Skip to navigation – Site map

Mythes et figures du soldat patriote et de la nation armée chez Carducci et Pascoli

Laura Fournier-Finocchiaro
p. 111-126

Abstracts

À cheval entre le xixe et le xxe siècle, les deux poètes Carducci et Pascoli participèrent à la construction du mythe de la guerre et des soldats italiens, tout en présentant des variantes significatives. Pour Carducci, qui dresse un éloge des guerres passées et surtout des martyrs du Risorgimento, c’est par le biais des batailles et des armées que la nation construit ses héros et sa « religion civile ». Pascoli oscille quant à lui entre l’exaltation des batailles et les appels à la paix. En offrant son appui à l’expansion coloniale au nom de la revanche de la « nation prolétaire », il participa comme son maître à l’incubation des nationalismes qui précipitèrent l’Italie dans la Grande Guerre.

Top of page

Index terms

Geographical index :

Italie

Chronological index :

XIXe, XXe
Top of page

Full text

  • 1 Sur Carducci, cf. Laura Fournier-Finocchiaro, Giosuè Carducci et la construction de la nation itali (...)

1Avant l’affirmation de la figure dannunzienne du poète-soldat qui guide et accompagne les Italiens dans la Grande Guerre et dans la prise de Fiume, les deux poètes post-risorgimentaux Carducci et Pascoli, principaux représentants de la classe intellectuelle de la Troisième Italie, ont diffusé des mythes et des figures politiques d’intérêt collectif. Ils ont donné en particulier leur apport à la sécularisation de la société italienne, en diffusant le culte des « grands hommes de la patrie » ainsi qu’en élaborant des symboles héroïques et une mythologie de la nation qui eut une influence considérable sur leurs contemporains1. Ils ont laissé tous deux des vers et des discours sur l’histoire de l’Italie et sur les grands faits d’armes italiens et étrangers, en particulier sur les guerres de la Révolution française et du Risorgimento (Carducci) et sur les guerres de conquête coloniales (Pascoli). Ils ont aussi participé tous deux à la construction du mythe de la guerre et des soldats italiens, tout en présentant des variantes significatives.

2Nous examinerons ici comment les deux poètes Carducci et Pascoli, chacun à leur manière, ont construit poétiquement le mythe des combattants et soldats italiens, puis comment ils mettent en place l’image de la «  nation armée italienne  » et le mythe de la guerre, afin de comprendre leur apport à la diffusion d’une «  culture de guerre  » à cheval entre le xixe et le xxe siècle.

Le culte des volontaires
et des soldats italiens chez Carducci

  • 2 Cf. Laura Fournier-Finocchiaro, « Le poète et la mémoire des morts : héros et martyrs du Risorgimen (...)

3Carducci a été l’un des meilleurs interprètes, sur la scène littéraire comme sur la scène politique, de l’instrumentalisation des faits d’armes du Risorgimento et de ses morts en guerre2. Le poète ne participa pas aux guerres d’indépendance, comme le lui reprochèrent ses adversaires à plusieurs reprises, mais il défendit par sa plume la mémoire et le mythe des volontaires et soldats italiens. Il a contribué activement au culte des héros du Risorgimento et à la sacralisation des martyrs des guerres du xixe siècle en élaborant une véritable religion laïque de la patrie.

  • 3 Dans ses compositions Juvenilia et Sicilia e la Rivoluzione (1860), Dopo Aspromonte (1862), Scoglio (...)
  • 4 Cf. Paolo Zolli, « Risvolti linguistici del mito risorgimentale », in Mythes et figures de l’héroïs (...)

4Carducci participe avec un rôle de premier plan à la célébration des combattants volontaires du Risorgimento et de leur icône, le général Garibaldi : le poète élabore de manière littéraire l’aspect mythologique du « héros des deux mondes », premier protagoniste de l’unification italienne, contribuant largement à la diffusion du mythe de Garibaldi. Le combattant risorgimental, sous la plume du poète, fait revivre les héros et généraux et l’Antiquité : il est le nouveau Thémistocle, Thrasybule, Prométhée, Enée3… Plus généralement, dans les poèmes où Carducci dépeint les batailles du Risorgimento, tous les combattants se transforment et revêtent les habits de leurs ancêtres grecs et romains. Par exemple, dans In morte di Giovanni Cairoli, le spectacle de la guerre plonge Carducci dans la vision des trois cents Romains, les Fabii, tombés en combattant les Véiens lors de la bataille du Crémère, tandis que dans Per Giuseppe Monti, les combattants garibaldiens prennent la forme de la phalange de Thèbes. Le poète s’inscrit parfaitement parmi les utilisateurs du « langage du Risorgimento » : les exemples antiques, ainsi que les termes de vocabulaire latin utilisés, censés augmenter l’efficacité des images, servent à ancrer l’héroïsme militaire italien dans la tradition nationale4.

5Carducci fixe surtout dans ses vers l’image mythique de Garibaldi chevalier de l’humanité, héros romantique beau et rayonnant, capable de miracles comme un Dieu, fort d’une autorité charismatique mais en même temps humain et paternel. Garibaldi est particulièrement «  monumentalisé » dans l’ode Scoglio di Quarto, qui évoque le départ du général vers la Sicile, le 5 mai 1860. Carducci condense en une seule strophe l’allusion au passé sud-américain du général (le poncho), sa lutte pour la défense de Rome et son identification au lion, selon le goût de l’époque :

  • 5 Giosuè Carducci, Scoglio di Quarto (1889), in Opere, Edizione Nazionale, Bologna, Zanichelli, 1935- (...)

[…] Al collo leonino avvoltosi
Il puncio, la spada di Roma
Alta su l’omero bilanciando,
Stiè Garibaldi5.

  • 6 Carducci, Garibaldi (1859), in Opere, vol. II, p. 203.

6Nombreux sont les poèmes que Carducci dédie à Garibaldi, depuis ses Juvenilia. Dès juin 1859, il compose un sonnet en son nom où il rappelle ses entreprises dignes des Romains et il voit en lui le prince rêvé par Machiavel6. Il construit ensuite progressivement sa légende en suivant l’expédition des Mille, à partir de l’ode Sicilia e la Rivoluzione, où Garibaldi apparaît victorieux, sous la forme du géant chasseur Orion :

  • 7 Carducci, Sicilia e la Rivoluzione, ibidem, p. 235.

