Skip to navigation – Site map

L’image des soldats dans les écrits de Caterina Percoto
ou comment mettre sa plume au service
de « la santa causa dei popoli »

Anne Demorieux
p. 65-76

Abstracts

Dans ses nouvelles, Caterina Percoto manifeste avant tout la volonté première de témoigner de la répression atroce dont furent victimes les frioulans au cours du Risorgimento. Elle oppose ainsi les soldats impériaux, avides, cruels, inhumains aux martyrs italiens morts pour leur patrie. Mais elle exprime également un point de vue pacifiste en montrant que les soldats ennemis sont tout autant victimes de la guerre qui instrumentalise les êtres humains. Quant à l’image des soldats français présents dans certains textes, elle constitue un discours symbolique renvoyant aux rapports variables entre France et Italie.

Top of page

Index terms

Geographical index :

Italie

Chronological index :

XIXe
Top of page

Full text

  • 1 Voir Tommaso Scappaticci, La contessa e i contadini. Studio su Caterina Percoto, Napoli, Edizioni S (...)

1Caterina Percoto (1812-1887) est une écrivaine frioulane, auteure de nouvelles champêtres, qui prend ouvertement position en faveur de l’indépendance et de l’unification italiennes à partir de 1848, lorsque les habitants du Frioul subissent une sévère répression de la part de l’armée de l’Empire autrichien en réponse aux mouvements insurrectionnels du printemps des peuples et aux velléités d’indépendance italiennes. En effet, horrifiée par la violence des mesures punitives, Caterina Percoto manifeste dès lors la volonté de témoigner – d’abord dans des articles publiés dans le Giornale di Trieste, puis dans ses œuvres de fiction – des exactions commises par les soldats de l’armée impériale. Ces derniers font ainsi leur apparition dans les nouvelles, endossant le rôle de “méchants” qui était jusqu’alors dévolu aux riches aristocrates1. Si les soldats présents dans son œuvre sont principalement les soldats impériaux, sont également évoqués les engagés volontaires pour la cause nationale italienne et des soldats français.

  • 2 Biblioteca Civica Vincenzo Joppi d’Udine, Fondo principale, MS 3995, Cartolare I (minute di lettere (...)
  • 3 Ibidem, Lettera 8 (datable de 1848).

2Alors que Caterina Percoto, isolée dans son village natal et diminuée physiquement par des problèmes de santé, envie « la sorte di coloro che offrono [la vita] dinanzi all’altare della verità2 », nous verrons comment, à travers les images de soldats, elle défend dans ses nouvelles « la santa causa dei popoli3 ».

Les soldats impériaux, des étrangers cruels : légitimation de la lutte nationale

3Les soldats de l’armée impériale sont peu présents en tant que personnages diégétiques, l’auteure mettant au centre de ses nouvelles leurs victimes qui en rapportent les méfaits et soulignent leur cruauté.

  • 4 Caterina Percoto, Racconti, a cura di Adriana Chemello, Roma, Salerno Editrice, 2011, p. 270. Voir (...)

4Lorsqu’ils sont évoqués, les soldats impériaux sont rarement caractérisés physiquement. On ne trouve en effet que deux brèves allusions à leur physique. Dans la nouvelle intitulée La fila, où un village est traversé par l’armée de passage, il est question de « volti stranieri » et de « bionda progenie del settentrione4 », c’est donc simplement leur statut d’étranger qui est souligné. Dans la nouvelle intitulée La coltrice nuziale, voici comment Oliva évoque les soldats de l’armée impériale qui ont pillé et incendié son village :

  • 5 Ibidem, p. 322.

Quei cani di soldati […] che sono venuti ad abbruciarci, bestemmiavano in una lingua che a noi poveretti pareva tutto l’abbaiare delle bestie ed avevano certi visi tutti differenti dai nostri, e bisogna poi che non pregassero niente affatto il nostro Signore e la nostra Madonna, perché altrimenti non avrebbero osato far tutti quegli orrori nella nostra chiesa dinanzi al Sacramento; anzi contro la Chiesa e contro il Sacramento5 !

  • 6 Dans la nouvelle, qui se déroule en 1848 lors des insurrections des patriotes italiens, la populati (...)

