Navigazione – Mappa del sito
Comptes rendus

Le vertige selon Calvino

PUP, 2016
Daniela Vitagliano
p. 203-205
Notizia bibliogafica:

Perle Abbrugiati, Le vertige selon Calvino, Aix-en-Provence, PUP, 2016, 210 pages.

Testo integrale

1On entre dans l’univers calvinien à petits pas, en suivant les traces habilement laissées par Perle Abbrugiati qui, tout en démantelant le kaléidoscope calvinien, en construit un autre, en réussissant à relever, à armes égales, le défi posé par l’œuvre protéiforme d’Italo Calvino.

2À aucun moment le lecteur n’est amené à penser qu’il s’agisse uniquement d’un travail critique sur Italo Calvino : il n’est pas question de s’interroger sur la figure de cet écrivain, mais plutôt de l’interroger, dans un entretien idéal, comme l’explicite le titre lui-même, Le vertige selon Calvino. Ce titre nous renvoie à ces livres à fond religieux ou moral, contenant des préceptes utiles aux lecteurs (tels l’Évangile selon Mathieu, Le bonheur selon Confucius) tandis qu’il s’agit ici d’une sorte de vademecum pouvant servir d’outil pour l’étude et l’approfondissement de l’œuvre de Calvino, chaque texte étant analysé par rapport à une catégorie critique (le regard, l’espace, la structure du récit, les personnages, l’aspect métalittéraire) et par rapport aux autres textes de cet écrivain, sans aucune interférence de la part d’autres critiques, ce qui confère à l’étude une empreinte assez originale. En effet, bien que l’auteure ne tienne rien pour acquis, en prenant soin d’introduire chaque œuvre pour les lecteurs inexpérimentés, ce livre ne semble pas avoir un but purement didactique, la façon dont l’analyse s’articule étant inédite.

3Les dessins, comme le dit Perle Abbrugiati dans l’avant-propos (p. 10), sont parties intégrantes de cette œuvre, ils l’expliquent et lui ajoutent à la fois quelque chose. Le dessin de couverture de Yan Nascimbene, en particulier, non seulement suggère l’idée de vertige mais souligne aussi la position de l’écrivain par rapport à ce vertige, suspendu dans le vide. Les dessins de Nascimbene, tout comme les livres de Calvino lui-même, cachent de façon simple et désarmante toute la complexité philosophique calvinienne.

4Utiliser l’auteur pour comprendre l’auteur lui-même n’est certainement pas un procédé nouveau ; toutefois, dans le cas d’Italo Calvino, c’est lui-même qui suggère ce type d’analyse, en remplissant des centaines de pages d’avant-propos, préfaces, notices, essais, etc. Mais Perle Abbrugiati ne se limite pas à utiliser Calvino pour comprendre Calvino – d’ailleurs, elle ne cite que peu de fois des textes critiques “autoré­férentiels” – et essaie d’analyser les œuvres pour ce qu’elles sont, pour les problèmes qu’elles posent, en amenant ce procédé au paroxysme, en faisant dialoguer toutes les œuvres entre elles et en créant un véritable système de résonances, de retentissements, de rappels internes. Tout comme l’auteur qu’elle analyse, elle utilise le doute pour comprendre la complexité et la multiplicité fractale de chaque aspect de la littérature calvinienne.