Chi è costui che cavalca glorioso
In tra i lampi del ferro e del foco,
Bello come nel ciel procelloso
Il sereno Orione compar
7?

  • 8 Carducci, Roma o morte (1862), ibidem, p. 345 (« di Caprera leon : con un ruggito »).
  • 9 Cf. Mario Isnenghi, « I due volti dell’eroe. Garibaldi vincitore-vinto e vinto-vincitore », in Trac (...)

7En juillet 1862, Carducci commence l’ode Roma o morte, où figure l’image du lion de Caprera qui fait entendre son rugissement8 pour réunir tous les Italiens dans sa quête de la ville éternelle. Mais le rêve du poète se brise sous une onde de choc à l’annonce de l’épisode d’Aspromonte, où Garibaldi est arrêté par les troupes du roi d’Italie. Dans son ode Dopo Aspromonte, la défaite du général était sublimée, Carducci dotant l’image de Garibaldi d’une double face, celle du « vaincu-vainqueur » et celle du «  vainqueur-vaincu9 » :

  • 10 Carducci, Dopo Aspromonte (1862), in Opere, vol. II, p. 349.

Chi vinse te ? Deh, cessino
I vanti disonesti :
Te vinse amor di patria
E nel cader vincesti10.

  • 11 Cf. Mario Isnenghi, « Le gloriose disfatte », Mélanges de l’école française de Rome. Italie et Médi (...)

8Les volontaires et les soldats italiens ne sont jamais humiliés par des défaites, car Carducci transforme prestement celles-ci en « gloriose disfatte11 » qui s’ajoutent naturellement aux victoires de Garibaldi.

  • 12 Paul Arrighi, « Garibaldi et son mythe poétique », Annales du centre méditerranéen, no 13, 1960, p. (...)

9Dans les vers du poète, le peuple italien incarné par Garibaldi a connu lors du Risorgimento l’un de ses moments épiques et en ressort vainqueur, derrière son chef qui condense toute la valeur et les qualités des combattants dignes de figurer au Panthéon de la patrie. Le 4 juin 1882, à la mort du héros, Carducci prononce son célèbre discours Per la morte di Giuseppe Garibaldi, qui comme l’a écrit Paul Arrighi, « devait donner, pour un quart de siècle environ, leur rituel à ses dévots, en mêlant la poésie et la polémique politique la plus véhémente, la rhétorique et l’émotion véritable, le lyrisme pindarique et le ton mystique, l’histoire et le mythe12 ». À côté de la grandeur morale de Garibaldi, Carducci met l’accent sur la force de ses victoires et sur son rôle de général qui guide les combattants sur les champs de bataille, contre les ennemis de l’Italie, et qui permet à ceux qui se sont sacrifiés de mourir au champ d’honneur.

  • 13 Carducci, A Vittorio Emanuele (1858-1859), in Opere, vol. II, p. 191.

10Si Carducci donne une place d’honneur dans sa mythographie des combattants aux volontaires des guerres du Risorgimento, il valorise également dans ses vers et ses proses l’image des soldats de l’armée régulière et celle de leur commandant en chef, le premier roi d’Italie, Victor-Emmanuel II. Le poète encourage le souverain piémontais lors des différentes étapes de l’unification jusqu’en 1861. Dans ses vers de jeunesse, Carducci reconnait le rôle militaire des rois de Savoie pour l’Italie : Victor-Emmanuel II est comparé à un nouveau Caius Marius (« Mario novel »), du nom du général romain vainqueur des Cimbres et des Teutons en 101 et 102 avant Jésus-Christ. Le poète met en avant son amour pour la patrie : « figlio amante / Sei de l’antica madre in ch’io mi vanto13 ».

  • 14 Carducci, Al Re (1869), in Opere, vol. IV, p. 289-290.

11En 1860, Carducci compose ses « chants nationaux », Alla croce di Savoia et Al Re, où il acclame Victor-Emmanuel, roi «  guerrier et sauveur  » des Italiens, fédérateur de la volonté nationale, des Alpes aux volcans siciliens14. Dans l’ode Il Plebiscito, le roi apparaît comme le « seigneur des libres », issu de la lignée glorieuse des souverains faisant corps avec leur peuple, renvoyant implicitement à l’image des anciens Romains :

  • 15 Carducci, Il Plebiscito (1860), in Opere, vol. II, p. 228.

E tu, signor de’ liberi
Re dell’Italia armato,
Ne i voti del senato
Ne ’l grido popolar,
Sorgi, Vittorio : a l’ultima
Gloria de’ regi ascendi15.

  • 16 Carducci, Giambi ed epodi (1882), in Opere, vol. XXIV, p. 153.
  • 17 Sur l’évolution politique de Carducci, voir les récents volumes d’Aldo Alessandro Mola, Giosuè Card (...)
  • 18 Carducci, Piemonte (1890), in Opere, vol. IV, p. 185.

12Mais lorsque les soldats du roi arrêtent la marche sur Rome des volontaires garibaldiens en 1862, Carducci retire son appui à la monarchie de Savoie. Il ne cache pas sa honte pour les défaites militaires de Lissa et Custoza en 1866 (« Mi pareva di sentire in me stesso il tatuaggio dell’infamia16 »), et ce n’est qu’au cours des années 1880, essentiellement pour des raisons politiques17, que le poète remet au premier plan de ses discours l’action positive exercée par les « sabaude insegne18 » en Italie. Carducci se charge par la suite de donner des bases théoriques au mythe d’une « dynastie guerrière » profondément patriote dans l’essai Del Risorgimento italiano, où il présente les monarques de Savoie comme la famille prédestinée pour le rachat de l’Italie :

  • 19 Carducci, Del Risorgimento italiano (1895), in Opere, vol. XVIII, p. 29.

La dinastia guerriera, da poi che Emanuel Filiberto le incuorò il vaticinio del Machiavelli che quegli che avesse fatto la milizia nazionale farebbe rifiorire l’Italia, la dinastia, nelle diverse fortune e nei diversi errori, portava pur seco i fati d’Italia19.

