Navigation – Plan du site
Ah ! L'étiquette

Politesse et bonnes manières dans « Le Café » ou la facette mondaine de l’humanisme des Lumières

Raymond Abbrugiati
p. 461-475

Résumé

La politesse se décline en cerimoniale et en civiltà. Le premier est un ensemble prescriptif de règles, langagières et gestuelles ; contestées, celles-ci sont objet de satire et supportent une charge comique. Le cerimoniale rend visible, par ailleurs, un positionnement social et des rapports de pouvoir ; la critique du cerimoniale permet alors aux philosophes du « Café » d’exprimer des préférences politiques nettes en faveur des régimes modérés. La civiltà est une vertu qui rend sensible à l’autre et qui permet de ménager son amour-propre et son narcissisme ; son exercice exige finesse et intuition. C’est la facette mondaine de l’humanisme des Lumières.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  L’édition utilisée ici est la suivante : « Il Caffè », 1764-1766, a cura di Gianni Francioni e Ser (...)

1Les discussions qui se tenaient au sein de l’Accademia de’ Pugni étaient très animées ; au point, dit-on – et ce serait là l’origine de son nom –, qu’elles dégénéraient en disputes et en échanges de coups. Cette légende ne manque pas de piquant. Ni même d’un fond de vérité, dans la mesure où elle rend compte de l’engagement, de l’effervescence intellectuelle et de la ferveur militante des philosophes qui donneront naissance au « Café ». Elle suggère l’image de jeunes intellectuels à l’esprit bouillonnant et au caractère bouillant, plus enclins à la provocation qu’à la réflexion et à la discussion courtoise. N’en croyons rien ! Les jeunes aristocrates de l’Académie des Coups de Poing et du « Café » ont reçu la meilleure éducation qui soit ; ils fréquentent les salons, le théâtre et les académies ; ils font partie de la meilleure société, en connaissent parfaitement les codes et usages et savent montrer qu’ils ont de bonnes manières. Mais cette société salonnière les ennuie : à sa culture passéiste, ils préfèrent la philosophie des Lumières qui leur fournit une nourriture intellectuelle plus substantielle, une autre vision de l’Homme et de la cité ; les bonnes manières qu’elle cultive leur apparaissant comme de vains rituels, comme des gesticulations vides de sens, ils sont aussi à la recherche d’une autre façon d’aborder leur prochain, de réguler la convivialité du quotidien, de vivre en société. Dans « Le Café »1, la réflexion sur les usages, la politesse et la civilité est liée à une certaine conception de l’Homme et de la société.

La politesse et les mots. Nature et artifice dans l’interlocution

2La supériorité des anciens. Pietro Verri pose la question du naturel et de l’artifice dans les rituels langagiers : l’article Il Tu, Voi e Lei, qui examine l’usage des personnes dans l’interlocution, est l’occasion d’opposer les anciens aux modernes, à l’avantage des premiers. Pietro Verri fait la satire des usages linguistiques de son époque et recherche les critères raisonnables de l’urbanità. Une citation d’Horace illustre l’usage exclusif que les Romains de l’Antiquité faisaient du Tu, c’est-à-dire de la deuxième personne du singulier :

  • 2  Pietro Verri, Il Tu, Voi e Lei, ibidem, tome II, p. 428.

Né altro modo di conversare era in que’ tempi conosciuto in Italia. Credevasi allora che i precetti dell’urbanità non fossero giammai violati dalla natura delle cose, e perciò per disegnar la persona sola alla quale si parlava dicevasi Tu.2

3À cet usage ancien, qu’il juge conforme à la nature des choses, Pietro Verri oppose l’utilisation de la deuxième personne du pluriel, de la troisième du singulier, voire (à l’exemple des Allemands) de la troisième du pluriel, et s’attache à en montrer l’absurdité, avec les armes de l’ironie et de l’humour :

  • 3 Ibidem, p. 428.