5Là encore, ce qui caractérise les soldats ce sont avant tout leurs différences – linguistiques, physionomiques et religieuses – par rapport aux « Italiens », ce qui les désigne donc comme ennemi commun, l’objectif étant ici de convaincre les Frioulans fidèles à l’Empereur autrichien de rallier la cause nationale italienne6. On retrouve dans la nouvelle intitulée La donna di Osopo l’idée de différence linguistique lorsque la sentinelle qui arrête la protagoniste lui demande : « Pane? kruca! » en lui tendant un pain de munition. Ce terme croate permet à l’auteure de souligner la « nationalité » du soldat – or une langue commune est un des facteurs d’appartenance à une même nation –, et donc sa dimension étrangère. Cette absence de description physique contribue à une dépersonnalisation des soldats déjà présente dans la citation précédente avec le qualificatif injurieux « chiens » et la comparaison de leur langue à un « aboiement de bêtes ».

6Ce sont surtout les caractéristiques morales négatives des soldats – avidité, ivresse, cruauté – qui sont mises en avant dans les récits. La nouvelle La coltrice nuziale s’ouvre in medias res sur une vente organisée sur le parvis de l’église d’un village à la sortie de la messe. Les deux premiers paragraphes sont au discours direct et sont constitués par l’enchaînement de différentes voix non identifiées. Le champ lexical des vêtements, linge de maison et ustensiles de cuisine associé à l’abondance des termes indiquant une somme d’argent (« cinque carantani », « due fiorini », « dieci fiorini », «  venti fiorini  », « una svanzica », « un carantano » deux fois, « un fiorino ») laisse à penser qu’il s’agit d’une scène de marché. Ce n’est que dans la première phrase du paragraphe suivant que l’on apprend que les marchands sont des soldats :

  • 7 Caterina Percoto, op. cit., p. 301-302.

E una quantità di gente s’era affollata d’intorno alle due carrettaccie dalle quali una mano di soldati andava scaricando alla rinfusa diversi arnesi, suppellettili d’ogni maniera e di ogni uso, robe vecchie e nuove, gridando il prezzo che ne volevano ritrarre come se si avesse trattato di una vendita all’incanto7.

  • 8 Ibidem, p. 357.

7Il s’agit d’une information presque anecdotique, et rien ne nous est dit sur les circonstances de cette vente, dont nous apprendrons par la suite qu’elle est le résultat d’un pillage. Ce que l’auteur met ainsi en évidence, c’est l’avidité des soldats, un trait souvent énoncé lorsqu’ils sont évoqués dans les nouvelles. Il est aussi question, dans la suite du récit, du « piede impuro del mercenario croato8 » piétinant la dépouille d’un jeune patriote italien, expression dans laquelle on retrouve l’idée d’avidité à travers le terme « mercenaire » qui souligne que la motivation première des combattants est d’ordre matériel et non idéologique, ainsi que la notion de souillure du sol national par le soldat étranger.

8Un autre trait caractéristique des soldats est l’ivresse, au sens propre comme au figuré, ce qui se rapporte à un état second qui suggère que ces hommes agissent en dehors de leur humanité. Ainsi lorsqu’ils ont écoulé leur butin les soldats précédemment évoqués s’empressent d’aller dépenser à l’auberge l’argent gagné grâce à la vente des objets pillés, et dans la nouvelle intitulée Il bastone, on nous rapporte que des soldats ivres ont cruellement malmené un paysan. L’état d’ivresse renvoie également à l’appât du gain suscité chez les soldats par leurs supérieurs pour les motiver au combat. Voici comment, dans La coltrice nuziale, Mariuccia évoque le départ de son fiancé à la guerre :

  • 9 Ibidem, p. 369.

Ve l’hanno adescato con infami promesse… ed egli, Oliva, egli che non ha mai torto un capello a nessuno, che non sapeva uccidere una mosca! egli è corso a scannare i fratelli come si corre ad un festino! L’avevano talmente imbriacato, che quando partÌ, poté lasciarmi senza piangere9

  • 10 Ibidem, p. 334.
  • 11 Ibidem.

9Dans cette même nouvelle, une jeune aristocrate qui assiste au retour triomphal des soldats impériaux après une victoire contre les Italiens les décrit comme « ancora briachi della carneficine10 ». Ces troupes sont présentées comme des hordes prêtes à détruire, ce qui met l’accent sur leur violence : « vide con ispavento avviarsi alla destruzione tutte quelle orde di soldati ; e i cannoni e le bombe e i razzi innumerabili che seco loro trascinavano11 ». Cette idée de destruction est renforcée par la polysyndète qui énumère leurs armes, et renvoie en particulier au bombardement implacable de Venise durant vingt-deux jours qui aboutira à la capitulation de la ville (24 août 1849).

