Navigation – Plan du site
Ah ! L'étiquette

Un manuel de savoir-vivre Giovanni della casa Galateo, ovvero de’ costumi

Théa Picquet
p. 419-435

Résumé

Écrit en hommage à Galeazzo Florimonte, évêque d’Aquin, le traité de Giovanni della Casa (1503-1556) utilise le subterfuge d’un vieillard illettré préoccupé d’enseigner les bonnes manières à un jeune garçon. Il met en garde contre les comportements à éviter en société et suggère les bonnes manières à respecter. Après avoir défini le contexte historique et présenté l’auteur, notre objectif est de montrer que les conseils prodigués reflètent une époque de crise morale et religieuse et qu’ils sonnent le glas de l’humanisme de la Renaissance.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Florence

Chronologie :

XVIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Montaigne, Essais, dans Œuvres complètes, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1962, p. 222.

Entre ma façon d’estre vestu et celle d’un païsan de mon païs, je trouve bien plus de distance qu’il n’y a de sa façon à un homme qui n’est vestu que de sa peau,1

  • 2 Ibidem, p. 899.

écrit Montaigne, dans ses Essais, en 1580, où il consacre également un chapitre à l’art de converser2.

  • 3  Édition de référence : Giovanni Della Casa, Galateo ovvero de’ costumi, dans Opere di Baldassare C (...)
  • 4  Laffont-Bompiani, Le nouveau dictionnaire des œuvres de tous les temps et de tous les pays, Paris, (...)

1De l’autre côté des Alpes, quelques années auparavant, Giovanni della Casa composait quant à lui un traité entièrement consacré aux bonnes manières, au long titre : Trattato nel quale sotto persona d’un vecchio idiota ammaestrante un suo giovanetto, si ragiona de’ modi che si debbono o tenere o schifare nella comune conversazione, cognominato galateo ovvero de’costumi3. Paru en 1558, ce Galatée marque une époque, puisque qu’il connaît un succès immédiat dans l’Europe entière, qu’il est réédité, traduit, cité, imité, tellement intégré dans la culture italienne que de nom de personnage il devient celui des traités de savoir-vivre et qu’il désigne l’ensemble des règles de la civilité4.

2Aussi, après avoir rappelé le contexte historique, présenté l’auteur, précisé les conditions d’écriture et la structure du traité, nous analyserons les conseils prodigués et montrerons comment ils reflètent une époque de crise morale et religieuse, sonnant ainsi le glas de l’humanisme de la Renaissance.

  • 5  Machiavel, La Mandragola, I 1 (Torino, Einaudi, 1967, p. 16).

[…] in capo di dieci cominciorno, per la passata del re Carlo, le guerre in Italia, le quale ruinorno questa provincia, deliberai di vivermi a Parigi, e non mi rimpatriare mai, giudicando in quello luogo potere vivere più sicuro che qui.5

3Callimaco se fait alors le porte-parole de Machiavel pour dénoncer la crise grave que connaît la péninsule italienne depuis la descente en Italie de Charles VIII en 1494.

4À cette date-là, la division politique de l’Italie est à son apogée, si bien que certains États font appel aux puissances étrangères. Le pape Innocent VIII recourt au roi de France contre Naples. Puis, comme le nouveau pontife Alexandre VI se réconcilie avec la cité parthénopéenne, le duc de Milan Ludovic le Maure sollicite à son tour Charles VIII. En 1499, le schéma est identique. Louis XII s’allie à Venise contre Milan, qu’il entend conquérir, et signe un traité de dix ans avec les Suisses. Il prend Milan, obtient l’appui du pape Borgia en comblant de faveurs son fils César et en l’aidant à s’emparer de certaines villes du Centre de l’Italie. Il s’accorde également avec l’Espagne au sujet de Naples. En 1508, pour la troisième fois en quinze ans, le mécanisme fonctionne de la même manière. Sur l’initiative du pape Jules II, la ligue de Cambrai réunit la France, l’Empereur, les cantons suisses et l’État pontifical contre la république de Venise. Les armées vénitiennes sont battues à Agnadel en 1509 et le pape reprend Ravenne.

