Navigation – Plan du site
Amis de l'homme

Adapter l’épopée : l’exemple des chevaux chez Andrea da Barberino

Colette Gros
p. 141-165

Résumé

L’œuvre d’Andrea da Barberino adapte des chansons de geste françaises où le cheval tenait une place prépondérante. Mais la prise en compte du public et de l’évolution sociale amène l’auteur à réduire l’animal à un élément du cadre de vie, qu’il se doit d’intégrer au récit, cependant que son caractère épique, et donc extraordinaire, se trouve gommé.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

Moyen Age, XIVe, XVe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gisberto e Bovetto, in Andrea da Barberino, I reali di Francia a cura di G. Vandelli e G. Gambarin, (...)

1« Se voi mi date buone arme e buono cavallo, voi vedrete per vero io sono di franco legnaggio ! » s’exclame Gisberto, roi de France devenu lépreux pour avoir offensé Dieu, lorsqu’il revient dans le monde, après avoir passé sept ans dans une forêt d’Espagne1. Donnés lors de l’adoubement, armes et cheval sont les auxiliaires essentiels de la valeur guerrière. Ils permettent de reconnaître un chevalier et la vie de celui-ci dépend souvent d’eux.

2Le récit épique, destiné à un auditoire féodal qui aime retrouver son mode de vie dans la poésie, nous fait donc entrer dans l’univers du cheval, indispensable au chevalier non seulement pour la bataille mais aussi pour les déplacements, les ambassades, le portage des bagages et les loisirs, qu’il s’agisse de chasse, de tournois, de courses ou de jeux.

  • 2 Andrea da Barberino I reali di Francia, a cura di G. Vandelli e G. Gambarin, Bari, Laterza, 1947. C (...)

3L’Italie s’étant ouverte très tôt à l’épopée française, Padoue, Trévise, Vérone, Ferrare et Mantoue furent les centres les plus importants de production de cette littérature qui se diffusa vers le centre par la via francigena. Mais en Toscane, à la fin du XIVe et au début du XVe siècle, Andrea da Barberino dut adapter les légendes carolingiennes à la langue, à la culture et aux goûts de ses contemporains. Cette évolution ne pouvait pas ne pas affecter l’image et le rôle du cheval, représentatif de l’univers chevaleresque2.

4Le mode le plus simple par lequel l’animal est présenté dans un texte littéraire est comme un élément du cadre de vie, mais il peut aussi recevoir de l’homme un sens autre qu’utilitaire : tantôt l’homme et l’animal restent autonomes et l’animal joue le rôle d’auxiliaire mais l’homme lui est attaché par un sentiment parfois profond et, en retour, il lui prête des sentiments humains ; tantôt l’animal est conçu comme double : il est à la fois lui-même et il représente quelque chose ou quelqu’un d’autre (Dieu, le diable…) ; tantôt l’homme se projette dans l’animal pour s’exprimer ou se connaître. Lorsque l’animal cesse d’être un simple élément du cadre de vie pour devenir porteur de sentiments et de passions, il devient remarquable.

5Entre les animaux représentés s’établit alors une hiérarchie que nous respecterons en examinant les représentations du cheval comme élément du cadre de vie, puis en tentant de déterminer si certains chevaux atteignent un degré supérieur d’existence qui les rapproche de l’homme. Lorsque cela sera pertinent, nous mentionnerons les mutations par rapport à la tradition épique et les causes possibles de ces transformations.

Le cheval, élément du cadre de vie et auxiliaire précieux

  • 3  Dans La Chanson de Roland, le seul cheval décrit est celui de Turpin et cette description s’inspir (...)
  • 4  « […] il più vantaggiato cavallo ch’avesse », Fiovo, VI, p. 10 ; « uno vantaggiato cavallo », ibid (...)
  • 5  « buon cavallo », Fioravante, IX, p. 162.
  • 6  « cavallo bello », ibidem, VI, p. 154.
  • 7  « era migliore d’altro cavallo del mondo », Fiovo, I, VI, p. 9 ; « migliore cavallo », Fioravante, (...)
  • 8  « franco cavallo », Fioravante, XXVII, p. 193. 
  • 9  « grande cavallo » Gisberto e Bovetto, XVI, p. 272 ; « grande cavallo », Aiolfo del Barbicone, p. (...)
  • 10  « bello e nobile destriere », Fiovo, XLIII, p. 77. 

6Comme le voulait déjà la tradition épique la plus ancienne3, le cheval n’est jamais longuement décrit dans l’œuvre d’Andrea da Barberino. Il est caractérisé, très brièvement, par une épithète – vantaggiato4, buono5, bello6, migliore7, franco8, grande9 – rarement deux10. Voici la description du roi Bramante se préparant au combat qui va l’opposer au futur Charlemagne. Contrairement à l’armure, le cheval y tient une place réduite :

  • 11  Berta del gran pié, XXXII, p. 492.

In prima si misse un osbergo di maglia e gambieri e cosciali e faldoni e gorgerino, e poi si misse l’osbergo di piastre d’acciaio temperato, e sopra tutto si misse uno cuoio di serpente con una sopravesta di maometto d’oro, e poi s’allacciò in testa uno elmo incantato, o veramente di sì buona tempera, che mai veruno se ne trovò migliore di quello ; e molti dissono che in questo elmo era fabricato entrovi uno de’chiovi con che fu confitto Cristo in sul legno della croce. E tutto il campo della sua sopravesta, da due Maconi in fuori, era cilestro e pieno di gigli d’oro, e così tutta la sopravesta del cavallo. E montò in su uno grande cavallo.11

  • 12  Ibidem, p. 512.
  • 13  Rinaldino da Montalbano, p. 882.

7Deux montures sont l’objet d’une description plus détaillée. La première, offerte à Charlemagne par Balante, retient plus l’attention par son harnachement que par elle-même : « […] era tutto bianco con la sella d’avorio, e adornato d’oro fine tutto il fornimento […] e ‘l cavallo era tutto covertato di seta »12. La seconde, parce qu’ima-ginée par Andrea da Barberino, donne lieu à plus ample description : un « bello destriero, il quale era nato di Baiardo ed era molto bello e potente, ed era tutto morello, e’l crino tutto quanto aveva bianco ; e aveva una stella in fronte, ed era di tre piè balzano e la testa avea serpentina, sicché per la sua fierezza lo chiamarono Serpentino »13.

  • 14  Ibidem, p. 506 et Aspramonte, p. 545.
  • 15  André Moisan relève plus de 88 mentions différentes de provenance pour les chevaux. Cf. André Mois (...)
  • 16  Lorsque Buovo revient en Angleterre, il fait halte en Sicile pour se fournir en chevaux de combat.(...)
  • 17  André Moisan relève 156 noms de chevaux dans l’ensemble des chansons de geste françaises et 60 dan (...)
  • 18  Rondello : cheval de Beuve de Hantone (Buovo). Il est présent dans toutes les œuvres étrangères dé (...)
  • 19  Baiardo : le cheval fée, cité dans Aiolfo et Rinaldino da Montalbano.
  • 20  Briadoro : il appartiendra à Roland sous le nom de Veillantif (Vegliantino).
  • 21  Marzagaglia : cheval d’Aiol (Aiolfo del Barbicone).
  • 22  Morello : cheval de Naimes (Namo).
  • 23  Gherardo da Fratta : on le retrouve dans Fioravante, Berta del gran pié et I Nerbonesi.
  • 24  Nom du cheval de Fioravante. Ce nom n’est jamais utilisé pour un cheval parce que l’épée de Charle (...)
  • 25  Ce cheval est le fils de Baiart. Dans la tradition épique, de nombreux chevaux portent le nom de r (...)

8La couleur des chevaux n’est également mentionnée que deux fois. Dans Aspramonte, le duc Namo dit à Gorante : « O voi aspettate tanto ch’io fornisca mia ambasciata, o voi mi donate il vostro leardo, e io vi donerò il mio morello » ; et le cheval que Balante offre à Charlemagne est « tutto bianco quanto uno ermellino »14. De même, contrairement aux chansons de geste françaises15, leur provenance est peu indiquée16 et ils possèdent rarement un nom17. Andrea da Barberino retient cinq noms traditionnels de chevaux : Arondel18, Baiart19, Briador(t)20 Marchegai21 et Moriel22. Parmi les noms les plus répandus, il ne retient pas Bauchant et Blanchart, qui sont des noms portés par plusieurs chevaux ; Broiefort et Broieguerre, montures de personnages présents mais secondaires dans son œuvre et, plus curieusement, Matafelon, le cheval de Girart de Fraite, un personnage que l’on retrouve à maintes reprises23. En revanche, il imagine deux noms : Gioioso24 et Serpentino25.

