Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Carla Chiummo, Guida alla lettura di « Myricae » di Pascoli

Laterza, Roma-Bari, 2014
Yannick Gouchan
p. 350-353
Référence(s) :

Carla Chiummo, Guida alla lettura di « Myricae » di Pascoli, Laterza, Roma-Bari, 2014, 202 pages.

Texte intégral

1Dans la nouvelle collection « Guide ai classici italiani » – qui comporte déjà un autre volume, consacré à la Gerusalemme liberata – l’éditeur Laterza propose un manuel à la fois riche et didactique pour approfondir la compréhension du recueil, sans doute la plus célèbre de Pascoli. L’auteure du volume, Carla Chiummo, est une spécialiste de Pascoli. Le volume est divisé en sept parties : Pascoli et son œuvre ; la genèse du recueil – entre 1886 et 1911 – ; la structure du recueil ; les figures présentes dans le recueil ; la thématique ; le style et, pour finir, une lecture analytique de dix poèmes représentatifs. Il s’agit donc d’une mise au point utile et extrêmement bien documentée, adressée aux étudiants, mais aussi un document de mise à jour salutaire destiné aux chercheurs pascoliens – on remarquera les bibliographies de chaque partie, à la fois synthétiques et précises, car elles offrent les résultats des travaux les plus récents sur Myricae. Ce premier livre de Pascoli est d’emblée présenté comme un recueil fondamental pour la modernité poétique italienne entre les deux siècles, tant sur le plan du langage que de la thématique.

2La première partie – l’auteur et l’œuvre – permet de faire le bilan des données biographiques sur Pascoli. On saluera le choix éditorial qui propose fréquemment des fiches – nommées « box » – dont la fonction est d’éclairer un aspect particulier, par exemple le rapport de Pascoli au socialisme, à la métrique barbare, au maître Carducci, au modèle Dante et au « frère ennemi » D’Annunzio. Nous apprenons que la gestation du recueil est étroitement liée aux circonstances biographiques et professionnelles qui voient le poète passer de la Basilicate à la Toscane, de l’enseignement dans le Secondaire à l’Université. C’est aussi la période d’écriture des premiers poèmes conviviali et du projet des futurs poèmes narratifs (Poemetti). Carla Chiummo insiste ensuite sur l’importance capitale de Virgile chez Pascoli, perceptible au niveau des célèbres épigraphes de chaque recueil, dans les anthologies de littérature pour l’école, dans l’écriture en latin, dans la thématique du dialogue avec les disparus, dans la figure récurrente du viator, etc. Manzoni a également exercé une grande influence sur Pascoli, surtout au niveau du langage.

3La deuxième partie s’attache à retracer les étapes de la composition de Myricae. La genèse couvre près de 25 ans, entre la première plaquette en 1886 jusqu’à l’édition définitive en 1911. En 1886 Pascoli écrit un groupe de poèmes intitulé Ultima passeggiata, puis ce groupe est augmenté pour constituer 22 poèmes sous le titre Myricae, en 1891, la première véritable édition en volume, à Livourne, pour les noces de Raffaello Marcovigi. Carla Chiummo retrace ensuite les étapes de la rédaction de la préface, dédiée au père disparu, en soulignant les multiples versions (par exemple le fait que le sentiment de vengeance et l’idée de ressentiment exprimée par Pascoli sont gommés dans la préface définitive). La préface du recueil est désormais considérée comme un manifeste de poétique pascolienne. Chaque modification intervenue au fil des éditions est analysée, notamment la présence de plus en plus explicite de la dimension funèbre et du deuil. Le rôle des revues florentines de littérature, comme Vita Nuova ou Il Marzocco, a été essentiel dans la genèse du recueil, avant la collaboration avec la revue romaine Il Convito. Le macrotexte myricéen se forme progressivement en accentuant la présence des disparus, le dialogue avec l’au-delà et l’onirisme. La forme générale que prend peu à peu le groupe initial de quelques poèmes tend à faire du livre un véritable canzoniere, dont l’auteure signale également la parenté structurelle avec les Fleurs du mal. Une attention particulière est portée au poème liminaire – Il giorno dei morti – qui était remplacé dans les premières versions par Gloria.

4La troisième partie s’intéresse à la structure de Myricae. À partir d’un bilan de la fortune critique du recueil, Carla Chiummo étudie la notion de « fragment », souvent associée au livre, alors qu’en réalité il y aussi de nombreux textes narratifs qui préfigurent les Poemetti. Nous saluons ici l’effort pour nuancer le stéréotype d’un livre de poésie qui inaugure l’esthétique du fragment impressionniste. La lecture du Giorno die morti et du triptyque final (Colloquio, In cammino, Ultimo sogno) suffit à comprendre la portée narrative déjà à l’œuvre dans Myricae. L’auteure parcourt chaque section du recueil en établissant des liens naturels entre les poèmes, de sorte que dans sa version définitive Myricae affiche une indéniable cohérence structurelle.

