Navigation – Plan du site
Bien se conduire ? Pas si facile...

Du bon exemple de l’autobiographie aux laxismes épistolaires : les “écarts de conduite” de Massimo d’Azeglio

Laura Guidobaldi-Pagliardini
p. 103-123

Résumé

La comparaison des différents registres d’écriture dans l’œuvre de Massimo d’Azeglio révèle une personnalité riche, complexe, parfois contradictoire. Si, dans son autobiographie, sa spontanéité et les divers élans de son caractère sont canalisés dans une écriture exemplaire de formation, il en va tout autrement dans sa correspondance épistolaire. L’étude de ses lettres met en relief de nombreux “écarts de conduite”, qui peuvent aller de la dérision à la colère, en passant par la provocation.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XIXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Massimo d’Azeglio, I miei ricordi, a cura di A. M. Ghisalberti, Torino, Einaudi, 1971, 457 p.

1Considérée dans son ensemble, l’œuvre de Massimo d’Azeglio est une polyphonie de discours et de registres d’écriture. À travers ces différents modes de communication, d’Azeglio s’est formé et s’est construit en tant qu’écrivain et en tant qu’homme. La distinction entre divers domaines scripturaires implique, évidemment, des différences d’ordre stylistique, tonal et thématique. C’est d’autant plus vrai que l’œuvre de d’Azeglio s’est constituée pendant une période de cinquante ans, au cours desquels elle a enregistré l’évolution du contexte social, historique et politique, vécue par notre auteur. Parmi ses écrits, I miei ricordi1, rédigés à la fin de sa vie, opèrent la synthèse de différentes formes antérieures de communication, notamment le discours épistolaire et le “discours” iconographique. Les mémoires de d’Azeglio se présentent comme le testament idéologique de l’écrivain. Il y déclare ouvertement un propos pédagogique par lequel il entend inciter les jeunes Italiens de la deuxième moitié du XIXe siècle à devenir de bons citoyens en respectant les règles de la sociabilité.

2Mais avant d’en arriver à la rédaction de I miei ricordi, l’auteur s’interroge ; au fil des ans il se remet en question dans ses écrits et dans ses actes politiques. Faut-il voir alors en Massimo d’Azeglio un écrivain qui se veut lui-même un exemple de bonne conduite et se propose comme tel à ses lecteurs ? Probablement, si l’on considère certains des thèmes qu’il aborde. L’exemplarité, dans ses formes et à travers ses significations multiples, devient même, pour lui, la clef d’une quête ontologique. Toutefois, d’Azeglio a souvent été l’auteur d’incontestables écarts de conduite, qui ont révélé son caractère complexe et imprévisible.

3C’est ce que montre l’écriture épistolaire qui, en tant qu’écriture de l’immédiateté, se prête davantage au libre épanchement de l’âme. Le currente calamo court parfois trop vite et s’autorise des débordements. Il n’est pas rare, en effet, que, dans sa correspondance, Massimo d’Azeglio s’écarte de la “bonne conduite” qu’il faut afficher dans l’entourage social et intellectuel auquel il appartient. En réalité, ces “dérapages” épistolaires, ces “mauvais exemples” de l’écriture traduisent souvent une forme de provocation ou une volonté de prendre du recul. Il peut aussi s’agir de l’affirmation d’un principe, d’une idée, d’un combat, qu’ils soient de nature morale, civique ou politique. Autant de modalités, en somme, de la quête de soi à laquelle l’écrivain piémontais s’est assidûment consacré.

L’Origine e scopo dell’opera : une longue captatio benevolentiae

  • 2  Il estimait prématurée l’Unification de l’Italie, le pays n’étant pas encore prêt, selon lui, à gé (...)
  • 3  Massimo d’Azeglio, op. cit., pp. 3-9.

4Lorsqu’il rédige son autobiographie, Massimo d’Azeglio se trouve dans une situation d’isolement. C’est le début des années 1860 : il quitte la scène politique où il ne se reconnaît plus2. Il vit retiré, se consacrant entièrement à l’écriture (et à la peinture). Mais son désir d’avoir des interlocuteurs est toujours présent. S’il écrit pour être lu, il veut avant tout plaire, convaincre ses lecteurs et se faire accepter par la médiation de l’écriture. C’est ce que révèle le préambule de son autobiographie, Origine e scopo dell’opera3, où il se garde de tout écart qui pourrait compromettre son “pacte de lecture”.

5Par le biais de ce discours liminaire, d’Azeglio explique au lecteur son projet d’écriture et, pour ce faire, il présente de façon très articulée sa propositio argumenti. Il développe d’abord une réflexion complexe sur la genèse et sur la raison d’être du récit de sa vie. Il adopte un certain recul qui lui permet d’examiner son propos autobiographique avec un sens critique où s’expriment ses doutes et ses interrogations :

  • 4  Ibidem, p. 3.

Da parecchi anni mi si viene affacciando il progetto di scrivere l’istoria della mia vita. Ma ogni qualvolta quest’idea, anzi questo desiderio mi si presenta alla mente, rimane tosto avviluppato e reso inerte da mille dubbi.4

  • 5  Gilles Declercq, Rhétorique et polémique, in La parole polémique, Paris, Champion, 2003, pp. 19-20

6Cette marque de prudence et de modestie, soulignée par l’incertitude lexicale entre idea et desiderio, révèle un sentiment de timidité paradoxal ou du moins insolite chez un autobiographe. L’auteur exprime sa perplexité à l’égard de son projet, la crainte qu’il ne soit que le fruit de l’orgueil et de la vanité intellectuelle « qui dévaste le champ de la raison humaine en déployant ses stratagèmes de promotion de soi »5. Son attitude est une forme de “doute méthodique” caractérisé par un esprit critique envers soi-même. Raconter son “moi” est un acte de connaissance adressé aux autres mais adressé à soi-même aussi. Le fait de douter témoigne d’une quête ontologique qui a d’abord pour effet de conférer une crédibilité majeure à la démarche autobiographique.

  • 6  Philippe Lejeune, Le pacte autobiographique, Paris, Seuil, 1975, 358 p.
  • 7  Jean-Philippe Miraux, L’autobiographie. Écriture de soi et sincérité, Paris, Nathan, 1996, p. 27.
  • 8  Philippe Lejeune, L’autobiographie en France, Paris, Colin, 1971, p. 17.