  • 12 Ibidem, p. 387.
  • 13 Ibidem, p. 682.
  • 14 Dans la nouvelle, Marco Craglievich, héros de la lutte contre l’occupant turc des chants populaires (...)
  • 15 Caterina Percoto, op. cit., p. 394.
  • 16 Simonetta Soldani, « Les femmes et la nation au cours de la révolution italienne de 1848 », 1848 : (...)
  • 17 Caterina Percoto, op. cit., p. 315.

10C’est avant tout par leurs actes de cruauté envers la population que sont évoqués les soldats impériaux. Le mépris des civils qu’ils côtoient se manifeste en particulier à travers les rictus de sauvagerie souvent évoqués dans les nouvelles : ainsi, la sentinelle croate qui tire à bout portant sur une femme à qui elle tend un morceau de pain le fait avec « un selvaggio sorriso12 » (La donna di Osopo) ; quant à l’officier chargé de fouetter sur la place publique une jeune fille accusée d’avoir exhibé un ruban aux couleurs italiennes, il accomplit la peine avec « uno scherno brutale13 » (Il bastone). Dans la nouvelle intitulée La resurrezione di Marco Craglievich14, un corbeau rapporte au héros balkanique éponyme à la recherche des soldats croates, que ceux-ci sont allés combattre en Italie pour le compte de l’Empereur. Voici comment il résume leur action : « Saccheggiarono, distrussero, incendiarono. Hanno cavato gli occhi ai santi, hanno insozzato gli altari, hanno insultato le donne, hanno uccisi i fanciulli, hanno bevuto del loro sangue15 ». Le rythme ternaire constitué par les trois verbes proparoxytons au passé simple souligne avec une grande efficacité, grâce au martèlement ainsi créé, le déferlement de violence subi par les Italiens. On remarquera que dans l’énumération des méfaits qui suit, ce sont les attitudes sacrilèges qui sont citées en premier, car l’auteure veut dénoncer la trahison d’un peuple chrétien qui a été longuement soumis à un occupant étranger musulman. Viennent ensuite les violences subies par les femmes et les enfants, ce qui correspond à une réalité historique. Simonetta Soldani rappelle en effet au sujet des femmes ayant participé aux révolutions de 1848 que « naturellement elles furent les victimes privilégiées de tortures, de viols, de mutilations, de violences atroces commises sur leur corps et sur celui de leurs plus jeunes enfants, comme cela arrive toujours en semblables circonstances16 ». L’énumération se conclut en revanche par l’image des soldats buvant le sang de leur victime, ce qui ressortit à la légende des vampires, or ces êtres mythiques sont associés dans une autre nouvelle – La coltrice nuziale – aux généraux de l’armée autrichienne dont les portraits apparaissent à la protagoniste comme ceux de « luridi vampiri17 ». Celle-ci voit en outre les murs de la pièce où ils se trouvent dégouliner de sang, le sang de tous les hommes morts dans les batailles qu’ils ont menées. Là encore, ce qui est mis en avant avec ces images d’horreur, c’est le caractère inhumain des soldats.

11Si les actes de cruauté des soldats impériaux envers la population frioulane sont précisément décrits, et répondent à une volonté de témoignage de la part de Caterina Percoto – on trouve dans ses documents personnels conservés à la bibliothèque d’Udine des listes de faits et de témoins–, les soldats italiens morts au combat ne sont en revanche jamais décrits directement mais apparaissent aux protagonistes sous la forme de fantômes.

Les soldats victimes de la guerre :
des patriotes martyrs au discours pacifique

12Dans La coltrice nuziale, la jeune Cati, sensible à la cause nationale italienne, a une vision funèbre le jour de la capitulation de Venise. Elle voit en effet défiler devant elle, dans un décor infernal, les « morts pour la patrie » :

  • 18 Ibidem, p. 356.

Erano giovanetti di tutte le stirpi italiane, dal lombardo risoluto all’adusto e vivace siciliano. Le loro recenti ferite sanguinavano tuttora; erano tristi, macilenti, taluni piangevano… altri in atto dispettoso volgevansi a riguardare addietro, come se più della morte li cruciasse il pensiero della vittoria nemica18.

