Navigation – Plan du site
Ah ! L'étiquette

Les personnes d’adresse dans Le Prince de Machiavel

Sophie Saffi
p. 513-555

Résumé

Dans Le Prince, Machiavel n’exclut aucune des personnes d’adresse, alternant le Tu, la 3ème personne et le Voi dans une distribution que nous étudions en excluant la variation aléatoire. Afin d’en saisir la cohérence, nous cherchons à mettre en lumière l’organi-sation systématique en langue, à partir des réalisations de surface que sont les emplois particuliers. Tout au long de l’ouvrage, une construction type récurrente maintient un équilibre des enjeux de la puissance d’animation : une première partie énonce une règle à la 3ème personne, et une seconde partie formule un constat à la 2ème personne du singulier. La cohérence se lit dans les rapports de dominance entre le locuteur et son interlocuteur. Ainsi se dessine une hiérarchie des personnes d’adresse sur l’échelle de la puissance d’animation : du 100% actif (l’interlocuteur représenté par Tu) au 100% passif (l’interlocuteur représenté par la 3ème personne) en passant par la position intermédiaire (l’interlocuteur représenté par Voi). Notre intérêt se porte d’abord sur le stratégique « mode de l’humiliation » ; puis sur l’évolution linguistique et historique des modes allocutoires, parallèlement à l’évolution de la perception de la personne dans les cultures et sociétés concernées ; enfin sur l’élaboration en cours d’un pronom adéquat pour la 3ème personne en italien. La diachronie de nos langues romanes illustre une avancée progressive sur la hiérarchie de l’animation et  montre comment la personne de langue empiète peu à peu sur le territoire des personnes de langage.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  R. Von Albertini, Firenze dalla repubblica al principato. Storia e coscienza politica, Torino, Ein (...)

1Été 1513. Dans une Italie politiquement affaiblie, Machiavel est contraint à l’inaction. Pourtant, fort de son expérience politique et diplomatique, il se sait utile, il pense être celui qui, par ses écrits, voire sa collaboration si elle était acceptée, peut aider aux réformes qui sauveraient sa ville de Florence1. Dans une lettre à Francesco Vettori du 10 décembre 1513, il déclare :

  • 2  N. Machiavelli, Lettere a Francesco Vettori e Francesco Guicciardini (1513-1527), a cura di G. Ing (...)

Io ho […] composto uno opuscolo de principatibus, dove io mi profondo quanto io posso nelle cogitationi di questo subbietto, disputando che cosa è principato, di quale spetie sono, come e’ si acquistono, come e’ si mantengono, perché e’ si perdono. Et se vi piacque mai alcuno mio ghiribizo, questo non vi doverrebbe dispiacere ; et a un principe, et maxime a un principe nuovo, doverrebbe essere accetto ; però io lo indirizzo alla Magnificenza di Giuliano.2

  • 3  Initialement, en décembre 1513, l’œuvre était adressée à Julien de Médicis. Selon Giorgio Inglese, (...)

2Julien de Médicis est appelé à Rome, Laurent lui succède à Florence. Dans sa dédicace à Laurent de Médicis3, Machiavel adopte la 3ème personne de politesse ainsi que la 2ème personne du pluriel par le biais des possessifs dans les termes d’adresse honorifiques (la Magnificienza Vostra) ; dans l’exhortation finale, il reprend le Voi dans les pronoms personnels et dans les possessifs. L’ouvrage entier s’adresse à un interlocuteur princier, pourtant, dans tous les autres chapitres, Machiavel emploie aussi le tutoiement. Il n’exclut aucune des personnes d’adresse, alternant le Tu, la 3ème personne et le Voi dans une distribution que nous nous proposons d’étudier. La variation aléatoire est à exclure chez un auteur qui se crée les conditions de possibilité d’un discours de vérité adressé à son seigneur. Afin de saisir la cohérence régissant cette variété des emplois des personnes d’adresse dans le discours de Machiavel, nous chercherons à mettre en lumière l’organisation systématique en langue dont les réalisations de surface ne révèlent que des emplois particuliers mais qui, confrontés les uns aux autres, vont nous dévoiler cette structure profonde.

  • 4  C. Kerbrat-Orecchioni, Le discours en interaction, Paris, Armand Colin, 2005, pp. 294-295.
  • 5  Le terme « éthos » est souvent utilisé en pragmatique comme pur et simple synonyme de « style inte (...)
  • 6  Ibidem.
  • 7  Ibidem.
  • 8  Accessible sur le site du CAER (Centre Aixois d’Études Romanes) de l’Université de Provence. Les n (...)

3Dans toutes les sociétés humaines, il existe des « techniques de polissage » qui permettent de contenir les risques de conflits inhérents à toute interaction. « Mais en même temps, la politesse n’est pas universelle, dans la mesure où ses formes et ses conditions d’application varient sensiblement d’une société à l’autre, […] ce qui pose un problème à la description interculturelle »4. Ainsi, C. Kerbrat-Orecchioni, constatant que « la frontière Tu/Vous ne passe pas exactement au même endroit en France (où la zone du Vous est plus étendue) qu’en Espagne ou en Italie », en vient à se demander si l’explication tient « au fait que les formes Usted et Lei expriment d’une manière générale une distance plus grande que notre Vous, ou au fait que notre société manifeste un éthos5 plus “distant” que celui de nos voisins du Sud »6. La question se pose aussi bien en synchronie qu’en diachronie, comme le montre la flexibilité du système des personnes d’adresse de l’italien au cours des siècles. Pour élucider la part qui revient à la langue et à la culture, C. Kerbrat-Orecchioni envisage « le recours à l’intuition des locuteurs natifs », ainsi que « l’observation minutieuse des conditions d’emploi de ces formules et des réactions qu’elles entraînent »7. Pour notre étude, nous ne pouvions interroger ni l’auteur, ni son destinataire ; quant aux réactions suscitées, nous ne pouvons qu’émettre des hypothèses sur les réactions attendues ou recherchées par l’auteur. Il nous reste cependant la possibilité d’observer avec minutie les conditions d’emploi des différentes personnes d’adresse. Notre étude s’appuie sur un corpus8 constitué en relevant dans le texte du Prince de Machiavel tous les emplois de personnes autres que la 3ème personne. Il se compose de 164 items classés en quatre catégories selon l’emploi de la 1ère ou de la 2ème personne du singulier ou du pluriel.

4Ne voulant négliger aucun des procédés d’adresse, nous commencerons notre exposé en portant notre intérêt sur le stratégique « mode de l’humiliation ». Nous distinguerons ce que dit le discours de ce que disent les constructions de ce discours, ce qui nous permettra de comparer le contenu du discours et le message subliminal donné par sa forme. Nous mettrons en lumière les possibilités combinatoires qu’offre le système de la langue de Machiavel, répondant aux limites que lui imposent sa culture, sa société, son époque. Nous montrerons l’évolution linguistique et historique des modes allocutoires, parallèlement à l’évolution de la perception de la personne dans les cultures et sociétés concernées.

Le répertoire de l’humiliation

  • 9  P. Brown et S. C. Levinson, Politeness. Some Universals in Language Usage, Cambridge, Cambridge Un (...)
  • 10  Dans une lettre à son ami le poète Edmund Spenser, Gabriel Harvey, rhétoricien de Cambridge, assoc (...)

5En Orient, la politesse fonctionne entre autres sur le « mode de l’humiliation »9 qui consiste à encenser l’autre et à se déprécier dans une tactique d’autodénigrement. Cette servilité10 qui surprend les Occidentaux contemporains était aussi de mise dans les cours du XVIe en Europe de l’Ouest :

  • 11  P. Burke, Les langages de la politesse in « Terrain », Numéro 33 – Authentique ?, septembre 1999, (...)

Aux xvie et xviie siècles, en particulier en Espagne et en Italie, des expressions telles que « je baise votre main » voire même « je baise votre pied » étaient utilisées par oral et par écrit, sans parler du geste. Il n’était pas inusité pour des nobles de se décrire dans des lettres à leur souverain, à l’empereur Charles V par exemple, comme « votre esclave et serviteur ». Giovanni Della Casa dans son fameux livre de conduite (chap. 5) cite l’exemple de « votre esclave enchaîné » (vostro schiavo in catena).11

6Nous avons relevé plusieurs exemples qui sont autant d’indices du recours par Machiavel au répertoire de l’humiliation dans sa dédicace à Laurent Le Magnifique. Ce faisant, l’auteur respecte le topos oratoire. Il faut noter qu’il n’en fera pas usage dans le corps de son ouvrage.

  • 12  Cf. note 8.

(3)12 E benché io iudichi questa opera indegna della presenzia di quella, [...] (Dedica)
(4) Né voglio sia reputata presunzione se uno uomo di basso et infimo stato ardisce discorrere e regolare e’ governi de’ principi; perché, cosí come coloro che disegnono e’ paesi si pongano bassi nel piano a considerare la natura de’ monti e de’ luoghi alti, e per considerare quella de’ bassi si pongano alto sopra monti, similmente, a conoscere bene la natura de’ populi, bisogna essere principe, et a conoscere bene quella de’ principi, bisogna essere populare. (Principe, Dedica)
(5) Pigli, adunque, Vostra Magnificenzia questo piccolo dono [...] (Dedica)
(6) E, se Vostra Magnificenzia dallo apice della sua altezza qualche volta volgerà li occhi in questi luoghi bassi, conoscerà quanto io indegnamente sopporti una grande e continua malignità di fortuna. (Dedica)

7Ce dernier exemple illustre la manipulation mise en œuvre avec l’emploi du registre de l’humiliation : plus je suis au bas de l’échelle, plus je connais la grandeur du Prince ; mais ce faisant, je contrôle l’échelle de valeur utilisée dans le dialogue, c’est même moi qui la mets en place pour mon bénéfice. De la même façon, la 3ème personne délocutée est l’objet de mon discours et de ma manipulation :

  • 13  G. Guillaume, Leçons de linguistique 1938-39, Lille / Québec, Presses universitaires de Lille / Pr (...)

La 1ère et la 2ème personnes sont les seules personnes actives dans l’interlocution. L’une, la 1ère, parle ; l’autre, la 2ème, écoute. La 3ème personne, celle dont on parle, est dans l’interlocution, passive ; elle intervient au seul titre d’objet. Or il arrive que dans le discours, pour des raisons de style, des choses dites ou pensées à la 1ère personne sont transférées expressivement à la 3ème personne, ce qui représente une décadence de la personne active à la personne passive […]13

8Le passage à la 3ème personne en italien pour des raisons de courtoisie ne cache-t-il pas une forme de prise de pouvoir sur l’interlocuteur ? La représentation de sa personne dans mon discours, en fait un objet passif. Je le flatte en marquant une distance et un respect mais, dans le même temps, il devient l’objet de ma représentation et non plus l’autre actif dans l’interlocution. Qui prend le pouvoir à ce stade de la communication ?

  • 14  Le découpage en paragraphes (ici § 3) des divers chapitres (ici VII) est celui proposé dans : Nicc (...)

9Bien qu’usant du mode de l’humiliation, Machiavel a une haute estime de sa personne : la fin de la dédicace, ex. (6) ci-dessus, ressemble beaucoup à la fin du § 314 du chapitre VII dans lequel il parle de Cesare Borgia : « […] non fu sua colpa, perché nacque da una estraordinaria et estrema malignità di fortuna » (VII, 3). Dans les pages suivantes, il s’appuie sur la geste de Cesare Borgia pour construire son cours et renouvelle sa recommandation de la prendre comme modèle :

(21) perché io non saprei quali precetti mi dare migliori a uno principe nuovo, che lo esemplo delle azioni sua. (VII, 3)
(22) E, perché questa parte è degna di notizia e da essere imitata da altri, non la voglio lasciare indrieto. (VII, 8)
(23 bis) Et era nel duca tanta ferocia e tanta virtù e sí bene conosceva come li uomini si hanno a guadagnare o perdere, e tanto erano validi e’ fondamenti che in sí poco tempo si aveva fatti, che, se non avessi avuto quelli eserciti addosso, o lui fussi stato sano, arebbe retto a ogni difficultà. E ch’e’ fondamenti sua fussino buoni, si vidde [...]. (VII, 12)
(24) Raccolte io adunque tutte le azioni del duca, non saprei riprenderlo; anzi mi pare, come ho fatto, di preporlo imitabile a tutti coloro che per fortuna e con l’arme d’altri sono ascesi allo imperio. (VII, 13)
(54) Io non dubiterò mai di allegare Cesare Borgia e le sue azioni. (XIII, § 4)

  • 15  À propos du concept de « face » et de la négociation des identités, nous renvoyons le lecteur à C. (...)
  • 16  On utilise toujours le dénigrement pour faciliter l’acceptation, mais à un niveau moindre, l’emplo (...)
  • 17  À l’opposé du mode de l’humiliation : les caricatures religieuses, épisode d’un processus d’affron (...)