  • 26  Aspramonte, p. 549.

9L’individualisation par la description, la couleur ou le nom ne fait sens que pour le destrier, mais « Chi non ha cavallo monti a muletto e chi non ha muletto monti in su somiere »26. Aussi retrouve-t-on toute une typologie de montures.

  • 27  Buovo, XVIII, p. 349.
  • 28  Jean Bichon, op. cit., p. 155.
  • 29  Fioravante, p. 192.

10Au bas de la hiérarchie des équidés se trouvent les bêtes de somme qui transportent les marchandises ou les armes27 puis le ronzino. C’est le cheval qui n’a pas de race, il est monté par les valets. « Un chevalier n’enfourche un roncin qu’en cas de nécessité et s’y sent ridicule »28. C’est ce qui arrive à Fioravante lorsque son serviteur lui vole son destrier et lui laisse en échange sa propre monture29.

  • 30  Buovo, IV, XVIII, p. 322.
  • 31  Ibidem, XXVI, pp. 339-340.
  • 32  « Grande fatica era a Drusiana a cavalcare, perché era nel tempo presso al partorire, imperò ch’el (...)
  • 33  Fioravante, X, p. 164.
  • 34  « […] la più bella e la più forte cavalcatora di tutte le donne del mondo. », Berta del gran pié, (...)

11Lorsque Buovo est envoyé porter une lettre à Buldras, il n’em-mène pas son cheval Rondello mais un ronzino30. L’ambassade est amicale, il ne peut utiliser un destrier, qui est un cheval de combat, mais il devrait toutefois utiliser un palefroi puisque le voyage n’est pas périlleux. Or les chevaliers sont presque toujours en guerre, aussi le palefroi est-il rarement mentionné dans les épopées. C’est également la monture des dames, mais celles-ci chevauchent souvent pour fuir et, dans ce cas, la vraisemblance du récit impose qu’elles utilisent les montures qui se présentent. Les femmes que nous dépeint Andrea da Barberino se fatiguent rapidement à cheval et cela provoque des péripéties durant les fuites. Lorsque Buovo et Drusiana s’enfuient de la cour du roi Erminione, Drusiana, épuisée, s’arrête et Buovo est contraint de la réconforter, ce qui réduit leur avance sur leurs poursuivants31. Plus tard, c’est parce qu’elle est enceinte que Drusiana chevauche difficilement32. Dans Fioravante, c’est le prétexte qu’invoque, avec succès, Uliana pour ralentir le train de son ravisseur33. La seule femme que Barberino présente comme une bonne cavalière est Berthe au grand pied34.

  • 35  Fioravante, XXVI, p. 191. Buovo, en fuite avec Drusiana, est reconnu à cause de son destrier : « P (...)

12Fioravante est l’unique chevalier qui utilise un palefroi. Ceci lui permet de quitter Paris sans être reconnu, car son destrier pourrait le trahir35.

  • 36  « Almonte smontò del muletto, e armossi, e montò in su un cavallo grosso ; ma non fu il suo vantag (...)
  • 37  Buovo, XXXIII, p. 349.
  • 38  Buovo, par exemple, embarque sur un bateau marchand pour fuir l’Angleterre : « E andarono questi m (...)

13Le mulet peut servir de monture de substitution pour franchir les montagnes. Dans l’Aspramonte, le roi Almonte, qui revient de Calabre après l’avoir pillée, passe les montagnes sur un mulet lorsqu’il est attaqué par l’armée de Charlemagne36. Quand le terrain est accidenté, on peut aussi tenir sa monture par la bride37. Il est vrai que les voyages, notamment en bateau, donnent l’occasion de détails qui étaient certainement appréciés des riches et cultivés marchands auxquels l’auteur s’adressait38.

  • 39  Cf. par exemple Buovo, XXV, p. 358 ou Aiolfo, p. 1102.

14En mer ou en montagne, à la guerre comme à la ville, le cheval est toujours l’objet de soins attentifs de la part de son maître39. Ces épisodes constituent parfois des pauses rafraîchissantes, à l’occasion d’un approvisionnement en fourrage, par exemple :

  • 40  Buovo, XIII, p. 311.

Fatta e’ saccomanni l’erba, ognuno caricò il suo cavallo, e Buovo con grande piacere stava a vedere ; e quando ognuno ebbe carica la sua soma, e Buovo caricò la sua. Erano, dov’era Buovo, dodici some cariche, e l’altre erano in diversi luoghi per lo paese, ma tutti si ragunarono intorno a lui […] e Buovo tolse una bracata d’erba lunga, e fecesi una ghirlanda d’erba ; e caricata la soma ch’erano due fasci e ‘l fastello, ed egli montò sopra la soma, e tornavano verso la città, e Buovo diceva una canzona, e gli altri rispondevano. Ed erano sì grande le grida, che ognuno correva a vederli ; e passarono per la piazza, e furono molto più guatati loro che la giostra de’ cavalieri.40

  • 41  Ibidem, XIV, p. 313. En revanche, dans Aiolfo del Barbicone, Andrea da Barberino n’utilise pas ce (...)

15Les chevaux sont généralement dans les écuries des châteaux où, quelquefois, les dames rendent visite à leur monture ; mais en fait il s’agit surtout pour elles de rencontrer le héros. C’est là un motif épique que Barberino utilise afin de souligner l’insistance de Drusiana à séduire Buovo qui lui résiste41.

  • 42  « El siniscalco mandò per lui e per lo cavallo […] gli ordinò una camera in corte e le spese per l (...)
  • 43  « […] fugli assegnata una camera nel palazzo, e fu mandato per suo cavallo ». Fioravante, XXXI, p. (...)

16Lorsque le maître change de logis, son cheval le suit. Le chevalier, qui s’est distingué par ses exploits, est invité au palais, par exemple42. S’il n’est pas venu sur sa monture, on envoie chercher l’animal à l’auberge43.

  • 44  Aiolfo, p. 1099.
  • 45  Fioravante, XXIX, p. 197.
  • 46  Il s’agit d’un motif traditionnel de l’épopée.
  • 47  Fiovo, LXI, p. 115.
  • 48  Fioravante, XXX, p. 199. Certainement par souci de réalisme, Barberino note comment Fioravante pro (...)

17L’auberge est en effet le lieu traditionnel où réside le chevalier avant que son identité ne soit révélée. Là, on nourrit bien sûr le cavalier et le cheval44, quelquefois celui-ci avant celui-là45, toujours abondamment. L’aubergiste peut, d’ailleurs, être payé grâce aux chevaux pris à l’ennemi46. Pour payer son hôte, Riccieri met en gage son écu, puis sort de Tunis et, profitant d’une sortie des assiégés, va combattre les assiégeants : « egli prese uno cavaliere e guadagnò due cavagli ». Il livre le chevalier aux habitants « e’ due cavagli menò all’osteria, e dielli all’oste per lo suo scudo »47. De même, Fioravante va combattre l’armée du sultan et revient avec trois chevaux qu’il donne à l’aubergiste pour payer son écot48.

  • 49  Fiovo, VII, p. 11 : « […] mettiamo il cavallo in luogo che le bestie non lo mangino. E missonlo dr (...)
  • 50  Ibidem, VII-VIII, pp. 11-12 : « Amico, io nonn’ ho da mangiare, se Dio non ce ne manda […] E Fiovo (...)

18Dans une forêt, il arrive que le chevalier trouve un abri de fortune auprès d’un ermite. Même si les conditions d’hébergement sont frustes, le cheval est protégé des bêtes sauvages et nourri tant bien que mal49, souvent mieux que son maître qui est condamné à jeûner50 ou, comme Fioravante, à partager le maigre repas du saint homme qui lui offre l’hospitalité :

  • 51  Fioravante, pp. 193-194.

Fioravante […] gli chiese per Dio s’egli avesse un poco di pane. Il romito gli die’ di quello che egli aveva, ch’era tanto aspro a mangiare, che Fioravante non ne poté mangiare se non uno boccone, e domandò di che faceva questo pane. Il romito disse : « Io piglio erbe, e pestole insieme con certe semenze pur d’erbe, e impastole, e seccole al sole, e quando al fuoco ; e di questo sono grande tempo vivuto per la grazia di Dio ». Fioravante gli chiese da bere, e egli gli diede d’una acqua tanto fredda, che Fioravante temé ch’ e’ denti non gli cascassino di bocca ; e disse : « Io ho mangiato e beuto, e sto bene : lodato sia Iddio ! »51

  • 52  Ibidem.
  • 53  L’ermite qui accueille Fiovo est, par exemple, le frère de l’Empereur Lucino. Il a fui Rome lors d (...)

