Navigation – Plan du site

Francesco Faà di Bruno
Portrait d’un soldat à la lumière de sa correspondance

Rémy Fuentes
p. 77-99

Résumés

Francesco Faà di Bruno (1825-1888) embrasse la carrière militaire en entrant à l’Académie Militaire Royale de Turin. En 1848, Lieutenant d’État-major Général, il prend part aux guerres d’Indépendance au côté du futur Victor-Emmanuel II. Pour perfectionner sa formation en Sciences mathématiques à la Sorbonne et au Collège de France il part à Paris. De retour à Turin, Francesco Faà di Bruno devient un universitaire, mathématicien et astronome au service du progrès social. Dans cet article, un portrait du soldat qu’il a été est ébauché au travers de l’étude de sa correspondance originale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour des raisons de brièveté, nous utiliserons ses initiales « FFB » pour le nommer dans la suite d (...)

1Qui est Francesco Faà di Bruno1 ? Voilà la première question qui s’impose lorsque l’on entend ce nom peut-être pour la première fois.

2Né dans le Piémont du Risorgimento, formé aux Armes et aux Sciences, Francesco Faà di Bruno (1825-1888) sera un des grands acteurs du Risorgimento populaire turinois. Par son enseignement, son engagement militaire, patriotique, politique et surtout social, en s’inscrivant dans la dynamique de ce qu’il découvrit dans le Paris de Louis-Napoléon Bonaparte, Francesco Faà di Bruno contribuera à sa mesure, à la constitution du peuple italien.

  • 2 Remy Fuentes, Trace d’une vie (titre provisoire), édition critique et commentée de la correspondanc (...)

3La biographie de Francesco Faà di Bruno est à la fois riche, disparate et surprenante. Le choix et l’intérêt de l’étude de ce personnage, peu connu mais non moins remarquable pour illustrer l’image du soldat, repose particulièrement sur trois points. Tout d’abord, FFB est un aristocrate, en découvrant cette figure, nous n’aurons pas l’image du soldat populaire que l’on connaît communément, mais le point de vue de la classe dirigeante. Par ailleurs, FFB faisait partie de l’État-major Général de l’armée sarde, il forme ainsi l’image d’un soldat d’élite et, c’est en tant que tel que FFB se trouvait aux côtés du prince Victor-Emmanuel de Savoie. Il représentera donc la figure d’un soldat proche du pouvoir et de la famille royale. Enfin, l’intérêt de notre analyse de cette image d’un soldat hors du commun se fonde sur l’étude de sa correspondance manuscrite originale en partie encore inédite2. En effet, quoi de mieux pour connaître une personne que de lire sa correspondance ? On y découvre son esprit, sa manière d’aborder et d’affronter la réalité tout en saisissant le moteur intime de ses relations avec ses contemporains parfois de manière indiscrète et presque gênante. Ces éléments constituent donc des conditions et des points de vue rares et parfois inédits, c’est ce qui en fait leur grande valeur.

4Ainsi, dans le contexte historique particulier du Risorgimento, nous interrogerons l’image du soldat que FFB propose de lui-même dans la perspective de l’ensemble de sa vie : l’image ou le portrait, l’autoportrait même qu’il trace par sa propre plume, au fil de sa correspondance. Dans un premier temps nous découvrirons le soldat Faà di Bruno en même temps que l’homme qu’il était. Ensuite, nous interrogerons le portrait du jeune soldat à travers l’analyse de l’origine de sa vocation militaire et nous découvrirons l’image du soldat qu’il reflète : mondain, informateur et chrétien.

Francesco Faà di Bruno, avant le soldat, l’homme

Première formation : substrat familial
et inconscient commun

  • 3 Les deux versions s’entrelacent régulièrement dans les documents généalogiques : Olivero, Genealogi (...)
  • 4 Olivero, op. cit., p. 5.
  • 5 Ibidem, p. 18.
  • 6 Courant de spiritualité développé en France après la Réforme catholique.

5Francesco Faà naît à Alexandrie du Piémont en 1825, sous le règne de Charles-Felix de Savoie. Il est le fils de Ludovico (ou Luigi3) Faà (1782- 1848), patricien d’Alexandrie, seigneur de Fontanile, comte de Carentino et marquis de Bruno4 et de Carolina Sappa de’ Milanesi5 (1789- 1834). Peu d’informations nous sont parvenues au sujet de la marquise Carolina, si ce n’est sa grande connaissance de la littérature française, des arts, des lettres et sa profonde piété nourrie de l’École française de spiritualité développée par Pierre de Bérulle, par saint Louis-Marie Grignion de Montfort, saint Jean Eudes et Jean-Jacques Olier6.

  • 7 Ces œuvres sont encore inédites et sont conservées à l’état de manuscrit dans les Archives Familial (...)

6Plus d’informations nous sont arrivées sur son père, le marquis Ludovico. Il est dit qu’il était homme d’esprit et d’action : plusieurs fois maire de Bruno, il sera aussi le premier magistrat de Solero (localité près de Bruno où la famille possédait un château et un titre hérités de la grand-mère de FFB : Maria Giacoma Guasco Gallarate di Solero) et d’Alexandrie. C’est à Alexandrie que le marquis Ludovico réformera le Mont de Piété, fondera l’Institut des Dames de la Charité dont il rédigera la règle, contribuera aux travaux du creusement du canal « Carlo Alberto » et soutiendra le projet de création de la Caisse d’Épargne locale. Il écrira aussi des essais en politique et en économie portant sur le libre-échange 7.

7En somme, outre le profond esprit chrétien nourri de la spiritualité du Grand Siècle français, le substrat culturel de la famille Faà di Bruno semble être particulièrement constitué des idées des Lumières. En effet, en plus de son esprit chrétien, ces idées semblent avoir guidé l’action du marquis Faà di Bruno au service du progrès matériel et humain des peuples. La vie du père, aristocrate éclairé, nous introduit déjà à la vie de son fils Francesco.

  • 8 Le grand-père de FFB, dans sa correspondance signait toujours en utilisant une forme francisante de (...)
  • 9 Sacra Rituum Congregatione, Taurinem, Beatificationis et Canonizationis Servi Dei Francisci Faà di (...)

8Dans le royaume de Piémont-Sardaigne postnapoléonien de la Restauration du Congrès de Vienne, enfant, FFB, recevra les rudiments d’une première formation intellectuelle dans les salons du château médiéval de Bruno décorés par l’École de Mantegna, auprès de son grand-père le marquis François Faà de Brun8 (1759-1834) dont il porte d’ailleurs le nom et le prénom et, par les soins d’un certain don… Garibaldi9. La tradition biographique issue des témoignages recueillis à l’occasion de son procès de béatification veut que c’est sur les genoux de sa sœur Enrietta (1811-1849), en religion mère Luigia-Delfina, future Supérieure du couvent de la Visitation de Turin, que FFB apprit la musique avant toute autre chose. À dix ans, il quitta cependant sa famille pour intégrer le collège.

Collège et Académie Militaire Royale :
une intelligence cultivée et structurée

  • 10 Padre Caimotto, Lettera di accompagnamento per la relazione su Francesco Faà di Bruno ed i suoi rap (...)
  • 11 [s.n.] [s.d.] Regolamento del Collegio Reale di Novi Ligure, AFFBTO, 1 Doc 1. La traduction nous ap (...)

9En 1835, alors que l’Église assure encore l’éducation des jeunes générations, FFB entre au Collège San Giorgio dirigé par les pères Somasques de Novi Ligure, non loin d’Alexandrie10. Avec le Real Collegio de Moncalieri tenu par les pères Barnabites (ou enseignait le Père Denza, futur ami et collègue météorologue de FFB), cet établissement verra passer en ses murs toute la jeunesse dorée du Piémont. FFB y fera ses humanités, mais il y découvrira aussi les Sciences mathématiques, la danse et l’escrime. De plus, afin de mieux sceller encore l’alliance à nouveau réaffirmée entre le Trône et l’Autel, en parfait accord avec ce que prévoyait les règlements du Collège San Giorgio, FFB y sera formé au sens de « la gloire de Dieu, du bien de la société et de la Patrie, d’une dignité sincère et de l’honneur familial11 ». FFB sera ainsi le fruit d’une société d’Ancien Régime, régie par le principe de Droit divin. Ces valeurs et ces notions gouverneront et conditionneront son caractère, sa volonté et son action future.

  • 12 Francesco Luigi Rogier, La Regia Accademia Militare di Torino. Note storiche (1816-1870), Torino, V (...)
  • 13 Commandant Pettinengo, Certificat d’obtention du grade de Lieutenant avec détails des examens prése (...)

10En 1840, désormais orphelin de mère, FFB entre à l’Académie Militaire Royale de Turin où il passera six ans de formation aux Sciences de la guerre, aux armes et à la foi chrétienne. En effet, selon les règlements royaux de l’Académie12, l’exercice de la foi catholique occupe une grande place dans le programme pédagogique. En effet, nous sommes encore dans les années de monarchie absolue rétablie par le Congrès de Vienne, le Statuto Albertino qui instaurera une monarchie constitutionnelle n’apparaîtra qu’en 1848. En 1846, alors promu au grade de Lieutenant d’État-major Général13, FFB quitte l’Académie pour l’École Royale d’Application mais un événement viendra rapidement changer le cours de l’Histoire.

1848 : la guerre

  • 14 FFB, lettre à la comtesse Maria Luigia Radicati Talice di Passerno, sa sœur, S[an] Giovanni della C (...)

