Navigation – Plan du site
Amis de l'homme

L’héroïsme impossible de Panzini

Edwige Comoy-Fusaro
p. 191-211

Résumé

Avec son œuvre de jeunesse La cagna nera, Alfredo Panzini se joint au chœur grandissant des contempteurs du “progrès” des sociétés “civilisées” de la fin du XIXe siècle, matérialistes, égoïstes et cruelles. Le narrateur, en quête de la vertu du temps des héros, ne parvient cependant qu’à se convaincre de la vanité de ses rêves. La chienne sert de contrepoint au récit déformé des souvenirs du narrateur, mais sa fonction spéculaire bute contre une altérité essentielle que la résistance psychologique de l’homme s’efforce vainement d’éluder. La chienne incarne précisément les valeurs auxquelles le narrateur aspire. Son apparition déclenche chez celui-ci la prise de conscience de son erreur : en effet ces valeurs ne sont pas anachroniques, elles sont ontologiquement inhumaines. Son inéluctable nostalgie, qui n’est autre qu’une compulsion de régression, dévoile alors sa nature pleinement névrotique.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XIXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  En italique dans le texte.
  • 2  La partie du récit qui relate cette période s’ouvre sur la formule « Incipit vita nova » (Alfredo (...)
  • 3  Panzini s’inspire de l’expérience personnelle de sa première année d’enseignement passée à Castell (...)
  • 4  La cagna nera, cit., p. 16. Plus loin, le narrateur qualifie les usuriers et créditeurs qui le har (...)

1En 1896, Panzini publie le recueil de nouvelles Gli ingenui. L’une de ces nouvelles, La cagna nera, met en scène un deutéragoniste original, une chienne noire surnommée Patirai1. Bien qu’elle lui donne son titre, celle-ci n’apparaît qu’à la moitié du texte. Le narrateur homodiégétique entame alors la troisième année de sa « vita nova »2 d’enseignant à C***, un village des environs de Naples3. Unique rejeton d’une famille aristocratique déchue du nord de l’Italie – le père, généreux et naïf, avait dilapidé la fortune familiale, aidé en cela par des « imbroglioni »4 de tout poil – le protagoniste anonyme a dû quitter la brillante société de F*** pour se confronter au monde des marchands et des petits fonctionnaires. Après le choc de la découverte de cette autre humanité, il parvient à trouver la paix dans la noble modestie d’une vie entièrement vouée à la mission de cultiver les belles lettres et d’élever les esprits des jeunes écoliers. L’intrusion énigmatique de la chienne dans cet univers clos sème la zizanie : venue de nulle part, un soir où le narrateur est enivré, elle s’attache aussitôt à lui et ne le quitte plus d’une semelle. Dès lors, les douces illusions dont il se berce révèlent leur nature fallacieuse. Les premières touchées sont les images pieuses qui ornent les murs de sa chambre :

  • 5  Ibidem, p. 57.

[...] mi sorpresero i ritratti dei santi e delle sante appesi alle pareti. Curiosa ! Non me n’ero mai accorto che fossero tanti e così brutti ! Perché brutti erano davvero, e senza idealità come tutti i santi napoletani : oleografie di paltonieri in cocolla e di megere affette da pinguedine gialla in soggolo. [...] Tutti convergevano gli occhi verso di me obliquamente come a domandarsi l’un l’altro con ira e sospetto : “Che ci fa qui codesto intruso ?”5

  • 6  Cette opposition est relayée par un riche réseau de correspondances, comprenant notamment l’antago (...)

2Le narrateur ouvre les yeux sur la vulgarité de la réalité qui l’entoure (les saints apparaissent « senza idealità »). Le lien entre l’animal et le personnage est établi : il se fonde sur le clivage qui les sépare des autres6. Le statut de l’étrange animal est cependant ambivalent. Très rapidement, la ressemblance manifeste des deux “personnages” indique la valeur spéculaire de Patirai : la chienne, aimante et fidèle, est le dépositaire des instances nobles du protagoniste humain et son destin est en quelque sorte la mise en abîme de la marginalisation croissante du narrateur ; mais elle joue aussi un rôle antagoniste grâce auquel elle matérialise le conflit que se livrent, dans l’esprit du personnage, le cœur et la raison. La raison, consciente de la brutalité du monde, adhère aux positions de la science matérialiste, tandis que le sentiment, rétif à l’interprétation mécaniste de la réalité, est vitaliste. Ces deux instances contradictoires s’oppo-sent sur le terrain de la conception de l’homme et de la nature : la raison, pessimiste, sait que les êtres organisés sont soumis aux lois naturelles, alors que le sentiment, optimiste, veut croire qu’il est possible de leur échapper. La science “positive” triomphe depuis plusieurs dizaines d’années mais, dans la littérature, des voix discordantes se font entendre. Tout le discours de l’auteur s’appuie tacitement sur les doctrines scientifiques de son temps.

  • 7  Sur la porte de la pièce où vivent les animaux de Vincenzo D. est écrit l’aphorisme de Crébillon : (...)

3Patirai incarne la réticence du protagoniste à accepter le matérialisme. En la dotant d’une telle valeur, Panzini innove non seulement dans l’exploitation du thème “mécanisme versus vitalisme”, mais aussi dans le traitement narratif de l’animal. La trame du roman antimilitariste de Tarchetti, Una nobile follia, publié trente ans avant, est celle qui se rapproche le plus de La cagna nera. Chez Tarchetti, le rôle de Patirai est rempli par le personnage énigmatique du fou, Vincenzo D., qui fait intrusion dans la vie du narrateur aussi étrangement que la chienne panzinienne. Mais Panzini dépasse Tarchetti en singularisant la bête et en faisant d’elle une héroïne. Loin de la ménagerie anonyme, quoique très symbolique7, de Vincenzo D., Patirai occupe un rôle de premier plan.

  • 8  Op. cit., p. 90. Cet aspect de son idiosyncrasie lui vient de son père, biologiquement dépourvu de (...)
  • 9  « Ma io vi dico in verità che quando a un uomo è entrata nel cervello troppo piccolo la semente di (...)
  • 10  La cagna nera, cit., p. 52.
  • 11  L’aboulie est une absence ou une diminution de la volonté.