19Parfois, le destrier est logé avec le maigre cheval de l’ermite52 ; ce qui s’écarte de la tradition épique qui veut que, lorsqu’un chevalier renonce au monde, il renonce au cheval. Or les ermites des chansons de geste sont presque toujours de grands seigneurs qui, par foi ou pour fuir un danger, se sont retirés du monde53.

  • 54  Fiovo, p. 73 et p. 100 : « s’alloggiarono con l’arme in dosso e co’ cavagli a mano » ; « tutta la (...)
  • 55  Ibidem, p. 73. « Gostantino mandò uno bando […] che ognuno portassi al campo biada e strame e pane (...)

20La seule circonstance qui fasse que les chevaux ne regagnent pas l’écurie, ou ce qui en fait office, c’est la proximité de l’ennemi. Dans ce cas, ils sont tenus par la bride, de jour comme de nuit54, mais, dans les bourgades proches du campement, on réquisitionne de l’avoine et du fourrage pour les nourrir55.

  • 56  Almonte : « Quando io mi sento sotto questo cavallo, e io in arcione sono armato, non temo tutto i (...)
  • 57  Fioravante, XXXVII-XXXVIII, pp. 213-215.
  • 58  Buovo, XXV, p. 338.
  • 59  Berta del gran pié, XXIV, p. 489.
  • 60  Lorsqu’il décide de voler les armes et le destrier de son maître, le serviteur de Fioravante se di (...)

21Lorsque vient la guerre, les liens entre monture et cavalier se resserrent car, sans un bon cheval, un chevalier ne peut combattre56. Fioravante et Drusolina sont assiégés par Balante au château de Monfalcone où il n’y a que de mauvais chevaux. Le chevalier ne peut aller à la bataille, il est humilié car contraint de supporter un siège comme un civil57. Mais, si on lui offre un bon cheval et de bonnes armes, on reconnaît immédiatement un chevalier de bon lignage. Alors qu’il ne veut pas être reconnu, Buovo éveille les soupçons à deux reprises par sa façon de chevaucher : « Questo pellegrino è uno buono cavalcatore […] Vedi quanto cavalca bene il pellegrino quello cavallo che soleva cavalcare colui d’Antona ! »58. Mainetto – le futur Charlemagne – qui se fait passer pour le fils d’un marchand de Barcelone, trahit sa noble condition au combat. Devant sa bravoure, Polinoro s’exclame : « Per Maometto, costui non è figliuolo di borghese, come egli dice. » ; puis : « Per certo, cavaliere, io non credo che tu sia figliuolo di mercante ; io ti priego che tu mi dichi il tuo nome, e quello che fai nella corte del re Galafro »59. Inversement, même sans avoir à combattre, un manant qui monte un destrier et a revêtu l’armure d’un chevalier ne peut donner le change60. Si le cheval distingue le chevalier des manants, il le différencie aussi des bourgeois.

  • 61  Ibidem, XLVI, pp. 228-229.
  • 62  Ibidem, XLVII, p. 230.
  • 63  Ibidem.

22Ainsi, Gisberto, fils de Fioravante, est enlevé puis adopté par un riche bourgeois parisien qui veut lui donner une éducation de marchand. Gisberto la rejette et « cominciò a giostare e armeggiare e fare molte feste […]. E quando fu in età di diciotto anni fece uno grande torniamento e una festa di rompere aste »61. Lorsque son père adoptif revient à Paris, après dix-huit ans d’absence, « in due giorni vestì cento giovani di Parigi a una divisa […] quando seppe ch’egli era presso a dieci miglia, montò a cavallo con quelli cento, e andògli incontro »62. Mais le bourgeois, qui voyage sur un « portante », ne comprend pas la raison de tout ce faste et il lui dit : « “O figliuolo, dunque quello ch’io ho in tanti anni guadagnato, tu lo getti via in questo modo ?” ». Lorsqu’il apprend la nouvelle, au contraire, Fioravante « subito montò a cavallo, non per Chimento, né per debita cosa, ma per vedere la nobiltà di Gisberto »63.

23Le cheval révélant la condition sociale et morale du chevalier, celui-ci est rarement ridicule lorsqu’il est en selle. Une exception amusante, toutefois, mérite d’être relevée. Il s’agit de Pépin le Bref, qu’Andrea da Barberino nous dépeint en ces termes :

  • 64  Buovo, LI, p. 375.

Buovo non poté toccare Pipino imperò ch’egli era tanto corto d’imbusto che gli arcioni gli aggiugnevano insino alla vista dell’elmo. […] Buovo corse a dosso a Pipino, e diegli della lancia drento all’arcione, e stimò di passare l’arcione e lo ‘mperadore ; ma egli pose tanto basso, che la lancia passò sotto tra le coscie e passò amendua gli arcioni, cioè quello dinanzi e quello di drieto, e alzò tanto Pipino, che egli non si poté rassettare nella sella.64

  • 65  Cf. Fiovo, XIV, p. 20. Le cheval de Fiovo heurte par le côté le cheval de Parco et jette le cavali (...)
  • 66  Ibidem, LII, p. 92 : « il cavallo di Riccieri fu per cadere ; ma quello di Folicardo cadde per ter (...)
  • 67  Aiolfo, p. 1111 : « Marzagaglia percosse el suo cavallo di petto, e gittò per terra el cavallo e G (...)
  • 68 Buovo, XLII, p. 361.
  • 69 Ibidem, « Rondello pareva uno drago tra gli altri cavalli ». Cf. Fiovo, p. 55 : « Fiovo […] come un (...)

24Le cheval participe plus ou moins activement au combat, notamment lors du premier choc, souvent décisif65. C’est sa solidité qui fait la différence66 et permet à son cavalier d’avoir le dessus dans un combat mal engagé67. La monture prend parfois – c’est un fait rare –l’initiative de l’attaque : « Rondello diede del capo nel capo del cavallo di Duodo, e urtollo col petto, e gittò per terra Duodo e ’l cavallo »68. Il s’agit d’un combat particulier, celui de Buovo contre l’assassin de son père, et Rondello, nous le verrons, n’est pas un cheval ordinaire. Sa vaillance dans cet affrontement lui vaut d’être comparé à un dragon, privilège d’ordinaire réservé aux meilleurs des chevaliers69.

  • 70  Cf. Fiovo, XIV, p. 20 ; XXIV, pp. 37-38 ; XXXI, p. 49 ; XXXV, p. 57 ; XL, p. 68.
  • 71 Ibidem, p. 124 : « Riccieri gli tagliò la testa al cavallo in uno sinistrare, e subito smontò da ca (...)
  • 72  Gisberto e Bovetto, VIII, p. 258 : « Bovetto al primo colpo gli uccise il cavallo, e poi ismontò, (...)

25Sous l’effet du choc, le cheval tombe avec son cavalier, quelquefois dessus70. Mais il arrive souvent que le cheval soit tué, dans la fougue du combat, par un coup de lance ou d’épée mal ajusté71. Le chevalier encore en selle descend de cheval, pour ne pas combattre un ennemi en position d’infériorité72. Il n’y remontera qu’après avoir vaincu.

  • 73  Fiovo, LVIII, p. 106 « Basirocco diede nel petto del cavallo di Riccieri colla lancia e subito mor (...)

26Seuls les Sarrasins tuent volontairement les chevaux, ceux de leurs adversaires73, mais aussi les leurs, lorsqu’ils estiment qu’ils ont failli :

  • 74  Ibidem, LII, p. 92.

Folicardo, tratta la spada, voleva tagliare la testa al suo proprio cavallo, perché v’era caduto. Disse Riccieri : « O cavaliere, non fare ; però ch’io ho bene veduto che tu non sei per tua viltà caduto […] offendere il cavallo sarebbe riputato villania ».74

  • 75  Ibidem, LVII, p. 102 : « Fiovo […] uccise Aliachin di Granata, e diede il suo cavallo a Gualtieri. (...)
  • 76  Ibidem, XIV, p. 21 ; XXXI, p. 51 ; XL, p. 71. Fioravante, LXXVII, p. 420.

27Au cours du combat, on tue quelquefois un ennemi pour fournir une monture à un compagnon qui en est privé75. À la fin, les vainqueurs s’emparent des destriers des vaincus qu’ils peuvent garder pour leur propre usage ou offrir76.

  • 77  Fegra Albana, sœur du roi de Tunisie, s’éprend de Riccieri en entendant vanter ses mérites et dit (...)
  • 78  Cf. Gisberto e Bovetto, XVIII, pp. 276-278; Buovo, XII-XIII, pp. 310-312 ; Berta del gran pié, XXV (...)
  • 79 Buovo, XL, p. 357.