5Cependant, très vite, les Italiens trouvent pesante la présence des étrangers, des « barbares ». Ils tentent de les chasser du territoire en les opposant les uns aux autres, Français contre Espagnols, avec parfois le concours des Suisses. Les batailles se font plus dures. Ainsi, en 1495, Charles VIII, menacé par l’Empereur et la maison d’Aragon, doit se retirer. Ludovic le Maure explique d’ailleurs, dans une lettre au sénat vénitien, que la seule solution est d’exporter la guerre hors de la péninsule. En 1500, la situation se complique à cause de la rivalité entre les Français et les Espagnols lors de la conquête de Naples. En 1510, le schéma se perfectionne et la Sainte Ligue se donne pour objectif de chasser les Français hors d’Italie. L’année 1516 marque la fin des guerres d’Italie, grâce à une série d’accords : le concordat de Bologne signé entre la France et Léon X, le traité de Noyon entre les rois de France et d’Espagne, la « pax perpetua » entre la France et les Suisses. Et en 1529 la paix de Cambrai fixe un équilibre européen qui repose sur une division des zones d’influence, l’Italie passant directement ou indirectement sous l’autorité espagnole. En 1531, l’intervention espagnole réinstalle les Médicis en Toscane et les fait accéder à un pouvoir de type monarchique. Cette main mise de l’Espagne sur l’Italie est d’ailleurs ratifiée en 1559 par le traité de Cateau-Cambrésis.

  • 6  Jean-Claude Zancarini, De la rédemption de l’Italie, dans Governare Firenze, a cura di Jean-Louis (...)
  • 7  Machiavelli, Il Principe, a cura di Giorgio Inglese, Torino, Einaudi, 1995, p. 175.

6Les Italiens éprouvent alors un grand désarroi, témoigné par Machiavel, Guichardin ou encore Castiglione. C’est la fin des espoirs de la Renaissance, qui se traduit par le regret du passé, par la création du mythe de l’âge d’or. Face à cette situation de crise, les préoccupations des intellectuels sont de type politique et social. Machiavel écrit Le Prince, Guichardin le Dialogo del reggimento di Firenze, Castiglione Le Courtisan, Della Casa le Galatée, comme autant de réponses à leur angoisse. Ils tentent de reconstruire une société détruite par les interventions étrangères. Conscients de la faiblesse de leur pays, ils comprennent qu’ils sont l’objet d’une politique européenne qui les dépasse. Dans le dernier chapitre du Prince, Machiavel essaie justement de réveiller le dynamisme de la péninsule, écrasée, dominée par les barbares qui la colonisent et l’exploitent6. Le mot de la fin7 revient d’ailleurs à Pétrarque et aux vers 93-96 d’Italia mia :

Virtù contro a furore
Prenderà l’armi, e fia el combatter corto
Che l’antico valore
Nelli italici cor non è ancor morto.

7Cette crise politique et sociale s’accompagne d’une crise de l’Église qui débouche sur le Concile de Trente.

8Les scandales suscités par les ecclésiastiques sont nombreux mais pas nouveaux, seulement peut-être plus évidents. Ainsi, Innocent VIII n’hésite pas à inviter la noblesse romaine au mariage de son fils, Alexandre VI soutient ouvertement César Borgia et entretient sans se cacher un bataillon de courtisanes. Les besoins financiers des papes augmentent, auxquels ils répondent par la vente de bénéfices et par le trafic des indulgences. En outre, on l’a souligné plus haut, la papauté participe aux conflits politiques. Voilà de quoi alimenter les activités schismatiques de Calvin en France et de Luther en Allemagne. En 1517, ce dernier affiche ses quatre-vingt quinze thèses et prend parti contre la curie romaine.

  • 8  Michelet, Renaissance et Réforme, Paris, Laffont, collection “Bouquins”, 1982, pp. 259-260.

Sans vouloir toucher au christianisme… Luther l’a transformé… Il a transporté la religion du miracle à la nature, du fictif à la vérité.8