7D’Azeglio veut faire son “autoportrait”, ce qui ne peut advenir sans quelques nuances entre sa vérité et “la” vérité. Sa vérité ne prétend pas à l’exactitude qu’on attend, par exemple, du récit qu’un biographe ferait de la vie d’un grand personnage. L’autobiographie n’est pas la biographie. La vérité revendiquée par d’Azeglio renvoie à ses propres sentiments. Il serait opportun de l’appeler donc “sincérité”. Il s’agit du pacte de référence6 : « L’autobiographie, dont le discours est fondé au moment du pacte, est gagée sur le réel, non sur le vrai »7. Le genre autobiographique, « genre fiduciaire »8, implique un interlocuteur, en l’occurrence le lecteur. D’Azeglio fait vœu de sincérité à plusieurs reprises, scellant ainsi un pacte de confiance avec son lecteur. Il est donc important de comprendre quelle sorte de relation l’auteur entend instaurer avec son lecteur.S’agit-il de sincérité ou de prudence rhétorique ? Peut-être les deux. La suite du discours est constituée, en effet, par trois questions rhétoriques :

  • 9  Massimo d’Azeglio, op. cit., p. 3.

Merita la mia vita d’esser narrata ? Perché sento io il desiderio di narrarla ? Mi muove un sentimento lodevole, od è questo un laccio che mi vien teso da un volgare e malaccorto amor proprio ?9

  • 10  Ibidem.

8Le doute suppose et entraîne la réflexion. D’Azeglio commence d’emblée en donnant le bon exemple et, implicitement, il invite aussi son lecteur à la réflexion. La finalité de cette démarche est de rendre le lecteur plus indulgent et de l’inciter à l’écoute. L’auteur, par le doute et la réflexion, essaie d’esquiver ce laccio qui pourrait fourvoyer son récit et l’empêcher d’atteindre son but. Tout acte autobiographique est, sinon un désir d’être compris et apprécié, du moins une attente tacite d’écoute. Dans ces conditions l’exorde, véritable démonstration de modestie, assume pleinement les caractéristiques d’une captatio benevolentiae. D’Azeglio y insiste sur la nécessité de se montrer sincère et équilibré dans le récit de sa vie : « […] il farsi da sé in certo modo il processo è utile a noi stessi […] purché il giudice sia giusto, illuminato e sincero. Resta a vedersi se saprò io poi esser tale »10.

9Cet acte d’humilité est poussé jusqu’à l’expression d’une véritable remise en question de soi. D’Azeglio compare son espace autobiographique à une salle de tribunal (par la tenue d’un procès et la présence d’un juge) où lui-même, auteur et sujet du récit, présumé coupable ou innocent, sera finalement jugé par le lecteur. Il implique totalement le lecteur dans son récit, l’invite à interagir avec lui et à réagir au fil des pages :

  • 11  Ibidem.

Tuttavia non è male che, per prima prova di sincerità, dia al lettore questo consiglio. Quando dirò male di me creda pure tutto ad occhi chiusi ; quando ne dirò bene gli tenga aperti.11

  • 12  Ibidem.
  • 13  Ibidem.
  • 14  Christophe Cervellon, Mesure et démesure, Paris, PUF, 2003, p. 31.

10L’espace et les modalités de l’écriture autobiographique s’avèrent particulièrement propices à un acte d’autoaccusation ou d’autodéfense. La première partie de l’Origine e scopo dell’opera peut effectivement rappeler à la fois un réquisitoire et un plaidoyer. C’est un choix rhétorique conforme aux codes de la captatio benevolentiae.Il s’agit en quelque sorte d’une précaution oratoire qui consiste en une longue autocritique. D’Azeglio explique un peu plus loin que son intention consiste à « fare di me uno studio morale e psicologico, cercando di conoscermi e di descrivere a fondo la natura mia »12. Il précise que son analyse tiendra compte aussi bien des inclinations positives que des inclinations négatives de son caractère. D’Azeglio affiche une nouvelle fois un sens de la mesure et une capacité à parler de lui-même avec une apparente objectivité : « Tutto quel poco che può essere di buono in me »13. Cette démonstration rhétorique de “bonne conduite” est une condition préliminaire qui doit lui permettre de s’attirer la sympathie et l’indulgence du lecteur afin de l’entraîner plus loin dans la lecture de l’autobiographie. Mais, derrière la démarche rhétorique, il faut aussi voir dans ce sens de la mesure une volonté de se connaître, de trouver sa place dans le monde : « La mesure est un principe d’intelligibilité ; si l’homme n’avait pas une mesure, il ne pourrait rien connaître de lui-même […]. L’homme mesuré a trouvé sa place dans le monde »14.

11Au terme de cette première partie de son prologue, d’Azeglio résume brièvement son projet en énonçant de manière synthétique sa propositio argumenti :

  • 15  Massimo d’Azeglio, op. cit., p. 6.

Ora, dunque, è mio disegno che questo scritto serva tutt’insieme a narrare la mia vita, a narrare i fatti delle persone degne, che o m’appartengono ovvero incontrai, e, finalmente, che sia una specie di breve monografia di casa nostra e non ne lasci così subito perire la memoria nel cuore de’ miei concittadini.15

  • 16 Ibidem, p. 7.
  • 17  Cf. Umberto Levra, Modelli educativi della nobiltà piemontese a fine Settecento : il “Veni mecum” (...)

12Par moments il se met en retrait, annonçant son intention de parler aussi des persone degne, c’est-à-dire de présenter des cas exemplaires de bonne conduite qui ne sont pas le fait de sa seule personne. D’Azeglio manifeste ainsi un individualisme relatif et mesuré, faisant de son autobiographie un “lieu de rencontre” non seulement entre son lecteur et lui, mais aussi entre son lecteur et les tierces personnes qu’il convoque dans le récit de sa vie. Il déclare ensuite : « Detto così dello spirito del mio lavoro, dirò ora della forma »16. La manière dont d’Azeglio évoque cette nouvelle articulation dans son discours est symptomatique : le choix lexical de spirito, plutôt que contenuto ou materia, reflète une dispositio animi où la mémoire privilégie l’héritage de l’éducation qu’il a reçue et de la tradition dans laquelle il a été élevé17.