13Carducci œuvre particulièrement au dépassement des fractures idéologiques du Risorgimento, unissant dans un même destin les combattants volontaires républicains et l’armée piémontaise pour construire l’image de l’unité retrouvé de la nation, située au-dessus des partis politiques et consacrée par la force des armes.

Figures de héros et hommes de guerre chez Pascoli

  • 20 Sur les positions politiques de Pascoli, voir Marina Marcolini, Pascoli prosatore. Indagini critich (...)
  • 21 Cf. Vittorio Roda, « Il Risorgimento nel Pascoli prosatore : note e riflessioni », Modernità letter (...)

14Comme Carducci, Pascoli est un intellectuel profondément engagé dans son époque, qui nous a transmis dans ses œuvres en vers et en prose une vision idéologique de son temps et de l’Italie, dans un contexte historique où le pays affrontait des difficultés importantes (révoltes populaires, émigration de masse, guerres coloniales). Le contexte de « crise de fin de siècle » suscite chez Pascoli le besoin d’assurer la fonction de guide, de reprendre le flambeau du poeta-vate, mais en transformant sensiblement sa mission, son désir étant d’incarner un vate « humanitaire » ouvert au socialisme20. Pascoli, sur les traces de Carducci, participe en particulier à l’opération de « monumentalisation » du Risorgimento italien et à la célébration de la « renaissance nationale » qui annulait les divisions internes21. Comme Carducci, Pascoli instrumentalise l’histoire récente de l’Italie pour alimenter le consensus autour des guerres du Risorgimento qui firent « ressurgir » la conscience nationale italienne, et autour des combattants italiens (volontaires et soldats) dans les guerres contemporaines.

15Il célèbre notamment les volontaires garibaldiens engagés en Grèce à la fin du siècle en reprenant l’image des citoyens-soldats prêts à se sacrifier pour la patrie :

  • 22 Giovanni Pascoli, Ad Antonio Fratti (1897), in Tutte le poesie, a cura di Arnaldo Colasanti, Roma, (...)

Ché se uno squillo si senta
Passar su Romagna la forte,
tutti d’un cuore si avventano
tumultuando alla morte22.

  • 23 Ibidem, p. 452. Mario Pazzaglia perçoit un parcours d’involution de l’engagement éthique et politiq (...)

16Cependant son hymne, qui se concentre sur l’action individuelle du martyr garibaldien Antonio Fratti, a une dimension idéologique plus limitée des poèmes carducciens. Pascoli en effet ne cherche pas à donner une signification politique immédiate au sacrifice de Fratti et des chemises rouges italiennes engagées en Europe, laissant le doute au lecteur qu’il s’agisse d’une action généreuse mais isolée et épisodique. Les temps héroïques des guerres du Risorgimento semblent désormais loin pour le poète, tout comme le souvenir des exploits de Garibaldi. Si Fratti a entendu la voix du héros des deux mondes crier : « Qui, figli, si muore », pour tous les autres ce sont « Altri, altri tempi, che prischi / chiama lo stanco sorriso / nostro23 ».

  • 24 Pascoli, L’Eroe italico (1901), in Prose di Giovanni Pascoli, premessa di Augusto Vicinelli, Milano (...)
  • 25 Pascoli, Alla gloria di Giosuè Carducci e di Giuseppe Garibaldi (30 settembre 1907), ibidem, p. 443 (...)
  • 26 Pascoli, Ritorno a Caprera (1910), ibidem, p. 373.

17Pascoli reconnaît également l’héroïsme et la dignité des soldats italiens engagés dans les guerres coloniales, qu’il célèbre dans ses poèmes Manlio e in Alle batterie siciliane (1900), où il unit fraternellement dans la mort les chemises rouges et les uniformes bleues de l’armée royale d’Italie. En 1901, le poète célèbre encore Garibaldi dans son discours L’Eroe italico, qui va cependant au delà du souvenir historique et politique du général. Garibaldi représente pour Pascoli le héros de la culture laïque et progressiste, c’est un des piliers (avec Dante) sur lesquels fonder la nouvelle Italie ; celui qui a su unir le nationalisme et l’internationalisme, celui qui a aimé « Mazzini e il Re Vittorio, il popolo e i popoli, la guerra e la pace, il dolore dei miseri e la gloria dei forti24 ». Pour le centenaire de la naissance du héros, qui coïncide avec la mort de Carducci, Pascoli relie les deux grands hommes par leur amour pour Rome et leur profond besoin d’héroïsme pour la patrie25, puis pour le cinquantenaire de l’expédition garibaldienne il publie le discours I Mille, qui évoque avec émotion le départ des héros, et Ritorno a Caprera, où il explique que la mission des volontaires du Risorgimento n’est pas terminée : après Rome, le nouvel objectif à atteindre est la conquête d’une terre et d’un travail pour tous les prolétaires26.

18L’image de Garibaldi qui a su conjuguer l’action et la contemplation est reprise dans le « poema italico » Tolstoï, publié par Pascoli à l’occasion du cinquantenaire de l’Unité. Si Pascoli évoque le général après la guerre et l’action, qui a choisi la paix et la méditation, il ne s’agit pas de renier son passé. C’est ainsi que par une série de flash-back Pascoli récupère les entreprises épiques et les actions légendaires de Garibaldi et repropose l’image mythique de Garibaldi déjà véhiculée par Carducci :

  • 27 Pascoli, Tolstoï (1911), in Tutte le poesie, op. cit., p. 650-651.

Era il corsaro, era il filibustiere
Sfidante il fuoco in mezzo alle tempeste,
Era il cavalcatore, era il truppiere
Volante via tra un flutto di criniere,
Via per le Pampe, via per le foreste,
Un contro cento, e ora e dopo e sempre!
Era il romano difensor dell’Urbe:
Mario gli diede i fasci con la scure:
Egli passò tra quattro genti, immune,
Dalle tua rupe, o Giove, alla tua rupe,
Titano, da San Pietro alla Palude,
Come l’eroe nascosto in una nube!
Era il nocchiero che volgea la barra
Del navil mosso a ricercar l’Italia,
Dietro una stella; e nel chiaror dell’alba
S’udì gridare: Italia ! Italia! Italia!
Ella apparia tra fuoco ardente e lava
Fumante. Egli vi scese con la spada27

  • 28 Pour une analyse détaillée de ces poèmes, cf. Mario Tropea, « Pascoli e il Risorgimento. Apparati p (...)
  • 29 Pascoli, N [Napoleone], in Tutte le poesie, op. cit., p. 735.
  • 30 Pascoli, Garibaldi vecchio a Caprera, ibidem, p. 757.