4La fraternité des “personnages” de La cagna nera repose sur des similitudes objectives et des analogies en chiasme – à la dégénérescence de l’homme correspond l’anthropomorphisme de l’animal. La pathologie du protagoniste ne fait aucun doute : de son propre aveu, il souffre d’une « eccessiva gentilezza dell’animo » qui n’est autre qu’une « qualità degenerativ[a] dell’animo »8 ; son esprit est régulièrement envahi par des idées fixes9, par une « malinconia stoica » qui lui fait prendre la « delirante idealità » du monde classique décrit dans les livres pour une « visione di verità »10. Son mal plonge ses racines dans une inaptitude physiologique à la lutte pour la vie. De cette inaptitude dérivent à la fois son aboulie maladive11 et son refuge dans différents ersatz de réalité où il peut cultiver l’illusion d’être “normal”, de vivre en harmonie avec son milieu naturel (c’est-à-dire dans une société qui partage ses valeurs héroïques) :

  • 12  La cagna nera, cit., p. 53. Au présent de la narration, le personnage sait néanmoins que de telles (...)

Purificarsi, vincersi, vincere, diventare buoni, essere buoni, ecco lo scopo ! [...] Questa formola semplice mi ossessionava [...]. Era una specie di eroismo stoico che mi difendeva come un’armatura medioevale ; e così chiuso in me stesso, mi pareva di essere invincibile. Finalmente io era forte !12

5L’humanisation de la chienne est, pour sa part, tout aussi flagrante. Dès son entrée en scène, elle se comporte comme un être humain civilisé :

  • 13 Ibidem, p. 56.

Quando fui a casa al lume di una candela la vidi in attitudine di un ospite che è stato invitato e attende che gli facciano i convenevoli dovuti.13

  • 14 Ibidem, p. 59.
  • 15 Ibidem, p. 100. Dans la dernière partie de la longue nouvelle, Panzini est encore plus explicite : (...)
  • 16  Vincenzo D., dans le texte tarchettien, est un enfant abandonné qui ignore jusqu’à son patronyme.

6Les impressions de ce genre se multiplient : la chienne fait montre d’« eccessive gentilezze »14 (qui ne manquent pas de rappeler l’« eccessiva gentilezza dell’animo » du protagoniste) et semble même dotée d’une faculté de communiquer par les yeux, « quelle pupille immobili, con l’espressione quasi umana »15. Par ailleurs, les attributs respectifs de l’homme et de l’animal présentent des similitudes marquées. L’un et l’autre sont symboliquement orphelins16. Le père du narrateur meurt lorsque ce dernier est encore très jeune et, dès lors, sa mère s’enferme dans une solitude miséreuse et monomaniaque – une petite mort. La chienne, quant à elle, n’a pas d’origine connue. Le lecteur ignore en outre le nom des deux personnages, exception faite pour le sobriquet de Patirai, annonciateur des mille souffrances qu’elle devra endurer. Enfin, l’un et l’autre sont également laids, maigres et maladifs, comme le montre l’épisode traumatique de la vue de leur image couplée dans la vitrine d’un magasin de mode :

Il vetro pareva sdegnoso di rifletterci ; dico così perché eravamo in due : io e la cagna. Lei era, come il solito, col muso appuntato ai miei polpacci ; piccola, alta a pena due spanne, la testa bassa, la coda penzoloni fra quelle gambe di dietro, aduste e macilenti che salivano tanto alte da tagliare come in due la schiena ; e ci si contavano le costole.

  • 17  La cagna nera, cit., pp. 64-65.

Ma il peggio fu quando m’avvidi che quel non so che di vecchio, di misero, di spregevole si rifletteva anche su me : anche la mia schiena mi pareva curva, anch’io era macilento ; l’occhio spaurito e melanconico, la barba incolta e come senza colore.17

  • 18  Ibidem, pp. 101 et 80.

7Logiquement, tous deux s’attirent le mépris et les quolibets des autres habitants du village – les enfants (ceux-là même que le protagoniste croyait éveiller à la vertu) vont jusqu’à tenter de brûler vive la chienne noire. L’identification de l’idéaliste déchu à son « indivisibile amica », « l’imbelle »18 Patirai, est renforcée par leur commune disposition à la compassion et à la bonté. Plus exactement, la chienne s’avère meilleure que le personnage humain car elle subit toutes les douleurs sans se rebeller, notamment lorsqu’il la tue :

La sua testolina nera col suo musino appuntito erano o mi parevano rivolti ancora verso di me e gli occhi neri ineffabilmente tristi non aveano e mi pare che non avessero che un’espressione di pietà.

  • 19  Ibidem, p. 111.

Non un lampo di ferocia o di odio vi passò ; le labbra non si sollevarono a scoprire il digrignìo dei denti. Nulla. Era una pietà, una gran pietà per me.19

  • 20  « Ah, se tutti gli uomini sentissero questo terrore dell’animalità, non farebbero la guerra, unica (...)
  • 21  La cagna nera, cit., p. 84.
  • 22  Ibidem, p. 92.
  • 23  Ibidem, p. 110.
  • 24  « Dopo ciò io non ricordo più nulla » (Una nobile follia, cit., p. 130).

8C’est de cette façon que Patirai s’érige paradoxalement en championne de l’humanité, incarnant cet « eroismo stoico » que l’homme ne peut atteindre que dans ses rêveries parce qu’il reste rivé à une condition d’inaliénable bestialité primitive20. Le protagoniste souffre en effet de sa mise au ban de la communauté des bons vivants, égoïstes, sans scrupule et moqueurs. Pour tenter d’y trouver une place, il cède à la « ferocia istintiva »21, au « genio della perversità »22 qui le pousse à tuer la chienne, à y trouver même « una specie di piacere o almeno di sollievo »23. La page finale fait donc clairement apparaître que le personnage n’est absolument pas indemne de la cruauté qu’il condamne chez les écoliers qui ont fait de Patirai leur bouc émissaire : et cette révélation le plonge dans la démence. De la même façon, le personnage tarchettien Vincenzo D. perd conscience après qu’il a tué le jeune homme russe sur le champ de bataille24. L’acte criminel engendre alors l’idée fixe de la destruction :

  • 25  Ibidem, pp. 39-40.

E avete voi indovinato quale sia quest’idea fissa, insistente, irremovibile che viene così a sconvolgere la mia ragione ? questo tarlo assiduo che la divora ? […] Essa è un’idea spaventevole, vasta, immensa, infinita come l’universo, come esso gigante ; l’idea del deperimento inesorabile delle cose, l’idea della distruzione. […] Ovunque io rivolgeva il mio piede, mi si affacciavano scene di sangue : le guerre, le caccie, le abitudini prepotenti e feroci degli uomini… io stesso era divenuto fatale a mille esi-stenze : la più innocente delle mie passeggiate costava la morte a migliaia di piccoli esseri organizzati, viventi, felici, aventi tutti diritto alla prosperità e alla vita.25

  • 26  En sentant le cœur du moineau battre dans sa main, le narrateur éprouve l’envie irrésistible de se (...)
  • 27  L’âne de la Faggiola est le bouc émissaire des habitants parce qu’il n’appartient à personne en pa (...)
  • 28  Cf. les considérations sur la décadence généralisée contenues dans l’essai de 1894, L’evoluzione d (...)
  • 29  Alfredo Panzini, Il mondo è rotondo, Milano, Treves, 1920, p. 196.