13L’écrivain consacre deux pages de son discours liminaire à son elocutio, dont la stratégie est directement liée à la présence du lecteur. Le geste autobiographique de d’Azeglio convoque et sollicite constamment le lecteur, et l’on pourrait aller jusqu’à dire qu’il n’existe que par la présence du lecteur. Procédant par apostrophes et injonctions, l’auteur “dialogue” avec son lecteur. De sorte que l’acte autobiographique n’existe que parce que le lecteur existe. D’Azeglio “déploie” un certain art de plaire qui repose sur les principes basiques de la bienséance de son époque. Plusieurs passages du prologue sont consacrés à l’explication de sa conception du bene dicere :

  • 18  Massimo d’Azeglio, op. cit., p. 7.

Io credo che per scrivere bene, bisogna in ogni caso scrivere come si parlerebbe ad una compagnia amica, ben educata, composta d’uomini rispettabili e di donne oneste. Basta astenersi dalle sconvenienze e da certe trivialità ; tutto il resto si può dire francamente, col medesimo stile e le medesime parole. […] gli scrittori illeggibili […] scrivano invece come parlano in buona compagnia, e saranno letti come ascoltati con piacere.18

  • 19  Philippe Lejeune, L’autobiographie en France, cit.

14Appliquant à son texte le procédé de la réflexivité19, il établit un constat critique sur sa propre façon de construire son autobiographie. Il s’agit pour lui de faire coïncider son discours avec le public auquel il s’adresse. Or dans son pacte de lecture il convoque explicitement son lectorat. Il n’est pas difficile de reconnaître, dans cette compagnia amica, le public idéal auquel d’Azeglio souhaite s’adresser. En quelques mots, il brosse le “portrait” de l’auditoire qu’il souhaite avoir. Les épithètes rispettabili et oneste, sont explicites quant à ses attentes. On retrouve ici le modèle de la parfaite société à laquelle il aspire, une société fondée sur de hautes valeurs morales, sur l’honnêteté et sur l’intégrité. Il dessine ainsi les contours d’une micro-société idéale, représentative de la macro-société italienne qu’il appelle de ses vœux. C’est à ce public-là que d’Azeglio entend s’adresser en s’efforçant de lui soumettre un discours approprié.

  • 20  Massimo d’Azeglio, op. cit., p 7.
  • 21 Ibidem, p. 8.

15D’Azeglio apostrophe directement son lecteur (« E veda se è vero ! »)20, faisant de ce procédé rhétorique un usage récurrent dans son autobiographie. Pour lui, la sociabilité de I miei ricordi implique une forte oralité qui se traduit dans son texte par le recours au sermo quotidianus. En réalité, d’Azeglio simule une conversation in præsentia avec son lecteur. Une autre modalité du pacte de lecture est formulée par l’auteur dans son intention de vouvoyer le lecteur : « Gli do di lei [sic] secondo il costume italiano »21. D’Azeglio souhaite donc maintenir entre lui-même et le lecteur la distance apte à garantir le respect qu’il lui doit, dans le souci essentiel d’être écouté et estimé. Il se conforme à une ligne de conduite qui ne tolère le tutoiement que lorsqu’on s’adresse à un ami ou à un parent (ce qui, à l’époque, est loin d’être systématique).

  • 22 Ibidem, p. 9.

16Au moment de conclure, d’Azeglio interpelle une fois encore son lecteur en lui laissant apparemment le choix de continuer à le suivre ou de l’abandonner : « Eccole, o lettore, il mio menu. Se le sembra che prometta venga con me. Se le pare da non fidarvisi [sic], ci troveremo in migliore occasione ; a rivederla, e stia sano »22. Il s’agit en réalité d’une formule de congé toute rhétorique. À ce stade de son exposé, il compte bien avoir conquis son lecteur, auquel il ne laisse qu’une alternative de pur principe. La métaphore du “menu” va dans le même sens, celui d’une complicité implicite avec son lecteur par le biais de l’humour. Derrière ce faux congé, c’est bel et bien une invitation à poursuivre la lecture qu’il faut voir.

17Dans son préambule à I miei ricordi, d’Azeglio est clairement guidé par le souci de la réception de son ouvrage et par l’évolution de cette réception dans le temps. Il définit un horizon d’attente à partir duquel le lecteur est appelé à comprendre et à apprécier son œuvre. L’écriture autobiographique s’inscrit donc dans une démarche de consensus, de conformité et d’alignement. Si elle s’efforce de ne jamais dépasser les limites de la bienséance, elle n’en laisse pas moins à l’auteur la liberté d’apporter sa touche personnelle et sa propre vision des choses. Le contraire serait, du reste, anormal dans le cadre d’une autobiographie.

  • 23  Massimo d’Azeglio, Epistolario(1819-1866), a cura di G. Virlogeux, Torino, Centro Studi Piemontesi (...)
  • 24  Brigitte Diaz, L’épistolaire ou la pensée nomade, Paris, PUF, 2002, p. 16.

18En revanche, l’approche d’autres registres d’écriture chez d’Azeglio peut révéler des écarts qui montrent une facette différente de sa personnalité. C’est le cas dans sa correspondance23, où la page épistolaire, en devenant un espace d’« initiation et d’invention »24 s’affranchit souvent des conventions de la bienséance. La lettre permet à d’Azeglio de laisser libre cours à des épanchements divers qui peuvent aller jusqu’à la provocation. De telles “négligences” sont généralement modulées par le registre de la confession et de l’intimité. Nous nous trouvons alors face à des défoulements, à des impertinences, à l’expression de malaises visant une personne en particulier ou une communauté, souvent des adversaires politiques. Il s’agit de laxismes qui se font l’écho d’une volonté de non-alignement, motivés par une situation familiale, sociale ou politique contraire aux attentes et à la personnalité de l’auteur. Mais le “dérapage épistolaire” traduit aussi un plaisir égoïste, un instant ludique, dans lequel il est possible d’appliquer de nouvelles règles du jeu plus excitantes.

