Navigation – Plan du site
Ménageries de tout poil

Sept planches d’iconographie animalière dans le Viaggio da Venetia al santo Sepulcro (1519)

Jean-Luc Nardone
p. 37-55

Résumé

Se fondant sur l’étude analytique des sept planches d’iconographie animalière contenues dans l’un des guides de pèlerinage les plus célèbres du XVIe siècle, Il viaggio da Venetia al santo Sepolcro, l’article convoque tant la zoologie antique que la philologie romane pour inviter à une réflexion sur les fonctions multiples de ces illustrations de l’éléphant et du babouin en particulier, entre topoi inévitables et polémiques acerbes contre les musulmans.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Orient

Chronologie :

XVIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  La représentation de Jérusalem et de la Terre sainte dans les récits de voyageurs européens au XVI (...)
  • 2  Nous avons introduit, annoté et traduit notre texte en collaboration avec Mme Jacqueline Malherbe- (...)
  • 3  Qu’il nous soit permis de renvoyer ici à l’un de nos articles que complète l’introduction critique (...)
  • 4  L’édition de 1614 en effet mentionne, la première, le nom de Noè : Viaggio da Venezia al santo Sep (...)

1Dans un ouvrage intitulé La représentation de Jérusalem et de la Terre sainte dans les récits de voyageurs européens au XVIe siècle1, nous avons eu l’occasion de proposer l’édition bilingue2 d’un guide de pèlerinage anonyme extraordinairement célèbre au XVIe siècle, le Viaggio da Venetia al santo Sepulcro et al monte Sinai, con disegni de’ paesi, città, porti, chiese e santi luoghi, con additione di genti et animali che si trovano da Venetia sino al santo Sepulcro, et per tutta la Soria3, qui connut pas moins de vingt rééditions pour le seul Cinquecento et fut même affublé en 1614 d’un nom d’auteur, le « R. P. F. Noe dell’ordine di S. Francesco »4, apparition soudaine sans doute à rapprocher de l’existence du livre du père Bianco, le Viaggio del Rever. P. F. Noè Bianco vinitiano della Congregation de’ Servi fatto in Terra Santa e descritto per beneficio de’ pellegrini et di chi desidera havere intera cognition di quei santi luoghi, con tre tavole : una de’ capitoli ; l’altra delle cose notabili ; et la terza delle miglia che sono da un luogo all’altro, qui connaissait alors un succès considérable.

2Le titre complet de notre guide mentionne explicitement l’attention portée par l’ouvrage aux animaux que l’on rencontre lors d’un tel périple. En effet, à deux reprises, le texte s’arrête sur quelques portraits d’animaux qui constituent une sorte de petit bestiaire.

3Le premier ensemble s’insère dans une description générale du pays d’Égypte : après une belle illustration commentée de la ville du Caire, l’auteur propose un tableau complexe qui se veut exhaustif « delle molte generationi di popoli habitanti nella città del Cairo », puis « del paese d’Egitto » où s’inscrit la description d’un réseau d’irrigation dérivé du Nil et des cultures qu’il permet d’effectuer, puis enfin de quatre animaux significatifs à savoir l’éléphant, la girafe, la chèvre mambrine et l’autruche :

L’éléphant

  • 5  Cette phrase semble renvoyer aussi à l’illustration.
  • 6  Nisalo dans notre texte et non l’actuel proboscide.Le terme médiéval français pour désigner la tro (...)
  • 7  Le possessif nous rappelle que les mesures variaient avec les régions et les pays.

Nous allons maintenant faire mention de l’éléphant. L’éléphant est fait de cette façon5. Il est tout noir. Il est délicat et dépourvu de poil. Il est si grand que c’est merveille à voir. Il n’a aucune articulation si ce n’est aux épaules. Il a une tête très grande et des yeux rouges et – c’est chose épouvantable à voir – et il a des dents à l’extérieur de la bouche grandes de plusieurs coudées, une trompe6, ou nez, placée au-dessus et longue jusqu’à terre, et avec cette trompe il soulève de terre ce qu’il veut manger. Ses oreilles sont faites comme celles d’un dragon, ou comme les ailes d’une chauve-souris. Ses pieds sont ronds. Et il va d’autant plus vite qu’il porte plus de poids : il porte sur le dos une tour de bois avec trente hommes à l’intérieur, leurs victuailles, les pierres et autres armures nécessaires au combat. J’ai vu une dent d’éléphant qu’un marchand vénitien acheta trente-six ducats et je l’ai mesurée : elle faisait quatorze de mes empans7, elle était large de quatre empans et si lourde que je ne la pouvais soulever de terre.