9Le roman de Tarchetti part donc du même postulat et développe la même problématique que la nouvelle panzinienne. La dénonciation de cette guerre naturelle est en effet le premier motif d’horreur de la condition humaine qu’exprime Panzini dans La cagna nera, motif qui est destiné à devenir récurrent dans son œuvre, comme en témoignent le chapitre Il cuore del passero des Piccole storie del mondo grande26 ou le micro-récit de l’âne dans La pulcella senza pulcellaggio27. La critique de l’auteur ne se réduit pas à la corruption de la société contemporaine28 – lieu commun de la crise fin-de-siècle –, elle vise également l’aliénation de l’homme civilisé aux lois de l’atavisme. Certes, l’adhésion au matérialisme positiviste est sans aucun doute le vice majeur des « ben pasciuti ambulanti cadaveri »29 que sont la plupart de ses semblables, mais il s’agit là d’un vice de forme, tandis que l’instinct sauvage est, lui, inextricable :

  • 30 La cagna nera, cit., p. 84.

È che l’odio nostro contro tutto ciò che è più debole di noi, raggiunge un così alto grado di ferocia istintiva e di voluttà da vergognarci del titolo naturale di homo sapiens ! È questo che io voglio dire ! Voi risponderete che è tutt’al più un lascito di eredità dei tempi che furono prima della storia, quando l’uomo conduceva vita selvaggia. Non è vero. La nostra ipocrisia e il nostro orgoglio di uomini civili ci fanno credere così ; eppure no, esso è l’istinto naturale, eterno dell’uomo : dilaniare tutto ciò che è più debole e più buono.30

10Malgré la prolepse (« Voi risponderete... »), tout porte à croire que les doctrines de l’hérédité, alors en pleine phase de divulgation, sont en grande partie responsables de cet amer constat. D’ailleurs, la thèse atavique n’est pas inconciliable avec la thèse ontologique que défend ici le narrateur panzinien, puisqu’on peut lire par exemple sous la plume de Haeckel :

  • 31  Ernest Haeckel, Histoire de la création des êtres organisés d’après les lois naturelles, tr. fr. d (...)

Dans la constitution même de l’homme, la nature a déposé un germe de discorde, qui est l’agent du progrès. La guerre au dedans et au dehors, voilà le ressort qui a fait sortir la civilisation de la primitive grossièreté.31

  • 32  Sei romanzi fra due secoli, cit., pp. 55 et 73. La Lanterna apparut pour la première fois en 1906 (...)
  • 33 Il mondo è rotondo, cit., p. 198. Italique de l’auteur.
  • 34  Ibidem, p. 5. Dans le Diario sentimentale della guerra, on peut lire également : « Io, oggi, vedo (...)
  • 35  Il mondo è rotondo, cit., pp. 3, 4 et 118.
  • 36  La cagna nera, cit., p. 32.

11Les textes de Panzini sont truffés de références plus ou moins explicites à la littérature scientifique. Dans La lanterna di Diogene, par exemple, il parle d’« uomo primitivo » avant d’évoquer sans ambages les « geniali studii del Lombroso »32 ; dans Il mondo è rotondo, le narrateur fait référence au « pithecanthropus erectus del naturalista tedesco Haeckel »33 et fait dire aux chèvres philosophes : « Siamo tutte bestie »34. Le souvenir du principe darwinien selon lequel l’homme descend des primates n’est vraisemblablement pas étranger à ces considérations. Les lois de l’hérédité, mais aussi les thèses de la physiognomonie, de l’évolutionnisme, de l’anthropologie criminelle, sont clairement perceptibles, en filigrane, dans tout le corpus de Panzini. Ainsi le protagoniste de Il mondo è rotondo, un homme myope, insomniaque, « assestatuzzo e mingherlino », est-il affligé d’une « manina esangue » que compense un front « mostruos[o] »35 – réminiscence de la théorie lombrosienne du génie épileptoïde. La nouvelle qui nous intéresse de plus près n’est pas exempte de traces de la culture scientifique de l’auteur. La conception guerrière de la société humaine (« Questo pensiero di dovere venire a tu per tu con gli uomini che lottano per la vita, mi faceva paura »36) fait inévitablement penser au “struggle for life” de Darwin et aux considérations mécanistes de Haeckel :

  • 37  Op. cit., p. 15.

Examinez de plus près la vie générale et les relations réciproques des plantes et des animaux, sans en exempter l’homme [...] ; partout vous verrez une guerre acharnée et impitoyable de tous contre tous [...]. Passion et égoïsme, voilà, que l’on en ait ou non conscience, le ressort de la vie.37

  • 38  Ibidem, p. 118.

12La lutte de tout organisme avec son environnement et, surtout, « avec les organismes qui lui ressemblent le plus »38, est nécessaire pour éviter la multiplication exponentielle des individus d’une même espèce – risque exposé par Malthus. La partie rationnelle de Panzini adhère à toutes ces doctrines :

  • 39  La lanterna di Diogene, in Sei romanzi fra due secoli, cit., pp. 34-35.

[...] anche l’uccellino distrugge e divora la vita di altri esseri ; e la storiella della reciproca divorazione e distruzione è continua come un cerchio. [...] Divoriamoci, quindi, senza rimorso e senza pietà !39

  • 40  « meglio la morte che vivere in prigione » (Romanzi d’ambo i sessi, cit., p. 671). Le roman fut pu (...)

13Mais sa partie sentimentale s’y refuse. C’est ce qui explique la résistance du jeune narrateur de I giorni del sole e del grano quand son père lui dit pourquoi le chardonneret a cessé de nourrir son petit depuis que celui-ci est en cage : selon lui, l’oiseau a agi par égoïsme ; le narrateur, en revanche, préfère la thèse de l’héroïsme40. C’est aussi ce qui explique la “compulsion” d’anthropomorphisme vis-à-vis du monde animal : dans Il mondo è rotondo, par exemple, le chat s’appelle Biagino, le perroquet Loreto et la chienne porte même le nom de Ruggero Bonghi. L’auteur est cependant conscient que cette conception du monde ne reflète pas la réalité, ce qui donne lieu à des pages désenchantées comme celle qui suit, où Beatus Renatus s’exclame en lui-même :

  • 41  Il mondo è rotondo, cit., pp. 117-118.