19Après la mort de Carducci, Pascoli a commencé à travailler à son recueil de Poemi del Risorgimento, avec l’intention de composer un cycle épique et lyrique qui devait être son « supremo tributo alla Patria, e agli Eroi e ai Martiri del nostro Risorgimento », comme l’explique Maria Pascoli dans sa note préliminaire28. Le cycle s’ouvre sur une image de l’empereur Napoléon vu au crépuscule de sa vie, dans l’âpre solitude de Sainte-Hélène. Pascoli dépeint le caractère guerrier de Napoléon comme le fruit de la tradition italienne : le général corse « fondea dei grandi / Cesari, in una Parte le sue Parti / crudeli, il ferro degli Sforza e il ferro / dei Buonarroti, tutte l’arti e l’armi29 », mais après les rappels historiques le poème se teinte de tonalités dramatiques. De la même façon, dans son dernier portrait de Garibaldi, Pascoli ne se remémore plus les batailles et les campagnes militaires : il imagine le héros qui revoit un étalon dans la pampa qui galope, « libero e fiero della [s]ua solitudine30 ». Nous sommes loin des évocations carducciennes des faits d’armes des volontaires et soldats italiens !

20Les images pascoliennes des chefs militaires (Napoléon, Garibaldi et même Mazzini) font toutefois ressurgir des visions guerrières et violentes, comme la bataille décrite dans :

  • 31 Pascoli, N, ibidem, p. 737.

squilli di trombe, rulli di tamburi,
scroscio di marcie, suon di ferro, strido
di ruote, émpito e ringhio di cavalli,
polvere e fumo, e grandinar di palle,
scintillar d’armi, e rombo di cannoni,
assalti, fughe, mura umane, stagni
di sangue umano, ululi d’odio, strazi
di pianto, un pianto immenso, un campo immenso
che piange, tutto un piangere di madri;
e fuoco, sangue, orrore, morte; e un grido
solo: L’Imperatore è là31.

21L’opération poétique mise en œuvre par Pascoli permet de découvrir dans les hommes de guerre la glorification de l’humanité qui se consacre à un idéal ; mais le poète met en scène également d’autres figures héroïques contemporaines, les « soldats du quotidien », humbles héros sacrifiés mais appelés à relever la nation et à accomplir des missions vitales et civilisatrices. Ce sont les émigrés pauvres de Italy et Pietole qui proposent une redéfinition pascolienne du motif épique de la conquête, mais aussi les travailleurs des grands chantiers européens, les « héros » creusant le tunnel du Sempione (Gli eroi del Sempione) et même l’explorateur du pôle Nord S. A. Andrée et l’aviateur péruvien Géo Chavez, blessé mortellement au cours d’une tentative de traversée des Alpes en 1910 (dans Andrée et Chavez).

La nation armée et le mythe de la guerre

  • 32 Cf. Laura Fournier-Finocchiaro, « La rappresentazione della guerra e della “nazione armata” nella p (...)

22Carducci et Pascoli ne se limitent pas dans leurs vers à célébrer l’héroïsme des « combattants » de leur époque, ils mettent également en scène l’épopée du « peuple en armes ». Ils offrent ainsi au public de la fin du xixe siècle et du début du xxe une représentation du mythe de la «  nation armée  » qui s’était diffusé en Europe à partir de la Révolution française et ils contribuent, chacun selon ses propres modalités, à la construction poétique du mythe de la guerre32.

  • 33 Carducci, Nel Vigesimo anniversario dell’8 agosto 1848 (1868), in Opere, op. cit., vol. III, p. 21.

23Carducci, dès les années 1860 et 1870, participe à l’opération de « canonisation  » du peuple italien combattant, évoqué par exemple dans les vers Nel vigesimo anniversario dell’8 agosto 1848 comme « santa canaglia » et « martire plebe33 », de matrice révolutionnaire. L’évolution des prises de position de Carducci, de l’opposition républicaine au radicalisme modéré monarchiste, ne l’empêchent pas de rechercher encore dans les années 1890 l’image du « peuple en armes » idéal, qu’il identifie dans l’ode Piemonte avec le « popol bravo » piémontais.

  • 34 Carducci, Ça ira (1883), ibidem, p. 386.

24Les douze sonnets Ça ira, publiés en 1883, constituent la principale représentation carducienne de la guerre « nationale » inspirée par la Révolution française. Le poète, évoquant la défense révolutionnaire mise en place en France en septembre 1872, souhaite illustrer «  il momento più epico della storia moderna34 », celui où les « fils de la terre » se soulevèrent en masse dans les campagnes françaises pour sauver les conquêtes de la Révolution face à l’avancée des troupes austro-prussiennes. Les nouveaux héros célébrés par Carducci sont les troupes de citoyens-soldats qui ont remplacé les mercenaires engagés par les rois et par les princes, les volontaires qui ont choisi de défendre leur idéal et leur pays.

25Cette image du peuple français guide le poète dans son interprétation des batailles du Risorgimento italien, perçues elles aussi comme l’expression de la « volonté populaire » : les poésies de Carducci qui illustrent les guerres du Risorgimento construisent le mythe de la « nation armée » italienne, milice populaire libératrice de la péninsule. Le royaume d’Italie est ainsi l’aboutissement de la victoire de la « nation armée » :

  • 35 Carducci, Per la proclamazione del regno d’Italia (1868), ibidem, p. 333.

Nel sol de le battaglie a pena uscita,
Tu pugni e vinci, t’addimostri e regni,
E novo ordin di tempi al mondo insegni35.

