Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Giovanni Capecchi. Lo straniero nemico e fratello.
Letteratura italiana e Grande guerra

Bologna, CLUEB, 2013
Sylvie Viglino
p. 361-364
Bibliographical reference

Giovanni Capecchi. Lo straniero nemico e fratello. Letteratura italiana e Grande guerra. Bologna, CLUEB, 2013, 298 pages.

Full text

1Cet ouvrage, publié à la veille du centenaire de la Première Guerre mondiale, est le fruit de sept année de recherches consacrées d’abord à des textes issus de la guerre puis peu à peu élargies aux essais historiques ou littéraires, aux films et à l’histoire des arts traitant du conflit. Il rassemble cinq études, présentées pour la plupart lors de colloques, publiées entre 2007 et 2012, généralement augmentées pour la présente édition et précédées d’une longue Introduction. Dans cette dernière, l’auteur, sans pour autant prétendre au titre de spécialiste, vise à combler une lacune dans l’histoire littéraire et s’appuie, pour ce faire, à la fois sur les écrits que l’on considère désormais comme ‘classiques’ et sur les études les plus récentes pour brosser un tableau synthétique de la littérature italienne de la Grande Guerre – le terme littérature étant compris au sens large – et présenter une synthèse critique sur la question de la guerre et ses rapports avec l’écriture. Les objectifs ultimes sont d’offrir aux lecteurs – aux étudiants notamment – qui souhaiteraient s’aventurer sur ce terrain, un guide capable de les orienter, de favoriser la compréhension globale de l’événement et de sa représentation et de leur indiquer de multiples pistes qu’ils pourront aisément approfondir grâce à l’abondance des références bibliographique fournies.

2Dans le premier chapitre de l’Introduction, Giovanni Capecchi, tout en rappelant les caractéristiques d’une guerre inédite, évoque la mobilisation des écrivains italiens qui se traduisit par des prises de position interventionnistes quasi unanimes entre août 1914 et mai 1915 outre que par l’engagement volontaire sous les drapeaux. L’auteur, par la suite, s’emploie à illustrer la profusion de récits et de poésies que généra le conflit. Il s’autorise quelques incursions du côté de la littérature étrangère, de la production populaire et des autres arts (cinéma, peinture, photographie) en citant des œuvres, plus ou moins connues, qui expriment tout autant l’horreur ou la beauté de la guerre. Il montre qu’au-delà de la variété des formes d’écriture, des expériences et des points de vue, l’écriture, comme les images, atteste de la fracture que l’événement opéra entre les combattants et les non-combattants et au cœur même de la vie des soldats.

3Les différentes formes de l’écriture (carnets et journaux, « journaux-mémoires » et mémoires proprement dites, narrations, poésies, théâtre, articles et correspondances épistolaires), parfois réunies dans des textes hybrides, sont ensuite passées en revue, définies, comparées entre elles et illustrées par des références précises à des textes d’auteurs plus ou moins reconnus, tels Cesare De Lollis, Mussolini, Alfredo Panzini, Giulio Barni Camber, Sem Benelli, Luigi Barzini, pour ne citer que quelques noms figurant parmi les moins illustres.