10Le fait que Machiavel ait pu, d’un point de vue pédagogique – voire par affection pour le personnage et par estime pour son action politique – s’identifier à Cesare Borgia, montre que l’autodéni-grement est bien une posture adoptée pour faciliter le dialogue en préservant la “face”15 de l’interlocuteur. L’enjeu de ce que E. Goffman appelle la « face » et que P. Burke rapproche de l’« honneur » dans son acception entre 1500 et 1800 en Europe, est important du fait de sa circularité : il s’agit à la fois du respect dû à une personne à cause de son statut et des qualités qui justifient ce respect. Dans nos sociétés occidentales contemporaines où l’on s’évertue à distinguer la personne de la charge chez les puissants (on caricature l’homme sans offenser le président), le mode de l’humiliation n’est plus de mise16, mais dans des sociétés où la personne et son statut sont indissociables (qualités héréditaires), il est un outil de gestion et de contrôle de la communication17.

11Au chapitre XXV, en présentant une opinion commune mais dont on comprend dès le début du paragraphe qu’il n’y adhérera pas complètement, Machiavel avoue qu’il a eu la faiblesse de partager cette opinion :

(133) E’ non mi è incognito come molti hanno avuto et hanno opinione che [...]. Questa opinione è suta più creduta ne’ nostri tempi, [...]. A che pensando io qualche volta, mi sono in qualche parte inclinato nella opinione loro. (XXV, 1)

12On peut y lire le mode de l’humiliation, mais au service de la thèse qu’il propose au paragraphe suivant :

(134) Non di manco, perché el nostro libero arbitrio non sia spento, iudico potere essere vero che la fortuna sia arbitra della metà delle azioni nostre, ma che etiam lei ne lasci governare l’altra metà, o presso, a noi. Et assomiglio quella a uno di questi fiumi rovinosi, che, [...] (XXV, 2)

13Cette stratégie de l’usage de la modestie pour mieux convaincre se rapproche de ce que nous appelons le style “Oui, mais…” : Machiavel partage avec son lecteur l’inclination pour une thèse facile, il fait ainsi corps avec lui et passe à la 1ère personne du pluriel, mais c’est pour mieux introduire son propre avis. Il nous apparaît que l’emploi de la 1ère personne avec iudico et assomiglio doit nous faire renoncer à l’idée d’un Noi de modestie pour lui préférer celle d’un Noi pluriel représentant le maître et l’élève. La modestie a été utilisée mais elle s’est exprimée avec le répertoire de l’humiliation au paragraphe précédent.

14Une autre construction, qui s’apparente à la litote (< grec litotês, ‘simplicité’) et relève du répertoire de l’humiliation, est utilisée par Machiavel pour faire accepter son jugement :

(142) e pensando meco medesimo se, [...], e se [...], mi pare [...], che io non so qual mai tempo fussi più atto a questo. (XXVI, 1)

15Au sein d’une démonstration à la 1ère personne, il emploie ce procédé destiné à atténuer l’expression de sa pensée pour, tout en disant moins (je ne sais pas), faire entendre plus (il sait : il n’y a jamais eu une époque plus propice que celle-ci). La force de ce stratagème réside dans le fait que c’est le lecteur qui interprète ; l’idée venant de lui, il l’accepte avec autant plus d’enthousiasme. Ainsi, l’homme de “basse condition” manipule-t-il le prince. Voici un autre exemple où le fait de dire qu’il n’a pas les mots, introduit la phrase qui dit justement :

(153) Né posso esprimere con quale amore e’ fussi ricevuto in tutte quelle provincie che hanno patito per queste illuvioni esterne ; [...] (XXVI, 7)

16Cette litote peut paraître anodine, mais Machiavel n’abuse pas du procédé, et elle apparaît dans le dernier paragraphe de l’ouvrage, au moment opportun pour convaincre : elle précède en effet le subjonctif d’exhortation de la phrase finale, elle prépare donc psychologiquement le lecteur à recevoir et à accepter cette exhortation (injonction ?). Une exhortation conclusive qui, avec sa semblable de la dédicace d’ouverture, encadre l’exposé :

(5) Pigli, adunque, Vostra Magnificenzia questo piccolo dono [...] (Dedica)
(155) Pigli, adunque, la illustre casa vostra questo assunto con quello animo e con quella speranza che si pigliano le imprese iuste ; [...] (XXVI, 7)

  • 18  J. Brunet, Un ‘langage colakeitiquement profane’, ou l’influence de l’Espagne sur la troisième per (...)

17Relevant aussi du mode de l’humiliation mais dans son versant laudateur – voire dithyrambique – pour l’interlocuteur, les titres honorifiques prolifèrent à partir du milieu du XVIe siècle. Les exemples suivants font de Machiavel, un bon représentant – du moins dans ses deux parties cadres (la dédicace et l’exhortation finale) – de cette période d’accroissement de la formalité18 :

(2) la vostra Magnificenzia (Dedica)
(2bis) mando alla Magnificenzia Vostra. (Dedica)
(147) qui è piovuto la manna; ogni cosa è concorsa nella vostra grandezza. (XXVI, 3)
(150), (152) et (155) la illustre casa vostra (XXVI, 4), (XXVI, 5) et (XXVI, 7)

  • 19  P. Burke, op. cit. Il se réfère aux travaux de R. Villari, Ribelli e riformatori, Rome, Laterza, 1 (...)

18Machiavel respecte la tradition du langage politique florentin. Que signifie-t-elle ? Le développement des titres honorifiques est selon P. Burke symptomatique d’une « reféodalisation » : « la richesse et le pouvoir, après avoir appartenu aux marchands et aux villes, retournaient aux propriétaires aristocrates »19. Cette analyse omet la mutation historique du courtisan qui, d’homme de guerre féodal, est devenu un conseiller, un diplomate, un chancelier ; en d’autres termes, un fin rhétoricien. Ce professionnel du langage fait sciemment un usage hyperbolique des titres honorifiques comme formes d’adresse. Or Machiavel tutoie le prince – nous verrons dans quelles conditions – tout au long de l’ouvrage, sauf dans la dédicace et dans l’exhortation finale. Dans ces deux parties cadres, l’usage des titres semble exclure le tutoiement, personne d’adresse typique de la féodalité italienne. Si nous ne partageons pas l’idée d’un retour en arrière, il est indéniable que la nature du pouvoir change.

  • 20  G. Procacci, Storia degli italiani, Roma-Bari, Laterza, 1984, pp. 150-151. Sur l’ambiguïté du disc (...)
  • 21  R. Von Albertini, op. cit., pp. 46-47.
  • 22  J. Guidi, Les différentes rédactions du ‘Livre du Courtisan’, in De la politesse à la politique, R (...)
  • 23  A. Pons, La littérature des manières au XVI e siècle en Italie, in A. Montandon (dir.), Histoire d (...)
  • 24  J. Guidi, op. cit., p. 27. L’idéalisme théorique et éthique de Castiglione (J. Guidi, pp. 22-25 ; (...)
  • 25  A. Pons, op. cit.
  • 26  J.-L. Fournel, Ambiguïtés courtisanes et savoir-vivre politiques : Notes et hypothèses sur le lexi (...)
  • 27  Op. cit., p. 63.
  • 28  Pour plus d’informations sur les « Messages riche en contexte et les message pauvres en contexte » (...)

19L’image du pouvoir dans l’Italie du XVIe siècle s’est détériorée et ne tient pas la comparaison avec la puissance d’un seigneur féodal. Machiavel est le témoin de la crise de l’État vénitien en 1509, puis des victoires des armées de Charles VIII et Louis XII : « […] il Machiavelli seppe rendersi immediatamente conto della superiorità politica e sociale della compatta e efficiente monarchia assoluta francese sugli organismi compositi ed eterogenei degli Stati italiani »20. Machiavel dans Le Prince s’adresse à un Médicis mais dans une Italie où les processus de désagrégation politique atteignent des sommets. « La debolezza dell’Italia lo preocccupa ed egli ne soffre. [...] Il Machiavelli cerca rimedio e salvezza. Così nasce, tra l’estate e l’autunno del 1513, Il Principe […]. Il giovane principe Medici viene esortato a cogliere l’occasione di salvare Firenze e l’Italia, di diventare il “redentore” d’Italia, di questa Italia che al momento si trova completamente prostrata [...] »21. Dans les faits, mais surtout dans la représentation mentale qu’en a Machiavel, le prince n’est plus idéalisé, en ce sens qu’il cherche à définir le modèle du “nouveau” prince. Et le courtisan jouit d’une relative indépendance comparé au vassal du Moyen Âge. Nous sommes cependant à une période charnière car, déjà chez Castiglione, la haute société courtisane s’attribue une nouvelle légitimité « face à un pouvoir qui revêt de plus en plus le visage de l’absolutisme princier »22. Mais des princes « au pouvoir à la fois absolu et dérisoire (au regard des grands monarques européens) »23. J. Guidi souligne comment, dans la troisième et dernière rédaction du Courtisan (1522), Castiglione réduit considérablement « des éloges d’abord attribués aux familles princières italiennes » et fait désormais allégeance à la puissance impériale et au pouvoir monarchique24. Parallèlement à l’absolutisme, renouveau de la puissance et de la concentration du pouvoir, la société du XVIe et du XVIIe voit aussi naître l’individualisme. La définition du courtisan de Castiglione s’appuie sur le contrôle de soi25. De Machiavel à Castiglione, la distance s’amenuise socialement entre le courtisan et le pouvoir, il est un intime du prince même s’il n’appartient pas au gouvernement26. L’œuvre de Castiglione est révélatrice d’une nouvelle relation entre prince et courtisan : non plus verticale et pédagogique, mais horizontale et paritaire27. Les rapports de dominance sont moins gérés par le contexte social que par les individus eux-mêmes, et transparaissent dans les faits de discours des courtisans : alors que Machiavel emploie toutes les personnes, Tu, Voi etla 3ème personne, cette distance se traduit chez Castiglione par une tendance à la spécialisation de la 3ème personne pour les adresses aux puissants et du Voi entre courtisans, et surtout par une absence du Tu. L’inflation des titres honorifiques et la prédominance de l’emploi des personnes de politesse, la 3ème et le Voi, avec leur corollaire la disparition du tutoiement, remplacent sémiologiquement dans le discours individuel le marquage social qui s’efface. Nous ne disons pas que les sujets sont déjà des citoyens modernes. Mais il leur faut dire à Sa Grandeur sa position dominante dans le texte car les sujets tendent à devenir des individus et gagnent donc en autonomie. Le courtisan intériorise les modèles en fonction desquels il se comporte et produit du discours, moins que le citoyen moderne, mais plus que le vassal dont les modèles sont extérieurs et peu contraignants pour ses productions de discours28.

  • 29  G. Procacci, op. cit., p. 154.

20Machiavel, dans la dédicace, se propose de fournir au prince des règles de comportement auxquelles se soumettre et, dans l’exhorta-tion finale, il suggère « una rigenerazione radicale della vita politica »29. Ces deux parties sont par leur contenu éminemment provocatrices pour le pouvoir, il est donc nécessaire de rappeler dans la forme, par tous les moyens linguistiques à disposition, la position dominante du prince.

21L’emploi hyperbolique des titres et formules de courtoisie sera critiqué mais ne cédera qu’au XVIIIe :

  • 30  P. Burke, op. cit.