28De fait, le cheval figure, aussi souvent que l’or et l’argent, à titre de présent dans les chansons de geste, où l’échange économique se fait presque toujours sous forme de dons. Le don d’un animal est parfois une affirmation de la suzeraineté, aussi le cheval est-il souvent offert à l’occasion d’un adoubement. Il peut être offert par une princesse amoureuse77 et, plus généralement, pour obtenir une faveur. Il constitue souvent le prix des tournois78 et autres défis que se lancent les chevaliers pour se distraire et se mesurer entre eux. Lorsque, par jalousie, Riccardo di Conturbia veut affronter Buovo en combat singulier, celui-ci relève le défi et, sûr de sa monture, ajoute une condition : « Io sono contento ; ma io voglio che quello che è perditore perda l’arme e il cavallo, e venga a pie’ insino alla tavola dove si mangia ; e s’egli rivuole l’arme e ‘l cavallo, doni trecento bisanti d’oro a quello che è vincitore »79.

  • 80 Fiovo, XLVII, p. 83 « ‘l cavallo di Riccieri s’inginocchiò ; ma quello di Basirocco andò per terra  (...)
  • 81  Buovo, XLI, p. 358.

29Les qualités demandées au cheval lors de ces joutes sont les mêmes que pour un combat. Si un cheval n’est pas solide, son cavalier perd le tournoi80. Dans celui qui oppose Buovo à Riccardo di Conturbia, Rondello et le cheval de Riccardo se heurtent et celui-ci tombe avec sa monture81.

  • 82  Par exemple Rondello (Buovo, LXII, pp. 396-397) ou Marzagaglia (Aiolfo, pp. 1114-1116).
  • 83 Buovo, LX, p. 391.
  • 84 Aiolfo, pp. 1114-1116.

30Les tournois et les courses permettent aux cavaliers et aux chevaux de se distinguer82. Buovo gagne sur Rondello une quintaine au cours de laquelle tous les autres cavaliers sont désarçonnés, ce qui fait dire au jeune Guidone : « Per mia fede, che se io avessi quello cavallo che ha il signore Buovo, o abatterei quello difizio ! »83. Pour la course qui doit opposer Marzagaglia au cheval de Maccario, le pari s’élève à mille écus et Aiolfo, afin de montrer la supériorité de son cheval, laisse à son adversaire un avantage de quatre cents pas84.

31Le cheval occupant une place centrale dans les chansons de geste, il est normal d’en retrouver la fonctionnalité dans l’œuvre d’Andrea da Barberino, car l’usage d’une monture est essentiel au chevalier. En fonction de sa destination surtout guerrière, il apparaît dans les scènes de voyage, de repos et de combat, mais il est dans le récit ce qu’il est dans la réalité : un auxiliaire précieux qui reste à sa place, un moyen de mettre en valeur celui qui le monte. Toutefois, si dès 1160, on trouve dans la plupart des chansons de geste un cheval remarquable, Andrea da Barberino n’en retient que trois : Marchegai, le cheval d’Aiol, Moriel le cheval de Naimes et Arondel le cheval de Beuve de Hantone. Une étude comparative du texte-source et de l’adaptation mettra en lumière l’importance qu’accorde Barberino aux chevaux et montrera si, dans son œuvre, certains chevaux atteignent un degré supérieur d’existence qui les rapproche de l’homme.

Trois chevaux remarquables : Marzagaglia, Morello, Rondello

  • 85  Nous indiquons entre parenthèses les noms des personnages dans l’adaptation d’Andrea da Barberino.
  • 86  À partir de cet épisode, dans les deux versions, l’action devient complexe. Aiol (Aiolfo) épouse M (...)

32Dans le texte-source, Marchegai (Marzagaglia)85 est le cheval d’Élie (Elia), époux d’Avisse (Elizia), fille de Charlemagne, qui a été injustement chassé de France. Il s’est réfugié avec sa femme dans les landes de Bordeaux (la forêt de Saint-Gilles). Là, Avisse (Elizia) met au monde un fils qui porte le nom d’Aiol (Aiolfo). À seize ans, celui-ci, revêtu des vieilles armes de son père et monté sur son destrier Marchegai (Marzagaglia), part seul en France pour reconquérir les fiefs dont Élie a été injustement dépossédé. Grâce à ses hauts faits d’armes, Aiol obtient la faveur du roi86.

  • 87  Pour l’analyse d’Aiol cf. Jean Bichon, op. cit., vol. I, pp. 323-328. Citation p. 328.

33L’imitation du poème français est certaine et directe pour cette première partie, toutefois, le rôle tenu par le cheval Marchegai est tout à fait différent. Dans le poème français, pour la première fois sans doute, un cheval est promu au rang de personnage. Intelligent et sensible, Marchegai seconde son maître, courageux mais inexpérimenté, dans des moments difficiles de la vie quotidienne. Il « prend l’allure d’un sage, presque d’un mentor. Ses interventions suscitent la reconnaissance et l’admiration »87.

  • 88  « Sa lance estoit molt torte et enfumee, / Et ses escus fu vieus, la boucle lee, / Et sa resne ron (...)

34Lorsqu’Aiol arrive à Poitiers, il fait piètre figure et Marchegai, honteux lui aussi de la lance tordue, du vieil écu et des rênes cassées, lève la tête, les narines frémissantes et la bouche ouverte, afin d’avoir l’air d’un fringant coursier et faire honneur à son maître88.

  • 89  « ‘Cis chevaus est moult maigres et confondu[s] : / Il estera anqui al vin beu / Et cele lance roi (...)

35Un ribaud arrête Aiol et se moque des armes et de la monture maigre qu’il se propose de vendre pour payer le vin qu’il a bu et ses dettes de jeu89. Il saisit le cheval par la bride : Marchegai le regarde, lève l’antérieur droit et le frappe à la ceinture et au creux du buste. L’ivrogne tombe mort à terre.

  • 90  « Quand Ma[r]chegai se sent si délivrés / Del frain que de la bouche li ont osté[s], / Onques si f (...)

36Aiol s’éloigne, mais les quolibets continuent : on lui demande s’il appartient à la famille d’Audigier, héros d’un poème burlesque, on lui propose d’apprendre un métier. Aiol répond courtoisement. Un ribaud ivre lui propose de loger chez lui et de payer en donnant son destrier et ses armes. Il joint le geste à la parole et libère promptement Marchegai de son frein. Se sentant libre, le cheval se précipite sur le larron, le saisit par la nuque, le soulève à quatre pieds de terre, secoue la tête, le laisse tomber et le piétine. L’homme s’évanouit, du sang sort de son nez, il a trois côtes cassées90.

  • 91  « Marchegai le regarde, si lait aller / Le pié destre qu’il ot gros et quaré : / Devant en mi le p (...)

37À Orléans, les mêmes scènes se produisent. Un aubergiste demande à Aiol d’expertiser des dés pour faire cesser une querelle. Celui-ci répond qu’il n’a jamais joué, l’aubergiste insiste et saisit Marchegai par la bride. Marchegai le regarde et lui donne un grand coup de pied au milieu de la poitrine qui lui brise trois côtes et pour peu, « lui aurait crevé le cœur »91.

  • 92  « grains et dolans », ibidem, p. 78, v. 2651.
  • 93  « Marchegai nel connut, lieve le piet, / Merveilleux coup en done le pautoier : / De desous la mai (...)

38Aiol poursuit sa route mais c’est jour de marché et toute la population est dans la rue : sergents, écuyers, marchands, même le roi Louis le Pieux qui interpelle ses chevaliers pour attirer leur attention sur le piteux cavalier. Aiol est pris à partie par une bouchère. Dès lors, il chevauche « courroucé et dolant »92, hué par la foule, poursuivi par des garnements qui lui jettent des pierres. Il demande à sortir de la ville et le portier lui réclame quelques crins de la queue de Marchegai pour en faire une laisse à son lévrier. En réalité il veut faire tomber Aiol de cheval pour mieux l’humilier. Alors Marchegai intervient encore une fois, il se cabre, donne un coup de pied sous la mâchoire de l’homme, lui brise trois côtes et l’envoie sur un tas de fumier93.

39Aiol peut désormais sortir d’Orléans et courir vers des aventures plus glorieuses.

  • 94  Aiolfo, p. 1101.

