Navigation – Plan du site

Leopardi : Du bon usage des illusions

Denis Ferraris
p. 45-59

Résumé

Les Operette morali se construisent sur la distance entre l’infini du désir et la finitude du plaisir. Seule l’illusion peut paraître combler cette distance, et c’est bien le thème de la Storia del genere umano qui inaugure le volume. Denis Ferraris pose avec Leopardi la question de savoir si les illusions sont bénéfiques ou maléfiques, accroissent ou diminuent le malheur. À travers l’étude de plusieurs operette, il montre la complexité de cette question et rappelle que pour Leopardi l’illusoire commande toute analyse du monde et toute réflexion esthétique. L’importance accordée à l’erreur conduit Leopardi à créer le concept d’« erreur magnanime », en contraste avec la vérité qui assèche et qui tue – qui tue l’enfance et l’imaginaire, et les vertus, et l’art. L’article se conclut sur la convergence de l’illusion et du « vago », deux déclinaisons d’une même valeur irremplaçable dans son indétermination.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Leopardi (Giacomo)

Chronologie :

XIXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Paris, Seuil, 1976, coll. « Points Sagesses », traduit par Vincent Bardet [Cutting through spiritu (...)

Marpa fut très remué lorsque son fils fut tué, et l’un de ses disciples dit : « Vous nous disiez toujours que tout est illusion. Qu’en est-il de la mort de votre fils, n’est-ce pas une illusion ? » Et Marpa répondit : « Certes, mais la mort de mon fils est une super-illusion ».
Chögyam Trungpa,
Pratique de la voie tibétaine : au-delà du matérialisme spirituel1

1Parmi les grands postulats sur lesquels Leopardi a construit son système de pensée, il en est un qui peut être considéré comme la pierre d’angle de ce système : c’est celui qui affirme le caractère irrépressible du désir d’infini qui anime et tourmente tout être humain.

2L’une des premières affirmations de ce postulat se trouve dans une longue note de juillet 1820 du Zibaldone. Leopardi y enchaîne plusieurs convictions personnelles et, si on peut dire, définitives, sur le néant universel, le plaisir impossible et la tendance à l’infini.

  • 2 Zibaldone di pensieri, Edizione critica e annotata a cura di Giuseppe Pacella, vol. 1, Milano, Garz (...)

Il sentimento della nullità di tutte le cose, la insufficienza di tutti i piaceri a riempirci l’animo, e la tendenza nostra verso un infinito che non comprendiamo, forse proviene da una cagione semplicissima, e più materiale che spirituale.2

3On connaît cette cause : l’âme humaine est condamnée à aspirer au bonheur et au plaisir (Leopardi dit, en l’occurrence, que c’est la même chose). Or, ce désir et cette tendance, par nature, n’ont pas de limites, alors que le bonheur et le plaisir, eux, sont toujours limités. De la distance immense entre l’infini du désir et la finitude du plaisir naît le malheur de l’homme. À partir d’un postulat multiforme et suivant une puissante tendance discursive, Leopardi élabore une sorte de syllogisme dont la conclusion coïncide avec une aporie angoissante pour l’homme : ne pouvant rejeter sa nature, sinon en se détruisant – ce que l’écrivain refuse à cause d’une inclination pour l’attitude stoïcienne –, il est condamné à une frustration sans fin qu’on pourrait qualifier d’ontologique.

  • 3  Page 165, P. 165, O. 134 [P = Pacella ; O = ed. Oscar Mondadori].

Ora una tal natura porta con sé materialmente l’infinità, perché ogni piacere è circoscritto, ma non il piacere la cui estensione è indeterminata, e l’anima amando sostanzialmente il piacere, abbraccia tutta l’estensione immaginabile di questo sentimento, senza poterla neppure concepire, perché non si può formare idea chiara di una cosa ch’ella desidera illimitata.3

4Trois ans et demi plus tard, en janvier 1824, Leopardi donnera une forme poétique à ce syllogisme dans le premier texte du recueil des operette. Dans un long développement, l’écrivain associe le besoin d’infni, l’impossibilité de connaître et de posséder cet infini et les apparences ou images charmantes que Dieu s’est résigné à offrir aux hommes dans son impuissance divine à leur donner la substance des choses et à les faire jouir effectivement de la possession de l’infini.

