Navigation – Plan du site

Les soldats et l’armée nationale vus par les livres d’école
et la littérature enfantine de l’Italie libérale (1860-1900)

Mariella Colin
p. 173-185

Résumés

À partir d’un corpus de livres de lecture scolaire et de littérature de jeunesse, sont présentés ici des images et des stéréotypes positifs qui furent transmis aux nouvelles générations afin de faire accepter la conscription obligatoire et rendre populaire l’armée après l’Unité. L’armée y apparaît comme le creuset de la nouvelle nation, et le service militaire n’apporte que des avantages aux conscrits. Tout comme les livres de lecture, la littérature pour l’enfance a également véhiculé des représentations valorisantes des soldats et de l’armée, grâce notamment à Cuore (1886) de De Amicis et Scurpiddu (1898) de Capuana : le premier exalte des valeurs et des modèles liés au Risorgimento, le deuxième fait de la condition du soldat une voie d’accès à la modernité.

Haut de page

Texte intégral

1La fondation du royaume d’Italie signifia aussi la constitution d’une armée par l’institution de la levée en masse sur la totalité du territoire ; pour les libéraux, le moment était venu d’instituer enfin une force militaire nationale, et l’on pouvait être fier que l’Italie, après tant de siècles de soldats mercenaires ou de conscription imposée par une domination étrangère, puisse voir son peuple servir en armes la patrie. De plus, dans l’État à peine constitué, sa mission ne devait pas se limiter à la défense de l’indépendance et de l’intégrité du territoire, car l’armée née de la nation devait à son tour l’engendrer en raffermissant son unité politique et spirituelle, et le guerrier gardien de la patrie devait être également le héraut de la nouvelle communauté constituée. D’après les libéraux, après avoir fait l’Italie, l’armée devait faire les Italiens : dans un pays qui avait été divisé pendant des siècles, la conscription inculquerait aux recrues le juste sentiment d’appartenance à la nation italienne ; en tant qu’espace de rencontre et de vie commune pour les citoyens originaires des différentes provinces de la péninsule, l’armée devait remplir une fonction de creuset national en fonctionnant comme un facteur de cohésion et d’homogénéité.

  • 1 Pour une reconstitution détaillée de l’histoire de la conscription dans l’Italie libérale, nous ren (...)
  • 2 Pour une présentation d’ensemble, cf. Marcella Bacigalupi - Piero Fossati, Da plebe a popolo. L’edu (...)

2Mais ce qui pouvait être considéré comme acquis dans le royaume de Piémont-Sardaigne et dans le Lombard-Vénitien, qui connaissaient la conscription, ne l’était guère dans les autres régions. L’hostilité contre l’introduction de cette loi honnie, considérée comme injuste et vexatoire, fut quasiment générale (notamment dans la paysannerie), et dans le Mezzogiorno ce fut même l’une des causes majeures du brigandage dans les années 1860. Pour lutter contre la rébellion et la désertion1, la classe dirigeante eut recours à la répression, mais elle mit aussi en œuvre des moyens de persuasion visant à répandre des images positives du soldat et du service militaire, afin de faire accepter l’armée nationale et de la rendre populaire. Parmi ces derniers furent largement utilisés les livres de lecture pour l’école primaire2 (également instituée sur le territoire national au moment de l’Unité), lesquels, étant accessibles à toutes les couches de la population, devaient toucher massivement les jeunes générations en diffusant des stéréotypes flatteurs et des messages convaincants. Tout comme les livres d’école, la littérature enfantine a aussi véhiculé des images valorisantes des soldats et de l’armée nationale, et la thématique ainsi que la rhétorique liées aux représentations de l’armée y ont été utilisées comme des ressorts narratifs − ce qui s’est notamment produit, comme nous allons le vérifier, dans Cuore de De Amicis et Scurpiddu de Capuana.

La représentation des soldats dans les livres d’école

  • 3 Felice Garelli, Il giovinetto italiano educato ed istruito, Torino, Paravia, 1893, p. 104.

3Dans le programme des éducateurs libéraux, la mission pédagogique de l’armée devait même assurer l’éducation morale et civile des conscrits les plus arriérés, que la vie régulière et la discipline du régiment devaient rendre meilleurs dans le corps et dans l’esprit. Il s’agit d’une conviction qui est reprise inlassablement dans les pages des livres de lecture scolaire, avec des affirmations répétant à l’élève que «la vita militare con le sue fatiche, la disciplina, la devozione al dovere, la comunanza di gente d’ogni paese, ti restituisce alla famiglia migliore di prima, più robusto, più istruito, più educato3».

  • 4 Il était permis aux possédants auxquels la malchance avait fait extraire un mauvais numéro (un numé (...)
  • 5 Luigi Rameri, Il popolo italiano educato alla vita morale e civile, Milano, Zanetti, 1866, p. 119.

4De fait, si la législation introduite par La Marmora imposait à la conscription un temps long et un caractère d’obligation, la règle générale était limitée par le tirage au sort, et corrigée par plusieurs procédés permettant aux fils de la bourgeoisie de s’y soustraire, grâce à l’affranchissement ou à la surrogazione4. Dans les livres de lecture qu’on imprimait alors pour éduquer le peuple, on assurait qu’il s’agissait d’une pratique justifiée, puisque «il surrogato, per lo più persona rozza, trarrà dalla vita militare un’educazione morale, di cui il surrogante, per lo più persona colta, non ha bisogno ; che del resto il surrogato è meglio disposto al servizio militare, mentre il surrogante è meglio disposto a qualche altro ufficio5». Et ce message était explicité de manière encore plus détaillée dans les livres de lecture pour les écoles rurales, où on rencontre souvent des personnages affirmant avoir fait eux-mêmes de très bonnes expériences lors des années passées sous les drapeaux. C’est ainsi que Tomaso, un paysan dégrossi, discipliné et instruit par son service militaire, à son retour de la caserne se plaît à énumérer les avantages multiples que tous les villageois peuvent en retirer :

  • 6 Pasquale Fornari, Tomaso o il galantuomo istruito. Racconti e letture per le scuole di campagna e d (...)

