Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

«Metodo e intelligenza». Gli studi di Gino Rizzo
tra filologia e critica

Mario Congedo Editore, Galatina (Lecce), 2015
Yannick Gouchan
p. 221-223
Bibliographical reference

«Metodo e intelligenza». Gli studi di Gino Rizzo tra filologia e critica, a cura di Fabio D’Astore e Marco Leone, Mario Congedo Editore, Galatina (Lecce), 2015, 130 pages.

Full text

1Le volume collectif, préparé par l’équipe du Centro Studi «Sigismondo Castromedianoe Gino Rizzo» de Cavallino (Lecce), rassemble huit contributions critiques en hommage à un grand professeur et critique littéraire italien de la seconde moitié du xxsiècle, Gino Rizzo, disparu en 2005. Après un préambule de l’adjoint à la culture, on lit une préface d’Antonio Lucio Giannone, actuel Président du Centro Studi, qui retrace le parcours d’un chercheur exceptionnel ayant débuté par l’étude des écrivains piémontais contemporains (Pavese, Fenoglio), avant de dédier son activité à l’âge baroque méridional, puis au xixsiècle, avec un intérêt sans cesse renouvelé pour la culture littéraire du Salento avant l’Unité. On trouve ensuite l’introduction des deux curatori du volume qui expliquent le sens du titre de l’ouvrage collectif. On souligne que ce titre reprend deux parmi les essais les plus importants de Rizzo, Metodo e intelligenza. Tre episodi dal Barocco al Verismo (paru en 2000) et Filologia e critica tra Sei e Ottocento (paru en 1996). On souligne aussi, avec émotion, que les contributeurs de ce volume ont tous connu et fréquenté Gino Rizzo.