Andrea Spinola par exemple, un patricien génois qui défendait la tradition républicaine de l’égalité civique alors qu’elle commençait à décliner au début du xviie siècle, s’insurgeait contre l’utilisation de illustrissimo. Cependant cet usage se développa. Ce n’est qu’au milieu du xviiie siècle que la tendance s’inversa, quand des hommes de lettres tels que Gasparo Gozzi et Pietro Verri militèrent pour un mode d’adresse plus informel. Gozzi plaida dans la Gazzetta Veneta (2 avril 1760) pour une simplification du langage aussi bien que des cérémonies. Pietro Verri dénonça le formalità dans le journal Il Caffé et fit l’éloge des quakers anglais pour la simplicité de leur langage.30

  • 31  M. Regula et J. Jernej, Grammatica italiana descrittiva, Berne, A. Francke, 1965, p. 132, note 2 ; (...)
  • 32  Il existe effectivement un parallèle entre l’évolution des systèmes italien et espagnol : Vostra S (...)
  • 33  J. Brunet, Grammaire critique de l’italien, St Denis, P.U. Vincennes-Paris 8, 1987, tome 9, p. 12.

22Les titres honorifiques ont joué un rôle important dans l’installation de la 3ème personne singulier de politesse dont les premiers emplois sous la forme de pronoms datent du XVe siècle pour M. Regula et J. Jernej, du XVIe pour M. Dardano et P. Trifone, du XVIIe pour S. Battaglia et V. Pernicone31. J. Brunet date l’usage du Lei (Ella en langue ancienne) du XVe et XVIe siècle et considère, contrairement aux linguistes précités, que le rôle de l’Espagne32 s’est limité à rendre irréversible l’emploi de pronoms de 3ème personne apparus dès le XIIe siècle pour relayer les formules de courtoisie Signoria, Eccellenza, etc., pronoms féminins de par cette origine33. Ainsi, à partir des termes d’adresse honorifiques féminins, la 3ème personne se serait imposée comme personne de politesse en italien.

23Le texte du Prince de Machiavel proposé sur le site LiberLiber, ne présente que six items de Lei, les voici :

(1) Pigli, adunque, Vostra Magnificenzia questo piccolo dono con quello animo che io lo mando ; il quale se da quella fia diligentemente considerato e letto, vi conoscerà drento uno estremo mio desiderio, che Lei pervenga a quella grandezza che la fortuna e le altre sue qualità li promettano. (fin Dedica)

24Lei reprend Vostra Magnificenza, c’est donc un pronom d’adresse au prince dans une phrase qui commence par un impératif.

(2) Sforza suo padre, sendo soldato della regina Giovanna di Napoli, la lasciò in un tratto disarmata ; onde lei, per non perdere el regno, fu constretta gittarsi in grembo al re di Aragonia. (début XII)

25Lei renvoie à la regina Giovanna di Napoli, ce n’est pas un pronom d’adresse.

(3) et (4) Ne’ tempi nostri non si vede che quelle abbino profittato ad alcuno principe, se non alla contessa di Furlí, quando fu morto el conte Girolamo suo consorte; perché mediante quella possé fuggire l’impeto populare, et aspettare el soccorso da Milano, e recuperare lo stato. E li tempi stavano allora in modo, che il forestiere non posseva soccorrere el populo ; ma di poi, valsono ancora a poco lei le fortezze, quando Cesare Borgia l’assaltò, e che il populo suo inimico si coniunse co’ forestieri. Per tanto allora e prima sarebbe suto più sicuro a lei non essere odiata dal populo, che avere le fortezze. (fin XX)

26Lei renvoie à la contessa di Furlí, ce ne sont pas des pronoms d’adresse.

(5) Non di manco, perché el nostro libero arbitrio non sia spento, iudico potere essere vero che la fortuna sia arbitra della metà delle azioni nostre, ma che etiam lei ne lasci governare l’altra metà, o presso, a noi. (début XXV)

27Lei renvoie à la fortuna, ce n’est pas un pronom d’adresse.

(6) Né ci si vede, al presente in quale lei possa più sperare che nella illustre casa vostra, quale con la sua fortuna e virtù, favorita da Dio e dalla Chiesia, della quale è ora principe, possa farsi capo di questa redenzione. (début XXVI : exhortation finale)

28Lei renvoie à l’Italie, ce n’est pas un pronom d’adresse. Ainsi, seul un item peut être considéré comme un éventuel emploi de Lei en tant que pronom d’adresse. Il se situe dans la Dédicace, une des deux parties cadre de l’ouvrage qui ont leur spécificité. Ce seul item démontre que ce choix n’est pas encore un usage établi, on ne peut pas dire que la création du Lei comme pronom d’adresse soit avérée.

29Il faut noter que l’auteur peut aussi utiliser le possessif de la 3ème personne, ce qu’il fait dans l’item (1) : […] che Lei pervenga a quella grandezza che la fortuna e le altre sue qualità li promettano. Ainsi, l’emploi du Lei comme pronom d’adresse – même unique – que nous avons décelé dans le texte de Machiavel révèle que la 3ème personne est en train, non pas de s’installer – puisque l’utilisation de Lei est un cas exceptionnel qui s’insère dans un emploi du Voi comme pronom d’adresse, ce qui place l’interlocuteur sur un plan de politesse qui hésite entre la 2ème personne du pluriel et la 3ème du féminin singulier – mais de chercher le pronom adéquat.

30Cette innovation est la matérialisation, dans un cas particulier de discours, du glissement en cours d’élaboration en langue, d’une 3ème personne délocutée vers une forme d’adresse. Nous sommes en 1513, ce qui nous semble un peu tôt pour l’influence du Usted :

  • 34  É. Bourciez, Éléments de linguistique romane, Paris, Klincksieck, 1956, 4ème éd., pp. 457-458.

Comme formule de politesse, l’espagnol a choisi la périphrase vuesa merced « votre grâce », qui est encore souvent complète au XVIIe siècle, mais qu’on trouve déjà réduite à vuesasted en 1597 dans la Grammaire de César Oudin : de là une contraction plus forte usted, qui apparaît vers 1635 chez Tirso de Molina, et dont l’usage est ensuite devenu constant (cf. Rev. de Filol. esp. X, 245 et 310).34

31Avant d’apparaître dans les grammaires descriptives, il y a certainement eu des emplois précurseurs en espagnol parlé, mais il nous semble difficile d’isoler une langue comme étant le point de départ de ce mouvement évolutif qui a concerné l’ensemble de la Romania.

  • 35  M. Grévisse, Le bon usage, Paris, Duculot, 1993, A. Goosse (dir.), 631 b et c. À noter : Grévisse (...)
  • 36  C. Kerbrat-Orecchioni, Le discours en interaction, cit, p. 211.

32La situation en français décrite par M. Grévisse va dans le même sens : au XVIIe siècle, l’influence de la Cour fait prévaloir le Vous de politesse ; pour s’adresser à des personnes de haut rang, on utilise des périphrases (possessif 2ème personne du pluriel + nom : Votre Majesté, Votre Altesse Royale) qui, lorsqu’elles sont sujets, impliquent un verbe à la 3ème personne. Cependant, il ne semble pas y avoir de prééminence d’une personne pour les pronoms personnels ou les possessifs se rapportant à la personne désignée par ces périphrases (Votre Majesté […] elle est obligée de […]; Votre Altesse Royale […] Votre petite cour […] ; […] Votre Majesté que son voyage […] vous deviez embarquer, […])35. Le français ne va pas aussi loin que l’italien dans le relais des formes de courtoisie : même si la tournure impersonnelle ou passive est un des procédés d’adoucissement du discours36, la 3ème personne verbale ne devient pas personne d’adresse.

33Chez Machiavel, la 3ème personne est en concurrence avec les 2èmes personnes du singulier et du pluriel. Pour comprendre la cohérence de cette distribution, nous allons étudier les 2èmes personnes employées dans Le Prince et déterminer la part d’implication de la personne du locuteur ainsi que le profil de ses interactions avec l’interlocuteur dans le système de la langue de Machiavel.

Emploi de la 2ème personne du singulier

34Le tutoiement, dérivé du latin, est resté beaucoup plus répandu en Italie qu’en France, et au Moyen Âge encore il était courant même en dehors de la famille. Cependant, il entrait dans une distribution avec la 2ème personne du pluriel depuis le IIIe siècle, Vos étant utilisé dans un registre soutenu pour marquer le respect. Au XIIe siècle, apparaît un concurrent en la 3ème personne, relais de titres honorifiques comme nous l’avons vu. Au XVIe siècle, Machiavel a donc à sa disposition le Voi et la 3ème personnecomme personnes de courtoisie, ce qui ne l’empêche pas d’avoir recours au Tu :

(7) Il che depende da un’altra necessità naturale et ordinaria, quale fa che sempre bisogni offendere quelli di chi si diventa nuovo principe, e con gente d’arme, e con infinite altre iniurie che si tira dietro el nuovo acquisto ; in modo che tu hai inimici tutti quelli che hai offesi in occupare quello principato, e non ti puoi mantenere amici quelli che vi ti hanno messo, per non li potere satisfare in quel modo che si erano presupposto e per non potere tu usare contro di loro medicine forti, sendo loro obligato; perché sempre, ancora che uno sia fortissimo in sulli eserciti, ha bisogno del favore de’ provinciali a intrare in una provincia. (III, 1)

35Cet exemple de tutoiement est précédé d’une première partie de la phrase, dans laquelle le nouveau prince agit sous la contrainte d’une nécessité naturelle (un’altra necessità naturale […] quale fa che […]). Machiavel ne peut pas se permettre l’offense d’une adresse directe au prince révélant à ce dernier qu’il est soumis à une règle supérieure. Le prince est donc représenté par la 3ème personne délocutée et les faits sont présentés sous la forme du récit. Mais lorsque Machiavel passe à la présentation pratique des conséquences (in modo che […]), il abandonne la stratégie indirecte au profit d’un dialogue direct impliquant la personne du prince avec le tutoiement. Dans la troisième partie de la phrase, il assène de nouveau une règle et doit, de ce fait, repasser au mode du récit et de l’adresse indirecte (perché sempre, ancora che uno sia […], ha bisogno […]).

36On retrouve tout au long de l’ouvrage, cette construction type : une première partie qui énonce la règle et une seconde partie, souvent introduite par Perché, qui illustre et explique la règle à l’aide d’une constatation. Ainsi, dans l’exemple suivant, Machiavel, après avoir exposé les avantages qu’un prince peut retirer d’une bonne connaissance géographique de son domaine, obtenue par l’exercice régulier de la chasse, en fait une des règles de vie et d’éducation du prince dans la première partie de sa phrase :

(64) E quel principe che manca di questa perizie, manca della prima parte che vuole avere uno capitano ; perché questa insegna trovare el nimico, pigliare li alloggiamenti, condurre li eserciti, ordinare le giornate, campeggiare le terre con tuo vantaggio. (XIV, 3)

37Dans la deuxième partie de la phrase, Machiavel constate ce qu’enseigne cet apprentissage et fait intervenir un tutoiement (con tuo vantaggio) auquel on pourrait attribuer le sens indéfini. Dans un récit oral, cela sert à impliquer plus intensément l’interlocuteur dans la conversation, à le convaincre plus rapidement en lui faisant vivre en personne le raisonnement qui lui est proposé et, par conséquent, à faire qu’il aura plus de difficultés à le rejeter. Tout pédagogue utilise ce principe qui veut que l’on illustre toujours le cours magistral à l’aide de points de référence de la vie de l’élève pour qu’il s’impli-que dans l’apprentissage se sentant concerné par l’enseignement reçu. La conversation de nos contemporains est régie par les mêmes règles : si je veux impliquer mon interlocuteur, j’inocule la 2ème personne à mon récit (ex. : Quand tu es riche tout le monde t’aime. = Quand on est riche …) ; mais si je veux préserver mon interlocuteur, je me sers de la 3ème personne délocutée alors que je m’adresse à lui (ex. : Alors, on s’la coule douce ?! = Je vois que tu te reposes bien, que tu prends du bon temps).