  • 4 Storia del genere umano,in Poesie e prose, volume secondo, Prose, a cura di Rolando Damiani, Milano (...)

E risolutosi di moltiplicare le apparenze di quell’infinito che gli uomini sommamente desideravano (dappoi che egli non li poteva compiacere della sostanza), e volendo favorire e pascere le coloro immaginazioni [...] fra i molti espedienti che pose in opera [...] [Giove] creò [...] il popolo de’ sogni, e commise loro che ingannando sotto più forme il pensiero degli uomini, figurassero loro quella pienezza di non intelligibile felicità, che egli non vedeva modo a ridurre in atto, e quelle immagini perplesse e indeterminate, delle quali esso medesimo [...] non poteva produrre alcun esempio reale.4

5Dans la marge du manuscrit, pour qualifier ces « images » offertes par Jupiter au genre humain, Leopardi a multiplié les possibilités : « fuggitive, sfuggevoli, incerte, dubbie, indistinte, confuse ». Une chose est sûre : ces images ne sauraient donner à l’homme l’ombre d’une certitude. Elles ne sont que des pis-aller dont l’origine se trouve très probablement dans le célèbre mythe de la caverne platonicien (même si Leopardi paraît s’être intéressé plus à la langue du philosophe grec qu’à son système de pensée). Il apparaît clairement que l’écrivain a tenu, ici, à affirmer que ces images sont doublement fallacieuses : elles ne sont pas le reflet d’une quelconque réalité et elles ne sauraient contribuer, a priori, à la connaissance objective du monde. Or, le lien entre désir infini de jouissance et désir infini de connaissance est particulièrement net dans un passage du Zibaldone daté du 8 décembre 1820, dans lequel est également mentionné le désir d’aimer au sens le plus large du verbe.

  • 5  Page 390, P. 301, O. 250.

Dunque il nostro desiderio infinito di conoscere (cioè concepire), e di amare, non può esser mai soddisfatto dalla realtà [...] : ma solamente può esser soddisfatto dalle illusioni (o false concezioni, o false persuasioni di conoscenza e di amore, e di possesso e godimento) e dalle distrazioni ovvero occupazioni.5

6On notera que le ton de Leopardi est sensiblement différent dans ses lettres : c’est l’homme, avant l’écrivain, qui s’y exprime avec une plus grande spontanéité peut-être, et plus de sensibilité également aux situations contingentes et à la qualité de sa relation avec le destinataire. S’agissant des produits de l’imagination, il lui arrive de se montrer nettement moins sombre dans ses échanges avec ses correspondants, surtout lorsqu’après la fameuse « mutazione totale » de 1819 il se trouvera sous l’empire d’une nostalgie très forte pour l’époque, rebaptisée heureuse, des rêveries programmées et poétisées. On peut le voir, par exemple, dans une lettre du 23 juin 1823 adressée à André Jacopssen.

  • 6 Epistolario, a cura di Franco Brioschi e Patrizia Landi, Torino, Bollati Boringhieri, 1998, I, p. 7 (...)

[...] j’aimais autrefois ces doux objets que mon imagination se plaisait à créer, ces rêves dans lesquels vous faites consister une partie de bonheur. En effet il n’appartient qu’à l’imagination de procurer à l’homme la seule espèce de bonheur positif dont il soit capable. C’est la véritable sagesse que de chercher ce bonheur dans l’idéal, comme vous faites.6

7Les illusions dont parle Leopardi concernent aussi bien l’état de veille que le sommeil, porteur de rêves. En novembre 1824, en ouverture du Cantico del gallo silvestre, Leopardi pourra sembler distinguer, voire opposer, ces deux moments : au jour la vérité, à la nuit les imaginations trompeuses.

  • 7  Cit., pp. 161-162.