“Povero Loreto! Tu non sei nè insensibile nè demoniaco. Sei quello che sei. E così Biagino non è nè buono nè cattivo. È quello che è. [...] E così il rosignolo morto non pensava all’oriente ; nè il gallo vuol destare gli uomini. Tutto il resto è la tua malattia, qui”.
E col ditino Beatus si toccò la fronte.41

  • 42 La question du ‘sens moral’ fait l’objet de plusieurs recherches dans les milieux scientifiques : d (...)

14Toutefois, dans un texte de jeunesse comme La cagna nera, ces idées ne sont pas encore arrivées à maturité. Patirai est encore le miroir pleinement anthropomorphique du personnage humain, de sa misère surtout ; mais, au rang des différentes composantes de cette misère, on trouve déjà – outre l’origine simiesque de l’homme et son instinct belliqueux – la conscience morale, source de la nostalgie d’un état de non conscience, c’est-à-dire d’un état bestial. En effet, la responsabilité morale est une hantise particulière de notre auteur et, plus généralement, de sa génération42. À l’instar des personnages de Svevo, qui se demandent régulièrement s’ils sont bons ou méchants, ceux de Panzini sont tourmentés par l’incertitude quant à la moralité de leurs pensées, sentiments et actions. Cette perplexité est accrue au sortir de la Première Guerre mondiale, car cet épisode tragique met en lumière l’indifférence aléatoire des lois naturelles et la relativité des lois humaines : en temps de paix, c’est un crime de tuer, mais en temps de guerre, c’est un devoir ; pareillement, l’épidémie de grippe espagnole emporte les forts et épargne les faibles. Le chapitre Il cuore del passero, évoqué plus haut, fait le jour sur la “perverse” tentation de contrevenir à l’interdiction de tuer :

  • 43  Piccole storie del mondo grande, cit., p. 212. Cf. supra, note 26. On trouve un épisode analogue d (...)

Se a pena le mie dita si fossero ristrette di un mezzo centimetro, quegli ossicini che formavano quel piccolo scheletro si sarebbero frantumati e quel cuore si sarebbe improvvisamente arrestato : e nessuno mi avrebbe detto niente.
La perversa tentazione !43

15Le choix de l’épithète, loin d’être anodin, renvoie sans doute au « genio della perversità » de La cagna nera ainsi qu’au « démon de la perversité » de Poe (dont on sait l’influence sur le jeune Panzini) – « démon » ainsi défini dans la nouvelle éponyme de 1845 :

  • 44  Edgar Allan Poe, Nouvelles histoires extraordinaires, tr. fr. de Ch. Baudelaire, Paris, Flammarion (...)

[...] la certitude du péché ou de l’erreur inclus dans un acte quelconque est souvent l’unique force invincible qui nous pousse, et seule nous pousse à son accomplissement.44

16Chez l’homme, l’instinct de destruction entre en conflit avec le “sens moral” propre à son espèce, tandis que chez l’animal, dépourvu de cet ultime strate de l’évolution phylogénétique, l’instinct n’est contrecarré par aucune autre tendance et n’obéit qu’aux lois naturelles : c’est pourquoi, chez l’animal, il est insensé de juger cet instinct bon ou mauvais (« Biagino non è nè buono nè cattivo. È quello che è »), c’est pourquoi l’animal, contrairement à l’homme, est un être entier et harmonieux, et c’est pourquoi l’anthropomorphisme est absurde. C’est donc la dualité de la condition humaine, perçue comme un fléau, qui nourrit le mythe de l’animal qui peut tuer sans conscience du mal, donc sans être taxé d’immoralité. Ce mythe n’en est pas moins entaché par la résistance sentimentale de l’auteur vis-à-vis du matérialisme mécanique. L’anthropomorphisme dérive précisément des résidus de vitalisme qui continuent de fonder sa conception du monde.

  • 45  La cagna nera, cit., p. 108. Un phénomène similaire se produit dans un texte de 1933, Rose d’ogni (...)
  • 46  Déjà Tarchetti faisait dire à Vincenzo D. : « Ho sempre invidiata l’esistenza della pietra » (Una (...)
  • 47  Pour toutes ces modalités d’évasion, cf. surtout Il libro dei morti e dei vivi, La lanterna di Dio (...)

17La nostalgie de l’innocence primordiale de la bête est au cœur de l’apparition hallucinatoire de La cagna nera, située entre l’épisode débridé des glaneuses et le dénouement tragique du récit. L’étrange vision dit au protagoniste : « Io non ho virtù, come non ho colpa »45. Panzini et son alter ego aspirent à l’irresponsabilité de l’être qui agit sans conscience. C’est pour échapper à sa responsabilité morale, à l’obligation de choisir et de vouloir, en somme c’est pour tenter de se débarrasser de son libre arbitre que le personnage panzinien se définit dans l’évasion46 : la rêverie, la divagation, l’écriture, la fable, le voyage, le défoulement physique, le somnambulisme, la régression au stade de l’homme primitif (dans l’idéologie de la deuxième moitié du XIXe siècle, le paysan)47 et, dans La cagna nera, la régression au stade animal et la folie sont autant de tentatives de fuir sa propre condition. Il est très significatif que, lorsqu’il se trouve dans le train qui l’emmène à F***, après avoir quitté sa maison natale, le narrateur observe avec désarroi :

  • 48  La cagna nera, cit., p. 31. Le train est un espace particulièrement rassurant chez Panzini. Dans V (...)

Una decisione mi si imponeva per forza ; ma ciò che mi turbava e mi sconvolgeva era che dovevo essere io, proprio io, a decidere di me ; e vedere quella macchina che andava così diritta e così sicura ! Ah, potere aver la volontà e la forza di quella macchina !48

  • 49  Le désir de mort, qui est aussi « angoscia del morire », procède selon Pazzaglia de « l’assenza d’ (...)
  • 50  La cagna nera, cit., pp. 23-24.

18L’impasse de ces diverses tentatives aboutit à une transformation de l’aspiration primitive (anéantir le libre arbitre) en désir de mort49, déjà latent dans La cagna nera à travers le cheval « [che] faceva un effetto spettrale », à travers l’« etico fuoco »50 de la maison familiale, mais aussi à travers Patirai elle-même, présage de mort, vecteur de thanatos. L’intrusion de la chienne mystérieuse (on ignore d’où elle vient et semble n’appartenir à personne) dans la vie du protagoniste déclenche une série d’événements dramatiques qui vont crescendo, une véritable fuite en avant. C’est par elle que le personnage prend conscience des réalités qu’il refusait jusqu’alors d’admettre et dont la découverte le plongera dans la démence – la mort de la raison. En somme, la chienne fait office de nouveau Cerbère. La présence de la mort est également très prégnante chez Tarchetti mais, contrairement à Vincenzo D., Patirai n’est étrangement pas soumise à cette loi universelle du « deperimento inesorabile delle cose ».