13Dans cette évocation le peuple italien est considéré dans sa diversité, mais ses différentes souches sont unies par un même amour de la patrie et c’est la tristesse de la défaite qui est mise en avant, plus que leur mauvaise condition physique (maigreur et blessures) qui atteste cependant de leur sacrifice au combat. La mutilation du corps est davantage évoquée un peu plus loin, lorsque Cati reconnaît dans le cortège des morts le visage d’un prisonnier qu’elle a croisé quelques mois auparavant :

  • 19 Ibidem.

Adesso que’ grandi occhi neri la guardavano muti, agghiacciati nell’espressione di un dolore che non verrà mai più consolato. Il segno di una ferita gli attraversava la fronte, la barba squallida e i capelli tutti bruttati di polvere e di sangue rappreso; un’altra ferita in guisa orribile gli squarciava il fianco19

14Lui aussi est caractérisé par une inconsolable tristesse liée à la défaite des patriotes italiens, mais l’auteure décrit plus précisément son corps mutilé par des blessures. Or celles-ci ne sont pas sans rappeler deux des stigmates du Christ : la blessure lui barrant le front correspondrait à la couronne d’épines, l’autre lui déchirant le flanc à la blessure causée par la lance du centurion Longin. Ces détails confèrent donc à ce soldat volontaire décédé un statut de martyr de la cause nationale. Lui-même affirme à la jeune femme qu’ils ont versé leur sang pour racheter les péchés de l’Italie :

  • 20 Ibidem, p. 356-357.

Tutto è finito! L’ultimo baluardo della nostra indipendenza è già in mano al nemico. Venezia è caduta! e noi già fummo… Se un disperato valore avesse potuto risparmiarle l’estremo fato, questi che son qui meco l’avrebbero salvata. Ma altrimenti decreteva Iddio… forse perché le colpe dell’Italia fossero lavate nel nostro sangue e nelle nostre lagrime20 […]

  • 21 Caterina Percoto, « Non una sillaba oltre il vero », Giornale di Trieste, I, 1848, 1, 22 ottobre.

15Ce n’est pas la valeur guerrière de ces combattants qui est mise en cause dans la défaite, celleci étant attribuée à la volonté divine. Notons que Caterina Percoto a écrit un article pour le Giornale di Trieste dans lequel, dénonçant toutes les exactions commises par l’armée impériale dans sa région, elle critiquait vivement la remise de la croix du mérite aux officiers autrichiens qui, selon elle, ne pouvaient revendiquer aucun fait glorieux dans cette guerre d’Italie. En les comparant à Napoléon Bonaparte, elle leur niait toute valeur militaire21. Il s’agit donc pour l’auteure de relativiser la défaite italienne afin de ne pas décourager la cause nationale. Dans la nouvelle Il bastone, on rencontre le fantôme d’un autre jeune patriote, blessé à Rome par une balle de l’armée française et décédé après une longue agonie le jour même de la capitulation de Venise. Il convient de relever l’importance de cette date symbolique à laquelle il est également fait référence dans l’exemple précédent : il s’agit en effet du dernier bastion de résistance italienne après les soulèvements de 1848-1849 contre l’Empire autrichien. On retrouve dans cette évocation les mêmes éléments de description, à savoir une blessure qui saigne – cette fois-ci en pleine poitrine, symbole d’un cœur brisé par la défaite définitive – et des lamentations sur le sort de l’Italie.

16L’évocation de ces morts pour la patrie, tout comme l’image avide et cruelle des soldats impériaux, s’inscrivent dans un discours patriotique qui soutient le projet d’unification italienne auquel Caterina Percoto souscrit pleinement. Il y a toutefois dans son œuvre un autre discours profondément pacifiste dans lequel elle dénonce l’horreur de la guerre.

17Dans un texte intitulé La pace dei Veneti, la narratrice, qui traverse un ancien champ de bataille parsemé de traces blanchâtres, celles laissées par la chaux avec laquelle on a recouvert les sépultures des soldats, affirme que :

  • 22 Caterina Percoto, La pace dei Veneti, Il giornale di mia zia, a cura di Rossana Caira Lumetti, Roma (...)

Per comprendere tutto l’orrore di questo flagello che gli uomini chiamano la guerra, bisogna visitare un campo di battaglia, quando le trombe han cessato di squillare e tutto è già rientrato nel silenzio22.

  • 23 Rappelons que c’est pour porter assistance aux nombreux blessés de la bataille de Solferino qu’Henr (...)