La girafe

  • 8  Le mot palazzo peut avoir le sens de « palais » ou celui de « maison », mais le premier nous sembl (...)
  • 9  « Tout noirs » ou « tous noirs ». Ces noirs, cités entre girafes et léopards, ne seraient-ils pas (...)

La girafe ressemble assez à une chèvre. Le dessous de son corps est presque fait comme un filet de pêche. Ses pattes de derrière sont très courtes et celles de devant très longues. Et lorsqu’elle se tient bien droite, elle a un cou si long qu’elle toucherait le toit du palais8 dans lequel elle est couchée. Bon nombre de ces girafes sont conduites sur les marchés pour y être vendues ; il y a là des hommes, des femmes et avec elles des enfants en nombre infini, et ils sont tout noirs9 ; il y a aussi des léopards et d’autres bêtes sauvages, en nombre infini, dont je ne sais le nom, et je n’ai pas su le demander parce que notre interprète, alors, n’était pas avec nous.

La chèvre mambrine

Qui croirait que la chèvre pût porter une selle, des brides, des étriers, un poitrail et une croupière et faire comme les chevaux qui sont loués pour être chevauchés ? Mais je crois fermement qu’il s’agissait de chèvres sauvages de ces contrées parce qu’elles avaient les oreilles longues jusqu’à terre, et des cornes qui s’enroulaient sous la bouche et un homme, assis sur leur selle, jouait des castagnettes des deux mains, etc.

L’autruche

  • 10  Molefine dans le texte : sans doute faut-il lire mol[le] e fine.

De l’oiseau appelé autruche. Je dis que l’autruche est aussi haute qu’un cheval bien grand et qu’elle est grosse de corps. Et à cause de sa grosseur et de sa grande taille, elle ne peut voler. Et elle peut porter un homme sur son dos. C’est cet oiseau qui fait cet œuf si gros, œuf que nous accrochons dans les églises, devant les autels. Ses plumes sont douces, souples et fines10 comme de la soie ; on vend ces plumes dans tout l’univers et on les appelle plumes d’autruche.

4Le second ensemble, dans la même perspective que le premier, s’inscrit dans une représentation générale de la ville de Damiette et de son pays. Après l’illustration commentée de l’ananas et du palmier dattier, le guide offre trois nouvelles gravures : la première porte un titre explicite Questo è il gambello il quale porta le some degli Mori, la seconde n’est qu’une planche qui présente quatre dessins identifiés comme « babuino », « cocodrilo », « unicornus » et « salamandra ». La troisième, enfin, intitulée Castron dalla coda larga. Capra con l’orecchie longhe est dotée de quelques brèves lignes de commentaires.

Bélier châtré à queue large. Chèvre aux longues oreilles11

  • 11  À en croire l’illustration, il s’agit de la chèvre mambrine, déjà décrite précédemment.
  • 12  Le syrien d’Égypte est un mouton de race asiatique, à la toison brune. Sa queue se charge de grais (...)

Des bêtes sauvages qui chez nous seraient tenues pour merveilleuses. Dans la susdite Damiette, je vis de nombreux animaux qui ressemblaient à une chèvre et qui avaient les oreilles longues jusqu’à terre. Je vis aussi un bélier châtré qui avait la queue ronde comme une planche à hacher, et si lourde qu’il peut à peine la porter12.

  • 13  Cf. supra note 2.
  • 14  Dans son étude fondamentale (Le crépuscule du Grand voyage. Les récits des pèlerins à Jérusalem [1 (...)
  • 15  Contrairement à la taille douce de la gravure sur cuivre, plus chère, la gravure sur bois s’use pl (...)