  • 51  Les vicissitudes de Beatus Renatus illustrent bien l’impossible héroïsme de l’être humain. Aux yeu (...)

19De fait, Patirai ne représente pas l’animalité amorale qu’incarneront, dans les œuvres postérieures, le chat Biagino ou les oisillons dévoreurs (« anche l’uccellino distrugge e divora la vita di altri esseri ») : la chienne est dépourvue de la pulsion de mort qui anime toute la création. Patirai est plus qu’une bête et plus qu’un homme, c’est une sorte de créature hypostatique en qui se superposent la quintessence de l’humanité et celle de la bestialité, avec cette lacune non moins essentielle de l’instinct sauvage de destruction. L’homme, au contraire, est incapable d’étouffer l’instinct abhorré51. C’est en effet le génie-démon de la « perversité » qui est à l’œuvre dans son comportement masochiste : il tue l’unique être qui l’aime et qu’il aime. La chienne est donc un pôle sur-humain, idéal et inaccessible. Aussi le personnage effectue-t-il une tentative de régression à un stade antérieur de son évolution – c’est-à-dire à l’enfance sur le plan ontogénétique et, par une analogie qui est seulement suggérée par la présence de la chienne, mais qui a une assise scientifique très solide, à l’animalité primitive au niveau phylogénétique :

  • 52  La cagna nera, p. 99. C’est à Haeckel que l’on doit la théorie de la récapitulation ontogénétique, (...)

La mente avea perduto la conoscenza di ciò che è limite tra il possibile ed il fantastico ; e scivolava a poco a poco nell’assurdo e nel sogno, dove finiva con l’addormentarsi in un abbandono che non era però privo di piacere quasi infantile.52

  • 53 Il mondo è rotondo, cit., p. 53. La lecture de la Scienza nuova de Vico n’est certainement pas étra (...)

20À la régression à l’enfance de l’homme et à l’enfance de l’huma-nité il faudrait ajouter le retour à un stade antérieur de la civilisation. L’omniprésence du monde hellénique et latin dans l’esprit du personnage (et dans les récits de l’auteur) révèle la nostalgie de l’âge du mythe ou, à défaut, de l’âge de la foi – pour respecter la vision de l’histoire de Beatus Renatus (« gli stadi superati dall’umanità : mito, religione, ragione »53).

  • 54  Le protagoniste de Il mondo è rotondo est conscient d’opérer une régression : « “Oh, Beatus! tu ti (...)
  • 55  Après le sauvetage de la chienne, à laquelle ses élèves avaient mis le feu, le narrateur semble dé (...)
  • 56  L’évolution circulaire témoigne de la « condizione di indecisione esistenziale che caratterizzava (...)

21Or, l’homme ne peut pas régresser puisque l’évolution obéit au principe de la complexité croissante, du perfectionnement progressif des espèces. Cette nostalgie impossible indique in fine le dernier refuge, après la folie et avant la mort : l’écriture (le personnage, une fois guéri de sa folie, transforme sa vie en récit, c’est-à-dire en mythe). Il est intéressant de remarquer que l’iter du personnage décrit un cercle (qui n’est pas sans rappeler le titre de l’important roman Il mondo è rotondo54)et qui suggère à lui seul la nostalgie de la régression. On peut en effet distinguer dans son parcours quatre phases, qui se suivent dans un ordre anarchique : une phase de mythe (la vie fabuleuse dans le château de ses parents) ; une phase de raison avec la découverte du hiatus irrémédiable entre lui et le monde (à travers la compréhension du “struggle for life” et de sa propre inaptitude à la lutte), soulignée par l’arrivée de la chienne ; une phase de religion – la foi dans la possibilité de changer la réalité pour retrouver l’harmonie perdue (il s’agit d’abord d’une tentative de changer les autres, grâce à la mission de l’éducation, qui se solde par un cuisant échec55, puis d’une tentative de se changer soi-même, en devenant aussi cruel que les autres, tentative qui aboutit à l’aliénation mentale) ; enfin une dernière phase de mythe, qui coïncide avec la folie elliptique et l’écriture au présent de la narration. La boucle est bouclée56.

  • 57  Marco A. Bazzocchi parle à juste titre de la« carnevalizzazione » du « modello antico », c’est-à-d (...)
  • 58  La cagna nera, cit., p. 54.
  • 59  Gualtiero De Santi, Panzini o le ambiguità del borghese rurale, in Alfredo Panzini nella cultura l (...)

22Au sein de cette (r)évolution, la figure de la chienne sert de contrepoint. Nous avons vu qu’elle assume une fonction de spécularité paradoxale : l’animal laid et noir symbolise la pureté, la bonté, l’humanité. Son héroïsme constitue une sorte de renversement idyllique de la perversité de l’homme (masochiste et sadique) et souligne la dégradation de la société humaine. C’est un monde à l’envers que décrit La cagna nera57, un monde où la vertu est du côté de l’exclus (qui est même perçu comme un « intrus »58) et de la bête (réduite à la condition de bouc émissaire). La « chiusa in dissolvenza del libro »59 sanctionne l’échec des deux personnages mais, dans l’échec, la chienne surpasse indéniablement l’homme puisqu’elle meurt tandis que lui s’enlise dans la névrose. Patirai a ce caractère manichéen, excessif, absolu que nul personnage en qui Panzini se projette n’est capable de revêtir : les êtres humains sont tièdes (au moment où il écrit le texte, le narrateur est guéri de sa folie provisoire). La chienne, en revanche, est la victime parfaite, pleinement bonne, sans une once de méchanceté, entière dans la vertu donc parfaitement prédisposée au sacrifice. De plus, grâce à ce défaut essentiel d’instinct sauvage, la chienne échappe à la grille d’interprétation du monde fournie par la science positive : Patirai est au-delà de la science – en cela Panzini franchit un pas vis-à-vis de Tarchetti, car le “noble fou” de Una nobile follia est encore déterminé par le “struggle for life”.

  • 60  L’uomo delinquente, cit., p. 31.