Noi contadini abbiamo bisogno, vero bisogno di fare il soldato; ché, vedete, ci si impara un po’ di vivere del mondo; mentre, restando sempre qui fra noi nel nostro villaggio, all’ombra del nostro campanile, rimarremmo sempre tangheri. Anzitutto, a soldato s’impara ad ubbidire e rispettare tutti ed essere esatti. S’impara a tener ordine nelle cose nostre e la pulitezza in tutta la persona, sì che vediamo i nostri figliuoli venirne a casa che non sembrano più dessi, tanto sono puliti, lucidi e ben messi. S’impara l’italiano, cioè la lingua nazionale, e a leggere e scrivere, chi non sa. Si viaggia di qua e di là, si vedono di molte belle cose, trattasi con tante persone d’ogni parte d’Italia e d’ogni sorta, si apprendono molte cognizioni ed utili, e un po’ di garbo nel conversare, ma sopra tutto si smettono tanti pregiudizi che ci si fanno bere qui col latte; infine quel continuo esercizio di corpo li fa snelli, robusti e arditi che campano dieci anni di più6.

  • 7 Tullio Fontana, Letture educative ed istruttive per la quinta elementare, Torino, Paravia, 1897, p. (...)
  • 8 Gaetano Sbrocchi, Sillabario e primo libro di lettura, Firenze, Bemporad, 1899, p. 50.
  • 9 Ibidem, p. 224.
  • 10 Piero Del Negro, « La leva militare in Italia dall’Unità alla Grande Guerra », p. 200.
  • 11 Cf. Gianni Oliva, Esercito, paese e movimento operaio. L’antimilitarismo dal 1861 all’età giolittia (...)

5On considérait en effet que l’armée assurait un rôle fondamental pour promouvoir l’incivilimento, l’autre finalité essentielle assignée à l’éducation populaire par le programme pédagogique libéral. Les écoles du régiment, ouvertes officiellement en 1861, se développèrent davantage quand se répandit en Europe le stéréotype qui attribuait le mérite des victoires prussiennes au maître d’école. «Se i Prussiani vinsero in Austria e poi nel 1870 in Francia, fu non solo pel valore dell’esercito e per la bontà delle armi loro, ma ben anche per la scienza profonda e sicura che li precedeva e li accompagnava7», expliquent les livres de lectures scolaires, qui se prononcent immanquablement en faveur de la primauté de l’instruction («il coraggio solamente non serve senza essere andati nelle scuole a imparare8»), et qui font de l’ignorance la cause principale des défaites italiennes, en assurant que «troppo tardi fu conosciuto che il soldato ignorante è più cattivo, e più pauroso d’ogni altro9». En 1871, le ministre de la guerre Ricotti Magnani rendit obbligatoire» la scuola del leggere e dello scrivere per gli analfabeti10», en récompensant les soldats qui la fréquentaient assidûment avec une mise en congé anticipée de quelques mois. Mais cette mesure était loin d’être suffisante pour faire cesser l’hostilité contre la conscription, qui continuait d’être une forme immédiate et largement partagée du refus de l’État bourgeois11 par les paysans, à cause de laquelle les familles se voyaient privées pendant plusieurs années de la force de travail des éléments les plus jeunes et les plus vaillants. Pour être efficace, la persuasion devait continuer de passer par toutes les voies disponibles, et les auteurs de livres scolaires faisaient de leur mieux pour contribuer à la recherche d’un consensus auprès des nouvelles générations, grâce à des textes présentant aux enfants le devoir militaire sous un jour favorable. C’estpourquoi, dans la nouvelle «culture de masse» diffusée par l’école, ne sont pas rares les petits récits où un conscrit prend lui-même la parole pour réconforter ses proches désolés à l’idée de son prochain départ pour les casernes. Dans Martino racconta la partenza di suo fratello coscritto, le jeune Giacomino sèche les larmes de ses parents et de ses frères et sœurs en les rassurant avec ce petit discours patriotique :

  • 12 Giulio Tarra, Letture graduate al fanciullo italiano, disposte nell’ordine progressivo intellettual (...)

Ma Giacomino li consolò, dicendo loro: «Non piangete, né abbiate timore! Il Signore ci ajuterà e ci vorrà conservare. Io vado volentieri a soldato per la difesa del nostro paese. E poi i soldati d’Italia sono come fratelli: essi si amano fra di loro, e rispettano il Re com’un padre. Essi imparano anche a leggere e scrivere: e così, presto potrò mandarvi notizie di mio pugno. Fra pochi anni poi, ritornerò a casa colla gloria di aver servito la patria. E, dopo, starò sempre con voi»12.

  • 13 Ibidem, p. 57.
  • 14 Ibidem, p. 116.