40Dans la version italienne d’Andrea da Barberino, Aiolfo fait halte dans une auberge et un maréchal-ferrant reconnaît chez lui les traits du duc Elia, son ancien maître. Il va à l’écurie et reconnaît Marzagaglia qu’il a autrefois ferré d’argent. Pendant qu’il le referre, des valets arrivent et se moquent d’Aiolfo qui tient le pied de Marzagaglia. Le maréchal-ferrant va redresser un peu le fer, et un valet veut lever le pied de Marzagaglia. Celui-ci lui donne deux coups de pied qui le tuent. Le maréchal-ferrant termine son travail et l’un des valets veut prendre Marzagaglia par la bride. Le cheval le prend par les dents et lui brise le bras. Aiolfo s’enfuit et se rend à Paris. Là « erano sì piene le strade di gente, che andavano chi in giù e chi in su, che Aiolfo appena poteva andare. Chi rideva, chi lo sgidava, perch’egli faceva noia a molti per lo grande cavallo ; e per la via molti lo schernivano perch’egli guatava quelle cose per ismemorato, e pareva pure grosso di senno. E giunto presso alla piazza, e’ fanciulli per una meraviglia gli correvano dietro »94. Le sénéchal de sa tante met fin à la scène en l’emmenant au palais.

41Nous pouvons constater qu’aucune des scènes familières et réalistes, écrites sur le ton des parties comiques traditionnelles des chansons de geste, n’a été conservée dans la version en prose de Barberino. Marzagaglia est un cheval comme un autre, qui lance des ruades et mord, mais il ne possède pas les qualités de Marchegai. Nous ne retrouvons pas le regard désolé que ce dernier jette sur l’équipement de son maître, ni celui qu’il lance à ses futures victimes avant de les frapper, ni ce mouvement des oreilles qui semble avertir d’un danger imminent. Tout ce qui évoque subtilement l’intelligence et les sentiments du cheval et rend l’auditeur ou le lecteur pleinement complice n’apparaît pas. Cette technique de suppression affecte également les discours tenus par le cavalier à sa monture.

  • 95  « Or fu dus Namles del ceval descendu ; / li cevax tranble, qui mesaise a eü, / que li glaçon l’or (...)

42Moriel (Morello) est le cheval du duc Naimes (Namo), qui a accompagné Charlemagne dans son expédition en Calabre. L’armée de Charles est en vue d’Aspremont et Naimes quitte le camp pour porter un message au roi Agolant. Monture et cavalier traversent à la nage une rivière en partie gelée. Dès qu’il a atteint l’autre berge, Naimes s’adresse à son cheval pour le remercier de l’avoir aidé et il lui promet de ne jamais le mettre en gage, le vendre ou le donner95.

  • 96  « Moriel, dist il, de toi ai grant pitié. / Se de ton vivre trovasse nul marcié, / volentiers fust (...)

43Au cours de la nuit qu’il passe en montagne, souffrant de la pluie et du froid, après s’être battu contre un griffon, Naimes s’adresse à nouveau à Moriel pour lui exprimer la pitié qu’il éprouve de le voir privé de nourriture et il lui affirme que, s’il en trouvait, il lui en achèterait même à prix d’or96.

  • 97  Jean Bichon, op. cit., vol. I, p. 347.

44Ces passages sont considérés comme des exemples de la mode du discours tenu au cheval, introduit dans l’épopée pour attester d’un phénomène bien réel : les liens affectifs qui unissent le cavalier à sa monture. Jean Bichon souligne la ressemblance entre ces propos et ceux que l’on tiendrait à un homme. Le cheval, dit-il, « est supposé comprendre : on le considère comme accessible à la louange, à l’expression de la gratitude, à l’attente de la récompense, mais aussi à une certaine délicatesse des sentiments et du langage »97. On ne pourrait appliquer ce jugement au Morello d’Andrea da Barberino. Dans le récit de l’ambassade de Namo, la traversée de la rivière à cheval, qui est un motif traditionnel de l’épopée, est maintenue. En revanche, le discours au cheval est supprimé :

  • 98  Aspramonte, pp. 500-501.

E smontato a piè gli venne pietà di se medesimo, e molte volte si racordava di Carlo. El suo cavallo tutto tremava, e sempre pioveva. El duca trovò una grande e rilevata ripa, ed egli, per fuggire un poco la piova si tirò sotto una caverna, e poco vi stette, ché la corrente dell’acqua di sopra ruppe, e convenne uscire di quello luogo. E vedendo che ‘l suo cavallo tutto tremava, temette che non si rapigliasse, e rimontò a cavallo, e raccomandossi a Dio, e cominciò a risalire la montagna.98

  • 99  Ibidem, p. 502.

45Après le combat contre le griffon, il se réfugie pour la nuit dans une grotte : « El suo cavallo si moriva di fame, e molto più gl’incresceva del cavallo che di sé [...] tutta la notte ebbe assai che fare a scampare il suo Morello, che per lo freddo martellava e’ denti »99.

  • 100  Ibidem, p. 570.
  • 101  Ibidem, p. 614.

46Cette fois non plus, Namo ne s’adresse pas à Morello, même s’il en prend grand soin. Nous pouvons en conclure que l’adaptation d’Andrea da Barberino ne témoigne pas de la mode du discours tenu au cheval. Il semblerait même que le phénomène lui ait échappé, comme le montrent ces propos d’Almonte en déroute : « O nobilissime arme, da quanto vile cavaliere siete portate ! O nobilissimo cavallo, da chi ti lasci cavalcare ! Dal più codardo cavaliere del mondo ! »100 ; ou encore ceux d’Agolante qui reconnaît, au loin, le cheval de son fils : « O nobile cavallo, che gente barbera ti governa ! O nobile cavallo ognuno torna volentieri alla sua patria ; e tu porti colui che ti cavalca a Risa, dove tu solevi essere governato. Va pur via, che Marcone ti sia in aiuto ! E’ v’è bene chi ti governerà ; ma tu non vi riporti colui che tu portasti in Aspramonte »101. Ces discours ne s’adressent pas au cheval, il n’y a aucune affectivité en eux, ils sont purement rhétoriques.

  • 102  Rinaldino da Montalbano, p. 882. Pour la description, cf. supra note 13.

47Cette démarche d’atténuation touche au paradoxe quand Andrea da Barberino invente un cheval nommé Serpentino, qui apparaît dans Rinaldino da Montalbano. Avant le départ pour l’Espagne, Roland organise un tournoi sur l’ordre de Charlemagne. Renaut de Montauban décide de s’y rendre avec son fils Rinaldino. Celui-ci possède un beau destrier, fils de Baiart102.

  • 103  Renaut de Montauban - Les quatre fils Aymon, chanson de geste publiée par F. Castets, Montpellier, (...)
  • 104  Jean Bichon, op. cit., p. 348.

48Or Baiart est un cheval-fée que Maugis d’Aigremont, cousin de Renaut et enchanteur, lui a donné, lors de son adoubement. Il apparaît dans Renaut de Montauban, appelé aussi La Chanson des quatre fils Aymon103, et, de Renaut ou de Baiart, on ne saurait dire qui est le protagoniste du récit. Les capacités de Baiart dépassent de beaucoup celles des chevaux ordinaires car il est enchanté : il est merveilleux tant physiquement qu’intellectuellement. « Ce mélange d’intelligence, d’affection, d’initiative imprévue donne à Baiart un véritable caractère : il est, autant qu’un animal peut l’être, personnel. Enfin, la conclusion du récit l’auréole de légende et lui confère une espèce d’éternité : désormais seul et libre, Baiart hante depuis des siècles la forêt d’Ardenne »104.

  • 105  « Rinaldino con tanta fierezza si mosse ch’io non credo che Achille a’ liti troiani altrimenti ass (...)

49Il serait légitime que Serpentino héritât des qualités exceptionnelles de son géniteur, mais il n’en est rien. Rinaldino gagne le tournoi mais c’est toujours sa valeur qui est soulignée et non celle de sa monture105 et, après cet épisode, le cheval n’est plus qu’un nom. Il nous paraît évident qu’Andrea da Barberino a écarté délibérément un cheval qui, par ses origines, aurait dû être l’un des protagonistes de la suite qu’il voulait donner à Renaut de Montauban. De ce fait, dans l’économie générale de l’œuvre d’Andrea da Barberino, Rondello (Arondel) est un cas tout à fait particulier.

50Arondel (Rondello) ne se distingue a priori que par la rapidité qui lui a valu son nom. Il s’agit du cheval de Beuve d’Hantone (Buovo d’Antona) qui quitte l’Angleterre pour échapper à sa mère qui veut l’assassiner. Des marchands l’emmènent en Égypte où il rejoint la cour du roi Hermine (Erminione) comme écuyer d’un cheval, Arondel (Rondello). À partir de là, le chevalier et le cheval seront inséparables.