Il dì rinasce : torna la verità in sulla terra e partonsene le immagini vane. Sorgete [mortali] ; ripigliatevi la soma della vita ; riducetevi dal mondo falso nel vero.7

8En réalité, il ne semble pas qu’il s’agisse pour l’auteur d’une coupure pertinente. Pour lui, la grande question est surtout de savoir si ces images illusoires – qu’elles naissent de l’imagination consciente ou du rêve – sont bénéfiques ou maléfiques, si elles apportent à l’homme un soulagement ou un accroissement de son malheur. La réponse n’est pas facile à trouver. En 1827, dans le grand dialogue entre Plotin et Porphyre, souvent cité pour sa conclusion humaniste, Leopardi fait dire par Porphyre, tenté par le suicide, que seule l’illusion peut faire qu’un homme trouve assez de prix à la vie pour ne pas vouloir mourir.

  • 8  Cit., p. 195.

...tutte le altre disposizioni degli uomini [...] per le quali [...] si vive, e stimasi che la vita e le cose umane abbiano qualche sostanza ; sono qual più qual meno, rimote dalla ragione, e si fondano in qualche inganno e in qualche immaginazione falsa. E nessuna cosa è più ragionevole che la noia. I piaceri sono tutti vani.8

9Certes il s’agit là du discours de Porphyre et c’est à Plotin que Leopardi donnera le mot de la fin grâce à une très longue conclusion. Mais le dialogue exprime une sorte de débat de l’écrivain avec lui-même, dans son for intérieur où s’opposent, face à la vie, deux positions a priori inconciliables entre elles. Ce que Leopardi fait dire à Porphyre, c’est finalement que celui qui accepte de vivre doit d’abord savoir se mentir à lui-même ou fermer les yeux pour se laisser abuser – sinon la vie serait insupportable. Cependant, la noirceur du propos, doucement corrigée à la fin par l’affectueux encouragement de Plotin – « Viviamo, Porfirio mio, e confortiamoci insieme » – avait déjà reçu, par anticipation, une réplique plus positive dans une lettre du 14 août 1820 adressée à Pietro Brighenti. Concluant sa missive sur la considération de son état de santé et de celui de son correspondant, Leopardi y parlait d’encouragement mutuel entre amis et associait les « chères illusions » à l’espoir sans lequel la vie serait intenable.

  • 9   Cit., p. 430.

Bisogna farsi core alla meglio, e conservare la speranza. Finalmente questo mondo è un nulla, e tutto il bene consiste nelle care illusioni. La speranza è una delle più belle, e la misericordia della natura, ce ne ha forniti in modo, che difficilmente possiamo perderla. A me resta solamente per forza di natura. Secondo la ragione dovrei mancarne affatto. Ma viviamo giacché dobbiamo vivere, e confortiamoci scambievolmente, e amiamoci di cuore, che forse è la miglior fortuna di questo mondo.9

  • 10  Leopardi emploie souvent le qualificatif positivo manifestement dans une acception très proche de (...)
  • 11  Il ne semble pas que Leopardi ait eu connaissance seulement de l’existence de Paul-Joseph Barthez (...)

10Notre remarque sur le ton spécifique employé par Leopardi dans sa correspondance demeure valable pour cet exemple : Leopardi atténue et mitige, ici, considérablement la dureté et l’aigreur de son discours, au point qu’il en vient à paraître se contredire au sujet de la Nature devenue soudain « miséricordieuse », même s’il s’agit d’offrir du vide, c’est-à-dire des illusions. Du reste, cette notion de miséricorde de la Nature n’a rien de religieux ni de moral. Elle doit être interprétée à l’intérieur du système matérialiste léopardien. La Nature, en effet, se contente de remplir son office qui consiste à faire renaître, même dans les pires moments de la vie d’un individu ou d’une civilisation, assez d’espoir, c’est-à-dire d’erreur de jugement, pour que le goût de la vie l’emporte. C’est une des conséquences du mécanisme (meccanicismo) de Leopardi qui fait écho au positivisme naissant10, au vitalisme à la mode11 et aux proches théories de l’évolution. On voit bien cela dans un passage du 16 janvier 1821 du Zibaldone dans lequel la Nature est associée dans son œuvre vitale au temps et à l’habitude (la grande notion léopardienne de l’assuefazione).