2Pasquale Guaragnella, dans «Un ricordo di Gino Rizzo, studioso del Barocco» traite de l’effort philologique et interprétatif du critique pour donner une vision d’ensemble, correctement mise à jour, de la production romanesque italienne au xviisiècle. Le travail consistait alors à parvenir à distinguer les différents types de production narrative – en prose et en vers – de l’âge baroque afin d’en démontrer la transversalité, au regard des écrits théoriques de cette époque sur le roman (par exemple le préface de Cretideo de Giovan Battista Manzini, p. 12). Ainsi redécouvre-t-on, entre autres, la portée des œuvres de Scipione Errico, Maia Materdona, Guido Casoni, Antonio Bruni, etc. Pour rester dans la même période et dans le même domaine d’études, la contribution de Marco Leone revient sur les recherches consacrées au Baroque dans « Il Barocco di Gino Rizzo tra saggi e edizioni ». L’auteur estime que le Baroque fut pour Rizzo « le laboratoire idéal pour l’application de directions méthodologiques précises » (p. 18). En effet, ces méthodes ont consisté à interroger les implications de la pluralité des centres culturels de la Péninsule et le rapport entre le local et le national dans la culture du xviisiècle, les critères de sélection entre des auteurs considérés comme majeurs et des auteurs jugés comme étant mineurs, au sein de la production salentina. L’apport de Rizzo dans la connaissance approfondie du passé culturel de sa région a permis, par exemple, des publications d’œuvres d’auteurs méridionaux méconnus, comme Ferdinando Donno et Maia Materdona. L’article explique le parcours philologique et éditorial qui a présidé à ces publica­tions, étape indispensable qui a précédé la phase interprétative des essais consacrés à la forme romanesque baroque régionale et nationale. Giuseppe A. Camerino se penche quant à lui sur l’intérêt de Rizzo pour la production littéraire du xviiie siècle dans la région du Salento, dans «Settecento in Terra d’Otranto nelle ricerche di Gino Rizzo». Il met en évidence l’érudition et le soin philologique apportés à la constitution d’une histoire culturelle, littéraire et philosophique du sud des Pouilles entre le baroque et la fin du xviiisiècle. Emilio Filieri, dans «Sul Settecento inedito fra Salento e Napoli. Fedeltà alla ragione con il mito del sentimento» entend revenir sur un ouvrage important du critique, paru en 1973, qui examine les relations culturelles fertiles entre la région du Salento et la capitale du Royaume méridional au xviiisiècle. La culture locale (ou «“maniera” letteraria salentina», p. 46) s’entend essentiellement dans une réflexion générale sur la géographie de la culture littéraire, et l’on retrace ici les étapes de recherche qui ont mené Rizzo à son essai, dont la contribution de Filieri permet également de décrire la structure interne et le contenu des chapitres. On passe ensuite au siècle suivant avec l’article de Raffaele Giglio sur «L’impegno di Gino Rizzo per la poesia ottocentesca» où il est surtout question de la production poétique d’un auteur mal connu, Tommaso Briganti (1837-1860). Rizzo publia ses écrits inédits (Tommaso Briganti inedito poeta romantico, en 1984) dans le cadre d’un travail de recherches collectif sur la famille Briganti. Le poète de Gallipoli di Lecce écrivit dans le contexte politique du Risorgimento méridional, mais il dut affronter la volonté paternelle qui étouffa ses sentiments patriotiques (p. 77). Fabio D’Astore se concentre à son tour sur les études consacrées au vérisme, dans «Critica-filologia-esegesi: gli studi di Gino Rizzo su Giovanni Verga». Il rappelle comment le critique et philologue a travaillé sur les rédactions du roman Il marito di Elena et son inscription dans le macrotexte des manuscrits de Verga, notamment sa place par rapport aux Malavoglia. Mais au-delà de l’apport philologique il s’agit également de proposer une nouvelle interprétation de ce roman, en considérant que sa rédaction est intervenue durant l’été et l’automne 1878. On évoque ensuite les travaux sur la présence de Verga à Florence et les contacts qui l’ont marqué. Rizzo philologue aura su, selon, l’auteur, « saisir des moments qui se révèlent par la suite significativement importants pour comprendre le “fait” littéraire » (p. 92). Pour le xxsiècle, on lira avec intérêt la contribution d’Ettore Catalano, «Gli studi novecenteschi di Gino Rizzo tra accertamento filologico e ricchezza analitica», qui revient sur un des premiers travaux du critique, consacré à Lavorare stanca de Pavese, dans les années 60. On évoque aussi les essais sur Gianna Manzini, (l’image paternelle), sur l’origine des écrits de mémoire des partisans (le journal Banditi de Pietro Chiodi), sur le vociano Umberto Carpi, sur Vittorio Bodini, Oreste Macrì et l’humour pirandellien. Pour finir, Antonio Lucio Giannone revient sur l’apport considérable de Rizzo dans la reconstitution et l’étude de l’œuvre de Beppe Fenoglio. Son article, «Tra filologia e critica: il “Fenoglio” di Gino Rizzo», montre comment le critique fut un des premiers à étudier les manuscrits personnels de Fenoglio, à Alba, dans les années 70 (cf. Su Fenoglio tra filologia e critica, 1976), et notamment le premier à reconstituer les fragments d’un livre inachevé sur les ancêtres de l’auteur piémontais durant la période de la Grande Guerre, aujourd’hui connu sous le titre Un Fenoglio alla prima guerra mondiale, publié par Rizzo en 1973, chez Einaudi. La consultation pionnière des papiers de Fenoglio permit ainsi la publication de récits qui aujourd’hui font partie intégrante du corpus fenoglien, et en premier lieu les écrits langaroli (par exemple Il Paese). Giannone retrace avec précision l’apport de Rizzo à la critique sur Fenoglio tout en soulignant la place que le critique accordait à la méthode. Un riche index des noms complète le volume.

3Au fil de la lecture des huit contributions on comprend mieux la place qu’a occupée Gino Rizzo dans la critique universitaire italienne et le legs qu’il a laissé, non seulement à l’Université du Salento et au Centre qui porte aujourd’hui son nom – accolé à celui de Sigismondo Castromediano –, mais aussi à la connaissance détaillée de la complexité culturelle d’une région dont il a su montrer l’importance sur le plan littéraire national.

Top of page

References

Bibliographical reference

Yannick Gouchan, « «Metodo e intelligenza». Gli studi di Gino Rizzo
tra filologia e critica
 », Italies, 20 | 2016, 221-223.

Electronic reference

Yannick Gouchan, « «Metodo e intelligenza». Gli studi di Gino Rizzo
tra filologia e critica
 », Italies [Online], 20 | 2016, Online since 19 January 2017, connection on 17 August 2017. URL : http://italies.revues.org/5683

Top of page

About the author

Yannick Gouchan

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org