23À côté de Patirai, l’homme fait figure de pantin ridicule : l’héroïne animale s’affirme dans le geste sublime tandis que l’anti-héros s’entête dans de vaines et inlassables tentatives de compromis. Le narrateur s’efforce effectivement de s’intégrer à son milieu : il tue la chienne pour combattre son extranéité à ses semblables. Il essaie ainsi d’étouffer les derniers idéaux qu’il continue de nourrir malgré lui, ces illusions qui l’empêchent de s’adapter à son environnement et de faire partie des forts, des vainqueurs ; mais ce faisant, il commet un acte de barbarie (chez les animaux et chez les sauvages, écrit Lombroso, « il delitto non è più l’eccezione, è la regola quasi generale »60). L’absurdité de son geste réside, enfin, dans l’injustice que subit la chienne, qui n’est pas responsable des tourments que lui infligent à la fois les autres et sa propre constitution duelle. Patirai n’est pas la bonne cible : il devrait s’en prendre à lui-même et à tous ceux qui le raillent et s’adonnent à des actes répréhensibles, mais il n’en a pas le courage. Son crime confirme que, en dépit de ses humanités, le vertueux professeur est subjugué, au même titre que les autres, par l’instinct de « dilaniare tutto ciò che è più debole e più buono ». En dernière analyse, la chienne se présente comme l’une de ses innombrables modalités de fuite, une échappatoire du vitaliste invétéré. Patirai est une image mentale atavique, une réminiscence, une scorie du temps des héros. Surgie au moment de la fin des illusions, c’est une production des rêveries du personnage décalé, une projection matérielle de son irréductible opposition au diktat de la raison scientifique.

24En somme, la victimisation de Patirai est tributaire d’un abrutissement de l’environnement social sous l’effet du scientisme triomphant. Dans une civilisation restée sauvage, l’animal, corrélat symbolique du paria humain, est paradoxalement chargé d’incarner l’humanité. La chienne noire représente les derniers sursauts de la foi agonisante, la dernière forme possible, dégradée, de l’héroïsme. Le récit de Panzini propose ainsi une conjugaison inédite du filon de l’inettitudine inauguré par Tarchetti immédiatement après la troisième guerre d’indépendance, et qui est très fécond pendant la deuxième moitié du XIXe siècle. Lorsque Panzini publie Gli ingenui, nombre d’auteurs ont en effet déjà mis en scène la décadence fin-de-siècle et le malaise des idéalistes, et le thème demeure vivace jusqu’à l’aube du XXe siècle, avec Crevalcore de Neera, paru en 1907.

  • 61  Cf. Paul Auster, Tombouctou, tr. fr. de C. Le Boeuf, Arles, Actes Sud, 1999. Au sujet du chien fid (...)
  • 62  À la question « Cosa manca a Panzini per essere meno genericamente affine agli autori dell’area de (...)

25L’originalité de La cagna nera réside à la fois dans la trouvaille du personnage de Patirai et dans la tiédeur du protagoniste. Comme nous l’avons vu, la chienne panzinienne s’écarte du simple topos atemporel du chien fidèle qui sillonne toute la littérature occidentale, d’Argos à Mr Bones61. Non seulement l’animal représente un idéal parce qu’il n’est pas doté de conscience et de “sens moral” et, de ce fait, ignore le tourment ; mais, de surcroît, la chimérique Patirai est ontologiquement dénuée de cruauté – elle dépasse ainsi la condition humaine. Le fait que le sublime soit le fait d’une bête et que les hommes soient désormais incapables d’héroïsme signifie que les canons post-romantiques, encore actifs dans les textes scapigliati tels que Una nobile follia (où le suicide final de Vincenzo D. est une véritable immolation pour le bien d’autrui), sont irrémédiablement révolus. Le narrateur anonyme de La cagna nera est donc éminemment moderne dans son irrésolution, son infantilisme, son absence de grandeur. Dans les mêmes années, d’autres personnages présentent encore des aspects tragiques : Alfonso Nitti, dans Una vita de Svevo, ou Giorgio Aurispa, dans Trionfo della morte de Gabriele D’Annunzio. Le profil du personnage panzinien, dont les vicissitudes n’aboutissent à rien de décisif, s’apparente davantage à l’angoissante vacuité de personnages comme Paolo Renaldi (Luigi Gualdo, Decadenza), Attilio Valda (Enrico Annibale Butti, L’automa) ou encore, chez Svevo, Emilio Brentani (Senilità). Ce sont dorénavant les anti-héros qui dominent la scène littéraire. C’est pourquoi le reproche de tiédeur qui est régulièrement adressé à Panzini62, certes fondé, ne doit pas faire oublier que cette irritante modération est précisément le signe de la nouvelle sensibilité, aux abords de 1900 : loin de la mélancolie romantique et de la schizophrénie scapigliata, le nouveau siècle littéraire s’annonce à l’enseigne de la vulgaire névrose.

Haut de page

Notes

1  En italique dans le texte.

2  La partie du récit qui relate cette période s’ouvre sur la formule « Incipit vita nova » (Alfredo Panzini, La cagna nera, a cura di G. Tellini, Palermo, Sellerio, 1991, p. 35. Italique de l’auteur).

3  Panzini s’inspire de l’expérience personnelle de sa première année d’enseignement passée à Castellammare di Stabia en 1886-1887.

4  La cagna nera, cit., p. 16. Plus loin, le narrateur qualifie les usuriers et créditeurs qui le harcèlent, à la mort de son père, de « grumo di vermi », présage de son propre déclin (Ibidem, p. 32).

5  Ibidem, p. 57.

6  Cette opposition est relayée par un riche réseau de correspondances, comprenant notamment l’antagonisme entre la roseraie et le potager : « Ma il roseto rimase fintanto che ella visse, la mia santa madre ; signorilmente rimase a dispetto delle cipolle e delle patate » (Ibidem, p. 10).

7  Sur la porte de la pièce où vivent les animaux de Vincenzo D. est écrit l’aphorisme de Crébillon : « Conosco l’uomo » (Igino Ugo Tarchetti, Una nobile follia. Drammi della vita militare, a cura di R. Carnero, Milano, Mondadori, 2004, p. 30).

8  Op. cit., p. 90. Cet aspect de son idiosyncrasie lui vient de son père, biologiquement dépourvu des armes indispensables pour survivre dans la ‘jungle’. Aujourd’hui, l’idiosyncrasie est la disposition personnelle particulière d’un individu à réagir à l’action des agents extérieurs ; dans les années où Panzini écrit, elle est surtout conçue sous le signe de l’hérédité : Théophile Ribot la définit comme l’ensemble des « manières d’être toutes personnelles » qui se transmettent « par voie séminale », comme la fécondité ou la durée de la vie (L’hérédité psychologique, Paris, Germer Baillière et Cie, 18822, p. 5).

9  « Ma io vi dico in verità che quando a un uomo è entrata nel cervello troppo piccolo la semente di un’idea troppo grande, ed egli va solo, solo con quell’idea camminando qua e là, ore ed ore, e comincia a fuggir la gente come un cane rammingo ; voi ben potete allora scommettere novanta su cento che l’infelice è entrato nel treno direttissimo che conduce al paese della pazzia » (La cagna nera, cit., pp. 50-51). Vincenzo D. souffre du même symptôme de ‘noble folie’ : une épouvantable « idea fissa » a bouleversé irrémédiablement « quella calma delicata e gentile della mia anima, che mi era stata fonte di mille soavi sensazioni nella mia fanciullezza » (Una nobile follia, cit., p. 39).