5Les sept planches et les commentaires du guide invitent à des lectures tour à tour philologique, zoologique voire ethnologique qui relèvent toutes d’une entreprise complexe dont l’intérêt ultime, plus que la simple description d’un bestiaire somme toute banal, demeure, pour l’éditeur tout au moins, l’attrait d’un pèlerin-lecteur que sollicitent par ailleurs de nombreux autres guides. L’éditeur en effet est, dans la publication d’un guide tel que celui-ci – anonyme, rappelons-le, jusqu’au XVIIe siècle –, libre de composer l’ouvrage à sa guise. Nous avons montré déjà13 que le texte ici publié est une traduction de la version allemande du récit de Niccolò da Poggibonsi. Lors d’une telle publication, la nécessaire présence d’illustrations14 invite l’éditeur à puiser dans les gravures sur bois qu’il possède15, sans se soucier toujours d’être parfaitement fidèle au texte qu’il illustre. Ainsi trouvons-nous, par exemple, plusieurs fois le même bois dans des passages différents du guide, notamment dans l’iconographie de petites maisons. Dans le cas qui nous occupe ici, on notera aisément que les planches qui présentent le chameau et le babouin d’une part, et les quatre animaux réunis, de l’autre, ne font l’objet d’aucun commentaire dans le texte ; ce qui signifie que l’éditeur réemploie ici des bois qu’il possède déjà pour des motifs sans doute esthétiques, et qu’il les unit de façon artificielle au petit paragraphe sur les caprins. Cette remarque invite donc à une interprétation prudente du lien entre image et texte et nos commentaires ne sauraient se départir de cette approche.

De l’art de la description

  • 16  Ce type de guide trouvait aussi un public attentif, y compris dans les campagnes, lors de lectures (...)

6Le récit des descriptions des animaux présentés cherche le plus souvent à apparaître comme particulièrement minutieux (taille, pelage, alimentation, etc.) mais le procédé le plus employé y est paradoxalement celui, approximatif, de la comparaison, qui conduit à faire de ces animaux exotiques des animaux étranges. Qu’il nous suffise de relever quelques expressions significatives : les oreilles de l’éléphant « sono fatte come quelle di dragone, o come l’ali del vilpastrello » ; « la giraffa è quasi simigliante alla capra » ; « il suo corpo disotto è quasi fatto come è una rete da pescare » ; « dico che ‘l struzzo è alto quanto uno cavallo ben grande » ; « viddi molti a[n]i[m]ali assimiglianti ad una capra » ; « viddi uno castrone il quale aveva la coda tonda come uno tagliere ». On notera que l’élément de comparaison relève presque toujours d’un registre familier et populaire, qu’il s’agisse d’objets quotidiens ou d’autres animaux bien connus du lecteur ou de l’auditeur16 italien, réels ou imaginaires. La girafe convoque la chèvre, l’autruche le cheval, l’éléphant la chauve-souris mais aussi le dragon, monstre familier de l’iconographie et de l’architecture religieuses. Cet art particulier de la description est indéniablement fort peu efficace – que l’on essaie d’imaginer les oreilles d’un éléphant à l’aune d’ailes de chauves-souris, ou une girafe à celle d’une chèvre – et le soutien iconographique s’avère à ce point indispensable.

7On notera d’ailleurs que ce jeu d’assemblage fonctionne aussi dans la création philologique des noms, de celui de l’éléphant en tout cas. Le terme de « lionfante », qui paraît ignorer l’étymologie latine très simple du mot « elefante » en fait une espèce de monstre où s’insère toute la royauté du lion. La force et la puissance sont, en effet, deux des qualités spécifiques du pachyderme que l’auteur met constamment en avant dans son texte et, par cette construction lexicale, il offre au puissant animal le statut du roi des animaux.

  • 17  Voir aussi Aristote, Histoire des animaux, V, 13.