6Cette page édifiante est suivie par une deuxième, intitulée Federico racconta d’una bell’avventura di famiglia, dans laquelle le même jeune homme, après cinq ans d’absence, réapparaît à la satisfaction générale, en tenue de bersaglier et couvert de médailles après avoir combattu pour la patrie : «E Giacomo era ritornato: egli aveva due belle medaglie sul petto e una larga cicatrice in fronte: era sano, salvo ed onorato13». A contrario, d’autres récits utilisent comme repoussoir des soldats déserteurs, vus comme des lâches et des traîtres. Alors qu’autour d’eux «i soldati richiamati sotto le armi partivano col sorriso sulle labbra, come se il Re avesseli invitati a una festa; la sola idea di redimere una parte oppressa della patria comune infiammava tutti14», ils sont contraints de vivre cachés, marqués par une malédiction qui les suit partout où ils vont.

  • 15 Giovanni Fanti, La scuola dell’artigiano e del contadino. Letture per le scuole serali di città e d (...)

Disgraziato giovane! pensava Enrico; vedete un po’ a qual vita orribile è condannato per sottrarsi ad un obbligo, che in fondo pesa sopra tutti i cittadini. Nascondersi continuamente! temere di tutto e di tutti! mangiare e dormire a stento! essere inseguito per ogni dove come una belva! oh che vita da sciagurato15!

  • 16 Felice Garelli, Il giovinetto campagnuolo educato e istruito. Libro di lettura per la seconda class (...)
  • 17 Bartolomeo Rinaldi, La fanciulletta educata e istruita. Letture per la seconda elementare, Torino, (...)

7Une telle pédagogie contre la désertion (vue comme une faute bien plus grave que l’insoumission) a comme but de susciter une prise de conscience par des arguments où le sens de l’honneur se dispute avec le chantage affectif. Invariablement couvert d’opprobre, «il disertore è un vigliacco, un infame; egli rinnega la patria, se rifiuta a servirla sotto le sue bandiere è un traditore, e il disprezzo di tutti lo segue in capo al mondo16» ; même les membres les plus tendres de sa famille condamnent et repoussent celui qui salit leur honneur : « le madri e le sorelle di un vile disertore si stimavano da esso disonorate, e gli chiudevano in faccia l’uscio di casa. Egli era da tutte le donne disprezzato, non meno che dagli uomini17».

Des images risorgimentales des soldats
et de l’armée dans Cuore

  • 18 Cf. La vita militare. Bozzetti di Edmondo De Amicis, un ufficiale dell’esercito, Milano, Treves, 18 (...)
  • 19 Sur la dimension nationale et patriotique de Cuore, cf. Alberto Asor Rosa, «Le voci di un’Italia ba (...)

8De Amicis, qui après les défaites de la guerre de 1866 avait défendu les soldats et célébré l’armée dans les «bozzetti» de La vita militare18, reprend et condense dans Cuore tout ce que les livres d’école de l’Italie unifiée avait répété aux écoliers pendant vingt ans. D’après le sommaire du livre, on constate que les pages dédiées aux soldats sont peu nombreuses par rapport à d’autres thèmes ; seulement deux sont entièrement consacrées aux forces armées, la première au début, et l’autre à la fin de l’année scolaire : I soldati au mois de novembre et L’esercito au mois de juin. Mais ils ne se trouvent pas pour autant relégués en position marginale, parce que leurs représentations sont intimement reliées tant à l’idée de patrie, qui imprègne la totalité de l’ouvrage, qu’aux guerres et aux batailles du Risorgimento, qui reviennent dans plusieurs pages centrales19.

9Dans I soldati, Enrico, en compagnie du directeur de l’école et de ses camarades, voit passer dans la rue un régiment d’infanterie, précédé par une fanfare. La musique met tout le monde en allégresse, l’atmosphère est joyeuse, les enfants commencent à chanter à leur tour, lorsque Fanti esquisse à l’adresse d’un soldat qui boîte un geste de dérision. Cela provoque immédiatement l’intervention du Directeur qui, après l’avoir réprimandé, exhorte les élèves à aimer les soldats, puis explique qui sont ces derniers et en quoi consiste leur mission :

  • 20 Edmondo De Amicis, « I soldati  », in Cuore, Milano, Treves, 1886. Nous citons d’après l’édition Ei (...)

Voi dovete voler bene ai soldati, ragazzi. Sono i nostri difensori, quelli che andrebbero a farsi uccidere per noi, se domani un esercito straniero minacciasse il nostro paese. Sono ragazzi anch’essi, hanno pochi anni più di voi; e anch’essi vanno a scuola; e ci sono poveri e signori, fra loro, come fra voi, e vengono da tutte le parti d’Italia. Vedete, si possono quasi riconoscere al viso: passano dei Siciliani, dei Sardi, dei Napoletani, dei Lombardi20.

  • 21 Simonetta Polenghi, « Educazione militare e Stato nazionale nell’Italia ottocentesca », Pedagogia e (...)
  • 22 Ibidem.
  • 23 Edmondo De Amicis, I soldati, p. 61.
  • 24 Ibidem.