11Pour l’Italie, 1848 marque le commencement du processus d’unité politique nommé Risorgimento, il changera profondément le visage de la péninsule qui verra son unité terminée entièrement et définitivement en 1871 avec la prise de Rome. Le Piémont du roi Charles-Albert puis de Victor-Emmanuel II, de Cavour et de Massimo d’Azeglio prend alors la tête de ce mouvement belliqueux contre l’Empire d’Autriche pour l’inhibition de l’Italie et pour sa totale indépendance de l’Empire et de toute autre puissance. Membre de la Garde, sous le commandement de l’alors duc Victor-Emmanuel, futur roi de Sardaigne puis premier roi d’Italie14, FFB prend part à cette guerre. Il apprend l’application de l’art de la guerre qu’il avait appris à l’Académie, il fait aussi l’expérience des campements et des champs de batailles entre le Mincio et l’Adige, sur les rives du lac de Garde. Il y perdra trois chevaux et sera blessé à une jambe. Souvenir de guerre qui, malgré sa canne, se rappellera à lui à chaque pas. Profondément patriote et dévoué à son prince, la défaite l’anéantira durement.

  • 15 « Maintenant je suis campé dans le village de San Maurizio, Quartier Général du Duc de Gênes, Comma (...)
  • 16 FFB, Carte pour servir à l’intelligence des opérations militaires entre le Chiese et l’Adige. Gravé (...)
  • 17 Feldrmarschall Heinrich Von Hess, Évènements de la guerre faite en Italie par l’Armée Autrichienne (...)

12L’année suivante, il prendra à nouveau part aux guerres du Risorgimento aux côtés cette fois du duc de Gênes15. Nouvellement anéanti d’une part par une défaite humiliante des armées sardes et, d’autre part, par l’abdication du roi Charles Albert, FFB est profondément amer. En réaction, il fera tout ce qu’il pourra pour que cette expérience ne se renouvelât plus. Il entame des études géodésiques des zones du Mincio qui, en 1851, le mèneront à la publication de sa Carte pour servir à l’intelligence des opérations militaires entre le Chiese et l’Adige16. De plus, afin de compléter ces cartes, il traduira de l’allemand l’ouvrage du maréchal Hess dans lequel le maréchal ennemi explique pourquoi les Piémontais essuyèrent la défaite17.

  • 18 Ambasciata di Sua Maestà il Re di Sardegna in Parigi, Certificat de la mission spéciale d’étude à P (...)
  • 19 Ministero della Guerra, Dispense du service militaire, Turin, 5 octobre 1849, AFFBTO, 3 FFB 19.

13à ces deux sources d’amertume s’ajoute une nouvelle : celle de la ruine financière du Piémont qui le mène à la confiscation des biens de l’Église. FFB est alors divisé entre son amour pour l’État et pour la Patrie et celui qu’il a pour l’Église. En effet, il consacrera presque vingt années de sa vie aux deux premiers. Quant à l’Église, il a découvert cette réalité à Bruno, au collège San Giorgio et encore à l’Académie, ce corps mystique du Christ, centre de l’attention des chrétiens qu’il a appris à aimer et à servir à l’exemple de ses sœurs Luigia Delfina et Costanza toutes deux religieuses, de ses oncles évêques et de ses frères Giuseppe et Carlo Maria, prêtres. Le soldat FFB devant obéissance à l’État pour le service de la Patrie se trouve dans une impasse psychologique. C’est une proposition du nouveau souverain, Victor- Emmanuel II qui lui redonnera un peu d’élan, il s’agit d’assumer le préceptorat des princes royaux pour les matières scientifiques. Après avoir accepté, sous condition d’une plus grande formation personnelle, FFB, selon ses conditions, est envoyé en « mission spéciale18 » à Paris. Il y fera deux séjours distincts (1849-1851 ; 1854-1856) afin de compléter ses études en Sciences19.

Paris, entre rencontres, études et découvertes :
début d’une maïeutique

  • 20 « Depuis le 15 du mois passé je suis les cours de la Sorbonne ; maintenant aussi ceux de l’École Po (...)
  • 21 Rémy Fuentes, sous la Direction de Madame le Professeur Théa Picquet, Thèse de Doctorat : FFB, trac (...)
  • 22 Matthieu Bréjon de Lavergnée, La Société de Saint-Vincent-de-Paul au xixe siècle (1833-1871), Paris (...)

14À Paris, en 1849, FFB découvre le tumulte des remous politiques et institutionnels de la Seconde République de Louis Napoléon Bonaparte, née suite au renversement de la monarchie de Louis-Philippe d’Orléans. FFB habitera rue du Petit-Bourbon, précisément en face de la porte latérale de l’église Saint- Sulpice dont il fréquentera les bancs ainsi que ceux de la Sorbonne, du Collège de France et de l’École Polytechnique20. De plus, il fera la connaissance de Charles Hermite (1822-1901) et François Moigno (1804-1884), mathématiciens qui seront à l’origine de toute son action future dans le domaine des sciences, de la recherche et de la publication scientifique. Cependant FFB fera une rencontre particulièrement fondamentale, celle du mathématicien baron Augustin Cauchy21 (1789-1857) qui, en plus de diriger les travaux de thèse de Doctorat de FFB, l’initie aussi aux Conférences de Saint-Vincent-de-Paul fondées par l’universitaire Frédéric Ozanam (1813-1853) quelques années auparavant, en 1833, précisément dans le même immeuble qu’habite FFB22. Cet avènement marque un tournant radical dans la vie de Francesco Faà di Bruno, celui de l’engagement social au service du progrès des peuples.

  • 23 République Française, Ministère de l’Instruction Publique, Diplôme de Licence ès-Sciences mathémati (...)
  • 24 Regio Ministero della Guerra, Nomination au poste de Professeur de Géodésie auprès de l’École Royal (...)
  • 25 FFB, Memoria sopra lo stabilimento di un Osservatorio magnetico e meteorologico in Torino presentat (...)
  • 26 Rémy Fuentes, François Faà di Bruo, un géant de la foi et de la charité, ouvrage publié avec le con (...)

15En 1851, licencié ès-Sciences mathématiques23, FFB retrouve brièvement Turin. Ce sont des années de combats durant lesquels le vieux modèle de société restauré par le Congrès de Vienne et dans lequel FFB a été formé, en affronte un nouveau, celui qui naît à la suite de la concession du Statuto Albertino. Il s’agira d’une lutte politico-religieuse entre une société civile et une société chrétienne. La bourgeoisie libérale et démocratique tirant profit du Statuto commence son ascension fulgurante vers le pouvoir. Ces années seront marquées par l’instabilité politique et verront les gouvernements se succéder avec une rapidité folle, sous la menace permanente de révoltes et de révolutions. Cependant, chargé de tout ce qu’il découvrit à Paris, FFB reprend ses fonctions auprès de l’État-major. Pour ce dernier, il réalise alors l’altimétrie géodésique de la Ligurie ; géodésie, matière qu’il enseignera plus tard à l’École Royale d’Application de Turin24. Pour l’Académie Royale des Sciences de Turin il travaille au projet de création d’un Observatoire magnétique et météorologique25. FFB commence à publier des articles scientifiques, des notes et des mémoires26.

  • 27 Op. cit.
  • 28 Op. cit.

16Toutefois, mal à l’aise avec cette guerre ouverte entre l’État et l’Église, opposition entre le vieil État confessionnel et absolu et le nouvel État moderne et laïc, suite à des déconvenues avec le Ministère sarde de la Guerre au sujet de publications des Cartes du Mincio27 et de la traduction du maréchal Hess28 auxquelles il faudra ajouter une humiliation subie due au fait qu’il ait obtenu sa Licence ès-Sciences à Paris et non à Turin, Francesco Faà di Bruno quitte l’État-major. Sa démission du Corps pourrait marquer la fin de notre étude sur l’image du soldat mais, au contraire, il restera ce soldat, engagé dans un autre combat.

  • 29 FFB, lettre à Adolphe Baudon, Président des Conférences de Saint-Vincent-de-Paul, Alexandrie, 12 fé (...)
  • 30 FFB, lettre à son frère Alessandro, [Turin], 13 janvier 1854, AFCB, liasse « Abate Francesco ».

17À Alexandrie du Piémont, sa ville natale, il fonde la première Conférence de Saint-Vincent-de-Paul29 et, à Turin, auprès de l’église San Massimo située Borgo Nuovo, il créée un chœur vocal féminin pour occuper les domestiques en congé le dimanche après-midi30. Ce sont là les premières répercutions des expériences parisiennes et de son action au sein des conférences de Saint-Vincent-de-Paul, mouvement socio-caritatif que FFB appliquera dans la Turin libérale, bourgeoise et anticléricale du Risorgimento.

  • 31 Rémy Fuentes, FFB, géant… Index des publications musicales de FFB, p. 230-235.
  • 32 Thèses présentées à la Faculté des Sciences de Paris pour obtenir le grade de Docteur ès-Sciences, (...)
  • 33 «  à l’Observatoire de Paris, Monsieur Leverrier […] me recevait en tant qu’Astronome associé. » FF (...)

18Il travaille à ses publications musicales31 puis, au mois de mai 1854, il retourne à Paris. Dans la capitale de Louis Napoléon Bonaparte dont FFB est le témoin épistolaire des métamorphoses engagées par le baron Haussmann, l’ex Capitaine d’État-major travaille à sa thèse de Doctorat en Sciences mathématiques et astronomiques sous la Direction d’Augustin Cauchy32 et retrouve ses fréquentations et ses amitiés scientifiques et chrétiennes. Nommé Astronome associé au Bureau des Longitudes de Paris, il collabore avec Urbain Le Verrier33 (1811-1877).

  • 34 FFB, Écritoire Bruno pour les aveugles, Paris, 1856, Musée FFB à Turin, n. inv. 243. FFB l’accompag (...)
  • 35 Empire Français, Diplôme de Docteur ès-Sciences mathématiques, Paris, 23 décembre 1866, AFFBTO, 3 F (...)

