Navigation – Plan du site
Ménageries de tout poil

La zoocratie ou l’animal politique dans Gli animali parlanti de Giambattista Casti

Fanny Eouzan
p. 73-92

Résumé

Gli animali parlanti de Giambattista Casti permettent d’observer la fonction de l’animal comme outil de réflexion dans une œuvre qui est le testament à la fois poétique et politique de son auteur. Ce dernier ne néglige pas, dans un premier temps, la tradition de la fable lorsque les animaux, chargés de leur histoire naturelle et culturelle, sont autant de figures d’une fresque de la société européenne du XVIIIe siècle. Mais la métaphore animalière dépasse ensuite la fonction de simple référence contemporaine pour exprimer ce que l’auteur ne parvient pas à conceptualiser : la nature du régime politique idéal.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIIIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le titre de l’ouvrage de Gérard Luciani, Carlo Goldoni ou l’honnête aventurier (Presses Universita (...)

1Gli animali parlanti, édités à Paris en 1802, peuvent être considérés comme le testament poétique et idéologique de leur auteur. Cette œuvre est en effet la pièce maîtresse de cet “honnête aventurier”1 du XVIIIe siècle. Giambattista Casti est aujourd’hui oublié par le plus grand nombre, tant du côté de la critique que du grand public, en Italie comme en France. Pourtant, il a connu, de son vivant, un important succès éditorial et une notoriété européenne, et il a été salué par les plus grands, de Leopardi à Gœthe. Né à Acquapendente le 29 août 1724, il obtient un canonicat en 1747 et acquiert le statut d’abbé lettré qui lui permettra d’évoluer dans les plus grandes cours d’Europe. Après un séjour à Rome, son insatiable curiosité le pousse à voyager jusqu’à Paris, puis aux Pays-Bas. Il vit ensuite à Florence, de 1765 à 1769, où il est élevé au rang de poète de la cour du grand-duc Pierre Léopold. Il y mène une vie de courtisan, ayant tout le loisir d’observer les inconduites de la cour, les flagorneries, les cabales de la politique, les faussetés et les jalousies, impressions qui forment en lui la trame sur laquelle il tissera trente ans plus tard le monde de son épopée Gli animali parlanti. Ayant obtenu la protection du comte de Rosemberg, ambassadeur impérial, il le suit à Vienne en 1772 où il est présenté à Joseph II. S’étant facilement intégré aux cercles courtisans, il accompagne le fils du chancelier Kaunitz d’abord à Berlin et à Postdam, puis en Scandinavie et à Saint-Pétersbourg, à la cour de Catherine II, où il séjourne de 1776 à 1779. Après une halte à Varsovie, il revient à Vienne où il espère succéder à Métastase dans la charge de poète impérial. Ce projet n’aboutissant pas, il reprend sa route. D’aucuns affirment que son éloignement de Vienne en 1786 était sollicité par Joseph II à cause du ressentiment que Catherine II, avec laquelle ce dernier entretenait de bonnes relations diplomatiques, aurait montré à la diffusion du Poema tartaro dans lequel Casti se livre à une satire féroce de l’impératrice de toutes les Russies sous les traits du personnage de Cattuna. Mais après des pérégrinations à travers l’Italie, il rentre à Vienne en 1791. Il ne quittera définitivement l’Autriche qu’en 1796, après avoir manifesté une attitude nettement critique à l’égard de la politique autrichienne. Il décide alors de se rendre à Paris où il est poussé par le désir d’observer directement les effets de la Révolution française et par la possibilité de recueillir en une seule édition toutes ses œuvres. C’est là qu’il met fin à la rédaction de l’épopée Gli animali parlanti.

  • 2  Giambattista Casti, Gli animali parlanti, a cura di Gabriele Muresu, Ravenna, Longo editore, 1979, (...)