10Il établit ensuite un parallèle entre la troupe et une classe : les soldats sont aussi de jeunes gens, ils fréquentent l’école du régiment, ils appartiennent à toutes les couches sociales et viennent de toutes les régions de l’Italie ; tandis que les écoliers seront à leur tour de futurs soldats. Se trouve ainsi mise en relief « l’omogenità educativa tra scuola ed esercito21 », les deux institutions qui, « entrambe investite dello stesso compito educativo, svolgevano la loro opera in modo complementare. La scuola insegnava il valore del servizio militare, l’esercito era concepito come “scuola nazionale”22 ». Sur ces éléments se fonde l’identification à laquelle sont invités les élèves, lorsque le directeur leur demande de saluer «con la mano alla fronte, quando passano i tre colori23» ; un geste en conformité avec leur éducation patriotique, comme cela est confirmé par un vieil officier qui approuve : « Chi rispetta la bandiera da piccolo la saprà difendere da grande24 ». La séquence se termine avec la même allégresse qui l’avait inaugurée : le régiment continue à défiler, la fanfare à jouer, les enfants suivent en poussant des cris de joie et en chantant : « cento grida allegre accompagnavano gli squilli delle trombe come un canto di guerra ». Une scène joyeuse qui sert à démontrer combien l’armée, miroir de la jeune nation, est populaire dans les villes.

  • 25 E. De Amicis, L’esercito, in Cuore, p. 341.
  • 26 Ibidem.
  • 27 Ibidem.
  • 28 Edmondo De Amicis, I soldati, p. 61.
  • 29 Edmondo De Amicis, L’esercito, p. 342.
  • 30 Ibidem.

11La deuxième apparition des forces armées a lieu à l’occasion de la fête nationale, lorsque ce ne sont plus seulement les soldats d’un régiment qu’on applaudit, mais, comme l’indique le titre de la page, l’armée au grand complet. La musique des fanfares accompagne l’imposant défilé qui passe entre deux rangées de foule, compagnie après compagnie. Enrico s’y trouve avec son père, qui désigne un par un tous les corps militaires et en décrit attentivement les différents uniformes, avec une spéciale attention pour les détails vestimentaires ; au fil de leur passage, il lui apprend à distinguer les « nappine rosse » de l’infanterie, les « pennacchi di crini neri » et les « galloni cremisini » du génie, les « mostre di un bel verde vivo » des chasseurs alpins, les « pennacchi sventolanti » des bersagliers, les « cordoni gialli » des artilleurs. Enfin le passage au galop de la cavalerie de Gênes, « con gli elmi al sole, con le lancie erette, con le bandiere al vento, sfavillando d’argento e d’oro25 », termine la parade. Il en ressort une manifestation vivante de force, de beauté et d’élégance, ordonnée comme une scénographie théâtrale, rehaussée par les couleurs comme un tableau peint, qui arrache à Enrico un cri d’admiration spontanée : « – om’è bello! – io esclamai26 ». Mais son père, après avoir contribué à susciter l’enthousiasme de son fils, le modère avec gravité : « Non considerare l’esercito come un bello spettacolo. Tutti questi giovani pieni di forza e di speranze possono da un giorno all’altro esser chiamati a difendere il nostro paese, e in poche ore cader sfracellati tutti dalle palle e dalla mitraglia27 ». Tout comme le Directeur, qui avait rappelé à ses élèves combien de soldats « erano già morti per il nostro paese intorno a quella bandiera venti anni prima che voi nasceste28 », le père d’Enrico complète son sermon en évoquant la vision d’une campagne « coperta di cadaveri e allagata di sangue29 », laquelle, en associant l’armée au sacrifice de la vie en défense de la patrie auquel sont appelés les soldats, lui confère sa véritable grandeur. La conclusion de cette leçon paternelle se trouve à la page suivante – intitulée Italia – où le père invite son fils à faire ce serment : « Se verrà giorno in cui dovrò dare per te il mio sangue e la mia vita, darò il mio sangue e morrò30 ». Une profession de foi qu’Enrico doit faire sienne s’il veut être certain d’aimer vraiment l’Italie.

  • 31 Edmondo De Amicis, La piccola vedetta lombarda, p. 72.

12La mort et le sang versé au combat par les soldats héroïques reviennent dans deux récits mensuels très connus, La piccola vedetta lombarda et Il tamburino sardo, dont l’action est située respectivement dans la deuxième et la première guerre d’indépendance. Dans le premier récit, un enfant courageux est tué en 1859 par les Autrichiens alors qu’il était monté sur un arbre pour servir de sentinelle à un officier de l’armée piémontaise. Tombé à la guerre alors qu’il exécutait un ordre, rendu égal aux soldats dans l’obéissance, « il piccolo morto ebbe i suoi onori di guerra31 » : il est enveloppé dans le drapeau tricolore, les officiers le saluent avec leur sabre, les soldats lui lancent des fleurs ; il recevra même la médaille de la valeur militaire de l’un d’entre eux. Dans le deuxième récit, un garçon incorporé dans l’armée sarde comme petit tambour est grièvement blessé par l’ennemi alors qu’il exécute la mission risquée dont l’a chargé son capitaine, et il devra être amputé d’une jambe. Cet enfant-soldat s’est aussi comporté en héros, en acceptant de se sacrifier pour obéir coûte que coûte aux ordres de son supérieur.

  • 32 Alberto M. Banti, Sublime madre nostra. La nazione italiana dal Risorgimento al fascismo, Roma-Bari (...)
  • 33 Maria Viani Visconti, Piccolo catechismo di morale ad uso delle prime classi elementari, Milano, Ca (...)
  • 34 Edvige Ratti Ferri, Bene e male. Cento raccontini, Milano, Agnelli, 1882, p. 100.
  • 35 Carlo Perricone Siracusa, Fiori del pensiero, Milano, Trevisini, 1896, p. 50.
  • 36 Cf. Oliver Janz-Lutz Klinkhammer, dir., La morte per la patria. La celebrazione dei caduti dal Riso (...)