19Pendant cette période, afin de répondre aux nécessités de sa sœur Virginia frappée de cécité suite à une grossesse difficile et en étroite collaboration avec l’Institut Saint-Paul de Paris qui accueillait les religieuses aveugles, FFB invente l’« Écritoire Bruno pour aveugles34 ». Il soumettra son invention aux Académies des Sciences de Paris et de Turin et sera récompensée par de nombreux prix à l’occasion d’expositions industrielles. À la fin de l’année 1856, Docteur ès-Sciences35, FFB rentre à Turin.

20Durant cette période charnière le soldat Faà di Bruno vit révélation sur révélation constituées par la densité de l’activité intellectuelle parisienne à laquelle il participe à la Sorbonne, au Collège de France, à l’école Polytechnique, mais aussi à Saint-Sulpice qui était alors flanqué de son Séminaire situé sur la même place. Densité intellectuelle dans le domaine scientifique mais aussi anthropologique philosophique et théologique. Bouillonnement qui le révèle à lui-même : intellectuel chrétien et patriote. De plus, ses opinions sur le contexte du Piémont, des guerres, du Risorgimento, de l’anticléricalisme et de la condition des populations laborieuses semblent se préciser et s’affirmer. Il choisira en effet de démissionner de l’état-major, de renoncer à l’action militaire. Pour FFB, le Risorgimento se passera donc ailleurs que sur les champs de batailles : la guerre du progrès social et de la cohérence intellectuelle seront sa priorité. Ici, l’image du soldat prend une teinte plus inattendue.

Retour définitif à Turin :
début de l’engagement au service du progrès

  • 36 FFB, Memorie del Conservatorio, [Turin], « dal 2 febbraio 1859  », AFFBTO, 1 Zita 6.
  • 37 AFFBTO, Fondo Opera Pia di Santa Zita et Rémy Fuentes, FFB, un géant…, p. 105-113.

21FFB s’engage en politique dans les rangs du parti conservateur. Trois ans plus tard, la ville de Turin, alors capitale du royaume sarde, s’apprête à devenir la première capitale d’Italie. Ce statut particulier attirera des populations à la recherche d’une certaine évolution sociale. C’est le cas des jeunes filles qui, quittant les campagnes misérables du Piémont, viennent à Turin pour s’embaucher comme domestiques auprès des grandes familles. En 1859, FFB fait l’acquisition de terrains situés Borgo San Donato36, alors aux portes ouest de la ville. C’est là que, dans la dynamique de sa première école de chant pour les domestiques et, sur le modèle des œuvres créées par les Conférences de Saint-Vincent-de-Paul et par celle des Servantes de Marie de Paris, il donnera naissance au fleuron de son action socio-caritative : l’« Opera Pia di Santa Zita », véritable cité de la femme, lieu de la promotion de sa dignité, de sa formation intellectuelle et humaine37. Cette œuvre forme le nouvel objet de tous ses combats. En effet, il y consacrera toutes ses énergies, sa science et son patrimoine.

  • 38 Sa première nomination de « Docente straordinario  » n’arrivera qu’en 1871 et sera renouvelée chaqu (...)
  • 39 AFFBTO, 1 Doc 8 et Rémy Fuentes, FFB, un géant…, p. 90-99.
  • 40 AFFBTO, 16 FFB 81 et ibidem, p. 99-105.
  • 41 AFFBTO, 1 Doc 10 et ibidem, p. 52-55.
  • 42 AFFBTO, 16 FFB 87 et ibidem, p. 55-61.
  • 43 Remy Fuentes, FFB, un géant…, op. cit., Index des publications de FFB, p. 223-241.
  • 44 AFFBTO, 16 FFB 86 et ibidem, p. 195-200.
  • 45 AFFBTO, 9 Zita 50-52 et ibidem, p. 204-208.
  • 46 Ibidem, p. 158-166.

22En 1867, FFB entame sa carrière universitaire auprès de l’Université Royale de Turin et dispense son cours libre d’Analyse mathématique supérieure et d’Astronomie physique comme professeur volontaire38. Sur le modèle parisien, il institue à Turin les Fourneaux économiques, sorte de « resto du cœur » proposés par les Conférences de Saint-Vincent-de-Paul39. FFB créera les premiers Bains et lavoirs publics de Turin40, l’œuvre pour le respect des jours fériés41, celle des « bonnes publications » : il rachètera deux revues catholiques pour la diffusion de la dévotion mariale et la connaissance des travaux des missionnaires en Amérique, en Asie et en Afrique42. Il continue son activité de publication musicale, scientifique et apologétique43. Il enseigne à l’Université mais aussi dans les salons aristocratiques turinois comme celui de la princesse Maria Vittoria dal Pozzo della Cisterna (1847-1876), épouse du duc d’Aoste, future reine d’Espagne. Il crée aussi la « Biblioteca Mutua Circolante44 », relève l’École de l’Annunziata45 pour la formation des maîtresses d’école et invente de nombreux instruments curieux pour l’époque mais non moins nécessaires, tel que le réveil électrique46… !

23C’est de cette manière, avec les armes qu’il avait découvertes à Paris, que FFB mènera un véritable combat contre la pauvreté, la famine des populations les plus démunies de Turin, contre le manque d’hygiène et la carence de conditions de vie meilleures. Ce combat est aussi mené contre ce qu’il qualifiait de « mauvaises lectures ». En effet, dans le cadre des « Amicizie cattoliche », mouvement de semblant d’unité des catholiques piémontais contre l’évolution moderne de la société, met alors en place une véritable ligue contre les journaux ouvertement libéraux, anticléricaux et modernistes comme Il Fischietto, L’Opinione, Il Risorgimento. à cela s’opposent : L’Armonia, Lo Smascheratore, La Campana, La Civiltà Cattolica, et L’Unità Cattolica, journaux cléricaux, émanation directe de la dynamique créée par « L’Amicizia cattolica per la diffusione de’ buoni libri » qui fut la bête noire des libéraux à laquelle Faà di Bruno prendra activement part par ses articles et ses propres journaux. Faà di Bruno se révèle un soldat d’une nature différente mais non moins importante à ses yeux.

  • 47 FFB, Notes, 17 FFB 95. À ce propos consulter : Remy Fuentes, sous la direction de Madame le Profess (...)

24En 1876, alors âgé de cinquante-et-un ans, il reçoit le sacrement de l’Ordre. La dernière décennie de sa vie sera celle d’un prêtre, d’un homme de science, de lettres, d’art et dont l’action sociale se révèlera dense. Il sera alors, comme il l’écrivait lui-même dans son carnet de notes intimes un « miles Christi47 ».

25L’image du soldat et inséparable de l’homme qui l’incarne. En effet, ce sont les traits de culture et de caractère de cet homme, son substrat culturel, qui forment l’image du soldat qu’il reflète. FFB est riche d’une vaste formation savante dans des matières très diverses qui s’étendent de la musique à l’escrime en passant par l’astronomie et la théologie. Sa formation fut assurée par des institutions de première importance comme l’Académie Militaire Royale de Turin, la Sorbonne ou encore le Collège de France. De plus, sa profonde formation chrétienne a été ancrée en lui dès son plus jeune âge. Toutefois, en inscrivant la carrière militaire de FFB dans la perspective plus générale de sa biographie, l’on s’aperçoit rapidement qu’elle n’occupe qu’environ seize années (1840-1856) sur soixante-trois ans de vie (1825-1888). Toutefois, même si FFB démissionnera du corps d’État-major Général, nous pouvons constater qu’il restera fidèle au soldat qu’il était et à son image, simplement au service d’un idéal différent : celui du progrès du peuple, de la protection des femmes et de la sauvegarde de leur dignité. Ainsi, après avoir découvert l’image de l’homme avant celle du soldat, approchons de plus près de l’image ou des images du soldat que FFB propose en étudiant tout d’abord avec une attention particulière la naissance de sa vocation militaire puis l’aspect mondain du portrait qu’il laisse voir, celle du correspondant de guerre et enfin l’icône du soldat chrétien.

Francesco Faà di Bruno, images de soldat

Aux origines de sa vocation militaire

  • 48 Maria Luigia (Alexandrie, 13 octobre 1817) mourra quelques jours après sa naissance.
  • 49 Virginia (1808-1862) épousera Fabrizio Lazzari (1797-1860), Général des Carabiniers, Ministre de la (...)
  • 50 A una torpediniera nell’Adriatico, in Odi Navali, Milano, Fratelli Teves, 1893.

26FFB est le dernier d’une fratrie de douze enfants composée de sept filles et de cinq garçons dont onze vivront48. Quatre d’entre elles (pour reprendre l’expression consacrée) se sont « bien mariées49 », et deux sont entrées en religion. En revanche, sur les quatre frères, l’aîné embrasse une carrière diplomatique à laquelle il renoncera au profit de la gestion du patrimoine familial, deux choisiront la carrière ecclésiastique et un autre la carrière militaire : Giuseppe Maria (1815-1889) sera prêtre de la Société des Missions fondée par Vincenzo Pallotti et Supérieur général de sa congrégation, Carlo Maria (1814-1862) deviendra père Scolopio et grand philologue et critique littéraire reconnu, Emilio (1820-1866) sera capitaine du cuirassé Re d’Italia et périra à Lissa en 1866, il sera célébré par Gabriele d’Annunzio dans son ode A una torpediniera nell’Adriatico50.

  • 51 Sacra Rituum Congregatione…, op. cit., Depositiones testium ex processu ordinario taurinem, Déposit (...)
  • 52 «  Si tu choisissais la carrière ecclésiastique et puis, arrivé à la fin, tu t’en repentais, tu ne (...)
  • 53 Rémy Fuentes, FFB, un géant…, p. 26.