8On trouve enfin, dans ces descriptions succinctes, nombre de détails parfaitement bien observés et rendus qui frappent – ou cherchent à frapper – les paragraphes du sceau d’un réalisme censé emporter la conviction du lecteur. On retrouve là la trace des Histoires naturelles de Pline, et du livre VIII en particulier, où sont précisément mentionnés l’éléphant, la girafe, les chèvres ou le babouin. Les premiers chapitres du livre VIII, tous consacrés à l’éléphant17, sont particulièrement riches et l’on constate dans notre petit texte le mélange plinien d’informations d’expression naturaliste (particulièrement anthropomorphiques chez l’auteur latin) mêlées à des considérations militaires ou économiques – songeons en particulier à l’attention portée à cet objet précieux qu’est la défense. Ce goût pour l’anecdote réaliste est présent aussi dans notre guide, qu’il s’agisse de la somme versée par un marchand vénitien pour l’achat d’une très belle défense, de la présence de la girafe sur un marché où sont également à vendre, entre autres, des léopards et, très probablement, des familles d’esclaves venus d’Afrique noire, de la fine douceur de ces plumes d’autruche ou de « cet œuf si gros, œuf que nous accrochons dans les églises, devant les autels » que le pèlerin a sûrement pu voir lui-même de ses propres yeux. La présence, dès lors, des deux gravures sans commentaires, et de celle en particulier où est figurée une licorne, accablée et désolante, tranche avec le souci récurrent du texte de trouver l’assentiment du lecteur : preuve supplémentaire, si besoin était, de la dichotomie qui distingue l’auteur du texte et l’éditeur du livre. Encore qu’il faille faire montre de nécessaire prudence et se souvenir toujours que l’imaginaire renaissant, de même qu’il accueille les ailes du dragon en guise de référent de comparaison des oreilles de l’éléphant, n’exclut pas que dans le monde lointain des barbares orientaux survive toujours la mythique licorne. On touche là à l’une des difficultés de la narration du voyage lointain et de ses stéréotypes. Le lecteur chrétien occidental demeuré chez lui attend de lire inéluctablement quelques-unes des merveilles orientales qu’il ne saurait remettre en question. Ainsi notre auteur affirme-t-il ailleurs avoir vu de ses propres yeux un musulman s’être brutalement évaporé pour avoir osé s’asseoir par inadvertence sur une pierre qui avait servi de siège au Christ, pierre fameuse pour l’accomplissement de ce miracle. On ne doit pas, en somme, vouer aux gémonies l’éditeur du guide qui a introduit telle ou telle image incongrue, et faire, en revanche, de l’auteur du texte un naturaliste attentif qu’il faudrait prendre à la lettre. Loin s’en faut. La présence du bestiaire n’en est pas moins, dans le récit, plutôt sobre et crédible.

Espionnage et propagande

  • 18  La dernière présence remarquable fut celle d’un éléphant capturé en Terre sainte que Frédéric II c (...)
  • 19  Voir notamment les livres XXI et XXVII. Il n’est pas exclu d’ailleurs que la gravure présentée dan (...)

9Sous l’apparence naturaliste de paragraphes consacrés à la faune se fait jour un discours polémique et virulent. L’illustration de l’éléphant, chargé d’une tourelle de bois, correspond au discours textuel : « il porte sur le dos une tour de bois avec trente hommes à l’intérieur, leurs victuailles, les pierres et autres armures nécessaires au combat ». En écho aux guerres puniques, ce détail fait de l’animal une véritable machine de guerre. Sans doute faut-il ici encore se souvenir des Histoires naturelles où Pline, toujours au livre VIII, mentionne par deux fois cet usage militaire des éléphants : par César d’une part – « Le dictateur César, lors de son troisième consulat, en fit combattre vingt contre cinq cents fantassins, et, derechef, vingt armés de tours, avec soixante combattants sur leur dos, contre cinq cents fantassins et un pareil nombre de cavaliers » – et dans les armées indiennes d’autre part – « ils portent des tours pleines d’hommes armés, et décident en grande partie du résultat des guerres en Orient ». Mais cet usage des éléphants avait été abandonné dès le Moyen Âge18 car l’animal, pour robuste et impressionnant qu’il soit, est particulièrement craintif et de nombreux épisodes de l’Histoire romaine de Tite-Live19, en particulier consacrés aux guerres puniques, attestent que des bruits qu’il ne connaissait pas suffisaient à le terroriser et à le rendre particulièrement dangereux pour l’armée qui l’employait. L’apparition des armes à feu et des canons rendit tout à fait impossible la présence d’éléphants dans les combats. Dès lors, si notre auteur a pu croiser des éléphants harnachés, il n’a certainement rien vu de ce qu’il dit et il s’agit ici tout à la fois de se conformer à la littérature classique mais aussi, comme pour les nombreuses descriptions détaillées qui scandent le guide des forces militaires ottomanes qui tiennent la Terre sainte, de poser à nouveau l’épineuse question de la reconquête des Lieux saints. L’anecdote qui suit, celle de l’achat d’une défense par un Vénitien, complète le tableau de cet animal extraordinairement puissant et doté de deux « dents » qui feraient aussi office de redoutables piques, puisque c’est là, rappelle Pline, leur usage naturel. La construction étymologique de son étrange nom, enfin, le désigne dès lors à la fois comme un redoutable animal, « lion », et comme un bon fantassin, « fante ».