la ragione si è perché ciascuno di noi vale almeno per due, onde in tutta confidenza ci vien dato del Voi, anzi, malcontenti di valer per un paio, esigiamo con ogni ragione che nessuno ardisca d’indirizzare il discorso né supponendoci uno né supponendoci più d’uno, ma bensì che si parli alla nostra Signoria. Noi propriamente siamo tanti sultani, e chi ci parla non deve osar di parlare a noi, ma deve esporre i suoi pensieri alla nostra inseparabile Signoria, che fa l’ufficio di gran visir.3

4Pietro Verri n’accueille ni l’idée d’un sujet divisé et dialectique, que la tragédie a pourtant accréditée depuis longtemps, ni celle d’une identité double ou multiple, que le baroque avait abondamment illustrée. L’évidence empirique de l’unicité de l’interlocuteur, à laquelle il demeure arrimé, est le fondement de ce qu’il appelle « la natura delle cose ».

  • 4 Ibidem, p. 428.
  • 5 Ibidem, p. 428.

5Langue et style. Ces usages qui amènent à désigner une personne unique par un pluriel, un homme par un féminin, voire par un féminin pluriel, sont causes de la « continua dissensione colla grammatica »4 qui illustre, sur le plan de la langue, leur absurdité ; tandis que, sur celui du style, sont stigmatisés le caractère ampoulé des « infiniti giri di parole » qui en dérivent et la vacuité des « moltissime riempiture che non contengono veruna idea »5. La satire des usages interlocutoires rejoint alors le plaidoyer antibaroque en faveur d’une littérature de choses et non de mots. Pour illustrer son propos, Pietro Verri recourt volontiers à la réécriture :

  • 6 Ibidem, p. 429.

Se io scrivendo a un gentiluomo dicessi per esempio così : Sappi ch’io stimo la tua virtù, bramo la tua amicizia, desidero di provartelo, addio, qual inurbanità o licenza potrebbe mai rimproverarsi al mio stile ? Eppure son costretto a esprimere presso a poco questi miei pensieri con questa faraggine di palloni da vento.6

  • 7 Ibidem, p. 429.

6Suit un développement en dix lignes de ce qui avait été écrit en une seule ; la réécriture, employée ici pour ses vertus pédagogiques, rend manifeste la vacuité du style ampoulé et son caractère anti-fonctionnel : « con questa mutua maniera di scrivere si rimane sempre sul liminare della corrispondenza senza entrarvi mai »7. Trop envahissant, le cérémonial nuit à la communication qu’il était censé favoriser.

7Usages mondains et littérature. Le comique engendré par la réécriture selon l’usage mondain de deux vers d’une tragédie de Métastase est utilisé comme une preuve par l’absurde :

  • 8 Ibidem, p. 430.

I tragici singolarmente sono nella necessità di ricorrere alla semplicità antica per sostenere con dignità il dialogo : Signor, che pensi ? In quel silenzio appena / Riconosco Caton. Dov’è lo sdegno etc. Così si parla a Catone. Se invece l’autore avesse detto : Che pensate, o Signor ?, ognuno sente quanto sia meno augusta questa seconda maniera di parlare. Se poi invece dicesse : Che pensa Vostra Eccellenza, Signor Don Catone ?, la tragedia farebbe ridere assai.8

  • 9  Cf. Alessandro Verri, Saggio di legislazione sul pedantesimo, ibidem, pp. 134-140 ; Pietro Verri, (...)
  • 10  Cf. Alessandro Verri, Rinunzia […] al vocabolario della Crusca, ibidem, pp. 47-50.
  • 11  Cf. Alessandro Verri, Dei difetti della letteratura e di alcune loro cagioni, ibidem, pp. 539-560.
  • 12  Dans Le delizie della villa (ibidem, pp. 166-173), la prise en compte de la nature des choses pren (...)