27Dans ce panorama familial, orphelin de mère et alors âgé de 15 ans, Francesco Faà di Bruno traverse une grave crise de vocation. Il se retrouve en effet à devoir choisir entre trois modèles de vies qui s’offrent à lui. Non sans douleur, il hésite entre une carrière ecclésiastique et une carrière militaire51. Toutefois, après avoir considéré le caractère indélébile du sacrement de l’Ordre et, sur les conseils de sa tante Dalloglio52, il optera pour une carrière militaire, apparemment moins radicale53. C’est ainsi que, le 15 octobre 1840, FFB intègre l’Académie Militaire Royale de Turin.

  • 54 Relevés de notes de l’Académie Militaire Royale de Turin, Archives d’État de Turin, Section IV, Div (...)
  • 55 Charles Albert, Promotion de FFB au grade de Lieutenant, Racconigi, 18 août 1846, AFFBTO, 3 FFB 19.

28Le cursus de l’Académie s’articulait alors sur quatre ans pour ceux qui se préparaient aux corps de Première Classe c’est-à-dire l’infanterie et la cavalerie et, sur six ans pour ceux qui étaient appelés aux dites « Armi dotte » qui conduisaient à l’artillerie, au génie ou à l’État-major. C’est pour cette dernière formation que FFB est choisi durant l’année académique 1842-1843. Il excellera dans les matières scientifiques, littéraires, religieuses et morales54 alors au programme de l’Académie en plus des matières portant strictement sur l’art de la guerre. Le 18 août 1846, le roi Charles-Albert promeut FFB au grade de Lieutenant surnuméraire du Corps Royal d’État-major Général55.

29L’image du jeune FFB est brillante. Aristocrate, docile aux ordres et à la discipline, Lieutenant d’État-major Général, FFB semble être destiné à prendre une part importante au sein de l’élite militaire du royaume Sarde, même si cette vocation militaire semble être un choix par dépit. Elle est certes guidée par son goût prononcé pour l’étude, l’application, l’ordre et le don de soi au service de la Patrie, mais aussi et surtout par la prudence, peut-être même la crainte de commettre une erreur en choisissant la soutane plutôt que l’uniforme.

30À travers l’analyse de la naissance de sa vocation militaire, l’image du soldat proposée par Francesco Faà di Bruno est celle du dernier fils d’une famille aristocratique de province, jeune garçon docile et pieux, brillant et appliqué à l’étude qui choisit la carrière militaire par crainte d’entrer en religion. Ce portrait, pour l’instant, semble bien courante dans notre Europe du xixe siècle. Cependant, un événement important vient compléter cette image ébauchée peut-être hâtivement, il s’agit du Risorgimento qui transformera le jeune FFB. Intéressons-nous à l’image du soldat du début des guerres d’Indépendance qui passera des salons soyeux aux champs de batailles.

Des salons aux champs de batailles :
FFB, image d’un soldat mondain

31La correspondance de FFB pour l’année 1848 (à laquelle nous nous limiterons ici) nous introduit dans son univers fait de jeux de pouvoirs, de mondanité, de rivalités entre familles courtisanes, entre parti conservateur et parti libéral, entre catholiques et francs maçons.

  • 56 FFB, lettre à Maria Luigia Radicati, Casale, 27 mars 1847, AFFBTO, 1 FFB 1.
  • 57 Ibidem.
  • 58 FFB, lettre à Maria Luigia Radicati, San Giovanni della Croce, 6 avril 1848, AFFBTO, 1 FFB 1.
  • 59 Ibidem.
  • 60 Ibidem.
  • 61 FFB, lettre à son père, Luigi Faà di Bruno, Cavriana, 12 avril 1848, AFCB, liasse «  Abate Francesc (...)
  • 62 Ibidem.
  • 63 FFB, lettre à son cousin, Ludovico Trotti, Cavriana, 21 avril 1848. In Aldobrandino Malvezzi, Il Ri (...)
  • 64 FFB, lettre à Costantino Radicati Talice di Passerano, son beau-frère, Guastalla, 5 mai 1848, Archi (...)
  • 65 Ibidem.
  • 66 FFB, lettre à Costantino Radicati, Valeggio, 31 mai 1848. AFFBTO, 1 FFB 1.
  • 67 Ibidem.
  • 68 Ibidem.
  • 69 FFB, lettre à Ludovico Trotti, Valeggio, 12 juin 1848. In Aldobrandino Malvezzi, op. cit., p. 282‑2 (...)
  • 70 Ibidem.
  • 71 Ibidem.
  • 72 Ibidem.
  • 73 FFB, lettre à Alessandro Faà di Bruno, Roverbella, 2 juillet 1848, AFCB, liasse «  Abate Francesco  (...)
  • 74 FFB, lettre au même, Roverbella, 11 juillet 1848, font. cit.
  • 75 Ibidem.
  • 76 FFB, lettre à Costantino Radicati, Vigevano, 10 août 1848. AFFBTO, 1 FFB 1.

32En 1848, le roi Charles-Albert déclare la guerre à l’Empire. Le jeune Lieutenant Faà di Bruno suit le duc Victor-Emmanuel au sein de la Brigade des Gardes de la division de Réserve qu’il commande. La correspondance de FFB nous permet de le suivre dans les différents endroits où le conduisent les mouvements militaires dictés par la stratégie développée par le Commandement de l’Armée Sarde : Casale Monferrato56, Lumello57, San Giovanni della Croce58, Cremona59, Rivarolo60, Cavriana61, Volta Mantovana62, les rives du Mincio63, Guastalla64, Sommacampagna65, Valeggio66, Peschiera67, Goito68, Rivoli69, Doliè70, Corona71, Vérone72, Roverbella73, Mantoue74, Borgoforte75 et Vigevano76.

  • 77 Ludovico Trotti (1829-1914), Sénateur du Royaume, Officier d’Artillerie et de Cavalerie est le fils (...)
  • 78 Concernant les critères de transcription se reporter aux critères de : Rémy Fuentes, Thèse de docto (...)

33Au cours de ces déplacements, FFB a quatre grands correspondants : le marquis Luigi son père, Alessandro son frère, Maria Luigia sa sœur et, enfin, le marquis Luigi Trotti77 son cousin. Dans ses lettres, FFB décrit la manière et les soins avec lesquels le Corps auquel il appartient est reçu. Les détails sont stupéfiants de mondanité comme dans cet extrait de lettre adressée à sa sœur Maria Luigia78 :

  • 79 Aucune trace retrouvée.
  • 80 FFB, lettre à Maria Luigia Radicati, San Giovanni della Croce, 6 avril 1848, AFFBTO, 1 FFB 1. La tr (...)

À Crémone, nous fûmes logés chez le Marquis Araldi, riche Seigneur, de grande courtoisie et gentillesse ; la Marquise plus encore ; d’ailleurs, elle écrivit un hymne en l’honneur du Duc Victor dont je t’envoie une copie ; moi, je l’ai mis en musique ; […] Pendant trois soirs consécutifs nous eûmes de la musique sous nos fenêtres ; le premier soir ce fut l’orchestre Italien, celui-là même qui servait déjà l’Autriche. […] Le deuxième soir c’est l’orchestre de la Garde Civile qui joua ; le troisième l’orchestre du théâtre. Il est impossible de te décrire la manière douce, sympathique, expressive dont un certain Monsieur Bigrami79 joua au violon, une fantaisie sur des motifs de théâtre mêlés à de grandes variations. Je n’ai jamais entendu rien de semblable et j’étais vraiment au troisième ciel. J’ai accompagné la Marquise à cheval seul à seul80.

  • 81 FFB, lettre à sa sœur Maria Luigia, Casale, 27 mars 1848, AFFBTO, 1 FFB 1. La traduction nous appar (...)
  • 82 Ibidem.

34Quelle image du soldat en guerre ! FFB compose de la musique : un hymne à Victor-Emmanuel, le soir il assiste à des concerts et se promène à cheval seul à seul avec la marquise Araldi. FFB nous laisse voir l’image d’un jeune Lieutenant brillant et mondain à la fois, pas encore aguerri aux champs de bataille et aspirant à la douceur de vivre. C’est cette même impression qui naît chez le lecteur de la lettre qu’il adressait à la même Maria Luigia, sa sœur, dans laquelle il écrit avoir demandé des livres : « J’ai demandé à la comtesse Thellung la faveur de m’envoyer quelques livres que j’ai laissés dans ma chambre et dont j’ai besoin81  ». Non seulement FFB exprime son désir de lecture, de culture, d’étude, de raffinement et d’évasion peut-être, alors qu’il est en pleine guerre, mais, en conclusion de cette lettre, il manifeste aussi la raison profonde pour laquelle il demande ses livres à la comtesse Thellung : «  je crains qu’il me manque un peu d’activité82 ».

  • 83 Ibidem.
  • 84 No d’inventaire R0366964.
  • 85 FFB, lettre à Luigi Faà, son père, Casale, 18 octobre 1848. Lettre évoquée par le marquis Luigi et (...)

35Après avoir craint l’ennui, FFB se préoccupe aussi de sa commande d’un sabre : «  Dis à Radicati qu’il me fasse le plaisir de passer chez l’armurier Gravier afin de voir s’il m’a déjà fait mon sabre avec la garde semblable à celle de la cavalerie83 ». Ici encore, la nécessité est marquée par le goût du raffinement et de l’élégance, c’est bien ce qui apparaît du sabre aujourd’hui conservé dans le musée FFB à Turin84. Dans la même dynamique de cette requête se trouve celle adressée au marquis Luigi, son père dans laquelle FFB sollicite de l’argent afin d’acheter des chevaux85 ; ce qui provoquera la réponse suivante :

  • 86 Luigi Faà, lettre à Francesco Faà di Bruno, son fils, Bruno, 31 Octobre 1848, AFCB, liasse «  March (...)