2Le poème est divisé en vingt-six chants de cent à cent cinquante sizains. Il met en scène des animaux qui essaient de sortir d’un état de nature désordonné et s’ouvre donc naturellement sur une délibération à propos du meilleur des régimes politiques. La tirade du Chien opportuniste contre le Cheval qui défend à ce moment la démocratie donne lieu à une glorification railleuse de la monarchie : le Chien prend comme preuve de la qualité de ce régime le comportement de l’Homme, qui met tout en œuvre pour le conserver (chant I). C’est une des seules fois où l’homme est mentionné dans le poème, par ailleurs exclusivement animalier. Une fois le choix du régime monarchique arrêté, deux candidats au trône se dessinent : l’Éléphant et le Lion qui remporte l’élection grâce au soutien du Chien (chant II). Le Chien, nommé premier ministre, répartit le peuple en deux classes : l’aristocratie (les bêtes fortes et malfaisantes) et la roture (les bêtes faibles et utiles). Le roi nomme ses courtisans et les rôles sont répartis ; le Castor est l’architecte de la cour ; le Rat est à la tête de la grande bibliothèque fondée par le Chien (chant III) ; la reine nomme ses courtisans qui doivent jurer obéissance aux époux royaux (chant IV) ; le Chat devient chef des gardes et espion de la reine ; le roi visite sa bibliothèque (chant V). La cour se livre au « lèche-patte » et autres usages définis par l’étiquette (chant VI). Le roi Lion Ier meurt, la Lionne (soupçonnée d’avoir empoisonné son mari) assure la régence car le jeune Lion II n’est pas en mesure de monter sur le trône (chant VII). La Lionne établit par décret que le Lionceau restera mineur et elle nomme l’Âne précepteur pour assurer son éducation (chant VIII). L’Âne charge le Renard d’enseigner la politique au jeune prince, le Renard supplante le Chien dans la faveur du Lionceau et la reine donne son congé au Chien qui, la mort dans l’âme, quitte le palais royal – ou plutôt la caverne royale, faudrait-il dire (chant IX). Le Chien rejoint l’Éléphant et ils fondent le club des rebelles (chant X). Une première guerre entre les deux camps est gagnée par les rebelles (chant XI). Pendant ce temps, au palais, la cour vit de débauche et la reine accouche d’un monstre mort-né mi-âne mi-lion (chant XII). Dans les deux camps rivaux, chacun cherche à nouer des alliances (chant XIII). Les royalistes, alliés des oiseaux, et les rebelles, alliés des reptiles, entrent en guerre (chant XIV). Cette guerre s’éternise et connaît son apogée dans la grande bataille (chant XXII), morceau d’anthologie héroïcomique, où le Lionceau trouve une mort pour le moins spectaculaire. Un congrès en vue d’organiser la paix est prévu sur l’île de l’Atlantide (chant XXIII). Le congrès s’ouvre sur la conjuration du Hibou qui vise à hisser au pouvoir la classe sacerdotale (chant XXIV). Après force discussions toutes aussi vaines les unes que les autres (chant XXV), l’île est engloutie et le Cheval survit au cataclysme (chant XXVI). C’est donc sur une aporie (version apocalypse) que se termine la question du régime politique idéal, posée lors de l’incipit. Enfin, on trouve, apposé au poème lui-même, un chant intitulé « Origine de l’œuvre ». Les deux éditions les plus récentes2 le font figurer à la fin de l’épopée, comme une sorte d’épilogue, alors qu’il aurait plutôt une fonction de prologue. Dans ce chant, l’auteur raconte d’où lui est arrivée l’histoire de l’épopée Gli animali parlanti : il n’a fait que la retranscrire à partir d’un manuscrit dont il a eu connaissance par un ami. Dans un véritable récit d’aventures, il raconte les péripéties de ce fameux manuscrit émanant d’un chronologiste égyptien « préadamite », environ 900 099 siècles avant celui où nous vivons, racontant une révolution qui a eu lieu 300 000 siècles avant le temps où vivait l’auteur préadamite, révolution qui a réduit les bêtes à l’état où elles sont actuellement.

3Ce chant, qui fait office de récit étiologique – récit des origines de l’œuvre comme de l’absence de langage chez les animaux –, place l’épopée dans des temps immémoriaux, selon un procédé de mise à distance que Casti a probablement observé chez le Montesquieu des Lettres persanes. Ce truchement lui permet peut-être de se mettre à l’abri de toute censure des grands, dont il a pu subir les représailles à plusieurs reprises. En effet, on peut bien évidemment établir des rapprochements entre les animaux et des personnages du temps de l’auteur ; il est possible de déceler des allusions partiales. Toutefois, Casti n’a pas directement de prétention à la satire historique. Gli animali parlanti sont un chef-d’œuvre d’ironie qui rend indifféremment ridicules tous les personnages. Si la dimension satirique est présente, l’épopée de Casti ne saurait se limiter à une œuvre de circonstance.

4En effet, par le biais de la satire et par le masque de la dimension zooépique, Casti fait de son épopée Gli animali parlanti le reflet le plus achevé de ses propres convictions mûries dans un sens démocratique – malgré sa déception par rapport à la Révolution française – sur la réalité sociopolitique de l’Europe contemporaine. S’il n’y avait pas renoncé pour se donner une position plus explicite de fabuliste, l’auteur aurait choisi comme titre à son œuvre la Zoocratie, titre qui exhibe la présence centrale d’une réflexion politique, gommée par le choix définitif, comme il l’explique dans sa préface de 1799 retranscrite par Gabriele Muresu :

  • 3  Nota al testo in Giambattista Casti, op. cit., p. 47.

J’avais intitulé ce poème Zoocratie, c’est-à-dire Gouvernement des animaux, parce que celui-ci en est le sujet, et aurait dû à mon avis en être le titre : mais il faut un titre plus intelligible et davantage à la portée de tous, c’est pourquoi je le nommai Les animaux parlants, et ses parties, au lieu de les appeler chants, je les appelai apologues pour indiquer le genre du poème.3

5Casti est par la suite revenu sur la dénomination des chants mais il est resté fidèle au choix qu’il fait dans sa préface, à propos du titre. Cette précision nous permet de mettre en relief l’importance de la réflexion politique qui est le véritable enjeu de l’œuvre. Pourtant, sa position de fabuliste n’est pas contradictoire avec celle de penseur politique, comme semble le suggérer son tiraillement entre les deux genres. Bien au contraire, l’attitude de fabuliste lui donne un point de vue plus global dans sa réflexion. En effet, si Casti a cultivé la veine satirique dès ses premières œuvres, c’est la première fois que ses protagonistes sont des animaux. La métaphore animalière lui paraît donc féconde pour réfléchir sur le régime idéal. L’animal pris comme personnage universel, que l’on fait sien à une époque donnée, tout en prenant en compte les connotations qui lui sont attachées, est un facteur de complexification qui ne saurait déplaire à Casti, lequel recherche une certaine exhaustivité dans une œuvre “fleuve” qu’il voudrait testament idéologique.