10La colère et même la haine qu’éprouvent régulièrement les pèlerins, dans leurs récits, à l’encontre des musulmans est d’une virulence extrême. Fusent les insultes et les accusations les plus abjectes, attisées sans doute par les humiliations répétées – et les taxes et octrois – que leur infligent pour leur part les autorités ottomanes maîtresses des lieux. Deux des gravures qui sont ici présentées illustrent admirablement la force des antagonismes religieux. Sans doute faut-il rappeler au préalable que le pèlerin chrétien expose en général toute une typologie des musulmans, comme il le fait d’ailleurs pour les ordres chrétiens qu’il rencontre, nombreux et variés. Il distingue les Ottomans, nobles ennemis et puissants guerriers, des Maures, des Sarrasins et surtout des Arabes, c’est-à-dire des Bédouins, souvent loqueteux et misérables, mais plus dangereux et imprévisibles car ils constituent de vraies hordes de bandits. Si l’on regarde donc la gravure qui présente un crocodile, une licorne, une salamandre et un babouin, on notera que ce dernier tient un bâton à la main. Disons sciemment « à la main » et non dans la patte supérieure droite car si sa nudité (assexuée) et ses extrêmités inférieures dotées d’un pouce opposable s’imposent comme des signes déterminants qui distinguent le singe de l’homme –, son allure et sa gestuelle – une « main » tendue vers l’avant comme s’il présentait les autres figures de la planche – lui confèrent un aspect très humain. Son regard hébété, sa mine triste et sa chevelure ébouriffée n’en font certes pas un humain très malin mais on est bien là, comme dans l’étymologie monstrueuse du « lionfante », en présence d’un hybride, « babouin » par son nom et humain par certaines de ses caractéristiques. Dans cette lecture, la gravure précédente sonne le glas du doute : le parchemin qui couronne la scène cite, à gauche, le « camelo », c’est-à-dire le dromadaire, et à droite le « babuin », réplique presque symétrique du dessin précédent (bâton, nudité, chevelure mais le pouce n’est plus opposable dans le « pied »). Notre babouin est bel et bien un homme. Ce n’est sans doute pas le Maure qu’indique la légende de la gravure qui, lui, est le véritable propriétaire des marchandises dont on charge les dromadaires, mais l’un de ces pauvres hères qui s’occupent des animaux de bât. Peu importe : le raccourci paraîtra d’une extrême violence, au demeurant présente ailleurs dans le texte. Et l’on songe ici à l’insulte de « chiens » qui ponctue régulièrement les allusions aux musulmans – comme d’ailleurs on la trouve de façon récurrente dans la bouche des musulmans qui interpellent les chrétiens. Cela dit, nous voudrions ici dépasser la simple imagerie qui ferait du musulman un être intermédiaire entre l’homme et le singe pour nous attarder un peu sur le choix du nom de « babouin », mot d’origine française emprunté par l’italien dès le XIIIe siècle. Le mot grec pour désigner cette espèce de singe est « kunokephalos », c’est-à-dire littéralement « le (singe) tête de chien », de sorte que si l’on considère l’insulte de « chien » comme commune et fréquente, on peut concevoir le glissement sémantique érudit qui fait du musulman un babouin. On peut aussi envisager l’étymologie du mot français « babouin », qui est la babine, en raison de l’importance de celles de ces primates et l’on pourrait alors stigmatiser ici la langue (babélique ?) dont font usage les musulmans, idiome incompréhensible et primaire aux yeux du pèlerin chrétien. Ces hypothèses qui pourront paraître audacieuses s’effacent sans doute devant l’évidence d’une insulte brutale et bestiale qui fait de l’Autre un sous-homme, mais elles permettent pour le moins de souligner la spécificité qu’il y a à ne pas identifier les musulmans dans leur globalité à des primates mais bien une partie d’entre eux à une espèce précise.