8L’exemple des réécritures de Métastase réalise la suture entre le propos sur l'usage mondain et les prises de position du « Café » en matière de langue et de littérature. Qu’il s’agisse de la polémique contre les pédants9, contre la Crusca10, contre la littérature « de mots »11 ou contre les usages mondains, la pensée des philosophes du « Café » se développe avec cohérence et continuité, à partir des idées de raison et de nature (dans le sens de nature des choses) ; si l’Antiquité, souvent décriée par les journalistes du « Café », est ici proposée comme le modèle à suivre, c’est que le retour à l’antique est ressenti en la matière comme un retour à la nature des choses et à un véritable humanisme12 :

  • 13  Pietro Verri, Il Tu, Voi e Lei, ibidem, p. 431.

Io vado sperando che torneranno gli uomini ad essere una unità ed a non vergognarsi d’esser uomini ; più la cultura dell’ingegno s’avvanza e più ci accostiamo a quella vera e dolce urbanità che consiste semplicemente nel non cagionare dispiacere o disagio ad alcuno, conformando liberamente i modi nostri alla natura delle cose e non contorcendo né la persona, né la lingua, né i pensieri su i modelli ereditati. Allora si scriverà e si parlerà come esige la ragione.13

9Pietro Verri stigmatise les contorsions de la parole pour mieux déplorer celles de la pensée et les errements d’un Homme qui a perdu de vue son humanité. Sous le signe de la raison et dans une perspective antibaroque, la formule de Pietro Verri condense la promotion d’une esthétique du naturel et de la simplicité (ressourcée dans le modèle antique), et l’aspiration à une convivialité pareillement marquée au sceau de la simplicité et du naturel – cette convivialité renouvelée s’imposant comme un moment essentiel de l’humanisme des Lumières.

  • 14 Ibidem.

10Dans la pratique, la conclusion de Pietro Verri invite cependant à sacrifier à l’usage des formules linguistiques et stylistiques en vigueur ; car « tali mutazioni sono l’opera del tempo, non mai della ragione »14. Désireux de changer un monde absurde, mais conscient de l’inertie et de la résistance que celui-ci oppose au changement, il préfère miser sur les évolutions historiques lentes et sur un réformisme prudent.

La politesse et le corps. Le café-théâtre de Demetrio

  • 15  Alessandro Verri, Le riverenze, tome II, ibidem, pp. 73-78.
  • 16  Cesare Beccaria, Il Faraone, ibidem, pp. 18 et suiv.
  • 17  Cesare Beccaria, Tentativo analitico su i contrabbandi, ibidem, pp. 173 et suiv.

11Une comédie (humaine). Pietro Verri posait la question du naturel et de l’artifice dans les rituels langagiers. Dans Le riverenze15, Alessandro Verri la pose au niveau des rites gestuels et corporels. La voix auctoriale y est déléguée à l’auteur fictif d’un Trattato matematico-logico-politico sulle riverenze, qui est censé présenter son ouvrage à Demetrio afin que le « Café » en fasse la promotion. Le décalage entre la pompe du titre et la futilité apparente (en fait, elle n’est qu’apparente) de l’objet étudié place l’article sous le signe du divertissement. Du traité « mathématique » et logique, Alessandro Verri ne donne bien sûr qu’une parodie, se moquant peut-être un peu, au passage, de Beccaria, le Newtoncino, qui a justement utilisé l’outil mathématique dans l’article Il Faraone16 et qui l’utilisera encore dans le Tentativo analitico su i contrabbandi17. Le rituel social de la révérence se déploie en une comédie humaine qui exploite toutes les ressources du comique. Les images inattendues et le choix de verbes savoureux transforment la révérence en une gesticulation absurde :

  • 18  Alessandro Verri, Le riverenze, ibidem, p. 76.

Altri pare che vacillando vi cadino a’ piedi ; altri serpeggiano e gambettano in mille sconci modi, ed or con l’uno, or con l’altro piede alternano, come se scagliassero calci.18

12Sous l’apparence d’une recommandation de savoir-vivre, le comportement qui prétend signifier l’amitié devient clownesque :

  • 19 Ibidem, pp. 74-75.

