur de la poétique calvinienne ; une poétique bien liée à sa terre avec des espaces de géométrie qui impliquent ou entraînent une pensée, un lieu pensé-pensant donc qui de la petite Ligurie se déplace vers l’infiniment grand : le microcosme devient macrocosme, le particulier devient général, la Ligurie de Pin devient le monde, ces soldats incarnent l’humanité tout entière. Un paysage-pensée avec sa mouvance perpétuelle accompagnée de ses signes qui jamais ne le figent mais au contraire toujours le transforment, le métamorphosent en une multiplicité ou variété semblable à celles de la végétation des collines.

  • 31   I. Calvino, Dall’Opaco, Milano, Adelphi, 1971.

24La variatio prend le ton d’une fuga anomala ; c’est l’image de cet enfant soldat-marmiton qui chante dans les tavernes ou au maquis dans une sorte de catharsis-imitation des grands ; c’est le seul moment où on l’écoute. Il y a dans ces chants paillards quelque chose de Dall’Opaco  31 des origines obscures, en même temps qu’une sorte de volonté de rachat, de rédemption laïque de l’existence dans ce qu’elle a de plus sanguinaire et «  primaire  » (la violence et la sexualité présentes dans le livre). Pin se fait le chantre de ce rachat de l’humanité pour sa faute originelle. Il incarne l’image du bouffon se livrant aux lazzi de la tradition théâtrale italienne remontant au Moyen Âge. Les sons, les bruits constituent une clé de lecture et d’accès au monde des sentiers des nids d’araignée. Comme les notes d’une musique enfouie, une ninnananna d’une mère araignée (celle de Pin) partie tisser ses «  nids  » ailleurs.

  • 32   Hêtres et pins.

25Et après le bruit et la fureur des tavernes de la ville, retombe dans les traboules ou la forêt le silence d’une solitude, est-ce le prix de la rédemption de ces soldats qui tuent pour un idéal ? Pour oublier leur passé ? Par revanche sur la vie ? Par conviction politique ? Parce que désillusionnés ? Dans cette forêt de faggi e pini 32 de l’enfance de Calvino, ce n’est pas tant une libération politique qu’ils cherchent tous, mais une libération plus personnelle, de leur vie d’adultes, de leur enfance dont ils portent les blessures aussi sûrement que si elles avaient été occasionnées par un Sten ou un P38, comme ce personnage de Pelle toujours plein de cicatrices provoquées par la vie, métaphorisée ici en lutte antifasciste.

  • 33   I. Calvino, ibidem, « De petits yeux rougeauds, maladifs » (notre traduction).
  • 34   I. Calvino, ibidem, « Il boîte, avec une cheville enflée » (notre traduction).

26Ces soldats qui sont eux-mêmes des mondes et leurs corps constituent une géo-graphie, des territoires en transformation à cause de la guerre ; ces corps de combattants devenant eux-mêmes des cartes à lire comme autant de territoires pris ou perdus sur l’ennemi en fonction des traces qu’ils portent. C’est le cas de Pelle avec ses «  occhietti rossicci, raffreddati 33  » et ses cicatrices ; ou bien de Lupo Rosso qui : «  zoppica, con una caviglia gonfia 34  ».

27On peut définir le paysage littéraire de Calvino d’entroterra littéraire à l’image de cet arrière-pays ligure. Un mindscape-landscape comme il est défini par Matteo Meschiar 35 mais une «  géopoétique  » qui inclut la musicalité des formes constellée de tous les sons entendus dans l’enfance : « Ogni suono, ogni figura rimandava ad altri, più presentiti che uditi o veduti, e così via 36 » que l’on retrouve dans notre Sentier. (On renvoie ici également à la préface par Calvino du Sentier concernant l’image et la représentation du territoire ainsi que l’utilisation du dialecte et des expressions populaires ligures).

  • 37   Jean-Paul Manganaro, Italo Calvino, Romancier et conteur, Paris, Éditions du Seuil, 2000, p. 28.

28Un paysage-pensée incluant une idée d’infini dont la particularité est définie par Jean-Paul Manganaro 37 : «  C’est une perception scientifique et analytique du mouvement qui prend figure et s’inscrit dans une dynamique poétique où l’intériorité s’extériorise [...]  ».

  • 38   I. Calvino, De l’opaque, op. cit., p. 162.

