Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

La traduction de textes plurilingues italiens

Paris, éditions des Archives Contemporaines, 2015
Yannick Gouchan
p. 218-220
Bibliographical reference

La traduction de textes plurilingues italiens, sous la direction de Lucrezia Chinellato, Emilio Sciarrino et Jean-Charles Vegliante, Paris, éditions des Archives Contemporaines, 2015, 128 pages.

Full text

1L’ouvrage collectif rassemble dix contributions critiques sur les problèmes de transfert, traductologie et autres passages culturels des textes littéraires italiens plurilingues dans une autre langue. Les contributions sont complétées par une présentation de Jean-Charles Vegliante (sur les enjeux du volume et les questions fondamentales qu’il pose) et une ouverture de Carle Bonafous-Murat (sur la transposition qui découle de la fascination qu’a exercée Dante sur T. S. Eliot et Seamus Heaney). Les travaux issus des séminaires et journées du CIRCE (Centre interdisciplinaire de recherche sur la culture des échanges, Sorbonne Nouvelle-Paris 3) donnent lieu à une série de réflexions sur l’opération de traslatio entre une langue de départ multiple (coprésence italien/dialecte ; coprésence italien/autres langues ; différents registres de l’italien, etc.) et une langue de destination (le français, ici) qu’il faut solliciter dans ses moindres recoins pour parvenir à des résultats satisfaisants. L’ouvrage propose ainsi des cas d’étude tirés de la littérature italienne (de Dante aux écrivains ultra contemporains) et proposent des outils méthodologiques et transversaux (car ils recourent à la poétique de l’entrelangue, bien entendu, mais aussi à la linguistique, à l’histoire, à la civilisation, etc.) pour décliner des ressources traductologiques en mesure de « faire passer » des discours plurilingues dans une autre langue, ce qui garantit (selon Carle Bonafous-Murat) « des droits linguistiques de l’homme » à la traduction (p. vii).

2La première partie (Traduire les classiques, ou les fondements du plurilinguisme) débute avec une contribution de Jean-Charles Vegliante intitulée Traduire la surface : quelques exemples. L’auteur reprend plusieurs cas de transposition abordés lors des séminaires du CIRCE, notamment Leopardi (les termes «gravi» et «alme»). Mais il est surtout question du « positionnement » (p. 5) dans la langue de départ et de destination, avec la présence du dialecte, des doublons (exemple dantesque : «giglio/fiordaliso», rendus par l’auteur dans sa Comédie par « lys/fleurs de lis »), des variantes, etc. Un rappel utile de la contribution fondamentale de Leonardo Bruni Aretino (xve siècle), dans la théorisation de la traduction en Italie, aboutit à la conception contemporaine de l’effet-traduction qui ne fait qu’ajouter du sens au texte de départ (l’exemple cité fait dialoguer Virgile, Dante et leurs traducteurs Klossowski et Pézard). La conclusion précise la différence qui est faite entre multilinguisme (qui peut mener à la globa­lisation appauvrissante) et plurilinguisme (« gage de créativité », p. 10), l’annexe mentionne un échantillon du travail de traduction de poésie mené par le CIRCE dans le blog http://uneautrepoesieitalienne.blogspot.fr/​ . Claudia Zudini se penche quant à elle sur le transfert du texte dantesque en français (Traduire en français le plurilinguisme de la Commedia). Elle souligne le rôle fondateur de ce Poème dans la généalogie du plurilinguisme littéraire italien (cf. l’apport du linguiste Gianfranco Contini). Les possibilités offertes par le plurilinguisme de la Commedia aux traducteurs (le corpus comprend ici les versions de Risset, Vegliante et Scialom) permettent ainsi de pratiquer une analyse comparative qui prend appui sur plusieurs catégories (ou niveaux) : la traduction de la langue imaginaire (Inf. VII, 1), du latin (Par. XV, 28-30), des régionalismes (Purg. XXIV, 55 entre autres), des allotropes (Inf. III, 83 entre autres), et pour finir des connotations contextuelles (Par. XXVI, 5, 8-9, entre autres). Les échantillons représentatifs étudiés tracent ainsi une démarche critique de traductologie comparée du plurilinguisme médiéval. Pascaline Nicou propose de prendre en examen La traduction du plurilinguisme de Boiardo. Comme dans la contribution précédente, l’auteure procède à une comparaison entre plusieurs traductions du poème épique L’innamoramento di Orlando, mais en insistant sur le « plurilinguisme stylistique » (Contini). Dans le contexte de la Question de la langue et du monolinguisme proposé par Bembo, Boiardo reprend une matière médiévale à la fois populaire et érudite pour élaborer son Poème. L’étude utilise les traductions de Vincent (1549), Rosset (1619) et Rochon (1994), en s’attachant aux choix métriques, lexicaux, stylistiques. Les commentaires entre les trois versions du Poème sont assortis de longues citations comparatives du premier chant, pour terminer sur une proposition de traduction personnelle (p. 37). Olivia Galisson passe à la période contemporaine avec un classique de la poésie plurilingue, le poème de Pascoli sur l’émigration des Italiens : En partant d’« Italy » : le plurilinguisme naissant d’une communauté éclatée. Revenant sur les lacunes considérables dans la traduction de Pascoli en français, l’auteure analyse le poemetto et particulièrement les passages où se mêlent le dialecte lucchese, les mots italo-américains et la langue de Pascoli, en s’appuyant sur une articulation des positions du poète au sujet de l’emploi des langues sur la prise de position concernant le phénomène massif d’émigration des Italiens à l’étranger. La lecture attentive de l’interlangue du poemetto nous permet de mieux saisir les enjeux cruciaux de ce texte sur le départ et le retour des migrants (« revenants » et donc porteurs d’une autre langue qui s’ajoute à la première), d’autant que l’auteure propose çà et là des choix pertinents de traduction personnelle agrémentés de justifications.