Se per esempio volete salutar taluno e fargl’intendere che siete suo svisceratissimo amico, dovete sbracciarvi accostando e allontanando ambe le mani alternativamente dalla bocca ; facendo più volte un orate fratres, e secundum qualitatem personarum, talora a ciò s’aggiunga un riso, un ah ah e persino un ruggito da leone ; ed eccovi fatto un amico intrinseco.19

  • 20 Ibidem, p. 75.

13Décrit comme un « vezzoso increspamento di pelle da mandarino chinese che sorride »20, le sourire qui accompagne la révérence devient une grimace grotesque. Alessandro Verri va jusqu’à la farce lourdement appuyée qui déshumanise les hommes et les tranforme en quadrupèdes quémandant des coups de bâtons, avec une inclinaison telle qu’ils en perdent leur perruque ; il s’agit des « profondissimi », c’est-à-dire

  • 21 Ibidem, p. 75.

coloro i quali da animali a due piedi diventano ad un tratto quadrupedi, e presentando al protettore tutto il disco della loro umilissima schiena pare che voglian dire : Vossustrissima mi faccia l’onore di bastonarmi […]. Finirò poscia consigliando ai profondissimi di stringersi ben bene la parrucca in capo, acciocch’ella non cada in segno d’omaggio ai piedi del riverenziato.21

  • 22 Ibidem, p. 77.

14La typologie de la révérence ainsi esquissée se particularise dans l’épisode farcesque qui relate la rencontre « ispasmodic[a] »22 entre Messieurs Cristoforo et Tommaso ; ces deux personnages sont censés être clients du café de Demetrio, qui devient ainsi une scène de théâtre comique – nous pourrions presque dire un café-théâtre – dont les autres clients seraient les spectateurs :

  • 23 Ibidem, p. 77.

Farò menzione della celebre riverenza del signor Cristoforo, quando inchinandosi al signor Tommaso gli urtò colla testa sì potentemente nello stomaco che il signor Tommaso perdette la respirazione e il signor Cristoforo la parrucca ; onde, uno stordito dalla percossa e l’altro a testa ignuda, rimasero stupidi guardandosi in viso per ben due minuti.23

15Le traitement farcesque de la rencontre souligne le ridicule du cérémonial et confère à l’épisode le caractère de la satire de mœurs.

  • 24 Conversazione tenutasi nel caffè, ibidem, tome 1, pp. 163-165.
  • 25 Ibidem, p. 163.
  • 26  Gian Rinaldo Carli, Delle patria degli italiani, ibidem, pp. 421-427.
  • 27 Ibidem, pp. 421-422.
  • 28 Ibidem, p. 422.
  • 29 Ibidem.

16Les personnages du « Café » et la politesse. Le personnage de Tommaso n’apparaît que dans cet article ; celui de Cristoforo réapparaît dans la Conversazione tenutasi nel caffè d’Alessandro Verri24. Opposé au courtois, réflexif et raisonnable Filone, il y est caractérisé comme un bavard vaniteux et ennuyeux, un « eterno chiacchierone […], implacabile declamatore »25. D’autres personnages apparaîtront dans le café de Demetrio : par exemple, Alcibiade et le Forestiero dans l’article de Carli Della patria degli italiani26 ; caractérisé comme une « anim[a] sicur[a] e delicat[a] »27 mais aussi comme un homme poli, le Forestiero ne s’assoit qu’après avoir « fatti i dovuti offizi di decente civiltà »28 ; son antagoniste est le vaniteux Alcibiade ; « vano, decidente e ciarliere a tutta prova »29, celui-ci est une réplique du Cristoforo de la Conversazione tenutasi nel Caffè. Tous ces personnages sont soigneusement caractérisés du point de vue de la politesse : à la vanité, à la suffisance et au bavardage qui signalent la négativité des uns s’opposent les manières sobres et franches qui font des autres des personnages positifs. Le café de Demetrio, théâtre d’une humanité variée, voit passer des clients habituels et des consommateurs de passage qui sont autant de personnages fictifs. Certains, dotés de défauts caricaturés, déclenchent le rire et suscitent la réprobation. D’autres sont crédités de qualités qui leur valent, relayée par la bienveillance de l’assistance (les autres consommateurs du café), celle du lecteur, rendu ainsi réceptif aux arguments qu’ils développent dans la conversation. Le critère de la politesse est toujours discriminant car il représente un moment important de l’huma-nisme du « Café », avec une notable distinction, qu’il convient de préciser, entre le cérémonial et la civilité.

