Navigation – Plan du site

Editorial

Brigitte Urbani
p. 5-8

Entrées d’index

Mots-clés :

animaux, bestiaire
Haut de page

Texte intégral

1Ce dixième numéro de la revue « Italies » – l’une des deux revues de l’Équipe d’Accueil Études Romanes EA 854 – offre aux lecteurs une première série de travaux sur le thème des animaux dans la littérature et la civilisation italiennes. Quand le thème a été lancé, il a suscité une telle quantité de propositions que nous avons d’emblée envisagé la publication à court terme d’un second numéro qui allait accorder un peu plus de temps à tous ceux qui, désireux de se mesurer au sujet animalier, n’auraient pu mener à bien leurs recherches durant le laps de temps trop court qui leur était imparti pour ce premier volume. En effet, de par son extrême variété, de par sa richesse, puisqu’il englobe tout le monde animalier réel, imaginaire ou métaphorique – insectes, mammifères, volatiles, poissons, créatures de notre temps ou des ères passées, produits de nos fantasmes ou de mythes collectifs – le thème des animaux, synthétisé ici sous la métaphore biblique plurielle des « arches de Noé », ouvrait la voie à quantités de pistes que les participants à ce numéro 10 ont largement explorées. Un second fascicule, à paraître en juin 2008, complétera en partie ce premier état des lieux.

  • 1  Par exemple : en France : Animots, Études littéraires et lexicales, sous la responsabilité de M. L (...)

2Un état des lieux, bien sûr, à circonscrire au sein du groupe qui a participé à ce volume. Car il va de soi que les bestiaires de toutes sortes, de l’Antiquité à nos jours, ont déjà donné lieu à quantité d’études et de publications. La Bibliothèque Nationale de France a d’ailleurs tout récemment proposé une exposition sur ce thème. Et il suffit d’interroger le site pour trouver quantité de titres en relation avec le thème animal1.

3Ce volume rassemble, comme il se doit, des travaux d’enseignants et de doctorants aixois ou ayant exercé ou effectué leurs études à l’Université de Provence (Perle Abbrugiati, Gabriella de Angelis, Lisa El Ghaoui, Fanny Eouzan, Yannick Gouchan, Colette Gros, Sophie Nezri-Dufour, Judith Obert), mais aussi d’enseignants et de doctorants ou néo-docteurs de Dunkerque (Maria-G. Vitali-Volant), Montpellier (Jean Lacroix), Mulhouse (Fabrice De Poli), Nice (Edwige Comoy-Fusaro), Paris 1 (Dénes Harai), Paris 3 (Denis Ferraris), Rennes (Gérard Vittori), Saint-Étienne (Stefano Lazzarin) et Toulouse (Jean-Luc Nardone, Hélène Huc).

4Les articles ont été regroupés en fonction des catégories animalières en quatre rubriques à l’intérieur desquelles a été privilégié, pour de simples raisons de facilité, l’ordre chronologique. On verra toutefois que le XXe siècle s’est taillé la part du lion – c’est le cas de le dire – puisque sur les dix-huit contributions publiées dans ce numéro, une bonne moitié concerne des écrivains du Novecento. Une distribution selon les catégories zoologiques, donc, mais à l’intérieur de laquelle, quel que soit le type d’animal convoqué, les relations à l’homme sont constantes, les animaux, dans l’ensemble, apparaissant comme des révélateurs de crise et des métaphores de la douloureuse condition humaine, mais aussi des figures de l’autre, des images de nos fantasmes, de nos peurs, de la monstruosité qui se cache derrière la face visible des individus que nous sommes.

5La première section, Ménageries de tout poil, nous introduit au cœur de colonies d’animaux multiples, soit dans le cadre des épopées chevaleresques, des guides de pèlerinages ou des poèmes parodiques, soit dans celui, plus réel, du zoo, soit encore au sein d’une comédie où l’animal offre l’occasion de mettre en œuvre une stratégie amoureuse. Au-delà de leur fonction métaphorique ou humoristique, les bêtes y sont révélatrices de la crise d’une époque (dans l’Orlando innamorato, étudié par Jean Lacroix), images grotesques de l’“autre” (dans le guide de pèlerinage examiné par Jean-Luc Nardone), métaphores du désir humain (c’est le cas de l’ours au cœur de la comédie de Della Porta choisie comme objet d’étude par Gérard Vittori). Ils offrent une fresque parodique de la société européenne du XVIIIe siècle (Fanny Eouzan nous le montre à travers Gli animali parlanti de Giambattista Casti). Images d’un monde mystérieux, les habitants du zoo calvinien sont un sujet d’observation pour Palomar et invitent à « réfléchir sur le fonctionnement de l’être humain » (Fabrice De Poli) ; plus généralement, ce sont des métaphores et des miroirs de l’aventure humaine (comme chez Gianna Manzini, étudiée par Maria G. Vitali-Volant).

