Navigation – Plan du site

Editorial

Brigitte Urbani
p. 5-12

Entrées d’index

Mots-clés :

hasard
Haut de page

Texte intégral

« Elle [la littérature] rassemble librement du possible dispersé, le sélectionne, le concentre en un hasard qu’elle a choisi, réalise dans la fiction des possibilités qui ne se sont pas actualisées dans la réalité et sont pourtant des éléments constitutifs de cette réalité et de la nécessité qui lui est inhérente. […] Elle jouit du droit [...] de faire abstraction, totalement ou partiellement, du possible réalisé empiriquement et de le remplacer par le possible qui ne s’est pas du tout ou insuffisamment réalisé en tant que nécessité ». Ce possible existera dans la seule fiction, certes, mais il appartient bien au réel.
E. Köhler, Le hasard en littérature, le possible et la nécessité, Paris, Klincksieck, 1986, pp. 103-104.

1Ce nouveau numéro de la revue « Italies » s’articule autour du thème du hasard, de ses jeux et de ses figures, un hasard entendu aussi bien dans le sens de “caso” que dans celui de “fortuna”. Sans prétendre bien entendu en épuiser le thème – immense –, il entend offrir aux lecteurs une série d’études variées, touchant des périodes aussi diverses que le Moyen Âge, la Renaissance, le XVIIIe siècle ou – et surtout – le XXe. Ont participé à son élaboration des enseignants-chercheurs du Département d’Italien de l’Université de Provence, des collègues et des chercheurs des Universités de Dijon (Claude Imberty), Florence (Enza Biagini), Nice (Véronique Mérieux), Poitiers (Étienne Boillet), Rennes II (Gérard Vittori), Saint-Étienne (Jean-François Lattarico), et de “jeunes docteurs” enthousiastes et actifs, issus de diverses écoles doctorales (Sandra Garbarino, Geneviève Granger-Mathieu, Inge Lanslots, Maria Vitali-Volant).

  • 1  Un thème littéraire qui éveille en ce moment l’intérêt des chercheurs puisque cette année – et tou (...)
  • 2  Jacques Monod, Le hasard et la nécessité. Essai sur la philosophie naturelle de la biologie modern (...)

2Considérablement riche, en effet, est le concept de hasard1, puisqu’il touche à tous les domaines de la vie et des sciences, un secteur pour lequel la référence obligée est le célèbre essai de Jacques Monod, Le hasard et la nécessité2. S’il apparaît, scientifiquement, que toute vie est gouvernée par une dialectique du possible et de la nécessité où le hasard joue un rôle de médiateur, qu’en a-t-il été autrefois, quelle perception en avons-nous à travers les écrits des siècles passés ? et comment, aujourd’hui, le hasard est-il représenté en littérature ? Sans prétendre faire le point sur une question aussi complexe, il semble toutefois important, dans la présentation d’une série d’études sur ce sujet, de brosser une très brève mise au point.

  • 3  Toutes les références qui suivent sont empruntées au manuel élaboré par Élisabeth Clément, Chantal (...)

3Mise au point étymologique d’abord3 : hasard vient de l’arabe az-zahr qui signifie , jeu de dés. Du mot latin correspondant, alea (dés), dérivent les termes aléas, aléatoire en français. Qui dit hasard dit contingence, qui vient du latin contingere, arriver par hasard. Le terme de hasard recouvre plusieurs notions : l’inexpliqué, l’inexplicable, l’indéterminé, le contingent et le fortuit ; en quelques mots, ce qui arrive sans raison apparente, dont on ignore la cause, ce qui est imprévisible, ce qui s’est produit mais aurait pu ne pas se produire. On s’approche de la notion d’absurde, qui lui est liée.

4Opposée (mais de manière non radicale) à la notion de hasard, celle de destin (du latin destinare, fixer, assujettir, affecter à), qui implique un enchaînement fixé d’avance, inéluctable, du cours des événements d’une existence. D’où l’idée de fatalité (le fatum latin), de prédestination, de déterminisme. Le Fatum se rapproche de la nécessité, qui, on le sait, joue avec le hasard.

5Entre hasard et fatalité, s’insèrent, en médiatrices, deux notions bien distinctes : la Fortune et la Providence. La Fortune, selon la signification ancienne du terme, est une entité aveugle, censée distribuer bonheur ou malheur sans règle apparente ; elle est, à l’occasion, synonyme de chance ou d’adversité. La Providence (du latin pro [avant] + videre [voir]), par contre, sous-entend l’intervention d’une puissance divine dans le cours des événements, en fonction d’une fin qui leur est assignée ou d’un rétablissement de l’ordre.