13Cette présence insistante de la mort au combat relie l’épopée risorgimentale à l’éducation militaire des nouvelles générations et à leur rôle de futurs soldats, car pour De Amicis, les représentations ayant incarné le mieux le patriotisme sont celles des combattants qui n’ont pas hésité face au sacrifice suprême ; d’ailleurs Cuore a été défini par Alberto Mario Banti comme « una sorta di manuale delle emozioni patriottiche che debbono essere utilizzate per insegnare la “bellezza” di una morte eroica32 ». En cela, les modèles proposés par De Amicis ne diffèrent guère de ceux des livres d’école, truffés de récits dont les protagonistes meurent en héros sur les champs de bataille, et ils doivent être mis en rapport avec le pro patria mori qui s’est répandu en Europe à partir de la révolution française. La mort pour la patrie est invariablement présentée comme une obligation morale incombant à chaque citoyen-soldat, que l’enfant doit faire sienne : «  la patria può chiederci tutto, anche la vita33 » ; « dobbiamo [...] se occorre, sacrificare a lei ogni cosa, anche la vita34 »; « io voglio amare la mia cara patria e, quando sarò grande, darò, se occorre, anche la vita per sua difesa 35». Dans cette configuration idéalisée, le soldat coïncide nécessairement avec le combattant héroïque, qui est prêt à affronter et à accepter la mort, en sanctifiant la nation par son sacrifice36.

Les changements de fin de siècle et Scurpiddu

  • 37 Cf. Il mito del Risorgimento nell’Italia unita, n° spécial Il Risorgimento, XLVII, 1995, no 1-2 ; A (...)
  • 38 Francesco Veniali, Il libro di lettura per la terza elementare maschile e femminile, Mantova, Mondo (...)
  • 39 Augusto Alfani, Il primo libro del buon bambino, Milano, Dabalà e Casaccia, 1886, p. 32.
  • 40 Bartolomeo Rinaldi, La giovinetta italiana educata e istruita, Torino, Grato Scioldo, 1890, p. 151.
  • 41 Tullio Fontana, Letture educative ed istruttive per gli alunni della terza elementare, Torino, Para (...)
  • 42 Paolina Conti Carotti, Il coscritto, in Le quattro stagioni. Autunno, Firenze, Paggi, 1881, p. 118- (...)
  • 43 Ildebrando Bencivenni, Il libro completo per gli alunni e le alunne della terza elementare, Torino, (...)

14Dans les dernières décennies du xixe siècle, on constate une évolution des images des soldats et de l’armée italienne proposées à l’enfance. Pour commencer, le Risorgimento des héros qui ont fait l’Italie37 sur les champs de bataille s’efface peu à peu. Les combattants des guerres de l’indépendance sont désormais les grands-pères des enfants qui feuillettent les syllabaires et les livres de lecture, où ils apparaissent sous des traits vieillissants : « Il signor Andrea è un veterano delle patrie battaglie, il quale malgrado le sue ferite [...] è un vecchio arzillo che porta magnificamente i suoi sessant’anni38 » ; « il nonno di Adolfo era un bravissimo ufficiale dell’esercito, ed aveva combattuto valorosamente nelle guerre per l’indipendenza d’Italia39 » ; « il bravo zio Temistocle [...] era un colonnello a riposo, un glorioso superstite delle battaglie per l’indipendenza italiana40 ». Apparaît en revanche une nouvelle typologie conférant à l’image du soldat des caractéristiques différentes, comme celle de l’égalité entre recrues de diverse origine sociale, qui comporte la possibilité de monter en grade et d’obtenir de meilleurs traitements même pour les plus pauvres. On insiste sur le fait que, tandis qu’auparavant « non c’erano che i nobili che potevano arrivare ai più alti gradi dell’esercito », et que « i poveri figli del popolo giungevano appena al grado di sottoufficiale, qualunque fosse la loro capacità », désormais « il figlio dell’operaio viene ammesso a tutti gl’impieghi, a tutti i gradi, a tutti gli onori41 ». On rappelle l’allégement du service, passé de cinq à quatre ans en 1871 et à trois en 1875, qui diminuera encore jusqu’à deux ans et demi, et on donne des réponses réconfortantes aux protestations des parents, qui se plaignent d’être privés de leurs meilleurs bras : la période de plus en plus brève passée sous les drapeaux n’est pas cause de ruine, mais apporte récompenses et honneurs. Les nouvelles et les récits rabâchent ces nouveaux messages : Angiolo, l’aîné de trois frères, part en laissant sa famille dans la pauvreté, mais pendant son service il est très apprécié ; grâce à son courage et à son dévouement, il sera récompensé et fera carrière à l’armée42. Il en ira de même pour Andrea, « amato dai superiori », qui terminera son service militaire en méritant « il grado di caporale43 ».

  • 44 Giuseppe Cesare Abba, Uomini e soldati. Letture per l’esercito e pel popolo, Bologna, Zanichelli, 1 (...)
  • 45 Gianni Oliva, «La naja», in Mario Isnenghi, dir., I luoghi della memoria. Strutture ed eventi dell’ (...)

15Les arguments liés au nécessaire dégrossissement d’individus aux marges de la civilisation disparaissent. Giuseppe Cesare Abba avait pu remarquer combien les conscrits des décennies 1860 et 1870 étaient différents de ceux qui arrivaient au district à la fin du siècle, et il affirmait que, si l’hostilité populaire avait été au début générale, grâce aux améliorations introduites, « ora i giovani se ne vanno alla coscrizione come a una festa, renitenti non se ne vedono più44 ». Sans partager l’idée de la fête avancée par Abba, les historiens confirment la baisse de l’insoumission, tandis que le service militaire est lentement intégré dans la vie quotidienne et dans la culture populaire, jusqu’à devenir un «  “rito di passaggio”, insieme prova di “virilità” e fattore di identità collettiva45 ».