17Cérémonial et civilité. Le traitement farcesque ne concerne que les personnages négatifs, qui cultivent ce que Pietro Verri appelle le cerimoniale, par opposition à la civiltà, qui caractérise les personnages positifs :

  • 30  Pietro Verri, La buona compagnia, ibidem, p. 448.

Due leggi di convenzione reggono gli uomini mentre vivono insieme : la prima è il cerimoniale, la seconda è la civiltà. A misura che gli uomini si sono resi più socievoli s’è diminuita la seccaggine del cerimoniale, uso che realmente altro non produceva che un perenne commercio d’inutile falsità e un ridicolo imbarazzo da tutte le parti.30

18Les articles Le riverenze et Il Tu, Voi e Lei illustrent l’« inutile falsità » et le « ridicolo imbarazzo » du cérémonial. Cette satire du cerimoniale représente le moment critique, négatif, de la pensée du « Café ». Le moment positif, celui des propositions, est représenté ici par l’adhésion à la civiltà :

  • 31 Ibidem.

Ma se la ragione va persuadendo agli uomini la destruzione del cerimoniale, la stessa però prova la necessità di conservare quella che chiamasi civiltà in vigore. Si è questa civiltà una quasi virtù ed una attenzione costante a non lasciare che nelle parole o negli atti nostri traspaia cosa che offenda o dispiaccia agli altri ; essa è una emanazione di quel primo principio che c’insegna di non far ad altri quello che dispiacerebbeci fatto a noi.31

  • 32 Ibidem, p. 450.
  • 33 Ibidem.
  • 34 Ibidem, p. 449.

19Alors que le cérémonial est un ensemble de règles imposant un comportement social codifié, la civilité est une attitude de prise en compte et de respect de l’altérité échappant à la codification et exigeant finesse et intuition (« sifatte dilicate differenze è impossibile esprimerle bene colle parole »32). L’art de plaisanter, en particulier, requiert « una delicatezza somma di spirito ed un fino accorgimento del cuore umano »33. En somme, l’opposition entre le cérémonial et la civilité équivaut, dans l’art de vivre en société, à celle que les penseurs du « Café » établissent en littérature entre les règles et le sentiment – le principe de la civilité consistant à offrir à l’autre une image gratifiante de lui-même, ce que résume la formule : « quando un uomo parte dalla tua compagnia contento di se stesso, parte contento di te »34. Il s’agit d’être attentif à l’amour-propre d’autrui, à son narcissisme, dans la mesure où le comportement de chacun est un miroir qui lui renvoie son image : l’humanisme du « Café » trouve ses références modernes dans la psychologie sensualiste qu’enseigne Helvétius.

De la satire de mœurs à la critique sociale et politique

20Échelle du comique et échelle sociale. Champion et modèle de la satire de mœurs, Parini offre une caution morale et littéraire moderne qu’Alessandro Verri ne dédaigne pas. Est cité (avec quelques inexactitudes : signe probable d’une citation de mémoire) un extrait du Mattino (vers 172-177) qui décrit le cérémonial sous le signe du grotesque :

  • 35  Alessandro Verri, Le riverenze, ibidem, p. 77.