18Si dans le texte allégorique Il pianto di Venezia nel 1859, qui fait allusion à la Paix de Villafranca (11 juillet 1859), vécue comme une trahison par les patriotes vénètes, l’évocation de la terrible bataille de Solferino est l’occasion de souligner la défaite autrichienne autour de l’opposition entre « Italia » et « straniero », l’auteure évoque également les innombrables convois de blessés qui témoignent de la violence des combats23 :

  • 24 Caterina Percoto, Novelle scelte, Milano, Libreria di educazione e di istruzione Paolo Carrara, 188 (...)

Il suolo d’Italia è bagnato dal sangue straniero, i fiumi d’Italia convolgono al mare i cadaveri dello straniero. […] Processioni infinite di carri strascinano per le città d’Italia i feriti ; gemiti e bestemmie, sangue e vittime per tutto24 !

  • 25 Caterina Percoto, Racconti, op. cit., p. 362.

19Dix ans auparavant, dans la nouvelle La coltrice nuziale, Caterina Percoto évoquait déjà l’horreur des champs de bataille à travers le témoignage de Coletto, jeune soldat de l’armée impériale rescapé des combats mais mutilé. Il est ainsi décrit dans une phrase nominale qui a pour effet de suggérer une apparition plus fantomatique qu’humaine : «  Senza un braccio, orribilmente mutilata una gamba, e la faccia macera e fuor di modo annerita dalla pioggia e dal sole25 ». Il n’est pas question ici de blessures symboliques comme celles décrites dans le cas des morts pour la patrie, Coletto étant allé combattre les « rebelles italiens », appâté entre autres par une promesse de butin, mais il s’agit simplement de dénoncer les dégâts humains causés par la guerre. Ceci est renforcé par le récit qu’il fait du combat :

  • 26 Ibidem, p. 363.

Vedevamo tornar indietro continui convogli di feriti, e chi vomitava sangue, chi urlava da dannato, e i cadaveri ce li abbruciavano lí sotto il naso ; e quando venne la nostra volta e ci ordinarono di avanzare, noi eravamo più morti che vivi, e credo che in quel momento anche i più arditi avrebbero volentieri rinunziato a tutto l’oro delle città italiane per poter essere in quella vece nelle nostre montagne un povero disertore perseguitato dai birri ; ma un battaglione di croati pronti a tirarci addosso, se non si ubbidiva, ci fece tornar in corpo il coraggio. Camminavamo nel sangue, sopra i cadaveri26 […].

20Convois de blessés, sang qui coule, jurons semblent être le lot commun des champs de bataille ; les morts n’y sont point respectés puisque les soldats vivants piétinent les cadavres. Au thème de la boucherie des combats s’ajoute celui des déserteurs et des soldats réticents forcés à combattre sous la menace d’une arme. Le fait que les officiers autrichiens utilisent un bataillon de soldats croates pour menacer un bataillon de soldats italiens montre comment ils utilisent les différentes nationalités de l’Empire les unes contre les autres. Nous avons déjà souligné plusieurs fois que les Croates étaient mis en cause dans les écrits de Caterina Percoto. Pour l’écrivaine, qui adhère à l’idée mazzinienne de fraternité entre les peuples, il est en effet inadmissible qu’une nation subissant le joug étranger au même titre que les Italiens ne soit pas solidaire de leur lutte libératrice, et la nouvelle La resurrezione di Marco Craglievich constitue un réquisitoire contre la collaboration des Croates avec les Autrichiens.

21C’est dans la nouvelle intitulée La fila que le discours pacifique de l’auteure est le plus développé. Le village où se déroule le récit doit être traversé par des troupes de l’armée impériale dont une partie restera sur place pour la nuit. Alors que certains habitants, qui se souviennent des exactions liées au passage des troupes napoléoniennes un demi-siècle plus tôt, craignent de subir à nouveau des actes de violence, les jeunes villageoises, à qui la vieille Madonna Sabata a vanté l’élégance et la galanterie des soldats français, sont curieuses de voir les soldats. Le défilé des troupes impériales constitue cependant un spectacle inattendu car ce sont des hommes épuisés et las qui traversent le village :

  • 27 Ibidem, p. 270.

A passo militare, con a capo d’ogni compagnia i loro ufficiali sfilavano tutti coperti di polvere e stanchi e rifiniti dal lungo viaggio. Volti stranieri, fisionomie impassibili, od annoiate, su cui le vivaci note della tromba guerriera e dei timballi cadevano innavvertite […] ; bionda progenie del settentrione, staccata dalla terra natale, dai campi e dalle officine a cui Dio l’aveva sortita, essi marciavano forse per mai più ritornarvi, obbedienti ad un pensiero che certo ignoravano, o che almeno loro non erasi manifestato se non come l’impulso che mette in moto la macchina. Povere pecore umane che si tosano e si scannano senza badare ai loro belati ! Povera carne da cannone che si adopera senza essere consultata27 !