6Instrument de complexification, l’animal pourrait même devenir un outil de réflexion, voire une catégorie de la pensée politique à part entière. En effet, au terme de l’épopée, lors de l’aporie idéologique que représente la non-conclusion du poème sur la question qui présidait à son ouverture, l’animal – en l’occurrence le cheval – tend à figurer le non-exprimé (encore, sur le plan historique) ou le non-exprimable (pour son auteur, qui ne voit pas d’issue satisfaisante à la Révolution française). L’animal pourrait donc devenir le reflet de ce qui n’est pas conceptualisable.

7Nous nous appuierons sur l’étude de ce à quoi renvoie l’animal afin de montrer dans quelle mesure celui-ci permet de mener une réflexion sur le régime idéal.

La référence contemporaine de l’œuvre

8La question du texte à clés, pour interpréter Gli animali parlanti, mérite d’être posée, même si c’est pour la dépasser. La poétique du masque – voile de la fable animalière – se retrouve mise en abyme à l’intérieur de la trame narrative. Casti se livre à une feinte diatribe contre les intellectuels qui, par leurs écrits, gênent le pouvoir despotique et arbitraire.

  • 4  Le texte de Casti étant difficile à trouver et peu connu, nous aurons assez souvent recours aux ci (...)

Gens indiscrets qui censurent tout hardiment dans leurs paroles ou dans leurs écrits ; qui montrent l’odieuse vérité sans jamais la couvrir d’un voile : qui gourmandent la feinte urbanité, les fausses louanges et les mensonges aimables.4

9Il se présente ainsi comme l’auteur qui sait utiliser le masque de la fable pour toucher les personnes ou les entités politiques et sociales, en observateur direct des événements de son temps, à l’instar de son personnage du Phénix.

  • 5  « Questo famoso uccel, detto Fenice, / del mondo ancora infante è coetaneo, onde di quanto egli ra (...)

Cet oiseau fameux, c’est le Phénix, contemporain de l’enfance du monde, et qui, pour tout ce qu’il raconte, peut se dire écrivain contemporain. – Un contemporain, un témoin oculaire ! C’est un tel écrivain qui est vraiment digne de foi.5

10Il aurait donc tiré de sa propre expérience un récit destiné à devenir exemplaire et se pose comme le garant d’une autorité historique revendiquée à travers le personnage du Phénix. En outre, si Casti est un observateur direct de son temps, il l’est d’un point de vue privilégié, dans la mesure où il est au cœur des problèmes tout en ayant une position de retrait par rapport à la vie politique de ses contemporains. En effet, au moment où il écrit Gli animali parlanti, il est loin de la vie de cour qu’il a menée à Vienne – pour ne citer que la dernière “résidence” de cet européen avant l’heure. À ce titre, on pourrait voir une projection symbolique de notre auteur dans le personnage de l’Ours, ancien bouffon de cour qui s’est retiré du monde après avoir fait son plein d’expériences et de sagesse.

  • 6  « Ella è a credere e a dir difficil cosa / quanto foss’ei ragionator profondo ; / dello scandaglio (...)

Tu te persuaderais difficilement combien il était profond dans ses raisonnements. Il avait la science secrète d’un sorcier, une pratique infinie du monde et des affaires de toute espèce, et voici comment il les avait acquises. Il avait longtemps voyagé en tournant sur lui-même ; il avait pénétré dans les cours et les assemblées, en faisant le bouffon ou en dansant sur deux pieds ; partout il avait recueilli de nombreux applaudissements, s’était toujours ménagé l’amitié des grands et des petits, et avait obtenu leur faveur.6

11L’auteur est donc lui-même repérable de façon symbolique dans la foule de ses personnages. C’est en tant qu’observateur privilégié qu’il peut intégrer à son récit, selon des modalités différentes, des personnages et des événements historiques.

12Derrière le personnage de la Lionne, régente pendant les deux tiers de l’épopée, on pourrait voir une grande figure du XVIIIe siècle, avec laquelle Casti a entretenu des relations attestées par sa biographie. La Lionne peut être interprétée comme la personnification de Catherine II de Russie qui a accueilli Casti de 1776 à 1779, accueil dont elle a été “remerciée” par la satire de son règne dans le Poème tartare. L’auteur l’a notamment attaquée sur sa lascivité (comme tout bon pettegolo de cour), luxure dont on peut voir une satire dans les amours contre-nature de la Lionne et de l’Âne, précepteur du Lionceau.

  • 7  « Ché se taluna a torle i drudi aspira / o ardisce sol con quei far la civetta, / feroce e implaca (...)

Si par hasard quelque belle aspirait à lui ravir ses amants, si elle osait seulement faire avec eux la coquette ; terrible alors, implacable dans sa colère, elle se vengeait cruellement. – Le ciel nous garde d’une femme puissante qu’enflamme une jalouse rage !7

13C’est la Tigresse qui, soupçonnée de vouloir séduire le royal amant, essuiera les foudres de la Lionne et rejoindra le camp des rebelles. Il est dans ce cas plus difficile de trouver à quel personnage historique renvoie la suite de l’épisode. D’ailleurs, le cas particulier est aussitôt utilisé pour tirer une maxime plus générale, comme le montre la fin de la strophe.

  • 8  Giambattista Casti, Gli animali parlanti, poema epico con prefazione del dottor Vandregisilo Tocci (...)