4Sur la base des travaux d’Enrica Bricchetto, les deux chapitres suivants traitent de la distance, spatiale et temporelle, qui sépare les différentes écritures de la guerre en tant que critère essentiel de classification de la littérature de la Grande Guerre et clé indispensable à sa compréhension. Dans la géographie de la guerre que propose l’auteur, les écrivains se partagent entre deux grandes catégories : il y a ceux qui ont combattu sur le front et ceux qui n’ont connu la guerre que de loin. Soucieux d’illustrer les distinctions existant en leur sein, l’auteur s’arrête notamment sur les œuvres de certains écrivains soldats restés à l’arrière (Aldo Palazzeschi, Federigo Tozzi, Antonio Baldini et Gabriele D’Annunzio) et celles des écrivains non soldats (Italo Svevo, Federico De Roberto). Quant à l’histoire de la littérature italienne de la Grande Guerre, elle est scandée par quatre grandes vagues de publication. La première, qui s’étend de 1916 à 1925, est caractérisée par une production massive de nature très hétérogène, tant pour les différences génériques des textes que pour le statut des auteurs qui ne sont pas tous écrivains professionnels. Adoptant un ordre chronologique, l’auteur présente le contenu et souligne l’intérêt des œuvres qui jalonnent cette période. Si Diario di un imboscato de Attilio Frescura, Le scarpe al sole de Paolo Monelli, Viva Caporetto de Curzio Malaparte, La guerra vista da un idiota de Giuseppe Personeni et Trincee de Carlo Salsa témoignent d’une production qui présente le visage le moins héroïque et le moins rhétorique du conflit, les aspects les plus dramatiques et les accents les plus polémiques, L’alcova d’acciaio de F.T. Marinetti offre une vision très personnelle et futuriste de la guerre. La seconde saison, comprise entre 1926 et 1935, coïncide avec la culture guerrière diffusée par le régime fasciste et le succès de romans étrangers tels que A l’Ouest rien de nouveau de E.M. Remarque. L’auteur s’arrête sur quelques œuvres : Giuseppe Scortecci évoque, dans La città effimera (1922), son expérience de la détention dans un camp autrichien, Luigi Bartolini exprime sa nostalgie de la guerre dans Il ritorno sul Carso (1930), Giovanni Comisso exalte l’esprit de camaraderie dans Giorni di guerra (1930). Quelques essais ou anthologies des années Trente traitant de la littérature de guerre sont également signalés, qu’ils fussent conformes (Cesare Caravaglios, Cesare Padovani) ou non (Antonio Formigari, Adolfo Omodeo) à la rhétorique fasciste. Giani Stuparich, Emilio Lussu, Mario Muccini, Carlo Pastorino ainsi que quelques vers de Sergio Solmi sont convoqués pour illustrer la troisième phase (1936-1945). Enfin, pour ce qui est de la dernière période (depuis 1946 jusqu’à nos jours), ponctuée par les dates anniversaire de la Grande Guerre et caractérisée par des succès cinématographiques et des œuvres littéraires extrêmement variées, par un tournant dans la recherche historiographique et de multiples initiatives éditoriales, l’auteur concentre son analyse sur des pages peu connues d’auteurs célèbres (C. Sbarbaro, B. Fenoglio, A. Zanzotto, M. Rigoni Stern par exemple) ou sur des écrivains méconnus ou occasionnels (M. Venturi, B. Misèfari notamment).

5La seconde partie s’ouvre sur une étude qui donne son titre à l’ouvrage. Giovanni Capecchi y traite de la représentation de l’étranger, considéré tantôt comme un ennemi tantôt comme un frère. Présent dans les journaux et les mémoires de guerre, l’étranger est aussi celui que les Italiens connaissent ou dans lequel ils se reconnaissent à travers les récits des anciens sur la domination autrichienne ou lorsqu’ils sont personnellement émigrants ou irrédents. Mais il est avant tout l’ennemi que les Italiens combattent, à la fois invisible et omniprésent, désincarné quand il n’est plus qu’une cible à atteindre et haïssable quand il fait figure de conquérant ou de geôlier. Bien que dépersonnalisé par la guerre technologique, il devient un frère, sinon un double, aux yeux du soldat, quand ce dernier finit par découvrir son humanité. Il arrive souvent que l’ennemi soit repéré parmi les Italiens eux-mêmes, chez les hauts gradés, les embusqués et les profiteurs de guerre. L’auteur montre la façon dont s’opèrent ces renversements selon les œuvres et s’attarde notamment sur les pages du déserteur Bruno Misèfari.

6L’Introduzione alla vita mediocre de Arturo Stanghellini qui fait l’objet de la seconde étude se situe entre journal et mémoires. Ecrit après 1918, tombé dans l’oubli depuis l’époque fasciste et édité en 2007 par Capecchi, le texte témoigne de la coupure que représente l’expérience du front dans la vie et l’œuvre des écrivains. Après quelques données biographiques, l’auteur examine rapidement les différences scripturales qui séparent le livre des carnets de guerre rédigés par Stanghellini et analyse celui qu’il définit un « libro del silenzio e sul silenzio ». Il précise la position idéologique de l’auteur en s’appuyant sur ce livre et d’autres textes de l’écrivain et souligne l’appartenance de l’œuvre à la littérature de guerre antihéroïque et démystifiante, la teneur plus ou moins politique du discours, l’initiation progressive de l’homme à la guerre, la nature fondamentalement lyrique et élégiaque de l’œuvre, son aspect poétique. Il montre enfin que, malgré son côté intimiste, elle fournit des clefs pour comprendre la guerre et le regret de la guerre qu’éprouvèrent tant de vétérans.

7Capecchi présente ensuite Guerra del 15 de Giani Stuparich comme l’histoire d’un itinéraire initiatique vers l’« inferno » de la guerre qui dura de juin à août 1915. Continuant de privilégier la page du 21 juillet 1915 qu’il juge exemplaire, il montre qu’il s’agit d’un journal pluriel au sens où il raconte la première phase de la guerre que l’écrivain vécut en compagnie de son frère Carlo et qu’il fait partie intégrante d’une production textuelle centrée sur ce dernier ; c’est enfin un journal intime et spirituel, tourné à la fois vers la recherche intérieure et la transcendance divine. Après avoir replacé le texte dans le parcours littéraire et existentiel de Stuparich, l’auteur mène une brève enquête sur son élaboration en parcourant les étapes du travail d’écriture qui sépare le livre publié du carnet de guerre disparu et en repérant, à partir de la seconde version manuscrite, les traces significatives du travail littéraire effectué par le triestin, l’opération de poétisation que subit le texte, exemplifiée notamment par l’endécasyllabe « Morire non è più che fare un passo ».