La lettre comme espace de transgression et de démesure

19La correspondance de Massimo d’Azeglio offre un large éventail de modes d’écriture, qui confère à ses lettres un caractère complexe et fortement hétérogène. Les pages de l’Epistolario, pimentées de confessions intimes et d’indiscrétions diverses, se montrent riches en traits ironiques et autres formes d’excès de langage, dont le caractère rageur ou audacieux confine parfois à la vulgarité. Certains textes révèlent une personnalité inquiète, irritée ou exaltée, qui exprime par son geste épistolaire un besoin extrême d’anticonformisme, ou qui s’épanche en une sorte de cri de l’âme. Cela concerne plus particulièrement les lettres de jeunesse.

20Adolescent, d’Azeglio perçoit Turin comme une ville triste et en lente évolution, encore appesantie par l’étiquette de cour, le conformisme, les préjugés de classe et une bureaucratie étouffante. Il intègre, à l’âge de seize ans, le régiment du Piemonte Reale Cavalleria, expérience qui marque pour la première fois son éloignement du cocon familial. Massimo s’y montre d’un caractère impatient et quelque peu rebelle, qui s’accommode mal de la discipline militaire. Il éprouve le désir croissant de se consacrer à la peinture. En 1820, il décide de partir à Rome – ville qu’il avait déjà visitée auparavant avec son père – afin de devenir peintre professionnel. Ce départ est la conséquence, certes, de sa passion pour la peinture, mais aussi d’un malaise et d’une intolérance qui perturbaient la vie du jeune d’Azeglio depuis déjà quelques années. Son besoin de modernité, sa quête d’auto-définition, son aspiration à une vie indépendante sont à l’origine de ce voyage voué à la (re)découverte de soi. Il séjournera à Rome jusqu’en 1827.

  • 25  Michelangelo Pacetti (1793-1865), peintre de paysages, jeune Romain condisciple de d’Azeglio auprè (...)
  • 26 Epistolario, cit., vol. I, p. 26.

21Dans ce contexte, il mène une existence tantôt enivrante et libertine, tantôt paisible et réfléchie. Certaines lettres, notamment celles adressées à Michelangelo Pacetti25, témoignent autant de son enivrement que de sa quête d’apaisement de l’esprit. Le 24 juin 1825, lors d’un bref retour à Turin, il déplore : « Io sto qui in ventre di vacca tra mezzo ai codini […]. Appena finito il mio lavoro me ne vado in campagna ; proprio non mi ci posso vedere in città di questi tempi »26. Les métaphores à caractère péjoratif (ventre di vacca pour Turin, la ville du taureau, et codini pour ses habitants) soulignent le détachement psychologique sinon affectif de l’auteur à l’égard de son milieu, un sentiment critique exacerbé par l’étouffement.

  • 27  Il s’agit d’une période très fructueuse pour sa formation picturale. Il effectua son apprentissage (...)

22Sa nouvelle vie, au contact des peintres paysagistes les plus illustres en Europe27, est faite d’études “en plein air” et de vagabondages au milieu de la nature et des villages romains. Elle est scandée de phases alternées d’inquiétude et de sérénité, de quête d’identité et de bien-être, de passion et de réflexion. Si sa passion est motivée par la peinture, la nécessité qu’il éprouve de s’affirmer et de “se définir” passe aussi par l’expérience amoureuse. Il connaîtra l’amour passionné et orageux avec une femme mariée (de cette liaison naîtra sa fille Bice), mais aussi l’amour charnel et transgressif, libre, sans attache, avec de nombreuses autres femmes. Parmi les lettres qui rapportent des allusions à ses aventures galantes, nous retiendrons celle du 24 septembre 1827, dans laquelle d’Azeglio écrit :

  • 28 Epistolario, cit., p.36.

Del resto la mia vita qui sarebbe bellissima per chi ama di fare il panzanera, ma oramai mi son avvezzato a lavorare, e non sto mai tanto contento come quando […] mi pianto a lavorare lontano dal mondo, dalla carne e dai rompi coglioni. Tuttavia colla massima di prendere il mondo come viene me la passo : ho trovato delle belle puttane, ma proprio degne d’un imperatore, e che per pochi bajocchi vi danno un trattamento magnifico. Quando ci vedremo voglio che ci facciamo due risate ; ci ho portato Ceva ; vi lascio immaginare le scene !28

Et encore, celle du 17 novembre 1827 :

  • 29 Ibidem, p. 40. En 1827, du mois d’août au mois de décembre, d’Azeglio se trouve à Naples pour y rec (...)

Quel tristo umor che stilla dalla fica aveva prodotto tutti questi guasti. Spero verso il dodici potermi imbarcare, purificato di dentro e di fuori. Vi ricorderete che ogni tanto ero affetto di piccole ulceri [sic] nelle parti chiamate modestamente il cazzo : ora per bacco pare una triglia lavata dal mare, e spero quando si presenterà nuovamente nella società avrà il ricevimento che gli compete. […]. Sento che a Roma le povere puttane non sanno più come fare per tirare avanti, qui almeno chi ha denari se ne può tenere a letto una dozzina ed altrettanto per dar la muta, senza correr altro rischio di quello d’una brava polenta.29

  • 30  Cf. Cicéron, Epistulae ad familiares, Paris, Les Belles Lettres, t. I-XI, 1996.
  • 31 Epistolario, cit., vol. I,p. 13.

23Epistula non erubescit, comme aurait dit Cicéron30. La malice, la grossièreté et l’autodérision permettent à d’Azeglio de s’épancher sans freins inhibiteurs. Les métaphores hardies sur son aspect physique et sur ses aventures galantes à venir, expriment son besoin d’exutoire, de défoulement. C’est pour lui une façon de proclamer sa liberté et son indépendance. La réfutation de la mentalité bigote et codina, mal vécue lorsqu’il se trouvait à Turin, se traduit souvent par une attitude excessive, à l’opposé de ce qu’il veut fuir. Les lettres (mais aussi les dessins) sont parsemées de références à cette liberté inconditionnée. Les “errances” de d’Azeglio se traduisent par des lettres “vagabondes” et insoucieuses des normes esthétiques. Il s’agit de lettres tout à fait non conventionnelles. Cela ne contredit pas l’esprit du XIXe siècle, pour lequel la lettre, en tant que genre du naturel par excellence, n’est nullement “de convention”. Toutefois, le caractère “non conventionnel” de d’Azeglio épistolier réside avant tout dans une démarche provocatrice (« […] il parere delle persone più rispettabili, di tutti i codini parrucconi e secca co…i del paese […] »31). La provocation trouve dans l’espace épistolaire son lieu d’épanchement, qui se traduit par une auto-affirmation existentielle entre solitude et liberté :

  • 32 Ibidem.