  • 37  Voir corpus raisonné sur le site de l’Université de Provence (cf. note 8).

38Parmi les 41 items d’emploi de la 2ème personne du singulier que nous avons relevés37, 40 sont des constats dont 24 (soit plus de 58%) sont introduits par Perché :

(13) El contrario interviene ne’ regni governati come quello di Francia, perché con facilità tu puoi intrarvi, guadagnandoti alcuno barone del regno ; perché sempre si truova de’ malcontenti e di quelli che desiderano innovare. Costoro, per le ragioni dette, ti possono aprire la via a quello stato e facilitarti la vittoria; la quale di poi, a volerti mantenere, si tira drieto infinite difficultà, e con quelli che ti hanno aiutato e con quelli che tu hai oppressi. Né ti basta spegnere el sangue del principe ; perché vi rimangono quelli signori che si fanno capi delle nuove alterazioni ; e, non li potendo né contentare né spegnere, perdi quello stato qualunque volta venga la occasione. (IV, 4)

39Cet exemple est précédé d’un paragraphe à la 3ème personne qui se termine par la dictée d’une règle : « e come el vincitore, avanti la vittoria, non poteva sperare in loro, così non debbe, dopo quella, temere di loro »(IV, 3). Le passage au tutoiement accompagne la présentation de l’exemple inverse (El contrario interviene). La négation est un mouvement de pensée rétroversif de retour vers le locuteur, en quelque sorte, de retour vers le couple locuteur/interlocuteur (Io et Tu), et donc d’éloignement de la 3ème personne délocutée. Ce qui n’est pas contradictoire avec une implication majeure de l’inter-locuteur. On observe ici un emploi d’outils croisés. De la même façon, aux chapitres VI et XVIII, la négation incite l’auteur à insérer un tutoiement au sein d’un passage entièrement à la 3ème personne :

(17) [...] camminando li uomini quasi sempre per le vie battute da altri, e procedendo nelle azioni loro con le imitazioni, si potendo le vie d’altri al tutto tenere, alla virtù di quelli che tu imiti aggiugnere, debbe uno uomo prudente intrare sempre per vie battute da uomini grandi, e quelli che sono stati eccellen-tissimi imitare, [...] (VI, 1)

(80) A uno principe, adunque, non è necessario avere in fatto tutte le soprascritte qualità, ma è bene necessario parere di averle. [...] parendo di averle, sono utile : come parere pietoso, [...], et essere ; ma stare in modo edificato con l’animo, che, bisognando non essere, tu possa e sappi mutare el contrario. (XVIII, 4)

  • 38  Restriction rendue dans la traduction en italien contemporain de P. Melograni, par des adverbes : (...)

40Et dans cet autre exemple, c’est la restriction – sorte de négation partielle – exprimée par Eccetto et par la fin de la phrase (il faut s’organiser de façon à ce que l’armée de ton État ne soit constituée que de tes soldats)38, qui conduit à l’emploi de possessifs et d’un pronom de 2ème personne dans un passage à la 3ème personne :

(107) Ma, quando uno principe acquista uno stato nuovo, che come membro si aggiunga al suo vecchio, allora è necessario disarmare quello stato, eccetto quelli che nello acquistarlo sono suti tua partigiani ; e quelli ancora, col tempo e con le occasioni, è necessario renderli molli et effeminati, et ordinarsi in modo che tutte l’arme del tuo stato sieno in quelli soldati tua proprii, che nello stato tuo antiquo vivono appresso di te. (XX, 3)

41Dans la phrase qui suit, Machiavel propose trois solutions pour conserver le pouvoir sur un État nouvellement conquis :

(15) Quando quelli stati che s’acquistano, come è detto, sono consueti a vivere con le loro legge et in libertà, a volerli tenere, ci sono tre modi : el primo, ruinarle ; l’altro, andarvi ad abitare personalmente ; el terzo, lasciarle vivere con le sua legge, traendone una pensione e creandovi drento uno stato di pochi che te le conservino amiche. (V, 1)

42L’adverbe Personalmente de la seconde solution explique en partie le tutoiement de la troisième solution : le prince, s’il ne s’implique pas physiquement en occupant les lieux, doit engager sa personne (Te) dans des relations amicales avec le gouvernement qu’il aura créé, installé, et qui le représentera. Seule la première solution, celle de la destruction, n’implique pas la personne du prince.

43Au chapitre VII, après le long exposé du modèle Cesare Borgia, Machiavel incite le prince à suivre cet exemple :

(25) Chi, adunque, iudica necessario nel suo principato nuovo assicurarsi de’ nimici, guadagnarsi delli amici, vincere o per forza o per fraude, farsi amare e temere da’ populi, seguire e reverire da’ soldati, spegnere quelli che ti possono o debbono offendere, innovare con nuovi modi li ordini antichi, essere severo e grato, magnanimo e liberale, spegnere la milizia infi-dele, creare della nuova, mantenere l’amicizie de’ re e de’ principi in modo che ti abbino o a beneficare con grazia o offendere con respetto, non può trovare e’ più freschi esempli che le azioni di costui. (VII, 13)

44L’incitation est indirecte dans la principale : « chi non può trovare e’ più freschi esempli che le azioni di costui » (Chi pour Il principe, 3ème personne). Mais, dans les subordonnées insérées qui séparent le sujet Chi de son verbe, Machiavel implique le prince intimement avec l’adresse directe du tutoiement (Ti, 2ème personne). De plus, le choix du pronom Costui qui exprime la proximité par rapport à l’interlocuteur, rapproche le prince du modèle proposé. Au contraire, au chapitre XVIII, quand Machiavel développe sur la nécessité de combiner les qualités du lion et du renard (« Sendo adunque, uno principe necessitato sapere bene usare la bestia, debbe di quelle pigliare la golpe e il lione […] » ; XVIII, 3) et d’être simulateur (« Ma è necessario questa natura saperla bene colorire, et essere gran simulatore e dissimulatore […] » ; XVIII, 3), Machiavel constate l’efficacité de cette stratégie (« […] e sono tanto semplici li uomini, e tanto obediscano alle necessità presenti, che colui che inganna troverrà sempre chi si lascerà ingannare », XVIII, 3) et le pronom employé (Colui) qui exprime l’éloignement par rapport au couple locuteur/interlocuteur, introduit le modèle qui suit, celui du pape Alexandre VI :

(79) Io non voglio, delli esempli freschi, tacerne uno. Alessandro VI non fece mai altro, non pensò mai ad altro, che ad ingannare uomini […]. (XVIII, 4)

45Un modèle dont il faut s’inspirer mais à n’imiter que partiellement. L’exemple suivant se divise en deux parties : dans une première étape, l’adresse est à la 3ème personne (Uno principe, uno fra i tanti) ; dans une deuxième étape, l’adresse passe au Tu :

(28) E debbe, sopr’a tutto, uno principe vivere con li suoi sudditi in modo che veruno accidente o di male o di bene lo abbi a far variare : perché, venendo per li tempi avversi le necessità, tu non se’ a tempo al male, et il bene che tu fai non ti giova, perché è iudicato forzato, e non te n’è saputo grado alcuno. (VIII, 8)

46La première étape est une règle (un prince doit agir de telle façon), la deuxième est une constatation du vécu du (ou des) princes (dans telles conditions, tu es dans telle situation). Quand Machiavel fait un simple constat des faits il peut employer le tutoiement, mais ce dernier est impossible lorsqu’il énonce une règle pour les raisons hiérarchiques précédemment exposées. Dans cet autre exemple encore, l’adresse au prince se fait en finesse :

(31) o fanno questo per pusillanimità e defetto naturale d’animo : allora tu ti debbi servire di quelli massime che sono di buono consiglio, perché nelle prosperità te ne onori, e nelle avversità non hai da temerne. Ma, quando non si obbligano ad arte e per cagione ambiziosa, è segno come pensano più a sé che a te ; e da quelli si debbe el principe guardare, e temerli come se fussino scoperti inimici, perché sempre, nelle avversità, aiuteranno ruinarlo. (IX, 4)

47Quand Machiavel conseille au prince de se servir de ses sujets, il le fait sous la forme d’un constat (o fanno questo […] allora tu) et se permet le tutoiement ; quand Machiavel lui préconise de s’en préserver, et même de les craindre – comment envisager un tel renversement des rapports de dominance ? – il revient à la neutralité de la 3ème personne délocutée (si debbe el principe). L’exemple suivant illustre le même positionnement de l’auteur :

(51) L’armi ausiliarie, che sono l’altre armi inutili, sono quando si chiama uno potente che con le arme sue ti venga ad aiutare e defendere : come fece ne’ prossimi tempi papa Iulio ; [...] Queste arme possono essere utile e buone per loro medesime, ma sono, per chi le chiama, quasi sempre dannose : perché, perdendo rimani disfatto, vincendo, resti loro prigione. (XIII, 1)

48Le prince, comme le pape Jules II donné en exemple, ne peut pas être représenté directement en position de faiblesse, il est donc évoqué à la 3ème personne quand il est demandeur. Mais à la 2ème personne dès qu’il retrouve une activité digne de son rang comme accepter les services d’une armée. En d’autres termes, quand le prestige du prince est intact et que son rôle de dominant est évident, il est possible de le tutoyer. Alors, son véritable statut d’interlocuteur transparaît dans le discours. Mais à la moindre hésitation sur sa position dominante, le discours doit confirmer sa domination par le biais des personnes de politesse. On peut cependant interpréter autrement ce jeu des personnes : Machiavel veut aussi faire comprendre à son lecteur le danger que représente l’aide militaire apportée par un autre prince et il anticipe avec ce premier tutoiement le constat final (ou tu es vaincu ou tu es prisonnier du vainqueur) illustrant la règle qui précède (sono per chi le chiama quasi sempre dannose).

49Au chapitre XII, Machiavel déconseille au prince d’avoir recours à des mercenaires :

(41) e tanto si differisce la ruina quanto si differisce lo assalto ; e nella pace se’ spogliato da loro, nella guerra da’ nimici. La cagione di questo è, che le non hanno altro amore né altra cagione che le tenga in campo, che uno poco di stipendio, il quale non è sufficiente a fare che voglino morire per te. Vogliono bene essere tuoi soldati mentre che tu non fai guerra ; ma, come la guerra viene, o fuggirsi o andarsene. (XII, 2)

50Après avoir énuméré tous les défauts et les travers de ce type de troupe, il cite une règle selon laquelle un prince se fiant à des mercenaires ne repousse l’échéance de sa ruine qu’en renvoyant celle de l’assaut. Puis, il ajoute un nouvel argument à la liste de ses récriminations contre les mercenaires : il enchaîne avec un constat et les raisons dudit constat. Ici encore, quand Machiavel avertit le prince et lui fait une recommandation, il emploie la 3ème personne dont la neutralité adoucit son propos ; quand il ne fait qu’énumérer des faits avérés, il se permet l’adresse directe du tutoiement car, son propos n’étant qu’une description, il n’empiète pas sur l’autonomie de la personne du prince.

  • 39  De l’indoeuropéen à nos langues romanes, la puissance d’animation sous-tend les systèmes des langu (...)
  • 40  « Pour qu’il y ait négociation à proprement parler, encore faut-il que se trouvent en présence, ou (...)

51Cette bascule permanente tout au long de l’ouvrage entre une règle édictée à la 3ème personne délocutée et un constat fait à la 2ème personne, maintient un équilibre (celui voulu par le locuteur) des enjeux de la puissance d’animation39. Normalement, la 3ème personne est celle du récit, de la description d’une action dont le sujet est l’objet de notre discours ; quant à la 2ème personne représentant notre interlocuteur, elle indique l’un des acteurs du dialogue. Prendre la personne délocutée pour donner un ordre – car la règle énoncée par le maître sous-tend l’ordre donné à l’élève de la suivre, de s’y soumettre – rend cet ordre acceptable car il devient l’objet du discours et du dialogue – devrait-on dire de la négociation ?40 – entre le locuteur et l’interlocuteur. Inversement, l’introduction de la 2ème personne dans une constatation rend cette dernière plus vivante en impliquant l’interlocuteur qui devient le sujet-acteur du procès décrit, transformant l’objet du discours en action – devrait-on dire transaction ? – vécue dans le dialogue.