Bruno, 31 [Octo]bre 1848
Très cher Fils,
Je te dois encore une réponse à ta lettre du 18 depuis Casale. Je ne réussis pas à comprendre comment un simple Officier ait à mener le train de vie d’un Général et, ainsi, de posséder trois chevaux. Quoi qu’il en soit, si tu as une telle soif de luxe et de vanité et ce, malgré tes vertus, je contribuerai à cette dépense à hauteur de 500 lires86.

  • 87 FFB, lettre à sa sœur Maria Luigia, Casale, 27 mars 1848, font. cit.

36Cette réponse du marquis Luigi met clairement en lumière ce qu’il pense de son fils assoiffé de « luxe » et de « vanité ». Cet esprit mondain et vaniteux de FFB se révèle mieux encore dans la conclusion d’une de ses lettres à sa sœur Maria Luigia : « Si la guerre ne consistât seulement à passer de beaux jours comme à Crémone, cela serait la plus belle chose du monde87 ».

37L’image du soldat proposée par Francesco Faà di Bruno semble être plutôt frivole, préoccupée par les choses du monde et par des plaisirs élégants et fins tels que la lecture et la musique. Cependant, les combats et les contraintes géopolitiques dont il fait part dans ses lettres apportent une nuance à ce portrait somme toute bien mondain.

Francesco Faà di Bruno,
image du soldat correspondant de guerre

38Par sa correspondance FFB se fait le parfait témoin de son temps. En effet, il délivre des informations plus ou moins secrètes, plus ou moins importantes. Ainsi, tout au long de la période belliqueuse de 1848, FFB se fait l’informateur de ses parents et amis, comme dans cette lettre au marquis Luigi Trotti son cousin :

  • 88 FFB, lettre au marquis Ludovico Trotti, Cavriana, 21 avril 1848. In Aldobrandino Malvezzi, op. cit.(...)

Cavriana, le 21 avril 1848
Depuis le Quartier Général de la Division de Réserve,
Très cher cousin,
Nous sommes sur le Mincio, chefs de la ligne. […]. Les reconnaissances offensives faites dans les derniers jours nous ont fait comprendre que la
stratégie de l’ennemi est de nous tenir enfermés dans Mantoue et dans Vérone. […] Les volontaires, si courageux dans les débuts, désormais, en grande partie, fuient la marche, les difficultés et le bivouac, changent de voie et rentrent chez eux. Il ne faut pas taire que les peu qui restent sont vraiment valeureux ; que, de surcroît, étant les plus nombreux, ils nous rendent un très grand service par l’ardeur avec laquelle ils s’avancent les premiers, ou contre le feu, ou contre l’ennemi. […]
Soit dit entre nous : Milan, l’honneur éternel de la première poussée et de la première révolte, mais, sans le Piémont, penses-tu que la question de l’indépendance serait ainsi à ce point presque résolue ? […]
Francesco Faà di Bruno 88

39Dans cette lettre, FFB donne des informations sur la stratégie autrichienne. De plus, outre commenter la qualité des soldats volontaires et la prouesse de la majorité, il affirme l’importance de l’action du Piémont dans cette Guerre d’Indépendance. Il fera de même dans une lettre à son père le marquis Luigi qui, à son tour, en rapportera le contenu à son fils Alessandro :

  • 89 L’absence de majuscule apparaît dans le texte original.
  • 90 Radetzky.
  • 91 Marquis Luigi Faà, lettre à Alessandro Faà, son fils, Bruno, 23 mai 1848, AFCB, liasse « Marchese L (...)

Les allemands89 multiplient les défenses de Vérone : palissades, barbacanes, mines etc. Ils sont 25 m[ille] dans Vérone ; bien munis de vivres et d’artillerie mais manquant d’artilleurs. Pour cela ils instruisent les fantassins de cette arme. Les Hongrois ont été appelés par Radescki90 qui les envoie par petits corps. Les troupes considèrent Radescki comme un imbécile qui ne parle que de son repli de Milan et qui a toujours les mains sur les oreilles pensant entendre les cloches sonner à la volée et qui dans tous les villages où ils passaient faisait couper les cordages des clochers. Les Italiens voudraient déserter mais ils sont gardés par les Croates, ils sont au nombre de 4 m[ille] dans leurs troupes. Le siège de Peschiera durera / je ne comprends pas bien si ce sera 30 ou 50 jours. Il affirme qu’à Milan 10 m[ille] homme sont déjà prêts que l’on en prépare encore 50 m[ile]91.

  • 92 FFB, lettre à Costantino Radicati, Guastalla, 26 mai 1848, AFFBTO, 1 FFB 1.
  • 93 Ibid. et Rémy Fuentes, Thèse de doctorat, op. cit.

40FFB décrit les manœuvres, le nombre d’hommes, de munitions, les comportements des soldats italiens et ennemis, mais tourne aussi Radetzky en dérision. Cependant, d’autres informations plus insolites pourraient peut-être avoir plus de saveur encore : « Hier deux déserteurs arrivant de Peschiera se sont rendus aux nôtres. Ils donnèrent un grand nombre de renseignements importants au Duc de Gênes au sujet de leur situation92 » ; suit l’état des lieux des troupes ennemies, de leurs munitions et de leurs vivres93. L’image de FFB est bien différente de celle à laquelle nous commencions à nous habituer.

  • 94 FFB, lettre à Costantino Radicati, 26 mai 1848, font. cit.

41En outre, d’autres informations parfois indiscrètes voire secrètes sont rapportées accompagnées d’imprécations pleines de prudence, comme celles-ci sous la plume du marquis Luigi dans une lettre à son fils Alessandro : « Les nouvelles provenant de Francesco sont que le Roi s’expose toujours trop imprudemment et par simple curiosité ; mais tais ces derniers morts94 ».

  • 95 Ibidem.
  • 96 Ibidem.

42Cependant, l’image de l’informateur presque neutre que FFB semblerait refléter devient parfois celle du critique amer. En effet : « tout est négligé, tout est improvisé95 » s’écrira-t-il au sujet de la construction de deux ponts pour servir à la retraite près de Peschiera, du creusement de tranchées à Villafranca-Sommacampagna qui ne seront pas réalisées, du déploiement des batteries et de la cavalerie ainsi que de la protection des arrières et de la lutte contre l’espionnage96. L’image du soldat Faà di Bruno est désormais celle du Lieutenant d’État-major souffrant de voir un commandement peut-être peu appliqué et peu scrupuleux. À ce sujet, sa lettre à Costantino Radicati, son beau-frère, est révélatrice à la fois du problème grave d’espionnage et de celui du manque de discrétion sur les stratégies engagées mais aussi de l’esprit critique de FFB qui semble toutefois naître de son patriotisme et de sa volonté politique d’unité :

  • 97 L’absence de majuscule apparaît dans le texte original.
  • 98 FFB, lettre à Costantino Radicati, Valeggio, 5 juin 1848, AFFBTO, 1 FFB 1. La traduction nous appar (...)

Très cher beau-frère,
Hier nous devions mener une grande bataille contre l’ennemi qui se trouve à Sacca, S[anta] Maria, Solarolo et Ceresara […] Le projet présenté par le Gén[éra]l Bava était beau et satisfaisant. […] Mais, que veux-tu ? À cause de ce grand vice qu’ici tout se sait et que rien ne reste secret, la veille au soir, tous savaient que le lendemain nous aurions livré bataille, ainsi il fut facile aux allemands97 de le savoir. Ces derniers, dans leur lâcheté et dans leur peur, craignant une défaite solennelle ne voulurent pas même se mettre à l’épreuve et, bien vite, après minuit, commencèrent leur retrait ou, pour le formuler différemment, leur fugue, en abandonnant des positions très fortes. Promptement ils entrèrent dans Mantoue de manière à ce que les Grazie, Curtatone […] restaient complètement abandonnées. Allant aux Grazie et, trouvant la place vide, le Roi dit : Quel opprobre pour cette armée, quelle ignominie. Comment donc expliquer cela98 ?

  • 99 FFB, lettre à Alessandro Faà, son frère, Paris 29 novembre [1850], Petit Bourbon 18, AFCB, liasse « (...)

43L’image du soldat FFB est ici bien différente. C’est celle du soldat engagé au service de son Roi et de sa patrie, il ne désire que l’efficacité de son armée et la victoire contre l’ennemi auquel il n’accorde pas même la majuscule lorsqu’il le nomme : « les allemands ». FFB dénonce les erreurs commises et, en négatif, propose aussi des solutions à ces carences stratégiques. En effet, ces sentiments le conduiront à publier l’ouvrage du Feldmarschall Heinrich von Hess, c’est bien ce que FFB écrira lui-même : « Reconnaissance et amour de la patrie me firent entreprendre une traduction de l’Histoire de la guerre de Lombardie écrite par les Autrichiens99 ».

  • 100 Feldrmarschall Heinrich von Hess, Evènements de la guerre faite en Italie par l’Armée Autrichienne (...)
  • 101 FFB, Cartes pour servir à l’intelligence des opérations militaires entre le Chiese et l’Adige, grav (...)
  • 102 FFB, lettre à Alessandro Faà di Bruno, Paris 29 novembre [1850], Petit Bourbon 18, AFCB, liasse « A (...)
  • 103 Ibidem.