9Rapidement, Luther gagne une large audience, notamment en Allemagne, en Scandinavie, aux Pays-Bas, en Suisse, un peu moins en France. La résistance catholique s’affirme avec Paul III. La Contre-réforme se fonde sur la répression : Inquisition, index des livres interdits, autodafés, condamnations, exécutions. Le clergé est réorganisé : le catéchisme est rendu obligatoire, le prêche pour les prêtres, tout comme la résidence des évêques dans leur évêché. Dans ce cadre-là, le Concile de Trente, dix-neuvième concile œcuménique reconnu par l’Église catholique romaine, est convoqué en réponse aux demandes formulées par Luther. Il se déroule en dix-huit ans, sur vingt-cinq sessions, quatre pontificats et trois villes, Mantoue, Bologne et Trente. L’apport conciliaire concerne tout d’abord les sources de la Révélation : le Canon (contenu considéré comme authentiquement révélé) dans lequel sont inclus les livres jugés apocryphes par les protestants, la Vulgate, déclarée authentique ; les éditions de la Bible sont soumises à la censure et les traductions en langue vulgaire mises à l’Index. Le Concile reconnaît également la tradition comme source de la révélation. Il statue également sur le salut : le dogme du péché originel est défini le 17 juin 1546. Il touche tous les hommes mais est effacé par le baptême. Le Concile aborde ensuite le problème de la Justification, c’est-à-dire des modalités de salut, qui reposent sur la foi et sur la grâce. Il confirme également la liste des sept sacrements : baptême, eucharistie, pénitence, confirmation, ordre, mariage, extrême-onction ; en définissant l’eucharistie, le Concile maintient le dogme de la transsubstantiation : par l’eucharistie, s’opère le changement du pain en la substance du corps du Christ, du vin en la substance de son sang. En outre, les pères conciliaires s’apprêtent à réformer l’Église de l’intérieur : ils dénoncent les abus ecclésiastiques, renforcent les pouvoirs des évêques qui sont tenus de visiter chaque année toutes les églises de leur diocèse. L’accent est mis sur le rôle pastoral de l’Église. Des séminaires sont institués pour la formation du clergé et les artistes sont appelés à respecter la décence.

10Dans ce contexte de crise spirituelle, la condition de l’intellectuel change profondément. Il est totalement conditionné et se met au service d’une élite. Ainsi, Castiglione écrit son livre pour la seule classe courtisane et Della Casa établit des règles de comportement qui visent à distinguer l’élite du reste de la population.

11L’auteur du Galateo s’inscrit tout à fait dans la problématique de son époque.
Né en 1503, dans la campagne toscane, le Mugello, fils de commerçants, il fait de solides études, non seulement à Florence, mais aussi dans les deux grandes universités septentrionales, Bologne et Padoue, célèbres pour former les cadres supérieurs de l’activité économique, juridique et politique. Il fréquente les milieux intellectuels et artistiques : en Italie du Nord, il se lie d’amitié avec Bembo ; à Rome, il fréquente Berni et Firenzuola. Dès 1534, il embrasse la carrière ecclésiastique. Archevêque de Bénévent en 1544, il attendra toute sa vie un chapeau de cardinal. Ardent défenseur des impératifs nouveaux de l’Église consécutifs au Concile de Trente, il défend l’autorité du pape et de l’Église lorsqu’il est nonce apostolique à Venise (15441549), entreprise d’autant plus ardue qu’à Venise l’Église est surveillée par le doge. Il y fonde l’Inquisition et engage un véritable procès contre Pier Paolo Vergerio, évêque de Capodistria et sympathisant de l’hérésie protestante. En 1548, il publie à Rome une liste de livres interdits ; c’est la première manifestation de l’Index instauré par la Contre-réforme. Son zèle est récompensé par le pape Paul IV qui, en 1555, lui accorde une promotion en le nommant secrétaire d’État. Il s’éteint prématurément le 14 novembre 1556, dans l’un des deux palais romains de Giovanni di Pierantonio de’ Ricci, cardinal de Montepulciano. Sa dépouille repose dans l’église Sant’Andrea della Valle.

12Il ne s’était pas soucié d’éditer ses œuvres, publiées posthumes pour la plupart. Il avait écrit deux discours, l’un probablement entre le 10 septembre 1547 et le 26 juin 1548 pour convaincre les Vénitiens à participer à une ligue contre Charles Quint, Orazione per muovere i Veneziani a collegarsi col papa, col re di Francia e con gli Svizzeri contro l’Imperator Carlo Quinto, l’autre en 1549 pour exhorter l’empereur à rendre Piacenza, Orazione a Carlo Quinto intorno alla restituzione di Piacenza. À cela s’ajoutent cinq chapitres d’argumentation obscène inspirés de Berni, une correspondance familière et diplomatique, des Rime sur le modèle de Pétrarque, publiées en 1558, un Trattato degli Ufici comuni tra amici superiori e inferiori, publié en 1559 à Milan par Giovanni Antonio degli Antonj. Mais son œuvre la plus renommée reste le Galatée.