Mamma voleva che andassi a passar l’estate a Torino ; […] me ne andrò invece solo, libero in mezzo alla macchia del Lazio a scordare le pazzie, che l’uomo, non pago dei mali inevitabili, va fabbricando per render ancor più misera la propria sorte.32

24Les hardiesses de langage sont généralement chez d’Azeglio les vecteurs du divertissement, de l’ironie et de l’autodérision. Ses dérapages linguistiques sont à la fois des “cris” libératoires et des élans ludiques de transgression des règles. Il joue avec les mots, mais aussi avec des représentations schématiques qui, à la manière d’idéogrammes ou de pictogrammes, prennent une signification sexuelle qu’il appartient au lecteur de traduire en paroles :

  • 33 Ibidem, p. 47. Le destinataire doit comprendre : “un cazzo che le fotta” (cf. ibidem, note 5).

L’articolo matrimonio sta ancora sospeso : m’hanno offerto diversa mercanzia […] ma aspetto di meglio […] ; c’è tanta abbondanza di questa specie d’animali che non c’è paura di restar senza : v’assicuro che […] si trovano a dozzine ragazze belle, buone, e ricche e pure restano colla loro santa verginità senza trovare un [dessin faisant allusion à un sexe masculin] che le [dessin faisant allusion à un sexe féminin].33

  • 34  Fernando Mazzocca, Disegni romani di Massimo d’Azeglio, in Disegni del XIXe e del XXe secolo, Gall (...)

25Dans le domaine plus proprement iconographique, les esquisses peuvent aussi prendre une fonction érotique. C’est le cas de la représentation du Viaggio in Albano accompagnée d’une note au crayon de l’auteur qui précise : Il sig. Massimo Taparelli che tiene il moccolo34. La situation représentée est particulièrement audacieuse, même si la présence d’un chapeau, en guise de “voile pudique”, semble vouloir rendre moins explicite sa signification érotique. La scène se déroule à l’intérieur d’un fiacre où un couple se livre à des ébats sexuels dans l’apparente indifférence d’une voyageuse, mais sous le regard amusé et complaisant de Massimo d’Azeglio. Ce dernier n’hésite pas à se représenter lui-même de manière très caricaturale, dans une attitude passive que symbolise le bougeoir qu’il tient dans sa main. L’effet de mise en abyme du “voyeurisme” (nous regardons d’Azeglio qui, de son côté, observe le couple), est renforcé par la présence d’une didascalie qui précise le “statut” passif de notre auteur. L’association des deux discours, le discours iconique et le discours textuel, sert ici de vecteur à une ironie dont d’Azeglio est la première cible, comme c’est souvent le cas dans ses dessins.

  • 35  Carlo Calcina était l’administrateur des biens de la famille d’Azeglio.
  • 36 Epistolario, cit., vol. I, p. 67.
  • 37  Salvatore Pes di Villamarina (1808-1877), neveu de Massimo depuis qu’il avait épousé Melania d’Aze (...)
  • 38 Epistolario, cit., vol. I, p. 357.

26Le dessin, en effet, a souvent été conçu par d’Azeglio comme un “terrain de jeu”, un espace de divertissement malicieux. Par sa charge ironique, c’est un discours “oblique” destiné à divertir in primis l’auteur lui-même. Il va jusqu’à faire de ses représentations iconographiques des lieux de mémoire auxquels il se référera en d’autres circonstances (notamment lorsqu’il rédigera son autobiographie). Lorsqu’il marie le dessin à l’écriture dans ses lettres, il invite bien évidemment un destinataire désigné à partager son plaisir et à devenir son complice. L’originalité de certaines lettres est même fondée sur ce principe. Nous pensons à la lettre adressée à Carlo Calcina35 le 25 mars 1831 : « Ad Antonietti chirurgo debbo 4 visite fatte al mio [dessin d’un postérieur] quando stava in disordine »36. Sa correspondance avec son ami Salvatore Pes di Villamarina37 en offre une illustration un peu différente. D’Azeglio dessine un “p” majuscule à l’intérieur d’un “q” majuscule (avec l’évidente intention de suggérer un coup de pied aux fesses) : « ad Emanuel gli darai un [idéogramme] per parte mia in segno del mio affetto »38.

27Ces cas sont cependant limités et les mots restent les principaux vecteurs de l’ironie dans la correspondance de d’Azeglio. Il ne se prive pas de les utiliser dans un style très imagé et souvent caricatural, lorsqu’il brosse le portrait satirique de certaines personnes de son entourage plus ou moins proche :

  • 39 Ibidem, pp. 18-19.

Costanza mi domanda nuove della Filippi, e di Casanova. […]. La prima dopo un corso completo di scienza erotica, si è finalmente fissata (cosa che stupisce ognuno) col figlio dell’incendiario di Mosca ; non è bello, ma ha molto spirito ; ha però un asma [sic] che pare un catenaccio di cantina, e la ginnastica che gli fa far la signora non glielo guarisce. La seconda è in mezzo d’una strada in questo momento : le offerii per il mese che stetti a Firenze, di fare la sua felicità, e non volle, […] mi ridussi dunque a qualche incursione per foraggiare il paese nemico […]. Dirai dunque a Costanza […] di non opporsi ai minuti piaceri della sua amica, piaceri dei quali so avere essa strettissimo bisogno ; avrei da dirti mille fatterelli riguardo a lei e ai suoi amori, ma non posso per iscritto.39

28Dans cette lettre du 25 janvier 1824, il s’adresse à son frère Roberto, qui incarne à la fois la rigueur morale héritée de la tradition familiale et une relative indépendance politique vis-à-vis de cette même tradition. Ici, d’Azeglio en appelle à la complicité ludique de son frère, tout en respectant une certaine limite, marquée par l’omission finale – et rhétorique, car riche en sous-entendus – de détails érotiques. Toutefois, dans la même lettre, il est capable d’exprimer des sentiments et une tonalité bien différents, en particulier lorsqu’il confesse à Roberto :

  • 40 Ibidem, p. 18.