44Le titre définitif de cette traduction publiée en 1850 sera : événements de la guerre faite en Italie par l’Armée Autrichienne du 7 mai au 9 août 1848100. Il complètera cet ouvrage par sa Carte pour servir à l’intelligence des opérations militaires entre le Chiese et l’Adige101. Le portrait proposé par le soldat FFB est ici celui du soldat dévoué à son Souverain, à sa Patrie et au Corps auquel il appartient, parfaitement loyal et fidèle. Toutefois, cette image sera écornée lorsque ces publications au service du progrès de la stratégie militaire seront frappées d’interdit par le Ministère de la Guerre alors dirigé par La Marmora102 (1804-1878). L’image du soldat FFB sera alors celle du militaire trahi par son propre camps et par les idéaux qu’il défendait au prix de son sang103. Cet événement constitue certainement l’incipit de son rejet de la carrière militaire. Cependant, Faà di Bruno ne manque pas d’idéaux. En effet, toute l’image du soldat qu’il aura incarné fut largement marquée par son caractère chrétien.

Francesco Faà di Bruno,
image ou… « icône » du soldat chrétien

45Après avoir ébauché l’image du soldat mondain et celle du soldat informateur de guerre que fut FFB, abordons ici l’icône du soldat chrétien. Ce sujet pourrait sembler quelque peu inapproprié, cependant dans la société européenne du xixe siècle, la dimension chrétienne et spirituelle reste encore difficilement inévitable et incontournable dans les actes de la vie quotidienne. Ainsi, dans une lettre adressée à son père, FFB exprime parfaitement combien le fait religieux, adossé aux manœuvres militaires, même si elles sont de parade, relève éminemment de la sphère publique et touche toute la communauté nationale dans son ensemble :

  • 104 FFB, lettre au marquis Luigi Faà di Bruno, Turin, le 29 Février [1848], AFCB, liasse « Abate France (...)

Hier il y a eu la grande fête nationale, comme vous saurez. Du même temps qu’on chantait le Te Deum dans la place Vittorio avant l’Église de la G[rand]e Mère de Dieu, le Roi passait la revue aux troupes. […] Le défilé dura 3 heures. Le soir grande et magnifique illumination. De toutes les choses ce qui m’a plu davantage c’est le Carroccio. C’est un grand char surmonté d’une longue croix à laquelle était affichée une énorme bannière. On y avait attelé 3 paires de bœufs gras. […] C’était un spectacle imposant, qui a attiré les regards et les vivats de toute la population104.

46L’image que reflète le soldat FFB, outre celle du patriote et du jeune militaire dévoué et patriote, est complétée par des sentiments de dévotion. Cependant, dans une lettre à sa sœur Maria Luigia, FFB rapporte combien ce sentiment religieux apparaît, plus qu’un seul fait d’ordre personnel, le fait de toute l’armée au combat :

  • 105 FFB, lettre à Maria Luigia Radicati, Casale, 27 mars 1848, AFFBTO, 1 FFB 1.

Ce matin même la suite du Roi, à Alexandrie eut à subir une grande souffrance. En effet un scrupule sorti de je ne sais quelle conscience a fait demander à M[onseigneu]r Pasio, si le jeûne pouvait être rompu ; M[onseigneu]r Pasio répondit non et, le cortège, restant l’estomac vide eut pour seule nourriture sa seule rage105.

47Ainsi, durant cette période de carême, l’évêque d’Alexandrie du Piémont ne concéda pas aux troupes de rompre le jeûne. La pratique religieuse est donc d’ordre public et touche la communauté militaire tout autant que la société civile dans son ensemble. L’image chrétienne reflétée par le soldat FFB n’a donc rien d’original en elle-même. Cependant, ce qui est peut-être un peu moins ordinaire, ce sont précisément la pratique religieuse et la foi profonde que FFB révèle dans ces lignes :

  • 106 FFB, lettre à sa sœur Maria Luigia, Cavriana, 18 avril 1848, AFFBTO, 1 FFB 1. La traduction nous ap (...)

Cavriana, le 18 avril 1848
Très chère sœur,
Je viens de faire mes Pâques dans la paroisse de ce village. Combien je serais heureux si Dieu pouvait rester avec moi jusque en cet instant que, Lui, dans les circonstances présentes, aurait choisi pour me rappeler à Lui ! […] N’oublie pas de penser devant Dieu à tous ces officiers, à tous ces soldats, qui, je crains, dans des instants si fatals, ne prennent pas soin de se purifier et de se laisser conforter [par les sacrements], toujours à cause de cette négligence des choses divines dont ils se sont revêtue en temps de paix et dont, en temps de guerre, ils ne réussissent plus à se défaire. […] Je t’assure qu’en cela aussi tu apporteras un bien on ne peut plus grand à la patrie, puisque, les soldats en état de grâce sont les plus valeureux au combat106. […]

48Dans cette lettre, FFB dévoile de lui-même une image nouvelle et surprenante ; il révèle en quelque sorte son cœur de soldat, cœur que nous voyons profondément animé par la foi. Il communie, va à la messe, prie, demande que l’on prie pour lui et pour ses camarades. Il pense à la mort, désire mourir en état de grâce et de communion. Cependant, ce qui reste le plus important à souligner, outre sa grande transparence et son manque de pudeur en matière spirituelle, c’est que FFB fait le lien entre la foi, l’état de grâce, c’est-à-dire cet état sans péché et, la prouesse au combat.

49En effet, l’image du soldat chrétien est complétée par une sorte de théorisation du comportement de ses camarades. FFB exprime ses convictions au sujet du courage des soldats croyants et vivant de leur foi, courage dont le moteur semble être la sublimation de la mort par le truchement de la foi. Aussi désire-t-il que ses compagnons d’armes vivent en état de grâce. C’est bien pour cela qu’il demande à sa sœur Maria Luigia et, plus loin, à sa sœur Luigia Delfina, Supérieure du couvent de la Visitation de Turin, d’intercéder pour ses camarades. Toutefois, la prière va au de là même de la mort. En effet, FFB se préoccupe du destin eschatologique de ses compagnons. L’image du soldat chrétien devient vaste et complète car le but du chrétien est d’accéder aux biens éternels, c’est bien le désir de FFB pour lui et pour ses compagnons d’armes. Ici émerge une attention particulière à la prière pour les défunts dont FFB fera le centre de la spiritualité de la congrégation de religieuses qu’il fondera, trente-trois ans plus tard, en 1881 : les Minimes de Notre-Dame du Suffrage. Dans la première règle qu’il écrira pour cette congrégation, il précisera en effet ce qui suit :

  • 107 FFB, Ragguali intorno alla Congregazione del Suffragio, [Turin], 19 octobre 1870, AFFBTO, 1 SZ 2.

Article 1 : But [de la congrégation] : il est d’amoindrir par les prières et par les œuvres les peines des âmes du Purgatoire et, de contribuer par la vie active, à la direction et au bon fonctionnement de la plus singulière partie de cette maison107.

50De plus, à partir de 1863, FFB veut faire édifier une église sur ses terres qu’il avait achetées Borgo San Donato à Turin. Église qui verra le jour à la fin de l’année 1876. La raison pour laquelle il dépense ses forces et son patrimoine est clairement exprimée dans une lettre circulaire qu’il adresse aux anciens élèves de l’Académie Militaire Royale de Turin :

  • 108 FFB, Appel aux ex-Académiciens. Texte reporté par le chanoine Agostino Berteu in Vita dell’Abate Fr (...)

[…] je me ferai violence afin de vous annoncer que, bouleversé par l’abandon dans lequel gisent tant de pauvres défunts, en particulier tant de victimes fauchées par les dernières guerres, j’eus pour projet depuis 1863 de leur ouvrir un Sanctuaire de prière et d’expiation. Si les cendres de ceux qui versèrent leur sang pour la Patrie sont honorées à l’Ossuaire de Solferino, ici, en alliant la Foi à la Charité, on aura pour seule préoccupation d’amoindrir le tribut que ces soldats défunts pourraient encore devoir à la Justice divine à cause de la fragilité humaine108.

  • 109 FFB, Manuale del soldato cristiano, Turin, Marietti, 1854, AFFBTO, tiroir des œuvres publiées par F (...)

51Tout est dit de ses intentions et du moteur de son action. FFB profondément marqué par l’expérience de la mort de ses compagnons d’armes voudra outre leur rendre hommage, selon sa foi, leur prêter un dernier service : celui de la prière. L’expérience fondatrice de 1848 conditionnera toute son action. FFB image du soldat chrétien, pour ses compagnons d’arme ira aussi jusqu’à écrire le Manuale del soldato cristiano109 sur le modèle de ceux qui étaient distribués par la Société de Saint-Vincent-de-Paul aux troupes françaises. FFB sa vie durant restera jusque dans son corps (il avait été blessé et se déplaçait avec une canne) l’icône même du soldat chrétien, dévoué envers sa nation, sa patrie et envers ses compagnons d’armes.

Image dévoilée

52L’art du portrait est complexe. Il doit saisir toutes les nuances du corps et du visage du modèle, celles aussi de sa personnalité et de son caractère. Pour notre part, seule sa correspondance nous a permis de saisir les traits de cet homme à la personnalité riche et complexe. Aussi, cette documentation nous a permis d’ébaucher et de définir l’image d’un soldat plutôt atypique : brillant, curieux, artiste, aimant le monde et ses plaisirs, académicien, chrétien, étudiant de la Sorbonne et du Collège de France, ami d’intellectuels, d’Académiciens et d’acteurs parisiens de l’action sociale française. FFB est l’image même du soldat loyal envers son pays et son Roi. Il désire le servir ainsi que sa patrie. C’est même au prix de procès qu’il devra affronter à Paris à la suite de la parution de sa traduction de l’ouvrage du maréchal Hess et de sa Carte du Mincio que FFB veut servir son pays en l’informant sur la perception qu’a eue l’ennemi sur les mouvements militaires sardes de 1848. C’est pourquoi il traduira l’œuvre de Hess et fera graver sa Carte du Mincio. Le portrait de FFB ne sera plus le même qu’avant 1848. La guerre le changera profondément. Une nouvelle image s’imposera : celle d’un homme dont le centre de la vie et de l’action se déplacera jusqu’à le pousser à consacrer toutes ses énergies à la science et au progrès social.

