Navigazione – Mappa del sito
Comptes rendus

L’épuisement du biographique,
sous la direction de V. Broqua, et G. Marche

Préface F. Dosse, Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, 2010
Daniela Vitagliano
p. 346-348
Notizia bibliogafica:

L’épuisement du biographique, sous la direction de V. Broqua, et G. Marche. Préface F. Dosse, Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, 2010, (XVI-469 pages).

Testo integrale

1Vincent Broqua et Guillaume Marche ont réalisé un ouvrage très riche, issu du colloque « le Biographique », qui a eu lieu les 16 et 17 janvier 2009, organisé par Guillaume Marche, sous le patronage de l’institut des Mondes Anglophone, Germanique et Roman (IMAGER), centre de recherche de l’Université Paris-Est Créteil.

2Le titre, L’épuisement du biographique ?, et la préface de François Dosse (auteur de : Le pari biographique. Écrire une vie), sont déjà le signe de l’empreinte dynamique qu’on veut donner au volume, en quête non pas d’une réponse, mais d’un questionnement continuel et jamais résolu. Dosse donne quelques repères sur l’évolution du genre biographique, sur la difficulté de le classer, étant donné son caractère hybride, sur le travail du biographe, mais c’est dans l’introduction très détaillée des deux directeurs qu’on trouve les lignes directrices de l’œuvre. En fait, Broqua et Marche expliquent que depuis le début du xxe siècle, jusqu’aux années soixante avec le structuralisme, et jusqu’aux années quatre-vingt avec Deleuze et Bourdieu, le biographique a fait l’objet de nombreux débats théoriques qui l’ont vidé de son contenu et qui en ont décrété la fin, non seulement dans la littérature mais aussi dans d’autres domaines, comme les sciences sociales. Il faut le repenser donc, en l’entendant, non pas comme un genre, mais comme un mode, une catégorie critique : « l’enjeu de cet ouvrage est d’affirmer que le biographique déborde la biographie » (p. 5), car « il ne s’agit plus désormais d’opposer le choix de la biographie et le rejet du biographique, mais de considérer le biographique comme une condition du retour de la biographie au moyen de son dépassement » (p. 4). En effet, les articles ressemblés dans le volume sont axés justement sur des écrits qui attestent l’épuisement du biographique, afin de montrer la façon dont cette approche peut renaître de ses cendres.

3Le livre accueille trente-sept articles qui s’interrogent sur l’actualité du biographique dans un contexte où il a été désormais dépassé. Il se compose de quatre parties. La première, intitulée « Expériences du biographique », contient huit articles portant sur la question de l’accès aux sources et de leur traitement, mais aussi sur le rapport entre le biographique et l’historiographie. La deuxième, « Stratégies discursives », se compose de dix articles concernant les problématiques stylistiques qui se posent dans l’écriture en mode biographique (narration, énonciation, intertextualité). Dans la troisième partie, « Au-delà du mode biographique », de neuf articles, on montre comment le biographique peut se faire « révélateur de l’historique » (p. 13), dans la mesure où il dépasse le récit de vies individuelles, en créant de véritables « réalités historiques collectives » (p. 20). « Distorsion et hybridité » est le titre de la quatrième et dernière partie (composée de dix articles) : on y envisage le rapport entre fiction et histoire, en mettant en lumière le manque de frontières entre les différentes catégories génériques.

4Dans le droit fil de l’esprit du centre de recherche, l’œuvre se pose à la croisée de différentes disciplines, littérature, sciences sociales et humaines, et de différentes aires géographiques et culturelles (pays de langue allemande, anglaise, espagnole, italienne et française). La plupart des contributions portent sur des écrivains de l’aire culturelle anglaise – même s’il s’agit parfois de se concentrer plutôt sur les personnages dont ces écrivains ont choisi de parler – : on y trouve donc des écrivains nord-américains (Howard Zinn, Andrew Jackson, John Muir, John Hawkes, Jerome Charyn, Anne Sexton, Hemingway, Steven Millhauser) et des écrivains britanniques (John Winthrop, Virginia Woolf, Thomas De Quincey, Oscar Wilde, James Joyce et Anthony Burgess). En ce qui concerne l’aire hispanique on aborde surtout des écrivains sud-américains (Roberto Bolaño, Fernando Vallejo, Sylvia Molloy, Walter Salles, Fray Servando), mais aussi espagnols (Dolores Ibárruri, Elena Fortún, Juan Goytisolo). L’aire allemande comprend des écrivains allemands (Emil Ludwig, Else Lasker- Schüler) et autrichiens (Georg Trakl). En ce qui concerne l’aire française, on a seulement deux articles, l’un qui parle de Robert Merle, par le biais du livre de l’écrivain anglais, Jonathan Littell (qui publie en français), et l’autre qui porte sur la réalisation de la part de l’auteure de l’article elle-même, Lizzie Thynne (anglaise), d’un film-biographie de Claude Cahun et Marcel Moore.

