Navigation – Plan du site
Comptes rendus

L’invenzione della Sicilia. Letteratura, mafia, modernità

Roma, Carocci, 2016
Daniela Vitagliano
p. 198-199
Référence(s) :

Matteo Di Gesù, L’invenzione della Sicilia. Letteratura, mafia, modernità, Roma, Carocci, 2016, 160 pages.

Texte intégral

1Dans L’invenzione della Sicilia. Letteratura, mafia, modernità Matteo Di Gesù a réuni six de ses articles, écrits sur une période de dix ans, ici remaniés et mis à jour pour que le lecteur puisse apercevoir un fil rouge et une certaine cohérence traversant le livre, dont les différentes parties sont bien harmonisées entre elles. L’idée centrale de l’œuvre est d’analyser de façon critique, non pas la production littéraire sicilienne, mais l’usage qui en a été fait, qui a contribué à créer une image mythique et stéréo­typée de la Sicile, en en mettant en valeur des aspects particuliers et uniques, jusqu’à ne faire apparaître la mafia que comme un caractère anthropologique propre de cette région, plutôt que comme un phénomène criminel (cf. quatrième de couverture).

  • 1 L. Sciascia, Brigantaggio napoletano e mafia siciliana in La corda pazza. Scrittori e cose della Si (...)

2Di Gesù se pose, de son propre aveu, sous l’autorité morale et intellectuelle de Leonardo Sciascia, si bien que le fait qu’il soit nommé au tout début du premier chapitre n’apparaît pas anodin. Cet écrivain sicilien, ayant emprunté à Crescenzio Cane (peintre appartenant à l’Antigruppo) le terme « sicilitudine », l’avait défini comme une condition ontologique des Siciliens qui a favorisé la naissance de la criminalité organisée : « un corpus piuttosto confuso e contraddittorio di privilegi nazionali e di classe […], di tradizioni, di costumi, di abitudini ritenuti perfetti e superiori (e siamo nella dimensione della follia siciliana, che tuttora esiste ed esercita un suo fascino anche sui non siciliani1 […] ». La mafia ne serait, donc, pour Sciascia, qu’une conséquence directe de ces sentiments d’appartenance de la classe bourgeoise-mafieuse sans scrupules qui avait compris les avantages qu’on pouvait tirer de l’entrée dans le Royaume d’Italie. Comme a remarqué Di Gesù dans une interview radiophonique (Radio Tre, Fahrenheit, 29 janvier 2016), Sciascia saisit un aspect essentiel de la mafia, jamais mis en lumière jusqu’à présent, c’est-à-dire le fait qu’elle a été surtout une opération de médiation, la création d’un réseau de relations. Cette analyse sciascienne aussi lucide et claire est l’axe central de L’invenzione della Sicilia, quoique Di Gesù ne renonce pas à offrir un regard critique et relativisant de la pensée de l’écrivain sicilien. On lit dans l’introduction : « [La letteratura] è servita a consolidare e perpetuare i peggiori stereotipi proprio su quella sicilitudine che, a dispetto delle intenzioni di Sciascia, è presto diventata anch’essa una vera e propria incrostazione culturale, astorica e autoassolutoria che per lungo tempo ha occluso i canali di qualsiasi pensiero critico sulla Sicilia passata e presente » (p. 13). L’opération de Di Gesù consiste donc à démasquer les instrumentalisations du démasquement fait à son tour par Sciascia et dans le démantèlement des images figées qui ont concouru à justifier tout aspect proprement sicilien sur la base d’une unicité supposée.

3Les articles/chapitres sont disposés selon une linéarité historico-chronologique, cependant, au-delà de la progression temporelle, la cohésion au niveau de la forme et des contenus est évidente: le premier chapitre traite de Francesco Paolo Di Blasi illuministe ; le deuxième prend en compte le roman historique du Risorgimento et les réécritures qui en ont été faites; le troisième propose une lecture (à certains égards alternative à celle de Sciascia) de La chiave d’oro de Giovanni Verga, et on introduit la thématique de la mafia ; le quatrième chapitre propose une analyse de L’assassinio Notarbartolo o le gesta della mafia de Paolo Valera, en montrant la nécessité et la portée intellectuelle d’un tel document/témoignage; le cinquième chapitre, très riche, est axé sur la figure de Sciascia et sur sa capacité à utiliser la littérature pour mener une enquête socio-culturelle sur le phénomène mafieux, sur ses liens avec l’État et sur ses implications; le dernier chapitre porte sur la valorisation de l’activité journalistique de Sciascia, défini, à la fin du livre, comme « uno dei più grandi scrittori civili del Novecento italiano » (p. 146).

4Matteo Di Gesù – en soulignant l’aspect militant de la démarche de Leonardo Sciascia – termine ainsi son intéressante étude sur l’invention de l’idée/idéali­sation de Sicile. À ce propos ce n’est pas un hasard s’il a choisi les Vespri siciliani de Francesco Hayez comme image de couverture ; choix lié, comme on lit dans l’intro­duction, à son souhait de dédier l’œuvre aux Siciliens en révolte. Si, en effet, à la question « Comment peut-on être Siciliens ? », on ne peut que répondre, à l’instar de Sciascia, « avec difficulté » (cf. p. 47), déconstruire la rhétorique de stéréotypisation de la Sicile signifie aussi susciter le désir de lutter contre elle et recadrer l’histoire (littéraire) de cette région dans l’histoire (littéraire) italienne, dont elle est une partie indispensable.

Haut de page

Notes

1 L. Sciascia, Brigantaggio napoletano e mafia siciliana in La corda pazza. Scrittori e cose della Sicilia,Milano, Adelphi, 2007, p. 86-87.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniela Vitagliano, « L’invenzione della Sicilia. Letteratura, mafia, modernità », Italies, 20 | 2016, 198-199.

Référence électronique

Daniela Vitagliano, « L’invenzione della Sicilia. Letteratura, mafia, modernità », Italies [En ligne], 20 | 2016, mis en ligne le 19 janvier 2017, consulté le 24 avril 2017. URL : http://italies.revues.org/5665

Haut de page

Auteur

Daniela Vitagliano

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org