26Carducci élabore l’épopée mythique du peuple de soldats-patriotes qui luttent pour réaliser l’Unité et transforme le récit des batailles en « roman des origines » de la nation réalisée par les citoyens-soldats. Après la déception de la guerre de 1866 et les défaites de Garibaldi à Mentana et en Aspromonte, l’image de la cohésion nationale est brisée, mais Carducci récupère un autre thème central de la Révolution française pour décrire la valeur guerrière de la nation italienne : le culte des morts en guerre et des martyrs de la liberté. Le poète forge le culte laïc des morts pour la patrie, dans ses odes consacrées aux volontaires garibaldiens qui avaient lutté pour la libération de Rome : Edoardo Corazzini, Giuseppe Monti e Gaetano Tognetti, Giovanni Cairoli, Vincenzo Caldesi…

27Dans les deux dernières décennies du siècle, Carducci est de plus en plus convaincu que le peuple italien doit être prêt à se lancer dans de nouvelles batailles :

  • 36 Carducci, Programma del Don Chisciotte (1881), ibidem, vol. XXV, p. 174.

Noi abbiamo bisogno anzitutto di affermarci fortemente e gloriosamente come nazione […] A noi, o giovani ! C’è da combattere ancora ! C’è ancora da amare ! E c’è anche da patire e da morire, e da vivere per la patria, per la libertà, per lagiustizia36 !

28Carducci demande un effort supplémentaire à l’Italie en matière d’armement, et une meilleure préparation des soldats pour une éventuelle guerre offensive, et non seulement défensive :

  • 37 Carducci, XX Dicembre (1882), ibidem, vol. XIX, p. 197.

Ora bisogna […] armi, armi, armi, per la sicurezza.
E armi, non per difendere, ma per offendere.
L’Italia non si difende, che offendendo. Altrimenti, sarà invasa37.

29Le poète loue la valeur et l’intégrité de l’armée italienne, qu’il souhaite forte et indépendante, et il exprime sa prédilection pour une éducation militaire et responsable des fils de la patrie. À son ami Guido Mazzoni, qui lui annonce la naissance de son fils, il répond :

  • 38 Carducci, A Guido Mazzoni (5 agosto 1891), in Edizione Nazionale delle Lettere di Giosuè Carducci, (...)

Corre tra gli uomini dell’oggi un’acconcia favola di pace universale ed eterna. Ma intanto è bene che i figli nascano forti e crescano disposti alla guerra. Stranieri e barbari e oppressori ce ne saranno sempre38.

  • 39 Carducci, Napoleone Colaianni (1893), in Opere, op. cit., vol. XXV, p. 342.

30Carducci pensait, comme une bonne partie de l’opinion publique de l’époque, que dans un pays récent comme l’Italie l’armée pouvait constituer un modèle de cohésion culturelle. Son ode La guerra, publiée en 1891, défend la guerre comme une « idée historique » et une nécessité anthropologique39. L’ode ne dépeint pas des images désolantes de mort, elle rappelle au contraire que les guerriers et les soldats de fortune ont fait d’importantes découvertes et ont construit des civilisations : les Perses, les Grecs, les Lombards, jusqu’à Washington et Napoléon. Contraint de se justifier publiquement suite aux attaques et polémiques suscitées par son ode, Carducci cite les bénéfices pouvant résulter des conflits : le poète transforme la réalité de la guerre en mythe universel et sacré. Il offre ainsi à ses contemporains des instruments rhétoriques pour donner à l’Italie une nouvelle mystique guerrière, qui allait avoir un énorme retentissement dans la péninsule jusqu’à la Première Guerre mondiale, en particulier dans les milieux nationalistes.

  • 40 Cf. Massimo Lucarelli, « L’Italia come “grande Proletaria” : sul nazionalismo pascoliano », in Lett (...)

31C’est dans ce contexte d’élaboration de l’idéologie nationaliste que Pascoli forge son propre mythe de la guerre, oscillant entre l’exaltation des batailles et les appels à la paix. Le poète sentit clairement l’avènement d’une nouvelle époque caractérisée par l’agressivité croissante entre États européens, qui nécessitait une plus grande cohésion interne40. Comme Carducci, dès 1882 Pascoli défend la cause de l’irrédentisme ; puis en 1887 le poète participe avec les colonialistes à la messe officielle pour les morts de Dogali et écrit une épitaphe qui tentait de relier le problème de l’expansion coloniale avec les principes du socialisme. En 1896, la défaite italienne à Adoua en éthiopie lui inspire quatre compositions : les odes La sfogliatura, Convito d’ombre, A Ciapin, et l’hymne Alle batterie siciliane. Dans son discours prononcé à Barga le 20 septembre 1897, Pascoli définit le programme et le devoir qui incombe aux écrivains :

  • 41 Pascoli, Per la cittadinanza barghignana (1897), in Prose disperse, a cura di Giovanni Capecchi, La (...)

Uno, nobilissimo : fortificare negli animi degli Italiani la coscienza del loro buon diritto, rievocare a difesa delle Alpi e di Roma tutti i morti eroi, da Mario a Garibaldi, da Ferruccio a Toselli, creare l’inno delle battaglie, meditare il peana della vittoria41.

  • 42 Cf. Laura Fournier-Finocchiaro, « Carducci et Pascoli poètes civils », Transalpina, n° 10 : Carducc (...)

32À une époque où la vitalité et l’élan de la société bourgeoise étaient moribondes, et où le libéralisme et le nationalisme risorgimental du xixe siècle étaient perçus comme de lointaines illusions, Pascoli semble encore animé par l’enthousiasme lyrique du poète civil constructeur de mythes, qui suivant l’exemple de Carducci répond au devoir de célébrer le culte des morts pour la patrie42. Une nouvelle guerre coloniale, la conquête de la Libye en 1911, lui fera reprendre ces mêmes exclamations :

  • 43 Pascoli, La Grande Proletaria si è mossa (1911), in Prose, op. cit., p. 568.

Benedetti voi, morti per la Patria ! Riunitevi, eroi gentili, nomi eccelsi, umili nomi, ai vostri precursori meno avventurati di voi, perché morirono per ciò che non esisteva ancora43 !

  • 44 Ibidem, p. 569.

33Ainsi le poète prépare les Italiens au sacrifice et au martyre pour prouver que « sono fatti anche gl’Italiani 44 ».