13Le traité est composé entre 1551 et 1555, au moment où, sous le nouveau pontificat de Jules III, Giovanni, écarté de la Curie, vit retiré à l’abbaye de Collalto à Nervesa sul Montello. L’ouvrage est publié posthume en 1558 à Venise, par Bevilacqua dans le volume Rime e Prose. Les manuscrits autographes étaient conservés à Rome au domicile du cardinal Ricci da Montepulciano qui hébergea Della Casa mourant. Ils se trouvent aujourd’hui à la Bibliothèque vaticane. L’ouvrage a été commandité par Galeazzo Florimonte ; d’où son titre, Galatheus : Galeazzo. Évêque d’Aquin, puis de Sessa Aurunca, terre d’Otrante, où il était né, il était l’un des quatre juges du Concile de Trente et le roi d’Espagne Philippe II aurait souhaité le voir archevêque de Brindisi, honneur que l’intéressé déclina. Grand philosophe et théologien, il fut le premier à commenter en langue vulgaire l’Éthique d’Aristote.

14Le traité se compose de trente chapitres, sur le modèle des Ricordi. Il s’agit d’une réflexion morale et pédagogique dont le point de départ est la prise en compte de tout ce qui est déplaisant pour les sens, pour l’appétit mais aussi pour l’imagination et pour l’intellect, écrite dans le langage de la conversation qui atténue la rigidité des préceptes réglant la vie quotidienne.

15Le récit part du subterfuge d’un vieillard riche d’expérience mais illettré qui instruit un jeune homme dans les règles des bonnes manières. Il serait destiné au neveu préféré de Della Casa, Annibale Rucellai.

16Il s’agit d’un manuel de savoir-vivre.

17En premier lieu, les conseils donnés concernent le vêtement. Della Casa recommande de suivre la mode, non par un snobisme avant la lettre mais parce que la mode reflète l’expression de l’opinion générale :

  • 9  Della Casa, op. cit., VII, p. 377.

E non solamente vogliono i vestimenti essere di fini panni, ma dee l’uomo sforzare di ritrarsi più che può alle usanze [per non] contradire agli altri…9

18L’important n’est pas le confort ni l’originalité, mais la convenance : le vêtement doit être convenable, doit convenir et respecter la bienséance. Toute tenue extravagante est prise pour un signe de mépris à l’égard des autres :

  • 10 Ibidem.

Ben vestito dee andar ciascuno secondo sua condizione e secondo sua età, perché altrimenti facendo pare che egli sprezzi la gente.10

19De la même façon, il faut se conformer à l’usage pour la coupe des cheveux ou de la barbe :

  • 11 Ibidem.

E, se tutta la tua città averà tonduti i capelli, non si vuol portar zazzera ; o, dove gli altri cittadini siano con la barba, tagliarlati tu ; perciocché questo è un contraddire agli altri…11

  • 12 Ibidem, I, p. 368.
  • 13 Ibidem, I, p. 369.

20Cela dit, il ne suffit pas de se conformer aux autres, il faut également plaire, « essere costumato e piacevole e di bella maniera »12, avoir des manières gracieuses13, proscrire absolument tout ce qui pourrait déplaire :

  • 14 Ibidem, II, p. 370.

Diciamo adunque che ciascun atto, che è di noia ad alcuno de’ sensi e ciò che è contrario all’appetito, e oltre a ciò quello che rappresenta alla imaginazione cose male da lei gradite, e similmente ciò che lo ’ntelletto have a schifo, spiace e non si dee fare.14

  • 15 Ibidem, III, pp. 370-372.
  • 16 Ibidem, IV, pp. 374-375.
  • 17 Ibidem, VI, pp. 376-377.

21Et les exemples sont nombreux : ne pas bailler, ne pas grincer des dents, ne pas chanter si la voix est discordante, ne pas se rhabiller en présence de tiers, ne pas mettre son nez sur le verre des autres commensaux…15 Les conseils sur comment se tenir à table sont particulièrement éloquents sur les manières de certains contemporains. En effet, Giovanni évoque ceux de ses contemporains qui mangent « a guisa di porci col grifo nella broda tutti abbandonati… »16 ainsi que les différents mauvais usages des serviettes de table ou des mouchoirs. Il recommande aussi de ne pas somnoler en société, signe manifeste d’ennui et de manque d’intérêt pour les autres17.