14En outre, la référence à un personnage contemporain n’est jamais exclusive. En effet, dans cette même luxure effrénée, on pourrait reconnaître, d’après un commentateur de Casti, une autre femme de pouvoir de l’époque : Caroline d’Autriche, épouse du roi de Naples Ferdinand, fils de Charles III. Dans sa préface à l’édition de 19278, Vandregisilo Tocci donne certaines clés d’interprétation des personnages. Selon lui, la Lionne a tout de Caroline d’Autriche qui, à peine mariée au roi Ferdinand de Naples, congédie le ministre Tanucci, que Charles III avait laissé à la régence du royaume, et le remplace par le comte de la Sambuca, plus enclin à servir ses desseins : interrompre l’entente avec l’Espagne pour mieux se rapprocher de l’Autriche. Jugeant que ce dernier ministre ne satisfait pas ses attentes, Caroline l’exclut du gouvernement et confie son poste à Acton. Casti, cité par Tocci, avait, à l’époque, commenté ainsi ce choix “politique” : « Acton est tout dévoué à ses désirs, signe qu’il y a quelque lien d’attachement et de commerce personnel entre eux deux ». On peut donc lire, avec Tocci, sous cet angle le choix de la Lionne qui, voyant que le Chien s’opposerait à ses ambitions despotiques, le destitue et installe à sa place le Renard qui ne la contrarie jamais. L’intrigue amoureuse est figurée par les amours de la Lionne et de l’Âne, précepteur du Lionceau qui, par son ineptie et son apathie, n’aurait rien à envier au faible Ferdinand de Naples.

  • 9  Lorenzo Da Ponte, Mémoires (1749-1838), Préface de Dominique Fernandez, Paris, Mercure de France, (...)

15Toutefois, rien ne nous empêcherait de voir sous les traits de la Lionne la figure de l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche, dont on connaît grâce à Lorenzo Da Ponte9 l’antipathie qu’elle vouait à Casti à cause de son « immoralité », jusqu’à sa mort en 1780. On peut trouver de même plusieurs référents pour certains des animaux de l’épopée. Par conséquent, il serait réducteur de ne voir dans Gli animali parlanti qu’un simple texte à clés. La satire porte autant sur les personnes que sur les pratiques, les travers d’une époque. Ainsi, la levée forcée des troupes renvoie explicitement aux guerres des grands monarques ou généraux du XVIIIe siècle.

  • 10  « Della police i barbari famigli / trasser d’in sullo strame egri parecchi ; / dalla mammella dell (...)

Les barbares de la police arrachent le pauvre infirme de ses grabats, l’enfant de la mamelle de sa mère éplorée, le vieillard de son foyer, et excitent, par ces violences, par ces excès, une effervescence sourde, mais générale.10

16Si l’épisode peut renvoyer à la cruauté et à l’impopularité de toute guerre, l’utilisation du mot police en français dans le texte ancre le récit dans une réalité nationale, mais on ne saurait décider s’il s’agit d’une allusion aux campagnes des monarques français ou aux premières campagnes napoléoniennes. On pencherait d’autant plus volontiers vers la deuxième hypothèse, directement contemporaine de Casti, que dans le même chant on perçoit plus nettement une attaque contre les décorations militaires à l’origine de la noblesse d’Empire.

  • 11  « Altri poi ricolmò di privilegi, / e ad altri pur concesse esenzioni, / e ranghi e gradi, o disti (...)

La Reine combla encore une foule de bêtes de privilèges, d’exemptions, de rangs, de grades, de distinctions, de cordons, de croix, de titres, de marques d’honneur ; toutes choses qui donnent, comme on sait, du mérite à ceux qui n’en ont pas.11

  • 12  Il serait tentant de traduire Cucù par Coucou, mais nous nous rangeons ici à l’avis des traducteur (...)

17Dans le même chant, on peut continuer à établir des liens avec des moments historiques précis. Après la grande guerre, les manigances des partisans du Grand Houhou12, soit d’un régime théocratique, des “houhouistes” donc, sont surveillés dans le royaume qui sombre dans une atmosphère de délation et de non-droit.

  • 13  « De’ cucuisti allor le occulte trame, / e le segrete pratiche e i maneggi / si spiar nel quadrupe (...)

Tout était donc en mouvement dans l’empire quadrupède pour épier les démarches secrètes, les menées des conspirateurs ; dès lors, plus de sûreté sous l’égide des lois, la violence et la terreur s’érigent en système et dominent en tous lieux.13

18Casti fait ici allusion au climat de terreur qui s’est répandu en France suite à l’émanation par la Convention de la loi des suspects du 17 septembre 1793. Toutefois, si un animal peut renvoyer à plusieurs personnages contemporains de l’auteur, s’il est possible de trouver un référent relativement précis à certains épisodes de la narration, la satire a le plus souvent pour cible une pratique difficilement datable. Ressort comique, l’animal permet la mise en exergue du ridicule des cours, avec par exemple le « lèche-patte » – titre du chant VI en tant que cérémonie officielle –, où le néologisme venant remplacer baise-main met l’accent sur le décalage burlesque entre les hommes et les animaux qui les singent. Casti accuse ses contemporains de nombrilisme et appelle ses lecteurs à faire preuve d’un plus grand recul par rapport aux comportements absurdes dont ils sont quotidiennement les spectateurs.

  • 14  « Quanti inutili cariche, e con quanto / fatuo splendor al volgo abbaglian gli occhi, / e or tanto (...)

Combien de charges inutiles, dont le vain éclat éblouit les yeux du vulgaire, et qui maintenant sont si fort ambitionnées et vénérées de la foule innombrable des sots, passeront auprès de nos neveux pour des grimaces ridicules et de pures sottises !14

19Toujours dans les premiers chants, Casti s’insurge contre les inégalités sociales en des termes très simples qui font d’autant mieux ressortir l’absurdité de ces injustices, notamment lors du banquet de cour.

  • 15  « Pongosi allora i coniugi reali / a preparata mensa e lor fan cerchio / i più distinti nobili ani (...)