  • 45 Pascoli, Nel carcere di Ginevra, in Tutte le poesie, op. cit., p. 432.

34Toutefois, Pascoli fut profondément secoué par les événements de 1898 : les coups de canon du général Bava Beccaris contre les manifestants milanais, l’assassinat de l’impératrice élisabeth « Sissi » d’Autriche par l’anarchiste italien Luigi Lucheni, ainsi que la mort de deux protagonistes de la politique européenne, Gladstone et Bismarck. Chaque fait lui inspira un poème, où Pascoli exprime un refus catégorique de la haine et de la violence. L’hymne Pace ! est une imploration à la réconciliation entre l’armée et la population après la tuerie de Milan. La voix de Pascoli, qui prêche la non-violence et fait appel à la fraternité pour reconquérir la paix, s’élève avec fermeté et courage à une époque de gouvernement militaire répressif. Dans l’ode Nel carcere di Ginevra, le poète déclare : « l’odio è stolto, ombre dal volo breve, / tanto se ingorga, quanto se incateni : / è la PIETÀ che l’uomo all’uom più deve ; / persino ai re ; persino a te, Lucheni45  ». Dans l’ode Bismarck, Pascoli rend hommage à « l’homme de guerre » qui agita la monde, représentant de l’esprit et de la force de sa race, mais pour envoyer un message contre la guerre. De même, dans les vers conclusifs de l’ode La quercia d’Hawarden, le poète annonce un avenir terrible aux nations qui choisiront la guerre :

  • 46 Pascoli, La quercia d’Hawarden, ibidem, p. 414.

Vento di guerra, vortice di strage
corre la terra, e le speranze sante
nel cielo oscuro svolano randage.
È un gran deserto, tutte cose infrante
sotto la nube che sibila e va,
la terra dove tu stavi gigante,
albero morto della libertà46 !

  • 47 Pascoli, L’era nuova (1899), in Prose, op. cit., p. 110-111.
  • 48 Cf. les annotations inédites mises au jour par Aida Apostolico, « Sull’idea di patria, letteratura (...)

35Pascoli ne souhaite pas mobiliser ses concitoyens pour faire la guerre, contrairement à Carducci, il confie au contraire à la poésie la mission de « spogliare gli uomini della loro ferinità » et aux poètes « la missione di sacerdote e di pacificatore47 ». Dans un présent caractérisé par une succession préoccupante d’événements qui minent l’harmonie entre les nations, le poète estime toutefois qu’il n’est pas possible de désarmer, au nom de la nécessité d’un patriotisme défensif, comme il l’exprime dans son ode La favola del disarmo, écrite à l’occasion de la première Conférence internationale de la Paix de La Haye en 189948.

  • 49 Pascoli, L’eroe italico (1901), op. cit., p. 207.
  • 50 Lettre de Pascoli à Luigi Mercatelli (30 octobre 1899), citée par Antonio Gramsci, Quaderni del Car (...)

36La mission de « pacification » du poète ne supprime pas la nécessité de son intervention à propos des grandes questions d’actualité qui occupent la chronique de l’époque : la guerre gréco-turque, la misère et les révoltes sociales, la grande vague migratoire… Pascoli, qui refusait d’adhérer à un parti politique, défend une position éclectique : il lance notamment l’idée d’un « socialisme patriotique » en défense des nations menacées sur le plan économique et culturel. Dans le contexte belliqueux européen, l’Italie ne doit pas renoncer à avoir « più forte armata e più forte esercito49 », ni freiner « il desiderio e l’aspirazione dell’espansione coloniale50 ».

  • 51 Pascoli, La Grande Proletaria si è mossa, op. cit., p. 559.

37Lors du cinquantenaire de l’Unité, le poète rédige son célèbre discours La grande proletaria si è mossa pour célébrer la conquête de la Libye. Pascoli y revendique le territoire africain comme un héritage romain (« Anche là è Roma ») pour y apporter la civilisation comme une mission typiquement italienne. Le discours, écrit « a beneficio dei nostri feriti e a onore dei nostri morti », est surtout un manifeste en défense des opprimés : Pascoli justifie la guerre de Libye au nom de la nécessité d’offrir aux émigrants italiens envoyés « altrove » sans but précis une terre voisine où il pourraient trouver « come in Patria, a ogni tratto le vestigia dei grandi antenati51 », et où ils pourraient rétablir la civilisation et le travail. Son discours est également un manifeste en défense des soldats italiens, victimes de préjugés et d’humiliations en Europe depuis la défaite d’Adoua :

  • 52 Ibidem, p. 567.

il vostro esercito s’è fatto vincere e annientare da africani scalzi ! […] gl’italiani : erano i vinti di Abba-Garima. Non avevano essi mai impugnato il fucile, puntata la lancia, rotata la sciabola : non sapevano maneggiare che il coltello52.

  • 53 Ibidem, p. 568.

38En Libye, l’armée italienne a enfin racheté les défaites abyssines : les côtes africaines voyaient revenir « i coloni dorici e le legioni romane » car les soldats de la nouvelle Italie n’avaient pas oublié « l’arte militare dei progenitori53 ».

  • 54 Pascoli, L’avvento (1901), in Prose, op. cit., p. 229.

39Toutefois, par rapport à Carducci, pour qui la guerre était un moyen par lequel la nation construisait ses héros, pour Pascoli la guerre est surtout une réaction du peuple pour sortir de sa condition de pauvreté et de domination. Pascoli offre son appui à l’expansion coloniale essentiellement pour réaliser la fraternité entre les différentes classes sociales, en utilisant l’image de la guerre qui unit. Pascoli refuse la guerre comme geste féroce des hommes, tout en acceptant la nécessité pour l’Italie et les Italiens de réparer la douleur d’un Risorgimento inachevé. Son souhait est celui de préparer à la guerre celle qu’il appelle « la terza classe di armati54 » : une armée singulière, proche de nos soldats « casques bleus » qui, formés pour faire la guerre, auraient maintenu la paix dans le monde. Pascoli imprime cependant un mouvement, celui du nationalisme, même si c’est pour promouvoir une « guerre humanitaire » et un « impérialisme philanthropique » :

  • 55 Pascoli, La Grande Proletaria si è mossa, op. cit., p. 564.