  • 18 Ibidem, p. 376.

22Tout comme le vêtement ou le comportement, le langage doit être surveillé lui aussi. Cette préoccupation a été mise au goût du jour par Bembo dans ses Prose della volgar lingua. Della Casa remarque que le langage est le fondement du dialogue social : « Appetiscono adunque quello che può conceder loro questo atto del comunicare insieme… »18. Il conseille alors la clarté du discours, la modernité du langage, la mesure, l’élégance et la prudence. Ainsi, la clarté est indispensable pour êtrecompris de tous :

  • 19 Ibidem, XXII, pp. 412-413.

Le parole, sì nel favellare disteso come negli altri ragionamenti, vogliono essere chiare sì che ciascuno della brigata le possa agevolmente intendere […]19

23Le langage doit être moderne et simple, sans double sens, approprié à ce que l’on veut démontrer ; les mots anciens sentent le rance, ajoute-t-il :

  • 20 Ibidem, p. 413.

[…] dico che le parole vogliono essere chiare… che non siano perciò antiche tanto che elle siano divenute rance e viete, e come logori vestimenti, diposte o tralasciate […]20

24L’élégance est à respecter non seulement dans le choix des mots mais aussi dans leurs sonorités :

  • 21 Ibidem, XXII, p. 416.

[…] la onestà de’ vocaboli consiste o nel suono e nella voce loro, o nel loro significato […]21

  • 22 Ibidem, p. 417.

25Il donne alors des exemples précis de mots élégants pour signifier des choses qui ne le sont pas22. À cela s’ajoutent de précieux conseils de prudence car la conversation peut garantir le succès ou l’échec en société :

  • 23 Ibidem, p. 419.

[…] coloro che costumano di spesse volte dire cotali motti sono riputati persone aspere e ruvide, e così è fuggito il loro consorzio […]23

  • 24 Ibidem, XI-XII-XII, pp. 384-391.
  • 25 Ibidem, XIII, pp. 401-406.

26C’est pourquoi un certain nombre de points est à éviter absolument. La matière ne doit être ni frivole ni de bas niveau, les sujets doivent être gais ; sauf exception, raconter ses propres rêves est à bannir tout comme toutes les sortes de mensonges. Il convient en outre de ne pas se vanter, de ne pas donner l’impression de mépriser les autres ni de se faire considérer en dessous de sa valeur. Il faut être modeste mais non timide24. Il ne faut pas contredire son interlocuteur pour ne pas s’en faire un ennemi, ne pas dire du mal d’autrui, ni se moquer des autres […]25

27Bref, il s’agit d’une continuelle surveillance de soi-même dans la vie quotidienne. Ce n’est pas une morale individuelle, mais une morale de groupe, qui vise à une bonne intégration dans la société :

  • 26 Ibidem, II, pp. 369-370.

[…] dèi sapere che a te convien temperare e ordinare i tuoi modi non secondo il tuo arbitrio, ma secondo il piacer di coloro co’quali tu usi, e a quello indirizzarli […]26

  • 27 Ibidem, XVI, p. 395.
  • 28 Ibidem, IX, p. 383.

28La raison est soumise aux coutumes, la loi ramenée à une codification des coutumes : « legge » et « usanza comune » deviennent synonymes27. En outre, « étrange » et « étranger » sont mis sur le même plan : « chi è strano pare in ciascun luogo straniero »28.

29En somme, il s’agit bien d’un manuel de comportement visant à être apprécié en société. Cela dit, le traité peut être vu également comme le témoin d’une époque.

  • 29 Ibidem, XIV, p. 392.
  • 30 Ibidem.
  • 31 Ibidem, XVI, p. 399.

30Ainsi, la critique des cérémonies apparaît comme la condamnation des mœurs de l’envahisseur espagnol. Della Casa les attaque violemment parce qu’elles sont mensongères, artificielles, vides de sens29 : « le cirimonie, dico, secondo il mio giudicio, poco si scostano dalle bugie e da’ sogni per la loro vanità ». C’est un usage étranger et barbare, ajoute-t-il30. Cependant, certaines sont justifiées par l’usage, qu’il convient de respecter même s’il est mauvais. L’essentiel est de conquérir l’estime des autres. Dans cette perspective, l’adulation et les cérémonies sont même conseillées : « chi sa carezzar le persone, con picciolo capitale fa grosso guadagno… »31. La morale de l’apparence est donc victorieuse, puisque ce qui compte en définitive c’est le bénéfice qu’on en retire et la métaphore de la monnaie est significative :

  • 32 Ibidem, VIII, p. 381.