52Cette stratégie se retrouve dans le mode d’adresse verbal qu’est l’impératif : à la 2ème personne des verbes du 1er groupe, l’italien, comme le français, utilise une désinence qui rappelle soit la 3ème personne de l’indicatif, soit la 2ème personne du subjonctif. Dans un cas, comme dans l’autre, c’est un moyen d’adoucir l’injonction : le subjonctif en fait une hypothèse et la 3ème personne, en évitant l’adresse directe, le transforme en la description de l’action d’un autre.

53Voici encore un exemple pour illustrer notre propos : les règles que Machiavel veut inculquer au prince sont assénées à la 3ème personne, le prince est Uno principe ou Chi comanda, puis la constatation des raisons qui font perdre ou gagner un État est faite à la 2ème personne :

(62) Debbe adunque uno principe non avere altro obietto né altro pensiero, né prendere cosa alcuna per sua arte, fuora della guerra et ordini e disciplina di essa ; perché quella è sola arte che si espetta a chi comanda. Et è di tanta virtù, che non solamente mantiene quelli che sono nati principi, ma molte volte fa li uomini di privata fortuna salire a quel grado ; e per avverso si vede che, quando e’ principi hanno pensato più alle delicatezze che alle arme, hanno perso lo stato loro. E la prima cagione che ti fa perdere quello, è negligere questa arte ; e la cagione che te lo fa acquistare, è lo essere professo di questa arte. (XIV, 1)

54Dans cet autre exemple, un commandement est inséré dans la constatation, et le changement de personne suit :

(68) non di manco, la liberalità, usata in modo che tu sia tenuto, ti offende ; perché se ella si usa virtuosamente e come la si debbe usare, la non fia conosciuta, e non ti cascherà l’infamia del suo contrario. (XVI, 1)

55Le tutoiement est réservé au constat mais, quand l’auteur dit au prince comment les choses doivent être faites, c’est à la 3ème personne. La situation est identique dans cet autre exemple :

(72 bis) E di quello che non è tuo, o di sudditi tua, si può essere più largo donatore : come fu Ciro, Cesare et Alessandro ; perché lo spendere quello d’altri non ti toglie reputazione, ma te ne aggiugne ; solamente lo spendere el tuo è quello che ti nuoce. E non ci è cosa che consumi sé stessa quanto la liberalità : la quale mentre che tu usi, perdi la facultà di usarla ; e diventi, o povero e contennendo, o, per fuggire la povertà, rapace et odioso. Et intra tutte le cose di che uno principe si debbe guardare, è lo essere contennendo et odioso ; e la liberalità all’una e l’altra cosa ti conduce. (XVI, 4)

56En consultant notre corpus, on découvrira de nombreux autres exemples de constat, et donc de tutoiement. Cependant, voici un exemple introduit par Perché et ayant toutes les caractéristiques d’un constat illustrant la première partie du paragraphe d’où il est tiré. Pourtant, il est à la 3ème personne et le prince y est représenté par l’indéfini Uno :

(123) perché, ogni volta che uno ha iudicio di conoscere el bene o el male che uno fa e dice, ancora che da sé non abbia invenzione, conosce l’opere triste e le buone del ministro, e quelle esalta e le altre corregge ; et il ministro non può sperare di ingannarlo, e mantiensi buono. (XXII, 2)

57Cette exception confirme l’interprétation proposée dans un paragraphe précédent : la 3ème personne permet au conseiller d’indiquer au prince ce qu’il doit faire. Un discours qui serait irrecevable avec le tutoiement. La distribution des rôles de la relation de dominance étant bouleversée par le contenu de la phrase, l’emploi de la personne de politesse est nécessaire pour la rétablir. La même explication vaut pour cette autre inversion de construction :

(124) Ma come uno principe possa conoscere el ministro, ci è questo modo che non falla mai. Quando tu vedi el ministro pensare più a sé che a te, e che in tutte le azioni vi ricerca dentro l’utile suo, questo tale così fatto mai fia buono ministro, mai te ne potrai fidare : perché quello che ha lo stato d’uno in mano, non debbe pensare mai a sé, ma sempre al principe, e non li ricordare mai cosa che non appartenga a lui.(XXII, 3)

58Doit-on y lire un jeu de rôles entre Machiavel et le prince ? Cette interprétation n’est pas en contradiction avec l’explication avancée.

59L’exemple suivant illustre un autre type de plan : après avoir posé le problème (Est-il préférable d’être aimé ou craint ?), Machiavel propose l’hypothèse d’une réponse (il faudrait être les deux à la fois) qu’il agrémente d’un long constat (parce que l’on peut dire des hommes qu’ils sont généralement comme ci et comme ça... quand tu te conduis de telle manière, ils sont de ton côté... dès que tu te conduis de telle autre manière, ils sont contre toi), qu’il fait enfin suivre d’une règle sur la confiance, règle qui est présentée comme une vérité à laquelle un prince ne peut pas se soustraire. Nous avons souligné en italiques la question, l’hypothèse et la règle finale, dans lesquelles la représentation sémiologique du prince-lecteur est la 3ème personne ; le constat contenant une représentation à la 2ème personne est laissé en caractères normaux :

(74) Nasce da questo una disputa : s’elli è meglio essere amato che temuto, o e converso. Rispondesi che si vorrebbe essere l’uno e l’altro ; ma perché elli è difficile accozzarli insieme, è molto più sicuro essere temuto che amato, quando si abbia a mancare dell’uno de’ dua. Perché delli uomini si può dire questo generalmente : che sieno ingrati, volubili, simulatori e dissimu-latori, fuggitori de’ pericoli, cupidi di guadagno ; e mentre fai loro bene, sono tutti tua, ófferonti el sangue, la roba, la vita e’ figliuoli, come di sopra dissi, quando il bisogno è discosto ; ma, quando ti si appressa, e’ si rivoltano. E quel principe che si è tutto fondato in sulle parole loro, trovandosi nudo di altre preparazioni, rovina ; perché le amicizie che si acquistano col prezzo, e non con grandezza e nobiltà di animo, si meritano, ma elle non si hanno, et a’ tempi non si possano spendere. (XVII, 2)

60Mais la construction la plus usitée au cours de l’exposé de Machiavel reste la règle à la 3ème personne suivie de son illustration par la constatation de son application dans la réalité, c’est-à-dire le constat à la 2ème personne, dont voici un dernier exemple :

(82) Debbe, adunque, avere uno principe gran cura che non li esca mai di bocca una cosa che non sia piena delle soprascritte cinque qualità, e paia, a vederlo et udirlo, tutto pietà, tutto fede, tutto integrità, tutto relligione. E non è cosa più necessaria a parere di avere che questa ultima qualità. E li uomini in universali iudicano più alli occhi che alle mani ; perché tocca a vedere a ognuno, a sentire a pochi. Ognuno vede quello che tu pari, pochi sentono quello che tu se’ [...] (XVIII, 5)

Emploi de la 2ème personne du pluriel

  • 41  M. Cortelazzo et P. Zolli, Dizionario etimologico della lingua italiana, Bologna, Zanichelli, 1988 (...)

61À partir du IIIe siècle, Vos remplace Tu dans la langue de bon niveau, pour s’adresser à une personne d’un rang plus élevé ou digne de respect. Cet usage est né sous le règne de l’empereur Gordien III41, peut-être pour imiter le Nos dit de majesté utilisé à la 1ère personne du singulier.

62L’ancien français connaît lui aussi, à la 1ère personne, le pluriel de majesté dans les chartes et les contextes particulièrement solennels et, à la 2ème personne, le pluriel de politesse. Cependant, le tutoiement reste usuel dans les prières à Dieu et aux saints. Et les grammairiens peinent à trouver une cohérence d’emploi du vouvoiement :

  • 42  Ha ! chevalier, dit-il, tu m’as vaincu. / Pitié ! ne me tue pas ! / Prends mon épée : je te la ren (...)
  • 43  Ha ! Seigneur, dites-le donc : / je ne vous ai jamais vu, que je sache. / Et si j’ai quelque tort (...)
  • 44  Il vous blessa d’un javelot, / seigneur, et tu faillis en mourir.
  • 45  Seigneur, voyez qu’il y a une armée à Venise… / Implorez/implore donc leur miséricorde, qu’ils aie (...)
  • 46  G. Hasenohr, Introduction à l’ancien français de Guy Raynaud de Lage, Paris, Sedes, 2ème édition r (...)

[...] les auteurs manquent parfois, sinon de cohérence, du moins de constance, dans le maniement du voussoiement. Et les passages brusques du vous au tu, et inversement, sont fréquents dans la langue littéraire. Certains, voulus, traduisent une émotion forte. Ainsi, aux vers 989-1008 d’Erec, Yder renversé, désarmé, à la merci d’Erec s’écrie-t-il d’abord :
Ha ! vasax, fet il conquis m’as.
Merci ! Ne m’ocire tu pas !...
Tien m’espee ; je la te rant.42Puis, rassuré sur son sort, continue :
Hé ! Sire, car le dites donques :
Ne vos vi mes que je saiche onques ;
Et se ge rien mesfet vos ai,
An vostre merci an serai.43
La raison d’être des autres est plus difficile à cerner, surtout lorsqu’ils se produisent au sein de la même phrase :
Il vous navra d’un javelot,
Sire, dont tu deüs morir44
(Béroul, Le roman de Tristan, Oxford,
éd. A. Ewert, 1953, p. 857)
Sains Nicolais, car me regarde !
Je me sui mis en vostre garde…
(Jean Bodel, Le jeu de saint Nicolas, Bruxelles,
éd. A. Henry, 1980, p. 1260)
Sire, veez ci un ost en Venise…
Quar lor criez/crie merci que il aient
de toi pitié et de ton pere45
(Geoffroi de Villehardouin, La conquête de Constantinople, Paris, éd. E. Faral, 1961, p. 71 ; criez et crie alternent dans les manuscrits).46

63À notre avis la cohérence peut se lire dans les rapports de dominance entre le locuteur et son interlocuteur. Quand le contexte ne laisse aucun doute sur l’identité du dominant, le discours n’a pas de raison de préciser le rôle de chacun et le locuteur emploie le tutoiement ; mais, quand la situation de communication peut engendrer une hésitation sur la répartition des rôles, alors le locuteur vouvoie son interlocuteur pour préciser à ce dernier qu’il est le dominant.

64Dans le premier exemple, le chevalier tient à sa merci le locuteur qui le tutoie dans un premier temps, car les rôles de dominant et de dominé sont clairement attribués. Mais quand le locuteur commence à discuter le bien-fondé de l’accusation, le fait même de négocier lui fait quitter son statut de dominé qu’il rétablit en vouvoyant.

65Dans le deuxième exemple, le locuteur s’adresse à son seigneur en lui rappelant une mauvaise posture. Afin de ne pas lui faire perdre la face12, le locuteur s’empresse donc de souligner la dominance du seigneur en le vouvoyant et en citant son titre. Ceci fait, il peut le tutoyer.

66Dans le troisième exemple, le locuteur s’adresse à un saint avec le tutoiement usuel dans l’adresse à caractère religieux puisque la dominance de Dieu et de ses saints est à cette époque un fait indiscuté ; puis le locuteur prend une décision, ce qui fait de lui l’acteur principal et pourrait remettre en cause le rapport dominant-dominé, il passe donc au vouvoiement.

67Dans le quatrième et dernier exemple, le locuteur donne des ordres à son seigneur (il l’implore mais de faire ce qu’il lui dicte). Afin de rétablir le statut de dominant du seigneur, la phrase commence avec le titre honorifique et le vouvoiement est employé. Cependant quand le seigneur et son père se trouvent en position d’objet dans la phrase et qu’ils perdent leur statut de dominant, puisque redevables d’un autre seigneur, alors ils sont représentés à la 2ème personne du singulier, mais cette fois parce qu’ils sont devenus les égaux du locuteur. Plutôt qu’une incohérence, nous y lisons un système très fin de détermination des rapports de dominance.