8Nous (re)découvrons dans l’étude suivante un roman délaissé par la critique, Il trono dei poveri de Marino Moretti, paru la première fois en 1928. Selon Capecchi, sa nature de manifeste, aussi bien existentiel, poétique que politique, en fait toute la valeur. La prédilection du protagoniste pour une vie provinciale, humble et pauvre, la façon dont l’écrivain se démarque nettement de Carducci, de D’Annunzio et du futurisme, enfin le message de paix et de fraternité qu’elle délivre confèrent à cette œuvre un aspect original et nettement polémique. Située entre 1914 et 1920, l’histoire, inspirée de la guerre telle que la vécut l’écrivain saint marinais entre août et septembre 1915, est centrée sur les quelques mois passés par le protagoniste, volontaire à la Croix rouge, dans un hôpital militaire. Mis en regard, des passages tirés du carnet de guerre qu’annota Moretti lors de son séjour dans les Alpes carniques et ceux du roman révèlent la contamination des deux textes, tant au niveau de la forme que du contenu. Bien qu’il n’eût pas partagé l’interventionnisme de la plupart des intellectuels et des poètes, Moretti écrivit des récits patriotiques en 1917 mais rallie, dans ce roman, les positions d’Alfredo Panzini, Romain Rolland et Aldo Palazzeschi. Au-delà de l’évangélisme franciscain dont fait preuve le protagoniste pendant la guerre et sa modération politique dans l’immédiat après-guerre, le livre, écrit entre 1925 et 1926, fait figure de manifeste antifasciste.

9Fasciste de la première heure fut en revanche Marcello Gallian, que l’auteur range parmi les écrivains de guerre au sens où il raconte une autre guerre, la révolution noire des squadristes et leur attente d’un nouveau conflit capable de vaincre définitivement la bourgeoisie. Capecchi privilégiant l’aspect idéologique de l’œuvre plutôt que l’aspect formel qu’il a analysé ailleurs, s’attache aux romans des années Trente et du début des années Quarante car ils traitent d’une période peu présente dans la littérature italienne, celle de 1919-1925, et opposent deux types d’hommes, les révolutionnaires et les bourgeois et, avec eux, deux types de lieux et de valeurs. Il les resitue dans le parcours biographique et littéraire de Gallian, depuis la brève saison surréaliste de l’écrivain jusqu’au long déclin de l’intellectuel au sein de la République démocratique, en montrant l’attachement indéfectible du militant au fascisme et, malgré la désillusion éprouvée, son engagement permanent dans une bataille antibourgeoise.

10Si, de prime abord, l’ouvrage présente la littérature italienne sur la Grande Guerre en deux parties de longueur égale, l’approche en réalité est triple puisque le lecteur l’aborde à travers un panorama littéraire, une analyse thématique ensuite et, enfin, quatre études monographiques. La cohérence de l’ensemble tient à la nature synthétique des deux premiers volets et aux fonctions d’illustration ou de prolongement, d’approfondissement que les études recouvrent par rapport à eux. Mais elle repose également sur la démarche unitaire adoptée par l’auteur : la plupart des œuvres citées par Giovanni Capecchi apparaissent de façon récurrente, parfois sous des angles différents, mais elles sont toujours replacées dans un contexte culturel, social et politique et un co-texte aptes à dégager leur intérêt, leur originalité ou des thèmes et une idéologie partagés. D’aucuns s’étonneront sans doute du titre général du livre : il est vrai que le thème de l’étranger, ennemi et frère, bien qu’il apparaisse à plusieurs reprises dans l’Introduzione et les quatre études, n’y figure que de façon ponctuelle. Il est imputable, selon Capecchi, à l’intérêt particulier que suscita chez lui la question des rapports entre Italiens et étrangers dans la tradition littéraire, débattue lors de journées d’études. Il témoigne de son souhait d’offrir au lecteur l’occasion de réfléchir, par-delà la Grande Guerre, à la réalité contemporaine et à toutes les guerres.

Top of page

References

Bibliographical reference

Sylvie Viglino, « Giovanni Capecchi. Lo straniero nemico e fratello.
Letteratura italiana e Grande guerra
 », Italies, 19 | 2015, 361-364.

Electronic reference

Sylvie Viglino, « Giovanni Capecchi. Lo straniero nemico e fratello.
Letteratura italiana e Grande guerra
 », Italies [Online], 19 | 2015, Online since 30 March 2016, connection on 24 March 2017. URL : http://italies.revues.org/5356

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org