  • 4  Nous renvoyons, entre autres, au célèbre recueil de Mario Santoro, Fortuna, ragione e prudenza nel (...)
  • 5  Traduit de l’allemand par Éliane Kaufholz, Paris, Klincksieck, 1986, 127 pages.

6L’idée de Fortuna au Moyen Âge et à la Renaissance a donné lieu à quantité d’études qui ont fait date et nous n’avons pas la présomption d’y revenir ici4. Par contre, nous souhaitons rendre compte du fort intéressant ouvrage d’Erich Kohler, Le hasard en littérature, le possible et la nécessité5, pour le panorama qui y est brossé de la représentation du hasard dans les textes, du Moyen Âge à nos jours.

  • 6  Cf. en particulier Marcel Boll, Lexploitation du hasard, Paris, PUF, Que sais-je? n° 57, 1963 [1e(...)
  • 7  Jacques Monod, cité par E. Kohler, op. cit., p. 89.

7Erich Kohler détermine trois époques. La première, l’âge de la Providence, va jusqu’au XVIIIe siècle : l’idée de hasard y est neutralisée, combattue ou équilibrée par la confiance en une Providence qui ne devrait pas manquer d’aider ceux qui le méritent, dans un monde, de toutes façons, harmonieusement créé par Dieu ; quant à la Fortune, liée à tout ce qui apparaît purement accidentel, elle est combattue par la virtù individuelle. La deuxième époque, le XIXe siècle, correspond à l’âge du déterminisme : le hasard est en partie nié par l’analyse des relations de cause à effet et la conviction – erronée – que tout effet a sa cause, unique. Le hasard qui tout de même est mis en scène – un hasard social le plus souvent – est généralement traité d’un œil critique, soit pour dénoncer une organisation sociale inique, soit pour célébrer ceux qui ont eu la force d’en triompher. Enfin, le XXe, dominé par des personnalités telles que Sartre, Camus, Beckett, est le siècle de l’absurde : on y découvre que le déterminisme est lui-même ligoté au hasard, car, certes, tout effet a une cause, mais toute cause peut avoir plusieurs effets possibles, et celui qui se réalise n’est pas forcément celui que l’on attendait, seul le hasard en décide (on parlera dès lors de “déterminisme biologique fortuit”). Ajoutons d’ailleurs qu’un effet peut être le résultat de plusieurs causes combinées, que les combinaisons peuvent être infiniment nombreuses, infiniment complexes, et que la complexité des déterminismes ressemble au pur hasard. C’est le siècle où l’on comprend avec effarement que nous vivons dans un monde de hasards6, que l’existence humaine est le fait du hasard (l’homme est « seul dans l’univers incommensurable d’où il a émergé par hasard »7), que l’individualité tant génétique que sociale relève du hasard, que l’histoire aussi est soumise au hasard. C’est le siècle où les intellectuels prennent conscience de l’étendue de l’absurdité de l’existence et la soulignent, le siècle où l’on comprend qu’il n’y a pas vraiment lieu de parler de dialectique du hasard et de la nécessité mais plutôt de “nécessité contingente”, et que le possible non réalisé fait tout autant partie de la réalité que le possible effectivement réalisé. Un hasard multiforme qui se reflète en littérature comme dans les arts plastiques, avec, par exemple, en peinture ou en sculpture, les rapprochements fortuits et absurdes d’objets hétéroclites, ou, en littérature, les textes poétiques éclatés. Une œuvre immense comme celle de Proust est entièrement structurée sur le hasard : hasard des rencontres, hasard de la mémoire involontaire, hasard des gestes fortuits déclencheurs de souvenirs.

8Alors qu’au Moyen Âge l’homme vivait dans un monde relativement rassurant où tout semblait orienté vers une finalité gouvernée par Dieu, au XXe siècle, il découvre douloureusement qu’il vit dans un monde absurde, vide, soumis à l’arbitraire, dépourvu de sens.

  • 8  Balzac, Avant-propos à La Comédie humaine, Études de mœurs, scènes de la vie privée, Paris, Gallim (...)
  • 9  Aristote, Poétique, Paris, Gallimard, Coll. Tel, 1996, p. 130. Un peu plus loin : « De toute façon (...)