[...] Si on me demande quelle forme a le monde, si on le demande au moi qui habite à l’intérieur de moi et garde la première empreinte des choses, je répondrai que le monde est disposé sur un grand nombre de balcons qui se penchent irrégulièrement sur un unique grand balcon qui s’ouvre dans le vide de l’air ; sur le rebord qui est la courte bande de mer sur le ciel immense [...] 38.

29Une « dynamique » où l’intérieur va vers l’extérieur donc, comme ces monts qui se penchent sur la mer au-dessous, s’inscrivant dans une autre dimension ; un monde du dedans qui va vers un monde du dehors, par le biais de l’écriture (monde écrit, monde non-écrit). Voilà pourquoi science et littérature font si bon ménage chez notre auteur : «  Questo, in essenza, è ciò che White chiama “geopoetica”, una via di pensiero che si pone a metà strada tra scienza e poesia 39  ». Vient alors à la surface une conscience géographique ; ce savoir territorial qui est connaissance du monde, de la Nature et de ses processus ou évolutions.

30Avant même d’être une volonté totalisante, cette «  vocation profonde  » passe donc avant tout par une langue, cette langue de la terre ; langue qui commande et oriente cette connaissance tant recherchée : faire voir l’invisible, dire l’indicible dans le labyrinthe de chemins, de destins et d’imaginaires de ces soldats par une géo-métrie combinatoire du monde propre à l’écriture calvinienne.

31Se pencher sur l’image des soldats protagonistes du Sentier des nids d’araignée, c’est se pencher sur la représentation d’un lieu aussi symbolique que la Ligurie de Calvino, lieu réel, qui par le truchement d’une géo-écriture aux confins, devient cartographie de l’imaginaire de ces hommes et de Pin, eux-mêmes image spéculaire de ce lieu-fable, la forêt des mythes. C’est en effet par l’écriture du guizzo, entre les lignes du récit, que s’effectue le glissement de la Ligurie réelle à la cartographie imaginaire d’un paysage pensé et pensant, transposé, transcendé en lieu emblématique de l’univers, comme les personnages qui l’habitent, soldats errants, image spéculaire de l’humanité.

32Enfin, Calvino n’a pas voulu écrire une histoire partisane mettant en scène les héros de cette guerre de libération, contrariant ainsi la vision d’une très grande partie de la culture de gauche italienne de cette époque vantant la vision mythique et épique du résistant. En racontant cette guerre de partisans à travers les yeux de l’enfant Pin, et en partant du lien perdu homme/nature, l’écrivain raconte une histoire «  d’hommes  » dont chacun porte en lui sa propre fable. Calvino réussit ainsi en partant du mythe individuel à parler du mythe de l’humanité tout entière, à élever le particulier à l’universel. La figure du soldat, c’est une figure de l’homme qui oppose à l’Histoire la nostalgie de ses racines et l’imaginaire de ses sentiers intérieurs.

Haut de page

Notes

1   Italo Calvino, Il sentiero dei nidi di ragno, Collana I Coralli n° 11, Torino, Einaudi, 1947, p. 209, Le sentier des nids d’araignée, traduit par Roland Stragliati, Paris, Éditions Julliard, 1978, p. 222.

2   Kenneth White « La géopoétique est une théorie-pratique transdisciplinaire applicable à tous les domaines de la vie et de la recherche, qui a pour but de rétablir et d’enrichir le rapport Homme-Terre depuis longtemps rompu, avec les conséquences que l’on sait sur les plans écologique, psychologique et intellectuel, développant ainsi de nouvelles perspectives existentielles dans un monde refondé » in http://www.kennethwhite.org/geopoetique/ et K. White, Le plateau de l’albatros, introduction à la géopoétique, Paris, Grasset, 1994, p. 362.

3   Paul Braffort, Italo Calvino sur les sentiers du labyrinthe, in Magazine littéraire n° 398, mai 2002.

4   Algirdas Julien Greimas, De l’Imperfection, Fanlac, Périgueux, 1987, p. 99, Chapitre « Le Guizzo », pp. 23-34.

5   I. Calvino, ibidem, p. 100, contre des « hommes colorés, étincelants, barbus, armé jusqu’aux dents ».

6   I. Calvino, ibidem, p. 13 et 14.

7   I. Calvino, ibidem, p. 101.

8   I. Calvino, ibidem, p. 21.

9   Italo Calvino, Ultimo viene il corvo, Torino, Einaudi, 1949; I giovani del Po, Torino, Einaudi, écrit en 1951, publié en 1957-1958.