[…] è convenevol cosa esser presto di accettarli non per quello che essi veramente vagliono, ma, come si fa delle monete, per quello che corrono.32

31Les valeurs de l’humanisme sont donc bien lointaines. Les grandes vertus laissent en fait la place aux petites qui garantissent beaucoup mieux la réussite sociale. Et Della Casa l’annonce dès les premières pages :

  • 33 Ibidem, I, pp. 368-369.

[…] per cagion della loro piacevole e graziosa maniera solamente […] sono pervenuti ad altissimi gradi, lasciandosi lunghissimo spazio addietro coloro che erano dotati di quelle più nobili e più chiare virtù […]33

32Ces petites vertus sont d’ailleurs moins coûteuses, moins rares et plus accessibles aux médiocres, elles consistent en paroles et en actions et n’engagent à rien tout en garantissant le succès social :

  • 34 Ibidem, p. 369.

[…] senza che le altre virtù hanno mestiero di più arredi, i quali mancando, esse nulla o poco adoperano ; dove questa senza altro patrimonio è ricca e possente, sì come quella che consiste in parole e in atti solamente.34

33C’est donc le triomphe de la médiocrité.

  • 35 Ibidem, II, p. 370.

34De plus, fidèle aux méthodes contre-réformistes, le Galateo procède de façon négative. Il dresse une liste d’interdits, met les mauvaises manières à l’index35.

35Pour corriger les mauvaises habitudes, la mauvaise nature, il fait moins appel à une pédagogie fondée sur la raison que sur la répétition, sur l’accoutumance :

  • 36 Ibidem, XXV, p. 427.

Non è adunque vero che incontro alla natura non abbia freno né maestro, anzi ve ne ha due, ché l’uno è il costume e l’altro la ragione ; ma come io t’ho detto poco di sopra, ella non può di scostumato far costumato, senza l’usanza la quale è quasi parto e portato del tempo.36

  • 37 Ibidem, pp. 426-427.

36Pour l’Archevêque, la nature humaine est mauvaise, les instincts l’emportent sur la raison. L’esprit de sa pédagogie est donc répressif, il restaure les méthodes pédagogiques médiévales37. Pessimiste quant à la nature humaine entachée par le péché originel, il dévoile une métaphysique post-conciliaire de méfiance vis-à-vis d’elle. Le dialogue entre le vieillard et le jeune homme est d’ailleurs tout à fait artificiel, puisqu’à aucun moment la parole n’est donnée à l’apprenant. Il n’y a ni réponse ni réplique. C’est une sorte de catéchisme à respecter.

37La conception de Dieu reflète d’ailleurs la doctrine contre-réformiste. Il s’agit d’un Dieu tout-puissant qu’il faut respecter non seulement sur le plan spirituel mais aussi dans le choix des paroles et du comportement. Ainsi, plaisanter avec les choses divines est tout à fait condamnable :

  • 38 Ibidem, XI, p. 385.

Né contra Dio né contra’ santi, né daddovero né motteggiando, si dee mai dire alcuna cosa, quantunque per altro fosse leggiadra o piacevole.38

38Cependant, ce respect de Dieu et de ses saints n’est pas seulement religieux, mais surtout social, dans la mesure où parler mal de Dieu est très mal considéré dans la société :

  • 39 Ibidem.

E nota che il parlar di Dio gabbando non solo è difetto di scellerato uomo ed empio, ma egli è ancora vizio di scostumata persona ed è cosa spiacevole ad udire : e molti troverai che si fuggiranno di là dove si parli di Dio sconciamente.39

39Dieu se situe au sommet de la pyramide sociale, accompagné de tous les saints du paradis. En dessous, se trouvent les rois et les princes, les autorités de l’Église. La place de l’homme dans le monde n’est plus du tout celle de l’humanisme. L’homme de Vitruve a vécu, l’homme n’est plus au centre de l’univers, mais il occupe une place bien déterminée dans l’échelle sociale. Della Casa se soucie uniquement du « gentiluomo », celui qui se différencie par sa richesse, sa puissance, son éducation. Cette distinction doit être manifeste à tout moment, à travers le comportement, le vêtement, le langage. Ainsi, le gentilhomme doit se déplacer avec dignité :

  • 40 Ibidem, XXVIII, p. 434.