… egli all’entrar si fermi
Ritto sul liminare : indi elevando
Ambe le spalle, qual testudo il collo
Contragga alquanto, e ad un medesmo tempo
Inchini il mento, e col estrema falda
Del piumato cappello il labro tocchi.35

  • 36 Ibidem.

21La référence au « nuovo Giovenale »36, est le signe d’une intention sérieuse, dépassant le simple divertissement ; au-delà du comique, la satire est sous-tendue par une intention morale. La révérence est un moment clef du cérémonial mondain, celui où s’établit l’inter-locution entre deux personnes : son observation permet de connaître les hommes, de sonder leur cœur et de les juger.

22Mieux : au-delà des individus, elle permet de découvrir « l’indole e il carattere delle nazioni » : le code qui leur donne sens permet en effet d’exprimer et de rendre manifestes une hiérarchie sociale et un rapport de pouvoir entre celui qui fait la révérence et celui qui la reçoit. La satire de mœurs devient ainsi, avec l’arme du comique, critique non seulement morale mais encore sociale et politique. Les concepts géométriques de perpendicularité par rapport au sol (l’homme qui se tient debout) et de parallélisme (celui qui se tient couché) sont vite ramenés, à travers les idées de bonheur et de misère, à l’évocation de la société inégalitaire et hiérarchisée d’Ancien Régime – l’inclinaison de la révérence apparaissant comme la mesure du degré d’oppression et le signe du positionnement social :

  • 37  Alessandro Verri, Le riverenze, ibidem, p. 74.

Il cortigiano riceve una insigne riverenza dal nobile, il nobile ne riceve una quasi fuori d’equilibrio dal curiale, il curiale ne riceve di officiose e patetiche da qualche litigante.37

23De l’homme de cour au plaideur, la descente de l’échelle sociale s’accompagne d’une amplification toujours plus caricaturale du geste, qui correspond à une progression générique du sérieux vers le comique et le farcesque. En haut de l’échelle, tout près du pouvoir, la référence à Cicéron et à César trouve dans l’Histoire antique l’exem-ple (à ne pas suivre) du poète courtisan qui se soumet au pouvoir politique ; tandis qu’au bas de l’échelle le porte-faix, étranger au cérémonial

  • 38 Ibidem.

(il facchino nec dat, nec tollit, né riceve né fa riverenze)38

semble, de ce fait, exclu du jeu social – simple figurant qui ne saurait accéder au rôle de protagoniste. Entre ces deux extrêmes, la révérence se décline en une comédie humaine qui, de l’humour au grotesque et à la farce, exploite toutes les facettes du comique.

24L’intellectuel. Remarquons bien que les deux extrêmes échappent au comique : la situation hors-jeu du porte-faix sous-entend une exclusion sociale et politique qui demande à être prise au sérieux ; l’exemple illustre de Cicéron pose, avec gravité, le problème du rapport entre l’intellectuel et le pouvoir, qui préoccupe particulièrement les philosophes du « Café ». L’intellectuel moderne apparaît, dans cet article, sous les traits de l’homme sage :

  • 39 Ibidem, p. 76.

l’uomo saggio risguarda tutte le cerimonie come mezzi efficacissimi per tenersi lontani gl’importuni o i malvaggi. Egli fa una moderata riverenza lontana dal fasto egualmente e dalla bassezza ; e poiché gli uomini hanno fatta una tacita convenzione, per cui l’incurvarsi il dorso è un segno d’ossequio, egli urbanamente lo mostra a chi conviene con questo segno.39

25L’homme sage échappe au comique. Considérant la relativité des conventions humaines, il les respecte dans la mesure où elles permettent une convivialité harmonieuse. Il représente ainsi un modèle humain qui illustre les valeurs d’urbanité, de modération, de dignité.

  • 40  Pietro Verri, La buona compagnia, ibidem, pp. 445-451.