Le couple royal se place alors à la table qui lui a été préparée, et les plus distingués entre les animaux nobles font cercle autour de lui. Le luxe des mets est extraordinaire ; c’est un repas royal ; tous sentent l’aiguillon de la faim ; mais deux mangent seuls ; le reste regarde, et mâche à vide.15

20L’opposition entre les époux royaux et le reste de l’humanité est rendue par les coupures à l’intérieur du vers, qui accentuent encore l’idiotie de la “fracture sociale”.

21Ce genre d’attaque ne peut être particulier à un régime précis, même s’il s’agit ici de la monarchie au sens large. L’animal permet donc, dans certains cas, de renvoyer à des faits historiques bien déterminés, mais il est aussi le personnage de la fresque de toute une époque.

La référence allégorique

22De façon moins limitative que la lecture de chaque animal comme personnage historique précis, il est possible de déceler dans les personnages l’allégorie d’une idée plus abstraite, d’une entité sociale ou politique ou d’un type de gouvernement.

23On peut voir par exemple certains personnages castiens comme des figures emblématiques d’un ordre social. Ainsi, le Crocodile, avec sa « duplice podestà » (XIV, 66), ses larmes proverbiales et son appétit insatiable semble être le parfait symbole de la papauté.

  • 16  « Pur genia di malevoli protervi, / sovente screditandolo, dicea / che de’ più fidi suoi sudditi o (...)

Et cependant mainte engeance perfide décriait souvent le pontife : il faisait sa pâture de ses sujets et de ses serviteurs les plus fidèles, soit de la terre, soit des eaux, et ensuite il feignait de répandre des pleurs sur le triste sort de ses victimes.16

24Toujours dans la thématique religieuse, on pourrait voir dans les familles biologiques les différentes orientations. Le fait que les oiseaux puissent, par nature, survoler des territoires infinis, terres et mers confondues, amène Casti à faire d’eux les partisans d’une théocratie, ou plutôt « houhoucratie ». Par rapport à cette orthodoxie religieuse, les amphibies sont tout naturellement des schismatiques.

25Il est intéressant de revenir sur l’interprétation du personnage de la Lionne, reine assoiffée de pouvoir au point d’assassiner son époux et de destituer son fils. La détermination de la Lionne à régner coûte que coûte, fût-ce au prix de l’extermination de ses sujets (XVI, 38), a des échos de personnages comme l’Agrippine de Tacite qui, lorsqu’un oracle lui prédit que Néron la tuera, répond : « Qu’il tue, pourvu qu’il règne » et qui, en attendant, règne à la place de son fils. Il semble donc plus riche de glisser de la personnification de contemporains de l’auteur à l’allégorie d’une idée plus abstraite comme ici la forme politique de la régence, ou la représentation du pouvoir au féminin.

  • 17  Gérard Loubinoux, L’imaginaire chez Giambattista Casti, Thèse de 3e cycle (Études italiennes) diri (...)

26De la même façon, on pourrait, avec Gérard Loubinoux17, voir dans les associations symboliques de personnages des entités politiques. Ainsi, la triade Lionne-Âne-Renard, associée à l’Aigle par le jeu des alliances militaires, symboliserait le glissement de la monarchie à l’Empire. Face à ce groupe, la triade Chien-Éléphant-Tigresse, alliée au Dragon, nous entraîne par analogie vers un autre monstre aquatique, le Léviathan, dont on connaît l’usage allégorique qu’en fit Hobbes. Les « repubbli-cani » seraient donc une manifestation allégorique de la toute puissance étatique prônée par le penseur anglais dont Casti manifeste une parfaite connaissance. Les trois figures du camp républicain représenteraient les dérives possibles et les excès d’un pouvoir étatique fort : le fanatisme cynique (le Chien), la force écrasante (l’Éléphant) et la férocité sanglante (la Tigresse). Casti en brosse un portrait peu rassurant dans le chant XXIII, laissant présager qu’avec de tels barbares la situation politique ne saurait s’améliorer. Ce n’est donc pas vers eux que doivent se porter nos espoirs de liberté. On comprend, dans cette mesure, le réquisitoire de Casti contre la raison d’État comme principe absolu.

  • 18  « Onde in tutto il quadrupede dominio / denunzie, accuse, insidie e tradimenti / s’udian solo, e v (...)

On n’entend plus parler, dans tout l’empire animal, que de dénonciations, d’embûches, de perfidie, d’accusations, d’assas-sinats, de poisons, de meurtres mystérieux et sans nombre. Et la Raison d’État, raison sans réplique, récompense le crime, justifie la félonie.18

27Ce réquisitoire est développé ensuite pendant cinq sizains (XXIV, 11-16) où l’on peut reconnaître en Casti le témoin horrifié des massacres révolutionnaires.

28Enfin, outre l’allégorie d’une entité politique, le personnage castien peut devenir allégorie de la vision de l’histoire de son auteur. Quel animal est plus significatif de la conception de l’histoire comme un éternel retour de cycles que le Phénix ? C’est pourquoi il est chargé de l’éducation historique et politique du jeune Lionceau et, par ce biais, se fait porte-parole de l’idéologie de Casti (IX, 22).

29Ainsi, dans Les animaux parlants, Casti aspire davantage à une mythologisation de ses animaux et de leurs comportements qu’à une référence réductrice. C’est d’ailleurs le projet qu’il explicite dans sa préface :

dessiner un tableau général des mœurs, des opinions ou des préjugés adoptés par le public sur son gouvernement, sur l’administration et la politique des États, ainsi que des passions dominantes de ceux qui se trouvent à des places publiques et éminentes, en les colorant de teintes fortes et quelque peu appuyées, qui en révèlent l’expression, ce qui est facilement permis à celui qui ne parle que de bêtes : un tableau de la chose et non des personnes.