68En Italie, au XIVe siècle encore, Voi était couramment employé par la femme à l’adresse de son époux, par les enfants envers leurs parents. Ainsi dans l’introduction de la 4ème journée du Décameron, le fils à son père :

Padre mio, voi siete oggimai vecchio e potete male durare fatica ; perché non mi menate voi una volta a Firenze, acciò che, faccendomi cognoscere gli amici e divoti di Dio e vostri, io, che son giovane e posso meglio faticar di voi, possa poscia pe’ nostri bisogni a Firenze andare quando vi piacerà e voi rimanervi qui ?

69Et lorsque le père s’adresse à son fils, il le tutoie :

Figliuol mio, bassa gli occhi in terra, non le guatare, ch’elle son mala cosa.

70Les grammairiens attribuent le passage du Voi au Tu et du Tu au Voi aux sentiments des personnages, plus qu’aux traditions sociales. Ainsi le tutoiement entre Ghismunda et son père Tancredi, qui s’affrontent à la fin de la nouvelle 1 de la 4ème journée du Décameron, serait dû à la tension dramatique :

Tancredi : Ghismunda, parendomi conoscere la tua vertù e la tua onestà […]
Ghismunda : Esser ti dové, Tancredi, manifesto, essendo tu di carne, aver generata figliuola di carne e non di pietra o di ferro.

71Auparavant, Tancredi accuse Guiscardo, l’amant de sa fille, en le tutoyant, et ce dernier, respectueux de la différence sociale, le vouvoie :

Tancredi : Guiscardo, la mia benignità verso te non avea meritato l’oltraggio e la vergogna la quale nelle mie cose fatta m’hai […].
Guiscardo : Amor può troppo più che né voi né io possiamo.

72Nous lisons dans ces exemples une nouvelle illustration du lien entre la lisibilité des rapports de dominance et l’emploi des personnes d’adresse : quand Ghismunda rappelle sa filiation au patriarche de la famille, elle peut le tutoyer car l’attribution du rôle du dominant ne laisse aucun doute ; quand Guiscardo se pose en égal de Tancredi devant les forces de l’Amour – lui usurpant de plus sa place de dominant sur la personne de Ghismunda, mineure à perpétuité – il doit le vouvoyer pour respecter dans son discours la hiérarchie de domination qui joue encore avec d’autres critères sociaux (âge, position, etc.).

73Nous avons vu précédemment les conditions dans lesquelles Machiavel peut se permettre de tutoyer le prince : quand il ne fait rien d’autre que constater l’évidence, décrire le réel sans que ni lui ni son interlocuteur soient directement décisionnaires ou acteurs du changement de cette réalité. Mais quand Machiavel endosse sémiologiquement le rôle du dominant en employant l’impératif, il lui faut absolument rappeler dans son discours qui est le dominant dans le monde réel :

(50) Avete dunque a intendere come, [...] (XII, 8)
(77) Dovete adunque sapere come sono dua generazione di combattere : [...] (XVIII, 2)
(97) Discorrendo ora, per opposito, le qualità di Commodo, di Severo, Antonino Caracalla e Massimino, li troverrete crudelissimi e rapacissimi ; (XIX, 13)
(138) Considerate la prima impresa che fe’ di Bologna, vivendo ancora messer Giovanni Bentivogli. (XXV, 7)
(148) El rimanente dovete fare voi. (XXVI, 3)
(151) Specchiatevi ne’ duelli e ne’ congressi de’ pochi, quanto li Italiani sieno superiori con le forze, con la destrezza, con lo ingegno. (XXVI, 4)

  • 47  On notera que tous ces verbes sans exception sont au futur. Nous n’avons pas l’espace ici pour dév (...)

74Dans tous ces exemples, Machiavel dicte au prince sa conduite et ce qu’il doit penser, le Voi atténue l’impératif des verbes de la première série d’exemples, et dans les suivants47, il amoindrit la prise de pouvoir sur l’intellect princier :

(10) [...] e vedrete come elli ha fatto el contrario di quelle cose che si debbono fare per tenere uno stato disforme. (III, 9)
(14) Ora, se voi considerrete di qual natura di governi era quello di Dario, lo troverrete simile al regno del Turco ; […] (IV, 5)
(119) e, se considerrete le azioni sua, le troverrete tutte grandissime e qualcuna estraordinaria. (XXI, 1)
(135) E se voi considerrete l’Italia, [...], vedrete essere una campagna sanza argini e sanza alcuno riparo : [...] (XXV, 3)
(144) Il che non fia molto difficile, se vi recherete innanzi le azioni e vita dei soprannominati. (XXVI, 3)

75Nous avons relevé une exception dans l’exhortation finale (chapitre XXVI), avec un emploi du Voi et non plus du Tu dans un constat :

(145) perché l’impresa loro non fu più iusta di questa, né più facile, né fu a loro Dio più amico che a voi. (XXVI, 3)

76Comme nous l’avons déjà vu avec l’usage de la litote, le recours à une personne de politesse là où elle ne s’impose pas participe de l’acceptation de l’impératif final. Nous avons longuement exposé les raisons et les conditions qui régissent le passage du tutoiement aux personnes de politesse. Il nous reste à préciser ce qui distingue les emplois de Voi et de la 3ème personne.

La hiérarchisation des personnes d’adresse

  • 48  Pour des raisons pratiques (schémas) Lei représentera la 3ème personne en général et non plus le s (...)

77Nous avons déjà eu l’occasion de dire qu’avec la 3ème personne l’interlocuteur est rendu passif par son exclusion de l’activité de dialogue. La personne complexe Voi représente une voie intermédiaire unissant en son sein la 2ème personne de l’interlocuteur et la 3ème personne délocutée (Voi = Tu + Lei48), une sorte de “médiopasssif” comparable –avec toutes les précautions d’usage, ce parallèle n’est qu’une image– à la forme réfléchie ou pronominale, dont le sujet-objet à mi-chemin entre le sujet et l’objet d’un verbe 100% actif. Ainsi se dessine une hiérarchie des personnes d’adresse sur l’échelle de la puissance d’animation : du 100% actif (l’interlocuteur représenté par Tu) au 100% passif (l’interlocuteur représenté par Lei) en passant par la position intermédiaire (l’interlocuteur représenté par Voi) :

+ Actif Tu ――→Voi――→ Lei + Passif

78Les personnes de politesse se distribuent donc selon l’intention plus ou moins aboutie du locuteur de réduire la puissance d’animation de son interlocuteur, de renoncer en quelque sorte au dialogue pour lui préférer le monologue du récit, mais nous avons vu tout au long de notre exposé que c’est toujours pour préserver la « face » de l’interlocuteur. Cependant, il nous faut préciser que la personne délocutive n’est absente d’aucune personne quel que soit son rang :

  • 49  G. Guillaume, Leçons de Linguistique 1943-44, série A, Lille / Québec, Presses universitaires de L (...)

La personne locutive n’est pas seulement la personne qui parle ; elle est, de plus, celle qui parlant, parle d’elle. De même, la personne allocutive n’est pas seulement la personne à qui l’on parle ; elle est, de plus, la personne à qui l’on parle d’elle. Seule la troisième personne est vraiment une, n’étant que la personne de qui l’on parle.49

79Dans Tu, la 3ème personne inclue dans la 2ème représente le contenu du discours, ce qui est dit à l’interlocuteur de lui-même ; elle n’a pas le statut de personne d’adresse : Tu = Tu (+ Esso). Alors que dans Voi, la 3ème personne inclue dans la 2ème acquiert un statut intermédiaire de quasi personne d’adresse car Voi est l’addition de la 2ème et de la 3ème personne du singulier : Voi = Tu (+ Esso) + Lei. Quand j’emploie Voi pour m’adresser à une seule personne, je mets en lumière dans mon discours le fait qu’au-delà de m’adresser à cette personne, je lui parle aussi d’elle-même. Avec le tutoiement, cette même activité est laissée dans les profondeurs de la langue, elle n’apparaît pas en surface dans mon discours, car la 2ème personne Tu est singulier. Au contraire, avec le vouvoiement, la pluralité exprime l’alliance des deux rangs (Tu + Lei) et procure une matérialité au contenu du discours adressé. Soit résumé en tableau :

Tu

Tu (+ Esso)

Tu : 100% adresse

Contenu : esso

Actif

Lei

Lei

Lei : adresse = contenu

Passif

Voi

Tu (+ Esso) + Lei

Tu : 50% adresse

Lei : 50% adresse

Contenu : esso

Médio-passif

  • 50  Civilité : manière honnête, douce et polie d’agir, de converser ensemble. (A. Furetière, Le dictio (...)

80Au-delà de la concrétisation de la distance, l’usage des personnes de politesse revient à jouer franc-jeu avec l’interlocuteur, à être honnête50 quant à la façon dont je fais de lui mon objet, tout du moins l’objet de mon discours. Cette interprétation est typique d’un contexte social égalitaire dans lequel se développent ces personnes d’adresse décalées par rapport à la réalité de l’interlocuteur, et d’un discours qui dit la représentation. On pourrait considérer, inversement, que dire ouvertement à quelqu’un qu’on le manipule n’est pas très respectueux, qu’il est plus poli de ne pas tout dire. On passe alors à un registre plus “oriental”, celui des langues qui utilisent le mode de l’humiliation, ou aux sociétés à contexte riche des langues qui généralisent le tutoiement. Dans un contexte social fortement hiérarchisé (type féodal), la répartition entre, d’une part, la personne de langue, la plus générale, la 3ème, et d’autre part, les personnes de langage correspondant à l’activité de dialogue, la 1ère et la 2ème, est stricte. La politesse ne peut pas se réaliser par le changement de personne d’adresse puisqu’il n’y en a qu’une pour représenter l’interlocuteur. Dans le type oriental, la marque de respect utilise une autre voie : elle délaisse la morphologie et se fait par l’apport de signification (par exemple, le mode de l’humiliation).

81L’évolution historique de nos langues romanes montre que la marque de respect débute par la dissociation de la 1ère et de la 2ème personne entre singulier et pluriel (Ego / Nos ; Tu /Vos ; Seigneur, tu… / Seigneur, vous…) et se poursuit avec l’apparition de titres honorifiques spécifiques construits avec un substantif et un possessif à la 2ème personne du pluriel (Votre Seigneurie), puis, après généralisation, ces formules de courtoisie sont représentées soit par la 2ème personne du pluriel (Votre Seigneurie, vous…) soit par 3ème personne dévolue à tout substantif (Sa Seigneurie, elle…). En italien, le Lei finit par l’emporter. Ainsi la diachronie illustre une avancée progressive sur la hiérarchie de l’animation. L’histoire montre surtout comment la personne de langue empiète peu à peu sur le territoire des personnes de langage : les personnes d’adresse de simples (Ego, Tu) deviennent complexes (Nos, Vos) tout en continuant à représenter le locuteur et l’interlocuteur ; une fois appréhendée cette complexité, la 3ème personne s’engouffre dans la brèche et la stricte répartition entre la personne de langue (objet du discours) et les personnes de langage (acteurs du dialogue) est abolie. La 3ème personne devient une personne d’adresse. En Italie, Lei est installé à l’époque de la Renaissance, et Machiavel exploite toute la hiérarchie Tu / Voi /Lei.

82Mais à l’époque fasciste, il était mal vu d’utiliser les personnes de politesse, pour respecter la tradition romaine. La volonté politique de Mussolini d’un refus de la hiérarchie des personnes d’adresse total (Tu) ou partiel (Tu / Voi) est symptomatique d’un retour à une structure sociale rigide et hiérarchisée :

  • 51  P. Melograni, op. cit., p. 22.

[...] nel 1924, un antifascista radicale come Piero Gobetti [...] si ribellava all’idea che le norme del Principe potessero essere dichiarate più attuali oggi di ieri, come Mussolini aveva sostenuto. Machiavelli – faceva notare Gobetti – apparteneva a un’epoca che aveva soltanto il presentimento dei grandi Stati moderni e che ignorava tutto della democrazia.51

83La France a connu une situation équivalente à la Révolution. Le régime de la Terreur n’est que l’une des expressions que prenait alors une société dont les gouvernants décidaient du comportement de chacun, de façon aussi unilatérale que ceux qu’ils avaient renversés. La volonté de rétablissement du tutoiement témoignait d’une société dirigiste qui contrôlait ce que l’individu perdait en libre arbitre :

  • 52  P. Burke, op. cit.