  • 12  Sans vouloir donner une valeur excessive au choix de ce terme, rappelons, dans l’hypothèse d’une i (...)
  • 13  Cit., pp. 513-514, P. 365.

...il tempo medica12 tutte le piaghe dell’animo. [...] Coll’assuefazione [...] ma non già con questa sola [...] le illusioni poco stanno a riprender possesso e riconquistare l’animo nostro [...] ; e l’uomo (purché viva) torna infallibilmente a sperare quella felicità che avea disperata [...] ; e il disinganno più fermo, totale, e ripetuto, e anche giornaliero, non resiste alle forze della natura che richiama gli errori e le speranze.13

11La valorisation de l’espoir qui aide à vivre, telle qu’elle est exprimée dans la lettre à Brighenti, se trouve aussi, quatre ans plus tard, dans Il Parini ovvero della gloria (juillet-août 1824). En l’occurrence, la mise en valeur est solidement encadrée par un rappel d’ascendance pascalienne.

  • 14 Cap. Decimo, cit., p. 111.

Perocché l’uomo è sempre inclinato e necessitato a sostenersi del ben futuro, così come egli è sempre malissimo soddisfatto del ben presente.14

12Le bonheur du moment est sans consistance autre qu’imaginaire, mais l’homme ne peut s’empêcher d’aller par la pensée vers un bonheur encore inexistant et qui, lorsque le futur sera devenu le présent, s’avérera tout aussi creux que les apparents états de bonheur antérieurs.

  • 15  Cit., p. 111.

[...] niuno è così felice oggi, che disprezzando la vana felicità presente, non si conforti col pensiero di quella parimente vana, che egli si promette nell’avvenire.15

13Mais il importe de ne pas considérer cette vanité sous un seul regard. Ainsi, dans la même operetta, au chapitre six, Leopardi parle de l’espoir en d’autres termes. Car l’espoir est aussi une force et une énergie au point que lui seul peut véritablement offrir à l’homme un moment de jouissance, fût-elle imaginaire. En dehors du choix stoïcien, il est pratiquement la condition de la survie pour l’homme.

  • 16  Cit., pp. 99-100.

Onde ogni cosa più dolce, e come dice Omero, Venere, il sonno, il canto e le carole presto e di necessità vengono a noia, se colla presente occupazione non è congiunta la speranza di qualche diletto o comodità futura che ne dipenda. Perocché la condizione dell’uomo non è capace di alcun godimento notabile, che non consista sopra tutto nella speranza, la cui forza è tale che moltissime occupazioni prive per sé di ogni piacere, ed eziandio stucchevoli o faticose, aggiuntavi la speranza di qualche frutto, riescono gratissime e giocondissime...16

14On voit donc que la vanité des choses ne saurait être uniquement un objet de mépris ou de dédain. Leopardi refuse d’oublier qu’elle commande toute analyse du monde et toute réflexion esthétique. Mais il répugne pourtant à mépriser ce qu’on est convenu d’appeler les productions de l’esprit, c’est-à-dire tout ce qui est issu d’un élan profond, indestructible et insatiable de la conscience et de l’imaginaire vers l’infini. L’homme se trompe lorsqu’il prend pour des réalités objectives ce qui n’est que le produit de son imagination et, surtout, de son désir d’échapper à l’étroitesse de son destin menacé par le néant, seule vérité solide. Mais cette erreur a elle-même quelque chose de grand parce qu’elle témoigne précisément de la volonté de ne pas se contenter passivement de la misérable vie offerte par la nature. C’est ainsi que Leopardi crée le concept de l’« erreur magnanime », en donnant au qualificatif une valeur active indiquant que cette erreur a le pouvoir de donner de la grandeur d’âme à celui qui la commet – qui a le courage et l’audace, sinon le génie, de la commettre. L’une des premières manifestations de l’importance accordée à l’erreur se trouve dans une note du 16 novembre 1820 du Zibaldone. À ce moment-là, Leopardi se contente de prendre en examen ce qu’il appelle le « système de la nature ». Pour lui, il ne fait aucun doute qu’il importe d’abord de constater que la Nature a voulu que l’homme, spontanément, se trompe et soit dans l’erreur – la recherche de la vérité n’est intervenue que tardivement et l’écrivain tend à estimer qu’elle n’est pas le propre de l’homme selon la Nature.