6La deuxième section, Amis de l’homme, rassemble quatre études : une sur les chevaux des épopées médiévales et trois sur le chien dans la littérature du XXe siècle. Il y apparaît qu’en raison de l’évolution de la société le cheval n’a plus, du moins chez Andrea da Barberino, la place importante qu’il occupait dans les chansons de geste, et qu’il est devenu essentiellement élément de vie et auxiliaire (précieux toutefois) du chevalier (Colette Gros). Le chien, par contre, au XXe siècle, revêt de toute évidence une fonction spéculaire, exprimant la vision du monde de l’auteur (celle de Svevo, comme le démontre Denis Ferraris), dévoilant les névroses de l’homme (Edwige Comoy-Fusaro étudie à ce propos une nouvelle de Panzini), se révélant comme métaphore de la différence et de la monstruosité cachée sous la face bien-pensante de l’homme adulte (comme cela apparaît à travers la nouvelle de Clara Sereni analysée par Gabriella de Angelis).

7La troisième section, Crabes, araignées et autres vilaines bêtes, nous conduit dans un monde beaucoup moins familier, dérapant vers le fantasme et le cauchemar. Si les actions et discours des crabes des Paralipomènes de Leopardi, allégories du pouvoir de l’Ancien Régime, ont une veine parodique qui réjouit le lecteur (Perle Abbrugiati), les vers, taupes et autres animaux répugnants qui peuplent l’œuvre poétique de Primo Levi sont l’expression d’une « expérience existentielle douloureuse » (Sophie Nezri-Dufour). Les animaux inventés qui abondent chez les auteurs dits fantastiques du XXe siècle sont l’occasion d’une passionnante étude onomastique et étymologique (Stefano Lazzarin), et le bestiaire fantastique de Tommaso Landolfi offre l’occasion de se pencher sur l’araignée, révélatrice de facettes obscures de l’être humain (Judith Obert).

8La quatrième section, Volatiles nobles et moins nobles, concerne, comme l’indique son titre, les bêtes à plumes. Elles peuvent être élégamment et poétiquement métaphoriques, et avoir une valeur toute spirituelle, comme c’est le cas de la femme-oiseaux dans L’Acerba de Cecco d’Ascoli (Hélène Huc), ou au contraire appartenir au monde ailé le plus trivial, comme la poule au centre du pamphlet destiné à tourner en ridicule Charles-Emmanuel de Savoie à l’occasion de la guerre de Piémont (Dénes Harai). Plus généralement, les oiseaux peuvent être, comme dans la poésie de Pascoli, révélateurs de la condition humaine et refléter une expérience biographique douloureuse (Yannick Gouchan), ou, comme dans l’œuvre de Pasolini, constituer la base de discours poétiques, politico-idéologiques, métaphysiques (Lisa El Ghaoui).

9Le volume 2 des « Arches de Noé » élargira ces mêmes problématiques et en proposera de nouvelles, étendant son domaine à celui de la linguistique. En attendant, le lecteur est invité à parcourir celui-ci à plaisir, au gré de son humeur et de ses préférences (ou de ses phobies) animalières.

Haut de page

Notes

1  Par exemple : en France : Animots, Études littéraires et lexicales, sous la responsabilité de M. L. Honeste et R. Sauter, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1996, 180 p. ; Catherine Durvye, L’animal et l’homme : itinéraire littéraire et philosophique en 150 textes, Paris, Ellipses, 2004, 190 p. ; Michèle Langford, Les ménageries intimes : le témoignage de l’animal dans la poésie baroque, Paris, Nizet, 1983, 171 p. ; Hugo Loetscher, Le coq prêcheur : de l’utilisation littéraire et morale des animaux, Paris, Fayard, 1994, 335 p. En Italie : Enza Biagini e Anna Nozzoli (a cura di), Bestiari del Novecento, Roma, Bulzoni, 2001, 378 p. ; Nathalie Blancardi (a cura di), Il mondo animale, Firenze, ed. Galluzzo, 2000, 2 vol., 697 p. ; Gianni Oliva (a cura di), Animali e metafore zoomorfe in Verga, Roma, Bulzoni, 1999, 450 p. ; Reto Roedel, L’arca di Noé, Bellinzone, ed. Casagrande, 1983, 160 p. ; Franco Zangrilli, Il bestiario di Pirandello, Fossombrone, Metauro, 2001, 167 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°10, Arches de Noé [1], 2006

Référence électronique

Brigitte Urbani, « Editorial », Italies [En ligne], 10 | 2006, mis en ligne le 10 octobre 2008, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://italies.revues.org/689

Haut de page

Auteur

Brigitte Urbani

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org