Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Guerra e prigionia nelle memorie di Angelo Ravasio

Seriate, Mario Pelliccioli, 2014
Perle Abbrugiati
p. 358-359
Référence(s) :

Guerra e prigionia nelle memorie di Angelo Ravasio, Seriate, Mario Pelliccioli, 2014, 106 pages.

Texte intégral

Angelo Ravasio
La guerra, non la vince mai nessuno.

1Le témoignage d’un soldat italien ayant vécu la Seconde Guerre mondiale dans les Balkans fait l’objet de ce livre publié par l’historien Mario Pelliccioli, à la fois éditeur et curatore de l’ouvrage, qui l’édite en 2014, en collaboration avec un groupe de recherche associatif menant des recherches sur l’histoire locale du Bergamasco, le Gruppo di mediazione didattica. L’aspect didactique des recherches est ainsi mis en avant, comme un devoir de mémoire, mais c’est le caractère de réécriture qui attire notre attention sur cet ouvrage. Il pose la question de la transcription mémorielle d’événements historiques vécus à la première personne, par la juxtaposition de trois récits des mêmes faits, réalisés par un même auteur, Angelo Ravasio, à différentes époques de sa vie.

2Dans l’expression « le memorie » adoptée par le titre, il faut en effet voir plus que la simple acception que l’on donne au mot mémoires, comme rédaction de souvenirs de choses vécues. Car il y a bien plusieurs mémoires qui sont ici confrontées, pour raconter une expérience de détention de guerre. Le premier récit a été écrit par Angelo Ravasio durant la fin de sa détention ; le second peu après la guerre, en 1948-1950 ; le troisième dans les années 2000. Ainsi se suivent dans l’ouvrage une mémoire fraîche, une mémoire-bilan, et une mémoire lointaine. Toutes trois ont pour objet la souffrance de la prigionia, qui semble avoir besoin d’une opération cathartique, demeure et produit, de fait, trois récits qui semblent avortés. L’expérience du soldat prisonnier, difficilement racontable, ne se donne que par fragments, et l’aspect discontinu du récit semble provoquer sa réitération, comme si chaque récit n’était pas en mesure de purger la mémoire. Ce qui est remarquable, c’est qu’Angelo Ravasio ne complète pas ses souvenirs précédents, mais les répète – sur un ton qui varie sensiblement, mais sans ajouts déterminants. Quelques épisodes particulièrement cruels, toutefois, émergent dans le dernier cahier, qui avaient été pudiquement masqués ou survolés dans les précédents.

3Angelo Ravasio était un IMI, c’est-à-dire qu’il faisait partie des Internati militari italiani : il s’agit de ces Italiens qui, faits prisonniers après le ralliement de l’Italie au camp allié, ont refusé de prendre l’uniforme allemand et ont donc été internés dans des lagers. Son parcours accidenté reflète les aléas d’une époque. Ravasio est né en 1922 dans la région de Bergame. Son père émigre en France et sa famille le rejoint en 1933, s’installant à Menton. Angelo, électricien, travaille dans la région lyonnaise et rend régulièrement visite à sa famille ; il est pris de court par l’occupation de Menton par les Italiens en 1939 et reste bloqué du côté italien. En 1942 il est appelé et doit rejoindre l’armée italienne dans les Balkans, malgré ses tentatives d’évasion. Il y devient flammiere ou lanciafiammista, c’est-à-dire qu’il manœuvre le lance-flamme, selon la stratégie de terre-brûlée menée dans cette région. Il est fait prisonnier en septembre 1943 à Podgorica, fait une longue marche puis un voyage en camion jusqu’à Timisoara, est affecté successivement dans trois lagers de la région puis connaîtra les lagers de Budapest et de Belgrade. Après de nombreux mois de travail dur et dangereux où sa santé devient précaire, il est affecté au désencombrement des ruines et deviendra l’assistant d’un civil dont les bons traitements le sauveront de l’indigence imposée aux prisonniers par l’armée allemande. Dans ses trois cahiers, Angelo raconte la dangerosité du maniement du lance-flamme, la faim, la fatigue, les bombardements, le risque lié aux tâches à accomplir, les abus des militaires allemands allant jusqu’à utiliser les prisonniers comme jouets sexuels. Peu de considérations sont faites sur la situation politique et militaire, l’attention étant plutôt portée sur les conditions quotidiennes et sur les faits traumatisants dont l’auteur a été témoin.

4Le parti qui a été pris par l’éditeur est celui de transcrire les cahiers sans en corriger les maladresses de langue. L’impression qui en résulte est celle de documents authentiques, avec leur côté touchant et leurs lacunes aussi. Pas de récits construits, ni de descriptions détaillées, mais une série d’impressions et de constats procédant par raccourcis saisissants.

5L’introduction de Mario Pelliccioli encadre avec intelligence ce matériau presque brut, trois tentatives inabouties de tout dire. Il en parle comme d’une « memorialistica sommersa », faite de matériaux hétérogènes et stratifiés :

È questa produzione “minore” […] che sovente ci può aiutare a percepire meglio come il reduce intervenga a riplasmare e a fissare la sua memoria della Guerra e della prigionia, rispondendo a una serie di sollecitazioni interiori e di circostanze esterne (p. 7).

6Pelliccioli rappelle que ces IMI ont été de grands oubliés de l’Histoire. Ils répondaient à un besoin de main-d’œuvre de l’Allemagne, certes, mais aussi il fallait éviter leur retour en Italie du Nord : ces prisonniers italiens auraient gêné la République de Salò par leur acte de résistance passive. Ils ne recevront aucune aide de la Croix rouge internationale et reviendront raconter une expérience dure mais mal écoutée : avoir fait partie de l’armée fasciste, même enrôlés de force, ne permettait pas de dire qu’on avait souffert de la main des Allemands. Sans doute est-ce ce nœud d’incompréhension qui conduit un simple soldat comme Ravasio à se raconter, encore et encore, son récit. Il l’a réécrit trois fois, mais l’a maintenu inédit jusqu’en 2014. Il s’excuse presque, en racontant avec sobriété, de n’avoir pas fait d’études et de ne pas savoir donner de relief à son expérience. C’est pourtant ce qui donne de la force à son témoignage, celui de ceux qui ont souffert, sans rien dire, d’être pris dans une Histoire contradictoire. Après tant d’années, la souffrance ne semble pas éteinte dans la troisième rédaction. Et si l’âge vénérable de l’auteur – plus de quatre-vingt-dix ans – le porte à tirer des maximes que ne comportaient pas les premières versions dans leur aspect brut, c’est pourtant non dans ces commentaires, mais dans cette souffrance contenue et inextinguible que consiste la plus grande émotion de ce troisième cahier.

7Saluons donc le courage d’Angelo Ravasio d’avoir essayé de dire ce qui semblait si impossible à dire, et celui d’historiens comme Pelliccioli, qui n’hésitent pas à seconder cette tentative par laquelle les sans-grade semblent condamnés à ne parler qu’au niveau local, comme s’ils ne devaient éternellement que murmurer, soutenus seulement par une petite édition volontariste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Perle Abbrugiati, « Guerra e prigionia nelle memorie di Angelo Ravasio », Italies, 19 | 2015, 358-359.

Référence électronique

Perle Abbrugiati, « Guerra e prigionia nelle memorie di Angelo Ravasio », Italies [En ligne], 19 | 2015, mis en ligne le 30 mars 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://italies.revues.org/5393

Haut de page

Auteur

Perle Abbrugiati

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org