  • 17  Cit., pp. 332-333, P. 267, O. 221.

Ed una di queste verità che son comprese [ 333 ] nel sistema della natura, è che l’errore e l’ignoranza è necessaria alla felicità delle cose, perché l’ignoranza e l’errore è voluto, dettato, e stabilito fortemente da lei, e perch’ella in somma ha voluto che l’uomo vivesse in quel tal modo in cui ella l’ha fatto.17

15C’est en mars 1822, sauf erreur, qu’apparaît l’expression « errori magnanimi », dans l’ébauche intitulée Comparazione delle sentenze di bruto Minore e di Teofrasto...Leopardi y affirme que Théophraste, à la fin de sa vie, avait fini par changer d’opinion sur la valeur de la gloire qu’apportent les études savantes et les travaux d’écrivain, de même que Brutus peut considérer que la virtus n’est qu’un nom. Cette sorte de reniement a quelque chose de religieux dans la mesure où il s’agit de tourner le dos à des notions sacrées que l’on a autrefois adorées ; et Leopardi se divertit donc à les appeler des « apostasies ». Mais c’est pour suggérer, en passant, qu’elles entraînent une mortification de la vie, précisément parce qu’elles privent brutalement l’homme du charme apaisant d’images vivantes et stimulantes, capables de le faire sortir de lui-même (ce que les grecs appellent extase) et d’oublier un peu son néfaste amour-propre.

  • 18  Cit., p. 268.

Questi tali rinnegamenti, o vogliamo dire, apostasie da quegli errori magnanimi che abbelliscono o più veramente compongono la nostra vita, cioè tutto quelle che ha della vita piuttosto che della morte, riescono ordinarissimi e giornalieri...18

16Ces « erreurs magnanimes », qui faisaient que la vie méritait son nom malgré tout, font penser à ces « antichi principi umani e virtuosi » dont le Machiavel léopardien dira, trois mois plus tard (13 juin 1822) qu’il ne peut s’empêcher d’avoir encore pour eux « [non so se] affezione o inclinazione e simpatia interna ». Deux ans plus tard exactement, en juin 1824 donc, Leopardi développera cette conviction de la grandeur des vertus traditionnelles, pour illusoires qu’elles soient, dans la péroraison qu’il écrira en faveur de son porte-parole Eleandro, celui qui a pitié des hommes.

  • 19  Cit., p. 181.

...lodo e esalto quelle opinioni, benché false, che generano atti e pensieri nobili, forti, magnanimi, virtuosi ed utili al ben comune o privato ; quelle immaginazioni belle e felici, ancorché vane, che danno pregio alla vita ; le illusioni naturali dell’animo ; e in fine gli errori antichi...19

17Quelques mois plus tard encore (août-septembre 1824) Leopardi se servira d’un autre porte-parole, Filippo Ottonieri, pour continuer sa croisade contre la vérité qui assèche et qui tue, à l’opposé des utopies altruistes qui portent à combattre l’idée du néant comme peut le faire l’homme avec sa conscience courageuse (son « animo »).

  • 20  Cit., p. 127.