  • 46 Sur Scurpiddu, cf. Aldo Cibaldi, Capuana scrittore per l’infanzia, Brescia, La Scuola, 1969 ; Miche (...)

16Enfin dans ce nouveau contexte modifié par le vent de la modernité sera mis au premier plan un nouvel élément, vu comme l’un des attraits de la vie du soldat : la possibilité de voyager. Au moment où les romans d’aventures d’Emilio Salgari passionnaient tous les garçons, en transformant en profondeur l’imaginaire enfantin, la visite des grandes villes pouvait comporter, bien qu’à une échelle réduite, le charme de l’aventure pour la jeunesse reléguée dans les campagnes les plus éloignées du Royaume. Présenté comme une opportunité ouvrant sur la découverte d’un monde plus grand, le temps passé à l’armée pouvait devenir un élément valorisant en termes d’enrichissement personnel, aux antipodes de la rhétorique de l’obéissance aux supérieurs et de la défense héroïque de la patrie qui avait été prêchée pendant tant d’années. C’est ce qui sera raconté par Luigi Capuana dans Scurpiddu, l’un de ses romans véristes pour l’enfance46, publié en 1898 –  l’année où sortait Il corsaro nero de Salgari –, dont le protagoniste (un orphelin sicilien gardien de dindes) choisira de s’enrôler volontaire dans l’armée, non pas par amour patriotique (un concept absent dans ce texte) mais « pour voir le monde » et satisfaire sa soif de connaissances.

  • 47 Luigi Capuana, Scurpiddu, Torino, Paravia, 1898. Nous citons d’après l’édition Paravia, 1980, p. 17
  • 48 Ibidem, p. 98.
  • 49 Ibidem, p. 74.
  • 50 Ibidem.
  • 51 Ibidem, p. 102.

17L’intrigue se déroule dans la campagne autour de Catane, dans une ferme où Scurpiddu vit au contact d’une nature idyllique et protectrice ; le temps du récit est celui de la saison enfantine, pendant laquelle l’enchaînement des épisodes servira à justifier aux yeux du lecteur l’engagement final et décisif. Le premier élément déterminant qui provoque le passage de la nature à la culture est la présence, à côté de l’enfant, du Soldato : « uno dei garzoni della masseria tornato dalla milizia l’anno avanti. Avendo imparato a leggere e a scrivere, aveva la smania di fare da maestro anche agli altri47 ». La période passée sous les drapeaux a fait de lui un héraut de la modernité, en lui donnant un rôle de précepteur à l’égard de Scurpiddu ; il sera le maître qui lui apprendra à lire et le fera rêver les yeux ouverts, en lui décrivant les choses vues à « Napoli! Milano! Genova! Torino! quelle sono città48! ». Le devoir guerrier et l’éventualité de la mort au combat ne sont pas éludés par le Soldato, mais sont par lui traduits en termes acceptables pour un paysan, aux antipodes de la rhétorique patriotique et de toute motivation de type idéaliste. Il explique à Scurpiddu qu’à la guerre « si diventa bestie, come in una rissa49 » ; pour le reste, la conduite se limite à l’obéissance passive (les armées vont « dove [le] conducono ; i soldati servono per questo50 »), unie à une bonne dose de fatalisme sicilien : « – A chi tocca, tocca! – diceva il Soldato. – Tanto, si muore dappertutto. Tuo padre è morto cascando da un albero [...]. Ce n’è che sono stati dieci volte alla guerra e non hanno mai avuto una scalfittura. A chi tocca, tocca51! ».

  • 52 Ibidem, p. 98.
  • 53 Ibidem, p. 99.
  • 54 Ibidem, p. 101.
  • 55 Ibidem, p. 118-119.
  • 56 Ibidem, p. 105.
  • 57 Ibidem, p. 125.
  • 58 Vittorio Spinazzola, «Scurpiddu va in città», p. 150.
  • 59 Ibidem, p. 154.