51Dans deux des trois versions dites continentales, le cheval appartient à Josiane qui, apercevant Beuve, le trouve si beau qu’elle le prend à son service pour s’occuper du destrier qui lui a été offert par un soupirant. Dans la troisième version, Arondel appartient au roi, mais Josiane tombe amoureuse de Beuve de la même façon que dans les autres versions. Dans la version d’Andrea, Arondel devenu Rondello appartient aussi au roi mais Josiane (Drusiana) ne rencontre Buovo que lorsqu’il a accès au palais, un lieu où il peut rencontrer, de façon réaliste, une princesse. Dans tous les cas, le destrier joue un rôle important dans la rencontre entre les deux jeunes gens.

  • 106  « Buovo sgridò Rondello. Quando el cavallo lo sentì, subito lo riconobbe, e cominciò a ringhiare e (...)
  • 107  Ibidem, XXVI, p. 339.

52Plus tard, lorsque ses ennemis éloignent Buovo, il part sans son cheval. Drusiana emmène Rondello avec elle, en Erminie, lorsqu’elle va rejoindre l’époux que lui a imposé son père. Ceci est important car, lorsque Buovo la retrouve, c’est grâce à son fidèle destrier qu’il peut se faire reconnaître. Rondello n’ayant jamais accepté d’être approché ni monté par un autre cavalier, Drusiana peut être sûre qu’il s’agit de Buovo106. Buovo et Drusiana réussissent à fuir grâce à Rondello qui tue l’homme qui les a reconnus alors qu’ils allaient franchir une porte de la ville107. C’est encore le destrier qui prévient son maître, endormi, de l’arrivée de Pulicane – une créature mi-homme mi-chien – et qui, plus tard, le reconduira là où il a laissé Drusiana.

53Comme il a reconnu Buovo, le cheval reconnaîtra Drusiana, douze ans plus tard, lorsqu’elle se présentera avec ses deux fils à la cour de Buovo, qui a recouvré son fief en Angleterre. L’histoire devrait se conclure sur les retrouvailles des époux et de leurs enfants mais l’action est relancée grâce au destrier. Rondello participe à une course qu’il gagne brillamment. Cela suscite la convoitise du fils du roi qui projette de le voler. Le destrier tue son agresseur d’une ruade et il est condamné à mort par le roi. Buovo plaide habilement la cause de sa monture et obtient sa grâce, mais il est banni, ce qui ouvre la voie à de nouvelles aventures au cours desquelles le destrier se distingue encore par sa rapidité et son courage.

  • 108  Ibidem, XXVIII, p. 342.
  • 109  Buovo confie à Rondello qu’il est incapable de retrouver son chemin tout seul et lui demande de le (...)
  • 110  Ibidem, XXIV, p. 336.
  • 111  Ibidem, LXII, p. 397. Nous pouvons remarquer que, parmi les choses qui lui sont le plus chères, il (...)

54Le cheval est ici incontournable car il sert de lien au récit et en justifie les articulations. Mais, au-delà de la fonction narrative, Rondello possède une personnalité. Il est attaché à son maître et à Drusiana, il fait preuve d’intelligence (lorsqu’il alerte Buovo d’un danger108 ou s’approche de son maître, cerné par les Sarrasins, pour lui permettre de se mettre en selle et de se sauver). Aussi, Buovo éprouve-t-il de l’affection pour lui et n’hésite-t-il pas à s’en remettre à lui109. Lorsqu’il le retrouve, il se jette à son cou110. Plus tard, il répond à Fiore qui le lui réclame : « O Fiore, ogni altra cosa ch’io honne, salvo che Drusiana e Rondello e Antona, ti donerò, imperò che questo cavallo m’ha campato di grandi pericoli, e ho promesso e giurato che altro che la morte non lo partirà da me : e però mi perdona »111. Pour sauver son cheval de la mort, Buovo se jette aux pieds du roi pour implorer son pardon et accepte le bannissement.

55Ainsi, parmi les chevaux remarquables de la tradition épique, Andrea da Barberino n’en a retenu que trois puisqu’il n’a pas adapté les poèmes où le cheval tient une place prépondérante. Des trois chevaux qu’il distingue, seul Rondello conserve la personnalité qui était la sienne en raison de sa fonction narrative importante. À cette exception près, il semble donc que le cheval se présente, le plus souvent, dans l’œuvre d’Andrea da Barberino, comme un élément du cadre de vie et qu’il n’accède pas à un degré supérieur d’existence.

  • 112  Fiovo pp. 98-99.
  • 113  Fioravante, XXIX, p. 196 et Buovo, LXVII, p. 403.
  • 114  Fiovo p. 23, p. 26 et Buovo, XXXI, p. 346.
  • 115  Buovo, LXVIII, p. 405.
  • 116  Ibidem, XXXI, p. 346.

56Si dans les épisodes de la chanson de geste qui mettent en scène des chevaux, les sentiments des hommes pour les animaux apparaissent avec une grande force et une grande continuité et donnent lieu à des scènes émouvantes, il n’en est rien dans les adaptations d’Andrea da Barberino. On peut peut-être expliquer ses réticences par les transformations qu’a subies la guerre et dont son œuvre se fait l’écho112. Non seulement il y a bien longtemps que les Communes ont fait appel à des mercenaires113 pour remplacer les milices citadines, mais le rôle joué par les hommes de pied114, en particulier les arbalétriers115, augmente, tandis que se développe le pillage comme tactique militaire116. Dans ce type de guerre, la chevalerie et, par conséquent, le cheval occupent une moindre place.

  • 117  Cf. Paola Ventrone, Cerimonialità e spettacolo nella festa cavalleresca fiorentina del Quattrocent (...)

57Le cheval est donc moins important pour un public désormais éloigné des champs de bataille qu’il ne l’était pour les seigneurs destinataires des poèmes-sources. S’il tient encore quelque place, c’est comme monture d’apparat dans les armeggerie, les giostre, les entrées, les fêtes religieuses et autres défilés117, donc comme élément de paraître, propre à être décrit et à flatter son cavalier, mais il ne peut plus participer de l’être du chevalier.

Haut de page

Notes

1 Gisberto e Bovetto, in Andrea da Barberino, I reali di Francia a cura di G. Vandelli e G. Gambarin, Bari, Laterza, 1947, IV, p. 251.

2 Andrea da Barberino I reali di Francia, a cura di G. Vandelli e G. Gambarin, Bari, Laterza, 1947. Cette édition réunit six livres des Reali : Libro I : Fiovo pp. 3-141 ; Libro II : Fioravante pp. 143-244 ; Libro III : Gisberto e Bovetto pp. 245-290 ; Libro IV : Buovo d’Antona, pp. 291-426 ; Libro V : I figliuoli di Buovo d’Antona (La vendetta di Buovo), pp. 427-442 ; Libro VI : Berta del gran pié, pp. 547-564. Romanzi dei Reali di Francia, a cura di Adelaide Mattaini, Milano, Rizzoli, 1957, 1267 pages. Cette édition réunit, outre les Reali di Francia pour lesquels nous utilisons l’édition précitée, L’Aspramonte, la Storia di Rinaldino da Montalbano, I Nerbonesi, la Storia di Aiolfo del Barbicone et la Storia di Ugone d’Alvernia. Nous utilisons les titres des livres (Fiovo, Fioravante…), selon le découpage des éditions utilisées.

3  Dans La Chanson de Roland, le seul cheval décrit est celui de Turpin et cette description s’inspire d’Isidore de Séville. Cf. Jean Bichon, L’animal dans la littérature française au XIIème et au XIIIème siècles, Thèse présentée devant l’Université de Paris IV, 15 mars 1975, Université de Lille III, Service de reproduction des thèses, 1976, tome I, p. 164.

4  « […] il più vantaggiato cavallo ch’avesse », Fiovo, VI, p. 10 ; « uno vantaggiato cavallo », ibidem, p. 105. 

5  « buon cavallo », Fioravante, IX, p. 162.

6  « cavallo bello », ibidem, VI, p. 154.

7  « era migliore d’altro cavallo del mondo », Fiovo, I, VI, p. 9 ; « migliore cavallo », Fioravante, VI, p. 154.

8  « franco cavallo », Fioravante, XXVII, p. 193. 

9  « grande cavallo » Gisberto e Bovetto, XVI, p. 272 ; « grande cavallo », Aiolfo del Barbicone, p. 1101. 

10  « bello e nobile destriere », Fiovo, XLIII, p. 77. 

11  Berta del gran pié, XXXII, p. 492.

12  Ibidem, p. 512.

13  Rinaldino da Montalbano, p. 882.

14  Ibidem, p. 506 et Aspramonte, p. 545.

15  André Moisan relève plus de 88 mentions différentes de provenance pour les chevaux. Cf. André Moisan, Répertoire des noms propres de personnes et de lieux cités dans les chansons de geste françaises et les œuvres étrangères dérivées, Genève, Droz, 1986, tome I, vol. 2, p. 983.