26Signification politique de la politesse. Alessandro Verri théorise, sous le couvert du comique, une mise en relation entre les rituels de la politesse et le positionnement social, qui met en évidence un rapport de pouvoir. Ce faisant, il suggère une continuité entre la réflexion sur les codes de comportement et la pensée politique du « Café ». Cette continuité devient manifeste sous la plume de Pietro Verri, en particulier dans l’article La buona compagnia40 :

  • 41 Ibidem, p. 447.

La buona compagnia dunque deve rassomigliarsi assai più al governo democratico che a qualunque altro ; fors’anco può ella sussistere sotto l’aspetto d’una aristocrazia clemente ; fors’anco può ritrovarsi in figura d’una moderata monarchia ; ma se il dispotismo o l’anarchia vi s’introducono, la buona compagnia non è più da sperarsi.41

  • 42  Pietro Verri, Le delizie della villa, ibidem, pp. 166-173.

27Les catégories politiques de Montesquieu, qui rendent compte ordinairement du gouvernement de la cité, sont appelées ici à caractériser, par les vertus de la comparaison, le fonctionnement des réunions mondaines. Qu’elle s’applique à la politique ou aux usages mondains, la pensée du « Café » manifeste sa continuité et son enracinement dans quelques principes essentiels. On constate, en l’occur-rence, que l’art de la conversation s’insère dans une vision globale du fonctionnement social et politique. Pietro Verri exprime ici sa préférence pour la démocratie ou, du moins, pour les régimes politiques modérés où l’autorité s’exerce d’une façon pratiquement invisible, idéal qui, dans Le delizie della villa42, s’exprime en ces termes :

  • 43 Ibidem, p. 170.

Ivi non v’accorgereste che il marchese sia il padrone di casa ; non comanda, non disapprova, non offre a veruno.43

28La condamnation des extrêmes (anarchie et despotisme) utilise les ressources du comique :

  • 44  Pietro Verri, La buona compagnia, ibidem, p. 447.

Chiamo conversazione anarchica quella dove gli uomini radunati, non obbedendo a veruna legge sociale, formano un tumultuario mormorio ; dove più parlano in una volta e s’interrompono e si urtano e s’incomodano vicendevolmente ; dove si mette a prova la forza polmonare e si urla e si schiamazza ; dove l’uomo educato, se per sventura vi si trova, deve essere asperso dell’eloquente saliva degli infuocati declamatori e spalmato potentemente dal loro eterno gesticolare ; dove un’idea non viene proposta o viene spezzata prima che interamente sia prodotta, e la contraddizione e la inurbanità e la scurrile maniera di schiamazzare e smascellarsi rattristano, annoiano e amareggiano alla perfine ciascuno.44

29La question des bonnes manières (« conversazione », « l’uomo educato », « la inurbanità e la scurrile maniera ») relève d’une conceptualité politique (« anarchica », « non obbedendo a veruna legge sociale »). La critique de la conversation anarchique passe par un comique extrêmement chargé qui se fonde sur les notations sonores (« un tumultuario mormorio », « si urla e si schiamazza »), sur la déformation grotesque (« la scurrile maniera di schiamazzare e smascellarsi ») et sur les détails relevant d’un goût volontairement douteux (« deve essere asperso dell’eloquente saliva degli infuocati declamatori e spalmato potentemente dal loro eterno gesticolare »). Les mêmes procédés déconsidèrent la conversation despotique. La satire de mœurs se veut ici particulièrement corrosive ; dans la filigrane de la question des codes de comportement se dessine nettement le positionnement politique de Pietro Verri.

30La politesse se décline dans le « Café » en cerimoniale et en civiltà. Le premier est un ensemble prescriptif de règles, langagières et gestuelles ; contestées, celles-ci sont objet de satire et supportent une charge comique. Le cerimoniale rend visible, par ailleurs, un positionnement social et des rapports de pouvoir ; la critique du cerimoniale permet alors aux philosophes du « Café » d’exprimer des préférences politiques nettes en faveur des régimes modérés. La civiltà est une vertu qui rend sensible à l’autre et qui permet de ménager son amour-propre et son narcissisme ; son exercice exige finesse et intuition. C’est la facette mondaine de l’humanisme des Lumières.