18Les nouveaux horizons entrevus par Scurpiddu dans les récits de son compagnon deviendront soudain réalité quelques années après, quand il se rendra à Catane en sa compagnie et qu’il restera stupéfait devant le train, la mer, la grande ville, dans laquelle il lui semblera « di trovarsi in un mondo nuovo52 ». Parmi les merveilles aperçues, il lui restera dans les yeux l’apparition d’« una compagnia di bersaglieri, coi cappelli piumati, che andava a passo di corsa53 », laquelle continuera de bouillonner dans l’imagination du garçon ; attiré de manière irrésistible par cette vision exaltante où il a entrevu son futur, Scurpiddu « voleva saper tutto della vita militare; come i soldati dormivano, come mangiavano, come si divertivano, tutto54! ». Il s’obstine à vouloir apprendre à lire, et il formule son projet de s’enrôler en termes d’opportunité personnelle et de maturation existentielle : « Voleva vedere il mondo, pensava a tentar la fortuna. Da che era rimasto sbalordito di Catania [...], Scurpiddu non vedeva l’ora di giungere ai diciotto anni per arruolarsi volontario. Aveva forse altro mezzo per vedere il mondo55? ». Et il persistera dans cette intention, malgré les critiques du curé, qui voit dans le métier des armes « il mestiere di ammazzar la gente e di farsi ammazzare56 », et malgré l’incompréhension des habitants de la ferme, qui considèrent comme une folie l’idée de vouloir s’engager dans l’armée avant l’heure. La fin de l’histoire scelle le destin du garçon d’une seule phrase : « Otto giorni dopo, Scurpiddu diventava Scaglio Girolamo nel 3 reggimento bersaglieri, 1a compagnia57 », avec laquelle Capuana, en désignant le protagoniste par son nom et prénom à la place de l’ingiuria, consacre son élévation au rang de soldat et d’adulte. Une telle conclusion, conforme aux convictions libérales de l’auteur, démontre, d’après Vittorio Spinazzola, que dans ce Bildungsroman, « la maturazione del giovane siciliano è posta sotto il segno dell’intelligenza [e è fondata] su un senso pratico robusto58 ». Dans le texte, Spinazzola a vu chez Capuana une solution équilibrée, dans laquelle l’auteur, en conciliant la poétique vériste avec ses opinions idéologiques, « ha saputo risolvere con tanta freschezza in un lieto apologo romanzesco la somma di impulsi contradditori che inquietavano la coscienza letteraria e civile degli Italiani59 ». D’après le critique, Scurpiddu concilie son désir de vedere il mondo avec la passion de l’instruction et la recherche d’une sécurité économique, en faisant de la condition du soldat une voie vers l’émancipation lui permettant de sortir de la Sicile rurale archaïque pour aller vers la modernité urbaine.

Haut de page

Notes

1 Pour une reconstitution détaillée de l’histoire de la conscription dans l’Italie libérale, nous renvoyons à Piero Del Negro, « La leva militare in Italia dall’Unità alla Grande Guerra », in id., Esercito, Stato, società. Saggi di storia militare, Bologna, Cappelli, 1979, et id., L’esercito italiano dall’Unità alla Grande Guerra, Roma, Ufficio storico SME, 1980.

2 Pour une présentation d’ensemble, cf. Marcella Bacigalupi - Piero Fossati, Da plebe a popolo. L’educazione popolare nei libri di scuola dell’Unità d’Italia alla Repubblica, Firenze, La Nuova Italia, 1986 ; Simonetta Soldani - Gabriele Turi, Fare gli italiani. Scuola e cultura nell’Italia contemporanea, Bologna, Il Mulino, 1993, vol. I ; Giorgio Chiosso, « “Formare l’uomo eminentemente morale ed abile”. Il libro di lettura dopo l’Unità », Esperienze letterarie, XXXV, 2010/3, p. 17-35 ; Mariella Colin, «  Amor di patria e sentimento nazionale : letture per la scuola elementare nell’età liberale  », in Luciana Bellatalla, Giovanni Genovesi e Elena Marescotti, La scuola nell’Italia unita. 150 anni di storia, Padova, CLEUP, 2012, p. 107-117.

3 Felice Garelli, Il giovinetto italiano educato ed istruito, Torino, Paravia, 1893, p. 104.

4 Il était permis aux possédants auxquels la malchance avait fait extraire un mauvais numéro (un numéro « bas ») de se faire exempter en moyennant finance, ou bien de procéder à un échange en rétribuant un conscrit qui avait bénéficié d’un tirage au sort favorable.

5 Luigi Rameri, Il popolo italiano educato alla vita morale e civile, Milano, Zanetti, 1866, p. 119.

6 Pasquale Fornari, Tomaso o il galantuomo istruito. Racconti e letture per le scuole di campagna e degli adulti, Milano, Carrara, 1868, p. 132.

7 Tullio Fontana, Letture educative ed istruttive per la quinta elementare, Torino, Paravia, 1897, p. 222.

8 Gaetano Sbrocchi, Sillabario e primo libro di lettura, Firenze, Bemporad, 1899, p. 50.

9 Ibidem, p. 224.

10 Piero Del Negro, « La leva militare in Italia dall’Unità alla Grande Guerra », p. 200.

11 Cf. Gianni Oliva, Esercito, paese e movimento operaio. L’antimilitarismo dal 1861 all’età giolittiana, Milano, Franco Angeli, 1986.

12 Giulio Tarra, Letture graduate al fanciullo italiano, disposte nell’ordine progressivo intellettuale, morale e linguistico ed avviamento al comporre, Milano, Messaggi, 1881, vol. II, p. 54-55.

13 Ibidem, p. 57.

14 Ibidem, p. 116.

15 Giovanni Fanti, La scuola dell’artigiano e del contadino. Letture per le scuole serali di città e di campagna. Parte prima, Modena, tipografia Moneti e Namias, 1880, p. 34.

16 Felice Garelli, Il giovinetto campagnuolo educato e istruito. Libro di lettura per la seconda classe della sezione rurale, Torino, Paravia, 1892, p. 104.

17 Bartolomeo Rinaldi, La fanciulletta educata e istruita. Letture per la seconda elementare, Torino, Scioldo, 1894, p. 117.

18 Cf. La vita militare. Bozzetti di Edmondo De Amicis, un ufficiale dell’esercito, Milano, Treves, 1868.

19 Sur la dimension nationale et patriotique de Cuore, cf. Alberto Asor Rosa, «Le voci di un’Italia bambina», (Cuore e Pinocchio), in Storia d’Italia. Annali, Torino, Einaudi, 1975, vol. IV, t. 2, p. 925-940 : Lucetta Scaraffia, Bruno Tobia, « Cuore di E. De Amicis (1886) e la costruzione dell’identità nazionale », Dimensioni e problemi della ricerca storica, 1988 / 2, p. 103-130 ; Gilles Pécout, « Le livre-cœur : éducation, culture et nation dans l’Italie libérale », in Edmondo De Amicis, Le livre Cœur, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2001, p. 357-483 ; Mariella Colin, « Cuore d’Edmondo De Amicis  » , in id., L’âge d’or de la littérature d’enfance et de jeunesse italienne, Presses Universitaires de Caen, 2005, p. 131-170.