3La deuxième partie du volume s’intitule Traduire le plurilinguisme dans la prose italienne. Sarah Ventimiglia prend l’exemple de Pavese dans les années 1930 en s’attachant à trouver une possibilité de transfert du plurilinguisme quasi expérimental du jeune auteur piémontais (La traduction en français de l’expérimentation plurilingue de Cesare Pavese dans Ciau Masino). Cette œuvre narrative inédite de jeunesse – 1930-1932 – témoigne en effet d’une recherche pavésienne de la complémentarité des langages. Il s’agit d’un prosimètre (donc déjà mixte par sa nature), qui tente de prendre ses distances avec les codes linguistiques alors en vigueur en Italie. L’auteure utilise une traduction française de l’œuvre (en 1973, par Nino Frank) pour aborder les problèmes liés au mélange des registres, de la langue et du dialecte, rendus par le traducteur en argot. Des commentaires de traduction permettent de nuancer certains choix dans la transposition de la variation linguistique propre à Pavese dont la langue – dans ce livre précisément – se construit comme dans un laboratoire. La contribution suivante, Le défi de traduire Libera nos a malo de Luigi Meneghello, par Lucrezia Chinellato, aborde l’œuvre d’un auteur italien immense et méconnu, car il a passé une grande partie de son existence au Royaume-Uni. Exemple emblématique du plurilinguisme littéraire, le roman de Meneghello (1963) a fait l’objet d’une version française par Christophe Mileschi (2010). Les difficultés de traslatio (en français, mais aussi en anglais, dans la version américaine de Frederika Randall, 2011) sont abordées avec soin afin de saisir les stratégies de chaque traducteur face à la complexité du texte original, notamment les éléments paratextuels (notes) de la main de Meneghello. Florence Courriol réfléchit sur la question de Traduire la variation langue-dialecte chez Laura Pariani : deux traductrices à l’épreuve. Il s’agit d’abord de définir la nature de l’expérimentation linguistique de l’auteure qui oscille entre italien « standard », italien parlé, italien soutenu et recours au dialecte. Les œuvres prises en examen sont deux romans, Il paese delle vocali et Quando Dio ballava il tango, traduits respectivement par Monique Baccelli et Dominique Vittoz. L’analyse du rendu des « écarts » linguistiques (lexique, syntaxe, connotations) exige de la part du traducteur un travail sur sa propre langue (et ses registres), ainsi Dominique Vittoz choisit le patois. La question de la survivance des parlers régionaux se greffe ici sur l’opération de traduction.

4La troisième et dernière partie s’intitule Traduire le plurilinguisme dans la poésie contemporaine et dans le théâtre. Ada Tosatti se consacre au poète « clandestin » milanais Emilio Villa (Plurilinguisme et traduction, la poésie babélique d’Emilio Villa). Elle montre comment la riche production de ce poète méconnu (1914-2003) pose des problèmes infinis aux traducteurs, par la coprésence de langues multiples et de procédés différents qui cherchent, in fine, à enquêter sur l’origine du langage (à l’instar de Ghérasim Luca) en même temps que sur la définition de l’avant-garde. L’article analyse notamment la version donnée par A. Degange en 1998 de certains poèmes villiens. Emilio Sciarrino pour sa part s’est concentré sur « La libellule » d’Amelia Rosselli : genèse d’une traduction. Il identifie les langues à l’œuvre dans le poème rossellien en pointant des « paradoxes plurilingues » (p. 106) entre l’utilisation de l’italien, du français et de l’anglais. La pratique plurilingue dans l’écriture se double, chez la poétesse italienne, d’une problématique de plurilinguisme existentiel. Le poème La libellula commencé en 1958 (et traduit par Jean-Charles Vegliante qui a dialogué avec la poétesse au moment de la traduction) oblige à se placer selon « un horizon littéraire international » (p. 108), et l’auteur indique toutes les versions de l’avant-texte. Se fondant sur des manuscrits rosselliens, l’auteur évalue et explique les choix de traduction tout en effectuant un commentaire du poème, avec des exemples précis qui font écho aux échanges avec le traducteur. Célia Bussi termine le volume avec Le plurilinguisme du théâtre d’Eduardo De Filippo : traducteurs et metteurs en scène à l’épreuve de la traduction. Il s’agit de commenter les versions françaises des comédies de l’auteur napolitain en pointant le passage du dialecte dans la langue de destination. Les problèmes liés à la vivacité du dialecte qui côtoie la langue nationale se posent aux traducteurs français. Plusieurs exemples de choix sont fournis, en soulignant la recherche d’un équilibre entre fidélité linguistique et maintien d’une efficacité théâtrale, puisque les textes ont pour finalité d’être joués sur scène, pour un public étranger, précisément. L’auteure reconnaît que dans ce cas il faut nécessairement faire dialoguer le traducteur spécialisé et le metteur en scène de la pièce.

Top of page

References

Bibliographical reference

Yannick Gouchan, « La traduction de textes plurilingues italiens », Italies, 20 | 2016, 218-220.

Electronic reference

Yannick Gouchan, « La traduction de textes plurilingues italiens », Italies [Online], 20 | 2016, Online since 19 January 2017, connection on 25 May 2017. URL : http://italies.revues.org/5680

Top of page

About the author

Yannick Gouchan

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org