9Que hasard et littérature soient liés, c’est là une évidence. Rappelons la célèbre formule lancée par Balzac, dans la préface à la Comédie humaine : « Le hasard est le plus grand romancier du monde : pour être fécond, il n’y a qu’à l’étudier »8. D’ailleurs, si la vie n’est que succession de hasards, la littérature, qui se veut reproduction mimétique de la vie, y compris dans le domaine de l’imaginaire, voire du fantastique – car ce qui importe avant tout est l’“effet de réel” – en tient forcément compte, avec toutefois les réserves avancées par le premier théoricien connu de la littérature, Aristote, qui, dans la Poétique, précise qu’« il faut préférer l’impossible qui est vraisemblable au possible qui est incroyable » (24)9, car ce qui, dans la réalité, est impossible est préférable à l’invraisemblable qui si souvent caractérise le réel. Une exigence réaffirmée par nombre de romanciers, surtout au XIXe siècle. De même Kohler rappelle que Schiller mesurait la qualité d’une œuvre à sa cohérence, à l’enchaînement logique des événements, bref au degré de nécessaire et de possible articulé par un hasard “vraisemblable”.

  • 10  Et notamment le roman d'épreuves. Cf. M. Bakhtine : « Par là s’explique le rôle exceptionnel du ha (...)

10Kohler rappelle que chaque genre littéraire réserve au hasard une part différente, qui, à son tour, se modifie en fonction du contexte historique : en principe, si la nouvelle met en scène un seul événement produit par le hasard, le roman, par contre, offre une succession, variable à l’infini, d’événements liés à la contingence10, tandis que la tragédie met généralement en scène l’homme entraîné par la force d’un destin implacable. Dans tous les cas, entre les hasards du réel et ceux de la fiction littéraire s’insère en médiatrice la liberté de l’écrivain, lequel, au sein des possibles, opère des choix et réalise ce que la réalité, soumise au caractère fortuit des événements et des enchaînements, n’a pas forcément concrétisé. Enfin, et là nous passons au domaine de la sociologie de la littérature, le hasard a aussi sa place au niveau de la réception de l’œuvre.

  • 11  E. Kolher, op. cit., p. 119.

11Mais au-delà des examens internes à la diégèse des textes, l’analyse du hasard en littérature dépasse largement la simple étude thématique. Erich Kohler la relie à la notion de pacte de lecture et à la perception du possible par les sociétés en des moments historiques divers. Il décèle dans le motif du hasard une véritable “fonction” qui, aussi bien à travers les choix offerts aux personnages qu’à travers leurs destins, permet de « voir ce qui était possible dans une situation historique déterminée de la société ». Le traitement du hasard en littérature reflète « les revendications et les attentes des différents groupes à l’égard du possible : ce qui veut dire en même temps interpréter le réel à travers son possible et agir ainsi sur lui »11.

12Les études rassemblées dans ce volume relèvent de plusieurs domaines : littérature bien sûr, mais aussi civilisation, arts, linguistique, traduction. Elles ont été regroupées en trois rubriques qui tentent d’en contenir la variété de façon aussi cohérente que possible.

13La première section, Malices de la Fortuna, regroupe des travaux concernant des siècles antérieurs au XIXe, siècles où, plus que l’idée de “caso”, domine celle de “Fortuna”. Les articles y sont ordonnés de façon chronologique et présentent un intéressant échantillonnage de genres littéraires extrêmement divers. La série commence avec les nouvelles du Décaméron (René Stella) ; elle se poursuit, à la Renaissance, avec le Zibaldone de la famille Rucellai (Théa Picquet) et l’ekphrasis artistique des Ragionamenti de Vasari (Véronique Mérieux) ; elle s’achève au XVIIIe siècle avec les melodrammi de Gian Francesco Busenello (Jean-François Lattarico) et les Mémoires pour servir à lhistoire de ma vie de Giuseppe Gorani (Maria Vitali-Volant).

14Après un saut révélateur (nous avons vu pourquoi) au-dessus du XIXe siècle, la deuxième section, Le XXe, siècle du hasard, la plus longue – et pour cause, ce n’est pas un hasard – porte un titre explicite. Conformément aux caractéristiques du genre, large place y est faite à la littérature narrative, et un auteur aussi nourri de réflexions sur la contingence que Landolfi y figure même deux fois. La poésie est néanmoins présente avec Piero Bigongiari, en relation avec des textes théoriques et critiques de l’auteur. Là encore, nous avons opté pour une succession qui se veut chronologique, afin de mieux tracer la parabole du hasard ou de la conception que s’en forgent les différents auteurs au XXe siècle. Ainsi se succèdent des contributions sur Luigi Pirandello (Gérard Vittori), Tommaso Landolfi (Étienne Boillet, Geneviève Granger-Mathieu), Luigi Santucci (Brigitte Urbani), Italo Calvino (Perle Abbrugiati), Piero Bigongiari (Enza Biagini), Paolo Maurensig (Claude Imberty), Luigi Malerba (Judith Obert), Matteo Galiazzo (Inge Lanslots).