  • 28 Voir la lettre de Carlo Tenca à Caterina Percoto en date du 16 août 1853 dans Epistolario Caterina (...)
  • 29 Caterina Percoto, Racconti, op. cit., p. 395.

22Leur état d’épuisement est souligné par la redondance « stanchi e rifiniti » et est à nouveau mis en évidence par la description des deux soldats logés chez la protagoniste qui tiennent difficilement sur leurs jambes et ont les pieds gonflés et ensanglantés. Nous sommes loin de l’image d’une armée forte et triomphante et c’est sans doute parce qu’il craignait que cette image dépréciative des soldats autrichiens ne lui causât des ennuis avec la censure que Carlo Tenca préféra ne pas publier la nouvelle à un moment où l’existence de son journal, Il Crepuscolo, était fortement compromise28. Il est intéressant de noter l’opposition faite par l’auteure entre la loi divine qui avait attribué à ces jeunes étrangers une patrie où vivre et travailler, et la loi des princes qui les a arrachés à leur terre natale pour aller combattre dans un pays étranger au nom d’intérêts qui les dépassent. Cette opposition est renforcée par la métaphore du mouton que l’on égorge, qui renvoie à l’image évangélique de Jésus comme un berger prenant soin de ses brebis, à qui s’opposent implicitement les dirigeants militaires qui, eux, conduisent leur troupeau à l’abattoir. L’idée de la guerre comme une boucherie est illustrée par l’expression « chair à canon » qui ôte toute dimension humaine à ces simples soldats que l’on va sacrifier. On retrouve cette déshumanisation avec l’idée d’une instrumentalisation de ces jeunes gens à travers le choix du verbe « adoperare » et la métaphore de la machine que l’on met en marche. Cette instrumentalisation des soldats est également présente dans La resurrezione di Marco Craglievich lorsque le héros légendaire accuse ses compatriotes de n’avoir été que « martello in mano all’oppressore29 ».

23Il y a donc chez Caterina Percoto qui, bien que patriote et horrifiée par les actes de violence commis par les soldats impériaux, est capable de regarder avec compassion les soldats de l’armée ennemie, une volonté de dénoncer la guerre en général et les dégâts humains qu’elle provoque.

L’image des soldats français,
reflet des relations « franco-italiennes »

24En plus des soldats impériaux et des volontaires italiens, sont évoqués dans certaines nouvelles des soldats français qui, eux aussi, appartiennent à une armée étrangère d’occupation. Il s’agit d’abord des soldats des armées napoléoniennes qui, tout comme les soldats impériaux, sont à l’origine de pillages et d’atrocités commises envers les habitants, ainsi qu’il est rappelé dans la nouvelle La fila. Il y a également, dans une Novella umoristica – publiée posthume sous le titre Le monache di Monte Pincio – les soldats du général Oudinot qui occupent Rome après avoir mis fin à la République romaine (4 juillet 1849). Dans les deux cas, les Français sont caractérisés par leur galanterie et leur jeu de séduction. Dans La fila, la vieille Madonna Sabata raconte aux jeunes villageoises effrayées à l’idée de rencontrer des soldats impériaux ses souvenirs des soldats napoléoniens, démentant leurs craintes :

  • 30 Ibidem, p. 264.

A sentirvi, in coscienza che pare che i soldati sieno tanti orsi, tanti diavoli… scioccherelle! Essi erano dei bei ragazzi, vedete, assai garbati, vestiti come tanti monsù, allegri e briosi che sapevano dire le gran belle paroline30

  • 31 Caterina Percoto, Le monache di Monte Pincio, a cura di Gianfranco D’Aronco, Udine, Tipografia Arti (...)
  • 32 Ibidem, p. 25.
  • 33 Voir Françoise Héritier, Masculin/Féminin II. Dissoudre la hiérarchie, Paris, Odile Jacob, 2002, p. (...)
  • 34 Caterina Percoto, Racconti, op. cit., p. 266.
  • 35 Voir Il pianto di Venezia nel 1859, Caterina Percoto, Novelle scelte, op. cit., p. 287.
  • 36 Caterina Percoto, La pace dei Veneti, op. cit., p. 101.