5La quatrième partie se penche sur les figures et les personnages myricéens. Après une analyse du titre et l’épigraphe virgilienne, Carla Chiummo prend en examen le double topos nid/famille et maison/cimetière, la figure maternelle, la figure de l’orphelin liée à celle du pèlerin (on parle même d’hendiadys à ce propos, en rappelant l’ascendance shakespearienne et foscolienne), la figure de la « reginella » (Ida, sœur cadette d’ascendance homérique), et pour finir la figure du poète-philosophe et son auto-représentation à travers la flore et l’ornithologie.

6La cinquième partie du volume dresse la liste des thèmes et des idées de Myricae. La critique évoque le rêve, la mémoire et la vision, intimement liés chez Pascoli, ce qui le rapproche de la poésie novecentesca. La précision dans la description s’accompagne, chez Pascoli, d’une dimension onirique très forte, tout à fait originale dans la poésie italienne. On rappelle aussi l’importance de l’utilisation de l’imparfait – temps de la mémoire – comme chez Leopardi. Myricae, selon Carla Chiummo, est donc le livre de la nature mêlée au culte des morts, les deux clé de lecture du recueil. Elle souligne également la réversibilité vie/mort, passé/présent, langue des hommes/langue de la nature, et la dissolution du réel. On mentionne ensuite l’indispensable prise en compte du Fanciullino (1897, pour la première version), la théorie du point de vue du petit enfant comme fondement d’une poétique. C’est d’ailleurs dans cette perspective qu’une fiche est consacrée au rapport problématique entre Pascoli et l’esthétique du symbolisme. Une analyse de la « poesia della campagna » permet ainsi de comprendre la devise pascolienne « vedere e udire, altro non deve il poeta ». Le pouvoir de la vision va de pair avec la perception sensible du monde, ce qui place Pascoli entre le positivisme et le symbolisme, entre la précision lexicale et l’onirisme de la vision. À ce propos, Contini parlait déjà d’une poésie qui se concentre sur « les intervalles entre les images ». On rappelle aussi le rapport dialectique entre Pascoli et Leopardi, à travers ses trois conférences de 1896-1898, essentielles pour saisir l’évolution du macrotexte myricéen. La nature chez Pascoli est une « madre dolcissima » qui provoque l’inquiétude, alors que pour Leopardi elle était mauvaise mère mais offrait des images sublimes.

7La sixième partie du volume va montrer l’aspect sans doute le plus expérimental du recueil pascolien, la langue. Le caractère révolutionnaire de Myricae est rappelé à partir de la célèbre définition de Debenedetti (la « révolution inconsciente »), alors que Carla Chiummo propose d’insister sur l’incessant travail de correction du recueil qui démontre une véritable démarche d’expérimentation de la part du poète (il suffit de consulter les innombrables notes manuscrites aujourd’hui conservées à Castelvecchio). Deux fiches très utiles sont insérées à ce moment-là : Pascoli et l’expressionnisme, Pascoli et l’impressionnisme. Ce qui nous confirme la modernité de ce poète, ne serait-ce que dans la définition d’un nouveau point de vue et dans les choix du chromatisme des images. Une autre fiche propose, quant à elle, de synthétiser la manière dont la critique stylistique peut étudier le langage pascolien. La langue et le style de ce poète sont au service d’une perception nouvelle de l’espace, irrationnelle et inquiète. On trouve enfin une fiche sur Pascoli et l’idée de sublime. Les aspects les plus novateurs du langage pascolien sont ensuite passés en revue : le lexique « démocratique », la syntaxe désagrégée, la ponctuation moderne, le phono-symbolisme, la métrique qui reprend des formes populaires oubliées (le novenario, par exemple), la rime hyper-métrique, etc.

8La dernière partie constitue une synthèse analytique qui rassemble les lectures de dix poèmes du recueil : Orfano, X Agosto, Il bove, Alba, Stoppia, L’assiuolo, Temporale, Sogno, I gattici, Il lampo-Il tuono.

9L’ouvrage de Carla Chiummo constitue donc un complément désormais incontournable pour la lecture des différentes éditions annotées de Myricae, dans la mesure où il fournit en même temps des clés de compréhension accessibles et des données approfondies sur l’écriture et son contexte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Gouchan, « Carla Chiummo, Guida alla lettura di « Myricae » di Pascoli », Italies, 19 | 2015, 350-353.

Référence électronique

Yannick Gouchan, « Carla Chiummo, Guida alla lettura di « Myricae » di Pascoli », Italies [En ligne], 19 | 2015, mis en ligne le 30 mars 2016, consulté le 23 mai 2017. URL : http://italies.revues.org/5352

Haut de page

Auteur

Yannick Gouchan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org