Siamo l’Italia in armi, l’Italia al rischio, l’Italia in guerra, combattiamo e spargiamo sangue e in prima il nostro, non per disertare ma per coltivare, non per inselvatichire e corrompere ma per umanare e incivilire, non per asservire ma per liberare55.

  • 56 Cf. la conférence de Giulio Natali, La Guerra delle nazioni e il poeta della Terza Italia, Napoli, (...)
  • 57 Sur les récupérations politiques du discours, cf. Piero Treves, La grande proletaria…, in Convegno (...)

40À cheval entre le xixe et le xxe siècle, Carducci et Pascoli diffusèrent des idées nationalistes en préparant les Italiens, par leur rhétorique, à idéaliser l’armée et les conflits militaires. Leur apport fut fondamental pour la génération suivante des nationalistes (en particulier D’Annunzio) qui entraîna l’Italie dans la Grande Guerre. Carducci réussit à faire pénétrer dans l’opinion publique l’image récurrente de la « nation armée » italienne et celle des combattants patriotes qui avaient donné leur vie pour l’Italie, permettant ainsi l’identification d’un sujet moral collectif qui s’était forgé au cours des siècles. La tâche assignée aux morts était d’encourager l’esprit guerrier des Italiens, qui ne devaient pas reculer devant la guerre. Pour mesurer l’unité d’un peuple, Carducci ne voyait pas meilleur moyen que la mobilisation collective dans la guerre, qui devait permettre de prouver sa capacité à affronter collectivement la mort. Carducci n’hésita pas à présenter à ses lecteurs leur mort future comme un idéal héroïque et quasiment religieux, et il contribua sans aucun doute à alimenter la rhétorique des interventionnistes en 191556. Si pour Pascoli la guerre est avant tout une réaction du peuple pour sortir de sa condition de pauvreté et de domination, le poète n’hésite pas à offrir son appui à l’expansion coloniale italienne pour réaliser la fraternité entre les différentes classes sociales, en diffusant une image des soldats et de l’armée comme force unificatrice. Fortement influencé par le climat nationaliste dominant, il contribua lui-même à l’alimenter par son prestige d’intellectuel et de professeur universitaire. Son discours La grande proletaria si è mossa fut immédiatement instrumentalisé par les nationalistes57 et il eut une grande résonance dans les écoles du royaume.

41Les deux poètes participèrent ainsi à l’incubation des nationalismes, sans toutefois assister à leur débouché catastrophique, l’horreur de la Première Guerre mondiale.

Top of page

Notes

1 Sur Carducci, cf. Laura Fournier-Finocchiaro, Giosuè Carducci et la construction de la nation italienne, Caen, PUC, 2006 ; sur Pascoli, cf. Carlo Salinari, Il fanciullino, in id., Miti e coscienza del decadentismo italiano, Milano, Feltrinelli, 1972, p. 126-148.

2 Cf. Laura Fournier-Finocchiaro, « Le poète et la mémoire des morts : héros et martyrs du Risorgimento dans la poésie de Giosuè Carducci », Transalpina, no 6 : Le poids des disparus, 2002, p. 23-40.

3 Dans ses compositions Juvenilia et Sicilia e la Rivoluzione (1860), Dopo Aspromonte (1862), Scoglio di Quarto (1889).

4 Cf. Paolo Zolli, « Risvolti linguistici del mito risorgimentale », in Mythes et figures de l’héroïsme militaire dans l’Italie du Risorgimento, dirigé par Jacques Joly, Caen, Université de Caen, 1984, p. 13-22.

5 Giosuè Carducci, Scoglio di Quarto (1889), in Opere, Edizione Nazionale, Bologna, Zanichelli, 1935-40, vol. IV, p. 68.

6 Carducci, Garibaldi (1859), in Opere, vol. II, p. 203.

7 Carducci, Sicilia e la Rivoluzione, ibidem, p. 235.

8 Carducci, Roma o morte (1862), ibidem, p. 345 (« di Caprera leon : con un ruggito »).

9 Cf. Mario Isnenghi, « I due volti dell’eroe. Garibaldi vincitore-vinto e vinto-vincitore », in Tracce dei vinti, a cura di Sergio Bertelli e Pietro Clemente, Firenze, Ponte alle Grazie, 1994, p. 265-300.

10 Carducci, Dopo Aspromonte (1862), in Opere, vol. II, p. 349.

11 Cf. Mario Isnenghi, « Le gloriose disfatte », Mélanges de l’école française de Rome. Italie et Méditerranée, vol. 109-1, 1997, p. 21-34.

12 Paul Arrighi, « Garibaldi et son mythe poétique », Annales du centre méditerranéen, no 13, 1960, p. 260.

13 Carducci, A Vittorio Emanuele (1858-1859), in Opere, vol. II, p. 191.

14 Carducci, Al Re (1869), in Opere, vol. IV, p. 289-290.

15 Carducci, Il Plebiscito (1860), in Opere, vol. II, p. 228.

16 Carducci, Giambi ed epodi (1882), in Opere, vol. XXIV, p. 153.

17 Sur l’évolution politique de Carducci, voir les récents volumes d’Aldo Alessandro Mola, Giosuè Carducci. Scrittore, politico, massone, Milano, Bompiani, 2006 et Umberto Carpi, Carducci. Politica e poesia, Pisa, Edizioni della Normale, 2010.

18 Carducci, Piemonte (1890), in Opere, vol. IV, p. 185.

19 Carducci, Del Risorgimento italiano (1895), in Opere, vol. XVIII, p. 29.

20 Sur les positions politiques de Pascoli, voir Marina Marcolini, Pascoli prosatore. Indagini critiche su Pensieri e discorsi, Modena, Mucchi, « Il vaglio », 2002 ; Pascoli socialista, a cura di Gianfranco Miro Gori, Bologna, Pàtron editore, 2003.

21 Cf. Vittorio Roda, « Il Risorgimento nel Pascoli prosatore : note e riflessioni », Modernità letteraria, no 5, 2012, p. 87-102.

22 Giovanni Pascoli, Ad Antonio Fratti (1897), in Tutte le poesie, a cura di Arnaldo Colasanti, Roma, Newton & Compton, 2006, p. 451.