Haut de page

Notes

1  L’édition utilisée ici est la suivante : « Il Caffè », 1764-1766, a cura di Gianni Francioni e Sergio Romagnoli, Torino, Bollati Boringhieri, 1993.

2  Pietro Verri, Il Tu, Voi e Lei, ibidem, tome II, p. 428.

3 Ibidem, p. 428.

4 Ibidem, p. 428.

5 Ibidem, p. 428.

6 Ibidem, p. 429.

7 Ibidem, p. 429.

8 Ibidem, p. 430.

9  Cf. Alessandro Verri, Saggio di legislazione sul pedantesimo, ibidem, pp. 134-140 ; Pietro Verri, Ai giovani d’ingegno che temono i pedanti, ibidem, pp. 392-395.

10  Cf. Alessandro Verri, Rinunzia […] al vocabolario della Crusca, ibidem, pp. 47-50.

11  Cf. Alessandro Verri, Dei difetti della letteratura e di alcune loro cagioni, ibidem, pp. 539-560.

12  Dans Le delizie della villa (ibidem, pp. 166-173), la prise en compte de la nature des choses prend l’aspect idyllique d’un véritable retour à la nature (la villa est, à proprement parler, une propriété de campagne) – une nature, il est vrai, si bien domestiquée que, conformément à l’idéal proposé par Castiglione « sembra opera della natura quello che è l’ultimo raffinamento dell’arte » (ibidem, p. 169).

13  Pietro Verri, Il Tu, Voi e Lei, ibidem, p. 431.

14 Ibidem.

15  Alessandro Verri, Le riverenze, tome II, ibidem, pp. 73-78.

16  Cesare Beccaria, Il Faraone, ibidem, pp. 18 et suiv.

17  Cesare Beccaria, Tentativo analitico su i contrabbandi, ibidem, pp. 173 et suiv.

18  Alessandro Verri, Le riverenze, ibidem, p. 76.

19 Ibidem, pp. 74-75.

20 Ibidem, p. 75.

21 Ibidem, p. 75.

22 Ibidem, p. 77.

23 Ibidem, p. 77.

24 Conversazione tenutasi nel caffè, ibidem, tome 1, pp. 163-165.

25 Ibidem, p. 163.

26  Gian Rinaldo Carli, Delle patria degli italiani, ibidem, pp. 421-427.

27 Ibidem, pp. 421-422.

28 Ibidem, p. 422.

29 Ibidem.

30  Pietro Verri, La buona compagnia, ibidem, p. 448.

31 Ibidem.

32 Ibidem, p. 450.

33 Ibidem.

34 Ibidem, p. 449.

35  Alessandro Verri, Le riverenze, ibidem, p. 77.

36 Ibidem.

37  Alessandro Verri, Le riverenze, ibidem, p. 74.

38 Ibidem.

39 Ibidem, p. 76.

40  Pietro Verri, La buona compagnia, ibidem, pp. 445-451.

41 Ibidem, p. 447.

42  Pietro Verri, Le delizie della villa, ibidem, pp. 166-173.

43 Ibidem, p. 170.

44  Pietro Verri, La buona compagnia, ibidem, p. 447.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°11, Bonnes manières et mauvaise conduite, vol. II, 2007

Référence électronique

Raymond Abbrugiati, « Politesse et bonnes manières dans « Le Café » ou la facette mondaine de l’humanisme des Lumières », Italies [En ligne], 11 | 2007, mis en ligne le 13 mars 2009, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://italies.revues.org/846 ; DOI : 10.4000/italies.846

Haut de page

Auteur

Raymond Abbrugiati

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org