25Notons que cette description n’a rien à voir avec celle des soldats impériaux abattus que nous avons citée plus haut, et l’on peut se demander si Caterina Percoto n’a pas voulu, en créant ce contraste, accentuer l’image de faiblesse des troupes ennemies pour redonner courage aux patriotes après l’échec de la première guerre d’indépendance. Madonna Sabata poursuit en évoquant la participation courtoise des soldats napoléoniens à la vie du village, qu’il s’agisse d’aider dans les champs ou de participer aux fêtes, leur générosité puisque souvent ils invitaient les jeunes femmes à leur table, et leur agréable compagnie. On retrouve cette même image dans la seconde nouvelle où les soldats français, dont la garnison est établie dans le couvent du Pincio réquisitionné pour l’occasion, s’adonnent « ad ogni possibile maniera di allegri e chiassosi trattenimenti, pur d’ingannare la noia della forzata clausura31 », l’important pour eux étant de s’amuser coûte que coûte. Ils s’intéressent en particulier à leur fortune amoureuse et discutent de leurs aventures et mésaventures galantes. Et lorsque les moniales reviennent de manière impromptue prendre possession de leur couvent, ils organisent aussitôt un bal en leur honneur car « i Francesi sono sempre stati ospitali32 ». Or le rapport des soldats d’une armée d’occupation aux femmes du territoire occupé a une valeur fortement symbolique. En effet, comme le souligne Françoise Héritier, lors des guerres, la violence sexuelle sur les femmes est utilisée comme une arme politique à l’égard de l’ennemi et le fait de violer sa femme équivaut à une contestation de son aptitude à dominer la féminité, et donc de son pouvoir viril33. D’ailleurs, dans la nouvelle La fila, lorsque les soldats napoléoniens, après avoir découvert les jeunes villageoises cachées dans le grenier d’une vieille paysanne, les reconduisent chez elles, ils sermonnent les familles en leur rappelant que « [spetta] ai padri ed ai mariti, non ad altri custodire le loro donne34 », mettant donc en question la virilité de ces derniers. Dans les deux nouvelles citées, il n’est nullement question de viol mais simplement d’un jeu de séduction, ce qui correspond davantage au rapport ambigu entre la France et les États italiens. Rappelons en effet que Napoléon fut accueilli par les jacobins vénitiens comme un libérateur avant de trahir leur confiance en signant le traité de Campoformio (18 octobre 1797). Quant à l’armée dirigée par le général Oudinot, si elle se présente d’abord aux Romains comme un soutien contre les armées autrichienne, espagnole et napolitaine, elle trahit ensuite la République romaine en rétablissant le pape Pie IX au pouvoir. Il convient d’ailleurs de souligner que, dans la nouvelle, un officier raconte comment il s’est fait violemment éconduire par une femme du peuple, qui fut une partisane de Mazzini, et donc une républicaine, alors que les moniales, issues des grandes familles patriciennes de Rome fidèles au Pape, se compromettent en dansant avec les soldats français. À travers l’image qu’elle donne des soldats français, Caterina Percoto, semble vouloir mettre en garde la nation italienne contre la séduction d’une alliance avec la France. Mais après les accords franco-piémontais de 1859, même s’ils ne sont que brièvement évoqués dans les textes, les soldats français sont à présent qualifiés de « generosi35 » et deviennent, « fratelli per la battaglia della libertà36 » des soldats italiens, faisant preuve de cette solidarité entre les peuples à laquelle l’auteure aspirait et qui avait fait défaut aux soldats croates en 1848.

26Si dans les premiers textes patriotiques qu’elle écrit en réaction à la violence de la répression autrichienne dans la région d’Udine, Caterina Percoto manifeste avant tout la volonté de dénoncer les atrocités commises par les soldats impériaux, elle construit soigneusement l’image qu’elle en donne, tout comme celle des volontaires italiens, afin de légitimer les revendications des patriotes qui veulent libérer la nation italienne du joug étranger et l’unifier. Elle joue également avec la représentation des soldats français en fonction du contexte historique et en particulier de l’évolution des rapports entre France et Italie, toujours dans le but d’étayer ce discours patriotique. Mais elle est également capable de dépasser les haines pour dénoncer les horreurs de la guerre, dans la perspective de la réalisation d’une Europe des nations finalement pacifiée.

Top of page

Notes

1 Voir Tommaso Scappaticci, La contessa e i contadini. Studio su Caterina Percoto, Napoli, Edizioni Scientifiche Italiane, 1997, p. 129.