10  La cagna nera, cit., p. 52.

11  L’aboulie est une absence ou une diminution de la volonté.

12  La cagna nera, cit., p. 53. Au présent de la narration, le personnage sait néanmoins que de telles illusions sont nocives : « Le fantasie corrompono l’anima e il corpo [...] ; e più sono grandi e nobili e più uccidono » (Ibidem, p. 103).

13 Ibidem, p. 56.

14 Ibidem, p. 59.

15 Ibidem, p. 100. Dans la dernière partie de la longue nouvelle, Panzini est encore plus explicite : Patirai gémit « con suono umano » (Ibidem, p. 77).

16  Vincenzo D., dans le texte tarchettien, est un enfant abandonné qui ignore jusqu’à son patronyme.

17  La cagna nera, cit., pp. 64-65.

18  Ibidem, pp. 101 et 80.

19  Ibidem, p. 111.

20  « Ah, se tutti gli uomini sentissero questo terrore dell’animalità, non farebbero la guerra, unicamente per non fare una cosa che fanno gli altri insetti » (Diario sentimentale della guerra, cité in Giorgio De Rienzo, Alfredo Panzini, Milano, Mursia, 1968, p. 32).

21  La cagna nera, cit., p. 84.

22  Ibidem, p. 92.

23  Ibidem, p. 110.

24  « Dopo ciò io non ricordo più nulla » (Una nobile follia, cit., p. 130).

25  Ibidem, pp. 39-40.

26  En sentant le cœur du moineau battre dans sa main, le narrateur éprouve l’envie irrésistible de serrer les doigts : « Quel soffice involucro di penne invitava a premere fortemente tanto per sentire dove comincia la carne e come quel cuore avrebbe fatto a cessare ». De fait, « senza volerlo », il serre trop fort (Romanzi d’ambo i sessi, Milano, Mondadori, 19544, p. 212). Les Piccole storie furent publiées en 1901.

27  L’âne de la Faggiola est le bouc émissaire des habitants parce qu’il n’appartient à personne en particulier. Cf. Sei romanzi fra due secoli, Milano, Mondadori, 1939, p. 345. Le roman est de 1925.

28  Cf. les considérations sur la décadence généralisée contenues dans l’essai de 1894, L’evoluzione di Giosué Carducci. Deux ans plus tôt, Max Nordau s’était chargé de stigmatiser les sociétés civilisées névrotiques dans son célèbre Dégénérescence.

29  Alfredo Panzini, Il mondo è rotondo, Milano, Treves, 1920, p. 196.

30 La cagna nera, cit., p. 84.

31  Ernest Haeckel, Histoire de la création des êtres organisés d’après les lois naturelles, tr. fr. de C. Letourneau d’après la VIIe éd. allemande, Paris, Alfred Costes, 1922, p. 124. Le savant allemand cite ici le père de l’évolutionnisme, Darwin.

32  Sei romanzi fra due secoli, cit., pp. 55 et 73. La Lanterna apparut pour la première fois en 1906 dans la « Nuova Antologia » et l’année suivante en volume.

33 Il mondo è rotondo, cit., p. 198. Italique de l’auteur.

34  Ibidem, p. 5. Dans le Diario sentimentale della guerra, on peut lire également : « Io, oggi, vedo la perfetta animalità umana : come le formiche, come gli insetti ! Sì, grossi insetti parlanti noi siamo » (cité in Giorgio De Rienzo, op. cit., pp. 31–32).

35  Il mondo è rotondo, cit., pp. 3, 4 et 118.

36  La cagna nera, cit., p. 32.

37  Op. cit., p. 15.

38  Ibidem, p. 118.

39  La lanterna di Diogene, in Sei romanzi fra due secoli, cit., pp. 34-35.

40  « meglio la morte che vivere in prigione » (Romanzi d’ambo i sessi, cit., p. 671). Le roman fut publié en 1929.

41  Il mondo è rotondo, cit., pp. 117-118.

42 La question du ‘sens moral’ fait l’objet de plusieurs recherches dans les milieux scientifiques : dès L’uomo delinquente (1876), Cesare Lombroso avait établi l’équation entre criminalité et maladie mentale, fondée justement sur la déficience de ce ‘sens’. Mais c’est à partir de 1880 que cette question connaît le plus grand succès.

43  Piccole storie del mondo grande, cit., p. 212. Cf. supra, note 26. On trouve un épisode analogue dans Il mondo è rotondo : le narrateur est troublé lorsqu’il entend son voisin dire que la loi prévoit les cas où il est permis de tuer les animaux nuisibles (Cf. op. cit., p. 129).

44  Edgar Allan Poe, Nouvelles histoires extraordinaires, tr. fr. de Ch. Baudelaire, Paris, Flammarion, 1965, p. 51.

45  La cagna nera, cit., p. 108. Un phénomène similaire se produit dans un texte de 1933, Rose d’ogni mese : « “Ma voi avete amato, Noemi ?” domandai. “Oh, sì, signore” mi rispose. Un gran turbamento mi colse sentendo da lei questa confessione, ma più di sorpresa ancora provai perché ne parlava senza malizia e senza peccato, quasi avesse detto : “avevo sete. C’era una fontana, e ho bevuto” » (Rose d’ogni mese [aprile], Milano, Mondadori, 1959, p. 125). Ces thèmes sont abondamment exploités par un autre auteur, Alfredo Oriani, par exemple dans deux textes de 1878, Mani bianche et Sullo scoglio : sur les échos entre les deux auteurs, on peut consulter l’intervention de Tommaso De Luca dans Alfredo Panzini nella cultura letteraria italiana fra ‘800 e ‘900, a cura di E. Grassi, Rimini, Maggioli, 1985.

46  Déjà Tarchetti faisait dire à Vincenzo D. : « Ho sempre invidiata l’esistenza della pietra » (Una nobile follia, cit., p. 154).

47  Pour toutes ces modalités d’évasion, cf. surtout Il libro dei morti e dei vivi, La lanterna di Diogene et Viaggio di un povero letterato. Au sujet du goût de l’auteur pour la fable, De Rienzo parle d’une « regressione di Panzini nella favola » et de la tension à « un totale riposo contemplativo » (op. cit., pp. 109 et 104). Bruno Storni, s’appuyant notamment sur l’ouverture du douzième chapitre de la Lanterna, affirme quant à lui : « Il vero genere del Panzini è la divagazione. Oltre alla fuga dalla città egli cerca infatti la fuga dalla realtà meschina, l’abbandono completo » (Bruno Storni, Viaggio e divagazione. Saggio critico su Alfredo Panzini, Bellinzona, Tipografia Leins & Vescovi, 1959, p. 34).