11Les sept gravures sur bois de notre guide de pèlerinage peuvent paraître bien marginales face aux cent soixante illustrations du livre. Elles reflètent pourtant, dans leur unité, l’essentiel des questions que soulève l’ouvrage. En matière éditoriale, tout d’abord, on voit bien le spectre très large qui va de l’adéquation stricte et précise entre texte et image à l’ajout presque inopiné de deux planches qui constituent une sorte de sous-ensemble à elles seules mais n’ont aucun lien avec le texte. Dans l’économie générale du livre, on constate par ailleurs que ce qui veut apparaître a priori comme un guide de pèlerinage de Venise en Terre sainte – et l’est en effet pour une grande part – n’échappe pas à une forme de détournement encyclopédique qui vise à embrasser non seulement les lieux qui ne sont pas saints, mais les grandes villes, les peuples qui les habitent, les religions qu’on y pratique, les paysages et leurs composantes végétales et animales. Le long titre du guide, dont la typographie distingue l’essentiel du propos, le Viaggio da Venetia al santo Sepulcro et al monte Sinai, des ajouts que sont les illustrations (« co’ disegni ») et autres compléments (« con additione »), distingue clairement objet premier du discours et digressions. Pourtant, la présence de ces dernières apparaît très tôt aux auteurs des guides comme des éléments secondaires, certes, mais indispensables à l’économie d’un ouvrage qui reste, aux yeux de son public, un témoignage d’un monde lointain et exotique. Dans cette perspective, la présence d’un bestiaire s’impose comme une évidence, même si, somme toute, l’auteur ne fait que répéter un discours qui peut paraître convenu. Trois des sept gravures de cette iconographie animale, enfin, apparaissent, dans ce guide en particulier, comme fortement ancrées dans une logique polémique qui invite à une reconquête des Lieux saints. La bestialité simiesque des musulmans, pourtant devenus les maîtres des sites les plus sacrés du christianisme, doit susciter chez le lecteur ou l’auditeur un sentiment de révolte et d’indignation. Les brimades continues, les taxes exigées, les souffrances endurées, tout doit conduire à une nouvelle guerre sainte contre les Infidèles. Dès lors, le pèlerin se fait aussi espion et s’attache à la description des forteresses, à la présence de garnisons ici ou là, et à l’armement de l’ennemi. Cette propagande ne saurait toutefois se départir d’une culture acquise, souvent loin de la réalité, où triomphe encore l’éléphant des Carthaginois ; mais un éléphant que les troupes romaines, déjà, ont vaincu, dans l’Antiquité.

Haut de page

Notes

1  La représentation de Jérusalem et de la Terre sainte dans les récits de voyageurs européens au XVIe siècle, sous la direction de J.-L. Nardone, Paris, Honoré Champion, 2006.

2  Nous avons introduit, annoté et traduit notre texte en collaboration avec Mme Jacqueline Malherbe-Galy.

3  Qu’il nous soit permis de renvoyer ici à l’un de nos articles que complète l’introduction critique de notre édition bilingue (cf. supra note 1) : Étapes adriatiques du pèlerinage en Terre Sainte (Venise, 1533), in D’Adriatique et d’Italie, colloque international organisé par l’Université de Toulouse-Le Mirail, publié dans la « Collection de l’É.C.R.I.T. », n°1, Toulouse, 1996, pp. 33-58.