Però il vuoto dell’esser lontano dalla famiglia si fa sentire ; a papà voglio bene, ma ci ha guariti dalla tenerezza sensibile, col modo di trattarci da ragazzi : almeno bene o male che faccia, io la sento così. Ma se potessimo far tanto di riunirci, […] potremmo finir una volta di vivere come i bastardi.40

29La tonalité de ces lignes est particulièrement mélancolique. Elle exprime la nostalgie d’une mémoire familiale qui sera, par la suite, assimilée de façon toujours plus consciente, et qui sous-tendra la poétique de l’autobiographie. Le rapprochement de ces deux extraits illustre le paradoxe des styles et des sentiments qui cohabitent et s’épanchent dans les pages de la correspondance romaine.

  • 41  Cf. Georges Virlogeux, Gli uomini : Massimo d’Azeglio torinese, italiano, europeo, in Milleottocen (...)

30La place et l’importance de Turin et du Piémont dans les lettres de d’Azeglio, durant tout son séjour romain et au-delà, ne sont pas les simples manifestations d’une nostalgie plus ou moins inconsciente. Bien au contraire, elles participent “sciemment” d’un processus de transformation progressive que d’Azeglio appellera lui-même sa spiemontizzazione41. Il ne renonce pas pour autant au modèle piémontais en matière de valeurs morales et de civilisation, de même qu’il ne renie en rien l’exemple et les enseignements que lui ont légués ses parents, dignes représentants d’une aristocratie “éclairée”. Il revendiquera plus tard cet héritage, lorsqu’il s’engagera dans son combat pour la défense de la cause nationale. La spiemontizzazione n’est en fait, pour d’Azeglio, qu’un préalable à l’italianizzazione : il se libère d’une vision vétuste et rétrograde de l’Histoire, pour ne garder de la tradition piémontaise que les valeurs positives et créatrices, nécessaires à la formation d’une conscience nationale.

  • 42  Cf. Georges Virlogeux, Massimo d’Azeglio cospiratore prima del 1847, in Sentieri della libertà e d (...)
  • 43  Tommaso Tommasoni (1824-1856), politicien, homme de lettres et journaliste. Il fut secrétaire et a (...)

31L’action politique de d’Azeglio est documentée par une volumineuse correspondance, dans laquelle la combativité le dispute souvent à la diplomatie. Dans leur continuité chronologique, ces lettres mettent en lumière une dialectique politique scandée de différends et de discussions enflammées. La correspondance “politique” est pour d’Azeglio une arme efficace dont il use avec véhémence pour affirmer ses positions. Ses lettres sont autant de « pistole corte »42 avec lesquelles il vise ad personam et atteint ses adversaires. Dans une missive du 12 juillet 1849, adressée à Tommaso Tommasoni43, il s’en prend sans ménagement à l’action et à la personne de Mazzini, avec qui il se trouvait toujours en désaccord sur la façon d’opérer en politique :

  • 44 Epistolario, cit., vol. V, p. 138. D’Azeglio fut toujours opposé à la politique de Mazzini, car il (...)

Insomma è accaduto (non per vantarmi) quello che sono andato predicando, col medesimo frutto di Cassandra, da circa due anni ; e, cercando l’impossibile, s’è perduto non solo il possibile ma il certo. In grazia di Mazzini e di tutta la turba di chi vuol farsi un mondo nuovo per applicargli la sua politica e non prendere il mondo com’è e tagliar la politica al suo dosso, stiamo un po’ peggio di prima […]. Mazzini intanto se ne sta in Inghilterra fresco come una rosa, e chi ha avuto le sue, se le tiene. Dicono ancora che gl’Italiani son furbi. Vorrei almeno sapere se il grande apostolo s’è levata una volta la curiosità di sentir l’odor della polvere. Questa volta confesso che credevo avesse sentito il bisogno di lavarsi dalla taccia di poltrone che s’è acquistata ; e pensavo profittasse dell’occasione. Mi sono ingannato.44

32Le réquisitoire est accablant. D’Azeglio adopte le mode de l’accusatio,n’épargnant pas ses sarcasmes à son adversaire, en particulier lorsqu’il utilise la comparaison (fresco come una rosa) et l’antiphrase (grande apostolo). L’ironie permet à d’Azeglio de présenter sous un éclairage caricatural le rôle de Mazzini dans la propagation des idées républicaines. Farouchement opposé aux initiatives politiques de son adversaire, il n’avoue s’être trompé sur lui, à la fin de son acte d’accusation, que pour mieux démontrer combien il a eu raison de ne pas lui faire confiance. La portée de son attaque est, par ailleurs, décuplée par le fait que, bien que sa lettre soit adressée à un seul destinataire, ce dernier appartient à un réseau journalistique très actif. Or les lettres de nature politique, dans cette période particulièrement sensible du XIXe siècle, jouaient aussi le rôle d’un forum virtuel où les idées circulaient à grande vitesse.

33Les emportements politiques de d’Azeglio trouvent bien d’autres échos, dans ses lettres, souvent même dans sa correspondance familiale, avec pour résultat l’imbrication de différents registres thématiques comme celui de la sphère privée et celui des affaires publiques. Le 20 mai 1849, il écrit, par exemple, à son neveu Emanuele, une sorte de cahier de doléances concernant les désagréments que lui cause sa récente nomination au poste de Président du Conseil :

  • 45  Ibidem, p. 26. Porco da uva est une expression qui fait allusion à la paresse d’Emanuele, peu pres (...)

