Navigazione – Mappa del sito
Comptes rendus

Giovanni Tesio, Parole essenziali. Un sillabario

Novara, Interlinea, 2014
Perle Abbrugiati
p. 356-357
Notizia bibliogafica:

Giovanni Tesio, Parole essenziali. Un sillabario, Novara, Interlinea, 2014, 224 pages.

Testo integrale

1On souhaite signaler un livre atypique de notre collègue Giovanni Tesio, de l’Université du Piémont oriental, bien connu pour ses nombreux essais critiques et pour sa rubrique de critique littéraire parue dans La Stampa des années durant. Le titre est Parole essenziali et le sous-titre Un sillabario. Il s’agit en effet d’une sorte de lexique personnel et universel, qui prend la forme d’un abécédaire, comme le confirme l’illustration de couverture. Par ordre alphabétique, apparaissent des mots sur lesquels l’auteur s’arrête et réfléchit, fort à la fois de son expérience personnelle et de sa culture littéraire. À la manière de Parise, Tesio égrène les mots qui lui sont chers par ordre alphabétique, alignant des textes brefs, incisifs et touchants, où le critique laisse entrevoir l’homme. Ils sont réunis par un petit éditeur de Novara, Interlinea, de façon élégante, dans un format qui rappelle la collection « La memoria » de Sellerio mais de couleur claire.

2Et c’est bien de mémoire qu’il s’agit. Mémoire culturelle, puisque chaque mot renvoie à une kyrielle d’auteurs chez lesquels il vit, chaque texte étant traversé de citations et de réminiscences. Mémoire personnelle, puisque l’auteur évoque souvent son enfance, son expérience, son art d’être grand-père. Mémoire qu’il faut garder, sur le sens de certains mots un peu démodés, un peu dé-mots-dés, dont le vieillissement dit bien les valeurs que nous sommes en train de perdre. Tesio, discrètement, rappelle à la vie les valeurs auxquelles il tient, en faisant mine de faire des fiches littéraires sur des vocables. Il nous incite ainsi à la mémoire, la mémoire de ce qui compte.

3Comment faut-il donc interpréter le titre ? Ces mots « essentiels » sont à la fois des mots minimalistes – un lexique réduit à l’essentiel ; des mots qui comptent – pour définir un substrat de valeurs ; et des mots qui existent et font exister – des mots qui définissent l’essence d’une éthique. Ce sont alors aussi les mots que Tesio déploie pour en parler qui sont essentiels – en ce qu’ils sont sobres et en ce qu’ils sont importants.

4Dans sa préface, Tesio laisse entrevoir ses motivations et le double soubassement de son « piccolo vocabolario portatile, di parole scelte secondo una linea affettiva, emotiva, sentímentale, ma anche rigorosa, razionale, intellettuale ». Il dit son attachement à des « parole ingiustamente fuori corso, parole di fatto occultate o in via di occultamento, parole in crisi ». C’est alors peut-être la crise de notre civilisation que dit entre les lignes ce petit ouvrage. En évoquant les titres auxquels il avait pensé avant de choisir Parole essenziali, il insiste sur l’errance : Vocabondario ou Vocabondaggio. Il est cependant conscient d’avoir fait une œuvre ouverte mais unitaire (« una specie di unità, larga ma non lasca »). Ouverte parce qu’elle invite à ajouter d’autres entrées, à créer nos propres parole essenziali ; unitaire, parce que mine de rien se développe un discours, ne serait-ce que dans la succession des mots qui sont choisis : comment ne pas voir une syntaxe, au-delà des mots, dans la série « Accoglienza – Albero – Amicizia – Amore » ; ou dans l’enchaînement « Angelo – Bellezza – Bontà » ; ou dans « Brevità – Chiarezza – Comunità » ; dans celui-ci, superbe : « Discrezione – Dono – Equilibrio – Gentilezza – Gioco – Gioia » ; ou encore dans cette série presque autobiographique : « Ispirazione – Lavoro – Letteratura – Libro » ? Certaines séries relèvent presque d’une poésie implicite : « Nostalgia – Parola – Pazienza – Perdente – Perfezione – Poesia », à moins que ce ne soit une forme cachée d’épistémologie personnelle. Comment ne pas envisager la dernière comme un retour sur soi : « Vecchiaia – Verità – Vita – Voce ». Le dernier mot qui constitue un chapitre est donc le mot Voce, qui prend son double sens de voix et de vocable. Inutile de dire que dans ce petit dictionnaire intime Giovanni Tesio fait retentir et explore sa voix.

