Navigazione – Mappa del sito
Comptes rendus

Marianna Candidi Dionigi paesaggista e viaggiatrice

Roma, Viella, 2014
Ilaria Splendorini
p. 194-195
Notizia bibliogafica:

Marianna Candidi Dionigi paesaggista e viaggiatrice, a cura di Vincenzo De Caprio, Roma, Viella, 2014, 143 pages.

Testo integrale

1Cet ouvrage, fruit de la journée d’études organisée le 8 juin 2011 par l’Istituto Nazionale di Studi Romani, se propose de tisser à travers une enquête pluridisciplinaire la trame de la personnalité intellectuelle éclectique et complexe de Marianna Candidi Dionigi (1756-1826) au tournant du xixe siècle. Il n’y a pas si longtemps encore cette intellectuelle romaine, tour à tour archéologue, peintre paysagiste, voyageuse excentrique et auteur d’un récit de voyage dans le sud du Latium, était peu connue en dehors d’un cercle restreint de spécialistes. Les travaux de Luigi Trenti, Antonello Ricci, Renato Mammucari, Letizia Lanzetta, Vincenzo De Caprio, Stefano Pifferi, Cinzia Capitoni et Daniele Baldassarre réunis dans ce volume analysent différents aspects de l’activité culturelle et artistique de Marianna Candidi Dionigi : son rôle au sein de l’intelligentsia romaine de l’époque, ses tableaux de paysages, sa réflexion critique et théorique sur la peinture, son écriture de voyage.

2Pour commencer, Luigi Trenti et Antonello Ricci se penchent sur les rapports entretenus par Marianna Candidi Dionigi avec les cercles littéraires romains durant les deux dernières décennies du xviiie siècle ainsi que sur la place de son salon dans la vie culturelle de la capitale : un salon fréquenté par Monti et Leopardi mais aussi par des voyageurs étrangers du Grand Tour et des hôtes illustres tels que Paul-Louis Courier et Percy Bysshe Shelley. Ces hommes de lettres devaient cependant trouver fort ennuyeux les débats érudits des antiquaires romains et les conversations archéologiques savantes qui s’y déroulaient la plupart du temps.

3Letizia Lanzetta examine de près le contenu et le style des Precetti elementari sulla pittura de’ paesi (1816), interprétés comme instrument théorique habilement conçu pour rehausser le prestige de la peinture de paysage, considérée encore à l’époque comme un genre mineur dans la hiérarchie des genres picturaux.

4Dans leurs contributions, Vincenzo De Caprio, Silvia Capitoni, Stefano Pifferi et Antonello Ricci se focalisent sur l’écriture des Viaggi in alcune città del Lazio che diconsi fondate dal re Saturno, parus en fascicules entre 1809 e 1812. Il s’agit d’un compte-rendu de voyage rédigé sous forme de lettres adressées à un destinataire fictif (l’« Amico pregiatissimo »). L’itinéraire de ces Viaggi est dicté par la recherche de témoignages archéologiques de l’ancienne civilisation pélagique (murs cyclopéens, ruines mégalithiques…) disséminés dans les villages et les campagnes de la Ciociaria. Avec l’essor des recherches sur le terrain et de l’observation directe, le rapport entre écriture de voyage et travail archéologique devient plus étroit au début du xixe siècle, et les archéologues comptent désormais au nombre des voyageurs de découverte. Mais en raison de sa nature hybride, de sa forme dialogique et de l’absence de repères chronologiques précis, il est difficile de rattacher les Viaggi à un genre littéraire défini et univoque : s’agit-il d’un voyage pittoresque, d’un récit de voyage épistolaire voire d’un roman épistolaire tout court ? La structure du livre s’apparente à un véritable carnet de voyage où, en dépit de la démarche scientifique et archéologique qui sous-tend l’écriture, celle-ci glisse par endroits vers l’effusion sentimentale (le “erudite commozioni” selon la définition même de la narratrice) et laisse apparaître une sensibilité picturale qui ne saurait surprendre chez un auteur qui se définit avant tout comme peintre paysagiste. Cette dimension subjective dans un ouvrage se présentant d’emblée comme une enquête archéologique rigoureuse constitue, selon De Caprio, une exception de taille dans le panorama de l’écriture de voyage de l’époque.

5Mais le goût du paysage et l’esthétique du pittoresque dont témoigne le récit de Marianna Candidi Dionigi, ainsi que l’absence de rigueur scientifique de ses observations – que certains contemporains ne manqueront pas de lui reprocher –, enfreignent les codes de l’objectivité de la vision, de la vérité de la narration et de l’exactitude du compte rendu de voyage qui caractérisent l’écriture hodéporique italienne du xviiie siècle. Pour conclure, comme l’écrit Cinzia Capitoni, « [l]a razionale impersonalità della scrittura scientifico-odeporica non bastava più per capire le qualità di sensibilità fantastica, paesaggistica e preromantica che già innervavano la scrittura della Dionigi ».

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliogafica

Ilaria Splendorini, « Marianna Candidi Dionigi paesaggista e viaggiatrice », Italies, 20 | 2016, 194-195.

Notizia bibliogafica digitale

Ilaria Splendorini, « Marianna Candidi Dionigi paesaggista e viaggiatrice », Italies [Online], 20 | 2016, online dal 19 gennaio 2017, consultato il 22 ottobre 2017. URL : http://italies.revues.org/5661

Torna su

Autore

Ilaria Splendorini

Articoli dello stesso autore

Torna su

Diritti d'autore

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Torna su
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org