Quando nella tua adolescenza ti dicevo che eri un porco da uva, e lo saresti stato sempre, lo vedi se avevo ragione ? […] Già ho bisogno di prendermela con qualcuno per sfogarmi, che m’hanno tanto rotto i c…i [sic] […]per mettermi in questa trappola […] e mi tocca far una vita che vorrei piuttosto fare il postiglione ! […] Vorrei avere un legno verde da una mano e dall’altra quel birbone che ha inventata la presidenza del consiglio […] e poi so io quel che farei […]. Se almeno potessi empirmi il corpo col solito parolone : Fo il bene del paese ! ma invece, credo io, fo il bene del diavolo che li porti, che ti sfido io a cavarci costrutto con questi capi matti.45

34Dans cet extrait, il est évident que la colère et le dépit de d’Azeglio se déversent sur son neveu qui subit les conséquences d’une attaque dont il n’est pas la véritable cible. Emanuele, « porco da uva » dans le bestiaire de d’Azeglio, fait plutôt figure de bouc émissaire et, du reste, il est implicitement désigné comme tel par son oncle (« Già ho bisogno di prendermela con qualcuno per sfogarmi »). Soucieux du bon déroulement de l’action gouvernementale, d’Azeglio est coutumier de ces sautes d’humeur, par lesquelles il entend dénoncer l’inutilité ou le caractère nocif de certaines propositions et décisions politiques. Dans le même ordre d’idées, d’Azeglio laisse libre cours à son indignation dans une autre lettre, qu’il adresse à Salvatore Pes di Villamarina, le 29 décembre 1850 :

  • 46  Luigi Cesare Bollea, Una silloge di lettere per il Risorgimento, Torino, Bocca, 1919, p. 36.

Qui le cose vanno bene. V’è bensì il partito austro-codino-clericale-puttano-cortigianesco che fa la levata in massa, e ci ha dichiarata apertamente la guerra. Guerra sia. Ma io ho un’armatura che non hanno loro. Perché a loro glien’importa e molto [sic] di perder l’impiego e a me niente affatto. Si combina però che io avendo rotto i c…i al Re in modo barbaro, anche lui ne ha uno pieno e l’altro che versa e ne hai avuto una prova.46

  • 47  Élu député depuis 1848, Cavour intègre le gouvernement dirigé par d’Azeglio le 11 octobre 1850, en (...)

35D’Azeglio s’exprime comme s’il était en présence de son destinataire, l’extrême oralité de sa lettre semble annuler toute distance. Pour expliquer la situation politique du moment, il tresse une chaîne ironique d’épithètes, qui présente une gradation négative en commençant par un registre idéologique, pour se terminer par des connotations péjoratives d’assujettissement. Celui qui s’exprime, c’est le publicus d’Azeglio, Président du Conseil, pourtant peu attaché au prestige de sa fonction. Il s’en prend à une catégorie politique opportuniste et conservatrice, voire réactionnaire, proche du pouvoir autrichien. La démarche est ouvertement polémique. Il s’agit d’une attaque en règle, motivée par l’entreprise de modernisation du Piémont, dans laquelle d’Azeglio s’était engagé aux côtés de Cavour, récemment entré au gouvernement47.

  • 48 Epistolario, cit., vol. II, p. 330. Il s’agit d’une lettre dans laquelle d’Azeglio explique sa posi (...)

36Nous pourrions multiplier les exemples, mais cela risquerait de nous entraîner dans une perception erronée de la personnalité de Massimo d’Azeglio. Il est vrai qu’à maintes reprises la vivacité de son caractère et de ses réactions a pu l’entraîner dans les excès d’une “démesure” verbale, que reflète, en particulier, sa correspondance. Toutefois, le personnage, qu’il s’agisse de l’homme public ou de l’homme privé, a su aussi, tout au long de sa vie, garder un sens de la mesure que l’on pourrait résumer d’une phrase qu’il écrit à sa femme, Luisa Blondel, le 15 mai 1845, et qui pourrait être sa devise : « andare fino all’orlo di meritar la galera, ma non entrarvi »48. C’est pourquoi, prise dans son ensemble, et malgré les “écarts de conduite” que nous avons pu relever, sa correspondance ne témoigne pas d’un esprit fondamentalement différent de celui qui anime son autobiographie. S’il joue volontiers sur plusieurs tableaux, d’Azeglio parvient, au total, à trouver un équilibre qui confère à son écriture, sinon un caractère unitaire, du moins une cohérence de principe.

Conclusion

37Au cours de sa carrière politique, d’Azeglio a souvent épousé les lignes de force novatrices de certaines périodes, tout comme il a su prendre ses distances en d’autres circonstances. Dans les moments les plus délicats, ceux où ses “dérapages” auraient pu être lourds de conséquences, il a toujours été guidé par l’éclat d’une “lumière” qui lui a indiqué le choix de la modération. L’écriture enregistre ces “zébrures de l’âme” sur le papier. Discours autobiographique et discours épistolaire portent en filigrane les traces de son évolution. Si de nombreuses pages de la correspondance reflètent une attitude polémique de non-alignement, l’autobiographie peut apparaître, en revanche, comme une sorte de sublimation ou de filtre purificateur. D’Azeglio y consigne son bilan familial et historique d’un demi-siècle, en une synthèse mnémonique où il ne se souvient des “laxismes” du passé que pour mieux illustrer son idéal de conduite exemplaire à l’hiver de sa vie.

Haut de page

Notes

1  Massimo d’Azeglio, I miei ricordi, a cura di A. M. Ghisalberti, Torino, Einaudi, 1971, 457 p.

2  Il estimait prématurée l’Unification de l’Italie, le pays n’étant pas encore prêt, selon lui, à gérer un tel phénomène. Il désapprouvait radicalement les méthodes de Garibaldi. Il était opposé au choix de Rome comme future capitale de l’Italie, considérant que le passé historique de cette ville était incompatible avec l’Histoire du XIXe siècle.