20 Edmondo De Amicis, « I soldati  », in Cuore, Milano, Treves, 1886. Nous citons d’après l’édition Einaudi, 1974, p. 61.

21 Simonetta Polenghi, « Educazione militare e Stato nazionale nell’Italia ottocentesca », Pedagogia e Vita, n. 88, 1999, p. 119.

22 Ibidem.

23 Edmondo De Amicis, I soldati, p. 61.

24 Ibidem.

25 E. De Amicis, L’esercito, in Cuore, p. 341.

26 Ibidem.

27 Ibidem.

28 Edmondo De Amicis, I soldati, p. 61.

29 Edmondo De Amicis, L’esercito, p. 342.

30 Ibidem.

31 Edmondo De Amicis, La piccola vedetta lombarda, p. 72.

32 Alberto M. Banti, Sublime madre nostra. La nazione italiana dal Risorgimento al fascismo, Roma-Bari, Laterza, 2011, p. 74.

33 Maria Viani Visconti, Piccolo catechismo di morale ad uso delle prime classi elementari, Milano, Carrara, 1880, p. 19.

34 Edvige Ratti Ferri, Bene e male. Cento raccontini, Milano, Agnelli, 1882, p. 100.

35 Carlo Perricone Siracusa, Fiori del pensiero, Milano, Trevisini, 1896, p. 50.

36 Cf. Oliver Janz-Lutz Klinkhammer, dir., La morte per la patria. La celebrazione dei caduti dal Risorgimento alla Repubblica, Roma, Donzelli, 2008.

37 Cf. Il mito del Risorgimento nell’Italia unita, n° spécial Il Risorgimento, XLVII, 1995, no 1-2 ; Alberto M. Banti - Paul Ginsborg, « Per una nuova storia del Risorgimento », Storia d’Italia, Annali vol. 22, Il Risorgimento, Torino, Einaudi, 2007, p. xxxiii-xxxiv.

38 Francesco Veniali, Il libro di lettura per la terza elementare maschile e femminile, Mantova, Mondovì, 1890, p. 5.

39 Augusto Alfani, Il primo libro del buon bambino, Milano, Dabalà e Casaccia, 1886, p. 32.

40 Bartolomeo Rinaldi, La giovinetta italiana educata e istruita, Torino, Grato Scioldo, 1890, p. 151.

41 Tullio Fontana, Letture educative ed istruttive per gli alunni della terza elementare, Torino, Paravia, 1897, p. 195.

42 Paolina Conti Carotti, Il coscritto, in Le quattro stagioni. Autunno, Firenze, Paggi, 1881, p. 118-120.

43 Ildebrando Bencivenni, Il libro completo per gli alunni e le alunne della terza elementare, Torino, Tarizzo, 1892, p. 25.

44 Giuseppe Cesare Abba, Uomini e soldati. Letture per l’esercito e pel popolo, Bologna, Zanichelli, 1890, p. 8.

45 Gianni Oliva, «La naja», in Mario Isnenghi, dir., I luoghi della memoria. Strutture ed eventi dell’Italia unita, Roma-Bari, Laterza, 1997, vol. III, p. 97.

46 Sur Scurpiddu, cf. Aldo Cibaldi, Capuana scrittore per l’infanzia, Brescia, La Scuola, 1969 ; Michelangelo Picone – Enrica Rossetti, dir., L’illusione della realtà. Studi su Luigi Capuana, Roma, Salerno, 1990 ; Vittorio Spinazzola, «Scurpiddu va in città», in id., Pinocchio & C. La grande narrativa italiana per ragazzi, Milano, Il Saggiatore, 1997, p. 132-154 ; Mariella Colin, « Les romans siciliens de Luigi Capuana », in id., L’âge d’or de la littérature d’enfance et de jeunesse italienne, p. 180-194.

47 Luigi Capuana, Scurpiddu, Torino, Paravia, 1898. Nous citons d’après l’édition Paravia, 1980, p. 17.

48 Ibidem, p. 98.

49 Ibidem, p. 74.

50 Ibidem.

51 Ibidem, p. 102.

52 Ibidem, p. 98.

53 Ibidem, p. 99.

54 Ibidem, p. 101.

55 Ibidem, p. 118-119.

56 Ibidem, p. 105.

57 Ibidem, p. 125.

58 Vittorio Spinazzola, «Scurpiddu va in città», p. 150.

59 Ibidem, p. 154.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mariella Colin, « Les soldats et l’armée nationale vus par les livres d’école
et la littérature enfantine de l’Italie libérale (1860-1900)
 », Italies, 20 | 2016, 173-185.

Référence électronique

Mariella Colin, « Les soldats et l’armée nationale vus par les livres d’école
et la littérature enfantine de l’Italie libérale (1860-1900)
 », Italies [En ligne], 20 | 2016, mis en ligne le 19 janvier 2017, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://italies.revues.org/5643 ; DOI : 10.4000/italies.5643

Haut de page

Auteur

Mariella Colin

Université de Caen

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org