Diceva che i diletti più veri che abbia la nostra vita, sono quelli che nascono dalle immaginazioni false ; e che i fanciulli trovano il tutto anche nel niente, gli uomini il niente nel tutto.20

18Cette totalité dont parle Ottonieri en l’opposant au néant est une figuration de l’infini et il est cohérent que, dans le système de pensée de Leopardi, elle soit associée à l’enfance qui est la période, dans la vie de l’homme, pendant laquelle celui-ci ignore la science et la vérité positive. On sait que l’écrivain ne faisait d’ailleurs guère de différence entre l’enfance phylogénétique et l’enfance ontogénétique. Dans le premier texte du recueil, le narrateur suppose que le grand rêve de l’humanité est de retourner à ses origines afin de connaître à nouveau le bonheur serein des productions incessantes de l’imagination, supposées sans limites. Car l’un des grands regrets, pour ne pas dire tourments, des hommes, selon Leopardi, est de devoir constater, jour après jour, depuis qu’ils sont adultes, comme individus et comme sociétés, que les choses sont beaucoup plus limitées et pauvres qu’ils ne l’avaient primitivement imaginé.

  • 21  Cit., p. 7.

[Giove] intendeva che gli uomini si querelavano principalmente che le cose non fossero immense di grandezza, né infinite di beltà, di perfezione e di varietà, come essi da prima avevano giudicato [...] e desiderando le dolcezze dei loro primi anni, pregavano ferventemente di esere tornati alla fanciullezza, e in quella perseverare tutta la loro vita.21

19On se souvient, par ailleurs, sur le plan ontogénétique, de ce que Leopardi disait dans sa fameuse lettre à Pietro Giordani du 17 décembre 1819 :

  • 22  Cit., p. 355.

[...] non vivono fino alla morte se non quei molti che restano fanciulli tutta la vita.22

20Moins de trois mois plus tard, le 6 mars 1820, il racontait au même Giordani qu’il s’était mis, un soir, à sa fenêtre, à crier comme un forcené parce qu’il avait senti l’air tiède du début du printemps et les aboiements de chiens dans le lointain.

  • 23  Cit., p. 379.

[...] m’agghiaciai dallo spavento, non arrivando a comprendere come si possa tollerare la vita senza illusioni e affetti vivi, e senza immaginazione ed entusiasmo, delle quali cose un anno addietro si componeva tutto il mio tempo, e mi faceano così beato non ostante i miei travagli.23

21Cette enfance idéale, qui empêche que la vie soit un enfer, se retrouve associée, à l’automne 1824, aux oiseaux dans Elogio degli uccelli. Dans les deux cas, ce qui domine c’est le mouvement – le « moto nel cuore »dont parle l’écrivain à Giordani dans sa lettre de mars 1820 – et la liberté absolue d’une imagination qui ne subit aucune des contraintes de la conscience logique, critique et zététique.

  • 24  Cit., p. 159.

[gli uccelli] debbono avere una grandissima forza e vivacità, e un grandissimo uso d’immaginativa [...] di quella ricca, varia, leggera, instabile e fanciullesca ; la quale si è larghissima fonte di pensieri ameni e lieti, di errori dolci, di vani diletti e conforti ; e il maggiore e più fruttuoso dono di cui la natura sia cortese ad anime vive.24

22Ce qui tue assez rapidement et irréversiblement le pouvoir merveilleux de cette imagination chez l’enfant qui grandit et se fait homme, c’est l’expérience, c’est-à-dire la progressive connaissance du mal qui domine l’univers. Or, pour connaître des émotions esthétiques qui puissent alimenter une œuvre artistique, il est impératif de croire qu’il existe, dans le monde, une valeur apparentée à la grandeur et à la beauté. C’est le raisonnement que Leopardi prête à Parini au début du chapitre IV de l’operetta qui lui est consacrée. À un disciple qui recherche la gloire grâce aux belles lettres (aux « lettere amene »), le vieil écrivain rappelle qu’il aura du mal, à l’époque dans laquelle il vit, à trouver des lecteurs sensibles à son art et à son génie parce que cette réceptivité à l’œuvre d’art diminue considérablement à la fois avec l’âge des individus – qui ne croient plus finalement à la beauté du monde – et avec le développement de ce qu’on appelle la science – parce que la grandeur de l’univers est, par celle-ci, ramenée à des chiffres et à des équations stérilisantes pour l’imaginaire.

  • 25  Cit., p. 93.