5Le premier chapitre sert de contrepoint au dernier, puisque « Regarder le regard » n’est qu’un méta-regard qui annonce la métalittérature dont on parle dans le dernier chapitre, « Pure littérature ». Dans cette première partie l’analyse de la fonction du regard devient discours ontologique, distance entre le moi et le monde, moyen qui relie le moi et le monde. Perle Abbrugiati rend compte des différents instruments optiques qu’on trouve chez Calvino, filtres au travers desquels on peut mieux regarder le monde, avec une distance inévitable qui amène l’auteur à construire « des architectures qui nous projettent dans le cosmos à la vitesse de la lumière, et nous paralysent dans le vide total de ses signes évacués » (p. 34). Le discours ontologique et le discours littéraire et métalittéraire s’entremêlent. Calvino par sa littérature vertigineuse plonge le lecteur dans un vertige infini contenant toujours en soi – nous prévient Perle Abbrugiati – un point de vide et de silence, qui est, pourrait-on dire, l’origine et le terme de tout vertige. Un double procédé qu’on retrouve dans le chapitre suivant, « L’espace sens dessus dessous » où le lecteur tombe dans l’espace “cosmique”, un espace « subdivisé, diffracté, morcelé en territoires et en chemins où la géométrie devient pullulement de formes élaborées et diversifiées » (p. 40). Dans cette partie Perle Abbrugiati semble dessiner un parcours qui sera suivi pareillement par la littérature calvinienne et par le lecteur (de Calvino et de Perle Abbrugiati elle-même), un itinéraire donné par les titres des paragraphes, tout comme dans Si par un nuit d’hiver un voyageur. Dans ce chapitre, en effet, on chute vers le haut (dans les Cosmicomics), on surplombe ce qu’il y a en bas (dans Le baron perché), on scrute les profondeurs du cosmos-vide (dans Si par un nuit d’hiver un voyageur), on repousse l’horizon (dans les Cosmicomics) en perdant ses repères (dans Temps zéro) et l’on s’annule (dans Le chevalier inexistant), en un vertige irrépressible vers le vide. Et, comme le vertige du monde devient vertige de l’écriture, Perle Abbrugiati en conclut que l’écriture est « un pont sur le vide » (p. 50), une façon d’être dans le non-être. Il s’agit, pourrait-on dire, d’une lecture très “léopardienne” de l’œuvre d’Italo Calvino, non déclarée mais palpable, ce qui ne surprend pas, étant donné le tribut que Calvino devait à l’écrivain de Recanati, et en tenant compte de la formation de Perle Abbrugiati.

6Avançons. Une remarque s’impose aussi au sujet de l’illustration de Vincenzo Del Vecchio, car elle rend compte exactement du contenu du chapitre qu’elle ouvre, le troisième, « Structures truquées » : il s’agit d’une des villes invisibles, Sofronia, représentée comme un mandala par le visage d’une femme dont une moitié est un cirque et une moitié une ville organisée, le cirque étant cependant envahi d’engrenages, la ville de désordre. De la même façon, dans cette partie, Perle Abbrugiati tisse une analyse du style calvinien autour des concepts de vertige du vide et vertige du chaos, en en repérant deux points focaux : l’accumulation et la construction des architectures qui l’encadrent, tels le cirque et l’urbanisation.

7Dans le quatrième chapitre, « La conscience en suspens », Perle Abbrugiati décrit le vertige des personnages calviniens, suspendus entre doute et perplexité, entre naïveté et réflexivité. On cherche ici les failles psychologiques dans le système apparemment parfait construit par Calvino.

8On parvient ainsi au dernier chapitre, « Pure littérature ». Après avoir analysé ses composantes, il faut maintenant analyser la littérature comme ensemble conceptuel. Qu’est-ce que le vertige autoréférentiel qui transparaît à travers maintes œuvres d’Italo Calvino ? Comment s’articule-t-il ? Dans le droit fil de la tradition borgesienne, Calvino se perd dans le vertige de représenter la vie et la littérature, qui rencontre toujours le vide, la page blanche. En analysant le rôle du lecteur, « complice et victime de la manipulation calvinienne » (p. 189), Perle Abbrugiati identifie dans le vertige de la conscience ironique, qui prend aussi une fonction existentielle, le caractère spécifique de Calvino : le décalage d’indicible entre le langage et le monde constitue « la dynamo [tant] de l’écriture calvinienne » (p. 195), que de la réception de la littérature calvinienne, car ce que saisit le lecteur n’est pas ce qu’il arrive à voir dans les œuvres calviniennes, mais ce qu’il ne voit pas, l’indéfini et l’indéfinissable.

9La conclusion nous semble condensée dans cette phrase : « Le livre est à la fois son évasion et sa prison. Et sa condamnation. Comme la vie, peut-être » (p. 157). Et Calvino s’en sort comme il peut à travers l’ironie et cet inévitable instinct d’échapper au vertige, d’atteindre l’infini. Voilà Le vertige de Calvino selon Perle Abbrugiati.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliogafica

Daniela Vitagliano, « Le vertige selon Calvino », Italies, 20 | 2016, 203-205.

Notizia bibliogafica digitale

Daniela Vitagliano, « Le vertige selon Calvino », Italies [Online], 20 | 2016, online dal 19 gennaio 2017, consultato il 25 maggio 2017. URL : http://italies.revues.org/5667

Torna su

Autore

Daniela Vitagliano

Articoli dello stesso autore

Torna su

Diritti d'autore

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Torna su
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org