23 Ibidem, p. 452. Mario Pazzaglia perçoit un parcours d’involution de l’engagement éthique et politique dans les poèmes garibaldiens suivants, Manlio et surtout Abba (cf. Mario Pazzaglia, « L’ultima vampa garibaldina di Pascoli », Rivista pascoliana, no 13, 2001, p. 129-143), mais il nous semble au contraire que Pascoli n’abandonne pas sa recherche de création d’une nouvelle idée forte de nation.

24 Pascoli, L’Eroe italico (1901), in Prose di Giovanni Pascoli, premessa di Augusto Vicinelli, Milano, Mondadori, 1946, p. 205.

25 Pascoli, Alla gloria di Giosuè Carducci e di Giuseppe Garibaldi (30 settembre 1907), ibidem, p. 443-457.

26 Pascoli, Ritorno a Caprera (1910), ibidem, p. 373.

27 Pascoli, Tolstoï (1911), in Tutte le poesie, op. cit., p. 650-651.

28 Pour une analyse détaillée de ces poèmes, cf. Mario Tropea, « Pascoli e il Risorgimento. Apparati per poesie, interventi, patria e umanità dell’ultimo periodo », Moderna, Letteratura e Risorgimento, a cura di Nicolò Mineo, vol. XIII/2, 2011, p. 227-253. Pour une étude qui intègre également les discours, cf. Mario Tropea, Giovanni Pascoli. Tra simbolismo e problemi dell’Italia post-unitaria, Acireale, Bonanno, 2012.

29 Pascoli, N [Napoleone], in Tutte le poesie, op. cit., p. 735.

30 Pascoli, Garibaldi vecchio a Caprera, ibidem, p. 757.

31 Pascoli, N, ibidem, p. 737.

32 Cf. Laura Fournier-Finocchiaro, « La rappresentazione della guerra e della “nazione armata” nella poesia di Carducci », in Carducci, la storia e gli storici, a cura di Emilio Torchio, Modena, Mucchi, 2012, p. 5-36 et id., « Poeti e armi : la cultura della guerra in Carducci e Pascoli  », in La cultura in guerra. Dibattiti, protagonisti, nazionalismi in Europa (1870-1922), a cura di Laura Auteri, Matteo di Gesù, Salvatore Tedesco, Roma, Carocci editore, 2015, p. 165-177.

33 Carducci, Nel Vigesimo anniversario dell’8 agosto 1848 (1868), in Opere, op. cit., vol. III, p. 21.

34 Carducci, Ça ira (1883), ibidem, p. 386.

35 Carducci, Per la proclamazione del regno d’Italia (1868), ibidem, p. 333.

36 Carducci, Programma del Don Chisciotte (1881), ibidem, vol. XXV, p. 174.

37 Carducci, XX Dicembre (1882), ibidem, vol. XIX, p. 197.

38 Carducci, A Guido Mazzoni (5 agosto 1891), in Edizione Nazionale delle Lettere di Giosuè Carducci, Bologna, Zanichelli, 1938-1968, vol. XVIII, p. 4.

39 Carducci, Napoleone Colaianni (1893), in Opere, op. cit., vol. XXV, p. 342.

40 Cf. Massimo Lucarelli, « L’Italia come “grande Proletaria” : sul nazionalismo pascoliano », in Letteratura e identità nazionale nel Novecento, a cura di Romano Luperini e Daniela Brogi, Lecce, Manni, 2004, p. 35-53.

41 Pascoli, Per la cittadinanza barghignana (1897), in Prose disperse, a cura di Giovanni Capecchi, Lanciano, Carabba, 2004, p. 319.

42 Cf. Laura Fournier-Finocchiaro, « Carducci et Pascoli poètes civils », Transalpina, n° 10 : Carducci et Pascoli. Perspectives de recherche, 2007, p. 19-36.

43 Pascoli, La Grande Proletaria si è mossa (1911), in Prose, op. cit., p. 568.

44 Ibidem, p. 569.

45 Pascoli, Nel carcere di Ginevra, in Tutte le poesie, op. cit., p. 432.

46 Pascoli, La quercia d’Hawarden, ibidem, p. 414.

47 Pascoli, L’era nuova (1899), in Prose, op. cit., p. 110-111.

48 Cf. les annotations inédites mises au jour par Aida Apostolico, « Sull’idea di patria, letteratura e lingua degli italiani nei pensieri autografi di Giovanni Pascoli », Sinestesie, no 9, 2011, p. 44-54.

49 Pascoli, L’eroe italico (1901), op. cit., p. 207.

50 Lettre de Pascoli à Luigi Mercatelli (30 octobre 1899), citée par Antonio Gramsci, Quaderni del Carcere, edizione critica di Valentino Gerratana, Torino, Einaudi, 1975, vol. I, p. 206.

51 Pascoli, La Grande Proletaria si è mossa, op. cit., p. 559.

52 Ibidem, p. 567.

53 Ibidem, p. 568.

54 Pascoli, L’avvento (1901), in Prose, op. cit., p. 229.

55 Pascoli, La Grande Proletaria si è mossa, op. cit., p. 564.

56 Cf. la conférence de Giulio Natali, La Guerra delle nazioni e il poeta della Terza Italia, Napoli, « Vela Latina », 1915.

57 Sur les récupérations politiques du discours, cf. Piero Treves, La grande proletaria…, in Convegno internazionale di studi pascoliani : Barga 1983, vol. III, Barga, Tip. Gasperetti, 1992, p. 163-184.

Top of page

References

Bibliographical reference

Laura Fournier-Finocchiaro, « Mythes et figures du soldat patriote et de la nation armée chez Carducci et Pascoli  », Italies, 20 | 2016, 111-126.

Electronic reference

Laura Fournier-Finocchiaro, « Mythes et figures du soldat patriote et de la nation armée chez Carducci et Pascoli  », Italies [Online], 20 | 2016, Online since 19 January 2017, connection on 26 May 2017. URL : http://italies.revues.org/5606 ; DOI : 10.4000/italies.5606

Top of page

About the author

Laura Fournier-Finocchiaro

Université Paris 8

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org