30Il semble donc nous inviter à avoir une vision globale de l’histoire afin de tirer les leçons des erreurs commises dans le passé. La critique du nombrilisme des contemporains est récurrente chez Casti qui ne perd jamais l’occasion de rappeler la nécessité de considérer l’histoire dans son ensemble.

31Toutefois, par moments, il semble afficher le refus d’accéder à la vérité par l’histoire (« Origine dell’opera », 19). Il insiste sur la spécificité de chaque circonstance et sur l’impossibilité d’établir des règles générales. Cette idée est conforme à sa pratique dans son épopée animalière où il procède à la mise en question systématique de toute la réalité contemporaine, personnages, instances et tous gouvernements possibles. Il le fait d’autant plus qu’il écrit Les animaux parlants au moment où il a pu observer les dérives de la Révolution française, puisqu’il réside à Paris à partir de 1798. Les conséquences de la Révolution telle qu’elle a été menée sont désastreuses à ses yeux d’intellectuel partisan des Lumières qui avait placé en elle de grands espoirs. Cette perte de confiance en l’avenir, il l’exprime en tant que narrateur omniscient dans les premiers chants de l’épopée :

  • 19  « Volgo attorno lo sguardo e cerco invano / se appar sull’orizzonte alcun chiarore : / ma ohimè ! (...)

Je porte autour de moi mes regards, et je cherche en vain si je vois luire quelque clarté à l’horizon. Mais, hélas ! Je n’entends que le bruit du tonnerre, et je vois dans le lointain se former un avenir pire encore, s’il ne vient du ciel une vertu puissante, s’il ne s’opère quelque miracle.19

32Gli animali parlanti pourraient sembler l’œuvre d’un vieillard désespéré, mais cette vision est à nuancer en s’appuyant sur le chant final et sur la dernière modalité de recours à l’animal, non plus seulement comme clé ou comme allégorie. L’animal personnage de l’épopée échappe à la classification lorsque son référent n’existe pas et qu’il appelle un référent à venir.

La référence à venir

33Si Casti annonce dès les premiers chants le ton de l’épopée, celle-ci est la démonstration des limites de toutes les stratégies politiques envisagées jusqu’à son époque. Dans la mesure où l’on connaît son caractère voltairien, on s’attend à ce qu’il fasse la critique de l’aris-tocratie face aux rebelles. La monarchie de droit divin est en effet l’objet de ses foudres (III, 78). La monarchie est également attaquée dans ses rouages, lorsque Casti fait la satire du secret comme instrument de pouvoir (X, 87). Il semble se placer du point de vue des rebelles qui rédigent leur manifeste (XVIII, 98). Mais il se livre aussitôt à la palinodie de la démonstration qu’il vient de mener sur l’aspect positif de la rébellion contre l’absolutisme. De la même façon qu’il a montré les dérives du pouvoir absolu, quel qu’il soit, Casti fait la critique des dérives révolutionnaires, comme par exemple lors du désordre qui naît des désaccords internes entre les rebelles, à peine la bataille finie (XIII, 12). Unis lorsqu’il s’agit de se battre contre l’ennemi commun, les alliés laissent libre cours à leurs volontés divergentes une fois la bataille terminée. Ils sont donc avides de pouvoir et ne pensent qu’à leur propre intérêt, au même titre que les membres du cercle royaliste. Casti souligne notamment l’absence de réels idéaux, réduits à de vils sentiments comme la soif de vengeance du Chien (X, 83). Cette vile vengeance vient se substituer aux rêves de liberté affirmés pendant tout le début de l’œuvre, rêves qui sont à l’origine de la grande guerre qui anéantira le règne animal. Ce qui intime le premier mouvement à la révolution n’est donc qu’un sentiment médiocre du Chien dépité d’avoir été chassé de la cour et à présent grisé par son pouvoir naissant. Au fil du texte, Casti place sa réflexion politique dans une vision cyclique du temps pour montrer que c’est le pouvoir, quelles que soient ses modalités, qui pervertit l’individu. C’est précisément la conclusion qu’exprime l’Ours, porte-parole de l’auteur.

  • 20  « E poscia soggiungeva : Se de’ governi / qualunque forma esamini in astratto, / vizio e difetti a (...)

Et il ajoutait : si vous examinez abstractivement une forme de gouvernement quelconque, vous n’y voyez aucun vice, aucun défaut ; mais si vous passez à la pratique, vous vous apercevez qu’elle est réellement vicieuse. Tous les systèmes politiques renferment en eux des germes de destruction.20