2 Biblioteca Civica Vincenzo Joppi d’Udine, Fondo principale, MS 3995, Cartolare I (minute di lettere di Caterina Percoto a Prospero Antonini), Fascicolo 1, Lettera 7 (datable de 1848). L’écrivaine frioulane entend par « verità » la cause patriotique italienne.

3 Ibidem, Lettera 8 (datable de 1848).

4 Caterina Percoto, Racconti, a cura di Adriana Chemello, Roma, Salerno Editrice, 2011, p. 270. Voir citation complète dans la deuxième partie de l’article.

5 Ibidem, p. 322.

6 Dans la nouvelle, qui se déroule en 1848 lors des insurrections des patriotes italiens, la population frioulane se divise en deux camps, celui des « italiani », partisans de l’indépendance vis-à-vis de l’Autriche et celui des «  imperiali », fidèles à l’Empereur.

7 Caterina Percoto, op. cit., p. 301-302.

8 Ibidem, p. 357.

9 Ibidem, p. 369.

10 Ibidem, p. 334.

11 Ibidem.

12 Ibidem, p. 387.

13 Ibidem, p. 682.

14 Dans la nouvelle, Marco Craglievich, héros de la lutte contre l’occupant turc des chants populaires épiques des Balkans, est ressuscité pour que sa patrie soit enfin rachetée et libérée du joug de l’occupant étranger. Il cherche toutefois vainement les valeureux croates qui doivent le seconder, car ceux-ci ont quitté leur pays pour aller réprimer l’insurrection italienne.

15 Caterina Percoto, op. cit., p. 394.

16 Simonetta Soldani, « Les femmes et la nation au cours de la révolution italienne de 1848 », 1848 : Cent cinquantenaire de la Révolution de 1848, Paris, Éditions Créaphis, 2002, p. 561.

17 Caterina Percoto, op. cit., p. 315.

18 Ibidem, p. 356.

19 Ibidem.

20 Ibidem, p. 356-357.

21 Caterina Percoto, « Non una sillaba oltre il vero », Giornale di Trieste, I, 1848, 1, 22 ottobre.

22 Caterina Percoto, La pace dei Veneti, Il giornale di mia zia, a cura di Rossana Caira Lumetti, Roma, Bulzoni, 1984, p. 102.

23 Rappelons que c’est pour porter assistance aux nombreux blessés de la bataille de Solferino qu’Henry Dunant fonda la Croix-Rouge.

24 Caterina Percoto, Novelle scelte, Milano, Libreria di educazione e di istruzione Paolo Carrara, 1880, vol. II, p. 287.

25 Caterina Percoto, Racconti, op. cit., p. 362.

26 Ibidem, p. 363.

27 Ibidem, p. 270.

28 Voir la lettre de Carlo Tenca à Caterina Percoto en date du 16 août 1853 dans Epistolario Caterina Percoto-Carlo Tenca, a cura di Ludovica Cantarutti, Udine, Del Bianco, 1990.

29 Caterina Percoto, Racconti, op. cit., p. 395.

30 Ibidem, p. 264.

31 Caterina Percoto, Le monache di Monte Pincio, a cura di Gianfranco D’Aronco, Udine, Tipografia Arti Grafiche Friulane, 1952, p. 22.

32 Ibidem, p. 25.

33 Voir Françoise Héritier, Masculin/Féminin II. Dissoudre la hiérarchie, Paris, Odile Jacob, 2002, p. 85-86.

34 Caterina Percoto, Racconti, op. cit., p. 266.

35 Voir Il pianto di Venezia nel 1859, Caterina Percoto, Novelle scelte, op. cit., p. 287.

36 Caterina Percoto, La pace dei Veneti, op. cit., p. 101.

Top of page

References

Bibliographical reference

Anne Demorieux, « L’image des soldats dans les écrits de Caterina Percoto
ou comment mettre sa plume au service
de « la santa causa dei popoli »
 », Italies, 20 | 2016, 65-76.

Electronic reference

Anne Demorieux, « L’image des soldats dans les écrits de Caterina Percoto
ou comment mettre sa plume au service
de « la santa causa dei popoli »
 », Italies [Online], 20 | 2016, Online since 19 January 2017, connection on 27 July 2017. URL : http://italies.revues.org/5589 ; DOI : 10.4000/italies.5589

Top of page

About the author

Anne Demorieux

Université de Lorraine

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org