Ainsi, le régime traditionnel de politesse française s’effondra après 1789 précisément parce qu’il symbolisait, de manière large, l’Ancien Régime. Le tu réciproque remplaça le système asymétrique du tu et du vous, les divers usages hiérarchiques des modes d’adresse furent remplacés par citoyen et citoyenne, etc., afin de symboliser l’égalité et la fraternité.52

84Les rétablissements ultérieurs du Vous en France et du Lei en Italie tendent à démontrer que les liens entre variété des personnes d’adresse et représentation des rapports de dominance sont résistants et resurgissent dès que le contexte social devient plus égalitaire. Ce report de la charge du marquage des rapports de dominance sur l’individu laisse la possibilité d’une négociation constante dans les faits de discours. En italien contemporain, le Voi a perdu du terrain mais il s’impose encore dans une correspondance commerciale où les rôles sont clairement distribués, que ce soit en termes d’offre et de demande, de relation client/prestataire de services ou de hiérarchie d’entreprise.

Conclusion : Machiavel et Castiglione, Le Prince et Le Courtisan

  • 53  P. Burke, op. cit.
  • 54  J.-L. Fournel, op. cit., p. 55.
  • 55  R. Rinaldi, op. cit., p. 35 : « da far pensare ad una riscrittura (nel Cortegiano) di spunti machi (...)
  • 56  A. Pons, op. cit., p. 92. Il se réfère aux travaux de N. Elias, La civilisation des mœurs, Paris, (...)
  • 57  A. Pons, op. cit., pp. 99-101.
  • 58  Pour un parallèle entre géométrie et énonciation, voir A. Montandon, Modèles de comportement socia (...)
  • 59  P. Guérin, op. cit., p. 97, note 22.
  • 60  Ibidem, p. 108.

85Puisque « les formes de langage sont reliées aux structures sociales et politiques et aux différences de niveaux de liberté et d’égalité »53, les personnes d’adresse sont l’un des révélateurs, d’une part, de la représentation de la personne dans une langue et de la perception de la personne dans une culture, et d’autre part, des interactions des personnes – et des relations de dominance qui les régissent – dans une société. L’honneur est le code de comportement de sociétés hiérarchisées dans lesquelles les comportements sont formalisés et où le discours, du moins les personnes d’adresse dans le discours, ne donne lieu à aucune négociation. La politesse prend le relais quand le contexte est plus informel, l’individualisme plus installé : « […] il n’y a pas de passage de la politesse à la politique mais bien au contraire une façon originale de tresser ou de tisser constamment l’une avec l’autre »54. Le Prince de Machiavel nous semble représenter un tournant sociétal – et linguistique – européen qui se verra confirmé par Le Courtisan de Castiglione55. Ces textes témoignent d’une lucidité et d’une maîtrise des actes et des paroles, d’une prise de conscience de soi au sein du groupe social56. Les conditions sont réunies pour une gestion moins stricte des personnes de langue et de langage, pour une conscience linguistique fine de la 3ème personne qui existe fondamentalement sous chaque personne d’adresse et devient elle-même une personne d’adresse en discours, pour la création d’une distribution des personnes et leur hiérarchisation selon le critère d’animation (actif / médio-passif / passif) et son emploi pour parler à l’autre selon ce qui deviendra “les bonnes manières”. Castiglione dit les rapports du courtisan avec le prince que l’on peut lire entre les lignes chez Machiavel dans l’emploi du large éventail des personnes d’adresse. La sprezzatura de Castiglione, cette impression de désinvolture ou de négligence, est un détachement57, une mise en perspective58 comparable à l’emploi du Lei et devenu possible grâce à lui : c’est parce que mon interlocuteur devient l’objet de mon discours avec la 3ème personne délocutée, que sa représentation dans mon discours peut être soumise à son regard (l’occhio). « À travers le portrait de la cour et du courtisan que peint Castiglione, se configure un ordre de réalité métaphorique autosuffisant, réglé par cette grâce qui n’enseigne pas, mais se montre, et peut dès lors être imitée »59. Chez Castiglione, « La modalisation des énoncés par des attitudes propositionnelles est une constante. Et surtout, c’est la possibilité donnée, dans la recherche d’une vérité qui ne pourra jamais être qu’approchée, de maintenir un certain degré d’inachèvement […] »60. Seul le prince peut approcher la vérité, il tire les conclusions du spectacle de ses courtisans et il corrige le réel grâce au virtuel proposé par sa cour. Castiglione sait jouer avec la distance pour dire la vérité au prince. Machiavel, avec le même objectif, jouait sur la variation de distance avec les personnes d’adresse. Il tutoyait le prince pour constater la réalité (la vérité factuelle) :

(126) Perché non ci è altro modo a guardarsi dalle adulazioni, se non che li uomini intendino che non ti offendino a dirti el vero ; ma, quando ciascuno può dirti el vero, ti manca la reverenzia. (XXIII, 1)

86Et il passait à la personne délocutée pour lui dire la Vérité (la vérité conceptuelle) :

  • *  Je remercie mon collègue, Jean-Marc Rivière, spécialiste de civilisation italienne du XVIe siècle, (...)

Uno principe, pertanto, debbe consigliarsi sempre ; ma quando lui vuole e non quando vuole altri ; anzi deve tòrre animo a ciascuno di consigliarlo d’alcuna cosa, se non gnene domanda ; ma lui debbe bene essere largo domandatore, e di poi circa le cose domandate paziente auditore del vero ; anzi, intendendo che alcuno per alcuno respetto non gnene dica, turbarsene.(XXIII, 4)*

87Le prince doit se soumettre à la règle.

Haut de page

Notes

1  R. Von Albertini, Firenze dalla repubblica al principato. Storia e coscienza politica, Torino, Einaudi, 1970, pp. 44-67.

2  N. Machiavelli, Lettere a Francesco Vettori e Francesco Guicciardini (1513-1527), a cura di G. Inglese, Milano, 1989, pp. 195-196.

3  Initialement, en décembre 1513, l’œuvre était adressée à Julien de Médicis. Selon Giorgio Inglese, le changement de la dédicace a lieu avant octobre 1516 car l’adresse ne mentionne pas le titre de duc d’Urbin, voire même antérieure à juin 1515 car l’adresse est faite à Vostra Magnificenza alors que son titre de capitaine des milices florentines requerrait Vostra Illustrissima Signoria. Cependant, seules les formules d’adresse changent lors du passage de Julien à Laurent, le texte de la dédicace reste identique (Niccolò Machiavelli, Il Principe, Torino, Einaudi, nuova edizione a cura di Giorgio Inglese, 1995, p. X).

4  C. Kerbrat-Orecchioni, Le discours en interaction, Paris, Armand Colin, 2005, pp. 294-295.

5  Le terme « éthos » est souvent utilisé en pragmatique comme pur et simple synonyme de « style interactionnel ». Il ne faut pas perdre de vue que les dialogues littéraires ne font qu’imiter les conversations naturelles. Les monologues littéraires, comme celui que nous nous proposons d’étudier, ont une valeur mimétique encore plus aléatoire. Cependant, même si l’objet d’étude est différent, la littérature interactionniste propose un éclairage intéressant qu’il ne faut pas négliger. C’est pourquoi, nous proposons un petit rappel sur la notion d’éthos : « On sait que cette notion trouve son origine dans la Rhétorique d’Aristote, où elle prend place au sein de la triade logos/éthos/pathos, et où elle désigne les qualités morales que l’orateur « affiche » dans son discours, sur un mode généralement implicite (il ne s’agit pas de dire ouvertement que l’on est pondéré, honnête ou bienveillant, mais de le montrer par l’ensemble de son comportement), afin d’assurer la réussite de l’entreprise oratoire. Dans la littérature pragmatique et interactionniste contemporaine, on peut voir deux prolongements distincts de cette notion : 1/ En psychologie sociale ou chez Goffman, si le terme d’« éthos » n’apparaît pas, la notion correspondante (ou quelque chose qui lui ressemble fort) est bien présente sous d’autres habillages, tels que « présentation de soi » ou « gestion de l’identité ». 2/ En pragmatique contrastive (via l’ethnologie – Bateson surtout, qui introduit le terme en 1936 dans Naven – et l’ethnographie de la communication), le mot « éthos » est au contraire utilisé, mais avec un sens apparemment éloigné de sa signification originelle, puisqu’il désigne le « profil communicatif » ou « style interactionnel préféré » d’une société donnée (définition par Brown et Levinson se référant à Bateson […]) ». (C. Kerbrat-Orecchioni, op. cit., pp. 302-303, 306, 313).

6  Ibidem.

7  Ibidem.

8  Accessible sur le site du CAER (Centre Aixois d’Études Romanes) de l’Université de Provence. Les numéros de nos exemples se réfèrent à la numérotation des items de ce corpus en ligne.

9  P. Brown et S. C. Levinson, Politeness. Some Universals in Language Usage, Cambridge, Cambridge University Press, 1987, pp. 179 et 185.

10  Dans une lettre à son ami le poète Edmund Spenser, Gabriel Harvey, rhétoricien de Cambridge, associait le Galateo de Della Casa à ce qu’il qualifiait de « servile ». (Remarque de Peter Burke, voir note suivante).

11  P. Burke, Les langages de la politesse in « Terrain », Numéro 33 – Authentique ?, septembre 1999, [En ligne], mis en ligne le 11 juillet 2005. URL : http://terrain.revues.org/document2704.html.

12  Cf. note 8.

13  G. Guillaume, Leçons de linguistique 1938-39, Lille / Québec, Presses universitaires de Lille / Presses de l’Université Laval, 1993, volume 12, Leçon du 24 mars 1939, p. 202.

14  Le découpage en paragraphes (ici § 3) des divers chapitres (ici VII) est celui proposé dans : NiccolòMachiavelli, Il Principe, Testo originale e versione in italiano contemporaneo di P. Melograni, Milano, Rizzoli, seconda edizione “pillole” BUR, 2006, 252 p. [Pour l’intérêt de ce choix cf. note 37]. Le texte original proposé dans cette édition est comparé à celui du site LiberLiber et c’est cette dernière version qui est retenue si les versions originales proposées diffèrent.

15  À propos du concept de « face » et de la négociation des identités, nous renvoyons le lecteur à C. Kerbrat-Orecchioni, op. cit. Et aussi : C. Kerbrat-Orecchioni, Les interactions verbales, Paris, Armand Colin, t. I-II-III, 1990-1992-1994, t. III : 347 p., (II, 2ème partie. La politesse dans les interactions verbales ; III, 3. La conception de la politesse pp. 88-107 et III, 4. Le degré de ritualisation, pp. 107-112.). Mais il faut cependant souligner, comme le fait l’auteur, que s’agissant du rapprochement entre la notion goffmanienne de « présentation de soi » et de ce que la rhétorique classique a popularisé sous le terme d’éthos, « […] la différence est de taille entre l’approche rhétorique, pour laquelle l’autre n’existe que dans la représentation que s’en fait le locuteur, et l’approche interactionniste, selon laquelle l’autre est bien là, en chair et en os, infléchissant en permanence le programme discursif du locuteur, et contrant à l’occasion ses prétentions identitaires » (Le discours en interaction, cit., p. 184).

16  On utilise toujours le dénigrement pour faciliter l’acceptation, mais à un niveau moindre, l’emploi du minimisateur petit s’applique plutôt aux objets qu’aux personnes quand il sert à adoucir un énoncé potentiellement menaçant (Ex. : Je vais vous faire attendre une petite minute [minimisateur + litote] vs. Je vais vous faire attendre une minute [litote] vs. Je vais vous faire attendre [Ø]. (C. Kerbrat-Orecchioni, op. cit., p. 272.)