Non dee l’uomo correre per via né troppo affrettarsi, ché ciò conviene a palafraniere e non a gentiluomo […]40

s’habiller selon son rang :

  • 41 Ibidem, p. 433.

Debbiamo adunque procacciare che la vesta bene stia non solo al dosso ma ancora al grado di chi la porta41,

utiliser un langage approprié qui lui permette de conserver sa dignité, sa position dans la société :

  • 42 Ibidem, XXIII, p. 422.

Se tu arai adunque a memoria questi e altri sì fatti ammaestramenti, il tuo favellare sarà volentieri e con piacere ascoltato dalle persone, e manterrai il grado e la degnità che si conviene a gentluomo bene allevato e costumato.42

40Ruggero Romano rappelle à juste titre que les positions de Della Casa sont encore plus nettes dans le Trattato degli Uffici Comuni (1547) :

  • 43  Ruggero Romano, Tra due crisi : l’Italia del Rinascimento, Torino, Piccola Biblioteca Einaudi, 197 (...)

Nei rapporti tra gli uomini, egli dice, non v’era difficoltà alcuna nel mondo antico : v’erano da un canto i padroni ; dall’altro, i servi. Questi ultimi erano tali e non facevano tante storie : l’età d’oro, insomma, pel nostro Monsignore.43

41Bref, il n’y a plus aucune trace des idéaux de l’humanisme. Même les trois couronnes ne servent plus de modèles à imiter et, s’il épargne Pétrarque, Giovanni ne se prive pas de critiquer Dante et surtout Boccace.

  • 44 Galateo, cit., XXI, p. 411.
  • 45 Ibidem, XXII, p. 412.
  • 46 Ibidem, p. 418.

42Dans son Enfer (I, 68-9), Dante est considéré ennuyeux, son style manquerait de clarté44 ; certains choix de vocabulaire sont jugés peu élégants45, notamment dans la bouche de Béatrice (« meritò alcun biasimo »)46. Il va jusqu’à le qualifier de présomptueux et presque d’incompétent :

  • 47 Ibidem, p. 413.

Questo Dante per suo saper fu alquanto presuntuoso e schifo e sdegnoso, e quasi a guisa di filosofo mal grazioso, non ben sapeva conversar co’ laici.47

43Il dénonce en outre les « erreurs » du grand Poète :

  • 48 Ibidem, p. 413.

[…] se egli (Dante) errò, più tosto errò in ciò che egli, sì come uomo alquanto ritroso, imprese a dire cosa malagevole ad isprimere con parole e per avventura poco piacevole ad udire che perché la isprimesse male […]48

  • 49 Ibidem, p. 417.
  • 50 Ibidem, III, p. 372.
  • 51 Ibidem, XI, p. 385.
  • 52 Ibidem, p. 386.
  • 53 Ibidem, XIX, p. 404.
  • 54 Ibidem, XX, p. 409.

44Boccace est tout aussi condamné. Il est mis au ban pour avoir employé des mots grossiers49, des images peu élégantes, comme celle de la femme aimée qui couve les cendres et qui crache50. La « lieta Brigata » est reprise pour avoir parlé des choses saintes en plaisantant51, Filostrato condamné parce que dans la quatrième journée du Décaméron il propose de parler des amours tragiques52. Filippo Argenti et Biondello (IX 8) sont cités comme des exemples à éviter53. Les chansons vulgaires chantées par Dioneo sont bien sûr désapprouvées : « Nonsono adunque da seguitare i volgari modi e plebei di Dioneo… »54. Et les exemples se multiplient.

45En somme, si Boccace et Dante sont amplement cités c’est pour servir de modèles, mais de modèles à proscrire.

46En conclusion, le Galateo, manuel de savoir-vivre, présente une utilité pratique puisqu’il prodigue des conseils à suivre pour être bien perçu dans la bonne société. Mais c’est surtout un livre de recettes destiné aux classes dominantes, pour leur permettre de se distinguer par leurs qualités de modestie et d’élégance, ainsi que de se reconnaître entre elles.

  • 55  Ruggero Romano, op. cit., p. 180.