16  Lorsque Buovo revient en Angleterre, il fait halte en Sicile pour se fournir en chevaux de combat.Buovo, XXXIX, p. 356.

17  André Moisan relève 156 noms de chevaux dans l’ensemble des chansons de geste françaises et 60 dans les œuvres étrangères dérivées. Cf. André Moisan, op. cit., tome I, vol. 2, p. 980, et tome II, vol. 3, p. 631.

18  Rondello : cheval de Beuve de Hantone (Buovo). Il est présent dans toutes les œuvres étrangères dérivées.

19  Baiardo : le cheval fée, cité dans Aiolfo et Rinaldino da Montalbano.

20  Briadoro : il appartiendra à Roland sous le nom de Veillantif (Vegliantino).

21  Marzagaglia : cheval d’Aiol (Aiolfo del Barbicone).

22  Morello : cheval de Naimes (Namo).

23  Gherardo da Fratta : on le retrouve dans Fioravante, Berta del gran pié et I Nerbonesi.

24  Nom du cheval de Fioravante. Ce nom n’est jamais utilisé pour un cheval parce que l’épée de Charlemagne se nomme Joyeuse.

25  Ce cheval est le fils de Baiart. Dans la tradition épique, de nombreux chevaux portent le nom de rois païens. Andrea da Barberino semble respecter cette tradition car Serpentino dalla Stella est un roi païen, ennemi de Charlemagne.

26  Aspramonte, p. 549.

27  Buovo, XVIII, p. 349.

28  Jean Bichon, op. cit., p. 155.

29  Fioravante, p. 192.

30  Buovo, IV, XVIII, p. 322.

31  Ibidem, XXVI, pp. 339-340.

32  « Grande fatica era a Drusiana a cavalcare, perché era nel tempo presso al partorire, imperò ch’ella era gravida d’otto mesi e quindici giorni quando uscirono di Montefeltron. », Buovo, XXXV, p. 350. Les fugitifs seront obligés de s’arrêter dans une forêt où elle accouchera.

33  Fioravante, X, p. 164.

34  « […] la più bella e la più forte cavalcatora di tutte le donne del mondo. », Berta del gran pié, VIII, p. 444.

35  Fioravante, XXVI, p. 191. Buovo, en fuite avec Drusiana, est reconnu à cause de son destrier : « Per mia fé, che questo cavallo mi pare Rondello », Buovo, XXVI, p. 339. Le maréchal-ferrant, que rencontre Aiolfo pense reconnaître en lui les traits du duc Elia, mais il est certain de son fait lorsqu’il se rend à l’écurie et y trouve Marzagaglia. Cf. Aiolfo del Barbicone, p. 1099.

36  « Almonte smontò del muletto, e armossi, e montò in su un cavallo grosso ; ma non fu il suo vantaggiato Briadoro, imperò che egli l’aveva lasciato alla torre, per non lo guastare per le montagne. », Aspramonte, p. 518.

37  Buovo, XXXIII, p. 349.

38  Buovo, par exemple, embarque sur un bateau marchand pour fuir l’Angleterre : « E andarono questi mercanti a’porti di Spagna, e poi a’ porti di Marocco nel mare di fuori dalla terra ; e poi entrarono allo stretto di Gibiltauro, e cercarono tutti e’ mercati d’Africa e d’Egitto e di Baruti e di tutta Soria, e poi furono in Cipri, e indi entrarono nel mare di Setalia, e vidono Erminia minore, e in questa Erminia vollono andare perché certi di loro erano di quello paese, e perché ha una città che si chiama Ermenias a’ confini di Cilicia presso al regno Feminoro, onde furono l’Amanzone anticamente », ibidem, VII, p. 302.

39  Cf. par exemple Buovo, XXV, p. 358 ou Aiolfo, p. 1102.

40  Buovo, XIII, p. 311.

41  Ibidem, XIV, p. 313. En revanche, dans Aiolfo del Barbicone, Andrea da Barberino n’utilise pas ce procédé, bien qu’on le trouve dans le poème-source Aiol.

42  « El siniscalco mandò per lui e per lo cavallo […] gli ordinò una camera in corte e le spese per lui e per lo cavallo ». Fiovo, p. 116.

43  « […] fugli assegnata una camera nel palazzo, e fu mandato per suo cavallo ». Fioravante, XXXI, p. 201.

44  Aiolfo, p. 1099.

45  Fioravante, XXIX, p. 197.

46  Il s’agit d’un motif traditionnel de l’épopée.

47  Fiovo, LXI, p. 115.

48  Fioravante, XXX, p. 199. Certainement par souci de réalisme, Barberino note comment Fioravante procède pour ramener les trois montures : il en tient deux par la bride et a attaché la troisième à l’arçon de la selle de l’une des deux autres.

49  Fiovo, VII, p. 11 : « […] mettiamo il cavallo in luogo che le bestie non lo mangino. E missonlo drento a uno palancato […] e dierongli dell’erba inanzi ».

50  Ibidem, VII-VIII, pp. 11-12 : « Amico, io nonn’ ho da mangiare, se Dio non ce ne manda […] E Fiovo per la fame si consumava ».

51  Fioravante, pp. 193-194.

52  Ibidem.

53  L’ermite qui accueille Fiovo est, par exemple, le frère de l’Empereur Lucino. Il a fui Rome lors des persécutions ordonnées par Constantin.

54  Fiovo, p. 73 et p. 100 : « s’alloggiarono con l’arme in dosso e co’ cavagli a mano » ; « tutta la notte stettono la maggiore parte armati […] e’ capitani attorno provvedendo, ognuno col suo cavallo a mano, così e’ signori come e’ cavalieri e scudieri ».

55  Ibidem, p. 73. « Gostantino mandò uno bando […] che ognuno portassi al campo biada e strame e pane e vino e vettuvaglia ».

56  Almonte : « Quando io mi sento sotto questo cavallo, e io in arcione sono armato, non temo tutto il mondo, perché io ho il migliore cavallo e la migliore spada ». Aspramonte, p. 536.

57  Fioravante, XXXVII-XXXVIII, pp. 213-215.

58  Buovo, XXV, p. 338.

59  Berta del gran pié, XXIV, p. 489.

60  Lorsqu’il décide de voler les armes et le destrier de son maître, le serviteur de Fioravante se dit « dov’andrò sarò tenuto uno franco cavaliere » ; mais il évite les châteaux « dove potrebbe essere conosciuto l’arme e ‘l cavallo ». Il est quand même démasqué par un ermite qui, s’apercevant que les armes ne sont pas à sa taille et qu’il est fatigué de les porter, lui dit : « Tu debbi aver imbolato queste arme e questo cavallo a qualche gentile uomo, ché al parlare e all’apparenza tu dimostri più ladrone che uomo da bene » et il fait justice en le pendant. Fioravante, XXVI, pp. 191-192.

61  Ibidem, XLVI, pp. 228-229.

62  Ibidem, XLVII, p. 230.

63  Ibidem.

64  Buovo, LI, p. 375.

65  Cf. Fiovo, XIV, p. 20. Le cheval de Fiovo heurte par le côté le cheval de Parco et jette le cavalier à terre.

66  Ibidem, LII, p. 92 : « il cavallo di Riccieri fu per cadere ; ma quello di Folicardo cadde per terra ».

67  Aiolfo, p. 1111 : « Marzagaglia percosse el suo cavallo di petto, e gittò per terra el cavallo e Guido ».

68 Buovo, XLII, p. 361.

69 Ibidem, « Rondello pareva uno drago tra gli altri cavalli ». Cf. Fiovo, p. 55 : « Fiovo […] come uno lione, […] come uno drago », p. 68 : « Riccieri come uno drago », p. 108 : « Riccieri come uno dragone […] » ; Gisberto e Bovetto, XXIII, p. 285 : « Guido entrò nella battaglia come un drago ».

70  Cf. Fiovo, XIV, p. 20 ; XXIV, pp. 37-38 ; XXXI, p. 49 ; XXXV, p. 57 ; XL, p. 68.

71 Ibidem, p. 124 : « Riccieri gli tagliò la testa al cavallo in uno sinistrare, e subito smontò da cavallo » ; Buovo, LXXVII, p. 419 : « E ‘l cavallo di Tilopon si rizzò ritto per modo che Sinibaldo gli diede in su la testa e missegli la spada nelle cervella […] il re Tilopon menava del bastone, e giunse in su la spada di Sinibaldo per modo che ella giunse in su la testa del cavallo di Sinibaldo, e amendue i cavalli morirono a uno tratto. »

72  Gisberto e Bovetto, VIII, p. 258 : « Bovetto al primo colpo gli uccise il cavallo, e poi ismontò, e a pie’ combatterono gran pezzo ».