3  Massimo d’Azeglio, op. cit., pp. 3-9.

4  Ibidem, p. 3.

5  Gilles Declercq, Rhétorique et polémique, in La parole polémique, Paris, Champion, 2003, pp. 19-20.

6  Philippe Lejeune, Le pacte autobiographique, Paris, Seuil, 1975, 358 p.

7  Jean-Philippe Miraux, L’autobiographie. Écriture de soi et sincérité, Paris, Nathan, 1996, p. 27.

8  Philippe Lejeune, L’autobiographie en France, Paris, Colin, 1971, p. 17.

9  Massimo d’Azeglio, op. cit., p. 3.

10  Ibidem.

11  Ibidem.

12  Ibidem.

13  Ibidem.

14  Christophe Cervellon, Mesure et démesure, Paris, PUF, 2003, p. 31.

15  Massimo d’Azeglio, op. cit., p. 6.

16 Ibidem, p. 7.

17  Cf. Umberto Levra, Modelli educativi della nobiltà piemontese a fine Settecento : il “Veni mecum” di Roberto di Lagnasco, in « Italies », Université de Provence, 2002, n° 6/1, pp. 103-115.

18  Massimo d’Azeglio, op. cit., p. 7.

19  Philippe Lejeune, L’autobiographie en France, cit.

20  Massimo d’Azeglio, op. cit., p 7.

21 Ibidem, p. 8.

22 Ibidem, p. 9.

23  Massimo d’Azeglio, Epistolario(1819-1866), a cura di G. Virlogeux, Torino, Centro Studi Piemontesi. Sont parus à ce jour : vol. I (1986), vol. II (1989), vol. III (1990), vol. IV (1998), vol. V (2002). Le projet de l’ouvrage prévoit au total dix à douze volumes.

24  Brigitte Diaz, L’épistolaire ou la pensée nomade, Paris, PUF, 2002, p. 16.

25  Michelangelo Pacetti (1793-1865), peintre de paysages, jeune Romain condisciple de d’Azeglio auprès de Verstappen. À cette époque Pacetti représentait le destinataire idéal, ce public nécessaire au déploiement de l’ironie de d’Azeglio. Comme l’explique, en effet, Florence Mercier Leca : « L’ironie, pour se déployer, a besoin d’une audience, admirative devant l’esprit du locuteur. » (Cf. L’ironie, Paris, Hachette, 2003, p. 72).

26 Epistolario, cit., vol. I, p. 26.

27  Il s’agit d’une période très fructueuse pour sa formation picturale. Il effectua son apprentissage artistique auprès de Martin Verstappen, peintre et lithographe flamand, qui travailla presque toute sa vie à Rome où il fut aussi professeur à l’Académie de S. Luca. Massimo fut en outre en contact avec un groupe de peintres tels que Woogd, Therlink, Chauvin, Corot et Granet, grâce auxquels il s’initia au vedutismo basé sur l’harmonie entre l’homme et la nature.

28 Epistolario, cit., p.36.

29 Ibidem, p. 40. En 1827, du mois d’août au mois de décembre, d’Azeglio se trouve à Naples pour y recevoir des soins, à la suite d’une maladie vénérienne.

30  Cf. Cicéron, Epistulae ad familiares, Paris, Les Belles Lettres, t. I-XI, 1996.

31 Epistolario, cit., vol. I,p. 13.

32 Ibidem.

33 Ibidem, p. 47. Le destinataire doit comprendre : “un cazzo che le fotta” (cf. ibidem, note 5).

34  Fernando Mazzocca, Disegni romani di Massimo d’Azeglio, in Disegni del XIXe e del XXe secolo, Galleria Carlo Virgilio, Roma, catalogo n. 9, 1984, p. 18.

35  Carlo Calcina était l’administrateur des biens de la famille d’Azeglio.

36 Epistolario, cit., vol. I, p. 67.

37  Salvatore Pes di Villamarina (1808-1877), neveu de Massimo depuis qu’il avait épousé Melania d’Azeglio, fille de Roberto, en 1834. Il fit une carrière de diplomate et revêtit des charges au sein du ministère de la guerre.

38 Epistolario, cit., vol. I, p. 357.

39 Ibidem, pp. 18-19.

40 Ibidem, p. 18.

41  Cf. Georges Virlogeux, Gli uomini : Massimo d’Azeglio torinese, italiano, europeo, in Milleottocentoquarantotto. Torino, l’Italia, l’Europa, a cura di U. Levra e R. Roccia, Torino, Archivio storico della città di Torino, 1998, pp. 387-396.

42  Cf. Georges Virlogeux, Massimo d’Azeglio cospiratore prima del 1847, in Sentieri della libertà e della fratellanza ai tempi di Silvio Pellico, a cura di A. Mola, Bastagi, 1993, p. 158.

43  Tommaso Tommasoni (1824-1856), politicien, homme de lettres et journaliste. Il fut secrétaire et aide de camp de d’Azeglio en 1847.

44 Epistolario, cit., vol. V, p. 138. D’Azeglio fut toujours opposé à la politique de Mazzini, car il était l’ennemi déclaré des révolutions et déplorait les méthodes adoptées par le fondateur de la Giovine Italia : « Non voglio dispotismo né dall’alto né dal basso, né di principi né di popolo, né di patrizi né di repubblicani. » (Cf. Massimo d’Azeglio, Scritti e discorsi politici, a cura di M. De Rubris, Firenze, La Nuova Italia, vol. II, pp. 27-36).

45  Ibidem, p. 26. Porco da uva est une expression qui fait allusion à la paresse d’Emanuele, peu pressé de répondre aux lettres de son oncle. (Cf. note n. 2).

46  Luigi Cesare Bollea, Una silloge di lettere per il Risorgimento, Torino, Bocca, 1919, p. 36.

47  Élu député depuis 1848, Cavour intègre le gouvernement dirigé par d’Azeglio le 11 octobre 1850, en tant que ministre de l’Agriculture et du Commerce.

48 Epistolario, cit., vol. II, p. 330. Il s’agit d’une lettre dans laquelle d’Azeglio explique sa position à l’égard de la censure, dans le cadre de son projet de publication de La Lega Lombarda.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°11, Bonnes manières et mauvaise conduite, 2007

Référence électronique

Laura Guidobaldi-Pagliardini, « Du bon exemple de l’autobiographie aux laxismes épistolaires : les “écarts de conduite” de Massimo d’Azeglio », Italies [En ligne], 11 | 2007, mis en ligne le 13 mars 2009, consulté le 26 mars 2017. URL : http://italies.revues.org/741 ; DOI : 10.4000/italies.741

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org