10   La Riviera di Ponente est une portion de la Ligurie qui s’étend de Vintimille à Sestri Levante (près de Gênes).

11   Italo Calvino, Il sentiero dei nidi di ragno, Collana I Coralli n° 11, Torino, Einaudi, 1947, p 209.

12 Ibidem, p. 106.

13   Italo Calvino, Il sentiero dei nidi di ragno, Collana I Coralli n° 11, Torino, Einaudi, 1947, p 209.

14 Ibidem, p. 125.

15   Italo Calvino, Natura e storia nel romanzo, Saggi, I, p. 30.

16   Mot du dialecte ligure désignant une ruelle des vieilles villes de Ligurie.

17   Gilbert Bosetti, Calvino 1945-1957 in Aurore Frasson-Marin, Italo Calvino imaginaire et rationalité, Genève, Éditions Slatkine, 1991, p. 102.

18   Italo Calvino, Il sentiero dei nidi di ragno, Torino, Einaudi, Collana I Coralli n° 11, 1947, p. 209 : « Fu Pavese il primo a parlare di tono fiabesco a mio proposito », p. 17.

19Ibidem, p. 42.

20   Renouement.

21   Jorge Luis Borges, L’Aleph : « L’Aleph est le lieu où se trouvent, sans se confondre, tous les lieux de l’univers, vus de tous les angles » in L’Aleph, Traducteurs Roger Caillois, René L.-F. Durand, Paris, Gallimard, 1966, p. 122.

22   Voir aussi Le Château des destins croisés, trad. de I. Calvino et Jean Thibaudeau, Paris, 1976.

23   Voir l’autobiographie de Album Calvino, a cura di Luca Baranelli e di Ernesto Ferrero, Milano, Mondadori, 1995.

24   I. Calvino, Le baron perché, Paris, Éditions du Seuil, 1959, traduction française de Juliette Bertrand, p. 283.

25   Bertoni Roberto, Int’abrigu int’ubagu, Discorso su alcuni aspetti dell’opera di Italo Calvino, Tirrenia Stampatori, 1993.

26   L’œuvre littéraire est un aleph selon Borges : « le lieu où se trouvent, sans se mélanger, tous les lieux de la terre, vus sous tous les angles », in Jorge Luis Borges, L’Aleph, Traducteurs Roger Caillois, René L.-F. Durand, Paris, Gallimard, 1966, p. 122.

27   Italo Calvino, Il sentiero dei nidi di ragno, Collana I Coralli n° 11, Torino, Einaudi, 1947, p. 209, préface p. 17 : « Forse in fondo il primo libro è quello che conta, forse bisognerebbe scrivere questo e basta ».

28   I. Calvino, La strada di San Giovanni, Milano, Garzanti,1990.

29 Album Calvino, a cura di Luca Baranelli e di Ernesto Ferrero, Milano, Mondadori, 1995.

30   Bertoni Roberto, Int’abrigu int’ubagu, op. cit.

31   I. Calvino, Dall’Opaco, Milano, Adelphi, 1971.

32   Hêtres et pins.

33   I. Calvino, ibidem, « De petits yeux rougeauds, maladifs » (notre traduction).

34   I. Calvino, ibidem, « Il boîte, avec une cheville enflée » (notre traduction).

35   Matteo Meschiari, Italo Calvino et le paysage «géopoétique», http://chroniquesitaliennes.univ-paris3.fr/PDF/Web9/Meschiari.pdf

36   I. Calvino, ibidem, p. 33.

37   Jean-Paul Manganaro, Italo Calvino, Romancier et conteur, Paris, Éditions du Seuil, 2000, p. 28.

38   I. Calvino, De l’opaque, op. cit., p. 162.

39 http://www.labileabile-traccia.com/rivista_000010.htm extrait de Matteo Meschiari, Poetica del terreno, Anemone vernalis, Modena, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Pia Mischitelli, « L’image du soldat dans le roman
d’Italo Calvino Le Sentier des nids d’araignée
 », Italies, 19 | 2015, 283-295.

Référence électronique

Maria Pia Mischitelli, « L’image du soldat dans le roman
d’Italo Calvino Le Sentier des nids d’araignée
 », Italies [En ligne], 19 | 2015, mis en ligne le 30 mars 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://italies.revues.org/5301 ; DOI : 10.4000/italies.5301

Haut de page

Auteur

Maria Pia Mischitelli

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org