Haut de page

Notes

1 Pour des raisons de brièveté, nous utiliserons ses initiales « FFB » pour le nommer dans la suite de l’article.

2 Remy Fuentes, Trace d’une vie (titre provisoire), édition critique et commentée de la correspondance manuscrite originale de FFB, thèse de Doctorat en cours sous la Direction de Madame le Professeur Théa Picquet.

3 Les deux versions s’entrelacent régulièrement dans les documents généalogiques : Olivero, Genealogia della nobile famiglia dei Faà Marchesi di Bruno, Conti di Carentino, Signori di Fontanile, Patrizi di Alessandria, Alessandria, Pane, 1913. Archives Francesco Faà di Bruno à Turin (dénommés par la suite «  AFFBTO  ») Fam 1, p. 18.

4 Olivero, op. cit., p. 5.

5 Ibidem, p. 18.

6 Courant de spiritualité développé en France après la Réforme catholique.

7 Ces œuvres sont encore inédites et sont conservées à l’état de manuscrit dans les Archives Familiales du Château de Bruno (dénommés par la suite : «AFCB »).

8 Le grand-père de FFB, dans sa correspondance signait toujours en utilisant une forme francisante de son nom : François Faà de Brun. Comme le fera aussi son petit-fils durant sa période parisienne. Olivero, op. cit., p. 16.

9 Sacra Rituum Congregatione, Taurinem, Beatificationis et Canonizationis Servi Dei Francisci Faà di Bruno, Sacerdotis saecularis, Fundatoris Conservatorii B[eatam] M[ariam] V[irginis] de Suffragio et S[anctae] Ziatae. Positio super virtutibus, Roma, Guerra e Belli, 1968, 858 p., Depositiones testium ex processu ordinario taurinem, Déposition de Giuseppe Bezzi, Chanoine de la Collégiale de Notre-Dame du Mont Carmel d’Alexandrie, p. 473. Archives Générales de la Congrégation des Sœurs Minimes à Turin, « Armoire du Fondateur ».

10 Padre Caimotto, Lettera di accompagnamento per la relazione su Francesco Faà di Bruno ed i suoi rapporti coi Padri Somaschi nell’ambito del processo di beatificazione, Gênes, 6 septembre 1988, AFFBTO, 1 Doc 1.

11 [s.n.] [s.d.] Regolamento del Collegio Reale di Novi Ligure, AFFBTO, 1 Doc 1. La traduction nous appartient.

12 Francesco Luigi Rogier, La Regia Accademia Militare di Torino. Note storiche (1816-1870), Torino, Vicenzo Bona, 1916, vol. I.

13 Commandant Pettinengo, Certificat d’obtention du grade de Lieutenant avec détails des examens présentés auprès de l’Académie Militaire de Turin, Turin, 24 septembre 1850. AFFBTO, 3 FFB 19.

14 FFB, lettre à la comtesse Maria Luigia Radicati Talice di Passerno, sa sœur, S[an] Giovanni della Croce, 6 avril 1848. AFFBTO, 1 FFB 1.

15 « Maintenant je suis campé dans le village de San Maurizio, Quartier Général du Duc de Gênes, Commandant de tout le camps dont je fais partie. » FFB, lettre à Alessandro Faà di Bruno, son frère, Campo di S[an] Maurizio, 14 mai 1849, AFCB, liasse « Abate Francesco ».

16 FFB, Carte pour servir à l’intelligence des opérations militaires entre le Chiese et l’Adige. Gravée sur pierre par Régnier et Dourdet à Passage Sainte Marie (Rue du Bac), Paris, 1851. AFFBTO, 16 FFB 26.

17 Feldrmarschall Heinrich Von Hess, Évènements de la guerre faite en Italie par l’Armée Autrichienne du 7 mai au 9 août 1848. Ouvrage traduit par le Chevalier François Faà d  Brun. Paris, L. Martinet, 1851.

18 Ambasciata di Sua Maestà il Re di Sardegna in Parigi, Certificat de la mission spéciale d’étude à Paris, Paris, 20 août 1850, AFFBTO, 3 FFB 19.

19 Ministero della Guerra, Dispense du service militaire, Turin, 5 octobre 1849, AFFBTO, 3 FFB 19.

20 « Depuis le 15 du mois passé je suis les cours de la Sorbonne ; maintenant aussi ceux de l’École Polytechnique et du Collège de France. » FFB, lettre à son frère Alessandro, Paris, 3 décembre 1849, Rue du Petit Bourbon, 18, AFCB, liasse « Abate Francesco ».

21 Rémy Fuentes, sous la Direction de Madame le Professeur Théa Picquet, Thèse de Doctorat : FFB, traces d’une vie, édition critique et commentée de la correspondance originale de FFB (titre provisoire), Aix-Marseille Université, École Doctorale Lettres, Arts, Cultures et Sociétés.

22 Matthieu Bréjon de Lavergnée, La Société de Saint-Vincent-de-Paul au xixe siècle (1833-1871), Paris, Cerf, 2008, 713 p.

23 République Française, Ministère de l’Instruction Publique, Diplôme de Licence ès-Sciences mathématiques, Paris, 24 avril 1851, AFFBTO, 3 FFB 22.

24 Regio Ministero della Guerra, Nomination au poste de Professeur de Géodésie auprès de l’École Royale d’Application du Corps d’État-major Général de Turin, Turin, 30 septembre 1864, AFFBTO, 3 FFB 23.

25 FFB, Memoria sopra lo stabilimento di un Osservatorio magnetico e meteorologico in Torino presentata all’Accademia delle Scienze nell’Inverno 1853 dal Cavaliere Francesco Faà di Bruno, Torino, Tip[ografia] scolastica di Sebastiano Franco e Figli, 1854, AFFBTO, 5 FFB 27.

26 Rémy Fuentes, François Faà di Bruo, un géant de la foi et de la charité, ouvrage publié avec le concours du Centre d’Études Francesco Faà di Bruno, Turin, Fratelli Scaravaglio, 2012, 253 p., Index des publications scientifiques de FFB, par ordre chronologique, p. 223-230.

27 Op. cit.

28 Op. cit.

29 FFB, lettre à Adolphe Baudon, Président des Conférences de Saint-Vincent-de-Paul, Alexandrie, 12 février 1853, Archives de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, Paris. Reportée in Rémy Fuentes, Thèse de Doctorat, op. cit.

30 FFB, lettre à son frère Alessandro, [Turin], 13 janvier 1854, AFCB, liasse « Abate Francesco ».

31 Rémy Fuentes, FFB, géant… Index des publications musicales de FFB, p. 230-235.

32 Thèses présentées à la Faculté des Sciences de Paris pour obtenir le grade de Docteur ès-Sciences, par le Chevalier François Faà de Bruno, Capitaine honoraire d’État-major dans l’Armée Sarde. Thèse d’Analyse - Théorie de l’Élimination ; Thèse d’Astronomie - Développement de la fonction perturbatrice et des coordonnées d’une planète dans son mouvement elliptique, Soutenue en 1856 devant la Commission d’examen : MM. Cauchy, Président, Lamé, Delaunay, Paris, Mallet-Bachelier, 1856, AFFBTO, 3 FFB 22.

33 «  à l’Observatoire de Paris, Monsieur Leverrier […] me recevait en tant qu’Astronome associé. » FFB, lettre à « Ill[ustrissim]o Sig[no]r Rettore », Turin, 16 nov[embre] 1864, Archivio Centrale di Stato, Roma, EUR, Min. P.I., Personale, Busta « Faà di Bruno ».

34 FFB, Écritoire Bruno pour les aveugles, Paris, 1856, Musée FFB à Turin, n. inv. 243. FFB l’accompagna de ses Presentazioni ed Istruzioni per l’uso dello Scrittoio Bruno per ciechi, Turin, [1858]. Cet instrument fur récompensé de la médaille d’argent à l’Exposition des Produits de l’Industrie de Turin de 1858 et de la «  Menzione Onorevole » à l’Exposition Internationale de Dublin de 1865.

35 Empire Français, Diplôme de Docteur ès-Sciences mathématiques, Paris, 23 décembre 1866, AFFBTO, 3 FFB 22.

36 FFB, Memorie del Conservatorio, [Turin], « dal 2 febbraio 1859  », AFFBTO, 1 Zita 6.

37 AFFBTO, Fondo Opera Pia di Santa Zita et Rémy Fuentes, FFB, un géant…, p. 105-113.

38 Sa première nomination de « Docente straordinario  » n’arrivera qu’en 1871 et sera renouvelée chaque année académique par décret ministériel émanant du Ministère Italien de l’Instruction Publique jusqu’en 1887 : Minsitero della Pubblica Istruzione, Decreti di nomina a Docente straordinario di Analisi superiore del Cav[aliere] Francesco Faà di Bruno presso la Regia Università di Torino, per gli anni accademici 1871-1887, AFFBTO, 3 FFB 25.