34Toutefois, après avoir mené la démonstration de cette idée pendant vingt-cinq chants, Casti termine son épopée par une ouverture narrative. Si l’ensemble du règne animal, représentant toutes les facettes de la théorie de Casti, est englouti avec l’Atlantide lors du déluge, le Cheval en réchappe, seul personnage tourné vers un avenir au-delà de la narration qui s’arrête là, sur une aporie. Si les animaux sont punis de leur dégénérescence, Casti recherche une alternative. Le Cheval échappe seul à la catastrophe indiquant par là même la voie à suivre. Ce qui apparaît immédiatement, c’est qu’il est sinon animal rationnel, tout au moins animal raisonnable. Vivant dans l’entourage du roi Lion, il exerce tout au long du poème une fonction modératrice. Il refuse, à ce titre, la guerre, et oppose « dignité et honneur » à « existence », c’est-à-dire à la survie des animaux (XVI, 27). Il ne participe pas à la marche précédant la bataille et se retire, ne laissant plus à la cour que les « malfaisants et lâches » (XXI, 52). Il faut bien reconnaître cependant qu’il est loin d’être le personnage le plus haut en couleurs du poème. Casti, très à l’aise lorsqu’il s’agit de tourner en dérision, est embarrassé dès qu’il tente de représenter la vertu (XXVI, 72). Cet embarras se traduit par une digression, qui pourrait paraître oiseuse, sur la façon dont le Cheval échappe au « naufrage universel » (XXVI, 69). Dans les trois versions possibles de ce sauvetage, le Cheval réussit précisément là où le Renard échoue. Casti ne semble donc pas désavouer sa foi en la raison, même après la grande guerre et représente par un jeu de miroir la face positive de la politique à suivre.

  • 21  Sur la symbolique du cheval, cf. Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Pa (...)

35Dans les différentes mythologies, le cheval, qu’il soit monture, véhicule, vaisseau, a toujours un destin inséparable de celui de l’homme21. Il symbolise les composantes animales de l’homme, surtout grâce à la qualité de son instinct qui le fait apparaître comme doué de clairvoyance. Le cheval instruit l’homme, comme l’intuition éclaire la raison. En outre, il est souvent associé aux eaux jaillissantes et fertilisantes symbolisant la force et la puissance créatrice. Enfin, son symbolisme s’étend aux deux pôles du cosmos et le cheval passe avec une égale aisance de la nuit au jour, de la mort à la vie, de la passion à l’action. Il est vie et continuité, par delà la discontinuité de notre vie et de notre mort. C’est donc chargé de ces symboles que le personnage du Cheval vient relayer les limites du raisonnement de Casti. La relation entre l’animal et sa référence s’inverse par rapport au texte à clé. Le personnage de l’animal n’est plus symbole, caricature d’un élément de la réalité contemporaine ou culturelle de Casti mais appelle le non-conceptualisable pour l’auteur et le non-conceptualisé de l’histoire politique.

  • 22  Giacomo Leopardi, Discorso sopra la ‘Batracomiomachia’ et La guerra dei topi e delle rane in Poesi (...)

36Le choix de l’animal comme protagoniste d’une aventure, s’il est un recours classique dans l’histoire de la littérature – en particulier dans la veine parodique et satirique – permet ici de reprendre une question laissée en suspens et de l’actualiser à un moment donné. Dans Gli animali parlanti, Casti se fait l’héritier d’une tradition polémique de remise en question des régimes qu’il a pu observer au cours de ses nombreuses pérégrinations à travers le continent européen. Il représente à ce titre une interface intéressante entre le XVIIIe et le XIXe siècle et concentre dans la bouche de ses animaux une grande partie des problématiques culturelles et politiques de son temps. C’est notamment dans le rapport d’intertextualité que Les animaux parlants sont intéressants aujourd’hui. En se plaçant dans la tradition parodique et satirique de l’alexandrinisme latin, dont le paradigme est la Batrachomyomachie ou Bataille des grenouilles et des ratsIliade animalière – Casti fait office de relais vers une des plus grandes figures du XIXe siècle, le poète Giacomo Leopardi. Au moment où ce dernier s’apprête à traduire la Batrachomyomachie, il rend hommage au poète des animaux parlants22. Leopardi aurait trouvé dans ce poème une voix visionnaire par rapport à sa polémique centrale contre l’anthropocentrisme naïf et présomptueux du siècle « orgueilleux et bête », et apprécié la claire position laïque et illuministe de la mordante ironie de Casti qui trouvait ses cibles naturelles dans la tyrannie, la guerre, la répression de la liberté, l’aveugle et coupable soumission des masses. Ce n’est pas un hasard si Casti se présente dans son poème non comme l’auteur mais comme le simple transcripteur d’un manuscrit trouvé. L’animal de son épopée, dépassant la fonction de clé d’un texte charge, devient un outil de réflexion et un relais privilégié dans les actualisations successives d’un éternel problème politique.

Haut de page

Notes

1  Le titre de l’ouvrage de Gérard Luciani, Carlo Goldoni ou l’honnête aventurier (Presses Universitaires de Grenoble, 1992, 235 p.), s’applique bien à la vie de notre auteur, c’est pourquoi nous le reprenons ici.

2  Giambattista Casti, Gli animali parlanti, a cura di Gabriele Muresu, Ravenna, Longo editore, 1979, 714 p. Giambattista Casti, Gli animali parlanti, a cura di Luciana Pedroia, Roma, Salerno, 1987, 852 p., 2 vol.

3  Nota al testo in Giambattista Casti, op. cit., p. 47.

4  Le texte de Casti étant difficile à trouver et peu connu, nous aurons assez souvent recours aux citations de ses sizains. Dans le corps du texte, nous les introduirons dans leur dernière traduction, en prose, Les animaux parlants, poème héroïcomique de Casti, traduction nouvelle par J. L. Alary, Moulins, M. Place, 1847, 2 vol., 410 p. et 450 p. Nous ferons figurer en note le texte original selon l’édition de référence de Gabriele Muresu, Gli animali parlanti, Ravenna, Longo editore, 1979, 714 p., en indiquant le chant et la strophe. Ici, « che l’indiscreta [la genia presuntuosa degli intellettuali] pone aspra censura / sfrontatamente in ciò che scrive o dice, / e il dispiacevol ver neppur procura / inorpellar d’esterior vernice, / che officiosa urbanità rampogna / e i blandi elogi e la gentil menzogna ; » (XV, 24).