48  La cagna nera, cit., p. 31. Le train est un espace particulièrement rassurant chez Panzini. Dans Viaggio di un povero letterato, le voyage en train est présenté comme une thérapie: « “Provi a viaggiare” mi disse il professor A*** direttore del Manicomio di M***, il quale mi onora della sua benevolenza. » (Alfredo Panzini, Viaggio di un povero letterato, Milano, Mondadori, 1954, p. 11).

49  Le désir de mort, qui est aussi « angoscia del morire », procède selon Pazzaglia de « l’assenza d’una giustificazione del suo esistere » (Mario Pazzaglia, Alfredo Panzini : i viaggi, le mete, in Fra Bellaria, San Mauro e Savignano, atti del convegno “Panzini oggi”, San Mauro Pascoli e Savignano sul Rubicone, 28 e 29 maggio 1994, a cura di M. Pazzaglia, Firenze, La Nuova Italia, 1995, p. 92).

50  La cagna nera, cit., pp. 23-24.

51  Les vicissitudes de Beatus Renatus illustrent bien l’impossible héroïsme de l’être humain. Aux yeux de Beatus, le jeune homme de lettres toscan, égoïste et carriériste, qui juge stupides ceux qui vont se faire tuer sur le front, apparaît comme « l’uomo preistorico delle caverne », mais lui-même, Beatus, révèle sa lâcheté lorsque l’Italie entre en guerre. D’ailleurs il s’auto-définit un « animale mostruoso », un « pitecantropo » (Il mondo rotondo, cit. pp. 115, 118 et 139).

52  La cagna nera, p. 99. C’est à Haeckel que l’on doit la théorie de la récapitulation ontogénétique, selon laquelle l’individu reparcourt, pendant sa croissance, les différentes étapes de l’évolution de l’espèce. L’enfance présente donc naturellement les caractères de l’état sauvage. En Italie, Lombroso divulgue largement ces notions : « i germi della pazzia morale e della delinquenza si trovano, non per eccezione, ma normalmente, nelle prime età dell’uomo, come nel feto si trovano costantemente certe forme che nell’adulto sono mostruosità ; dimodochè il fanciullo rappresenterebbe come un uomo privo di senso morale, quello che si dice dai freniatri un folle morale, da noi un delinquente nato » (Cesare Lombroso, L’uomo delinquente in rapporto all’antropologia, giurisprudenza ed alle discipline carcerarie, Roma-Torino-Firenze, F.lli Bocca, 18843, p. 112).

53 Il mondo è rotondo, cit., p. 53. La lecture de la Scienza nuova de Vico n’est certainement pas étrangère à cette conception.

54  Le protagoniste de Il mondo è rotondo est conscient d’opérer une régression : « “Oh, Beatus! tu ti involvi, non ti evolvi!” » (op. cit., p. 169). La fin du roman suggère en outre que la régression à l’ère de la religion est une nécessité vitale, car sans la foi la raison ne peut rien : « Beatus si accorse che con la sua ragione soltanto egli era sempre nella condizione di colui che si trova in un terreno paludoso. Da qualunque parte si volge il piede, la terra ingoia. / Se non c’è un sostegno dall’alto, fuori della terra, si rimane ingoiati ! » (Ibidem, p. 204).

55  Après le sauvetage de la chienne, à laquelle ses élèves avaient mis le feu, le narrateur semble désespéré : « Pigliate le uova delle biscie e dei coccodrilli ; curatele : sperate che ne vengano fuori dei colibrì e degli uccelli del paradiso ? Tutto è inutile ; serpi verran fuori ; rettili e serpi a grumi, vermi a fiotti, coccodrilli a schiere... » (La cagna nera, cit., p. 85).

56  L’évolution circulaire témoigne de la « condizione di indecisione esistenziale che caratterizzava la prima fase della scrittura [di Panzini] », de cette « fondamentale incertezza di orientamenti » symptomatique, d’après De Rienzo, de « quel destituire, sempre più precisamente espresso dall’au-tore, il proprio scrivere da qualsiasi responsabilità » (op. cit., pp. 109 et 89). Mario Pazzaglia évoque même « una totale incertezza ontologica e gnoseologica » (op. cit., p. 91).

57  Marco A. Bazzocchi parle à juste titre de la« carnevalizzazione » du « modello antico », c’est-à-dire des valeurs d’antan et du monde de jadis (Storie, novelle, fiabe : la “sapienza” narrativa di Panzini, in Fra Bellaria, San Mauro e Savignano, cit., p. 6).

58  La cagna nera, cit., p. 54.

59  Gualtiero De Santi, Panzini o le ambiguità del borghese rurale, in Alfredo Panzini nella cultura letteraria italiana fra ‘800 e ‘900, cit., p. 382. Le chercheur fait allusion à l’image nocturne qui clôt le récit : « Finalmente o meravigliosa notte eri venuta e mi avevi ravvolto delle tue ombre, ed io era entrato nel bagno delizioso e profondo delle tue tenebre » (La cagna nera, cit., p. 112).

60  L’uomo delinquente, cit., p. 31.

61  Cf. Paul Auster, Tombouctou, tr. fr. de C. Le Boeuf, Arles, Actes Sud, 1999. Au sujet du chien fidèle dans la littérature médiévale, cf. Wolfang Haubrichs, Chiens fidèles et autres “bêtes” littéraires, in Simbolismo animale e letteratura, a cura di D. Faraci, Manziana, Vecchiarelli Editore, 2003, surtout pp. 122-123.

62  À la question « Cosa manca a Panzini per essere meno genericamente affine agli autori dell’area dell’angoscia ? » Gualtiero De Santi répond : « il rigetto radicale » (op. cit., p. 392). Barberi Squarotti remarque pour sa part : « Panzini riduce di grado e di intensità il sublime [...]. Panzini, insomma, ha una gran paura di ogni trasgressione » (Giorgio Barberi Squarotti, Panzini romanziere fra Bologna e la Riviera Romagnola, in Alfredo Panzini nella cultura letteraria italiana fra ‘800 e ‘900, cit., p. 330).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies. Revue d’études italiennes, n°10, Arches de Noé [1], 2006.

Référence électronique

Edwige Comoy-Fusaro, « L’héroïsme impossible de Panzini », Italies [En ligne], 10 | 2006, mis en ligne le 11 mars 2010, consulté le 28 mai 2017. URL : http://italies.revues.org/579 ; DOI : 10.4000/italies.579

Haut de page

Auteur

Edwige Comoy-Fusaro

Université de Nice

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org