5Nous voudrions cependant focaliser l’attention sur les dix contributions qui concernent l’aire italienne. La première de Pascale Budillon Puma, dans « Expériences du biographique », est axée sur les Mémoires de Giuseppe Garibaldi, personnage entre histoire et mythe, et les biographies qui le concernent. Les trois qui suivent se succèdent dans la deuxième partie du livre, « Stratégies discursives » : Matilde Dillon Wanke, écrivant sur les personnages du dernier De Amicis, Lise Bossi, analysant Il sarto della stradalunga de Giuseppe Bonaviri, et Aurélie Gendrat-Claudel, examinant l’œuvre de Niccolò Tommaseo, se rejoignent dans la même démarche : interroger la composante biographique et autobiographique de l’œuvre de ces écrivains. Toujours dans cette deuxième partie on trouve l’article, très intéressant, d’Estelle Paint, portant sur Hitler de Giuseppe Genna, où l’auteure s’interroge sur la nature hybride de ce roman/biographie, et sur la posture éthique, mais aussi sur la réflexion de l’écrivain italien concernant le rôle de la littérature. Ensuite Davide Luglio, se basant sur une étude de Walter Siti, mène un travail remarquable sur la possibilité d’établir un lien entre la stratégie expressive de Pasolini (poésie = action) et la présence de la vie de l’auteur dans son œuvre. Dans la troisième partie, « Au-delà du mode biographique », Alessandro Martini analyse la façon dont Beppe Fenoglio dépasse la simple mise en œuvre de son expérience personnelle, pour s’interroger, par le biais de la donnée biographique, sur l’Homme et son devenir. Caroline Zekri examine le cas, très difficile, de la biographie d’Artemisia Gentileschi réalisée par Anna Banti : ce roman se situe en effet « au croisement de la biographie d’artiste, du roman historique et du roman autobiographique » (p. 306). Le dernier article de cette partie consacré à l’aire culturelle italienne est celui de Giuliana Pias sur Le fiamme di Toledo de Giulio Angioni, biographie fictive qui permet de « témoigner du fonctionnement politique, culturel et social d’une époque révolue, et, d’autre part, d’ouvrir le passé à de nouvelles interprétations dans le temps présent » (p. 353). Enfin, dans la dernière partie du livre, « Distorsion et hybridité », Yannick Gouchan analyse l’hybridation contenue dans le roman Amore lontano de Sebastiano Vassalli, à la croisée du genre biographique et de la création romanesque à vocation historique et argumentative, dans le but d’en démontrer la valeur poétique.

6On le voit, ce livre, si hétérogène, vise à montrer une constellation d’approches critiques, engendrées par l’approche de type biographique. Ce dernier oblige le critique à se méfier des sources, à renoncer à établir un quelconque principe de vérité, mais, tout de même, il l’amène à prendre en considération la dimension subjective des matériaux et des points de vue. Comme l’écrit Dosse dans la préface (p. XIV) :

Si l’on prend au sérieux la belle démonstration de Paul Ricœur selon laquelle le soi (Ipse) se construit non pas dans une répétition du même (Idem), mais dans son rapport à l’autre, l’écriture biographique est au plus près de ce mouvement vers l’autre et de l’altération du moi vers la construction d’un soi devenu autre.

7C’est surtout dans la dynamique interne au mode biographique qu’on peut retrouver sa raison d’être et c’est dans cette perspective que ce livre peut être utile à ceux qui veulent se rapprocher d’une recherche de ce type, au-delà de l’intérêt suscité sans aucun doute par chaque article qui, traitant de personnages et écrivains différents, peut éveiller la curiosité de tous les types de lecteurs.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliogafica

Daniela Vitagliano, « L’épuisement du biographique,
sous la direction de V. Broqua, et G. Marche
 », Italies, 19 | 2015, 346-348.

Notizia bibliogafica digitale

Daniela Vitagliano, « L’épuisement du biographique,
sous la direction de V. Broqua, et G. Marche
 », Italies [Online], 19 | 2015, online dal 30 marzo 2016, consultato il 28 maggio 2017. URL : http://italies.revues.org/5364

Torna su

Autore

Daniela Vitagliano

Articoli dello stesso autore

Torna su

Diritti d'autore

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Torna su
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org