[...] abbi per certo, che ad essere gagliardamente mosso dal bello e dal grande immaginato, fa mestieri credere che vi abbia nella vita umana alcun che di grande e di bello vero, e che il poetico del mondo non sia tutto favola. Le quali cose il giovane crede sempre, quando anche sappia il contrario, finché l’esperienza sua propria non sopravviene al sapere [...]25

23Même si elle n’est pas explicitement mentionnée, on retrouve ici l’importance de l’ignorance comme inexpérience du monde et de la vie : elle seule permet de croire en la beauté de ce qui nous entoure et, à travers cette illusion, rend l’individu susceptible d’apprécier le travail du poète et de l’artiste. Au demeurant, comme on l’a vu à propos des « immagini indeterminate » de la Storia del genere umano, l’art a toujours un lien, pour Leopardi, avec l’indéfini, l’indéterminé et l’incertain – en raison d’une relation asymptotique et utopique avec l’infini. En décembre 1823, il note dans le Zibaldone que la figure du premier écrivain que nous connaissions et que nous admirions dans notre culture, Homère, est nimbée de vague – y compris pour ce qui concerne son existence même :

  • 26  Cit., p. 3975, P. 2117-2118.

In Omero tutto è vago, tutto è supremamente poetico nella maggior verità e proprietà e nella maggior forza ed estensione del termine ; incominciando dalla persona e storia sua, ch’è tutta involta e seppellita nel mistero [...]. Omero stesso è un’idea vaga e conseguentemente poetica.26

24Et quatre ans plus tard, en septembre 1827, il notera simplement ceci à propos du verbe « vagheggiare » : « bellissimo verbo ». On ne peut oublier, non plus, le célèbre incipit, en août-septembre 1829, de Le ricordanze : « Vaghe stelle dell’Orsa ». C’est aussi dans cette poésie que l’écrivain mentionne son « possente errore » (v. 66) et s’exclame, au début de la quatrième strophe : « O speranze, speranze ; ameni inganni / delle mia prima età ! sempre parlando, / ritorno a voi » (v. 77-79). Le qualificatif « vago »réapparaîtra dans les derniers vers de la composition, associé au verbe « immaginar » qui, dans la pensée et la poétique léopardiennes, lui est en quelque sorte consubstantiel. Le 14 décembre 1828, déjà, le lien entre la notion de « vago » – qui est d’ailleurs, plutôt, une catégorie imaginaire – et celle du souvenir était clairement mis en rapport de signification avec la distance, aussi bien spatiale et temporelle qu’idéale :

  • 27 Zibaldone, cit., p. 4426, P. 2508, O. 1166.

La rimembranza è essenziale e principale nel sentimento poetico, non per altro, se non perché il presente, qual ch’egli sia, non può esser poetico ; e il poetico [...] si trova sempre consistere nel lontano, nell’indefinito, nel vago.27

25Et le premier janvier 1829, il reviendra sur cette association, déterminante à ses yeux, entre sentiment poétique et sentiment de l’éloignement des choses :

  • 28  Cit., p. 4427, pp. 2508-2509, O. 1167.

[...] il piacere che ci dà la poesia, dico la poesia antica e d’immagini ; tra le sue cagioni, ha per una delle principali, se non la principale assolutamente, la rimembranza confusa della nostra fanciullezza che ci è destata da tal poesia. La qual rimembranza è, fra tutte, la più grata e la più poetica ; e ciò, principalmente forse, perché essa è più rimembranza che le altre cioè a dire, perché è la più lontana e più vaga.28

26En 1824, lorsqu’il s’agit pour Leopardi de trouver une personnalité pour chanter la valeur et l’importance de cette idée du « vago », c’est Parini, on l’a vu, qui est choisi précisément parce qu’il est, à la fois, grand écrivain et grand penseur, selon Leopardi. Et, une fois de plus, le lecteur peut constater qu’il s’agit bien d’un simple porte-parole dans la mesure où les propos que celui-ci est censé tenir face à son disciple sont pratiquement un démarquage des phrases de Leopardi lui-même dans son Zibaldone :

  • 29  Cit., p. 108.