73  Fiovo, LVIII, p. 106 « Basirocco diede nel petto del cavallo di Riccieri colla lancia e subito morì ».

74  Ibidem, LII, p. 92.

75  Ibidem, LVII, p. 102 : « Fiovo […] uccise Aliachin di Granata, e diede il suo cavallo a Gualtieri. » ; Berta del gran pié, XXXIX, p. 510 : « Maineto […] vidde Marsilio […] e diegli dì grande il colpo della spada, che frito lo fece cadere a terra del cavallo e prese il cavallo e diello a Uggieri. ».

76  Ibidem, XIV, p. 21 ; XXXI, p. 51 ; XL, p. 71. Fioravante, LXXVII, p. 420.

77  Fegra Albana, sœur du roi de Tunisie, s’éprend de Riccieri en entendant vanter ses mérites et dit à l’un de ses serviteurs : « A te conviene andare a Roma e menare il mio bello e nobile destriere e uno scudo e una gioia di perle cioè una ghirlanda ; e da mia parte la presenterai a quello cavaliere cristiano chiamato Riccieri paladino ». Fiovo, XLIII, p. 77. Il s’agit d’un motif narratif traditionnel de la chanson de geste.

78  Cf. Gisberto e Bovetto, XVIII, pp. 276-278; Buovo, XII-XIII, pp. 310-312 ; Berta del gran pié, XXV, pp. 480-481 ; Aiolfo, p. 1104.

79 Buovo, XL, p. 357.

80 Fiovo, XLVII, p. 83 « ‘l cavallo di Riccieri s’inginocchiò ; ma quello di Basirocco andò per terra ».

81  Buovo, XLI, p. 358.

82  Par exemple Rondello (Buovo, LXII, pp. 396-397) ou Marzagaglia (Aiolfo, pp. 1114-1116).

83 Buovo, LX, p. 391.

84 Aiolfo, pp. 1114-1116.

85  Nous indiquons entre parenthèses les noms des personnages dans l’adaptation d’Andrea da Barberino.

86  À partir de cet épisode, dans les deux versions, l’action devient complexe. Aiol (Aiolfo) épouse Mirabel (Lionida), mais lors d’une chasse ils sont enlevés et emprisonnés à Lausanne. Mirabel (Lionida) donne naissance à des jumeaux qui, jetés dans un lac, sont sauvés par un pêcheur et vendus séparément. Aiol et Mirabel s’échappent et reviennent à la cour du père de Mirabel. Puis l’histoire se complique : le père, les fils et petits-fils d’Aiol se livrent à des combats extraordinaires tandis qu’Aiol se fait ermite.

87  Pour l’analyse d’Aiol cf. Jean Bichon, op. cit., vol. I, pp. 323-328. Citation p. 328.

88  « Sa lance estoit molt torte et enfumee, / Et ses escus fu vieus, la boucle lee, / Et sa resne ronpue et renoee, / Et les piaus de son col sont decirees. / Li ceval[s] vit les armes mal atirees : / Il fronche des narines, la gueule bee ». Aiol, chanson de geste publiée d’après le manuscrit unique de Paris par J. Normand et G. Raynaud, Paris, Société des Anciens Textes Français, 1877, p. 27, vv. 892-897.

89  « ‘Cis chevaus est moult maigres et confondu[s] : / Il estera anqui al vin beu / Et cele lance roide et cis escu[s] / Qui vou dona che frain a or batu ? / Les resnes en sont routes, mais [molt] boin[s] fu.’ ». Ibidem, p. 28, vv. 919-923.

90  « Quand Ma[r]chegai se sent si délivrés / Del frain que de la bouche li ont osté[s], / Onques si fais chevaus ne fu trovès : / J’oi le mestre dire qu’il fu faés. / Après le glouton va tous abrivés, / Il cluinge de l’orelge, si l’a hapé, / Amont el ateriel si l’a combré / Que IIII piè de tere l’a souslevé, / S(e)’a escouse la teste, sel laist aller : / Li glous chei a tere, si est pasmés / Que par mi les narines saut li sans cler[s]. », ibidem, p. 31, vv. 1037-1047.

91  « Marchegai le regarde, si lait aller / Le pié destre qu’il ot gros et quaré : / Devant en mi le pis l’a encontré ; / Un si mervilleus cop li a doné / Que III costes li fait el cors froer ; / Por un poi que le ceur n’en a crevé », ibidem, p. 75, vv. 2567-2572.

92  « grains et dolans », ibidem, p. 78, v. 2651.

93  « Marchegai nel connut, lieve le piet, / Merveilleux coup en done le pautoier : / De desous la maiselle le consuié / Que III des mestres costes li a brisié ; / Tout envers l’abati sor I fomier », ibidem, p. 85, vv. 2903-2907.

94  Aiolfo, p. 1101.

95  « Or fu dus Namles del ceval descendu ; / li cevax tranble, qui mesaise a eü, / que li glaçon l’orent tant debattu / en plusors lius li ont le cuir rompu. / “Moriel, dist Namles, mestier m’avés eü. / Ne fu mes beste de la vostre vertu. / Se Dameldex l’avoit ja porveü / que moi et vos en fussiens revenu, / ja mais n’estrés engagié ne vendu / ne por avoir doné ne despendu” », La Chanson d’Aspremont, éditée par L. Brandin, Paris, CFMA, 1921-1922, vv. 1947-1156.

96  « Moriel, dist il, de toi ai grant pitié. / Se de ton vivre trovasse nul marcié, / volentiers fust a fin or eslegié. / Autre foïe vos face Dex plus lié, / car en tel liu somes chi hebergié / u moi et vos n’iermes point aasié ». Ibidem, vv. 2032-2037.

97  Jean Bichon, op. cit., vol. I, p. 347.

98  Aspramonte, pp. 500-501.

99  Ibidem, p. 502.

100  Ibidem, p. 570.

101  Ibidem, p. 614.

102  Rinaldino da Montalbano, p. 882. Pour la description, cf. supra note 13.

103  Renaut de Montauban - Les quatre fils Aymon, chanson de geste publiée par F. Castets, Montpellier, 1909 (Genève, Slatkine reprints, 1974).

104  Jean Bichon, op. cit., p. 348.

105  « Rinaldino con tanta fierezza si mosse ch’io non credo che Achille a’ liti troiani altrimenti assalisse le frotte de’ cavalieri che fece Rinaldino contro al conte Maccario ». Rinaldino da Montalbano, p. 886.

106  « Buovo sgridò Rondello. Quando el cavallo lo sentì, subito lo riconobbe, e cominciò a ringhiare e a mostrare segno di festa ; e Buovo gli si gittò al collo e abbracciollo […]. Disse allora Buovo : “Più senno ha una bestia, ché prima m’ha riconosciuto uno cavallo che la mia mogliera” ». Buovo, XXIV, p. 336.

107  Ibidem, XXVI, p. 339.

108  Ibidem, XXVIII, p. 342.

109  Buovo confie à Rondello qu’il est incapable de retrouver son chemin tout seul et lui demande de le ramener au campement. Le cheval retourne par le chemin qu’ils avaient pris, aussi vite qu’il le peut. Ibidem, XXXVII, p. 352.

110  Ibidem, XXIV, p. 336.

111  Ibidem, LXII, p. 397. Nous pouvons remarquer que, parmi les choses qui lui sont le plus chères, il cite son cheval avant son fief.

112  Fiovo pp. 98-99.

113  Fioravante, XXIX, p. 196 et Buovo, LXVII, p. 403.

114  Fiovo p. 23, p. 26 et Buovo, XXXI, p. 346.

115  Buovo, LXVIII, p. 405.

116  Ibidem, XXXI, p. 346.

117  Cf. Paola Ventrone, Cerimonialità e spettacolo nella festa cavalleresca fiorentina del Quattrocento in La civiltà del torneo (sec. XII-XVII). Giostre e tornei tra Medioevo ed età moderna, Narni, Centro Studi Storici, 1990, pp. 35-53.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°10, Arches de Noé [1], 2006.

Référence électronique

Colette Gros, « Adapter l’épopée : l’exemple des chevaux chez Andrea da Barberino », Italies [En ligne], 10 | 2006, mis en ligne le 26 janvier 2010, consulté le 27 mai 2017. URL : http://italies.revues.org/564 ; DOI : 10.4000/italies.564

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org