15La troisième et dernière section, Arbitraire de la langue, offre deux articles de spécialistes de linguistique et de traductologie : après avoir parcouru le champ aléatoire des mots et des signes (Sophie Saffi), nous examinerons quelques cas de traductions divergentes d’un texte de Calvino (Sandra Garbarino).

16Mais conformément à l’esprit de toute revue, qui implique que la chronologie et l’ordonnancement des textes ne doivent en aucun cas être contraignants – et a fortiori pour ce numéro d’« Italies », étant donné son thème fédérateur –, le lecteur est vivement invité à conduire librement sa propre lecture au gré du hasard et de sa fantaisie…

Haut de page

Notes

1  Un thème littéraire qui éveille en ce moment l’intérêt des chercheurs puisque cette année – et tout à fait par hasard, c’est le cas de le dire – le nouveau numéro de la revue « Théâtres du Monde » a comme sujet fédérateur : Hasard, destin et providence au théâtre (Université d’Avignon, revue de l’ARIAS, 2005, n° 15, 230 pages).

2  Jacques Monod, Le hasard et la nécessité. Essai sur la philosophie naturelle de la biologie moderne (1971).

3  Toutes les références qui suivent sont empruntées au manuel élaboré par Élisabeth Clément, Chantal Demonque, Laurence Hansen-Love, Pierre Kahn, La pratique de la philosophie de A à Z, Paris, Hatier, 2000, 480 p.

4  Nous renvoyons, entre autres, au célèbre recueil de Mario Santoro, Fortuna, ragione e prudenza nella civiltà letteraria del ’500 (Napoli, Liguori, 1967 [1e éd.], 1978 [2e éd.], 611 pages), ou, sur le territoire français, aux travaux de Christian Bec.

5  Traduit de l’allemand par Éliane Kaufholz, Paris, Klincksieck, 1986, 127 pages.

6  Cf. en particulier Marcel Boll, Lexploitation du hasard, Paris, PUF, Que sais-je? n° 57, 1963 [1e éd. 1942], 128 pages. L’'auteur y souligne (contrairement aux idées reçues) le rôle considérable du hasard en sciences. Le titre de l’ouvrage fait allusion au calcul des probabilités, seule façon de maîtriser un peu le hasard : « dans la vie quotidienne comme dans la recherche scientifique, seule l’application systématique de la notion de probabilité permet de prévoir l’avenir (et aussi de reconstituer le passé). C’est là le fondement même de l’exploitation du hasard » (p. 115). « Toute la science, toute la technique, toute la vie intime se placent sous la juridiction des probabilités » (p. 121).

7  Jacques Monod, cité par E. Kohler, op. cit., p. 89.

8  Balzac, Avant-propos à La Comédie humaine, Études de mœurs, scènes de la vie privée, Paris, Gallimard, coll. Pléiade, vol. 1, 1976, p. 11.

9  Aristote, Poétique, Paris, Gallimard, Coll. Tel, 1996, p. 130. Un peu plus loin : « De toute façon, l’impossible doit se justifier en considération de la poésie ou du mieux ou de l’opinion commune. Pour ce qui est de la poésie, l’impossible qui persuade est préférable au possible qui ne persuade pas […] il est vraisemblable que parfois les choses se passent contrairement à la vraisemblance » (25) (p. 135).

10  Et notamment le roman d'épreuves. Cf. M. Bakhtine : « Par là s’explique le rôle exceptionnel du hasard dans le roman en général et dans le roman baroque en particulier. Les événements qui, dans le roman baroque, s’organisent sous forme d’aventures, sont dénués de toute signification biographique ou sociale et de toute typisation : ils sont inattendus, inédits, extraordinaires » (Esthétique de la création verbale, Paris, Gallimard, 1984, p. 218).

11  E. Kolher, op. cit., p. 119.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°9, Figures et jeux du hasard, 2005

Référence électronique

Brigitte Urbani, « Editorial », Italies [En ligne], 9 | 2005, mis en ligne le 10 octobre 2008, consulté le 24 juin 2017. URL : http://italies.revues.org/697

Haut de page

Auteur

Brigitte Urbani

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org