39 AFFBTO, 1 Doc 8 et Rémy Fuentes, FFB, un géant…, p. 90-99.

40 AFFBTO, 16 FFB 81 et ibidem, p. 99-105.

41 AFFBTO, 1 Doc 10 et ibidem, p. 52-55.

42 AFFBTO, 16 FFB 87 et ibidem, p. 55-61.

43 Remy Fuentes, FFB, un géant…, op. cit., Index des publications de FFB, p. 223-241.

44 AFFBTO, 16 FFB 86 et ibidem, p. 195-200.

45 AFFBTO, 9 Zita 50-52 et ibidem, p. 204-208.

46 Ibidem, p. 158-166.

47 FFB, Notes, 17 FFB 95. À ce propos consulter : Remy Fuentes, sous la direction de Madame le Professeur Théa Picquet, François Faà di Bruno, traces de vie cachée, édition critique et commenté de Notes, carnet de notes intimes manuscrit original et inédit de FFB, Mémoire soutenu en vue de l’obtention du master Recherche Aire Culturelle Romane (deuxième année), mention Italien, Université de Provence, Aix-Marseille I, UFR ERLAOS, année académique 2009-2010.

48 Maria Luigia (Alexandrie, 13 octobre 1817) mourra quelques jours après sa naissance.

49 Virginia (1808-1862) épousera Fabrizio Lazzari (1797-1860), Général des Carabiniers, Ministre de la Police et Sénateur du Royaume ; Costanza (1812-1837) : Giovanni Tornielli di Crestvolant, Assesseur du Tribunal Royal de la Préfecture d’Asti ; Maria Luigia (1821-1879) Costantino Radicati Talice di Passerano (1812-1895), Préfet de Turin ; enfin, Antonietta (1823-1902) épousera le comte Paolo Appiani di Castelletto (1792-1863), Intendant Général des Armées, Premier Vice-Intendant de la Guerre.

50 A una torpediniera nell’Adriatico, in Odi Navali, Milano, Fratelli Teves, 1893.

51 Sacra Rituum Congregatione…, op. cit., Depositiones testium ex processu ordinario taurinem, Déposition de Secundina Borrin, p. 89.

52 «  Si tu choisissais la carrière ecclésiastique et puis, arrivé à la fin, tu t’en repentais, tu ne serais plus à temps pour retourner en arrière : si en revanche tu entamais une carrière militaire et, que par la suite cette vocation te manquerait, tu serais toujours à temps et, particulièrement, tu serais toujours libre d’entreprendre la carrière ecclésiastique  ». Propos de la tante Dalloglio rapporté par Secundina Borin dans sa déposition in Sacra Rituum Congregatione… op. cit., Depositiones…, p. 89.

53 Rémy Fuentes, FFB, un géant…, p. 26.

54 Relevés de notes de l’Académie Militaire Royale de Turin, Archives d’État de Turin, Section IV, Division personnelle, 1843, nn. 1803-2249.

55 Charles Albert, Promotion de FFB au grade de Lieutenant, Racconigi, 18 août 1846, AFFBTO, 3 FFB 19.

56 FFB, lettre à Maria Luigia Radicati, Casale, 27 mars 1847, AFFBTO, 1 FFB 1.

57 Ibidem.

58 FFB, lettre à Maria Luigia Radicati, San Giovanni della Croce, 6 avril 1848, AFFBTO, 1 FFB 1.

59 Ibidem.

60 Ibidem.

61 FFB, lettre à son père, Luigi Faà di Bruno, Cavriana, 12 avril 1848, AFCB, liasse «  Abate Francesco  ».

62 Ibidem.

63 FFB, lettre à son cousin, Ludovico Trotti, Cavriana, 21 avril 1848. In Aldobrandino Malvezzi, Il Risorgimento Italiano in Un carteggio di patrioti italiani (1820‑1860), Milano, Heoplì, 1924, p. 267‑270.

64 FFB, lettre à Costantino Radicati Talice di Passerano, son beau-frère, Guastalla, 5 mai 1848, Archives Radicati à Passerano, liasse «  Faà di Bruno  ».

65 Ibidem.

66 FFB, lettre à Costantino Radicati, Valeggio, 31 mai 1848. AFFBTO, 1 FFB 1.

67 Ibidem.

68 Ibidem.

69 FFB, lettre à Ludovico Trotti, Valeggio, 12 juin 1848. In Aldobrandino Malvezzi, op. cit., p. 282‑283.

70 Ibidem.

71 Ibidem.

72 Ibidem.

73 FFB, lettre à Alessandro Faà di Bruno, Roverbella, 2 juillet 1848, AFCB, liasse «  Abate Francesco  ».

74 FFB, lettre au même, Roverbella, 11 juillet 1848, font. cit.

75 Ibidem.

76 FFB, lettre à Costantino Radicati, Vigevano, 10 août 1848. AFFBTO, 1 FFB 1.

77 Ludovico Trotti (1829-1914), Sénateur du Royaume, Officier d’Artillerie et de Cavalerie est le fils de Giacoma Faà di Bruno épouse du marquis Antonino Trotti-Bentivoglio di Milano et fille de Enrico Faà di Bruno (1789-1872), frère de Luigi Faà di Bruno, le père de FFB. Ludovico Trotti est donc le petit-fils de l’oncle de FFB, Enrico Faà di Bruno.

78 Concernant les critères de transcription se reporter aux critères de : Rémy Fuentes, Thèse de doctorat, op. cit.

79 Aucune trace retrouvée.

80 FFB, lettre à Maria Luigia Radicati, San Giovanni della Croce, 6 avril 1848, AFFBTO, 1 FFB 1. La traduction nous appartient.

81 FFB, lettre à sa sœur Maria Luigia, Casale, 27 mars 1848, AFFBTO, 1 FFB 1. La traduction nous appartient.

82 Ibidem.

83 Ibidem.

84 No d’inventaire R0366964.

85 FFB, lettre à Luigi Faà, son père, Casale, 18 octobre 1848. Lettre évoquée par le marquis Luigi et dont nous n’avons pas retrouvé trace ni in AFFBTO, ni in AFCB.

86 Luigi Faà, lettre à Francesco Faà di Bruno, son fils, Bruno, 31 Octobre 1848, AFCB, liasse «  Marchese Ludovico ». La traduction nous appartient.

87 FFB, lettre à sa sœur Maria Luigia, Casale, 27 mars 1848, font. cit.

88 FFB, lettre au marquis Ludovico Trotti, Cavriana, 21 avril 1848. In Aldobrandino Malvezzi, op. cit., p. 267‑270. La traduction nous appartient.

89 L’absence de majuscule apparaît dans le texte original.

90 Radetzky.

91 Marquis Luigi Faà, lettre à Alessandro Faà, son fils, Bruno, 23 mai 1848, AFCB, liasse « Marchese Luigi ». La traduction nous appartient.

92 FFB, lettre à Costantino Radicati, Guastalla, 26 mai 1848, AFFBTO, 1 FFB 1.

93 Ibid. et Rémy Fuentes, Thèse de doctorat, op. cit.

94 FFB, lettre à Costantino Radicati, 26 mai 1848, font. cit.

95 Ibidem.

96 Ibidem.

97 L’absence de majuscule apparaît dans le texte original.

98 FFB, lettre à Costantino Radicati, Valeggio, 5 juin 1848, AFFBTO, 1 FFB 1. La traduction nous appartient.

99 FFB, lettre à Alessandro Faà, son frère, Paris 29 novembre [1850], Petit Bourbon 18, AFCB, liasse « Abate Francesco  ».

100 Feldrmarschall Heinrich von Hess, Evènements de la guerre faite en Italie par l’Armée Autrichienne du 7 mai au 9 août 1848. Ouvrage traduit de l’allemand par le Chevalier François Faà de Bruno, Paris, Martinet, 1851. Un exemplaire est conservé dans les AFFBTO, tiroir des œuvres publiées de FFB. Volume sans numéro d’inventaire.

101 FFB, Cartes pour servir à l’intelligence des opérations militaires entre le Chiese et l’Adige, gravées sur pierre par Régnier et Dourdet à Passage Sainte Marie, rue du Bac, Paris, 1851, AFFBTO, 4 FFB 26.

102 FFB, lettre à Alessandro Faà di Bruno, Paris 29 novembre [1850], Petit Bourbon 18, AFCB, liasse « Abate Francesco ».

103 Ibidem.

104 FFB, lettre au marquis Luigi Faà di Bruno, Turin, le 29 Février [1848], AFCB, liasse « Abate Francesco  ». Lettre écrite en français.

105 FFB, lettre à Maria Luigia Radicati, Casale, 27 mars 1848, AFFBTO, 1 FFB 1.

106 FFB, lettre à sa sœur Maria Luigia, Cavriana, 18 avril 1848, AFFBTO, 1 FFB 1. La traduction nous appartient.

107 FFB, Ragguali intorno alla Congregazione del Suffragio, [Turin], 19 octobre 1870, AFFBTO, 1 SZ 2.

108 FFB, Appel aux ex-Académiciens. Texte reporté par le chanoine Agostino Berteu in Vita dell’Abate Francesco Faà di Bruno, Fondatore del Conservatorio di N[ostra] S[ignora] del Suffragio in Torino, Turin, Tipografia del Suffragio, 1898, p. 123-124. Nous n’avons pas trouvé trace de la circulaire originale dans les AFFBTO.

109 FFB, Manuale del soldato cristiano, Turin, Marietti, 1854, AFFBTO, tiroir des œuvres publiées par FFB. Volume sans numéro d’inventaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rémy Fuentes, « Francesco Faà di Bruno
Portrait d’un soldat à la lumière de sa correspondance
 », Italies, 20 | 2016, 77-99.

Référence électronique

Rémy Fuentes, « Francesco Faà di Bruno
Portrait d’un soldat à la lumière de sa correspondance
 », Italies [En ligne], 20 | 2016, mis en ligne le 19 janvier 2017, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://italies.revues.org/5595 ; DOI : 10.4000/italies.5595

Haut de page

Auteur

Rémy Fuentes

Aix Marseille Université, CAER (Centre Aixois d’Études Romanes), EA 854, 13090, Aix-en-Provence, France.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org