5L’espace nous manque pour la caractériser. Ne faisons état que de quelques réactions. Après un premier mot, Accoglienza, qui pouvait faire craindre une expression des bons sentiments rejoignant les thèmes chers à notre époque – prix de l’altérité et autres tartes à la crème – on s’aperçoit dans les chapitres suivants que la voix de Tesio est au contraire à l’opposé des poncifs : il rend en quelques lignes leur vrai sens aux termes et en faisant revivre leur vibration chez tel ou tel auteur il leur rend une couleur.

6Le livre devient alors essentiel pour une autre raison : pour les critiques que nous sommes, il apparaît comme une mine d’intertextualité – un instrument, sans aucun doute, à posséder. En passant sans transition, de façon intuitive et par élans, de Calvino à Kleist, à Eluard, à Homère, à Lalla Romano, à Wittgenstein, à Milosz, etc., Tesio nous offre des points de départ précieux pour réfléchir à des notions, en effet, essentielles en littérature. On pourra se servir de son livre comme d’un recueil de fiches thématiques pour travailler une notion. C’est en quoi Parole essenziali se rapproche d’un livre précédent du même auteur, I più amati (même éditeur), où apparaissaient des clés de lecture pour ses écrivains favoris.

7Mais considérer cet ouvrage comme un recueil de fiches, ce serait faire peu justice à cette prose elle-même plus travaillée qu’elle ne veut bien le reconnaître. Jouons à la marelle des citations à notre tour, mais des citations de Tesio cette fois, pour reconnaître ici un vrai style. Dans Bosco : « Nel bosco mi sono sempre sentito in armonia con i miei pensieri inquieti, nel silenzio dei sussurri e dei sussulti ». Dans Brevità : « sempre mirerà al dire franto (franco) e gremito ». Dans Perdenti : « non solo soccorrere i perdenti ma correre con loro ». Dans Gioia : « Gioia è parola che scoppia, che emerge da se stessa come un piccolo petardo ». Ou, pour citer un passage plus long, dans Pazienza : « L’impazienza è una modalità del possesso, condensa il senso nevrotico del predare. È la versione postmoderna dell’avere, che sta benissimo allacciata con la velocità del fare, dell’agire, del passar oltre. La seduzione è – comunque stiano le cose – una modalità della lentezza. Persino la voracità nella sua versione pantagruelica ne è una variante. L’impazienza genera inappetenza, magrezza, assomiglia alla lonza dantesca ».

8Pour finir nous emprunterons donc à Giovanni Tesio deux de ses mots essentiels : Scrittore et Speranza. Tout en le remerciant d’être critique jusqu’au bout des ongles, et de nous donner avec « discrezione » mille pistes intertextuelles auxquelles réfléchir, nous formons l’espoir qu’il se reconnaisse écrivain. Ses vocablondages affirment maintes fois avec force et conviction l’importance de la littérature dans notre époque qui perd du sens. Que Tesio se décide alors non seulement à la défendre, mais à la produire, qu’il secoue les citations qui émaillent son flux d’écriture, qu’il parle en propre et lâche la bride à son style pur et patient, qu’il ne se cantonne pas à des entrebâillements sur le moi mais parle de toute sa voix. Ce livre en dit silencieusement le désir et nous en attendons l’éclosion : il en naîtra sans doute quelque chose d’essentiel.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliogafica

Perle Abbrugiati, « Giovanni Tesio, Parole essenziali. Un sillabario », Italies, 19 | 2015, 356-357.

Notizia bibliogafica digitale

Perle Abbrugiati, « Giovanni Tesio, Parole essenziali. Un sillabario », Italies [Online], 19 | 2015, online dal 30 marzo 2016, consultato il 29 aprile 2017. URL : http://italies.revues.org/5355

Torna su

Autore

Perle Abbrugiati

Articoli dello stesso autore

Torna su

Diritti d'autore

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Torna su
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org