17  À l’opposé du mode de l’humiliation : les caricatures religieuses, épisode d’un processus d’affrontement entre l’Occident et le Monde arabe et musulman autour des questions de liberté et de la nature du sacré. « Le Monde arabe et musulman n’a pas subi les mêmes transformations et emprunté le même chemin qui a mené l’Occident au déplacement du sacré de la sphère religieuse et divine vers d’autres espaces où l’être humain est au centre. En Occident, exercer librement le droit de blasphémer, de railler ou de pourfendre les symboles religieux, de remettre en question ou en cause les fondements des croyances religieuses est l’aboutissement d’un processus propre à l’Occident et qui demeure étranger au Monde arabe et musulman. » (A. Tourabi, L’Orient contre l’Occident : l’inévitable conflit des valeurs in « Le journal », hebdomadaire marocain en langue française, n° 276, 4-10 novembre 2006, pp. 42-43.). La séparation de la politique et de la morale chez Machiavel, suppose que le prince n’est plus divin car il existe une morale (un ensemble de règles, de lois) à laquelle le prince qui fait la politique va déroger. De ce fait, la morale comme la politique commencent à exister en propre, on reconnaît leurs influences mutuelles, réciproques, du fait même de vouloir les nier, s’y soustraire. La séparation de l’Église et de l’État est en germe dans la conceptualisation d’un pouvoir indépendant de la morale, et donc, réciproquement – même si ce n’est que dans le non-dit – de l’existence d’une morale indépendante du pouvoir. L’étape ultérieure consisterait à séparer d’une part, le prince et l’État, et d’autre part, la morale et la religion, ce sera fait quelques siècles plus tard dans des États parlementaires laïcs. Revenons à la personne du Prince, la séparation lisible dans nos sociétés contemporaines est celle de l’individu et de la charge qui lui est attribuée. Un élu peut être critiqué de deux façons : on peut critiquer sa politique et on peut critiquer sa personne, mais sa charge (la part d’État auquel est temporairement associé l’individu) n’est pas remise en question. On a donc une triple séparation entre la politique/l’État/l’individu.

18  J. Brunet, Un ‘langage colakeitiquement profane’, ou l’influence de l’Espagne sur la troisième personne de politesse italienne in Présence et influence de l’Espagne dans la culture italienne de la Renaissance, Paris, Sorbonne Nouvelle, 1978, pp. 251-315 ; B. Croce, La Spagna nella vita italiana durante la Rinascenza, Bari, Laterza, 1917 et P. Burke, op. cit.

19  P. Burke, op. cit. Il se réfère aux travaux de R. Villari, Ribelli e riformatori, Rome, Laterza, 1979. Son article veut démontrer que les différences d’emphase et de style sont telles qu’on peut parler de différents « régimes » de politesse, plus ou moins formels ou hiérarchisés. Son hypothèse s’appuie sur une étude de trois « anciens régimes » : italien, français et anglais aux xvie, xviie et xviiie siècles, qui suggère une montée de la formalité à la fin du xvie siècle, sans doute reliée à la « reféodalisation » et à l’importance accrue du clientélisme.

20  G. Procacci, Storia degli italiani, Roma-Bari, Laterza, 1984, pp. 150-151. Sur l’ambiguïté du discours de Machiavel sur les avantages et les inconvénients de l’« ordine assoluto » : Niccolò Machiavelli, Il Principe, Torino, Einaudi, nuova edizione a cura di Giorgio Inglese, 1995, pp. XX-XXV.

21  R. Von Albertini, op. cit., pp. 46-47.

22  J. Guidi, Les différentes rédactions du ‘Livre du Courtisan’, in De la politesse à la politique, Recherches sur les langages du Livre du Courtisan, Actes du colloque international de l’Université de Caen Basse-Normandie (18 février 2000), Presses universitaires de Caen, 2001, p. 26.

23  A. Pons, La littérature des manières au XVI e siècle en Italie, in A. Montandon (dir.), Histoire des traités de savoir-vivre en Europe, Clermont-Ferrand, Association des Publications de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Clermont-Ferrand, 1994, p. 92.

24  J. Guidi, op. cit., p. 27. L’idéalisme théorique et éthique de Castiglione (J. Guidi, pp. 22-25 ; R. Rinaldi, Scrivere contro : Machiavelli in Castiglione in De la politesse à la politique, p. 39) ne pose pas problème car la définition des identités repose principalement sur les représentations.

25  A. Pons, op. cit.

26  J.-L. Fournel, Ambiguïtés courtisanes et savoir-vivre politiques : Notes et hypothèses sur le lexique du livre IV du ‘Livre du Courtisan’ in De la politesse à la politique, cit., p. 59.

27  Op. cit., p. 63.

28  Pour plus d’informations sur les « Messages riche en contexte et les message pauvres en contexte » : E. T. Hall, La danse de la vie, temps culturel, temps vécu, Paris, Seuil, coll. Points, 1984, pp. 73-109.

29  G. Procacci, op. cit., p. 154.

30  P. Burke, op. cit.

31  M. Regula et J. Jernej, Grammatica italiana descrittiva, Berne, A. Francke, 1965, p. 132, note 2 ; M. Dardano et P. Trifone, Lingua italiana, Bologna, Zanichelli, 1985, p. 167 ; S. Battaglia et V. Pernicone, La grammatica italiana, Torino, Loescher, 1960, p. 254.

32  Il existe effectivement un parallèle entre l’évolution des systèmes italien et espagnol : Vostra Signoria > ella ou lei + verbe à la 3ème personne ; Vuestra Merced > usted + verbe à la 3ème personne.

33  J. Brunet, Grammaire critique de l’italien, St Denis, P.U. Vincennes-Paris 8, 1987, tome 9, p. 12.

34  É. Bourciez, Éléments de linguistique romane, Paris, Klincksieck, 1956, 4ème éd., pp. 457-458.

35  M. Grévisse, Le bon usage, Paris, Duculot, 1993, A. Goosse (dir.), 631 b et c. À noter : Grévisse illustre son propos d’exemples du XIXe.

36  C. Kerbrat-Orecchioni, Le discours en interaction, cit, p. 211.

37  Voir corpus raisonné sur le site de l’Université de Provence (cf. note 8).

38  Restriction rendue dans la traduction en italien contemporain de P. Melograni, par des adverbes : Si lasceranno le armi soltanto a coloro che, al momento della conquista, sono stati dalla tua parte. Col tempo e quando se ne presenterà l’occasione, sarà necessario indebolire e svigorire anche costoro, e organizzarsi in modo che l’esercito di tutto lo Stato sia composto esclusivamente da soldati tuoi, vale a dire da soldati che hanno vissuto vicino a te già da prima.

39  De l’indoeuropéen à nos langues romanes, la puissance d’animation sous-tend les systèmes des langues de cette famille : ainsi, en indoeuropéen le genre animé est opposé au genre inanimé ; cette opposition est relayée dans nos langues contemporaines par les deux genres (masculin et féminin) qui opposent une catégorie 100% active (déplacement externe) à une catégorie partiellement passive (mouvement interne) reliant de ce fait l’activité et l’animation par le biais de la conception spatiale. L’enjeu de l’animation dépasse le domaine morphologique, il s’exprime aussi en syntaxe (forme active, forme passive, position du sujet, etc.) et transver-salement dans l’entier des systèmes de langue.

40  « Pour qu’il y ait négociation à proprement parler, encore faut-il que se trouvent en présence, ou tout du moins en contact immédiat, deux négociateurs (ou plus). La négociation présuppose un dispositif dialogal, qui n’existe pas dans […] un courrier électronique […] [a fortiori dans une création littéraire, ce qui est notre cas d’étude] Tout au plus peut-on parler ici de pseudo-négociation […] [elle dit que l’auteur simule certaines structures du dialogue, et prête des intentions (un certain type d’accueil) à son interlocuteur, mais il reste seul maître à bord]. Le discours monologal (ou « monogéré »), même s’il est […] dialogique, ne peut être assimilé aux situations mettant en présence plusieurs locuteurs, qui contribuent également à la construction du discours. » C.Kerbrat-Orecchioni, Le discours en interaction, cit., p. 183.

41  M. Cortelazzo et P. Zolli, Dizionario etimologico della lingua italiana, Bologna, Zanichelli, 1988, 5 vol..

42  Ha ! chevalier, dit-il, tu m’as vaincu. / Pitié ! ne me tue pas ! / Prends mon épée : je te la rends.

43  Ha ! Seigneur, dites-le donc : / je ne vous ai jamais vu, que je sache. / Et si j’ai quelque tort envers vous, / je m’en remettrai à votre merci.

44  Il vous blessa d’un javelot, / seigneur, et tu faillis en mourir.

45  Seigneur, voyez qu’il y a une armée à Venise… / Implorez/implore donc leur miséricorde, qu’ils aient / pitié de toi et de ton père.

46  G. Hasenohr, Introduction à l’ancien français de Guy Raynaud de Lage, Paris, Sedes, 2ème édition revue et corrigée, 1993, p. 182.

47  On notera que tous ces verbes sans exception sont au futur. Nous n’avons pas l’espace ici pour développer sur la puissance d’animation et ses conséquences sur la représentation de la personne dans l’époque future. Pour le futur d’atténuation : C. Touratier, Le système verbal français, Paris, Colin, 1996. Notons que le futur catégorique italien n’est pas un perfectum. Pour une étude des conséquences de la distribution des temps futurs italien (inverse du français) sur la dichotomie perfectum/imperfectum : S. Saffi, Subjonctif imparfait, temps de l’hypothétique ou des zygomatiques ? in « Italies », n° 4, 2000, vol. 2, pp. 785-815.

48  Pour des raisons pratiques (schémas) Lei représentera la 3ème personne en général et non plus le seul pronom de discours.

49  G. Guillaume, Leçons de Linguistique 1943-44, série A, Lille / Québec, Presses universitaires de Lille / Presses de l’Université Laval, 1991, volume 10, p. 114.

50  Civilité : manière honnête, douce et polie d’agir, de converser ensemble. (A. Furetière, Le dictionnaire universel, Paris, Le Robert, 1978, 3 vol.).

51  P. Melograni, op. cit., p. 22.

52  P. Burke, op. cit.

53  P. Burke, op. cit.

54  J.-L. Fournel, op. cit., p. 55.

55  R. Rinaldi, op. cit., p. 35 : « da far pensare ad una riscrittura (nel Cortegiano) di spunti machiavelliani », et p. 43 : « numerose coincidenze tra il Cortegiano e Principe ».

56  A. Pons, op. cit., p. 92. Il se réfère aux travaux de N. Elias, La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Levy, 1973 ; La dynamique de l’Occident, Paris, Calmann-Levy,1975 ; La société de cour, Paris, Calmann-Levy,1974. La maîtrise individuelle du discours est cependant masculine, Castiglione préconise à la dame de cour d’atteindre une médiocrité de bon aloi, et cantonne ainsi la femme au répertoire de l’humiliation. (P. Guérin, « Remarques sur le jeu dialogique dans Le Livre du Courtisan », in De la politesse à la politique, cit., p. 106.)

57  A. Pons, op. cit., pp. 99-101.

58  Pour un parallèle entre géométrie et énonciation, voir A. Montandon, Modèles de comportement social in Histoire des traités de savoir-vivre en Europe, cit., pp. 407-408.

59  P. Guérin, op. cit., p. 97, note 22.

60  Ibidem, p. 108.

*  Je remercie mon collègue, Jean-Marc Rivière, spécialiste de civilisation italienne du XVIe siècle, pour sa relecture et ses conseils.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Italies, Revue d’études italiennes, Université de Provence, n°11, Bonnes manières et mauvaise conduite, vol. II, 2007.

Référence électronique

Sophie Saffi, « Les personnes d’adresse dans Le Prince de Machiavel », Italies [En ligne], 11 | 2007, mis en ligne le 13 mars 2009, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://italies.revues.org/874 ; DOI : 10.4000/italies.874

Haut de page

Auteur

Sophie Saffi

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Italies - Littérature Civilisation Société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre aixois d’études romanes
  • Logo Aix-Marseille Université
  • Les cahiers de Revues.org