47Toutefois, derrière cette façade, Giovanni Della Casa, archevêque de la Contre-réforme, rabaisse les hommes au niveau du conformisme et le traité peut être vu comme un témoignage patent de la faillite de l’humanisme de la Renaissance ; ce que Ruggero Romano a d’ailleurs très bien souligné : « […] una straordinaria lezione di conformismo, di ipocrisia, di accettazione. Questa lezione andava assorbita a fondo per entrare nell’ordine e, di quell’ordine, farsi gelosi custodi. « È gentilezza dovunqu’è virtute », aveva scritto Dante : cioè, là dove v’è virtù v’è gentilezza. Della Casa compie un rovesciamento totale : dove v’è gentilezza, v’è virtù […] Troppo facile ».55

Haut de page

Notes

1  Montaigne, Essais, dans Œuvres complètes, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1962, p. 222.

2 Ibidem, p. 899.

3  Édition de référence : Giovanni Della Casa, Galateo ovvero de’ costumi, dans Opere di Baldassare Castiglione, Giovanni della Casa, Benvenuto Cellini,a cura di Carlo Cordié, Milano-Napoli, Ricciardi editore, 1960.

4  Laffont-Bompiani, Le nouveau dictionnaire des œuvres de tous les temps et de tous les pays, Paris, Laffont collection “Bouquins”, 1994, tome III, p. 2939.

5  Machiavel, La Mandragola, I 1 (Torino, Einaudi, 1967, p. 16).

6  Jean-Claude Zancarini, De la rédemption de l’Italie, dans Governare Firenze, a cura di Jean-Louis Fournel e Paolo Grossi, Paris, Quaderni dell’Hôtel de Galliffet, 2007, pp. 139-146.

7  Machiavelli, Il Principe, a cura di Giorgio Inglese, Torino, Einaudi, 1995, p. 175.

8  Michelet, Renaissance et Réforme, Paris, Laffont, collection “Bouquins”, 1982, pp. 259-260.

9  Della Casa, op. cit., VII, p. 377.

10 Ibidem.

11 Ibidem.

12 Ibidem, I, p. 368.

13 Ibidem, I, p. 369.

14 Ibidem, II, p. 370.

15 Ibidem, III, pp. 370-372.

16 Ibidem, IV, pp. 374-375.

17 Ibidem, VI, pp. 376-377.

18 Ibidem, p. 376.

19 Ibidem, XXII, pp. 412-413.

20 Ibidem, p. 413.

21 Ibidem, XXII, p. 416.

22 Ibidem, p. 417.

23 Ibidem, p. 419.

24 Ibidem, XI-XII-XII, pp. 384-391.

25 Ibidem, XIII, pp. 401-406.

26 Ibidem, II, pp. 369-370.

27 Ibidem, XVI, p. 395.

28 Ibidem, IX, p. 383.

29 Ibidem, XIV, p. 392.

30 Ibidem.

31 Ibidem, XVI, p. 399.

32 Ibidem, VIII, p. 381.

33 Ibidem, I, pp. 368-369.

34 Ibidem, p. 369.

35 Ibidem, II, p. 370.

36 Ibidem, XXV, p. 427.

37 Ibidem, pp. 426-427.

38 Ibidem, XI, p. 385.

39 Ibidem.

40 Ibidem, XXVIII, p. 434.

41 Ibidem, p. 433.

42 Ibidem, XXIII, p. 422.

43  Ruggero Romano, Tra due crisi : l’Italia del Rinascimento, Torino, Piccola Biblioteca Einaudi, 1971, p. 171.

44 Galateo, cit., XXI, p. 411.

45 Ibidem, XXII, p. 412.

46 Ibidem, p. 418.

47 Ibidem, p. 413.

48 Ibidem, p. 413.

49 Ibidem, p. 417.

50 Ibidem, III, p. 372.

51 Ibidem, XI, p. 385.

52 Ibidem, p. 386.

53 Ibidem, XIX, p. 404.

54 Ibidem, XX, p. 409.

55  Ruggero Romano, op. cit., p. 180.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°11, Bonnes manières et mauvaise conduite, vol. II, 2007

Référence électronique

Théa Picquet, « Un manuel de savoir-vivre Giovanni della casa Galateo, ovvero de’ costumi », Italies [En ligne], 11 | 2007, mis en ligne le 13 mars 2009, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://italies.revues.org/841 ; DOI : 10.4000/italies.841

Haut de page

Auteur

Théa Picquet

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org