In Omero, tutto (per così dire) è vago e leggiadramente indefinito, siccome nella poesia, così nella persona ; di cui la patria, la vita, ogni cosa, è come un arcano impenetrabile agli uomini.29

27Ce « mystère impénétrable par les hommes » doit être opposé, comme valeur irremplaçable dans son indétermination, à la vérité et à la science exacte, c’est-à-dire à la philosophie moderne, qui ont fait et continuent de faire tant de mal aux hommes. Avec le courage d’inspiration stoïcienne, qui exige que l’on regarde le mal et le malheur en face sans ciller et sans se plaindre, les illusions sont la raison principale sinon unique de l’assomption de son destin d’être vivant par l’homme.

Haut de page

Notes

1  Paris, Seuil, 1976, coll. « Points Sagesses », traduit par Vincent Bardet [Cutting through spiritual materialism]. Cité par Roland Barthes en quatrième de couverture de La chambre claire. Note sur la photographie, Paris, Éditions de l’Étoile, Gallimard Seuil, 1980.

2 Zibaldone di pensieri, Edizione critica e annotata a cura di Giuseppe Pacella, vol. 1, Milano, Garzanti, 1991, p. 164 [manuscrit p. 165, note du 12 au 23 juillet 1820].

3  Page 165, P. 165, O. 134 [P = Pacella ; O = ed. Oscar Mondadori].

4 Storia del genere umano,in Poesie e prose, volume secondo, Prose, a cura di Rolando Damiani, Milano, Mondadori, 1988, coll. « I Meridiani », pp. 7-8.

5  Page 390, P. 301, O. 250.

6 Epistolario, a cura di Franco Brioschi e Patrizia Landi, Torino, Bollati Boringhieri, 1998, I, p. 724.

7  Cit., pp. 161-162.

8  Cit., p. 195.

9   Cit., p. 430.

10  Leopardi emploie souvent le qualificatif positivo manifestement dans une acception très proche de celle qu’Auguste Comte donnait alors à l’adjectif équivalent en français. Le substantif positivisme est attesté dès 1830.

11  Il ne semble pas que Leopardi ait eu connaissance seulement de l’existence de Paul-Joseph Barthez ni donc, a fortiori, qu’il ait entendu parler de son ouvrage le plus important Nouveaux éléments de la science de l’homme (Montpellier, Imprimerie de J. Martel aîné, 1778). Mais, selon l’expression familière, les idées étaient d’autant plus en l’air qu’elles avaient été combattues par les Révolutionnaires et les Philosophes.

12  Sans vouloir donner une valeur excessive au choix de ce terme, rappelons, dans l’hypothèse d’une influence diffuse de la doctrine vitaliste, que P. J. Barthez était docteur en médecine. Reconnaissons aussi que cette théorie s’insère mal dans un système de pensée qui affirme comme une évidence que « la matière pense » (Zibaldone, p. 4288, 18 septembre 1827, cit., vol. 2, p. 2405).

13  Cit., pp. 513-514, P. 365.

14 Cap. Decimo, cit., p. 111.

15  Cit., p. 111.

16  Cit., pp. 99-100.

17  Cit., pp. 332-333, P. 267, O. 221.

18  Cit., p. 268.

19  Cit., p. 181.

20  Cit., p. 127.

21  Cit., p. 7.

22  Cit., p. 355.

23  Cit., p. 379.

24  Cit., p. 159.

25  Cit., p. 93.

26  Cit., p. 3975, P. 2117-2118.

27 Zibaldone, cit., p. 4426, P. 2508, O. 1166.

28  Cit., p. 4427, pp. 2508-2509, O. 1167.

29  Cit., p. 108.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Ferraris, « Leopardi : Du bon usage des illusions », Italies, Revue d’études italiennes, n°7, 2003, 45-59.

Référence électronique

Denis Ferraris, « Leopardi : Du bon usage des illusions », Italies [En ligne], 7 | 2003, mis en ligne le 14 mai 2009, consulté le 24 mai 2017. URL : http://italies.revues.org/869 ; DOI : 10.4000/italies.869

Haut de page

Auteur

Denis Ferraris

Université Paris III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org