5  « Questo famoso uccel, detto Fenice, / del mondo ancora infante è coetaneo, onde di quanto egli racconta e dice / può chiamarsi scrittor contemporaneo : / contemporaneo e testimon di vista, / uno scrittor, quanto più fede acquista ! » (IX, 34).

6  « Ella è a credere e a dir difficil cosa / quanto foss’ei ragionator profondo ; / dello scandaglio avea la scienza ascosa / ed infinita pratica del mondo / in cose d’ogni specie e d’ogni classe ; / e ti dirò in qual guisa ei l’acquistasse / Ito attorno gran tempo er’ei girando ; / e alle gran corti e all’assemblee trovossi / e dei grandi e dei piccoli si tenne / amico sempre, e le lor grazie ottenne. » (IV, 89-90).

7  « Ché se taluna a torle i drudi aspira / o ardisce sol con quei far la civetta, / feroce e implacabile nell’ira / e terribil divien nella vendetta ; / noi da possente femmina che avvampi / di geloso furore, il cielo scampi. » (XII, 14).

8  Giambattista Casti, Gli animali parlanti, poema epico con prefazione del dottor Vandregisilo Tocci, Milano, Sonzogno, 1927, pp. 51-52.

9  Lorenzo Da Ponte, Mémoires (1749-1838), Préface de Dominique Fernandez, Paris, Mercure de France, 2000, p. 119.

10  « Della police i barbari famigli / trasser d’in sullo strame egri parecchi ; / dalla mammella della madre i figli / staccaro a forza, e dai lor covi i vecchi : / e colla violenza e coll’asprezza / destaro il mal umor, la scontentezza. » (XIX, 33).

11  « Altri poi ricolmò di privilegi, / e ad altri pur concesse esenzioni, / e ranghi e gradi, o distintivi fregi, / ciondoli, ciondolini, ciondoloni, titoli, marche, onor : cose che danno / merito a quei che merito non hanno. » (XIX, 104).

12  Il serait tentant de traduire Cucù par Coucou, mais nous nous rangeons ici à l’avis des traducteurs qui choisissent Houhou, dans la mesure où coucou en italien se dit cuculo, et le Coucou est d’ailleurs un autre personnage de l’épopée, secrétaire du Hibou pendant le congrès final (XXIV, 23). En outre, Casti explique que le nom du Houhou est tiré « du chant funèbre des hiboux » (et le hibou en français fait bien hou… hou…). Enfin, ce nom qui n’existe pas a le mérite de correspondre au caractère vague et flou du dieu des animaux.

13  « De’ cucuisti allor le occulte trame, / e le segrete pratiche e i maneggi / si spiar nel quadrupede reame ; / di sicurezza allor cessar le leggi, / e della violenza e del terrore / prese il sistema più che mai vigore. » (XXIV, 9).

14  « Quanti inutili cariche, e con quanto / fatuo splendor al volgo abbaglian gli occhi, / e or tanto ambite e venerate tanto / dall’infinito numero dei sciocchi, / passeran presso i nostri discendenti / per ridicole smorfie inconcludenti ! » (III, 102).

15  « Pongosi allora i coniugi reali / a preparata mensa e lor fan cerchio / i più distinti nobili animali. / Grande è il lusso di cibi, anzi soverchio ; / ma due mangiano soli, e han fame tutti, / e assistono a chi mangia a denti asciutti. » (VI, 85).

16  « Pur genia di malevoli protervi, / sovente screditandolo, dicea / che de’ più fidi suoi sudditi o servi / acquatici e terrestri ei si pascea, / che succhiava il sangue, e sull’estinte / vittime poi spargea lacrime finte. » (XIV, 69).

17  Gérard Loubinoux, L’imaginaire chez Giambattista Casti, Thèse de 3e cycle (Études italiennes) dirigée par Jacques Joly, Paris 3, 1985, 589 p.

18  « Onde in tutto il quadrupede dominio / denunzie, accuse, insidie e tradimenti / s’udian solo, e veleno ed assassinio, / ed improvvise uccision frequenti : / ragion di stato, che ragion non ode, / premiò il delitto, incoraggiò la frode. » (XXIV, 11).

19  « Volgo attorno lo sguardo e cerco invano / se appar sull’orizzonte alcun chiarore : / ma ohimè ! che il tuono ascolto ; e da lontano / veggio formarsi un avvenir peggiore, / se possente virtù non vien di sopra / e qualche miracolo non opra. » (IV, 49).

20  « E poscia soggiungeva : Se de’ governi / qualunque forma esamini in astratto, / vizio e difetti alcun non vi discerni, / ma viziosa poi la scopri in fatto. / E tutti li politici sistemi / In sé di distruzion racchiudon semi. » (IV, 101).

21  Sur la symbolique du cheval, cf. Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Paris, Robert Laffont, 1982, pp. 222-232.

22  Giacomo Leopardi, Discorso sopra la ‘Batracomiomachia’ et La guerra dei topi e delle rane in Poesie e prose, Milano, Mondadori, 1987, pp. 405-465.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°10, Arches de Noé [1], 2006.

Référence électronique

Fanny Eouzan, « La zoocratie ou l’animal politique dans Gli animali parlanti de Giambattista Casti », Italies [En ligne], 10 | 2006, mis en ligne le 04 octobre 2008, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://italies.revues.org/540 ; DOI : 10.4000/italies.540

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org