4  L’édition de 1614 en effet mentionne, la première, le nom de Noè : Viaggio da Venezia al santo Sepulcro et al Monte Sinai. Col dissegno delle città, castelli, ville, chiese, monasterij, isole, porti et fiumi che sin là si ritrovano, et una breve regola da luoco a luoco sì di datij, come d’altre cose. Composto fedelmente dal R. Noè dell’Ordine di S. Francesco. Aggiuntovi il modo di pigliar le S. Indulgenze et a che chiese, monasteri et altri luochi siano concesse. Di nuovo aggiuntoci una tavola che denota quante miglia sono da luoco a luoco insino a Gierusalem. Elle est du même éditeur que celle de 1618 conservée à Paris, à la Bibliothèque nationale de France.

5  Cette phrase semble renvoyer aussi à l’illustration.

6  Nisalo dans notre texte et non l’actuel proboscide.Le terme médiéval français pour désigner la trompe est « nasal ».

7  Le possessif nous rappelle que les mesures variaient avec les régions et les pays.

8  Le mot palazzo peut avoir le sens de « palais » ou celui de « maison », mais le premier nous semble mieux exprimer l’étonnement de l’auteur devant tous ces animaux exotiques qui ont une taille ou une particularité extraordinaire.

9  « Tout noirs » ou « tous noirs ». Ces noirs, cités entre girafes et léopards, ne seraient-ils pas des esclaves qui, comme les animaux, étaient destinés à la vente ? À moins qu’il ne s’agisse de singes, comme le laissent penser d’autres illustrations.

10  Molefine dans le texte : sans doute faut-il lire mol[le] e fine.

11  À en croire l’illustration, il s’agit de la chèvre mambrine, déjà décrite précédemment.

12  Le syrien d’Égypte est un mouton de race asiatique, à la toison brune. Sa queue se charge de graisse et forme ainsi une lourde masse qui pèse jusqu’à douze kilogrammes.

13  Cf. supra note 2.

14  Dans son étude fondamentale (Le crépuscule du Grand voyage. Les récits des pèlerins à Jérusalem [1458-1612], Paris, Honoré Champion, 1999), Marie-Christine Gomez-Geraud rappelle que le coût induit par la présence de gravures dans les livres a entraîné une diminution significative de ces dernières. Ainsi, dans les années 1530-1570, 20% sont des livres à figure, puis 15% entre 1570 et 1600 et seulement 10% dans la première moitié du XVIIe siècle. Les guides de pèlerinage échappent à cette rapide décroissance et plus de 20% sont illustrés, même au XVIIe siècle : parce que « le pèlerin a besoin de ses yeux pour croire ».

15  Contrairement à la taille douce de la gravure sur cuivre, plus chère, la gravure sur bois s’use plus rapidement : on ne peut guère dépasser les quatre cents exemplaires d’un tirage et seuls les cent premiers, souvent, sont vraiment de qualité.

16  Ce type de guide trouvait aussi un public attentif, y compris dans les campagnes, lors de lectures en chaire par exemple. Car pour toutes les populations dans l’incapacité d’accomplir un pèlerinage réel (femmes, vieillards, malades notamment), il était licite d’accomplir en pensée de tels voyages.

17  Voir aussi Aristote, Histoire des animaux, V, 13.

18  La dernière présence remarquable fut celle d’un éléphant capturé en Terre sainte que Frédéric II conduisit devant les remparts de Crémone assiégée en 1214. Mais en Orient, en 1398, Tamerlan parvint à semer la panique dans une armée indienne montée sur plus d’une centaine d’éléphants en envoyant dans ses rangs des chameaux qui traînaient de la paille enflammée.

19  Voir notamment les livres XXI et XXVII. Il n’est pas exclu d’ailleurs que la gravure présentée dans le guide ait été déjà employée pour l’illustration de ces chapitres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°10, Arches de Noé [1], 2006

Référence électronique

Jean-Luc Nardone, « Sept planches d’iconographie animalière dans le Viaggio da Venetia al santo Sepulcro (1519) », Italies [En ligne], 10 | 2006, mis en ligne le 13 mars 2009, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://italies.revues.org/709 ; DOI : 10.4000/italies.709

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Nardone

Université de Toulouse

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org